Tag Archive | "environnement"

Protéger l’environnement


Trois ans après le dernier sondage Eurobaromètre similaire, l’intérêt des Européens pour l’environnement n’a manifestement pas faibli, malgré la crise économique. L’écrasante majorité des 28 000 personnes interrogées (95 %) estime la protection de l’environnement importante à titre personnel et de nombreux citoyens pensent qu’il est possible d’en faire davantage dans ce domaine.

M. Janez Potočnik, commissaire chargé de l’environnement, a déclaré à ce propos: «Je suis heureux de constater que la protection de l’environnement bénéficie d’un soutien aussi large et vigoureux, même dans une période difficile. Les Européens sont particulièrement préoccupés par la pollution de l’air et de l’eau, les produits chimiques et les déchets, et ont le sentiment que chacun doit intensifier ses efforts pour protéger l’environnement.»

Points saillants:

La protection de l’environnement se justifie du point de vue économique

Une grande majorité des personnes sont d’avis que l’utilisation efficace des ressources naturelles (79 %) et la protection de l’environnement (74 %) peuvent être un moteur pour la croissance économique. Tandis que 80 % des personnes interrogées considèrent que l’économie influence leur qualité de vie, 75 % d’entre elles pensent que l’état de l’environnement a une influence comparable et 77 % des citoyens de l’UE sont convaincus que les problèmes environnementaux ont un effet direct sur leur vie quotidienne. La pollution de l’air (56 %) et de l’eau (50 %) ainsi que la production de déchets et l’épuisement des ressources naturelles sont les sujets qui les préoccupent le plus.

Un nombre croissant (59 %) de personnes considère que, pour mesurer les progrès réalisés dans leur pays, les facteurs sociaux et environnementaux devaient être pris en compte au même titre que les critères économiques. En ce qui concerne les dépenses et les investissements, 59 % des personnes interrogées sont d’avis que les autorités publiques de leur pays devraient favoriser des considérations environnementales plutôt que des considérations de coûts.

Vers une plus grande responsabilité environnementale

Les citoyens sont encore plus nombreux qu’en 2011 (75 %) à se dire prêts à acheter des produits respectueux de l’environnement même s’ils sont un peu plus chers. Une grande majorité (93 %) des sondés considère que les gros pollueurs devraient réparer les dégâts qu’ils causent à l’environnement. Infliger des amendes plus lourdes à l’encontre des contrevenants est le moyen perçu comme le plus efficace pour résoudre les problèmes environnementaux.

Les Européens sont 85 % à estimer qu’ils ont un rôle à jouer dans la protection de l’environnement. Actuellement, la plupart d’entre eux accomplissent des actions et adoptent des comportements respectueux de l’environnement, aux premiers rangs desquels figurent le tri des déchets en vue du recyclage (72 %) ainsi que la réduction de la consommation d’énergie (52 %) et d’eau (37 %). Alors que davantage de citoyens estiment être bien informés sur l’environnement en général, 39 % d’entre eux considèrent qu’ils ne disposent pas d’informations suffisantes sur les effets que les produits chimiques utilisés dans les produits de tous les jours ont sur la santé.

Une grande majorité juge qu’il est possible d’aller plus loin dans la protection de l’environnement. Selon 77 % des personnes interrogées, les grandes entreprises et l’industrie n’en font pas assez; 70 % d’entre elles estiment qu’il en va de même pour leur gouvernement national. En outre, 65 % considèrent que les citoyens eux-mêmes pourraient en faire plus. Parmi les premières priorités recensées par les Européens désireux de protéger l’environnement figurent le tri des déchets en vue du recyclage (54 %), la réduction de la consommation d’énergie à domicile (39 %) et l’utilisation des transports en commun.

Soutien à l’action de l’UE

Pour 77 % des citoyens de l’UE, la législation européenne en matière d’environnement est nécessaire à la protection de l’environnement dans leur pays et pour six personnes sur dix, les décisions dans ce domaine devraient être prises en commun dans l’UE. 79 % des personnes interrogées pensent également que l’UE devrait pouvoir s’assurer de l’application correcte de la législation environnementale dans leur pays. 88 % d’entre elles souhaitent que plus de fonds soient alloués par l’Union européenne pour soutenir des activités respectueuses de l’environnement. En outre, une majorité des citoyens (56 %) aimerait que l’UE soit encore plus active pour protéger l’environnement.

Contexte

La dernière enquête Eurobaromètre sur l’environnement paraît trois ans après le précédent rapport sur le sujet. Elle a été conduite dans les 28 États membres de l’Union européenne entre le 26 avril et le 11 mai 2014 en vue d’évaluer l’opinion, l’attitude et les pratiques des citoyens de l’UE au regard de l’environnement. Dans ce cadre, 27 998 répondants issus de différents groupes sociaux et démographiques ont été interrogés en face-à-face dans leur langue maternelle pour le compte de la direction générale de l’environnement.

Informations complémentaires

L’enquête Eurobaromètre est disponible à l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm

Catégorie Union européenne, environnementCommentaires fermés

En savoir plus sur votre environnement


Vous voulez connaître les niveaux d’ozone, de carbone noir et d’autres polluants auxquels vous êtes exposés lorsque vous vous déplacez à vélo ou à pied? C’est désormais possible grâce une application mobile baptisée AirProbe, qui fonctionne en association avec un petit boîtier de capteurs.

Mis au point par des partenaires de Belgique, d’Allemagne, d’Italie et du Royaume-Uni, ce dispositif vise à sensibiliser davantage les particuliers à leur environnement. Plus de 300 personnes ont participé aux premiers essais réalisés à Anvers, à Kassel, à Turin et à Londres. Une autre application mobile similaire, WideNoise, qui permet de mesurer les niveaux de pollution sonore, a déjà été utilisée par plus de 10 000 personnes et a fait l’objet d’une étude menée autour de l’aéroport d’Heathrow.

Les données recueillies sont accessibles aux particuliers, aux autorités et aux scientifiques afin qu’ils puissent avoir une idée plus précise de leur environnement.

Cinq partenaires ont apporté leur expertise au projet, dans des domaines aussi variés que les sciences sociales, l’informatique ou les sciences de l’environnement. L’UE a investi 2 millions d’euros dans ce projet, contribuant ainsi à la création du dispositif et à la réalisation de différentes études de cas.

Deux applications mobiles ont été mises au point: AirProbe, qui donne une idée des niveaux de pollution de l’air, et WideNoise, qui mesure les niveaux de bruit. Toutes deux comprennent des cartes interactives et des jeux sociaux permettant aux utilisateurs de partager des informations et leurs impressions. AirProbe fonctionne avec un petit boîtier de capteurs alimenté par accumulateurs qui peut être facilement transporté dans un sac à dos ou dans le panier d’une bicyclette, et qui se connecte à votre téléphone portable grâce à la technologie Bluetooth.

Après avoir emmagasiné une certaine quantité d’air, le boîtier communique les relevés des niveaux d’ozone, de carbone noir et d’autres polluants à un serveur central, qui transmet à son tour des informations sur les zones polluées de la ville et sur les pics de pollution à éviter.

Dans le cadre du projet, les chercheurs ont demandé à des volontaires de tester le système à Londres, à Anvers, à Kassel et à Turin. Ces ambassadeurs ont ainsi analysé la qualité de l’air en plus de 28 millions de points. Ils ont donné leur avis sur le dispositif (certains trouvaient le boîtier de capteurs trop grand, d’autres recommandaient de leur rendre étanche) et ont fait part de leur perception et de leurs impressions.

Plusieurs participants ont ainsi déclaré: «Il est intéressant de voir la différence entre notre sensation, notre perception et les données réelles». Un coureur a quant à lui expliqué: «Même les grands axes n’étaient pas aussi pollués que je ne le pensais avant de participer aux essais.».

Mettre la technologie à la disposition de tous

Le système est actuellement utilisé dans des écoles et dans le cadre de nouvelles études. Les données collectées par l’intermédiaire de WideNoise ont, par exemple, eu une influence sur les réactions à une proposition d’agrandissement de l’aéroport d’Heathrow.

Les scientifiques peuvent également utiliser les informations collectées pour analyser des tendances de pollution, les publier en ligne et les mettre ainsi à la disposition des particuliers et des pouvoirs publics.

Cela pourrait, par exemple, contribuer à la diminution des embarras de la circulation. Et le professeur Loreto d’ajouter: «Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, mais il sera intéressant de voir comment évoluent les comportements des particuliers au fur et à mesure qu’augmente leur sensibilisation à l’environnement.».

La pollution atmosphérique est l’une des premières causes de décès en Europe.

En 2010, elle aurait causé la mort prématurée de plus de 400 000 personnes dans l’UE. La mauvaise qualité de l’air a également d’autres répercussions: elle augmente les coûts médicaux, diminue la productivité économique, nuit aux récoltes et endommage les bâtiments.

La législation de l’UE garantit des normes de qualité de l’air élevées: les États membres sont en effet tenus de surveiller les niveaux de polluants dans l’air et de veiller au respect des valeurs limites. La Commission européenne a également proposé de nouvelles mesures visant à sauver des vies et à protéger la santé des personnes.

Catégorie Union européenne, environnementCommentaires fermés

Ricard: une bouteille plus élégante, originale, moderne….


La société Ricard a pris l’heureuse initiative de présenter sa nouvelle bouteille de  » Ricard » au Sirha, le salon international de l’hôtellerie et de la restauration qui se déroule à Lyon Eurexpo.

Chacun se rappelle que c’est Paul Ricard qui a créé ce devenu très célèbre apéritif anisé en 1932. Depuis cette date la bouteille n’avait pas changé de forme. C’est chose faite, près de 80 ans plus tard.  » Nous avons souhaité rajeunir le look de la bouteille, la rendre plus moderne, élégante, tout en restant dans le traditionnel, nous démarquer des autres marques d’apéritif anisé » ont précisé Christian St Germain directeur régional et Philippe Rousset, directeur de la communication.

Dès le premier coup d’oeil, on peut dire que ce pari, osé’ est réussi. La bouteille nouvelle mouture, tout en se démarquant de ses concurrentes, va plaire, c’est certain.

Il est bon de souligner que la société Ricard est un partenaire efficace de l’environnement, de l’agriculture.

Ricard a en effet renforcé son engagement en faveur de l’environnement par une politique d’économie des ressources naturelles. Depuis 2001, la consommation d’eau de ses usines a baissé de 39%!

Cette politique s’illustre également par la relance de production de fenouil sur le plateau de Valensole, en Provence. ceci selon les stricts principes de l’agriculture raisonnée. Les huiles essentiellesde fenouil constituent une alternative à la badiane pour donner au Ricard sa saveur anisée. Outre la qualité de l’huile obtenue, la plante favorise la profilération des abeilles, contribuant à entretenir la biodiversité.

Nous n’oublierons pas enfin que la société Ricard est l’une des plus fidèles partenaires de la foire de Beaucroissant. Assurant une animation très appréciée avec les fameuses fire girls et les bandas.

ricard 2A propos de la nouvelle bouteille

C’est à Londres dans les bureaux de l’agence Coley Porter Bell qu’est né le nouveau design de la bouteille Ricard : une création qui s’appuie sur un socle rectangulaire, à l’image du logo cartouche Ricard, dont la forme sert de base à
la structure de la bouteille. Ainsi, de ce fondement créatif, s’élancent naturellement les lignes pures, élégantes et modernes de cette sculpture de verre.
Unique en son genre, le logo de la marque Ricard se retrouve également embossé dans le verre sur les flancs de la
bouteille, indiquant que l’empreinte laissée par Ricard au fil du temps est indestructible et pérenne.

Côté étiquette, elle se sépare en trois, chahutant les codes de reconnaissance de la marque pour mieux mettre chacun d’entre eux en valeur : le logo Ricard, puis la feuille d’acanthe et la mention pastis de Marseille, et la signature
du fondateur « Paul Ricard, créateur ». Quant au design de ces étiquettes successives, elles épousent harmonieusement la forme de la bouteille.
Enfin, « Depuis 1932 », sculpté également dans le verre, évoque la constance du savoir-faire Ricard, son attachement à ses valeurs inaltérables qui ont porté la marque vers le succès et la projettent dans l’avenir.

Le design de cette nouvelle bouteille concerne l’ensemble de la gamme Ricard du 2 au 200 cl.

Catégorie agro-alimentaire, consommationCommentaires fermés

1er au 5 décembre, Naturissima


« Devenir acteur d’un changement nécessaire, changer nos habitudes et consommer autrement » : Le Salon Naturissima et ses nombreux exposants vous proposent des solutions et vous donnent rendez-vous du 1er au 5 décembre 2010 à Alpexpo – Parc Événementiel de Grenoble.

Naturissima, l’un des plus importants rendez-vous annuels consacré à l’environnement et à la vie au naturel du Sud-est de la France vous propose de rencontrer de nombreux exposants sélectionnés et de vous informer grâce à un programme de qualité et d’actualité accessible au grand public.
Naturissima promeut des nouveaux comportements, des solutions alternatives et propose une gamme de produits en adéquation avec les principes du développement durable.

Naturissima est cette année LE rendez-vous incontournable en matière de respect de l’environnement et de consommation Bio. En effet Cette année Alpexpo s’impose un nouveau challenge en axant le Salon Naturissima exclusivement sur les produits biologiques labellisés et les produits naturels respectueux de l’environnement. Les exposants sont sélectionnés à partir de critères stricts.
Advertisement
Pour tout savoir sur Naturissima 2010:
cliquer sur:

- programme complet

Naturissima

Catégorie A la une, bio, foires et fêtesCommentaires fermés

Pour respecter l’environnement…


L’entreprise Collavet a vu le jour en 1957.  Installée à St Hilaire-du-Rosier, spécialisée dans le travail du plastique, elle s’est développée en ouvrant un deuxième site en Bièvre-Est, à Apprieu plus exactement. Eric Gasquet, responsable du site d’Apprieu: « A St-Hilaire-du-Rosier, on travaille essentiellement les matières thermodurcissables, c’est à dire non réutilisables, les poignées de casseroles par exemple. Par contre, à Apprieu on est spécialisé en thermoplastiques qui peuvent être réutilisables.

Dans ce domaine, les fameux gobelets qui ont le vent en poupe: « On faisait depuis de nombreuses années des gobelets réutilisables que l’on appellera « basiques » pour les centres aérés par exemple. On a souhaité aller plus loin. Cela passait par un poste de sérigraphie. On a eu du mal à trouver. On a préféré acheter le gobmatériel et on a fait une formation interne.

Certes au début ce n’était pas le top mais on y est arrivé! On a eu quelques petits clients et en 2009 on a fourni la fête de l’Humanité: 500 000 gobelets. L’élan était donné. » Depuis l’entreprise a de nombreux clients en particulier au niveau des festivals, manifestations sportives… « Notre pub se faisant essentiellement par le bouche à oreilles. »

Eric Gasquet a cependant un regret: « On a l’impression qu’en Rhône-Alpes, on est moins sensibilisé  aux problèmes liés à l’écologie, à l’environnement par rapport aux autres régions de notre pays, du moins pour l’instant. Je suis en effet persuadé que les mentalités évolueront. »
A ce propos, il faut savoir que l’entreprise Collavet est la seule de la région à fabriquer ce genre de produits.

Cela n’empêche pas également l’entreprise de poursuivre dans cette branche du respect de l’environnement. « Nous sommes en constante recherche: bols, assiettes, couverts, barquettes de frites, sets de pique nique… font ou feront partie de notre panoplie du réutilisable. » Nous avons même découvert des snow boards! Et Eric Gasquet de nous dire:  « Un client peut venir avec son idée et repartir avec son produit. »

gob2

Des billes qui vont se transformer en gobelets…

gob3

…Ceux-ci seront sérigraphiés suivant les demandes des clients. Une quinzaine de personnes travaillent sur le site d’Apprieu. « Notre souci: que le client soit satisfait de notre prestation ».

Pour plus de renseignements contacter l’entreprise Collavet en cliquant sur l’illustration ci-dessous:

gob5

Catégorie A la une, environnementCommentaires fermés

Ne jetez plus vos transats!


botanic

Jusqu’au 15 août, les clients pourront rapporter leur ancienne toile de transats Transatube Lafuma pour la recycler dans l’un des 59 magasins botanic®. En botanicéchange de ce geste, ils recevront une remise de 20 % sur l’achat d’une toile neuve Transatube Lafuma (soit un prix de vente de 15,20 € au lieu de 19 €).

Une occasion unique d’allier un geste en faveur de l’environnement tout en changeant la décoration dans son jardin ou sur sa terrasse.
Lafuma a réalisé une Analyse de Cycle de Vie (ACV) du Transatube avec une toile en Batyline® (Groupe Ferrari), l’un de ses produits les plus vendus. Cette analyse a permis de démontrer que la majeure partie des impacts environnementaux provient des matériaux utilisés et de la fin de vie du produit (mise en décharge ou incinération).


LAFUMA

L’armature du Transatube Lafuma est composée d’acier à Haute Limite Elastique, composé de 50% d’acier recyclé. Il a été choisi pour sa résistance, sa durabilité et ses qualités environnementales. La toile s’use avant l’armature ou l’utilisateur se lasse du coloris au bout de quelques années.
L’objectif de cette opération est donc d’inciter les clients à garder l’armature du Transatube plus longtemps et de ne changer que la toile. Ainsi, ils augmentent la durée de vie de leur produit et permettent de diminuer son impact environnemental en limitant la consommation de ressources naturelles.


A titre d’exemple, si trois ans après avoir acheté un Transatube, les consommateurs décident de remplacer leur toile usagée en la rapportant plutôt que de racheter un nouveau Transat, ils permettent une diminution de 75 % des impacts du produit sur l’environnement et une réduction de l’impact carbone de 26,6 kg éq. CO2 à 14,3 kg eq. CO2 .


Les toiles collectées sont recyclées dans l’usine italienne Texyloop du groupe Ferrari. Ferrari a développé et mis en œuvre à l’échelle industrielle un procédé de recyclage en circuit fermé : broyage, dissolution sélective, séparation des fibres, précipitation du PVC, régénération du solvant.

Catégorie environnementCommentaires fermés

Comment tous se nourrir sans détruire la planète?


Capital Terre

Chaque jour, il y a 200 000 personnes de plus sur Terre qu’il faut nourrir, mais les ressources de la planète ne sont pas inépuisables. Pêches à outrance, élevages intensifs, surexploitations des surfaces agricoles : tout ce qui est produit pour manger a un impact sur l’environnement.

Pour mieux comprendre les conséquences de la consommation quotidienne et quelles sont les solutions qui existent, Guy Lagache propose une enquête d’un bout à l’autre de la planète. Le voyage qu’il propose emmène le téléspectateur sur quatre continents, des rayons des supermarchés occidentaux aux nouvelles réserves agricoles de l’Afrique, sans oublier les élevages géants de l’Ouest américain et les forêts tropicales d’Extrême-Orient en voie de disparition.

Capital terre: mercredi 24 mars, 20h45

Catégorie consommation, zoomCommentaires fermés

RTE Est : un partenariat pour la sauvegarde des abeilles


A  l’IUT de Thionville-Yutz, Jean-Marie Pelt (botaniste-écologiste, fondateur de l’Institut Européen d’Ecologie de Metz) FeREePA (Fédération européenne de Recherche sur l’éducation de la Personne et de ses Applications sociales) , Paul Schweitzer directeur du CETAM Centre d’Etudes Techniques Apicoles de Moselle Lorraine et RTE, réseau de transport d’électricité, ont signé une convention de partenariat visant à étudier la santé des abeilles et à contribuer à leur sauvegarde.

Pour les besoins de l’étude, des ruches expérimentales seront implantées sur du terrain que RTE met à disposition au voisinage de ses postes de transformation électrique

Face à l’appauvrissement de la biodiversité et notamment à la disparition rapide des abeilles avec des pertes de cheptel allant de 30 à 70% selon les régions, la convention vise à mettre en place un programme d’étude et de suivi des abeilles dans leur environnement et de préconiser des comportements éco-responsables.

L’étude vise à observer, analyser et diagnostiquer l’état sanitaire de l’abeille et de son cadre de vie. Des prélèvements réguliers d’abeilles et des échantillons de substances qu’elles fabriquent seront observés et analysés par des professionnels de l’apiculture et des chercheurs en éco-toxicologie

Pour les besoins de l’étude, trois ruches seront implantées sur des terrains en bordure de trois postes électrique de RTE, à l’abri d’activités humaines dangereuses pour l’abeille et une ruche témoin sera conservée à l’IUT de THIONVILLE.

Un film dédié au Développement Durable ayant pour thème l’appauvrissement de la biodiversité lié à la disparition des abeilles sera réalisé pour une diffusion par la filière éducative en fin d’année 2010.

RTE contribue au budget de la réalisation de l’étude.

Consulter le dossier complet

Catégorie apicultureCommentaires fermés

Protection de l’environnement: le rôle des citoyens


SDD-1b6ba

Dans le cadre de la Semaine du Développement Durable 2010, l’association « Eco-citoyens du Nord Isère » organise la projection du film « HOME » de Yann ARTHUS-BERTRAND – le 2 avril  à 20h30, salle de la Serra à Villette d’Anthon.

Cette projection, dont l’entrée est gratuite, sera suivie d’un débat, animé par des membres de l’association, portant sur :
• les gestes que chacun peut faire pour limiter la pollution de la planète, le gaspillage de ses ressources et les émissions de gaz à effet de serre (économies d’énergie, énergies renouvelables, optimisation des transports, recyclage des déchets, limitation de l’usage des produits phytosanitaires notamment),
• les moyens de mettre en œuvre ces gestes citoyens (implication personnelle, actions dans les écoles, rôle des associations de protection de l’environnement, …).
Elle sera complétée par une exposition de travaux réalisés par les Ecoles Primaires du Bourg et de Mons Asnières de Villette d’Anthon à partir d’un projet de « La main à la pâte »* sur le changement climatique. Sur ce projet, l’association apporte son appui bénévole et gratuit aux enseignants, en particulier en mettant à disposition des écoles les matériels nécessaires à la conduite des expériences et en aidant les enseignants à préparer et mettre en œuvre les séances expérimentales en classe.
* Cet organisme a été créé en 1996, à l’initiative du professeur Georges Charpak, prix Nobel de physique 1992, et de l’Académie des Sciences, et son objectif est de promouvoir au sein de l’école primaire une démarche d’investigation scientifique.

Contact

André MANSIAUX, Président des Eco-citoyens du Nord Isère
06 10 91 38 75
econord38@gmail.com

Catégorie pollution, territoiresCommentaires fermés

Quelle agriculture pour les abeilles et la biodiversité?


Projection Conférence « Quelle agriculture pour les abeilles et la biodiversité ? » avec Marc Peyronnard le samedi 6 mars à 20h30 à Vourey salle des fêtes.

Soirée organisée par Le Pic vert et Vourey environnement.

Entrée libre et gratuite.

Le Pic Vert
24, place de la Mairie
38140 Réaumont

tel : 04 76 91 34 33
mail : contact@lepicvert.asso.fr

Renseignements: www.lepicvert.asso.fr

Catégorie apicultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+