Tag Archive | "fédération des alpages de l’Isère"

La gestion du loup en Isère


La saison de pâturage a commencé et s’accompagne de nouvelles attaques de loup sur les troupeaux. L’État et ses services, tant au niveau central qu’au niveau local, comprennent les difficultés et parfois la détresse, des éleveurs victimes de ces attaques.

Au niveau local, ils mettent en œuvre du plan loup visant à réduire ces attaques et, à défaut, à les indemniser. La ministre de l’Environnement suit personnellement ce dossier et a conduit une procédure permettant de relever le plafond des prélèvements de loups afin que la défense des troupeaux puisse continuer à être assurée.

La situation de la commune de Chichilianne où ont eu lieu plusieurs attaques la semaine passée, a donné lieu à une rencontre avec le maire, dont la démarche a été soutenue auprès du préfet par la députée Marie-Noëlle Battistel et la conseillère départementale Frédérique Puissat.

Un plan d’action, conforme au cadre législatif qui prend en compte le caractère d’espèce protégée du loup, a été décidé.

Celui-ci comprend l’autorisation de tirs de défense pour les éleveurs qui mettent en place les mesures de protection minimales. La mise en place de ces mesures est accompagnée techniquement et financièrement par la Direction Départementale des Territoires. Les services de l’État coordonneront la mise en œuvre de ce plan d’action qui pourra associer les chasseurs locaux et gagnera en efficacité si tous les éleveurs du territoire s’y engagent.

Nous ne sommes donc pas démunis face aux attaques du loup, et le préfet rappelle, en ce début de saison de pâturage, dans quel cadre légal nous devons agir.

Tout d’abord, les attaques les plus meurtrières étant observées sur les troupeaux qui n’étaient pas ou peu protégés au moment de l’attaque, le préfet incite les éleveurs à tout mettre en œuvre pour protéger leurs troupeaux (gardiennage, parcs de nuit électrifiés, etc.). La DDT accompagne les éleveurs qui en font la demande.

Lorsqu’une attaque a lieu, à tout moment de l’année et dès la découverte de cadavres dont la mort peut être imputable au loup ou au lynx, il est rappelé aux éleveurs de contacter sans délai :

  • la Fédération des Alpages de l’Isère au 04 76 71 10 25 si le troupeau se trouve en alpage,
  • la Direction Départementale des Territoires au 04 56 59 42 22 dans tous les autres cas.

Les éleveurs sont invités à indiquer les coordonnées téléphoniques ainsi que le nom de la personne à rencontrer sur place, le nombre de victimes impliquées et la commune concernée. Ils sont contactés dès que possible. Il convient de couvrir si possible les cadavres pour les soustraire à la vue des charognards et faciliter le constat.

Les constats d’attaques sont réalisés par les agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, du Parc National des Ecrins ou des Réserves Naturelles Nationales selon les secteurs.

Au niveau national, 36 prélèvements de loup ont été autorisés au titre de l’exercice 2015. A ce jour on recense 35 prélèvements. Les tirs de défense octroyés aux éleveurs qui en font la demande restent valides (ils sont toutefois suspendus à chaque nouveau prélèvement de loup). Le préfet de l’Isère a réservé une suite favorable aux 30 demandes de tirs de défense déposées en 2015 (11 en 2014 et 4 en 2013).

En effet, dans le cadre du protocole d’intervention sur le loup défini par arrêté ministériel, le recours aux tirs de défense peut être généralisé pour les troupeaux qui sont protégés et qui sont exposés à la prédation du loup, d’autant que la durée de validité d’un an de ces autorisations a été étendue à 5 ans.

Les conditions d’octroi des tirs de défense ainsi que le formulaire de demande sont simples et disponibles sur le site Internet des services de l’État (www.isere.gouv.fr rubrique environnement / chasse et faune sauvage).

Par ailleurs, en cas de nécessité, et dans le respect du protocole d’intervention sur le loup qui permet de déroger à son statut d’espèce protégée, le Préfet pourra être amené à signer des arrêtés d’autorisation de tirs de prélèvement. Il rappelle que cette décision lui incombe et que toute incitation ou organisation d’opérations illégales de prélèvement de loup serait immédiatement transmise au Procureur de la République.

L’article L. 415-3 du code de l’environnement précise le régime de sanctions encourues en cas d’atteinte à la conservation d’espèces animales non domestiques, qui peuvent aller jusqu’à un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende, pour une personne seule. L’article L. 415-6 du code de l’environnement précise que ces peines sont alourdies à 7 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende pour destruction en bande organisée.

Le préfet de l’Isère reste attentif à la gestion des populations de loups dans le département afin de concilier au mieux les intérêts des acteurs de ce dossier et la défense de l’environnement dans le respect du cadre légal et réglementaire. Le comité départemental loup, réuni en janvier 2016, devrait être à nouveau réuni prochainement.

Catégorie loupCommentaires fermés

DES MOUTONS POUR UN DEBROUSSAILLAGE RAISONNÉ



A la Maison de la Nature de la Ferrière (38), dans le cadre du projet de compensation environnementale sur le site de Combe Madame,
les 4 « bêtes meneuses » d’un troupeau de près de 800 moutons ont été équipées de colliers GPS. Ces colliers permettront,
pour la deuxième année consécutive, de suivre les pratiques pastorales actuelles sur le site de Combe Madame.
Le projet vise à permettre au berger, dès l’année prochaine, d’utiliser les données récoltées pour guider son troupeau notamment vers
les zones à enjeux de protection de l’habitat du Tétras-lyre, afin d’en réaliser l’entretien.

Les objectifs du suivi pastoral

La Combe Madame est un site naturel de haute montage utilisé historiquement en tant qu’alpage, mais la baisse de l’activité pastorale a favorisé un fort développement de la forêt moins favorable à la biodiversité. Depuis 1991, date de reprise de l’alpage par un groupement pastoral, chaque année, un troupeau d’environ 800 brebis estive pendant deux mois sous la surveillance d’un berger.
Les interactions de l’activité agro-pastorale avec le milieu naturel sont au cœur des équilibres écologiques du site.
La connaissance des pratiques pastorales actuelles est donc indispensable pour planifier les actions de restauration écologique à mener sur le site de Combe Madame au regard des objectifs écologiques à atteindre.

Le groupement pastoral et la fédération des alpages de l’Isère, membres actifs de l’association IBCM participent ainsi au programme de suivi scientifique destiné à caractériser l’état initial du site. A leurs côtés, l’ONCFS qui gère la réserve nationale de Chasse de Belledonne Sept-Laux, également membre actif de l’association, travaille sur les interactions entre pastoralisme et Tétras-lyre.
Un des objectifs est de renforcer la fréquentation du troupeau dans les zones favorables à la reproduction des espèces comme le Tétras Lyre ou le Lagopède. Pour cela un protocole de suivi du parcours du troupeau a été mis en place à partir de 2013 avec la pose de colliers GPS sur certaines brebis du troupeau. L’objectif final est de permettre au berger, dès l’estive 2015, de guider son troupeau vers les zones d’habitat des Tétras-lyres afin d’en assurer l’entretien.e déroulement de l’expérimentation « collier GPS »


moutonLe dispositif de suivi GPS du troupeau de Combe Madame a été mis en place pour la première fois lors de l’estive 2013. Le même dispositif est reconduit sur

l’estive 2014 : 4 bêtes ont ainsi été équipées de colliers GPS pour suivre leurs mouvements (leur position étant enregistrée toute les 30 minutes).

Le choix des animaux pour la pose des colliers ne se fait pas au hasard. Des brebis meneuses sont choisies pour représenter le parcours moyen du troupeau qui, par instinct grégaire, suit généralement ces meneuses. Au retour d’estive, les colliers sont récupérés et les données GPS sont traitées dans un logiciel SIG (Système d’Information Géographique) pour cartographier et analyser le parcours du troupeau.

Le projet de compensation environnementale sur le site de Combe Madame

Suite à l’appel à projets porté en 2011 par le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, EDF a lancé une opération expérimentale de compensation environnementale sur le vallon de Combe Madame.

Cette expérimentation est menée en collaboration avec les acteurs du territoire (commune de La Ferrière, bergers,associations de chasse et de protection de la nature,ONCFS…). La création de l’association IBCM « Initiative Biodiversité Combe Madame » qui fédère ces acteurs sous la présidence de la commune de la Ferrière est la structure locale choisie pour jouer le rôle d’opérateur de compensation.

Ce projet expérimental vise à réhabiliter certains alpages afin d’y créer des conditions d’habitat favorables à la faune et la flore, et permettre la réhabilitation de galliformes, notamment du Tétras-lyre*, une espèce menacée.
Bénéficiant d’un foncier important et écologiquement sensible, puisque située majoritairement dans, ou à proximité immédiate de zones naturelles protégées, EDF met ainsi à disposition 130 hectares pour assurer une gestion écologique du site propice à la reconquête des espèces remarquables.

L’opération est prévue pour une durée de 8 ans.

A l’issue, EDF conservera la propriété des terrains, mais la pérennité des actions mises en œuvre sera assurée, notamment par l’intégration de l’ensemble du site dans une Réserve Nationale de Chasse et de Faune Sauvage.

Catégorie alpagesCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juin 2019
L Ma Me J V S D
« mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+