Tag Archive | "Eliane Giraud"

Parc naturel régional de Chartreuse : Dominique Escaron succède à Eliane Giraud



Dominique Escaron, maire du Sappey-en-Chartreuse, a été élu président du Parc de Chartreuse.

Dès le premier tour de scrutin, il a battu son unique concurrent, Gérard Arbor, maire de Saint-Joseph- de-Rivière, succédant ainsi à Éliane Giraud, qui ne se représentait pas.


Suite aux élections régionales de décembre dernier, le Comité Syndical du Parc naturel régional de Chartreuse a été convoqué afin de procéder aux élections à la Présidence du Parc ainsi qu’au renouvellement partiel des membres du Bureau Syndical.


Rappelons que le Syndicat Mixte du Parc de Chartreuse est composé de représentants des 60 communes qui constituent le territoire du Parc, des 3 Villes Porte de Chambéry Grenoble et Voiron, ainsi que de représentants de la Région Auvergne Rhône-Alpes, des deux Conseils départementaux d’Isère et de la Savoie.


Elections à la Présidence


Ce sont présentés :

  • Dominique Escaron (5ème collège – Maire du Sappey-en Chartreuse)
  • Gérard Arbor (membre du 5° collège – Maire de St Joseph de Rivière)

Dominique Escaron a été élu avec 76% des voix


Elections au 1° collège (région Auvergne Rhône-Alpes)

Outre l’élection à la Présidence, l’ordre du jour de ce Comité a été principalement consacré à la désignation des membres du Bureau Syndical représentant la Région. Le collège de la Région se compose de 10 membres, désignés par leur instance régionale. 3 places étaient à pourvoir. Sur les 10 membres, 3 membres se sont présentés et ont été élus : Chokri Badreddine, Nathalie Béranger et Philippe Langenieux-Villard.


Dominique Escaron, nouveau président

Maire du Sappey-en- Chartreuse et conseiller communautaire de la Métro depuis 2014, marié, père de trois enfants. Impliqué

1

depuis longtemps dans le tourisme : ancien président du syndicat d’initiative du Sud Chartreuse, Ancien Membre du bureau de Chartreuse tourisme (à travers laquelle il organisa notamment le Grand Duc de Chartreuse ULTRA Trail), il est impliqué

aujourd’hui à l’office de tourisme de Grenoble Alpes Métropole. Cet ingénieur de 51ans est un industriel, ancien de Merlin Gérin.

Il est aujourd’hui président de la société Codam.

Il succède à Eliane Giraud, conseillère régionale, sénatrice et présidente du Parc de 2001 à 2016.

Ainsi qu’à Pierre Baffert et Robert Fiat, les deux premiers présidents du Parc.


Prochaines étapes

La priorité de Dominique Escaron sera comme il l’affirme : « de consolider l’identité du Parc de Chartreuse et le sentiment d’appartenance de ses habitants, d’affirmer notre fierté à se rassembler autour de ce bien commun, de créer le lien entre tous et de donner un vrai sens à notre participation à la gouvernance de notre Parc naturel régional ».

La nouvelle équipe politique du Parc devra selon lui : « mettre au point une nouvelle charte avec l’ensemble des adhérents, construire enfin la maison du Parc, relever le défi de la destination touristique de Chartreuse, participer à l’évolution de la filière agricole, structurer la filière bois, dotée de son statut d’AOC imminent à la hauteur des débouchés potentiels et redonner toutes leurs places aux villes et communes du piémont ».

Il conclut « Le travail de manque pas, mais je suis prêt à relever les défis ».

Catégorie parcsCommentaires fermés

Nouvel Espace Rhône-Alpes de Grenoble


Mardi 6 octobre à Grenoble, Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes, a inauguré le nouvel Espace Rhône-Alpes de Grenoble en présence d’Eliane GIRAUD, Viceprésidente déléguée à l’administration générale, Sarah BOUKAALA, Conseillère régionale déléguée à la jeunesse, Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole, Eric PIOLLE, Maire de Grenoble…


Sans titre

La Région compte 8 Espaces Rhône-Alpes (ERA) sur son territoire, un par département. Ce
lieu ouvert à tous, offre aux Rhônalpins un accueil de proximité avec l’institution régionale.
Pour l’Isère, l’ERA est implanté à Grenoble depuis 2005. Chaque année, 5 000 personnes y
sont accueillies, pour être informées sur les politiques régionales ou orientées dans leurs
démarches.
Situés à proximité immédiate des grandes institutions grenobloises, les nouveaux locaux de
l’ERA sont installés sur 2 000 m² au sein de l’immeuble Palladium et 60 agents du Conseil
régional y travaillent.

Cet édifice de 3 200 m² a été bâti par des entreprises locales et répond aux exigences d’efficacité énergétique les plus hautes (performance énergétique globale supérieure de 25% aux normes de la réglementation thermique 2012, toiture végétalisée, centrale d’air filtré, production du chauffage par un système thermodynamique).

Catégorie collectivités, territoiresCommentaires fermés

Modernisation de l’étoile ferroviaire de Veynes


Alors que les Contrats de Plan Etat-Région (CPER) 2015/2020 prévoyant des investissements sur
l’étoile ferroviaire de Veynes viennent d’être signés, les Régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et
Rhône-Alpes souhaitent assurer la modernisation de l’étoile ferroviaire de Veynes.
En effet, après des décennies de sous-investissement, ses performances sont fortement dégradées et
sa pérennité menacée.

« Outre la desserte péri-urbaine de l’agglomération grenobloise et valentinoise pour des trajets
domicile-travail ou études, l’étoile ferroviaire de Veynes constitue une infrastructure vitale pour le
désenclavement et la desserte, notamment longue distance, des Alpes du Sud. Elle supporte par
ailleurs le train de nuit Paris-Briançon, vital pour l’économie touristique, dont le rapport Duron sur les
trains d’équilibre du territoire (TET), a confirmé la nécessité.

Nous avons fortement investi pour la modernisation de la ligne du Val de Durance, il serait aberrant
de ne pas compléter ce travail en n’investissant pas sur l’étoile de Veynes », a déclaré Jean-Yves
PETIT, Vice-président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur délégué aux transports et à l’écomobilité.
« Le diagnostic réalisé par SNCF Réseau sera prochainement mis à jour, notamment pour la partie
rhônalpine, et permettra de savoir comment investir le plus efficacement possible. Ainsi, les crédits
inscrits au CPER des deux Régions financeront les opérations les plus urgentes, dans l’objectif de
maintenir les services ferroviaires et de pérenniser les lignes des Alpes.

Il appartient également à l’Etat et au gestionnaire du réseau de garantir la pérennité de l’étoile
ferroviaire de Veynes et sa maintenance effective car cela relève de leurs compétences. La Région
Rhône-Alpes intervient sur l’infrastructure ferroviaire de manière volontariste, à travers le volet
Mobilité du CPER 2015-2020, qui cible 5 lignes interrégionales prioritaires », a ajouté Eliane GIRAUD
Vice-présidente de la Région Rhône-Alpes déléguée aux transports, déplacements et infrastructures.
Michel VAUZELLE Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et Jean-Jack QUEYRANNE,
Président de la Région Rhône-Alpes, adresseront prochainement un courrier en ce sens à Alain
VIDALIES, Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche.

Dans cette attente, les Régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur vont poursuivre leur
collaboration sur ce dossier en renforçant la gouvernance interrégionale et la coopération avec le
gestionnaire d’infrastructures. Les deux Régions, l’Etat et SNCF Réseau décideront de la
programmation des travaux au 1er semestre 2016.

Catégorie aménagement, environnement, transportCommentaires fermés

Le label Forêt d’Exception® pour la Grande Chartreuse


La forêt de la Grande Chartreuse est sur le devant de la scène ou plutôt au sommet !

En effet, c’est au monastère de la Grande Chartreuse, lieu historique, que pour la troisième fois en France une forêt reçoit le label Forêt d’Exception®. Distinction amplement méritée, rejoignant ainsi Fontainebleau, labellisé en 2013 et Verdun, labellisé en 2014.

Ce label récompense tout le travail effectué autour de la gestion de ce territoire si important et unique. Pour l’occasion, des invités de marque étaient présents afin de remettre et recevoir ce label Forêt d’Exception® : Éliane GIRAUD Sénatrice, Vice-Présidente de la Région Rhône-Alpes, Présidente du Parc naturel régional de Chartreuse et Présidente du Comité de pilotage « Grande Chartreuse, Forêt d’Exception® », Pascal VINÉ, Directeur général de l’Office national des forêts, Pascale PREVEIRAULT, Secrétaire adjointe à la préfecture de l’Isère, Charles Galvin, vice président du Conseil général en charge de la forêt, Serge REVEL, Vice-Président du Conseil général de l’Isère chargé de l’environnement et du développement durable, Yves Guerpillon maire de St Pierre de Chartreuse, Michèle PRATS et Paul ARNOULD, Présidente et nouveau Président du comité national d’orientation Forêt d’Exception®.

Rappelons que la Grande Chartreuse est la plus grande forêt domaniale des Alpes avec ses 8500 hectares. C’est tout de même 11% de la surface totale du massif de la Chartreuse.

Une forêt d’exception donc, d’une richesse faunistique et floristique assez incroyable, qui profite à tous les habitants des agglomérations avoisinantes comme Grenoble, Voiron et même Lyon.

Ce n’est pas tout, la Chartreuse est un lieu façonné en grande partie par l’ordre des Chartreux, ce qui en fait un lieu de mémoire unique. Et encore maintenant, les Pères Chartreux participent activement à l’économie locale ainsi que le bois de haute qualité qui compose la forêt.

Pour obtenir le label Forêt d’Exception®, l’ensemble du territoire de la Grande Chartreuse a mis ses efforts en commun. Quatre principaux partenaires : l’ONF (Office National des Forêt), le Conseil général de l’Isère, le parc naturel régional de la Chartreuse et l’État ont décidé de travailler et étudier tous les sujets concernant le développement et les différentes fonctions de la forêt. L’objectif étant d’explorer, répertorier et aussi expérimenter des actions très variées.

Concrètement, les démarches avancent puisque une étude socio-ethnologique a été faite, le patrimoine historique et archéologique a été répertorié, et des endroits pour l’accueil du public ont été repéré.

Grâce à tous les efforts des partenaires, la forêt de la Grande Chartreuse a obtenue le label Forêt d’Exception® pour 5 ans permettant de valoriser et, à coup sur, et de relancer la visibilité de cette forêt. Ce dernier point, suscite cependant une autre problématique :  la préservation de ce cadeau de la nature dont il faut prendre soin. Pour cela plusieurs projets sont à l’étude pour accueillir le public dans les meilleures conditions tout en respectant la biodiversité.

Le label Forêt d’Exception® est aussi une démarche qui vient s’ajouter à d’autres projets innovants et porteurs comme par exemple la charte forestière de territoire.

Ce label va permettre aux partenaires de continuer à travailler main dans la main pour faire connaitre la Chartreuse telle qu’elle est : une forêt merveilleuse au patrimoine remarquable composée de paysages à couper le souffle.

Pourquoi ne pas aller vous promener dans ce milieu aussi beau que majestueux, un haut lieu historique où vous pourriez, au détour d’un chemin, rencontrer des hommes silencieux, vêtus de blanc… laissez-vous tenter !


Entre production, biodiversité et loisirs

Ses 8 500 hectares en font la plus grande forêt domaniale des Alpes. Elle constitue le coeur sylvestre du parc naturel régional, dont elle couvre 11% de la surface. Pourvoyeuse de bois de grande qualité, la forêt de la Grande Chartreuse s’inscrit au coeur de l’économie locale. D’une très grande richesse faunistique et floristique, elle offre en même temps un écrin de verdure aux habitants des agglomérations voisines. Et c’est un haut lieu de mémoire et d’histoire, étroitement lié à l’ordre des Chartreux. Ce dernier a façonné la géographie des lieux et initié le développement de ce massif exceptionnel.

Construire en innovant

En choisissant la démarche «Forêt d’exception®», les quatre principaux partenaires du projet (l’ONF, le conseil général de l’Isère, le parc naturel régional de la Chartreuse et l’État) ont souhaité mettre en place une réflexion approfondie sur les différentes fonctions de la forêt et ses influences sur les écosystèmes. «Ce travail commun entrepris depuis bientôt trois ans nous a d’abord permis de construire un véritable dialogue, en abordant tous les sujets», retient Eliane Giraud. L’objectif est aujourd’hui de faire de cette forêt un laboratoire vivant où explorer et expérimenter des actions innovantes afin de faire évoluer les objectifs et les méthodes de gestion des forêts du massif de la Chartreuse.

Mieux connaître et partager les richesses de la forêt

Grâce au travail entre l’ONF et ses partenaires, les premières démarches concrètes ont pu être mises en oeuvre : le patrimoine archéologique et historique a été inventorié, une étude socio-ethnologique sur les perceptions de la forêt par les habitants du massif a été effectuée, des sites majeurs à réaménager pour l’accueil du public ont été identifiés. Attribué pour 5 ans, le label va permettre de renforcer la dynamique positive qui s’est créée entre les partenaires du projet… Pour valoriser encore mieux ce patrimoine remarquable et le transmettre aux générations futures.


Reportage Antoine Perrin, Céline richard

Cliquer sur les photos pour les agrandir


Catégorie A la une, Forêt de ChartreuseCommentaires fermés

Décès de Jean claude Monin


Jean claude Monin, est décédé à l’âge de 71 ans, emporté par la maladie. Ancien maire de St Jean D’arvey commune savoyarde, Jean Claude Monin a beaucoup oeuvré pour dynamiser une agriculture de proximité.

Il s’est également beaucoup investi au niveau de la forêt.

Jean-Claude MONIN a été Président des Communes forestières de Savoie de 1983 à 2011.

Il a été vice-président de la Fédération nationale des Communes forestières de 1983 à 2000 puis président délégué de 2001 à 2007 et enfin Président de 2008 à 2014.

Il a également été président de l’Union régionale des Communes forestières Rhône-Alpes de 1990 à 2014.

De 2000 à 2014, il a été vice-président de l’Office national des forêts (ONF) et président du Comité consultatif de la forêt communale de 2012 à 2014.

Il a présidé l’association Bois des Alpes de 2011 à 2014.

Les hommages sont unanimes.. Nous retiendrons celui du ministre de l’agriculture, Stéphane Le foll.

« Je tiens à saluer son engagement au service des communes forestières et de la filière bois tant au niveau national que dans sa région, en Rhône-Alpes. Je retiendrais l’énergie et la détermination qui furent la sienne au service de la défense des communes forestières, de l’Office National des Forêts et de la filière forêt-bois toute entière. »

Au niveau régional voici la réaction d’Eliane Giraud, sénatrice de l’Isère:

" Je viens d’apprendre avec beaucoup de tristesse le décès de Jean-Claude
Monin, président honoraire de l’Union régionale des communes forestières
de Rhône-Alpes et de la Fédération nationale des communes forestières.

J’ai eu l’occasion, dans le cadre de mes responsabilités de Présidente du
Parc Naturel Régional de Chartreuse et de Vice-présidente de la Région
Rhône-Alpes, de rencontrer Jean-Claude Monin et j’ai ainsi pu mesurer son
engagement pour la mise en œuvre d’une politique forestière dynamique et
pour la reconnaissance de la filière bois.

Homme de conviction, de volonté et de courage, Jean-Claude Monin a exercé
des responsabilités électives importantes tout au long de sa vie. Maire de
Saint-Jean d’Arvey pendant plus de 40 ans, Vice-président de Chambéry
Métropole, il a consacré sa vie au service de la chose publique et en
particulier au service des collectivités forestières.

Dans cette circonstance douloureuse, j’adresse mes plus sincères
condoléances à sa famille, à ses amis et à ses collaborateurs."

Catégorie - filière bois, forêtCommentaires fermés

Maintien des agents SNCF à Lus-la-Croix-Haute


L’annonce par SNCF et RFF du maintien des personnels affectés à la gare de Lus-la-Croix- Haute (Drôme), sur la ligne Grenoble – Veynes – Gap est une satisfaction pour les usagers et la Région Rhône-Alpes.

« La Région Rhône-Alpes est très attachée au maintien de l’activité dans une gare de proximité comme celle de Lus-la-Croix-Haute qui joue un rôle indispensable dans le bon fonctionnement de la liaison ferroviaire entre Grenoble et Gap » s’était exprimée Eliane GIRAUD, Vice-présidente de la Région Rhône-Alpes déléguée aux transports, déplacements et infrastructures, devant plus de 200 personnes lors du comité de ligne exceptionnel convoqué à sa demande le 2 avril dernier.

La Région Rhône-Alpes, comme la Région PACA, en tant qu’autorités organisatrices des transports mais aussi garantes des équilibres territoriaux, sont particulièrement attentives au service ferroviaire en zone de montagne. La desserte de ces zones est un enjeu majeur pour leurs habitants, en termes de développement économique, d’enseignement supérieur ou encore d’accès aux soins.

A Lus la Croix Haute, la présence d’agents SNCF est indispensable pour la qualité et la sécurité des circulations ferroviaires sur une ligne à voie unique où la gare joue le rôle de point de croisement.

« Le maintien des agents est un signal positif qui va dans le sens de l’action de la Région en faveur du développement du TER » explique Eliane GIRAUD. « Au-delà du maintien des effectifs à Lus-la-Croix-Haute en 2015, nous restons vigilants pour l’avenir. Les petites lignes, comme Grenoble – Gap et Valence – Gap, ne doivent pas être délaissées. C’est là une exigence forte de la Région Rhône-Alpes ».

Catégorie aménagement, environnement, transportCommentaires fermés

Parc de Chartreuse: nouveau mandat pour Eliane Giraud


Le conseil syndical du Parc de Chartreuse s’est réuni à St Joseph de Rivière. L’ensemble des nouveaux délégués a reconduit Eliane Giraud* pour un nouveau mandat à la présidence.

Les élus ont également désigné leurs représentants pour chacun des collèges du Parc.

Rappelons que le Parc naturel régional de Chartreuse compte les délégués de 60 communes, les représentants de la Région, des deux départements Isère et Savoie et les communautés de communes de Cœur de Chartreuse et Grésivaudan, la Métro, les villes portes de Chambéry, Grenoble et Voiron.

Le Parc Naturel Régional de Chartreuse est aujourd’hui bien identifié tant dans nos deux départements de l’Isère et de la Savoie, qu’en Rhône-Alpes ou en France. Nous le devons bien sûr d’abord à notre histoire et à celle de notre massif.

Connu à travers le monde, ce joli massif de moyenne montagne a traversé les âges en côtoyant l’Histoire, la grande. En cette année du 250ème anniversaire de la liqueur de Chartreuse, nous mesurons tous, la chance que nous avons d’une marque aussi symbolique et l’importance de cet héritage qui nous a été transmis.

Au moment où les discussions s’ouvrent sur la réorganisation territoriale, le Parc naturel régional doit être un acteur majeur pour porter avec ses élus, les objectifs, les inquiétudes et les souhaits d’un territoire de moyenne montagne ; être au cœur des débats par des propositions concrètes, par des expérimentations nouvelles, par des innovations communes.

La présidente a affirmé vouloir installer ce nouveau conseil syndical autour de 3 orientations :

- Favoriser le développement économique et l’emploi sur le territoire.

- Réaliser la transition énergétique et écologique du territoire.

- Développer une culture et une identité et des projets partagés.

Par l’expérimentation et l’innovation, le Parc naturel Régional doit être l’acteur du développement durable sur le territoire en clarifiant totalement le « qui fait quoi » entre les communes, les communautés de communes et le Parc.

Un exercice à mener en ce début de mandat a-t-elle souligné « en réfléchissant à une nouvelle gouvernance qui permette d’affirmer l’implication individuelle et collective pour le Parc et le massif de Chartreuse ».

* Eliane Giraud, Présidente du Parc naturel de Chartreuse, Sénatrice de l’Isère, vice-présidente de la Région Rhône-Alpes, en charge des Transports, Déplacements et Infrastructures et des Affaires Générales.

Catégorie Pays de Savoie, parcsCommentaires fermés

Le sommet franco-italien doit engager la dernière ligne droite pour le projet Lyon-Turin


Après l’Assemblée nationale le 31 octobre, le Sénat a voté le projet de loi autorisant
l’approbation de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le
Gouvernement de la République italienne pour la réalisation et l’exploitation d’une
nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin. Signé le 30 janvier 2012, celui-ci arrête le tracé
définitif ainsi que la répartition des coûts de la réalisation de la section internationale et du
tunnel de base de 57 kilomètres.

Pour Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes :
« Le projet ferroviaire Lyon-Turin peut dès demain s’engager dans sa dernière ligne droite. Je
m’associe aujourd’hui à tous ceux qui veulent agir pour la croissance, le développement
des échanges entre la France et l’Italie et le report modal pour demander aux autorités
françaises et italiennes de mettre la liaison ferroviaire Lyon – Turin sur les bons rails, lors
du sommet franco-italien du 20 novembre. Les enjeux économiques, environnementaux et
européens le rendent incontournable pour l’avenir de nos territoires. »

Ce vote s’ajoute à de nombreuses manifestations de soutien au projet.

La CCIR, le MEDEF Rhône-Alpes et la CGPME Rhône-Alpes ont appelé les entrepreneurs à se
mobiliser via une pétition, qui a, à ce jour, réuni plus de 1 000 signataires. Le FODERE, Forum
pour le Développement des Entreprises des Régions Européennes, a également manifesté
son soutien à un projet capital pour la croissance économique et l’emploi à l’échelle de toute
l’Union Européenne.
Celle-ci a par ailleurs fait savoir, via sa commission Transports, qu’elle était prête à financer
40 % du projet international, ce qui était une condition sine qua non pour le gouvernement
français. L’enjeu sera pour 2014 de répondre dans les meilleures conditions à l’appel à projet
européen du Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe.

Enfin le 12 novembre à Chiomonte, en Italie, Eliane GIRAUD, Vice-présidente déléguée aux
Transports, déplacements et infrastructures, représentait la Région Rhône-Alpes pour
assister à la mise en route des travaux du tunnelier, qui a engagé le percement de la galerie
de la Maddalena, dernière galerie de reconnaissance de 7,5 km, qui constituera par ailleurs
un tronçon du tunnel, puisqu’il est sur son tracé et au diamètre du tunnel de base.

Catégorie aménagement, transportCommentaires fermés

Pays voironnais: une plateforme pour valoriser le bois local


La plateforme de bois déchiqueté réalisée par le Pays Voironnais est opérationnelle depuis plus d’un an.

Située en bout de la zone d’activité économique du Bas Guillermet à Charavines, elle sert à valoriser le bois local en plaquettes forestières. Sur une surface de 8 000 m², la plateforme assure donc le broyage de coupes de bois des communes alentours, notamment Bilieu et Le Pin.

Lely Environnement, à qui la gestion en a été confiée, est d’ailleurs chargé de veiller à la traçabilité du bois et à sa qualité, afin de privilégier l’approvisionnement local.

Une fois produites, les plaquettes forestières sont séchées à l’abri des intempéries dans un hangar dédié à cet effet. D’une surface de 1000 m2 au sol, il peut ainsi accueillir 4 000 m3 de bois soit environ 1200 tonnes. Les plaquettes peuvent ensuite être livrées auprès des chaufferies du territoire et à proximité (dans un rayon de 30 km), dont la consommation est actuellement d’environ 2000 tonnes dont 1200 rien que sur le Pays Voironnais.

Avec des perspectives de développement importantes des collectivités voire de l’habitat collectif, cet équipement vient contribuer au développement d’une filière bois économiquement viable en s’appuyant sur le fort potentiel local.

Le territoire est en effet couvert à 31% par la forêt, qui est à ce jour peu exploitée, avec des parcelles de bois d’œuvre inexploitables en l’état. Grâce à des coupes d’amélioration des espaces forestiers et de celles de bois déclassé non utilisable pour d’autres usages, le Pays Voironnais mise ainsi sur le bois énergie, pour créer une dynamique globale autour de la forêt et aussi contribuer au développement des énergies renouvelables sur le territoire et à l’amélioration de l’autonomie énergétique du territoire.

Pôle d’Excellence Rurale

La plateforme de bois déchiqueté du Pays Voironnais s’inscrit dans le cadre du Pôle d’Excellence Rurale « bois énergie », mené en partenariat avec le Parc Naturel de Chartreuse, et destiné à valoriser la ressource forestière et aider à structurer la filière bois locale, tout en créant des emplois en zone rurale et en favorisant l’utilisation d’une énergie renouvelable.

charavines

L’inauguration de cette plateforme a été inauguré par Jean-Paul Bret, Président de la Communauté  du Pays Voironnais, Roland Revil, 1er Vice Président chargé du pôle développement économique,  Charles Bazus, Vice-Président chargé de l’agriculture, de la forêt et du développement rural et en présence en particulier de Michèle Bonneton députée, Eliane Giraud conseillère Régionale et présidente du Parc Régional de chartreuse. Chacun a souligné l’importance d’une telle initiative qui valorise le bois local

Catégorie - filière bois, forêtCommentaires fermés

Partenariat ONF-Parc Naturel Régional de Chartreuse


Hervé Gaymard, président du conseil d’administration de l’Office national des
forêts, et Eliane Giraud, présidente du Parc naturel régional de Chartreuse, vont
signer le protocole d’accord pour inscrire la forêt de la Grande Chartreuse dans la
démarche de labellisation Forêt d’Exception®.

Cette journée sera aussi l’occasion pour les deux établissements de renouveler
pour la période 2012-2019 la convention de partenariat qui les unit dans le cadre
de la charte du PNR.
Cet évènement se déroulera sur « la plateforme Bois Energie » de Saint-Thibaud
de Couz (Savoie), en présence de Denis Blanquet, maire de la commune, et de
Régis Michon, directeur territorial pour l’ONF en Rhône-Alpes.

Une ambition commune pour le label Forêt d’Exception®

« Forêt d’Exception » est une démarche volontaire et novatrice pour valoriser des
forêts domaniales remarquables sur le plan patrimonial et les inscrire dans une
réelle dynamique territoriale. Elle vise également à témoigner du rôle et de la
technicité de l’ONF dans la gestion de ces sites. Par leur fonctionnement en réseau
de projets, les forêts labellisées doivent devenir les modèles d’une politique
d’excellence de gestion durable de la forêt, dans sa dimension paysagère et de
biodiversité, dans ses fonctions économiques et sociales à l’échelle du territoire.

Les forêts publiques (domaniales ou relevant du régime forestier), gérées par
l’ONF avec près de 20 000 hectares sont une composante forte du paysage et de
l’identité du territoire du Parc de Chartreuse. Espace d’accueil pour les populations
urbaines de proximité, elles sont aussi source d’emplois et de retombées
économiques. Elles sont au coeur des enjeux de la préservation de la diversité
biologique et de la prévention contre les risques naturels.

La démarche est lancée sur 17 sites emblématiques à haute valeur patrimoniale,
culturelle ou touristique, sélectionnés parmi les 1400 forêts domaniales françaises,
dont la forêt de la Grande Chartreuse qui s’étend sur 8 400 hectares.

Une convention renouvelée, inscrite dans la charte du Parc

Le Parc intègre, au travers de sa Charte, des orientations fortes dans le domaine
forestier pour valoriser au quotidien les patrimoines de Chartreuse et gérer les
ressources naturelles de montagne au plus près des besoins actuels.
Cette journée sera l’occasion pour l’ONF et le PNR de prolonger les modalités de
coopération et les actions à mettre en oeuvre pour le développement durable des
territoires au sein des forêts publiques sur le périmètre du parc pour la période
2012-2019.

Catégorie Forêt de Chartreuse, parcsCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

août 2019
L Ma Me J V S D
« juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+