Tag Archive | "FRAPNA Isère"

CONCOURS PRAIRIES FLEURIES: LE TRIEVES A L ‘HONNEUR


Un isérois du Trièves est gagnant du prix national 2014 de l’excellence agri-écologique au Concours général agricole des prairies fleuries.

* Le Concours général agricole des prairies fleuries : qu’est-ce que c’est ?
Il n’est pas question ici de prairies semées de jolies fleurs colorées comme on en voit parfois au bord des routes ou dans les parcs et jardins. Il s’agit de prairies naturelles agricoles gérées par des exploitants pour l’alimentation de leur bétail. Ce prix a pour objectif de récompenser les exploitations dont les prairies riches en espèces présentent le meilleur équilibre entre valeur agricole et valeur écologique.
Depuis 2014, ce concours est intégré au Concours général agricole, au même titre que les concours animaux ou les concours de produits du terroir.

* Un concours local en Trièves organisé par la FRAPNA Isère
En 2014 la FRAPNA Isère s’est inscrite auprès du comité d’organisation national pour piloter un concours en Trièves dans la catégorie prairies et fauche et pâtures de montagne. Notre objectif était de valoriser ces prairies et les pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, si utiles à la biodiversité, dans un contexte global de régression de biodiversité agricole.
Les parcelles des agriculteurs participants ont été visitées par un jury composé d’experts en agronomie, écologie, apiculture, paysage et plantes médicinales, sous la présidence d’Yves François, élu de la chambre d’agriculture de l’Isère.

Lors de la remise des prix du concours local, à l’occasion de « Quelle foire », foire de la transition en Trièves, c’est le GAEC de la Ferme du Pas de l’Aiguille (Chichilianne) d’Eric Vallier et Sabine Gourdellier qui a été récompensé et qui s’est vu remettre, notamment, un billet pour concourir à Paris.

* Un concours national auquel participent les lauréats locaux
La remise des prix du Concours Général Agricole des Prairies Fleuries a donc eu lieu le 25 février dernier au Salon International de l’Agriculture.

Le GAEC de la Ferme du Pas de l’Aiguille s’est vu remettre le prix national de l’excellence agri-écologique dans la catégorie prairies et fauche et pâtures de montagne. De plus, cette exploitation a remporté le prix spécial pour la meilleure prairie apicole. Deux belles récompenses pour les exploitants soucieux de qualité et d’environnement et pour notre belle région.

* Un prix qui récompense une exploitation exemplaire
La parcelle visitée par le jury est exceptionnelle sur plusieurs points, à commencer par sa situation : au pied du vertigineux Mont Aiguille, cette prairie parait comme suspendue au-dessus du territoire du Trièves.

Grande clairière dans la forêt, elle est le refuge d’une très grande biodiversité dont la présence est favorisée par une petite source. On observe ici des chevreuils, des sangliers, des cerfs.

La prairie compte aussi des espèces remarquables : plusieurs espèces d’orchidées, des tapis de narcisses dans les endroits les plus humides, des lis martagon près de la haie. L’ambiance est à la fois intimiste et grandiose quand on découvre cet écrin fleuri au cœur de la forêt, aux teintes jaunes et rosées suivant la dominance des fleurs.

Plusieurs motivations ont amené le jury à décerner le premier prix d’excellence agri-écologique à l’éleveur : la connaissance qu’a l’éleveur de ses animaux, basée sur l’observation et le respect du bien-être animal, ses objectifs clairs de production de fourrage de qualité et d’extensification de l’exploitation, la cohérence entre ses pratiques et ses objectifs (sur la parcelle comme sur l’exploitation), la préservation de cette prairie très riche en biodiversité grâce à ses pratiques extensives, sa connaissance de la parcelle par ses observations au fil des années, la bonne santé de son troupeau, l’exemplarité du système de production (production de fourrage, élevage et transformation, la vente à la ferme et aux marchés, emploi d’un 1/2 UTH de l’extérieur).

Le dynamisme économique des exploitants est remarquable, ainsi que leur cohérence globale avec les trois piliers du développement durable qui sont les enjeux environnementaux, sociaux et économiques du territoire : la conduite extensive et en agriculture biologique témoigne d’un important respect de l’environnement, l’écotourisme est en développement sur l’exploitation (accueil touristique : roulottes en bois, emplacements pour des tentes) et les circuits courts sont favorisés (deux marchés par semaine, vente à la ferme, transformation à la ferme).

Ce dynamisme est visible sur leur site internet : http:// www.fermedupasdelaiguille.com

Catégorie environnementCommentaires fermés

L’eau en partage, biodiversité en Belledonne


A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau , la FRAPNA propose deux rendez-vous

« L’eau en partage »

Une table-ronde organisée en partenariat avec le SIERG
Jeudi 22 mars à 19h dans les locaux du SIERG
(Immeuble Le Verseau – Arrêt Tram A – Surieux)

Soucieux de la qualité de l’eau et d’une vision partagée de sa gestion, le SIERG et la FRAPNA proposent d’aborder de manière concrète la transversalité de l’eau entre environnement, protection de la nature, qualité de vie des habitants, développement économique, touristique et aménagement du territoire. La table-ronde permettra aux différents intervenants de présenter leurs points de vue et d’échanger avec le public sur cette thématique.

« Biodiversité en Belledonne »

Une restitution des 24h Naturalistes
Mercredi 21 mars à 20h Salle Gambetta
(derrière l’église) à Froges

Restitution sous forme de diaporama de l’inventaire Faune et Flore réalisé sur le secteur du Clapier au Collet d’Allevard situé en partie sur une zone humide.

Catégorie eau, environnementCommentaires fermés

Mort d’un loup en Isère : La LPO et la FRAPNA demandent l’ouverture d’une information judiciaire


Suite à la découverte d’un loup abattu et retrouvé sur un étang de Ste Blandine, près de La Tour du Pin, la LPO Isère et la FRAPNA Isère communiquent:

« La dépouille d’un loup a été découverte dans un étang sur la commune de Ste Blandine en Isère. La thèse du braconnage est avancée, et dans l’attente du résultat de l’autopsie qui devrait confirmer cette hypothèse, la LPO Isère (Ligue pour la protection des oiseaux en Isère) et la FRAPNA Isère (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature Isère) sollicitent du Procureur de la République que soit ouverte une information judiciaire ; elles porteront plainte si l’hypothèse du braconnage se confirme.Rappelons que le loup gris (Canis lupus) est une espèce protégée par la loi qui bénéficie d’une disposition de la Convention de Berne (1979), assortie d’une directive européenne de mai 1992. En Isère, le Loup est réapparu naturellement en 1998. Sa population dans le département de l’Isère reste très faible et se cantonne aux zones de montagne. Cette espèce a un rôle très important dans les écosystèmes naturels et notamment en ce qui concerne la régulation et l’état sanitaire des troupeaux d’ongulés sauvages. Le loup est une espèce extrêmement discrète qui craint l’Homme, c’est pourquoi il est très rare de la voir.

Sur la présence du loup dans les Alpes françaises, et particulièrement en Isère, les usagers des espaces naturels et agricoles font de réels efforts : les éleveurs protègent leurs troupeaux par des moyens de protection, l’administration apporte un soutien technique et financier (indemnisation du bétail). Les associations de protection de la nature ont clairement admis que dans certaines conditions, les éleveurs puissent se défendre contre les loups et mettent à disposition des éleveurs des éco-volontaires pour l’estive des troupeaux. Rien ne justifie donc de tels agissements.

S’il s’agit d’un acte de braconnage, la LPO Isère et la FRAPNA Isère attendent des pouvoirs publics et de la justice que tout soit fait pour retrouver les coupables et les punir. Ces actes sont intolérables et relèvent de pratiques de temps révolus ou la Nature était vue comme une ennemie alors qu’il est reconnu que c’est un patrimoine commun fortement menacé. La LPO et la FRAPNA attendent également des dirigeants du monde cynégétique qu’ils prononcent une condamnation sans équivoque sur cet acte de vandalisme sur la nature. »

Catégorie loupCommentaires fermés

La contamination de l’eau en débat


conf pesticidesL’utilisation de produits issus de l’industrie chimique tels que les engrais (nitrates) et les pesticides (insecticides, fongicides et herbicides) engendre un risque pour l’approvisionnement en eau potable.

L’agriculture est la principale utilisatrice, mais les gestionnaires des espaces verts (parcs, jardins, espaces enherbés ou fleuris,…) et des voiries (bordures de routes, talus, voies SNCF…) ainsi que les particuliers, jardiniers amateurs surtout, ont aussi leur part de responsabilité.

Devant la gravité de la situation (abandon de certains captages, contamination généralisée de l’environnement…), la FRAPNA Isère, avec le soutien du Conseil général de l’Isère et de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, organise une conférence d’information et de sensibilisation relative au problème de la contamination de l’eau, proposant des expériences innovantes pour y remédier.

Cette conférence aura lieu vendredi 26 mars à partir de 13h45 dans l’amphithéâtre du lycée horticole de Saint-Ismier. Elle s’adresse à tout public: citoyens, associatifs, élus, professionnels, enseignants, étudiants…

Cette conférence s’insère dans le cycle de conférences-débat FRAPNA pour l’année de la Biodiversité.

Inscription avant le 19 mars

Renseignements et inscriptions : Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature Isère
5 pl. Bir Hakeim 38000 Grenoble. Tel.: 04.76.42.64.08

Catégorie eau, écologieCommentaires fermés

Conférence sur les forêts alluviales


foretalluvialeLa FRAPNA Isère organise une conférence-vidéoprojection vendredi 20 novembre à 20h30 au Cheylas sur le thème
« Les forêts alluviales : des milieux riches et sensibles au bord de nos cours d’eau », avec Marie-France Dupuis-Tate, Docteur en écologie et ingénieur au CEMAGREF, spécialiste de la montagne, des zones humides, des cours d’eau et du grand paysage.
Les forêts alluviales et les ripisylves, boisements des bords de fleuves, rivières et ruisseaux, constituent des milieux exceptionnels accueillant une grande diversité de faune et de flore. Elles assurent des fonctions encore trop souvent insoupçonnées de dépollution, de régulation hydrique, mais aussi de corridor écologique.
Ces milieux sont pourtant menacés car soumis à de multiples pressions, principalement liées aux activités humaines. Ainsi, un tiers des forêts alluviales du Grésivaudan a disparu en 25 ans (entre 1967 et 1991). Aujourd’hui encore, les surfaces boisées en bordure de l’Isère continuent à diminuer.
La Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA) a engagé depuis plusieurs années une campagne d’information et de sensibilisation pour la sauvegarde de ces milieux.
Dans ce cadre, elle organise un cycle de conférences dans quatre secteurs du département de l’Isère. Ce cycle de conférences débutera au Cheylas, dans la vallée du Grésivaudan. Le film documentaire réalisé par la FRAPNA, « La forêt vagabonde », sera projeté suivi d’une présentation des différents outils pédagogiques conçus dans le cadre de la campagne de sensibilisation.
La soirée sera enrichie par une intervention de Marie-France Dupuis-Tate, qui rappellera les particularités des forêts alluviales du Grésivaudan et les menaces qui pèsent sur ces milieux. Les échanges qui suivront apporteront les pistes d’actions pour répondre à ces enjeux.
Lieu de la conférence : Le Cheylas – Maison de quartier 385 route du Rompay
Entrée libre/Renseignements : FRAPNA Isère 04 76 42 98 47

Catégorie forêt, natureCommentaires fermés

Center Parcs Roybon: la FRAPNA vigilante


A la suite du vote de l’Assemblée Départementale de vendredi dernier, Francis Meneu, le Président de la FRAPNA Isère a adressé un courrier à M. le Président Vallini pour lui faire part de l’état d’avancement de la réflexion engagée avec la société Pierre & Vacances et des propositions de sa Fédération pour les volets loi sur l’eau et mesures compensatoires qui exigent une attention particulière de tous les services concernés.

L’incidence des constructions sur l’économie d’une très vaste zone humide essentielle pour les bassins de l’Herbasse et de la Galaure nécessite des mesures de limitation  d’impact et de compensation à la hauteur des enjeux environnementaux en cause. Or la FRAPNA, constatant qu’il n’existe pas de protocole efficace sur la région Rhône-Alpes et l’Isère en la matière, propose d’appliquer une méthodologie innovante expérimentée en région PACA et qui pourrait garantir une définition et un contrôle de ces mesures de façon optimale.

Il en va de même de la mise en cause par le projet Center Parcs d’un important corridor écologique, à l’heure de la consécration législative de la trame verte et bleue dans la Loi Grenelle 1 du 5 août 2009.

Outre le respect de la Loi sur l’Eau et la prise en compte des corridors écologiques, la FRAPNA se montrera d’ailleurs vigilante à l’ensemble du volet environnemental du projet, en particulier sur les questions de la pollution lumineuse, du traitement des déchets, de la gestion raisonnée des énergies et de la ressource en eau.

Catégorie aménagement, écologieCommentaires fermés

S’éduquer à l’environnement avec le RENE


Le RENE, Réseau d’Éducation à la Nature et à l’Environnement de la FRAPNA Isère, organise les 4e rencontres départementales d’éducation à l’environnement pour un développement durable (EEDD les 7 et 14 octobre, en partenariat avec le Conseil général de l’Isère, Grenoble Alpes Métropole (La Métro), la ville de Grenoble, l’IUFM, les délégations iséroises de la MAIF et de la MGEN.

La finalité de ces rencontres est d’être un espace d’échanges de pratique, d’expériences ou d’outils entre les différents acteurs de l’éducation à l’environnement pour un développement durable (EEDD) au niveau départemental. Elles sont ouvertes à toutes les personnes qui se sentent concernées (animateurs, enseignants, éducateurs, techniciens, élus, salariés d’entreprises, citoyens …). Entrée gratuite à l’ensemble des Rencontres

Le thème central développé lors de cette édition est la question actuellement centrale du partenariat.

Deux dates à retenir:
>Le 7 Octobre : 14 « animations de terrain » dans 13 communes du département (sous réserve de la météo et du nombre d’inscrits à chaque animation)

Objectifs : faire découvrir des initiatives et des partenariats locaux en matière d’éducation pour et par l’environnement, des acteurs, des sites, des outils pédagogiques et, surtout, de faire vivre une animation.

Communes où auront lieu les animations : Grenoble, le Sappey-en-Chartreuse, La Mure, Echirolles, Crolles, Voreppe, Rives, Fontaine, Optevoz / Saint Baudille de la Tour, Notre Dame de l’Osier, Jardin, St Gervais (site des Ecouges).

>Le 14 Octobre : à l’IUFM de Grenoble

10h30-12h30 : Ateliers d’échanges autour de projets et de problématiques variés :

-          projets à destination de publics variés : scolaires, crèches, adultes et enfants sur des temps de loisirs, personnes en situation de handicap,

-          autour de différentes thématiques environnementales : énergies, compostage, aménagement du territoire, changement climatique, biodiversité ;

-          échange sur les politiques territoriales en matière d’EEDD : lors de l’atelier « Place du partenariat dans la mise en place des politiques d’EEDD territoriales en Isère »;

Les élus de trois collectivités (Ville d’Echirolles, ville de Grenoble, CDRA Alpes sud Isère) et certains de leurs partenaires viendront présenter le projet d’EEDD de leurs territoires et répondront aux questions des participants.

12h45 : Inauguration officielle en présence de nos partenaires

14h-17h30 : Forum de stands avec présentation de projets et  d’outils  pédagogiques mettant en exergue le partenariat, en présence des différents acteurs.

18h : Conférence/table ronde sur le thème : « le partenariat : un outil ou une nécessité ? »

La conférence débutera par une introduction de Mme Yannick Bruxelle (professeur de sciences, chargée de mission EEDD et appartenant au Réseau Ecole et Nature) : que met-on derrière le mot partenariat ? Sémantique et concepts. Quels sont les préalables aux partenariats ?

Puis, présentation d’expériences par des « témoins » : chargé de mission EDD à l’IUFM de Grenoble, Directeur du réseau GRAINE Rhône-Alpes, chargé de mission du CAUE, élu de collectivité territoriale ; suivi d’échanges avec le public à partir des questions posées.

Catégorie écologieCommentaires fermés

Sauver les forêts alluviales


A l’occasion du Festival international du film Nature et Environnement , qui vient de s’achever et dont le thème central était l’eau, Serge Revel, vice-président du CG38 chargé de l’environnement et Francis Meneu, président de la FRAPNA Isère, ont souligné l’urgence de sauvegarder les dernières forêts alluviales et ripisylves (1), de l’Isère. Environ un tiers de ces boisements a disparu en 25 ans, entre 1967 et 1991 en Isère.

Il faut dire que ces boisements composés à la fois de bois tendre (saules blancs, aulnes blancs) et de bois dur (frênes, chênes) liés à un cours d’eau,passent inaperçus pour  des non-naturalistes et leur intérêt ne tombe pas sous le sens. Pourtant, ces boisements qui, dans leur grande majorité, appartiennent à des personnes privées, jouent un rôle  important, sur le plan écologique mais aussi socio-économique : ce sont des corridors biologiques, des réserves de biodiversité, mais également des instruments de régulation des crues et d’épuration des eaux.
« Chaque boisement assure le maintien d’une faune et d’une flore insoupçonnée », remarque Serge Revel. On y découvre des espèces remarquables menacées, uniques en France. Le CG38 s’implique pour travailler à la connaissance et la reconnaissance de ces forêts alluviales, à sensibiliser les communes pour qu’elles soient prises en compte dans les PLU ».
Ce travail se fait en concertation avec l’Agence d’urbanisme de la région grenobloise, le CRPF, l’ONF, l’association AVENIR et l’Université.

Ajoutons que cette forêt qui vagabonde au fil de l’eau, a une fonction paysagère indéniable appréciée par les pêcheurs, les promeneurs, les cyclistes empruntant la voie sur berge jusqu’à Saint-Gervais. C’est en outre un habitat naturel qui permet de voir de beaux spécimens de la faune sauvage.

A la FRAPNA Isère où des militants tels que Marcel Macaire observent depuis très longtemps, en canoë notamment , l’évolution de ces boisements dans le lit ou les méandres de l’Isère (2), le sujet n’est pas nouveau et les données accumulées sont solides.
Francis Meneu, président de la FRAPNA Isère estime que la protection de ces forêts riveraines n’est pas suffisamment prise en compte dans les documents d’urbanisme et d’aménagement : « Il n’y a pas de SAGE (schéma d’aménagement et de gestion des eaux) pour l’Isère. C’est l’une des dernières rivières à ne pas en bénéficier. Et c’est regrettable. Quoiqu’il en soit, la FRAPNA milite depuis 2005 pour préserver la forêt alluviale des Sablons, dernier maillon de verdure préservé de l’urbanisation. C’est d’ailleurs un élément qui s’intègre dans le schéma de protection contre les crues ».

Robert Veyret, conseiller général et président du SYMBHI (syndicat mixte des bassins hydrauliques de l’Isère), abonde dans le sens de la protection de ces boisements : « La restauration de la rivière a toute sa place dans le projet Isère Amont. Nous avons trouvé une rivière dégradée avec des bras morts, des gravières abandonnées. Nous l’avons restaurée sur près de 16km de long parallèlement à la construction de  28km de digues. Si une crue centennale comme celle de 1859 se reproduisait, la facture serait de l’ordre de 500 M€ ».

Dans le cadre de ce vaste projet Isère Amont (3 tranches de travaux sont programmées dont la première est en cours) le CG38, au titre des Espaces naturels sensibles, a pris la décision de préserver 300ha de forêts le long de l’Isère, partie Grésivaudan.
Pour Serge Revel, en plus de ces actions concrètes, un effort constant d’information et de sensibilisation est nécessaire. La plaquette « Protégons les forêts alluviales et ripisylves de l’Isère », réalisée par le CG38 avec la FRAPNA Isère, répond à ce besoin : « C’est un véritable outil de travail qui servira en particulier de support aux réunions sur le terrain avec les forestiers privés dont les pratiques ne favorisent pas toujours la biodiversité. Des réponses sur mesure seront apportées par le CRPF et l’ONF sur ce sujet ».

A la découverte de la boucle des Moïles

Dimanche 17 mai, à l’occasion de la Fête de la Nature, AVENIR, le conservatoire des espaces naturels de l’Isère, vous invite à découvrir en famille le patrimoine naturel de la Boucle des Moïles à Tullins. Une randonnée découverte est proposée à partir de 10h et jusqu’à 16h le long de cette boucle (5km) qui abrite des forêts alluviales.

Les animations sont gratuites. Pour tout renseignement, vous pouvez contacter le conservatoire: avenir.38@wanadoo.fr ou 04 76 48 24 49

Pour plus d’informations sur les rendez-vous partout en France: www.fetedelanature.com

_________________________________

(1) Des définitions s’imposent : une forêt alluviale est un groupement végétal ligneux lié à un cours d’eau. Une forêt ripisylve est une formation ligneuse linéaire de berge.
(2) En 1998, Marcel Macaire a édité à la FRAPNA un ouvrage intitulé « Forêts riveraines de l’Isère dans le Grésivaudan : une richesse naturelle à protéger ».

Catégorie natureCommentaires fermés

Grenoble: l’écologie sur grand écran


Premiers tours de manivelle demain. Cette année, le Festival International du Film Nature et Environnement (FIFNE), 23e du nom, rendez-vous amical et militant organisé par la FRAPNA,  traitera de l’eau, sous tous ses aspects. De plus, et à l’occasion du 150ème anniversaire de la crue centennale de l’Isère, le problème des inondations sera largement évoqué. Plus de trois jours de projection non-stop sont proposés, suivis ou précédés par des rencontres.

L’eau comme  source de vie, comme bien commun de l’humanité… L’eau dans tous ses états, tempêtes, inondations, sècheresse et pollutions… Mais l’eau aussi synonyme de plaisir avec ses torrents, ses rivières, ses lacs et cascades, sa biodiversité. Placé sous la Présidence de Hubert Reeves, le Festival International du Film Nature et Environnement (FIFNE) se fera l’écho de tous ces aspects. De plus, et à l’occasion du 150ème anniversaire de la crue centennale de l’Isère, le problème des inondations sera largement évoqué.
La FRAPNA vous proposera grâce à des films de qualité, venus du monde entier, grâce à des conférences accessibles à tous et à des interventions riches et variées, de réfléchir, de débattre et de comprendre les enjeux de la préservation de notre capital EAU, tant en terme de qualité qu’en terme de quantité. Une soirée de lancement, prévue le jeudi 23 avril, au Jardin de ville de Grenoble, avec une projection nocturne d’un film sur écran géant, présentera l’évènement et le jury au public.
Ce Festival, rendez vous amical et militant, attendu chaque année par les curieux de Nature, et les amateurs de films naturalistes et environnementalistes, se déroulera du 23 au 26 avril
prochain.
Sous chapiteaux et au cœur du parc Paul Mistral, la FRAPNA et ses partenaires accueilleront le public autour d’un forum riche et varié. Ce village festivalier permettra à tous de s’informer sur les grandes thématiques de la protection de l’Environnement et la sauvegarde de la Nature. De nombreuses expositions sont prévues ainsi que des animations et sorties nature, ainsi que des ateliers cinéma. Des conférences et des rencontres sont prévues au fil des projections pour discuter autour de thématiques et échanger avec les réalisateurs présents, notamment Jean Paul Jaud réalisateur du film « Nos enfants nous accuseront ». Toutes ces activités permettront aux petits et grands de profiter de ces rencontres pour découvrir la Nature.
Comme chaque année, le festival permettra aux enfants des écoles de l’agglomération de visionner des films et d’enrichir leurs connaissances.
La projection des films sélectionnés se fera sous un chapiteau équipé pour apporter une bonne qualité d’écoute et  de visionnage. Plus de 3 jours de projection non-stop seront proposés et des rencontres suivront ou précèderont ces projections.
Un concours phot’eau est organisé dans le cadre de cet événement.
Ce concours permet à tous les photographes, amateurs ou professionnels, de faire découvrir leur talent au public.
Ce concours mené à l’échelle internationale aboutira à une exposition des clichés sélectionnés, accessible librement durant toute la durée du festival. Plusieurs lots sont prévus pour les lauréats du concours (matériel photo, parution dans des magazines, …)
Parce que la Nature rime avec Culture, la FRAPNA invite à un nouveau langage et ainsi, permet à tous de comprendre les enjeux environnementaux par le biais de l’image et du son !

Informations pratiques:
Date : du 23 au 26 avril , Parc Paul Mistral, boulevard Jean Pain.
Temps forts :
- Soirée d’ouverture le 23 avril: Projection en plein air au Jardin de Ville de Grenoble.
- Soirée de clôture le 25 avril: Remise des prix et concert.

Catégorie planète TerreCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+