Tag Archive | "Embargo russe"

soutien aux producteurs de fruits et légumes


Stéphane LE FOLL a reçu mercredi 18 février Luc BARBIER, président de la Fédération nationale des producteurs de fruits, et Jacques ROUCHAUSSE, président des producteurs de Légumes de France. Cette rencontre visait à faire un point de situation sur les difficultés rencontrées par les producteurs après une année 2014 catastrophique, marquée par des conditions climatiques exceptionnelles et l’embargo russe.

Cet échange constructif et direct a permis aux professionnels de souligner leur volonté de relancer leurs activités en 2015, tout en exposant au Ministre les principaux sujets d’inquiétude de la filière : tensions dans les relations commerciales, réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, financement de l’innovation et à court terme, reconstitution des trésoreries.

Stéphane LE FOLL a rappelé son soutien aux démarches entreprises par les producteurs pour dialoguer avec leurs homologues espagnols, mais aussi avec les acteurs de la grande distribution ou avec les grossistes. Il s’est engagé à continuer, avec Carole DELGA et la DGCCRF, à exercer des contrôles renforcés, notamment à l’approche de l’été, pour que la réglementation en matière de prix et de relations commerciales soit respectée par tous.

Le Ministre a également rappelé son attachement à la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires en agriculture, en s’appuyant notamment sur la diffusion à grande échelle de pratiques mises en œuvre par des producteurs déjà engagés dans ce type de démarches. A cet égard, il a salué les progrès accomplis par les arboriculteurs et les maraîchers, comme l’avait d’ailleurs noté le Député Dominique Potier dans son rapport.

Pour poursuivre dans cette voie, les deux présidents ont réaffirmé leur volonté de préserver et de consolider les actions du Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes (CTIFL). Stéphane LE FOLL s’est engagé à accompagner techniquement et financièrement la mise en place d’une contribution volontaire obligatoire au niveau de l’interprofession pour aller dans ce sens.

Enfin, le Ministre a souligné sa volonté de simplifier la mise en œuvre du dispositif « Un fruit à la récré ». Il s’agit là d’éduquer les enfants au plaisir de consommer des fruits et des légumes, tout en leur donnant de bonnes habitudes alimentaires et en les initiant à la notion de saisonnalité.

S’agissant des problèmes de trésorerie, une réunion s’est tenue le 19 février au ministère avec MM. BARBIER et ROUCHAUSSE et les principaux opérateurs bancaires. Celle-ci a permis à tous les acteurs de réaffirmer leur mobilisation pour accompagner la relance de la production en 2015. Pour cela, il a été convenu que tous les outils disponibles seraient utilisés, en veillant à ce que les situations difficiles soient identifiées sur le terrain avec l’aide des services de l’Etat.

Catégorie fruits-légumesCommentaires fermés

165 millions d’euros supplémentaires pour le soutien au marché des fruits et légumes périssables


La Commission européenne a adopté  un nouveau programme de mesures d’urgence en faveur des fruits et légumes périssables à la suite de l’embargo russe sur les importations de certains produits agricoles de l’UE.

Pouvant atteindre 165 millions d’euros, ce nouveau dispositif apporte une aide pour le retrait du marché des volumes excédentaires et vient s’ajouter au programme d’un maximum de 125 millions d’euros pour les fruits et légumes annoncé le 18 août.

Celui-ci a été suspendu en septembre parce qu’il s’est avéré, à la suite de demandes provisoires, que la totalité du budget avait déjà été demandée. Afin de mieux cibler les interventions, le nouveau dispositif comprend une annexe précisant les volumes éligibles dans les différents États membres ainsi que des montants spécifiques par catégorie de produits.

Ces volumes sont fondés sur les volumes d’exportation des trois dernières années à la même période, déduction faite des montants se rapportant aux volumes ayant déjà fait l’objet d’une demande dans le cadre du premier dispositif de 125 millions d’euros. Le nouveau programme concerne également pour la première fois les oranges, les mandarines et les clémentines.

À l’heure de confirmer le programme, M. Dacian Cioloş, commissaire chargé de l’agriculture, a affirmé aujourd’hui: «Je me réjouis que la Commission soit parvenue à mobiliser 165 millions d’euros supplémentaires afin de soulager la pression commerciale pesant sur les cultivateurs de fruits et légumes à la suite de l’embargo russe.

Ce programme sera davantage ciblé que le dispositif initial, même s’il offre toujours une certaine souplesse dans les quatre groupes de produits. Ces mesures de soutien du marché apporteront une aide à court terme.»

Contexte

Comme dans le programme précédent, ce régime prévoit une aide de l’UE pour les retraits du marché à des fins de distribution gratuite (financée par l’UE à 100 %), ou pour des retraits à des fins non alimentaires (par exemple, le compostage), pour lequel le taux d’intervention de l’UE est plus faible.

De même, la récolte en vert ou la non-récolte sont également des solutions possibles, pour un niveau d’aide encore légèrement inférieur. Comme précédemment, les mesures seront également accessibles aux producteurs qui n’appartiennent pas à des organisations de producteurs mais le niveau du financement de l’Union européenne est plus élevé pour les membres de ces associations (75 % du montant prévu pour les membres, 50 % pour les autres), le fonds opérationnel des organisations de producteurs pouvant éventuellement accorder un complément (25 %).

Le nouveau programme, qui sera d’application jusqu’à la fin de l’année, comprend une annexe précisant des volumes ventilés en 4 catégories de produits pour les 13 pays qui, en moyenne, de 2011 à 2013, ont exporté la majeure partie de leurs fruits et légumes vers la Russie au cours de la période de septembre à décembre (septembre à mars pour certains fruits).

Les quatre groupes de produits sont les suivants: pommes et poires (total de 181 800 T); agrumes: oranges, mandarines et clémentines (total de 96 090 T); autres légumes: carottes, concombres, piments doux ou poivrons et tomates (48 300 T); autres fruits: kiwis, prunes et raisins de table (total de 76 895 T). Un certain nombre de produits visés par les mesures précédentes — choux, choux-fleurs, choux-fleurs brocolis, champignons et fruits rouges — ne sont plus concernés.

Outre ces volumes spécifiques, les 28 États membres disposeront chacun d’une réserve supplémentaire de 3 000 tonnes pour le retrait des produits énumérés dans ce programme, ainsi que des choux-fleurs, des choux et des champignons, les États membres étant libres d’accorder la priorité à certains produits.

En réponse à l’embargo russe, le 7 août, sur l’importation de certains produits agricoles de l’UE (et des États-Unis, du Canada, de l’Australie et de la Norvège), la Commission européenne a pris des mesures de soutien du marché pour les pêches et les nectarines (33 millions d’euros), les fruits et légumes périssables (125 millions d’euros) et a accordé une aide au stockage privé pour le beurre, le lait écrémé en poudre et les fromages, ainsi qu’un montant supplémentaire de 30 millions d’euros pour des programmes de promotion.

La mesure prise aujourd’hui est un nouveau règlement délégué établi par la Commission de sa propre autorité, sans que l’approbation préalable par les États membres ou le Parlement européen ne soit nécessaire. Toutefois, la Commission a consulté les experts des États membres à propos de certaines modalités lors de la rédaction du texte.

Pour en savoir plus sur la réponse de la Commission à la crise russe, voir http://ec.europa.eu/agriculture/russian-import-ban/index_en.htm (en anglais).

bias

Catégorie Union européenne, fruits-légumesCommentaires fermés

Embargo russe : volonté de la Commission et des Etats membres d’agir vite et de façon concertée


Une réunion s’est tenue entre la Commission européenne et les Etats membres, suite à la mise en place des restrictions à l’importation de produits agricoles et agroalimentaires par la Russie. Elle a permis de constater la convergence d’analyse de la plupart des Etats membres sur les conséquences de ces mesures.

Il ressort des discussions que le secteur des fruits et légumes, qui devrait être le plus touché, doit faire l’objet d’une attention toute particulière en raison du report sur le marché européen de quantités importantes de marchandises initialement destinées à l’exportation vers la Fédération de Russie. En conséquence, plusieurs Etats, dont la France ont demandé à ce que des mesures de retrait et de promotion soient mises en place dans les plus brefs délais.

Suite à des contacts avec plusieurs capitales concernées, dont Paris, la Présidence italienne du Conseil européen a par ailleurs indiqué qu’un Conseil des ministres de l’agriculture serait organisé spécifiquement sur cette question autour du 5 septembre. Cela répond à la demande exprimée par Stéphane Le Foll au lendemain de l’annonce de la mise en place de l’embargo.

Le Ministre se félicite de cette convergence de vue et de la volonté de la Commission et des Etats membres d’apporter des solutions rapides à l’ensemble des professionnels agricoles et des filières agroalimentaire dans un contexte d’urgence.

Catégorie Union européenne, agricultureCommentaires fermés

Embargo russe: des contacts sont en cours


Le président de la République a eu un échange avec M. Xavier Beulin, Président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles afin d’évoquer avec lui les conséquences sur les filières agroalimentaires françaises de l’embargo sur certains produits alimentaires qui vient d’être décidé par la Fédération de Russie.

Compte tenu de l’importance des exportations européennes et françaises de produits alimentaires vers la Russie, le président de la République a assuré M. Beulin que des contacts sont en cours avec la Commission européenne pour que les conséquences directes et indirectes de cet embargo soient évaluées avec précision afin de prendre des mesures adaptées à la gravité de la situation.

Une attention particulière sera portée aux producteurs de fruits et légumes, et des éleveurs qui rencontrent déjà des difficultés de marché. Par ailleurs, des démarches auprès de l’organisation mondiale du commerce (OMC) devront être envisagées au niveau communautaire.

Le président de la République a indiqué que M. Stéphane Le Foll avait eu un échange sur ces sujets, avec M. Dacian Ciolos, commissaire européen à l‘agriculture.

Le président de la République a également indiqué qu’il restait en contact étroit avec nos partenaires européens comme avec le Président Poutine pour rechercher un dénouement à la crise.

Le président de la République a proposé à M. Beulin de rester en contact avec lui sur ce sujet.

Catégorie Union européenne, agro-alimentaire, vie syndicaleCommentaires fermés

Embargo russe: le gouvernement aux côtés des producteurs


Suite à l’annonce qui vient d’être faite par les autorités russes de la mise en place d’un embargo sur certains produits agricoles et agroalimentaires, Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du Gouvernement a demandé à ses services de procéder, en lien avec les filières concernées, à l’évaluation des conséquences possibles de ces mesures pour la production agricole et agroalimentaire française.

Au-delà des conséquences directes pour nos exportations, des conséquences indirectes et décalées dans le temps pourraient également intervenir en raison de la commercialisation sur le marché communautaire de produits initialement destinés à l’exportation vers la Fédération de Russie.

Stéphane LE FOLL s’est entretenu aujourd’hui avec Dacian CIOLOŞ, le Commissaire européen à l’Agriculture et au Développement rural. Il lui a demandé d’organiser au niveau européen l’analyse de l’impact que pourrait avoir cet embargo qui concerne l’ensemble des Etats-membres. Cette analyse partagée est urgente et indispensable pour apprécier la nature des décisions à prendre pour faire face à la situation actuelle.

La Commission européenne a répondu à la France qu’elle allait convoquer un Comité de gestion exceptionnel portant sur l’ensemble des produits agricoles dans le courant de la semaine prochaine.

Par ailleurs, le Ministre a indiqué que des contacts étaient en cours pour porter une position coordonnée dans le cadre de la coopération renforcée avec l’Allemagne et la Pologne au sein du groupe dit de Weimar.

D’ores et déjà, les responsables professionnels de la filière pêche-nectarine ont été invités à participer à une réunion organisée par la Commission européenne ce vendredi 8 août pour examiner la situation conjoncturelle de la filière et les réponses communautaires adaptées pour faire face aux difficultés commerciales du secteur.

Compte tenu de la gravité de la situation que les Ministres français, espagnole et italien ont signalé conjointement au Commissaire européen à l’agriculture dès la semaine dernière, des solutions sont attendues de façon urgente de la part de la Commission dans le cadre des dispositions de l’Organisation Commune de Marché, pour contribuer au rééquilibrage du marché, alors même que les annonces d’embargo russe accroissent encore les tensions dans cette filière.

Catégorie Union européenne, agro-alimentaireCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

août 2019
L Ma Me J V S D
« juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+