Tag Archive | "Col du Glandon"

AGIR POUR NE PLUS SUBIR


Le constat est toujours plus dramatique d’année en année: les maires refusent la fin programmée
du pastoralisme sur leurs territoires…Ils témoignent…

Pour la 3ème année se sont tenues les rencontres du Col du Glandon. Pour la 3ème année, la
détresse des éleveurs face aux loups apparaît toujours plus prégnante. De nouveaux drames
surgissent : des agressions sur des personnes par des chiens de protection toujours plus
nombreux. Imposés par le loup, ces patous qui nous avaient été présentés comme la
solution à tous les problèmes, mettent en cause la sécurité publique des randonneurs
comme des villageois. Les éleveurs sous contrainte voient leur responsabilité civile et pénale
engagée devant les tribunaux. Loin de leur apporter quelque soulagement, de nouveaux
textes règlementaires veulent conditionner l’indemnisation des pertes dues aux loups à un
contrôle tatillon et inapplicable des moyens de protection engagés, attaque par attaque.

Dans le même temps, il importe de ne pas oublier ce que nous, maires dénoncions déjà il y a
deux ans, il y a un an : des attaques de loups toujours plus nombreuses surviennent sur des
troupeaux toujours mieux protégés. Les loups protégés changent de comportement,
s’adaptent, attaquent en plein jour jusqu’au plus proche des maisons. Les moyens de
protection ne les arrêtent plus. Les éleveurs sont à bout. Des jeunes renoncent à s’installer.

Les filières de proximité, fournissant des produits de qualité, sont mises en péril. Les
pâturages, les alpages et les paysages ruraux sont menacés par la fermeture des milieux. Les
maires de ces territoires, garants de la sécurité des biens et des personnes, sont totalement
démunis face à des risques croissants pour l’activité touristique comme pour la sécurité des
villageois.

Les loups sont protégés par la Convention de Berne et la Directive Habitat. Des dérogations à
la protection stricte du prédateur ne sont possibles « qu’à condition qu’il n’existe pas une
autre solution satisfaisante ». Il faut donc attendre d’avoir tout essayé, il faut donc attendre
que tout ait échoué avant d’engager dans des conditions limitées des tirs de prélèvement.
C’est programmer dans les textes la faillite d’une « cohabitation » pourtant revendiquée.
Nous réfutons le prétendu modèle italien et nous refusons l’avenir que la réalité italienne
dessine pour les Alpes et la France. Dans les Abruzzes toujours cités en exemple, la
transhumance a disparu, l’élevage ovin s’effondre. Seuls y résistent les plus gros troupeaux
conduits par des bergers « extracommunautaires » aux conditions de travail difficilement
tolérables. Il est temps de tirer les conclusions qui s’imposent : les acteurs de la ruralité ne
peuvent subir toujours plus de contraintes face à un loup surprotégé ; la priorité donnée au
prédateur doit être remise en cause.

Des actions fortes sont plus nécessaires que jamais pour traduire cette volonté
politique. C’est aux pouvoirs publics d’obtenir dans les plus brefs délais le
déclassement du Canis lupus des textes qui le protègent en France ou en Europe. Le
contrôle des populations de loups doit devenir une priorité et les moyens
règlementaires et techniques nécessaires doivent être mis en oeuvre. En accord
avec les associations et syndicats présents aux rencontres du Glandon,
représentant les éleveurs et bergers salariés, l’USAPR déclenchera tous les leviers
possibles pour que soient prises en urgence les décisions indispensables et
formulera en ce sens, très rapidement, des propositions concrètes aux pouvoirs
publics.

USAPR:Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales garantes de l’équilibre des territoires

Catégorie loupCommentaires fermés

Loup: il y a urgence


La grande rencontre des alpagistes qui s’est déroulée au col du Glandon a connu deux jours différents au niveau de » la météo: temps estival le samedi, temps hivernal, avec beaucoup de pluie le dimanche.

Cela n’a pas nuit au succès de ce rendez vous très important pour le le monde des alpages.

Il faut dire que l’un des temps fort de cet évènement a été un colloque intitulé les rencontres de la montagne ou le loup, sa présence sur les alpages, les dégâts qu’il commet, ont largement étés abordés. Le territoire des alpages étant menacé. Des décisions doivent être prises car il y a URGENCE.

Suite à ce colloque, une motion a été présentée et adoptée par différentes collectivités.

En voici la teneur:

Sans titre

Les maires signataires: Photo des maires de gauche à droite revel 38, les orres 05,saint colombin de villards 73,Allemont 38, saint jean d'arves 73, saint sorlin d'arves 73,

Les maires signataires: Photo des maires de gauche à droite revel 38, les orres 05,saint colombin de villards 73,Allemont 38, saint jean d'arves 73, saint sorlin d'arves 73,

Cette fête de l’alpage est aussi un formidable vecteur de communication, à travers de multiples animations..

On retiendra en particulier un lâcher de lanternes lumineuses, plusieurs dizaines.. chacune d’elle étant le symbole d’une brebis tuée par le loup..

Voici quelques clichés pris le dimanche, entre deux averses..


Tout au long des deux jours, de multiples animations pastorales sont déroulées pour le plaisir des familles présentes au sommet du Glandon.

Catégorie A la une, alpages, loup, pastoralismeCommentaires fermés

Col du Glandon: le loup au coeur des débats


Dans le cadre de la grande rencontre des alpagistes qui se déroulera les 22 et 23 août au sommet du col du Glandon, il sera beaucoup question du loup..

Ceci à travers une conférence / colloque qui sera le prolongement du travail engagé en 2014 lors des Etats Généraux du pastoralisme et les loups de l’arc alpin.

Véritable tribune d’échange avec des élus des territoires impactés par la prédation, des scientifiques qui témoigneront de l’importance du pastoralisme comme dans la tribune qu’ils ont signés dans le journal Libération, avec des professionnels du tourisme, des syndicats agricoles, des éleveurs, des bergers….

C’est bien la question de l’aménagement du territoire qui est en cause. Le schéma proposé aujourd’hui ne semble plus correspondre à la réalité du terrain et nous auront l’expertise de Laurent Garde du CERPAM et de Bruno Caraguel de la Fédération des Alpages de l’Isère pour alimenter le débat.

P1060469

Maurice Gérard, éleveur de moutons, il en possède 1800, à Saint Colomban -des-Villards, sur les pentes du Glandon, place ses bêtes sur deux alpages, un sur Belledonne et un sur le massif de chatelard.

 » Jusqu’à l’année dernière j’en mettais aussi au lac de Lacroix, sur le massif de Belledonne mais les loups ont eu raison de mon obstination. Je n’ai plus envie de découvrir des bêtes massacrées.. de perdre des bêtes. Sur cet alpage le terrain est à découvert, presque lunaire. L’année dernière mon troupeau a subi 26 attaques. J’ai donc dit stop!! »

Depuis le début de saison, ses troupeau en sont déjà à 8 attaques ,  » plus de 20 bêtes recensées tuées et je ne sais pas trop combien sont perdues, égarées, blessées.. »

L’éleveur affirme  » avoir vu le premier loup il y a 17 ans et depuis on vit des moments difficiles. Les mesures qui sont prises ne servent pas à grand chose, même si la présence du patou peut être dissuasif. »

Maurice Girard a une solution » elle est radicale, il faut éliminer le loup ou au mieux le réguler. Un loup solitaire fera moins de dégâts qu’une meute. Il faut donc que le loup devienne chassable tout en sachant que pour avoir des résultats probants, il faudra entre 7 et 8 ans d’actions efficaces. »

Et Maurice Gérard de se lamenter:  » j’ai 62 ans, un troupeau sain, des bêtes de qualité, certifiées label rouge a  » agneaux de l’Adret.. La logique aurait été que mon fils prenne la relève, il ne le fera pas à cause des incertitudes qui planent sur l’avenir des alpages à cause du loup.. Franchement c’est pas normal!!

Gilbert Precz

Catégorie alpages, loup, élevageCommentaires fermés

22/23 août: L’Echo des Montagnes au col du Glandon


Cette quatrième édition sera une vitrine du pastoralisme et de l’élevage…

Le samedi 22 août commencera par « Les Rencontres de la Montagne », un colloque qui sera le prolongement du travail engagé en 2014 lors des Etats Généraux du pastoralisme et les loups de l’arc alpin.

Véritable tribune d’échange avec des élus des territoires impactés par la prédation, des scientifiques qui témoigneront de l’importance du pastoralisme comme dans la tribune qu’ils ont signés dans le journal Libération, avec des professionnels du tourisme, des syndicats agricoles, des éleveurs, des bergers….

C’est bien la question de l’aménagement du territoire qui est en cause. Le schéma proposé aujourd’hui ne semble plus correspondre à la réalité du terrain et nous auront l’expertise de Laurent Garde du CERPAM et de Bruno Caraguel de la Fédération des Alpages de l’Isère pour alimenter le débat.

A l’issue de cet espace de concertation, nous découvrirons la caravane gourmande qui fait étape au Col.

Initiée par le SIVAV, c’est un marché de producteurs qui vous proposeront de délicieux  produits et l’accordéon  raisonnera pour bercer vos pas… puis nous prendrons le verre de l’amitié avant de déguster la soupe montagnarde sous le chapiteau … Ainsi dans la fraicheur du soir mais bien à l’abri, la veillée commencera au son de l’accordéon et avec des chansons que vous ne manquerez pas de fredonner…

C’est alors qu’à la nuit tombée nous lâcherons dans le calme de la nuit des alpages, des  lanternes lumineuses qui représenteront chaque brebis tuée par le loup sur le territoire des six communes organisatrices.

Tout au long de la journée, vous pourrez faire un vœu pour que vive le pastoralisme sur des cartons que nous accrocherons aux lanternes. N’oubliez pas que derrière chaque lueur qui s’élèvera lentement, il y a une femme ou un homme ou une famille qui souffrent….

Le pastoralisme est une composante essentielle de nos territoires et son utilité n’est plus à prouver que ce soit par la qualité de ses produits, pour l’entretien du paysage et comme composante économique essentielle.

Illuminer un berger sur l’alpage comme nous l’avions fait sur les éditions précédentes n’avait pas de sens, car aujourd’hui le pastoralisme est en danger !

Dimanche 23 août, venez partager avec nous ce moment fort en émotion …

Des présentations du travail de chiens de troupeaux avec des jeunes chiens en dressage au « Dialogue avec un troupeau » qui vous permettra de découvrir les vaches et les moutons pour mieux comprendre la relation homme-animal à travers des ateliers ludiques pour ne plus avoir peur de traverser un troupeau et avoir les bons gestes, de la contention avec du matériel spécifiques qui permet d’intervenir sur des animaux en toute sécurité et en respectant l’animal, ce seront autant d’occasions d’échanger avec ceux qui vivent et travaillent en alpage.

Un marché de producteurs avec une véritable vitrine des produits de nos vallées vous attendra…

Un stand « tartines gourmandes » vous permettra de déguster les délicieux produits préparés par l’association « Patrimoine et culture » et le café de l’Alpe tenu par le Club des sports vous abreuvera…

Alors que midi approche, nous sentons le fumet délicat du repas qui se prépare… au menu une terrine aux myrtilles, puis un sauté d’agneau d’alpage avec gratin avec des agneaux inalpés en Maurienne, un peu de fromage et une tarte aux myrtilles.

Alors reprendront les animations pastorales et la fabrication du beurre à la baratte grâce à la famille Rostaing.

Au Col du Glandon les enfants ne seront pas oubliés avec le lâcher de bonbons en parapente (vers 14h). C’est Dominique qui jouera avec les thermiques du Col pour survoler avec son parapente la zone du Col pour jeter son précieux butin gourmand….

Et cette année, nous accueillons un « vache de manège », un troupeau de vaches rigolotes, un système musical unique avec un limonaire de cloches et bouilles de lait, une propulsion mécanique avec des parents qui traient une vache et un comédien pour mener tout ce petit monde…  Ambiance garantie.

Mahelys confectionnera des maquillages à base de plantes alpines d’ici et d’ailleurs et les enfants pourront participer et  arborer de belles couleurs sur leurs jolies frimousses.

Il n’est pas de fête pastorale sans un orchestre musette qui, cette année encore, vous fera chantonner ou esquisser quelques pas de danse.

Pour info, prix des repas

- samedi soir : toasts au fromage, soupe montagnarde, gâteau de Savoie aux myrtilles

Prix adulte : 13 euros

Enfant : 8 euros

- dimanche midi : terrine aux myrtilles, sauté d’agneau d’alpage et gratin (possibilité d’avoir des diots), fromage, tarte aux myrtilles

Prix adulte : 15 euros

Enfant : 12 euros

Réservation à la Maison du Tourisme de la Vallée des Villards 04.79.56.24.53

Sans titre "


Catégorie A la une, alpagesCommentaires fermés

L’Echo des Montagnes au col du glandon


Situé à 1924 mètres d’altitude, le Col du Glandon, à l’orée de Belledonne, est un lieu de passage entre l’Isère et la Savoie et relie les vallées des Villards, de l’Eau d’Olle et des Arves.

Pourquoi « L’Echo des Montagnes » ?

Parce que c’est une manifestation qui résonne et valorise les spécificités du col avec la découverte des alpages et des savoir-faire montagnards. Une terre de liens où l’on découvre que le pastoralisme est un monde vivant, moderne où simplicité et technicité se côtoient sans complexe.

Lancée en août 2012 à la suite d’un projet proposé par des étudiants en licence « valorisation des espaces montagnards » et sous l’impulsion de la Commune de Saint Colomban des Villards, « l’Echo des Montagnes » se déroulera sur 2 jours, les 30 et 31 août 2014.

La commune de Saint Colomban des Villards en étroite collaboration avec la Maison du tourisme de la vallée du Glandon et les communes voisines de Saint Alban des Villards et d’Allemont se sont lancées dans cette belle aventure festive.

« L’Echo des Montagnes » : une occasion unique pour rassembler les habitants de ces 3 vallées et inviter les visiteurs à découvrir un lieu de caractère.

PROGRAMME

Samedi 30 août A partir de 18h :

– assister à la traite sur l’alpage de Longe Combes

- 19h30 : vin d’honneur

- veillée sous chapiteau (repas montagnard de préférence sur réservation) AMBIANCE ACCORDEON

- illumination de la montagne avec des flambeaux… un hymne aux bergers de 300m de hauteur…

Dimanche 31 août A partir de 9h30 et tout au long de la journée :

– Marché de pays – Dialogue avec un troupeau

- démonstrations de chiens de troupeaux

– spectacle ‘La montagne a des oreilles » tout au long de la journée

– fabrication du beurre à la baratte – manège écologique « la cabane du jardin »

- tonte des moutons

- lâcher de bonbons en parapente

– repas (réservation conseillée)

Catégorie A la une, alpagesCommentaires fermés

Loup: une motion signée lors des Etats Généraux


Les maires des communes de Saint Colomban des Villards, Saint Alban des Villards, Allemont, Vaujany, Saint Jean d’Arves, Saint Sorlin d’Arves ont organisé les Etats Généraux intitulés: le pastoralisme et les loups de l’arc alpin.

loup p
Ces Etats Généraux qui ont réuni plus de 200 personnes, élus, éleveurs, bergers, chasseurs, professionnels du tourisme.. se sont conclus par une motion, votée à l’unanimité.

loup ma

Motion du Col du Glandon

A l’invitation de 6 maires d’Isère et de Savoie, des vallées des Villards, des Arves et de l’Eau d’Olle, mobilisés autour des difficultés rencontrées par les élevages alpins et par conséquent par les économies montagnardes, en présence des acteurs du territoire, élus, éleveurs, professionnels du tourisme, chasseurs, rassemblés ce jour au Col du Glandon, affirment leur pleine solidarité face au problèmes posés par le loup à l’élevage et à l’économie montagnarde. Tous ensemble, ils :

Font le constat que :

  • L’élevage pastoral est nécessaire pour l’économie des territoires de montagne et ruraux,
  • Le maintien du pâturage est le gage de l’entretien des paysages et de la préservation de la biodiversité,
  • L’élevage pastoral répond aux nouvelles attentes des consommateurs en termes de proximité, qualité, lien au terroir, sécurité alimentaire et sanitaire.

Font le constat que :

  • Les pertes directes et indirectes sur les troupeaux sont lourdes dans toutes les zones de présence du loup et deviennent inacceptables,
  • Les moyens de protection sont de moins en moins efficaces face à des loups qui s’adaptent et ne craignent plus l’homme,
  • Les chiens de protection, imposés en raison de la présence des loups,  deviennent une contrainte majeure pour la fréquentation de la montagne et l’économie touristique, avec de forts conflits d’usage avec les autres activités.

Affirment la nécessité de faire connaître la réalité du problème du loup et de la souffrance des éleveurs ;

Demandent aux pouvoirs publics de représenter les éleveurs et de protéger leur activité et la qualité de leurs produits ;

Prennent note des nouvelles orientations affirmées par la Ministre de l’Ecologie facilitant les tirs de loups ;

Refusent que la responsabilité pénale des problèmes pouvant résulter des chiens de protection retombe sur les éleveurs

Interrogent les pouvoirs publics sur le coût croissant que représente l’expansion continue des populations de loups

Refusent l’abandon et l’ensauvagement de leurs territoires

Affirment leur choix pour des montagnes et des territoires ruraux vivants

Réclament d’urgence une régulation opérationnelle du loup avec des moyens adaptés et obligation de résultat, avec une réactivité réelle des pouvoirs publics prenant en compte les situations de détresse locale.

Ces décisions pourraient être prises au niveau local en mobilisant notamment les chasseurs, et appelées à se traduire en plan de chasse, et dont la charge ne repose pas sur les seuls éleveurs ;

Exigent un déclassement du loup de la Convention de Berne et de la Directive Habitat, de façon à sécuriser le cadre juridique facilitant la régulation des loups.

Marie Noëlle Battistel, déoutée de l'Isère, est " consciente ddu désarroi des éleveurs mais le problème sera difficile à régler"

Marie Noëlle Battistel, députée de l'Isère, est " consciente du désarroi des éleveurs mais le problème sera difficile à régler"

Catégorie loupCommentaires fermés

L’écho des montagnes…


L’Echo des Montagnes est une manifestation qui résonne et valorise les spécificités du col du Glandon avec la découverte des alpages et des savoir-faire montagnards. Elle s’est déroulée les 24 et 25 août au sommet du col du Glandon et a attiré beaucoup de monde: alpagistes, amoureux de la montagne, simples visiteurs …

Tous s’est bien passé malgré une météo fraiche et arrosée le samedi…. Mais cette fête se voulait être une vitrine de la montagne et des bergers, et chacun sait qu’être berger ce n’est pas se faire bronzer…. Beau temps ou mauvais temps, le troupeau n’attends pas… et il faut dire que l’ambiance était chaleureuse à l’int’rieur des chapiteaux…
100 repas servis le samedi soir, 200 le dimanche, les visiteurs étaient au rendez vous….

illumination du berger : 300m de haut, 150 flambeaux, 12 personnes pour l'éclairer avec les jeunes du club des sports, de la Fédération des Alpages de I'Isère et les étudiants qui sont à l'origine de l'évènement...

illumination du berger : 300m de haut, 150 flambeaux, 12 personnes pour l'éclairer avec les jeunes du club des sports, de la Fédération des Alpages de I'Isère et les étudiants qui sont à l'origine de l'évènement...

Voici un diaporama photos de cette manifestation..Cliquer sur les photos pour les agrandir..


Catégorie A la une, alpagesCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+