Tag Archive | "Corte"

Liu Yang doit sa vocation à la Corse et au camembert


Liu Yang:

Liu Yang: "J'ai toujours aimé la France"

Liu Yang, 37 ans, marié, originaire de Dongbei dans la province du Heilongjiang, a ouvert une fromagerie il y a un an à Pékin, après avoir cherché sa voie en France où il a appris la langue et suivi plusieurs formations. Il est, sans doute, l’un des seuls artisans fromagers de la capitale chinoise.

Né d’un père radiologue et d’une mère infirmière, rien ne le destinait vraiment à être artisan fromager. Sa vocation est née en Corse, à Corte, où il a vécu deux ans. C’est là, dans l’île de Beauté, qu’il a véritablement appris le métier.

Son voisin, M.Cesari, berger et producteur fermier, y est pour beaucoup. C’est chez lui qu’il a fait son stage, après avoir passé un an sur les bancs du lycée agricole de Bastia.

Liu Yang nous a raconté son étonnant périple.

« En Chine, je suis titulaire dune licence en informatique. Après 4 ans de travail à Zhong guancun (quartier de l’informatique de Pékin) dans une société de produits électroniques, j’ai eu envie de changer de carrière, j’ai donc décidé d’aller en France en 2001 suivre une formation de management et affaires internationales .

Pourquoi j’ai choisi la France? Parce que j’ai toujours aimé ce pays et que c’était pour moi une belle opportunité de découvrir la culture française et de reprendre des études.

Je suis arrivé à Clermont-Ferrand en octobre 2001, où jai suivi des cours de français intensifs pendant un an. En 2002, jai commencé à étudier la spécialité de Management PME à Aix-en-Provence, et en 2005, jai suivi en Corse, la spécialité « Affaires Internationales au Sud Méditérannée ».

Comment as-tu découvert le fromage francais ?

liu-yang3« C’est lors d’un buffet organisé par l’université d’Auvergne que j’ai pu goûter mon premier fromage français, que j’ai tout de suite aimé, c’était un camembert !

Il faut dire quen Chine, déjà pendant mon enfance, ma grande-mère élevait des chèvres. J’ai bu beaucoup de lait de vache et de chèvre. Nous avions aussi une vache dans notre jardin que nos voisins élevaient avec leurs autres vaches.

Pendant deux ans, j’ai vécu à Corte en Corse, mon voisin était berger (Société Cesari frères), une famille très généreuse qui ma fait goûter son fromage de brebis et m’a appris à le fabriquer, à la façon de Venaco (1).

Cest ce qui, par la suite, ma vraiment donné l’envie de faire du fromage à mon retour en Chine, j’ai alors suivi une formation de fabrication du fromage pendant un an au lycée agricole de Bastia, puis j’ai fait un stage chez mon voisin . »

Est-ce quaujourdhui les Chinois sont consommateurs de fromage ?

« Les Chinois sont curieux de manger et essayer de nouvelles choses, de plus en plus de mes compatriotes mangent des produits laitiers, ils ont habitude de boire du lait et du yaourt, là ils commencent à consommer des fromages fondus et de la mozzarella.

Je pense qu’ils sont prêts à essayer de goûter les nouveaux produits importés, c’est une très bonne chose qui m’encourage à continuer de faire de vrais fromages français, même si je n’ai pas encore beaucoup de clients chinois pour le moment, mais ça va venir dans les prochaines années ».

Peux-tu nous présenter ta fromagerie ?

liu-yang2

« Jai lancé ma fromagerie dans le nord de Pékin à Hui Long Guan, il y a maintenant 1 an, une fromagerie artisanale denviron 100m2. Ma production est de 200 kg de fromage par mois.

Fabriquer du fromage en France ou fabriquer du fromage en Chine, cest complètement différent : en Chine, il faut pouvoir trouver du lait de qualité, et il faut aussi dire que le climat de Pékin est très sec, ce qui fait que ce nest pas facile de contrôler la température et il y a aussi les problèmes dhumidité

Cest difficile, mais je suis quand même content du résultat.

Depuis juin 2010, je suis en mesure de proposer une dizaine de produits : le fromage blanc, le mini crottin, la pyramide, la tome, le gris de Pékin (sorte de camembert) et le gris de Pékin crémeux et au lait cru, de la crème fraiche, la brousse, le gris aux herbes de Provence et aux herbes de jardin (basilic, persil, ail, poireau et poivron) et aussi un plateau de fromages (2).

Mon fromage est fabriqué selon la méthode de fabrication française, le matériel, les ferments, les présures sont importées de France, dans des conditions sanitaires rigoureuses ».

Tu as pris pas mal de virages tout au long de ton parcours, passant de l’informatique au management. Qu’est-ce qui t’ a guidé dans le choix de ce métier d’artisan fromager?

« A ceux qui me lisent, on dit en Chine que « les gens qui se rencontrent par hasard, ce sont les gens qui ont la yuanfen, la chance. J’ai rencontré des fromagers français en France, vous goûtez mes fromages en Chine, tout ça c’est notre yuanfen.

Jespère pouvoir continuer daugmenter ma production de fromage, avec toujours comme objectif principal la qualité et la passion de faire découvrir la culture du fromage français et aussi organiser des dégustations ».


Pour voir la vidéo faite par Olivier Le Clouërec, cliquez sur ce lien:  http://v.youku.com/v_show/id_XMTg0NTUyMjY4.html

________________________

(1) Le Venaco, est avec le Niolo, le Calenzana et le Broccio, le plus typique des fromages corses. Tous les ans, le premier week-end du mois de mai, la Foire du fromage de Venaco réunit de nombreux fermiers et producteurs corses ainsi que des milliers de visiteurs.

(2) Liu Yan a un site internet où il présente toute sa production: www.lefromagerdepekin.com/

Catégorie interview, lait/produits laitiers, terroirs/gastronomieCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2020
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+