Tag Archive | "Didier Villard"

Cultiver les passions, pour éviter le fanatisme…


L’émission Prodige sur Antenne 2 avait un peu  l’air de l’école des fans, avec autant de tendresse pour les jeunes candidats, mais avec un niveau élevé de performance artistique.

On y voyait défiler des jeunes ou  très jeunes, qui, en quelques minutes nous faisaient partager  leur passion et leurs capacités que ce soit sur le chant, la musique ou la danse. On ne pouvait rester insensible à cet étonnant spectacle où les enfants  venaient faire partager le plaisir de leur passion avec un public, avec la télévision et des millions de téléspectateurs. Que l’on aime ou pas, j’étais pour ma part subjugué par le talent et l’aisance ;  quelle réussite, quelle émotion et quelle qualité !

Etonnantes performances entre les petits doigts  de 8 ans qui s’agitaient sur le piano,  la  voix travaillée d’un Ave Maria,  la grâce de la jeune harpiste, l’envie de réussir et l’agilité des danseurs.

Ces passions sont une chance,  elles sont une force pour notre société. Nous nous devons de les  mettre en valeur dès le plus jeune âge.  Il faut être vigilant à ce qu’elles ne deviennent pas envahissantes au point d’en oublier la vie en société et les règles  du collectif. Mais c’est justement  lorsque  les jeunes n’éprouvent plus de passion, que la société risque d’exploser. Car ils se tournent vers d’autres  pistes, rejet, drogues, alcool, fanatismes, extrémisme, violences…

Sans vouloir faire du jeunisme qui est aussi une forme d’excès, il semble important de donner aux jeunes la place qu’ils méritent. Et la preuve était faite encore hier soir, qu’ils sont capables de se dépasser, pour faire mieux et faire plaisir. Ils démontraient sans artifice,  et tout naturellement qu’ils prenaient plaisir à naviguer sur les cordes du violon, autant qu’à  le faire  partager. Et quelle compétence !

Quand on tombe dans le pessimisme, quand plus rien ne va,  une émission comme celle- là, nous remet plein d’espoir sur ce qu’on pourrait faire demain de notre société. Faire confiance, accompagner des passions, favoriser l’accès à la musique, au sport, à l’artisanat ou d’autres métiers manuels, et à divers intérêts,  c’est aussi inculquer le fait qu’il n’y a de satisfaction que dans l’effort et le travail, le respect des règles et le partage du plaisir, la complémentarité avec la vie familiale et professionnelle.

Faisons en sorte que l’année qui vienne, soit bénéfique à l’éveil de passions nouvelles, pour nos enfants, nos ados et tous  ceux qui ont du temps libre.  Et que chacun   puisse être perçu, non pas comme le meilleur ou le moins bon, le plus riche ou le « sans le sou » mais comme un réel  intérêt, une étonnante  curiosité, ou une reconnaissance.  C’est cela sûrement qui manque  à la cohésion de notre société.

N’était-ce  pas aussi un des objets de l’égalité des chances? Alors, il nous reste du chemin à parcourir dans nos banlieues, dans notre façon de concevoir l’enseignement, d’aménager  nos  villages, de pratiquer   l’insertion, de percevoir le bien vivre ensemble.

Certains s’y sont attelés, on n’en  voit pas  encore beaucoup de lisibilité. Mais  les amalgames, et les tensions que l’on vit  ou que l’on provoque aujourd’hui, nous obligent à la réussite.  Et en lui  confiant toutes les libertés de notre  république, notre jeunesse se  fera un plaisir à imaginer un avenir où chacune des  passions sera le ciment des diversités et des tolérances…

Bonne année

DidierVillard

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Accord-cadre entre Danone et le groupement des producteurs de lait de l’Union des Terres froides.


Le ministre de l’Agriculture en personne, Bruno Le Maire, a assisté à la signature du contrat-cadre qui lie le groupe Danone au Groupement des producteurs de lait de l’Union des Terres froides.

Le ministre rappelant que la signature de tels contrats ont pour finalité de stabiliser les prix et de permettre aux producteurs d’avoir une visibilité sur du long terme. Il souhaite bien évidemment que ce genre de contrat se multiplie à travers la France, il y en a une vingtaine de signés à ce jour.

Ce contrat qui entre dans le cadre de la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche unit un groupement laitier à un industriel. Ce contrat, pluri-annuel, permet de fixer, en accord entre les deux partenaires, les volumes apportés et de fixer les modalités de paiement et les prix.

Avec ce genre de contrat, on ne devrait pas la filière laitière ne devrait plus revivre une crise comme celle de 2009.  » On ne s’en relèverait pas » a prévenu Didier Villard Président du Groupement.

Chacun a rappelé que jusqu’à présent les accords étaient oraux, à présent ils sont signés de façon plus engageante pour les parties.

Olivier Delaméa, directeur de Danone a précisé que « Danone, sans les producteurs n’existerait pas et que les producteurs sans des entreprises comme Danone auraient bien du mal à écouler leur production. Il est donc tout à fait logique que l’on s’entende et que l’on se fixe des règles. »

Didier Villard,  a pour sa part indiqué que ce « contrat écrit est un outil. Ce n’est pas la panacée, loin s’en faut mais il devrait permettre d’aider à maîtriser une quantité. Il doit s’accompagner d’autres mécanismes de régulation afin de limiter les effets yoyo du prix du lait qui sont catastrophiques pour la bonne tenue de nos exploitations »

Cette signature s’est déroulée au GAEC de Maison Basse, à Doissin géré par Lionel et Nicolas Durand.

Le ministre, campagne électorale oblige, a rappelé que « l’Etat ne laissera pas tomber son agriculture… »

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Fête du Bleu, Didier Villard:  » formidable interaction entre tous les acteurs du territoire »


Ce n’est pas l’habitude de la maison sillon38… mais comment ne pas mettre en avant la réaction, le commentaire « à chaud » de Didier Villard, vice président de la chambre d’agriculture de l’Isère.

Didier a tenu a participer, activement, à cette fête du bleu et à travers elle à accompagner la mutation qui se met en place au niveau des moyens de productions, de promotion, de vente des produits qui, nous en sommes convaincus, ont un avenir car notre département a un potentiel qui fait beaucoup d’envieux!

Reste à certains décideurs de savoir faire fi de leurs intérêts personnels, politiques, de leurs pensées syndicales et de faire bloc afin d’élever notre agriculture départementale au plus haut rang…

L’Isère est citée comme un département novateur dans bon nombre de domaines, pourquoi ne le serait-elle pas au niveau de son agriculture? C’est une question d’hommes!

Voici le commentaire que Didier Villard a fait parvenir à la rédaction de sillon38.comVillard

« Ce qu’il y a de remarquable dans cette fête du bleu, c’est l’interaction entre tous les acteurs du territoire, le Parc, l’APAP, les collectivités locales, le Siver, la station d’élevage,etc… tous contribuent pour porter autour d’un produit de terroir une image du territoire, une agriculture de montagne, toute une vie rurale, et même toute une histoire et une culture.

A tel point que l’on ne sait plus si c’est la fête d’un fromage, ou  si c’est bien plus largement la promotion d’un mode de vie, d’une économie locale.C’est certainement cette ambiguïté bien orchestrée, cette osmose, cette complémentarité qui sont la preuve que le Vercors est bien vivant, dynamique et que cet évènement, plus qu’une fête, est bien la consécration d’un Vercors respectueux et fier de son histoire. Il est indéniablement prêt à puiser toutes ses ressources pour s’assurer un avenir avec son agriculture comme pièce maîtresse .
Bravo à tous et merci pour cet accueil chaleureux.
On y reviendra. »


Catégorie agriculture, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Partez à la découverte du monde agricole…


Pour les habitués de la foire de Beaucroissant, celle ci n’évolue pas, ou peu…. Et pourtant il y a un secteur qui, en quelques années a beaucoup bougé, c’est celui qui réunit les organisations professionnelles agricoles. On est en effet passé d’un espace très disparate, peu attractif quoique très convivial à un pôle unique qui a pour nom Agrivillage.

Gérée par une association, cette structure créée en 2007 ne cesse d’évoluer.

Didier Villard, président de l’association Agrivillage: »

Beaucroissant est un lieu de fête, de promenades et de rencontres imprévues. C’est une grande foire agricole où le commerce d’animaux fait place progressivement à des expositions d’animaux de qualité et un concours régional charolais de grande notoriété.

CARSA Pour les exploitants agricoles, Beaucroissant coïncide avec une période où se préparent les investissements en matériels et en bâtiment. Et c’est pour cela qu’Agrivillage s’inscrit naturellement dans cette foire où chacun vient trouver une réponse, un conseil, une idée, pour se projeter vers l’avenir.

Rappelant par son nom la notion de village, Agrivillage souhaite afficher l’action des organisations agricoles dans une ouverture sur le monde rural et mieux inscrire le développement de l’agriculture dans l’évolution de la société.

Rendre attractif le métier d’agriculteur, rapprocher les pratiques agricoles des enjeux de la société, proposer des pistes pour protéger le patrimoine foncier, générer du revenu aux exploitants, faciliter le travail quotidien, assurer le développement par des formations adaptées, garantir la pérennité des exploitations agricoles et de la vie rurale, voilà quelques principes sur lesquels chaque membre d’Agrivillage se retrouve pour communiquer sous une même  bannière. »

Visiteurs, pensez Agrivillage  si vous souhaitez vous informer, découvrir, échanger, proposer des idées nouvelles ou tout simplement faire une pause pour agrémenter la longue marche le long des allées de Beaucroissant….

Petit rappel, la foire 2011 durera quatre jours: du 11 au 14 septembre.


Catégorie A la une, foire de BeaucroissantCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+