Tag Archive | "eau"

La soif dans le monde


Dans ce voyage autour de la terre, le photographe Yann Arthus-Bertrand s’intéresse à l’un des enjeux majeurs pour la survie des populations : l’eau.

Aujourd’hui, dans un contexte de forte croissance de la demande, d’augmentation de la population mondiale et d’aggravation des effets des dérèglements climatiques, l’eau est devenue l’une des plus précieuses richesses naturelles de notre planète.

Le film est tissé de rencontres, un berger du nord du Kenya explique qu’il a tué pour de l’eau et qu’il le fera encore. Des femmes dansent lorsque l’eau arrive enfin dans leur village. Une ambassadrice des Nations unies atypique explique son combat pour l’accès à l’eau.

Date : 20/03/2012
Horaire :
20H35 – 22H45
Durée :
130 mn

Catégorie eau, planète TerreCommentaires fermés

Débat: l’eau gouvernance citoyenneté


Le 6ème Forum Mondial de l’Eau va réunir 25 000 personnes venues du monde entier avec plus de 180 pays représentés. Il aura lieu en France à Marseille du 12 au 17 mars 2012 avec pour objectif d’améliorer les conditions d’accès à l’eau potable et a l’assainissement dans le monde.

La ville de Grenoble et ses partenaires ont décidé de d’afficher leur solidarité à cet événement exceptionnel en organisant à Grenoble une journée débat sur le thème :

l’eau gouvernance citoyenneté

Ce thème s’inscrit dans le cadre des objectifs du millénaire déclinés aux niveaux européen et national, avec la participation de Jean-Philippe BAYON (Conseiller spécial auprès du Programme des Nations Unies pour le développement à Genève) et de Martin GUESPEREAU (Directeur Général de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse).

Présidée par Eric GRASSET (Président de la Régie des Eaux de Grenoble et Vice Président de la Communauté d’agglomération), la séance d’ouverture sera assurée par Michel DESTOT (Maire de Grenoble et Président de l’association des Maires de Grandes Villes de France) ainsi que par Marc BAIETTO (Président de la METRO).

Une première table ronde présidée par Charles GALVIN (Vice-président du Conseil général de l’Isère et Président de la Commission Locale de l’Eau) présentera les modes de concertation et les études pour concilier les usages variés des ressources locales en eau.

Une seconde table ronde présidée par Charles BICH (Vice-président du Conseil général de l’Isère et Président de la Communauté de l’Eau potable) exposera les travaux de cette instance pour développer de nouvelles solidarités humaines, et mieux sécuriser les territoires.
En début d’après-midi, une séance de signatures du « Pacte d’Istanbul pour l’eau» sera organisée à Rochefort (le plus grand périmètre de protection d’Europe). Seront présents tous les élus présents ayant signé ce pacte par lequel ils rappellent le rôle déterminant des autorités locales et régionales pour une gestion durable de l’eau et de l’assainissement efficace.

Ils s’engagent aussi à soutenir des solutions permettant l’accès à une eau de bonne qualité pour tous et à traiter les questions d’assainissement comme prioritaires.

Monsieur Serge LEPELTIER (Ambassadeur chargé des négociations climatiques au cabinet de Madame la Ministre de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement) participera à l’événement qui aura lieu : à partir de 8h15, le Vendredi 9 mars 2012 au WTC de Grenoble
Signature du Pacte d’Istanbul sur «l’arbre de la solidarité» par les Maires signataires et visite du site exceptionnellement ouvert aux participants ce jour là.

Catégorie La Métro, eauCommentaires fermés

Gestion de l’eau face au changement climatique


eauLe tout dernier rapport de synthèse de la CIPRA, le compact  » La gestion de l’eau face au changement climatique « , est téléchargeable dès maintenant à l’adresse http://www.cipra.org/fr/alpmedia/dossiers/23.
Les cours d’eau alpins approvisionnent 170 millions de personnes en eau. Le changement climatique va réduire fortement la disponibilité de l’eau dans les Alpes, mais aussi en dehors. La demande pour la ressource en eau va fortement augmenter de même que la concurrence entre les différents groupes d’utilisateurs. La CIPRA présente de façon complète dans son compact de 36 pages les conséquences du changement climatique sur la disponibilité de l’eau, des mesures et instruments politiques et des exemples de bonne pratique. En effet, seule une utilisation efficace de la ressource en eau est compatible avec l’environnement !

D’autres rapports de synthèse sur les thèmes de l’agriculture, du tourisme, de l’énergie, de la protection de la nature, de la construction et de la rénovation, territoires autosuffisants en énergie, des transports et de l’aménagement du territoire sont  disponibles à l’adresse http://www.cipra.org/fr/cc.alps/resultats/compacts.

Catégorie eauCommentaires fermés

L’eau, parlons-en au …. bistr’EAU !!!


bistreau

Une soirée conviviale …

Autour d’un verre et de quelques arguments solides, venez partager vos idées, vos points de
vue, vos expériences et vos connaissances sur un élément clef du quotidien : l’EAU !

Transformée pour un soir en « bistr’eau », l’Auberge du Tunnel accueillera sur le site historique de
la Voie Sarde à Saint Christophe la Grotte le 1er « bistr’EAU », moment de rencontre et d’échange
dans le cadre du programme interparcs d’action et d’information citoyenne « l’Eau, entre mémoire
et devenir » initié par les Amis du Parc de Chartreuse et relayé par le PNR de Chartreuse avec le
concours de l’Université de Savoie.

Pour une approche participative …

Cet événement doit permettre de recueillir les attentes, les idées, les témoignages, craintes et
interrogations de tous ceux qui se sentent concernés par la gestion des ressources en eau et des
milieux aquatiques de Chartreuse : population et consommateurs d’eau potable, agriculteurs,
randonneurs, usagers des cours d’eau (pêcheurs, sports d’eau vive, canyonistes, spéléologues,
industriels et producteurs d’énergie…), gestionnaires… Chacun est invité à venir échanger en toute
convivialité.

Ces débats alimenteront la constitution d’un Observatoire territorial de l’eau en Chartreuse,
fondé sur une approche participative.
…et une gestion intégrée de la ressource en eau !

Au cours de la soirée, les thèmes suivants pourront être abordés :
- La mémoire de l’eau : usages anciens et oubliés, crues et sécheresses marquantes, noms de lieu
et patrimoine bâti (du bassin-fontaine à la centrale électrique)
- La culture de l’eau : contes, légendes, croyances et connaissance vernaculaires, arts, fêtes et
traditions.
- Le devenir de l’eau dans tous ses états : nouveaux usages (neige de culture…) ; évolution des
risques en lien avec le changement climatique ; qualité et quantité sont-elles menacées en
Chartreuse ?
- … (liste ouverte, bienvenue à vos propositions !)

L’important est ce que vous en pensez VOUS !

Alors n’hésitez pas, mobilisez vos souvenirs, documents de famille, expériences personnelles ou
professionnelles et venez participer à cette « première » pour exprimer vos idées et vos points de
vue sur ces questions cruciales où le passé éclaire l’avenir.


Catégorie eauCommentaires fermés

Le gouvernement pousse à la pollution de l’eau!


Dans un contexte où on doit réduire la pollution d’origine azotée des eaux, le gouvernement pousse à l’augmenter s’insurge la Confédération paysanne.

Le décret [1] et relatif aux programmes d’action à mettre en œuvre contre la pollution par les nitrates d’origine agricole consacre l’augmentation des quantités d’effluents d’élevage permis à l’épandage.

En permettant de prendre en compte la surface agricole utile de l’exploitation et non plus la seule surface épandable, les ministères de l’agriculture et de l’environnement donnent leur accord à une plus forte concentration de nitrates épandue sur les sols et démontrent à quel point l’écriture des textes officiels est sous la coupe du lobby de l’agro-industrie.

En effet, le passage de la surface prise en compte pour calculer le plafond des 170 kg d’azote organique par ha à la surface agricole utile permet à chaque élevage en moyenne d’augmenter de 20% la charge organique de son exploitation.

Au moment où des plans de lutte contre les marées vertes voient le jour et où les coûts de la dépollution deviennent publics, cette décision est incompréhensible. Les changements incessants de règlements sont démobilisateurs et déstabilisants pour les paysans qui finissent par ne plus savoir ce qu’on attend d’eux tant les messages sont contradictoires.

Une bonne fois pour toutes, les ministères de l’agriculture et de l’environnement seraient bien inspirés de ne plus laisser le lobby de l’agro industrie écrire les politiques agricole et environnementale nationales.

[1] Décret n° 2011-1257 du 10 octobre 2011 relatif aux programmes d’actions à mettre en œuvre en vue de la protection des eaux contre la pollution par les nitrates d’origine agricole

Catégorie eau, environnementCommentaires fermés

Meilleure gestion de l’eau et des milieux aquatiques


Jean-François CARENCO, préfet de région Rhône-Alpes, Alain CHABROLLE, Viceprésident
du Conseil régional Rhône-Alpes, en charge de la santé et de l’environnement, Martin
GUESPEREAU, directeur général de l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse et Noël MATHIEU,
directeur général de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, ont signé un accord-cadre pour conduire en commun
une politique de gestion de l’eau et des milieux aquatiques.

Signé pour 4 ans, cet accord-cadre a pour ambition de faire converger les politiques respectives des
partenaires régionaux pour une meilleure prise en compte de l’eau dans l’aménagement du territoire.

Quatre grands axes de travail sont prévus.

P1040980· la trame verte et bleue prévue dans la loi « Grenelle 2 » : permettre la circulation des espèces en
préservant des corridors biologiques ;
· la santé et l’environnement : réduire les substances dangereuses et la pollution par les pesticides,
protéger les ressources et les captages d’eau potable et surveiller les pollutions émergentes
(résidus médicamenteux, perturbateurs endocriniens…) ;
· l’adaptation au changement climatique : mieux gérer la ressource en anticipant les situations
extrêmes (inondations et périodes de sécheresse) qui risquent d’être plus fréquentes par l’avenir ;
· la gouvernance locale pour agir à l’échelle pertinente avec les bons outils sur les territoires: mettre
en oeuvre des schéma d’aménagement et de gestion des eaux, des contrats de rivière…

Ce cadre de travail sera décliné annuellement dans un programme d’actions qui permettra à chaque
partenaire de mobiliser ses moyens de manière optimale. Les Agences de l’eau et la Région apportent
annuellement 5 millions d’euros pour des contrats de rivières et de lacs inscrits au contrat de projet
Etat-Région Rhône-Alpes.

Jean-François CARENCO souligne que cet accord cadre va permettre d’organiser la gestion de l’eau à
l’échelle des territoires en intégrant la réforme des collectivités.

Alain CHABROLLE se réjouit des avancées du volet « santé – environnement » qui vont permettre une
synergie partenariale pour mener les actions et la prévention nécessaire à la préservation de la santé
humaine.

Pour Martin GUESPEREAU, inscrire l’action des agences de l’eau dans la perspective du changement
climatique est une priorité. Cet accord-cadre va permettre de travailler en ce sens.

Le précédent accord, signé en 2006, avait permis la réalisation de guides pour accompagner les
gestionnaires de cours d’eau dans l’élaboration des contrats de rivières et dans l’organisation de journées
d’échanges. Une opération expérimentale sur l’assainissement non collectif avait également été conduite en
Nord-Ardèche avec des financements conjoints de la Région Rhône-Alpes et de l’Agence de l’eau
Rhône-Méditerranée et Corse.

Catégorie eau, environnementCommentaires fermés

Gestion de l’eau: mobilisation réussie…


Le colloque « Sécheresse : arrêtons de gaspiller l’eau ! » organisé le  28 juin 2011 par l’ensemble des organisations professionnelles agricoles sous l’impulsion d’Irrigants de France a réuni plus de 200 personnes, dont de nombreux parlementaires.

Ce colloque a démontré la nécessité et l’urgence de mettre en oeuvre une politique de stockage de l’eau pour sécuriser la production agricole, préserver la qualité des produits et répondre aux besoins des activités économiques comme des milieux naturels.
Le constat est clair : la France ne manque pas d’eau. Mais l’évolution climatique est belle et bien palpable et Philippe DANDIN, directeur de la climatologie à Météo France a indiqué que
« les épisodes secs comme la sécheresse de ce printemps seront plus fréquents à l’avenir ».

Et la solution ne passe sûrement pas par des objectifs arbitraires comme souhaite les annoncer la Ministre de l’Environnement dans le cadre de son plan national d’adaptation au changement climatique : une baisse de 20% des prélèvements d’ici 2020 !

La solution passe par une optimisation de l’utilisation de l’eau disponible en accentuant encore les efforts faits par les professionnels. Mais elle passe aussi par la mobilisation des ressources, en particulier en stockant l’eau quand elle est abondante dans le milieu, pour l’utiliser quand et là où elle peut manquer.

Ce colloque a donc été l’occasion de rappeler que l’agriculture irriguée représente de nombreux emplois, un tissu rural et une activité économique dynamiques, des produits disponibles en quantité et en qualité. L’irrigation correspond donc bien à une demande de la société, ce qui a été souligné par les parlementaires présents.

Les propositions du Président de la République le 9 juin dernier pour la mise en place d’un plan de stockage de l’eau à 5 ans correspondent bien à cette réalité.

Les organisations professionnelles les ont saluées mais réclament aujourd’hui, au-delà des mots, des actes. En effet, les situations de blocage constatées dans les projets de stockage concernent 150 millions de m3, alors que 300 millions de m3 au total suffiraient pour répondre à l’essentiel des besoins. Il est donc urgent d’y remédier au plus vite en apportant des réponses politiques, réglementaires et financières.


Dans le contexte d’évolution démographique et climatique, l’accès à l’eau et l’irrigation doivent être développés en France et dans le reste du monde pour répondre à l’enjeu alimentaire.

C’est bien ce que le récent G20 a affirmé en actant l’impérative nécessité de produire plus en augmentant la productivité agricole d’ici à 2050 pour répondre aux besoins de l’humanité et éviter que le XXIème siècle ne soit le siècle de la faim.

Source AGPM

Catégorie A la une, eau, irrigationCommentaires fermés

Sécheresse: éviter les déperditions d’eau


La période ensoleillée et chaude qui brûle nos terres depuis plusieurs semaines va t-elle perdurer? Nul ne le sait mais pour beaucoup elle ressemble fort à la sécheresse que nous avons connu en 1976! Il faut donc prendre les devants et essayer de trouver des solutions afin d’en limiter les dégâts.

Le préfet de l’Isère a réuni la commission départementale de la ressource en eau et de ses usages. Il avait à ses côtés l’ensemble des représentants des structures concernées par ce problème ainsi que Christian Nucci, vice président du Conseil Général en charge de l’agriculture.

Le préfet de l’Isère, Eric Le Douaron a insisté sur le fait qu’il fallait faire un état des lieux des 1200 réseaux de distribution d’eau du département et voir comment on peut faciliter leur interconnection, ceci afin d’éviter que certaines zones du département soient asséchées.

Un état des lieux des réseaux, canalisations va également être fait. Certains d’entre eux datent des années 40! Il a été constaté des déperditions d’eau à hauteur de 40%, à cause de fuites, surtout en zones rurales. Ceci ne peut plus durer…

Il a également été précisé par la profession que l’agriculture devait être prioritaire au niveau des approvisionnements en eau.

Catégorie agriculture, eauCommentaires fermés

Opération « coup de poing » contre la circulation non autorisée des véhicules à moteur en espace naturel


Le 14 mai dernier a eu lieu une opération de police de l’environnement afin d’assurer la protection de la biodiversité, à l’encontre de la circulation non autorisée des véhicules à moteur dans les espaces naturels.

Le contexte de l’opération

L’opération a été réalisée dans le cadre du plan de contrôle « eau » et « nature » de la police de l’environnement en Isère, plan validé par le Préfet de l’Isère et les Procureurs de la République dans le cadre de la Mission InterService de l’Eau et de la Nature.

Elle réunissait 35 agents assermentés de plusieurs corps de police de l’environnement : Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA), Gendarmerie, Réserves des Hauts Plateaux du Vercors, du Grand Lemps et du Conseil Général.

Cette opération s’est déroulée sur le territoire de l’Isle Crémieu, site doté d’une grande richesse écologique (cf plus bas).

La réglementation

L’article L362-1 du code de l’environnement rappelle que « La circulation des véhicules à moteur est interdite en dehors des voies classées dans le domaine routier de l’Etat, des départements et des communes, des chemins ruraux et des voies privées ouvertes à la circulation publique des véhicules à moteur« .

(JPEG)

Chemin interdit à la circulation des véhicules à moteur

Des exceptions pour les ayants droits et les services publics existent.

Pour la circulation à des fins de loisir, la règle est donc qu’en dehors des voies publiques et des chemins ruraux, la circulation des véhicules à moteur est interdite.

Cette réglementation a pour objectif
- la protection de la flore contre la destruction directe par le passage répété des engins ;
- la protection de la faune contre le dérangement, ou la destruction de leur habitat (zone de repos, de nourrissage ou de reproduction) ;
- sans oublier la lutte contre le trouble de la tranquillité des autres usagers de la nature.

Les infractions sont réprimées par une contravention de 5ème classe (jusqu’à 1500 € d’amende), ainsi que l’immobilisation et la mise en fourrière du véhicule.

Pour en savoir plus, voir la Plaquette sur la circulation des véhicules à moteur en espace naturel (ONCFS)

Catégorie nature, territoiresCommentaires fermés

Sécheresse : La situation reste tendue sur le département de l’Isère


La situation actuelle est caractérisée par un déficit pluviométrique important depuis le début de l’année et des débits des cours d’eau en-dessous de la moyenne (fréquence de retour de l’ordre de la décennale sèche en général).
Les niveaux des nappes d’eaux souterraines sont également inférieurs à la moyenne, avec une tendance à la baisse, montrant l’absence de la recharge habituelle des nappes au printemps.
C’est pourquoi, sur proposition du Directeur Départemental des Territoires, Monsieur le Préfet a décidé par arrêté de ce jour le passage en alerte des bassins de gestion Bièvre, Bourbre, Chartreuse-Guiers et Vercors (pour les eaux superficielles), et Est-Lyonnais (pour les eaux souterraines).
Pour les eaux superficielles :
Les bassins de gestion suivants sont en Alerte pour les cours d’eau :
- Affluents Rhône amont – Drac
-Bièvre -Quatre Vallées
- Bourbre – Varèze-Sanne
- Chartreuse-Guiers – Vercors
Les bassins de gestion suivants sont maintenus en Vigilance pour les cours d’eau :
-Belledonne-Bréda – Fure, Morge, Paladru
- Chambaran-Galaure – Grésivaudan
- Est-Lyonnais – Romanche
Pour les eaux souterraines :

Les bassins de gestion suivants sont mis en Alerte pour les cours d’eau :
-Est Lyonnais
Les bassins de gestion suivants sont maintenus en Vigilance pour les nappes d’eau souterraine :
- Affluents Rhône amont – Drac
-Belledonne-Bréda – Fure, Morge, Paladru
- Bièvre – Grésivaudan
- Bourbre – Quatre Vallées
- Chambaran-Galaure – Varèze-Sanne
- Chartreuse-Guiers – Vercors
Cette situation pourra être revue dans les semaines à venir au vu de l’évolution de la situation météorologique, et des débits des cours d’eau ou des niveaux des nappes du département.
Le comité vigilance sécheresse se réunira le jeudi 9 juin à 14 h00 et proposera au Préfet, en fonction de l’évolution de la situation, les mesures adaptées de gestion de l’eau.
Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable sont limités sur l’ensemble des territoires des communes faisant partie de ces bassins de gestion, quelque soit le lieu de prélèvement de l’eau, que la ressource soit superficielle ou souterraine. Les dispositions les plus strictes s’appliquent (exemple : pour un bassin de gestion en alerte pour les eaux souterraines et en crise pour les eaux superficielles, l’utilisation de l’eau potable est soumise aux dispositions de crise).
Dans les zones classées en « Alerte », elles consistent principalement en l’interdiction :
·  du lavage des voitures hors stations professionnelles ;
·  du remplissage des piscines de plus de 5 m3 à usage privé ;
·  du fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert ;
·  de 6h à 20h, de l’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément,
des golfs, et des stades et espaces sportifs
En outre, une réduction globale de 20% de l’irrigation agricole est imposée.
L’arrêté-cadre sécheresse du département de l’Isère
L’arrêté préfectoral du 3 juin 2010 fixe le cadre des mesures de gestion et de préservation de la ressource en eau en période de sécheresse.
Il définit 14 bassins de gestion à l’intérieur desquels les restrictions décidées par le Préfet sont mises en oeuvre.

L’arrêté cadre, ainsi que tous les arrêtés pris en son application pour la mise en oeuvre de restrictions, les compte-rendus des comités de vigilance et les liens vers les sites internet diffusant l’information sur les débits des cours d’eau ou le niveau des nappe, sont disponibles sur le site internet de la DDT (ex-DDAF) à l’adresse suivante :

http://ddaf.isere.agriculture.gouv.fr/article.php3?id_article=397

Catégorie DDAF, agriculture, eauCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+