Tag Archive | "coopenoix"

Journée de la noix à Coopenoix


La coopérative Coopenoix organise le 1er juillet une journée consacrée, tout naturellement à la noix.

Cette journée débutera par l’assemblée générale de la coopérative, présidée par Yves Renn. Début des travaux 8H30;

Elle se poursuivra par l’opération: journée de la noix à coopenoix.

En voici le programme

Sans titre

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Noix de Grenoble: très bonne récolte mais marché tendu


Avec Yves Renn, président de Coopenoix , accompagné du directeur de la coopérative, Marc Giraud, nous avons fait un tour d’horizon de l’actualité noix…

 » 2015 est une bonne année.. Tant au niveau de la récolte, du calibre et de la qualité. Paradoxalement cela profite davantage aux producteurs qu’aux entreprises. En effet le fait d’avoir peu de petites noix fait que l’activité cerneaux est en baisse. Hors celle ci participe bien aux comptes de résultats des entreprises ».

il faut dire qu’en 2015 tout était réuni pour que le rendement et la qualité soient au rendez vous.  » La météo a été extrêmement favorable,  année sèche avec des pluies au bon moment, l’état sanitaire très correct avec peu de maladies, les conditions de récoltes ont été très bonnes également. » Nous avons donc une hausse de production de 18% par rapport à l’année précédente avec des récoltes par zones très homogènes.

« Le paradoxe est qu’il est demandé aux nuciculteurs de produire de la qualité pour faciliter la vente et cette année le marché est tendu. « En effet, les américains ont confirmé leur retour, les noix australiennes arrivent, le Chili est devenu un gros exportateur de noix de qualité.  Rajoutons que la Chine a baisser ses importations de noix, sans doute parce qu’elle en produit davantage et le pays est victime de la crise.. »Rajoutons que l’Espagne, un gros client a décroché, pour les mêmes raisons.. »

Il faut noter aussi que les américains ont une politique de prix très agressive avec un prix de  mise en marché de 25% de moins par rapport à 2014..

Le marché européen est très porteur et attire donc toutes les convoitises et la concurrence s’annonce rude.  » Cela nous amène à réfléchir, à nous adapter tout en se disant que nous investissons pour l’avenir proche, même pour 2016 du fait que nous avons une production de qualité. Nous faisons le maximum pour satisfaire nos clients avec un rapport qualité prix très maitrisé.  A nous aussi de tenter de sortir des marchés classiques, de ne pas négliger toutes les opportunités.. »

Coopenoix commercialise  à  80% à l’export, ne faudrait -il pas avoir une politique de commercialisation davantage axée sur notre territoire.. ?  » Le souci est que le marché français n’est pas extensible. Nous ferions une concurrence à d’autres metteurs en marchés. Ce serait néfaste à moyen terme. »

Marc Giraud nous informe également que la noix du sud-ouest souffre également:  » la production est là et les principaux clients sont les espagnols.. Hors cette année l’Espagne importe beaucoup moins.. »

Abordons également le  prix payé aux producteurs.  » Les metteurs en marché font le maximum pour que le prix soit le meilleur possible, c’est un fait. Il faut être serein, il sera proche d’une certaine logique »

Yves Renn de rajouter:  » la noix de Grenoble a de la chance d’avoir une filière soudée, ou tout le monde travaille dans le même sens. Ceci est indispensable si on veut conserver une filière qui va de l’avant… »

Gilbert PRECZ

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

AG de Coopenoix


L’assemblée générale de la coopérative Coopenoix s’est déroulée dans une salle comble à St Appolinard.

Sans titre 2

Présidée par Yves Renn en présence de Michèle Bonneton, députée, de Bernard Perazio, conseiller départemental, de Jean claude Darlet, président de la chambre d’agriculture de l’Isère, ce rendez vous important pour las adhérents de la coopérative mais aussi pour l’ensemble de la filière noix a permis de faire le point sur de nombreux dossiers.

L’année 2014 est qualifiée de moyenne suite à un volume en baisse de 34% par rapport à l’année 2013. Au cours des cinq dernières années, seule l’année 2010 avait été en dessous en termes de volumes collectés. Les calibres eux aussi ont été très moyens. En cause les conditions météo très défavorables sur la première quinzaine de juillet.

 » Quant à la qualité des noix, le cru n’est certes pas exceptionnel mais il est réconfortant de constater que Coopenoix renoue avec un bon standard  » a précisé le président Renn..

 » Une qualité qui doit être en totale cohérence avec le prix des noix, en un mot prix élevé égale très bonne qualité sinon on risque d’aller vers des problèmes « annonce le président de Coopenoix.

Marc Giraud, directeur de la coopérative explique que  » la baisse des volumes constatée est indéniable mais il faut comparer ce qui est comparable. 2013 étant une saison particulièrement bonne en termes de volume. »

Pour mieux expliquer son raisonnement il précise:  » certes on a perdu 34% de collecte entre 2014 et 2013, mais seulement 25 % à la moyenne des trois dernières années. »

Coopenoix a pu passer ce cap de manque d’approvisionnement grâce au stock de l’année 2013. »  Grâce à la prévision de récolte nous avons pu anticiper et prévenir nos clients que nous ne pourrions pas les satisfaire totalement ..  » a précisé Marc Giraud qui a rajouté  » le volume de la récolte 2014 n’a pas permis le développement de l’action commerciale et la recherche de nouveaux clients ».

Au niveau des marché européen, il a été dopé par la faiblesse de l’offre européenne mais le directeur de Coopenoix prévient: les américains qui avaient abandonné l’Europe y reviennent de façon plus prononcée avec des volumes plus importants ».

Le marché du cerneau a été abordé. Une étude sur l’évolution des marchés noix en coques et cerneaux a été réalisée. Les résultats de cette étude permettront de définir en 2015 les choix stratégiques de Coopenoix pour les années à venir  » mais au vu des premiers résultats,  et malgré une évolution très positive de la consommation de cerneaux, l’orientation de la coopérative vers le développement de l’activité cerneaux n’est pas évidente compte tenu du peu de matière première disponible et de son coût élevé  » précise Yves Renn.

 » La politique d’investissements de Coopenoix doit faire l’objet d’une stratégie cohérente et réfléchie renchéri Marc Giraud.

Yves Renn s’est dit satisfait des excellentes relations qui existe  entre la coopérative et l’ensemble des acteurs de la filière noix, la Senura, le CING. A ce propos il a dit avoir entendu le coup de gueule d’Yves Borel lors de l’assemblée générale du CING concernant la noix fraîche.

Le dossier noix fraîche, noix vertes a donc été soulevé et il a été soumis l’idée  que soit instituée une date limite de consommation (DLC) sur la noix verte. et qu’une  commission maturité se réunisse pour la noix verte, comme c’est le cas aujourd’hui sur la noix de Grenoble AOP. Affaire à suivre..

Gilbert PRECZ




Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Yves Renn: rester vigilants


P1210166

Yves Renn, président de la coopérative Coopenoix nous a précisé que la campagne 2014 s’est déroulée dans des conditions climatiques favorables.. » mieux qu’en 2013, au niveau de la qualité mais pas au niveau de la quantité…. »

En effet les apports sont inférieurs, à Coopenoix de 35% par rapport à l’année précédente..

 » Cela a obligé la coopérative à bien gérer, faire même des arbitrages afin de servir au mieux ses clients.. ». Et Yves Renn de préciser: « la politique de la coopérative est d’établir un prix en fonction de la qualité des noix, des volumes et du marché .. Ce n’est hélas pas le cas de tous les metteurs en marché et je le déplore. « 

Yves Renn aborde aussi le dossier qualité:  » elle est primordiale…  » Depuis quelques années elle était au rendez vous.. puis en 2013 elle a « plongé ». En 2014 elle est sur les bases de 2012. Cela signifie que même si nous subissons les aléas climatiques nous devons être vigilants, les producteurs et les metteurs en marché.  » Problèmes climatiques mais aussi sanitaires:  » nous avons réussi çà canaliser la mouche du brou,  mais nous avons des problèmes avec les noix noires. Le problème est que de l’extérieur, la noix est belle mais son cerneau est noir et la noix n’est pas consommable.  » Renseignements pris, sur certains secteurs plus de 30% de la récolte a été impactée..

La noix de Grenoble se vend bien..  » nous avons été aidés par le fait que les Etats Unis s’occupaient du marché chinois mais depuis 2013, ils délaissent la Chine pour revenir sur les marchés européens.. nous devrons donc être vigilants.. » Par contre la parité euro/dollar telle qu’elle est aujourd’hui  » nous favorise. Ce rééquilibrage est bon pour nous.. moins pour les USA.. »

La noix de Grenoble est toujours prisée à l’étranger. Si l’Italie et l’Allemagne sont nos principaux clients on note une chute des demandes en provenance de l’Espagne.. La crise doit passer par là!

Coopenoix pense avenir et celui ci passe par l’installation des jeunes agriculteurs:  » oui nous aidons les jeunes qui souhaitent s’installer, de même que des aides à la plantation existent et nous proposons donc des prêts à taux zéro pendant une durée de 7 ans. Il est tout à fait normal que la coopérative donne un coup de pouce à ses adhérents ou futurs adhérents.. »

Bien entendu le président de Coopenoix souhaite qu’une vraie politique du maintien du foncier se mette en place…  » on ne peut pas avoir que des exploitations situées sur les coteaux tout en sachant que la mécanisation rend difficile le travail sur ces coteaux.. »

Il est bien entendu trop tôt pour parler de la campagne à venir.. On en reparlera le moment venu..

Gilbert PRECZ



Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix: Yves Renn succède à Pierre Gallin Martel


Lors du conseil d’administration du 18 septembre, le premier qui a suivi l’assemblée générale annuelle de Coopenoix, Yves Renn a été élu président de la coopérative. Il succède à Pierre Gallin Martel qui avait été élu à la présidence de Coopenoix en 2005.

Yves Renn est producteur de noix à Serre Nerpol.

Il sera secondé par deux vice-présidents: René Bayle et Gilles Brichet-Billet.

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Assemblée générale de Coopenoix


L’assemblée générale annuelle de Coopenoix s’est déroulée dans les locaux de la coopérative, à Vinay, sous la présidence de Pierre Gallin Martel.

Outre les adhérents, nombreux, plusieurs responsables professionnels agricoles, de nombreux élus, dont le président du conseil général de l’Isère, Alain Cottalorda, ont assisté aux débats.  » Je suis un élu du nord Isère, je connais très peu la filière noix, je suis donc venu pour apprendre, pour voir comment vous travaillez, a précisé le successeur d’André Vallini à la tête du département.

Pierre Gallin Martel a évoqué les résultats de la récolte 2013:  » en terme de volume, avec 8100 tonnes de noix récoltées, nous pouvons considérer que 2013 est une bonne année.. Mais il faut y mettre des bémols: les calibres sont sensiblement inférieurs à une année normale et la qualité des noix est très hétérogènes. »

PG

En cause, les aléas climatiques du printemps et du mois d’octobre qui ont retardé la végétation et provoqués d’importantes difficultés de récolte..

« il est indispensable que nous puissions faire face à une telle situation. Deux axes majeurs sont préconisés: des équipements bien dimensionnés et une organisation de chantier sur les exploitations et des moyens humains adaptés. »

A noter que 700 tonnes de noix bio ont été récoltées en 2013, soit 150 tonnes de plus qu’en 2012.. Cette évolution est cohérente avec l’évolution de la demande du marché..

Renouvellement des vergers

Pierre Gallin Martel a été clair:  » si les producteurs de Coopenoix ont atteint un niveau de plantation de 5% environ de la surface des vergers en 2013, c’est insuffisant! La filière souffre davantage de l’approvisionnement que de la commercialisation, que du conditionnement.. Il faut planter davantage afin d’assurer une progression des volumes.. un déficit de production ouvre une large porte à l’exportation.. La concurrence internationale est farouche.. »

Autre piste: la diversification variétale:  » c’est un atout..Certes les variétés AOP noix de Grenoble sont des valeurs sûres.. mais il faut les mixer à des variétés du type Fernor ou Chandler qui offrent une qualité régulière et une mise à fruits plus rapide.. « 

Coopenoix axe l’essentiel de ses actions dans le cadre d’une démarche qualité  » Depuis 6 ans nous obtenons régulièrement la certification IFS pour les noix en coque et depuis 4 ans pour les cerneaux.. Cela prouve le sérieux de notre mobilisation dans ce domaine.. »

Une production pérenne, de qualité.. cela passe obligatoirement par un soutien technique aux producteurs.. A ce niveau là Coopenoix va encore amplifier son action et son soutien aux producteurs au niveau des essais, informations techniques communiquées aux producteurs..

 » Notre objectif est clair: améliorer, grâce à notre soutien technique, le revenu de nos producteurs.. »

l’outil de production a été amélioré, un nouveau site internet: http://www.coopenoix.com/ a vu le jour, une collaboration étroite de Coopenoix avec la filière, au niveau de la communication, de la recherche… oui Coopenoix est partout présente…

La saison à venir

Pierre Gallin Martel a donné quelques précisions sur la campagne 2014.

 » Si la prévision de récolte se confirme, 2014 s’annonce nettement inférieure à 2013 avec des calibres plus élevés mais pas exceptionnels..

A noter tout de même que le contexte mondial demeure favorable à notre production, la consommation de fruits secs est toujours en hausse, la parité euro/dollar est favorable aux exportations, une production française moyenne en volume, une sécheresse qui touche le verger californien, devraient permettre à la filière noix française de pouvoir maintenir des prix par calibre proches de 2013.. » Certains espèrent même une hausse…

Suite à cette assemblée général très dense.. une visite de la coopérative était au programme..

pg 2pg3pg4pg5pg7pg8

Gilbert PRECZ












Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix: le sérieux… la qualité


L’assemblée générale de la coopérative Coopenoix s’est déroulée dans ses murs en présence de nombreux coopérateurs mais aussi élus et personnalités..

Plusieurs temps forts lors de ce rendez vous annuel orchestré par le président de Coopenoix, Pierre Gallin Martel.. Présentation du nouveau site internet: coopenoix.com, exposé sur la noix en Italie.. et discours des décideurs..

A la tribune, Pierre Gallin Martel président et Marc Giraud, directeur de Coopenoix entourés d'Alain Cottalorda, président du Conseil Général de l'Isère et Michèle Bonneton, députée.

A la tribune, Pierre Gallin Martel président et Marc Giraud, directeur de Coopenoix, entourés d'Alain Cottalorda, président du Conseil Général de l'Isère et Michèle Bonneton, députée.

Jean claude Darlet, président de la chambre d’agriculture de l’Isère, nuciculteur, adhérent à coopenoix..  » on a coutume de dire: quand la noix va, l’agriculture va bien.. certes la noix va bien mais il faut penser à préparer l’avenir..Nous devons poursuivre dans la démarche qualité.. cela passe par une remise en cause de l’ensemble des maillons de la filière.. « 

Christian Nucci, vice président du conseil Général, en charge de l’agriculture a souligné que le conseil général de l’Isère serait toujours aux côtés de la filière noix,  » une noix de Grenoble AOP fleuron de notre département..Une production qui doit sa réussite grâce à la qualité de ses hommes, du produit fourni.. il faut poursuivre dans cette démarche de qualité.. apporter des solutions si besoin comme la mise en place de réseaux d’irrigation, préserver le foncier, assurer la succession des exploitations et favoriser la plantation.. »

Alain cottalorda, président du conseil Général de l’Isère  » depuis quelques semaines » a précisé:  » je suis un élu du nord Isère, je connais mal la filière noix, pas comme Christian Nucci et surtout mon prédécesseur André Vallini à la tête du département. Ce dernier étant élu de Tullins et du Sud Grésivaudan donc en plein coeur de la noyeraie….

noix 2

noix 4

Je suis donc venu écouter, apprendre, voir comment vous travaillez…

Pour Alain Cottalorda, la noix de Grenoble  » fait partie de notre patrimoine à plusieurs niveaux, on a peut être oublié le volet touristique.. »

Il a enfin mis en avant les valeurs de la démarche coopérative:  » l’union fait la force »..

Pour Michèle Bonneton, députée, Coopenoix est un bel exemple d’une coopérative dynamique, bien gérée.. d’une coopérative qui réussi..

Elle a, elle également beaucoup insisté sur la qualité..  » la noix de Grenoble représente le label made in France à travers le monde..  »

Gilbert PRECZ

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix: un site internet moderne, convivial, interactif..


L’assemblée générale de Coopenoix organisée dans les locaux de la coopérative a permis de débattre de nombreux sujets, d’appréhender le marché de la noix en Italie mais aussi de découvrir le nouveau site internet de Coopenoix.

Pierre Gallin Martel, son président a confirmé quelques instants avant son lancement officiel:  » nous avions deux sites internet: coopenoix.com et pour les adhérents et institutionnels et alpnoix. com pour les consommateurs. Soyons honnêtes, ils ne nous donnaient pas satisfaction. Nous avons donc décidé leur refonte pour aboutir à un site plus convivial. »

Ce nouveau site: http://www.coopenoix.com/ découvert à l’AG est sans aucun doute beaucoup plus moderne dans son graphisme, son approche avec différentes rubriques.. Il collera mieux à l’actualité, à la vie de Coopenoix.

Ce site se veut spécialisé en noix, certes, mais s’adresse au grand public.

Les producteurs gardant un espace privé, accessible avec un code d’accès.

Chacun a retenu des rubriques comme  l’agenda, l’actualité, la météo, les petites annonces…

Il est bien entendu que le site de coopenoix se veut aussi interactif..

coopenoix.com et sillon38.com, voilà deux sites internet qui se complètent à merveille, concernant la valorisation, les actualités concernant la filière noix de Grenoble..

Pour information, la rubrique nuciculture de sillon38 compte à ce jour 145 articles…

Pour partir à la découverte de coopenoix.com cliquer sur sa   » une » ci dessous..

Coopenoix site


Catégorie nucicultureCommentaires fermés

A la découverte de la production noix en Californie


Un groupe de producteurs de Coopenoix et Franck Michel, technicien, ont participé à un voyage d’étude en Californie.

La première étape de ce voyage a amené le groupe à l’Université de Davis ou il a rencontré David Ramos.
Retraité de l’Université de Californie de Davis, il est aujourd’hui directeur de recherche pour le California Walnut Board (équivalent Français du CING).

Le contexte

La Californie compte en 2013, 100000 ha de noyers en production, 12000 ha de jeunes vergers, 4000 ha de plantation par an, 5000 producteurs et 89 sociétés commerciales de mise en marché.

La production californienne est centrée sur la région de Sacramento (46%), San Joaquim (53%) et sur la côte centrale (1%).

La répartition variétale est composée de Chandler (43 %), Hartley (17%) et Howard (10%). La Franquette est considérée comme tardive (précocité comme Chandler et Hartley) et est utilisée comme pollinisateur (3%). 65% des noix sont exportées en coque.

Le budget annuel consacré à la recherche mais aussi au marketing et à la communication sur la noix s’élève à 27 millions de dollars, soit 21 M€!

Ce montant provient du soutien du California Walnut Board pour 9 M$ (7 M€) et pour 18 M$ (15 M€) de la commission des recherches (biotechnologies, variétés et porte-greffe, lutte par phéromone…).

L’ensemble des producteurs américains contribuent au financement à hauteur de 0,01 €/kg de noix.

noix 4

Les enseignements de la recherche

A l’occasion d’une discussion avec le Dr James E. Adaskaveg du département de pathologie des plantes, spécialiste de la bactériose et Richard P. Buchner, conseiller maladies noix à l’UC Davis, le groupe de producteurs de Coopenoix apprenait que la bactérie pathogène du noyer Xanthomonas arboricola pv juglandis (Xaj) et de nombreuses autres bactéries vivent entre les écailles des bourgeons, sur les organes reproducteurs mâles (chatons) et femelles (pistils).

Les plus connues et identifiées à ce jour sont Arthrobacter, Massilia, Curtobactérium, Enterobacter, Frigoribactéruim, Microbactérium, Pantoea et Terrabacter spp.

Entre 2005 et 2010, des études californiennes démontrent l’existence d’une sensibilité variétale liée à la date de floraison, donc à la précocité de débourrement de la variété. Selon M. Adaskaveg, il faut privilégier les variétés à floraison tardive par rapport au cycle de Xanthomonas arboricola pv juglandis et au climat (pluie).

Les fongicides utilisés en Californie associent du cuivre sous forme oxychlorure ou hydroxyde, et des dithiocarbamates (Manébe, Mancozèbe), qui à ce jour restent les plus performants.
En agriculture biologique, l’utilisation de stimulateur de défense naturelle (SDN), de champignons prédateurs ou d’extraits de végétaux à action fongique donne des résultats encourageants.

Les « conseils et/ou pratiques »californiens pour une bonne gestion de la maladie bactérienne :
• choisir différentes formulations de cuivre et s’assurer d’avoir une fréquence de traitement soutenue ;
• commencer les traitements tôt en saison, et en conditions humides, intervenir à l’ouverture des chatons (stade Bm2);
• maintenir une couverture efficace cuivre/mancozèbe (1 application/semaine) en conditions d’humidité (pluie, rosée, brouillard), et en fonction du développement végétatif;
• avoir une qualité de pulvérisation permettant une couverture maximale de la végétation, ne pas négliger la vitesse d’avancement (3 à 4 km/h maxi), avoir un appareil bien réglé et utiliser un volume d’eau de 900 à 1500 l d’eau/ha.


La présentation de Thémis J. Michailide, spécialiste de l’anthracnose et des champignons à l’UC Davis a également appris au groupe de Coopenoix que, comme pour la maladie bactérienne, il existe une différence de sensibilité variétale vis-à-vis des champignons.

Les produits utilisés contiennent en général deux substances actives, contrairement à la France, ou sur noyer les fongicides utilisés n’en contiennent qu’une seule!

J. Michailide nous a présenté l’impact des chancres sur bois dû aux champignons de la famille des Botryosphaeria (193 espèces) et Phomopsis (21 espèces). Ces champignons sont responsables de flétrissements des branches, voire de leur mortalité.
Ces agents pathogènes s’installent dans les pousses affaiblies, soit par l’ombre dans le verger, soit à la suite d’attaques de cochenilles.

noix 3


Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix: proposer aux producteurs des solutions d’anticipation adéquates


Les conditions particulières de la récolte 2013 ont eu de lourdes conséquences pour certains nuciculteurs et ont pénalisé la qualité de la récolte.
Au vu de ces événements, le Conseil d’Administration de Coopenoix a chargé les techniciens d’analyser les différents facteurs qui se sont conjugués cette année.
L’objectif : proposer aux producteurs des solutions d’anticipation adéquates.

Voici l’article paru dans Objectif, le journal des adhérents de Coopenoix.

COOP 1COOP 2

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+