Tag Archive | "FNO"

NOUVEAU Plan Loup : une provocation supplémentaire !


Communiqué de la FNSEA, JA, APCA, FNO

Alors que l’élevage en plein air est plébiscité par les Français, que penser d’un Etat qui souhaite que le métier d’éleveur cesse d’exister dans nos montagnes et nos territoires ruraux ?

Les annonces faites par le Ministère de la transition écologique et solidaire et le Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt ce mardi 12 septembre lors de la réunion d’information et d’échange à Lyon sur le plan loup 2018/2023 montrent sans nul doute que les éleveurs et l’élevage ne sont pas la priorité du gouvernement. Ils sont au contraire sacrifiés au nom de la protection et l’expansion du loup en France !

Alors que le nombre d’animaux domestiques tués par les loups est désormais annuellement supérieur à 10.000 et le coût budgétaire supérieur à 26 millions d’€, comment un Etat responsable peut-il encore encourager l’augmentation du nombre de loups ?

Les seules nouvelles propositions du plan loup qui consistent à :

  • Conditionner l’indemnisation des dommages dus au loup à la mise en oeuvre des mesures de protection
  • Prioriser les tirs d’effarouchement et de défense simple, restreindre la délivrance des tirs de défense renforcée
  • Interdire les tirs de prélèvement avant la fin de l’été avec la volonté affichée de fortement les réduire voire les supprimer …

sont une énième provocation envers les éleveurs et un mépris de leur métier !

Nous, FNSEA, JA, APCA, FNO, refusons catégoriquement de discuter dans ces conditions. Nos propositions pour le plan loup 2018/2022 ont été balayées d’un revers de la main !
Nous ne pouvons tolérer cette manière de travailler alors que les éleveurs se trouvent dans une profonde détresse à cause de ce prédateur et quittent le métier sans être remplacés !
Ces propositions des ministères nous ont conduits à quitter la réunion après avoir fait une déclaration. Nous avons réitéré nos propositions pour que l’éleveur et l’élevage soient désormais au coeur du prochain Plan.

Si les deux ministères refusent de nous écouter et de nous respecter, les éleveurs de France sauront faire entendre leur voix, leur lassitude et leur désespoir de quelle que manière que ce soit ! Notre objectif reste le même : la paix pour les éleveurs et zéro attaque sur leurs troupeaux !

Catégorie loupCommentaires fermés

Loup où es-tu ?


Communiqué de la Fédération Nationale Ovine

Lors du dernier Groupe National Loup du 17 mai 2016, le Ministère de l’Environnement nous a indiqué qu’il ne disposait pas de tous les éléments chiffrés de l’ONCFS sur la population actuelle de loups en France. La presse, par l’émission ‘secrets d’info’ du vendredi 27 mai, nous a relaté les propos d’une administratrice de FERUS confirmant le discours tenu sur leur site internet. Ces écrits invitent les membres du réseau à ne plus communiquer les informations à l’ONCFS, et pire encore, invitent à détruire les indices de présence de loups.
Une telle situation est inadmissible ! La profession ovine est scandalisée face à un tel constat ! Tous les moyens sont mis en oeuvre pour qu’un arrêté cadre assurant une baisse de la pression de prédation ne soit pas publié. Nous ne pouvons pas continuer à travailler dans de telles conditions : le Ministère ne peut se permettre de tolérer la destruction des données et le manque d’informations lorsque la survie de nos exploitations est en jeu. Il faut réagir !
Aujourd’hui invoquant la validité juridique de l’arrêté cadre, le Ministère propose de fixer un plafond de prélèvement de 36 loups, dont un maximum de 27 entre le 1er juillet et le 30 septembre.
La FNO ne peut tolérer un tel arrêté, qui revoit à la baisse le quota de prélèvement, ce dans un contexte où les attaques se multiplient (+10% d’attaques au 30 avril par rapport à l’année 2015 !) et surviennent dans un territoire toujours plus étendu. La détresse des éleveurs ovins face à cette pression de prédation toujours grandissante est, elle, bien réelle. Ajoutons à cela un effectif de loups complètement sous-estimé suite à la destruction de preuves !
Compte tenu de la réalité des attaques sur les troupeaux ovins, de la population de loups bien supérieure à l’estimation faite, la FNO demande qu’entre en vigueur au 1er juillet un arrêté cadre autorisant le prélèvement d’un minimum de 42 loups dès à présent, ce qui correspond aux dérogations de la saison précédente (36 complétés de 6).
Il est plus qu’urgent de prendre des mesures pour sauver l’élevage ovin qui subit de plein fouet et depuis trop longtemps les conséquences d’une gestion défaillante de la population de ce super-prédateur.

Catégorie loupCommentaires fermés

Soutenez nos éleveurs, mangez de l’agneau français !


Bien que la situation économique des éleveurs ovins se soit améliorée ces dernières années, cette production est
fragile car encore convalescente. Face à la baisse des prix de l’agneau depuis plusieurs semaines et au contexte de
crise de l’élevage d’une manière générale, le conseil d’administration de la FNO a décidé de s’inscrire et d’inviter les
producteurs ovins à participer aux actions syndicales menées par la FNSEA et les JA pour la défense du prix.

Si la FNO revendique l’obtention d’un prix rémunérateur et garantissant de réelles perspectives de
croissance pour les éleveurs de moutons, elle invite également tous les consommateurs à manger de
l’agneau français.

Elle rappelle que l’agneau français, c’est :
• Pour le consommateur :
o une viande d’une traçabilité sanitaire irréprochable grâce à l’identification électronique de nos animaux,
o un grand nombre de signes officiels de qualité (près de 50% des éleveurs sont engagés dans des démarches
de qualité)
• Pour la collectivité :
o le maintien d’une présence humaine, d’une dynamique économique et d’emplois en zones rurales,
o une présence que seul l’élevage ovin peut assurer dans les endroits les plus reculés,
o l’entretien des paysages, le maintien des espaces naturels ouverts et donc une contribution à la lutte contre les
incendies, l’entretien des pistes de ski, …

Pour redynamiser la consommation de viande d’agneau, dans un contexte de baisse structurelle, et pour mettre en
avant la production française, les éleveurs ovins s’afficheront à travers toute la France grâce à des pancartes et des
autocollants qui seront installés dans les fermes et dans des zones stratégiques en cette période de congé estival.
Ils veilleront également à ce que les distributeurs jouent la carte de l’agneau français en le mettant en avant dans les
rayons des grandes surfaces. Depuis le début de l’année, ils ont à leur disposition les logos « Viande Ovine
Française » et « Viande d’Agneau Français » créés par Interbev Ovins.

Sans titre

Manger de l’agneau français, c’est préserver de nombreux emplois en France
et maintenir le dynamisme de nos campagnes !

Catégorie ovins, élevageCommentaires fermés

Loup: échange sur la problématique de la prédation


A l’occasion de la Transhumance de Die, FNSEA, JA et FNO vous invitent à un échange sur la problématique de la prédation

Samedi 20 juin 2015 à 10h30 – Place du Mazel, 26150 DIE

Les populations de grands prédateurs se développent et conquièrent chaque année en France de nouveaux territoires.

Le loup est aujourd’hui le principal fléau de tous les systèmes d’élevage en plein air !

Si la problématique a longtemps été cantonnée aux ovins et à la montagne, c’est désormais un problème d’envergure croissante qui touche tous les territoires et tous types d’élevages de plein air (ovins, caprins, jeunes bovins et équins) et devient un frein au développement économique et à la pérennité des systèmes d’élevage dans les zones touchées.

Le bilan des attaques de loups, au 31 décembre 2014, s’élevait à 9 033 victimes constatées pour 2 515 attaques contre 6 810 victimes constatées et 2 082 attaques en 2013.

On assiste donc à une explosion  du nombre de victimes du loup.

Les attaques se multiplient dans les zones historiques et de nouveaux départements sont touchés. De plus, le loup change de comportement en s’approchant de plus en plus des bergeries et des habitations. En 2014, la présence de loups a été constatée dans 29 départements contre 19 en 2013. Plus de 1 050 éleveurs sont concernés par ce prédateur !

Depuis le début de l’année 2015, la tendance est loin de s’inverser. Les attaques continuent sans cesse et les éleveurs sont à bout !

Face à l’ampleur de ces attaques et à l’extension territoriale du loup, FNSEA, JA et FNO vous invitent à participer à un temps d’échange en présence d’élus et d’éleveurs pour rappeler à l’ensemble de nos concitoyens et surtout aux pouvoirs publics la profonde détresse des éleveurs touchés par ce fléau et donc l’obligation de mettre en place des mesures concrètes d’ici fin juin ! Le quota des 36 loups doit être atteint avant la fin du mois !

Sans réelle volonté politique, nous ne viendrons jamais à bout de ce prédateur !

Catégorie loupCommentaires fermés

Signature d’une convention de partenariat entre la FNSafer et la filière ovine


La production ovine française a signé, à l’occasion du 68ème congrès de la Fédération Nationale Ovine à Strasbourg, une convention de partenariat avec la FNSafer autour de l’accès et du financement du foncier.

Acteur incontournable de l’installation-transmission, du développement durable des territoires et de la préservation et gestion des ressources naturelles, les Safer se sont engagées, à travers la signature de cette convention, à s’investir dans le nouveau programme Inn’Ovin et plus particulièrement sur :

- le repérage des cédants et des candidats à l’installation en production ovine pour maintenir autant que faire se peut les exploitations ovines en place,

-  le stockage foncier, opéré par les Safer pour favoriser le transfert d’exploitations ovines,

-  les apporteurs de capitaux pour le foncier (non-bâti),

- la « location-vente » (ou vente progressive),

-  le maintien de producteurs (transfert de foncier loué notamment)

- et l’étude de formules de groupements fonciers agricoles.

Ces engagements devront permettre de consolider les exploitations ovines en place et de faciliter les installations pour pérenniser cette production.

Alors que le programme Inn’Ovin démarre, l’ensemble de ses partenaires se félicite de ce nouvel élan partenarial prometteur pour la filière ovine française.

_______________________________________

A propos d’Inn’Ovin

Inn’Ovin est le nouveau programme de développement de la production ovine lancé à l’occasion du salon de l’agriculture à Paris. Il associe Interbev Ovin, l’APCA, les JA, Coop de France, l’Institut de l’Elevage, Races de France et la FNO. Il s’articule autour de 2 grands enjeux :

  • Produire plus d’agneaux et de lait pour satisfaire la demande et ainsi créer plus d’emplois sur l’ensemble du territoire
  • Accroître le revenu des éleveurs tout en améliorant leurs conditions de travail et donc l’attractivité du métier d’éleveur ovin.

Il se décline en 4 axes de travail qui feront l’objet d’actions techniques et de communication :

- Le renouvellement des générations et l’attractivité du métier

- La performance technique et économique des exploitations pour améliorer le revenu

- L’amélioration des conditions de travail des éleveurs et le salariat

- L’environnement, la transition énergétique et l’aménagement équilibré du territoire

Catégorie ovinsCommentaires fermés

De l’efficacité et vite..


La FNSEA, JA, l’APCA et la FNO ont rencontré Jean-François CARENCO, Préfet de la région Rhône Alpes, récemment missionné pour assurer la coordination du plan d’actions national loup 2013-2017 et devenir l’interlocuteur référent pour l’ensemble des Préfets de départements concernés par la présence de ce prédateur.

La nomination d’un préfet coordinateur qui partage le besoin urgent de renforcer l’efficacité du Plan Loup est une bonne chose. Nous lui demandons d’intervenir auprès de l’ensemble des préfets pour qu’ils mettent en oeuvre tous les moyens à leur disposition pour réguler les loups.

Toutefois, il reste encore du chemin à parcourir pour convaincre l’État de la nécessité d’autoriser les tirs dans tous les coeurs de Parcs et d’ouvrir les discussions sur le statut du loup dans la directive Habitat.
Nous proposons de simplifier les procédures qui entourent les autorisations administratives pour l’octroi de tirs de défense et de prélèvement, dans le cadre de battues de grands gibiers ou en dehors.
Nous demandons que puissent être effectués des prélèvements de meutes entières, y compris dans les coeurs de parcs nationaux, y compris pendant la période d’enneigement.

Après les propos du Premier Ministre au Congrès de l’association des élus de la montagne (ANEM) le 17 octobre 2014
« L’’expansion du loup et des prédateurs pose un problème majeur » et « la détresse des éleveurs qui en sont victimes doit être prise en compte » ;
Après la tribune de plus de 30 scientifiques dans Libération le 13 octobre 2014
« Un patrimoine majeur est en passe d’être sinistré par les loups » ;
La prise de conscience de l’urgence de la situation semble réelle.

Alors que le loup est désormais présent dans plus de 25 départements, des Pyrénées aux Alpes et du Massif Central jusqu’à la Meuse, et que les victimes des attaques du loup ont augmenté de 28% en 2014 par rapport à la même période de 2013, seuls 9 loups ont été prélevés jusqu’à présent sur le terrain au lieu des 36 qui pourraient l’être.

« L’’essentiel à court terme c’est d’améliorer l’efficacité ». Manuel Valls (Congrès de l’ANEM)
Nous souscrivons pleinement à ses propos mais nous n’attendrons cependant pas éternellement qu’ils deviennent réalité. La détresse des éleveurs exige des réponses efficaces et rapides.

Catégorie loup, ovinsCommentaires fermés

Agir à Paris et à Bruxelles pour sauver l’élevage des griffes du loup !


Communiqué de la FNSEA, Jeunes agriculteurs, Fédération Nationale Ovine, Chambres d’agriculture…

Sans titre

Catégorie loupCommentaires fermés

TABLE RONDE SUR LE LOUP


Communiqué de la FNSEA- Fédération Nationale Ovine, Jeunes Agriculteurs- Chambres d’agriculture.

Nous, FNSEA, FNO, JA et APCA ne comprenons pas la démarche de la table ronde
« Urgences Loups », lancée par l’association Eleveurs et Montagnes.

En effet, cette réunion à laquelle est annoncée la participation des syndicats nationaux a été
décidée et lancée sans aucune concertation avec les OPA nationales représentatives de la
profession.

A si courte échéance et sans consultation préalable, nous ne pourrons pas nous rendre
disponibles pour participer à cette réunion.

Nous, FNSEA, FNO, JA et APCA, souhaitons également rappeler que nous avons été à
l’origine de cette idée d’organiser une table ronde, pour débattre du contenu du travail que
nous avons mené :
· à Bruxelles dans le cadre du COPA-COGECA
· au plan national, particulièrement dans le cadre de la loi d’avenir de l’agriculture
· et pour préparer la stratégie commune à mettre en place pour faire évoluer le statut du
loup au niveau européen et international.
Nous travaillons actuellement à l’organisation de cette table ronde, en bonne intelligence et de
manière constructive et concertée, et avons prévu d’y inviter Eleveurs et Montagnes de même
que les autres associations travaillant sur ce dossier.
Cette table ronde devrait avoir lieu début juillet. La date exacte et le programme de cet
évènement seront communiqués dès lors que les éléments préparatoires seront calés au sein de
la profession.

Catégorie loupCommentaires fermés

Il faut changer le statut d’espèce protégée des loups


Pour  le Groupe national loup, concernant  sur le protocole d’intervention sur la population des loups, tire un bilan est unanime : l’État est dépassé par la situation tant dans les zones de présence historique où les attaques explosent que dans les nouvelles zones qu’ils colonisent jour après jour.

Seule une modification de la législation européenne, et plus particulièrement une révision de son statut dans la directive Habitat, lui donnera une chance de gérer cette population.

Le plafond de 24 prélèvements pour la saison 2013-2014 était déjà insuffisant pour enrayer l’explosion démographique et géographique des loups en France.

Seuls sept loups ont finalement pu être prélevés sur les 71 autorisations pourtant délivrées en 2013.

En plus d’être la plupart du temps impossibles à réaliser, ces prélèvements sont sans cesse attaqués juridiquement.

Aussi, malgré la mise en place de moyens de protection, plus de 6000 bêtes sont encore tuées chaque année.

Les éleveurs sont à bout car si rien ne change ils se savent condamnés.

Il y a donc urgence à modifier le statut de l’espèce dans la convention de Berne et la Directive Habitats pour sortir de l’impasse d’une cohabitation impossible entre loups et pastoralisme.

Les syndicats, associations: : FNSEA, JA, FNO, confédération paysanne,  Eleveurs et bergers du Vercors ; Eleveurs et montagnes ; Solidarité pastorale ; Le Cercle ; Fédération des acteurs ruraux ; Association des bergers de Provence et des Alpes du sud ; Association des pâtres de haute montagne demandent  une réunion de crise avec les Ministres de l’Ecologie et de l’Agriculture pour faire modifier les textes européens et internationaux...

Catégorie loupCommentaires fermés

Brebis en deuil, le loup est passé par là !


Communiqué de la FNSEA, JA, fédération nationale ovine.

 » Face à l’expansion continue du territoire du loup, à la multiplication du nombre d’attaques et de victimes
dans toute la France, à l’inefficacité des mesures de protection et de régulation de l’espèce mises en place
par les services de l’Etat, nous profitons du Salon International de l’Agriculture pour exprimer notre
impossibilité à continuer d’élever nos animaux dans cette situation.

L’année 2013 aura encore fait près de 6 000 victimes en France et plus de 1700 attaques. Les éleveurs ne
peuvent plus supporter cela.

Savez‐vous que chez certains éleveurs, le nombre d’agneaux femelles nés suffit juste pour renouveler les brebis mangées par le loup ?

Savez‐vous que certains éleveurs et bergers passent parfois des semaines à dormir dans une tente loin de leur famille pour protéger leur troupeau ?

Savez‐vous que le loup s’adapte et déjoue tous les moyens de protection qui sont mis en place par les éleveurs ?

Dans ces conditions, les éleveurs ovins ne pouvant plus élever correctement leurs animaux, maintenir des
paysages ouverts et accueillants, participer à la vie de leur territoire ont décidé :
• de se mettre en deuil avec leurs animaux le jour de l’inauguration du Salon,
• d’organiser une transhumance le mardi 25 après‐midi dans tout le salon,
cela afin d’informer le public sur le problème qui tue leur métier jour après jour et sensibiliser les élus à
l’urgence qu’il y a à apporter des solutions aux éleveurs.
- Non, le loup n’est pas une espèce rare et menacée
- Oui, ce sont des loups qui tuent les moutons, pas les « chiens errants »
- Oui, les dégâts des loups sur l’élevage sont très importants
- Oui, les éleveurs protègent leurs troupeaux, mais le loup s’adapte
- Oui, les chiens de protection deviennent un vrai problème
- Non, cela ne se passe pas bien avec les loups dans les autres pays européens
- Oui, l’élevage de montagne résiste bien, si on ne lui impose pas le loup
- Oui, l’élevage de plein air est nécessaire pour les paysages et la biodiversité
- Oui, le loup coûte cher… au détriment des priorités de la biodiversité
- Oui, le loup pourrait s’en prendre à nouveau à l’homme.

« Nous demandons tout simplement que les éleveurs puissent continuer d’exercer leur métier
sereinement dans des conditions humaines acceptables sur tous les territoires. Pour cela, il est impératif
de faire baisser significativement le nombre d’attaques et de victimes. Nous demandons donc une
régulation efficace du loup avec prélèvement effectif jusqu’au plafond des 24 loups autorisés, et un
déclassement du loup des espèces protégées de la convention de Berne et de la Directive Habitat. »

Catégorie loup, ovinsCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+