Tag Archive | "fruits"

soutien aux producteurs de fruits et légumes


Stéphane LE FOLL a reçu mercredi 18 février Luc BARBIER, président de la Fédération nationale des producteurs de fruits, et Jacques ROUCHAUSSE, président des producteurs de Légumes de France. Cette rencontre visait à faire un point de situation sur les difficultés rencontrées par les producteurs après une année 2014 catastrophique, marquée par des conditions climatiques exceptionnelles et l’embargo russe.

Cet échange constructif et direct a permis aux professionnels de souligner leur volonté de relancer leurs activités en 2015, tout en exposant au Ministre les principaux sujets d’inquiétude de la filière : tensions dans les relations commerciales, réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, financement de l’innovation et à court terme, reconstitution des trésoreries.

Stéphane LE FOLL a rappelé son soutien aux démarches entreprises par les producteurs pour dialoguer avec leurs homologues espagnols, mais aussi avec les acteurs de la grande distribution ou avec les grossistes. Il s’est engagé à continuer, avec Carole DELGA et la DGCCRF, à exercer des contrôles renforcés, notamment à l’approche de l’été, pour que la réglementation en matière de prix et de relations commerciales soit respectée par tous.

Le Ministre a également rappelé son attachement à la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires en agriculture, en s’appuyant notamment sur la diffusion à grande échelle de pratiques mises en œuvre par des producteurs déjà engagés dans ce type de démarches. A cet égard, il a salué les progrès accomplis par les arboriculteurs et les maraîchers, comme l’avait d’ailleurs noté le Député Dominique Potier dans son rapport.

Pour poursuivre dans cette voie, les deux présidents ont réaffirmé leur volonté de préserver et de consolider les actions du Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes (CTIFL). Stéphane LE FOLL s’est engagé à accompagner techniquement et financièrement la mise en place d’une contribution volontaire obligatoire au niveau de l’interprofession pour aller dans ce sens.

Enfin, le Ministre a souligné sa volonté de simplifier la mise en œuvre du dispositif « Un fruit à la récré ». Il s’agit là d’éduquer les enfants au plaisir de consommer des fruits et des légumes, tout en leur donnant de bonnes habitudes alimentaires et en les initiant à la notion de saisonnalité.

S’agissant des problèmes de trésorerie, une réunion s’est tenue le 19 février au ministère avec MM. BARBIER et ROUCHAUSSE et les principaux opérateurs bancaires. Celle-ci a permis à tous les acteurs de réaffirmer leur mobilisation pour accompagner la relance de la production en 2015. Pour cela, il a été convenu que tous les outils disponibles seraient utilisés, en veillant à ce que les situations difficiles soient identifiées sur le terrain avec l’aide des services de l’Etat.

Catégorie fruits-légumesCommentaires fermés

Eté 2014, baisse des prix des fruits et légumes


Familles Rurales vient de publier les résultats de son Observatoire des prix des fruits et légumes 2014 portant sur deux relevés effectués durant l’été.

Les principaux résultats :

  • Une baisse des prix entre les relevés de juin et de juillet 2014, particulièrement forte pour 3 produits : l’abricot, la pêche et la nectarine.
  • Une baisse des prix par rapport à 2013, année où les prix ont été les plus élevés : fruits – 12%, légumes – 3%. Un seul légume voit son prix augmenter : le poivron.

  • Les hard-discounts restent toujours moins chers au niveau des prix, et l’écart avec les hyper et supermarchés se resserre.
  • Les produits étrangers sont en majorité moins chers que les français : sur les 16 produits du panel, 9 sont moins chers que leurs homologues nationaux. Cependant, la différence de prix est faible : inférieure ou égale à 7 centimes d’euro dans deux tiers des cas.
  • Les fruits et légumes bio sont de 50 à 60% plus chers que les produits conventionnels.

Familles Rurales incite les consommateurs à :

  • opter pour des fruits et légumes de saison
  • vérifier l’origine et comparer les prix selon la provenance et quand l’écart de prix est faible, valoriser la filière française.


Chaque été, les veilleurs consommation de Familles Rurales relèvent les prix de 8 fruits et 8 légumes à deux reprises : en juin et juillet. Ils distinguent leur origine mais aussi la surface de vente (hyper/supermarchés, hard-discounts, marchés). Un relevé de prix est aussi réalisé pour les fruits et légumes issus de l’agriculture biologique.
Durant l’été 2014, ce sont 69 veilleurs qui ont relevé les prix dans 37 départements français, pendant les semaines du 09 au 15 juin et du 7 au 15 juillet.

Catégorie A la une, consommation, fruits-légumesCommentaires fermés

En avril, les prix de production des produits agricoles augmentent..


En avril, les prix de production des produits agricoles augmentent (+0,8 % par rapport à mars) ; sur un an ils baissent de 4,0 %.

Le prix des céréales est quasi stable en avril (+0,2 %). L’offre de céréales demeure abondante et la crise politique ukrainienne n’affecte pas les exportations de ce pays.

Le prix des oléagineux diminue en avril (-2,2 %). La demande asiatique est désormais moins vigoureuse tandis que l’offre sud-américaine de soja est très abondante.

Le prix de l’ensemble des vins augmente de 13,4 % sur un an (et de 21,8 % pour les vins d’appellation), en lien avec de faibles récoltes depuis deux ans.

Le prix de la pomme de terre chute par rapport à l’année dernière (-36,0 %). Il s’agit d’un retour à la normale : l’avant-dernière récolte en 2012 avait été très faible en Europe du Nord-Ouest.

Le prix des fruits frais décroît en glissement annuel (–17,9 %), en particulier ceux de la pomme et de la poire dont les productions avaient augmenté en 2013. Le prix de la fraise baisse également : la chaleur et la lumière, plus présentes en ce début de saison que l’an dernier, ont permis d’accroître la production.

Le prix des légumes frais chute en glissement annuel (–21,4 %). Le chou-fleur s’écoule difficilement aussi bien vers le frais qu’en surgélation. Le prix de la tomate baisse aussi, sous l’effet de la concurrence étrangère et d’un temps plus maussade après Pâques, qui a légèrement détourné les consommateurs. En raison de températures clémentes la maturité des laitues et des poireaux s’est accélérée, saturant la demande.

En données corrigées des variations saisonnières, le prix des animaux augmente en avril (+3,8 %). Celui du porc bondit (+16,6 %) : malgré l’embargo russe, les exportations européennes sont portées par la crise sanitaire aux États-Unis (diarrhée épidémique porcine), qui limite la production et les exportations.

La hausse du prix des ovins reflète une offre limitée face au surcroît traditionnel de consommation à Pâques, qui se situe en plein milieu du mois cette année. Le prix du lait croît sensiblement sur un an (+14,0 %), du fait de la forte demande, notamment chinoise, à l’export en lait de consommation. Le prix des œufs baisse car la production française est abondante.

Le prix d’achat des moyens de production croît légèrement en avril.

Le prix des consommations intermédiaires se maintient globalement en avril (+0,1 %). Sur un an, les prix des aliments pour animaux et des engrais ont diminué d’environ 8 %. Le prix des investissements est stable en avril.

Sources : INSEE – SSP (ministère chargé de l’Agriculture

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Cuisine du soleil : ils régalent votre été


L’été, c’est la saison propice aux barbecues entre amis ou aux piqueniques en famille. Les industriels ont bien compris l’importance de cette saison pour leur chiffre d’affaire. Ils mettent en avant certains produits à l’approche de l’été, misent sur des best-sellers et jouent à fond la carte de la découverte de saveurs étrangères. Grillades, tapas, fruits et légumes… Comment sommesnous poussés à consommer une cuisine typiquement estivale ? Capital a plongé dans les coulisses de tous ceux qui concoctent vos assiettes pour l’été.

Crevettes, gambas : les nouveaux rois de la grillade
Le barbecue… un ingrédient incontournable des soirées estivales. Tout le monde connaît les merguez, brochettes et autres côtelettes à faire griller. Mais on assiste depuis quelques temps à l’apparition sur les étals des gambas. Elles sont même devenues l’ingrédient indispensable d’une grillade réussie. Près de 65 000 tonnes sont consommées par an. Mais dans quelles conditions sont-elles pêchées ? Pourquoi les prix varient-ils autant ? La qualité est-elle au rendez-vous ?

Goût du soleil : les secrets des herbes de Provence –
Pour parfumer sa cuisine, rien de tel que les herbes de Provence ! Et si elles sont autant répandues aujourd’hui, c’est parce qu’elles peuvent aussi bien agrémenter une grillage, une salade qu’un gratin. Les Français en sont très friands, puisqu’il s’en vend près de 1 000 tonnes chaque année. Derrière l’appellation « herbes de Provence » se cachent en réalité quatre plantes : le thym, le romarin, la sarrette et la marjolaine… des herbes typiquement provençales. Pourtant, ces herbes peuvent venir d’horizons plus lointains. Du Lubéron à l’Albanie, Capital vous dévoile la face cachée des herbes de Provences.

Fruits de l’été : quand les pêches et les brugnons débarquent –
La saison estivale est particulièrement propice à la dégustation de fruits. Et pour les pêches et les brugnons, tout se joue entre juin et septembre : 6 à 7 kilos sont consommés par personne pendant l’été. Généralement la pêche est produite dans le sud de la France, mais aujourd’hui la concurrence espagnole se fait de plus en plus forte. Producteurs, grande distribution, qui sont les acteurs de ce marché ? Capital décrypte pour vous le business de cette filière.

Aoste, Serrano, Bayonne : la guerre du jambon sec – Stéphane Haussy
En chiffonnade, en sandwich, avec du melon : le jambon sec est un produit phare de l’été. Bayonne, Parme, Aoste, Serrano, Iberico : les appellations évoquent l’Europe des vacances. Mais il n’est pas toujours facile de se retrouver dans les origines. Du jambon à 8 euros le kilo, à celui à 2 000 euros, quelles sont les différences ? Les fabricants respectent-ils encore terroirs et traditions ?

Capital, M6 dimanche 24 juillet 20H45

Catégorie arboriculture, consommationCommentaires fermés

Consommez les fruits et Légumes de nos régions françaises !


Les fruits et légumes de nos régions sont sur les étals et ceci avec 15 jours d’avance pour certains fruits et légumes d’été !

Les produits de nos régions ont profité du soleil et sont d’excellente qualité cette année. C’est le moment de se faire plaisir et d’acheter des tomates, cerises, salades, … !
Compte-tenu des conditions climatiques de I’année les produits des différentes régions françaises arrivent sur les marchés en même temps que les produits d’importation.
C’est le moment de mettre en avant les produits français et régionaux ! Pour le consommateur il faut privilégier la qualité gustative du produit mais aussi les efforts des producteurs de nos régions en terme de sélection variétale, conduite culturale et respectde l’environnement.
Les détaillants, sur tout le territoire sont garants de nos savoirs faire ; grâce à eux nos produits sont à consommer dès à présent et ceci… sans modération.
La crise sanitaire et médiatique que traverse le concombre bio d’Espagne ne doit pas détourner les consommateurs de nos produits.
La règlernentation française en terme de sécurité sanitaire et de qualité mais aussi concernant les règles sociales et les normes environnementales est la plus draconienne
du monde.
Exigez origine France
Et profitez de nos Terroirs.

Catégorie agriculture, fruits-légumesCommentaires fermés

Manger local et durable: les fruits et légumes de mars


Même si, dans certaines épiceries ou supermarchés, on trouve souvent tous les légumes quelque soit l’époque de l’année, se réapproprier les saisons, c’est plus qu’une démarche locale, c’est aussi diversifier son assiette et profiter au maximum des bienfaits des fruits et des légumes.

Les fruits et les légumes de saison

Les légumes Cardon, carotte, céleri, épinard, chou-fleur, navet, oignon, oseille, radis, poireau et pomme de terre. C’est encore de saison, mais plus pour longtemps : la betterave, le chou et l’épinard.

Les fruits On profite des derniers fruits d’hiver : poire, pomme, kiwi et orange sanguine.

Catégorie consommation, fruits-légumesCommentaires fermés

La contractualisation obligatoire en guise d’étrennes !


A propos de la contractualisation obligatoire, pour les fruits, légumes et lait de vache, la Coordination rurale estime qu’elle ne constitue pas dans l’état actuel des choses l’outil imparable pour assurer aux producteurs des marges et des prix rémunérateurs. Elle le fait savoir à travers un communiqué.

« Le ministre voulait rendre obligatoire la contractualisation avant la fin 2010. C’est chose faite, in extremis…
Par deux décrets publiés au journal officiel du 31 décembre 2010,  le ministère a rendu obligatoire la conclusion de contrats pour toute transaction, d’une part de lait de vache, d’autre part de fruits et légumes frais destinés à la revente, entre un producteur et un acheteur.

Jusqu’alors, seule l’obligation pour l’acheteur de faire une proposition de contrat semblait consacrée. Dorénavant, et bien que seule l’absence de proposition de contrat donne lieu à une amende administrative, acheteurs et producteurs vont devoir conclure, vite et pour longtemps !

Dès le 1er mars pour le secteur des fruits et légumes et pour une durée d’au moins 3 ans, ce qui est totalement inadapté aux grossistes qui représentent pourtant près d’un quart des débouchés de la filière. Dès le 1er avril pour le secteur du lait et pour au moins 5 ans !
Ce contrat risque d’inciter les acheteurs à s’approvisionner avec des produits d’importation au détriment des producteurs français. Les acheteurs éviteront ainsi les lourdeurs et autres ennuis administratifs.

Les organisations de producteurs dans le secteur laitier n’auront quant à elles sans doute pas encore vu le jour, si bien que les producteurs, isolés, n’auront d’autre choix, s’ils veulent continuer à être collectés, que d’accepter la proposition faite par leur laiterie, proposition probablement orientée sur une logique de « double volume – double prix », malgré l’opposition à cette formule affirmée par le ministre de l’agriculture.

Comme l’a rappelé sans cesse la CR, il est difficile de croire que ces contrats vont « protéger les agriculteurs en leur donnant de la visibilité sur leurs débouchés sur de longues périodes » comme l’exprime le ministère.
Aucune amélioration des conditions de rémunération des producteurs n’est à en attendre car il ne suffit pas aux distributeurs de déterminer, par voie contractuelle, leurs besoins pour réguler la production et le marché. En effet, seules des organisations communes de production et de marché peuvent apporter une solution tant à la volatilité des prix qu’à leur niveau.

Au contraire, sans régulation efficace des productions, la contractualisation se traduira par une soumission encore plus grande des producteurs à la loi du plus fort. »

 

Catégorie fruits-légumes, lait/produits laitiersCommentaires fermés

Fruidissi: nouveau repère pour les consommateurs de fruits


frudissiLors de son Congrès annuel à Valence, le 28 janvier dernier, la FNPF a lancé officiellement la marque collective sur laquelle elle travaille depuis 2 ans.
Dénommée « Fruidissi », elle vise à répondre aux attentes, de plus en plus légitimes, des consommateurs portant sur le goût, la saisonnalité, l’origine locale et le respect des hommes et de l’environnement. Une charte d’engagements apporte le cadre nécessaire pour que les promesses soient tenues.
La FNPF vise ainsi à contribuer à révolutionner le marché des fruits et revaloriser l’ensemble des métiers de la filière en donnant aux consommateurs un nouveau repère et un nouveau critère de choix. En effet, à travers « Fruidissi », c’est l’ensemble des savoir-faire de la filière qui sera mis en avant, à commencer par ceux de la production. « Fruidissi » sera le lien entre les consommateurs et les producteurs.
Un événement innovant aura lieu autour de « Fruidissi » dans 5 grandes villes françaises en septembre prochain.

Les thèmes abordés seront les suivants : les fruits et  la beauté, les recettes  santé, la participation de grands chefs, avec undéfi national au profit d’une association pour l’année de la solidarité. Il permettra à tous de constater l’implication des producteurs de fruits et de la filière pour fournir des fruits bons, sains, de plaisir, en y associant une action de solidarité citoyenne avec le soutien du Fonds de dotation EREEL*.

* EREEL est un Fonds de dotation créé en 2009 par Christine SALAÜN, qui se consacre à valoriser et soutenir des
projets innovants favorisant le lien social en Europe.

Catégorie consommationCommentaires fermés

Autrans: la Foulée Blanche, c’est parti!


autrans

La  32ème édition de la Foulée Blanche a démarré sous la neige. Ce sont les lycéens et collégiens de la région Rhône-Alpes qui ont eu le privilège de s’élancer sur les pistes ce matin. Un bémol cependant, il s’est mis à neiger en cours de matinée, ce qui a accentué les difficultés du parcours.

Voici quelques clichés pris sur le vif au village des exposants.

autrans 2

France Bleu Isère s’est mobilisée pour l’évènement. De nombreuses émissions se dérouleront durant toute la manifestation en direct d’Autrans. Nous y avons rencontré l’ami Pierre Monaton, animateur et grand amateur de Bleu du Vercors Sassenage. Un bleu qui sera omniprésent tout au long de la Foulée avec en particulier, samedi soir, un repas Vercouline et soirée dansante organisée par les producteurs du Vercors sous le chapiteau.
Réservation souhaitable auprès de l’Office du Tourisme ou de la Foulée Blanche (13 €).

autrans 3

L’ACCA locale est partenaire de la Foulée Blanche. Pour se membres, il s’agit d’expliquer le rôle que jouent les chasseurs au niveau environnemental…

autrans 4

Il en est de même pour la filière forêt. L’ONF organisant, avec la fédération des chasseurs la foulée nature. Celle ci pouvant se faire à pied ou en ski de fond. Départ ce jeudi à 9 heures.

autrans 5

Un espace très remarqué: celui de l’interpro fruits et légumes. Il s’agit de faire redécouvrir les bienfaits du sport accompagné de ces derniers. On y apprend également qu’il est important de consommer les fruits et légumes de saison. Oranges, pamplemousses, kiwis, pommes….ont été très appréciés.

autrans 6

Après l’ effort, le réconfort….

Pour découvrir le programme de la Foulée Blanche, cliquer sur:

demander le programmeEMANDEZ LE

DEMANDEZ LE PROGRAMME

Catégorie sport, évasionCommentaires fermés

Un millier d’agriculteurs dans les rues de Lyon


Dès la fin de matinée, ils ont débarqué, souvent en tracteurs, dans les rues de Lyon et se sont rassemblés place Bellecour. Les agriculteurs en provenance de l’ensemble de la région, environ un millier souhaitent par cette action alerter les pouvoirs publics sur leurs conditions actuelles. Les revenus ont baissé de 20% et les conditions d’exploitation sont trop disparates entre chaque pays de la communauté européenne.
 » Il faut 13 euros, par heure, pour produire un fruit en France contre 7 euros en Espagne », annonce un producteur de fruits.

Une délégation a été reçue en Préfecture de région. Il a été demandé un plan de relance ambitieux, un partage équitable des marges entre producteurs et distributeurs et une harmonisation des législations sociales et environnementales en Europe.

Les agriculteurs seront-ils entendus ? « Si ce n’est pas le cas, on va assister à la faillite de notre agriculture », prévient amer un agriculteur.

En attendant, sous une forte pluie, les manifestants ont allumé des feux, distribué des tracts mais également des fruits et du lait aux passants et ont défilé, en tracteurs, dans les rues du centre de Lyon.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2019
L Ma Me J V S D
« juin    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+