Tag Archive | "gaz de schiste"

La malédiction du gaz de schiste


De la Pologne à la Pennsylvanie, Lech Kowalski met à jour le fossé entre le discours des industriels et la réalité de l’exploitation du gaz de schiste. Un film coup de poing.

precz Art

Zamosc, en Pologne orientale : au hasard d’un tournage dans cette région rurale, Lech Kowalski rencontre en 2009 des paysans sur les terres desquels de grandes firmes américaines ont commencé à prospecter pour extraire du gaz de schiste.

Fissures dans les murs des fermes, pollution des eaux, bulldozers investissant des champs à quelques dizaines de mètres des habitations… Les villageois sont inquiets.
Or cette situation locale n’a rien d’anecdotique et témoigne d’un phénomène qui menace aujourd’hui toute la planète. Bradford County, aux États-Unis, est au gaz de schiste ce que l’Arabie Saoudite est au pétrole.
Mais on est loin de l’image idyllique d’une « énergie non conventionnelle » propre et d’exploitation aisée que veulent donner les industriels. Dans ce petit comté du nord-est des États-Unis, le réalisateur filme des paysages dévastés et l’épuisement physique et psychologique des habitants.

Un combat inégal

Cinéaste underground, passionné par les groupes à la marge (les SDF dans Rock soup, les punks dans Born to lose) et les grandes tragédies de l’histoire européenne (Hitler’s highway), Lech Kowalski s’aventure ici dans les profondeurs de la campagne polonaise.
Il dépeint le combat inégal de petites gens victimes de contrats léonins, pour la sauvegarde de leurs villages, de leurs maisons, de leurs exploitations agricoles, de leur eau et de leur santé – et qui remportent quelques victoires inattendues.
L’enjeu est de taille : la Pologne voit dans cette énergie nouvelle une promesse d’indépendance vis-à-vis du gaz russe.
À l’instar du travail d’investigation entrepris il y a deux ans aux États-Unis par Josh Fox dans Gasland – disponible en DVD chez ARTE Éditions –, ce documentaire constitue une mine d’informations sur les pratiques des compagnies de forage et sur les conséquences de cette exploitation sur la vie quotidienne des Européens.

La malédiction du gaz de schiste
mardi, 29 janvier 2013 à 20:50
Rediffusion samedi 2 février à 10H25 et mercredi 13 février à 09H55
(France, 2012, 75mn)
ARTE


Ce documentaire sera suivi d’un débat qui sera animé, n’en doutons pas! Prendront la parole, José Bové,  Hervé Kempf, journaliste au monde ainsi que  Mickael Paul Député CDU au Bundestag,  défenseur de l’exploitation des gaz des schiste en Allemagne…

Catégorie environnement, énergiesCommentaires fermés

Collectif Bièvre 38: non au gaz de schiste


Un projet d’exploration de gaz de schiste dans la Bièvre est programmé. Un collectif: NON AU GAZ DE SCHISTE COLLECTIF BIEVRE 38 s’y oppose. Il organise une soirée d’information-débat le vendredi 17 février à Renage.

Communiqué du collectif: NON AU GAZ DE SCHISTE COLLECTIF BIEVRE

Contrairement à ce que beaucoup d’entre nous pensait le gouvernement n’a pas suspendu l’exploration du Gaz et huiles de schiste en France, tout au plus il a abrogé 3 permis cet été, suite à une vaste mobilisation des citoyens et des élus de l’Ardèche, de la Drôme et de l’Aveyron.

61 PERMIS D’EXPLORATION DES GAZ DE SCHISTE RESTENT VALIDES

La Société Américaine BNK a déposé un permis exclusif de recherche d’hydrocarbures liquides et gazeux dit « Permis de Montfalcon » du nom d’un petit village de la plaine de la Bièvre.
Ce permis concerne une superficie de 5 792 kilomètres carrés, de Valence à Givors, de Givors à Chambéry. Notre Région est au centre de ce périmètre.
Ce permis vient d’être déclaré recevable par les autorités.
Ce projet comporte de nombreux risques écologiques. En effet les techniques d’exploration et d’exploitation, en particulier la méthode de fracturation hydraulique, nécessitent l’utilisation non seulement de très grande quantité d’eau afin de creuser les puits, mais aussi le recours à de nombreux produits chimiques cancérogènes, reprotoxiques et mutagènes, dont on connaît aujourd’hui les répercussions très néfastes sur les nappes phréatiques et la santé humaine.
L’exploitation de ces matières fossiles est une aberration climatique, environnementale et sanitaire, elle est contraire à la philosophie du Grenelle de l’environnement.
Notre collectif s’inscrit dans une démarche de sauvegarde de notre région, de sa qualité de vie, de son agriculture, de ses paysages et de son tourisme, il se propose de sensibiliser les citoyens à cette grave menace sur nos territoires et nos vies.
D’ores et déjà nous vous invitons à participer aux soirées débat avec projection du film GASLAND, montrant les dégâts de telles installations aux Etats-Unis.

Si vous voulez préserver notre environnement d’un saccage programmé, Si vous êtes soucieux de votre santé et de celle de vos enfants, NOUS VOUS INVITONS A REJOINDRE NOTRE COLLECTIF NON AU GAZ DE SCHISTE COLLECTIF BIEVRE 38.

SOIREE D’INFORMATION SUR LES GAZ DE SCHISTE

Le collectif « NON AU GAZ DE SCHISTE COLLECTIF BIEVRE 38 » vous annonce la projection du film:
« GASLAND » de Josh Fox

VENDREDI 17 FEVRIER A 20 H 30

SALLE JEAN ALUIGI

AVENUE DOCTEUR VALOIS

RENAGE

La projection de ce film sera suivie d’un débat animé par des membres du collectif.

Contact:

collectifbievre38@gmail.com

Catégorie environnement, énergiesCommentaires fermés

Gaz de schiste: réunions publiques


La Région Rhône-Alpes a, dès octobre 2010, manifesté son opposition à l’exploration et
l’exploitation des gaz de schistes sur son territoire et son soutien aux autres collectivités
locales qui s’y opposent.

Elle a demandé l’organisation d’un débat public national et tenu,
le 22 juin dernier à Lyon, un débat régional citoyen, en présence d’experts scientifiques et
techniques, ouvert au public.

La Région, ainsi qu’elle s’y était engagée, organise aujourd’hui 3 réunions publiques de
restitution de ce débat citoyen qui auront lieu, de 17h00 à 20h00, en 3 lieux différents de
Rhône-Alpes :
• 17 octobre, salle Paul Avon,
allée Paul Avon, 07400 LE TEIL
(animation : Mme Michèle EYBALIN, Mme Corinne MOREL DARLEUX, M. Olivier KELLER)

• 18 octobre, palais des congrès d’Aix-les-Bains,
rue Jean Monard, 73100 AIX-LES-BAINS
(animation : M. Benoît LECLAIR, Mme Marie-Hélène RIAMON, M. Olivier KELLER)

19 octobre, Alimentec à Bourg-en-Bresse,
rue Henri de Boissieu, 01000 BOURG-EN-BRESSE
(animation : Mme Marie-Hélène RIAMON, M. Alain CHABROLLE, Mme Michèle EYBALIN)

Ces réunions seront également l’occasion de faire le point sur les éléments d’actualité
intervenus depuis le mois de juin et en particulier le dépôt par les industriels des rapports
prévus par la loi du 13 juillet 2011 et l’actualité de la mission interministérielle.

Catégorie environnement, énergiesCommentaires fermés

Gaz de schiste: la recherche va être interdite!


Après l’interdiction de la fracturation hydraulique, le gouvernement a décidé d’abroger les trois permis exclusifs de recherche de gaz de schiste de Nant, dans l’Aveyron, à Villeneuve-de-Berg, en Ardèche, et à Montélimar, dans la Drôme, accordés au printemps 2010.

En application de la loi du 13 juillet 2011, « les titulaires de permis exclusifs de
recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux » devaient remettre avant le
13 septembre dernier « à l’autorité administrative qui a délivré les permis un rapport
précisant les techniques employées ou envisagées dans le cadre de leurs activités de
recherches ».

En conséquence, la Direction Générale de l’Énergie et du Climat (DGEC) a envoyé un
courrier aux 64 détenteurs de permis exclusifs de recherche (1) leur rappelant le contenu
de la loi et les informant qu’ils devaient « démontrer la pertinence de la démarche
exploratoire compte tenu des nouvelles conditions de l’exercice de l’activité d’exploration
et d’exploitation des hydrocarbures définie dans la loi ».

A l’issue de l’instruction des 64 rapports reçus, le Gouvernement a saisi ce jour le
Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET) en vue de
l’abrogation des trois permis suivants : Nant (détenu par la société Schuepbach),
Villeneuve-de-Berg (Schuepbach) et Montélimar (groupe Total).

Ces trois permis représentent la totalité des permis demandés en France en vue de
l’exploration de gisements de gaz de schiste.
Pour les 61 autres permis en cours de validité, les détenteurs n’ont pas prévu de
rechercher des gaz et huiles de schiste ou y ont renoncé pour se limiter à des gisements
conventionnels. Tous ont pris l’engagement formel de ne pas recourir à la fracturation
hydraulique.

L’État veillera au respect de cet engagement en amont par l’étude en préfecture des
dossiers de demandes de travaux devant stipuler obligatoirement le type de technique
de forage utilisée. Ces contrôles seront renforcés par des inspections sur site, menées
par les DREAL (Directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du
logement). Les contrevenants s’exposeront à des amendes et peines de prison.

Une éventuelle demande ultérieure d’exploitation de gisement d’hydrocarbure ferait par
ailleurs l’objet d’une procédure très encadrée, avec enquête publique. Aucune
autorisation n’est acquise par avance.

« La loi du 13 juillet 2011 a permis d’interdire le recours en France à une technologie
posant problème, à savoir la fracturation hydraulique. Pour trois permis, la loi aura
conduit à leur abrogation. » ont déclaré Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET et
Eric BESSON.

Dans un objectif de totale transparence, les rapports seront rendus publics en même
temps que la liste des permis abrogés, au plus tard le 13 octobre.

Pour mémoire :
- les titres miniers d’hydrocarbures en cours de validité peuvent être visualisés sur
la carte à la page www.developpement-durable.gouv.fr/Carte-des-titres-miniersd.
html,
- les demandes de permis en cours d’instruction font l’objet d’une publication
régulière sur www.developpement-durable.gouv.fr/Les-publications-et-les.html.

(1) 66 permis de recherche en vigueur apparaissent sur la carte au 1er juillet 2011
(http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/2011_07.pdf) mais depuis, deux permis sont caducs : ceux de Carret (M588) et de Montaner (M601).

Catégorie environnement, énergiesCommentaires fermés

Gaz de schiste: débat régional


La délivrance par le gouvernement en mars 2010 de plusieurs permis d’exploration des gaz et des huiles de schiste en France a suscité de très fortes réactions.
Dès octobre 2010, la Région Rhône-Alpes a pris une position ferme en adoptant un voeu demandant au gouvernement de décider d’un moratoire sur l’exploration et l’exploitation des gaz et des huiles de schiste, en cohérence avec ses politiques de préservation de l’environnement et de la santé, d’aménagement du territoire et d’agriculture durable.
En février 2011, la Région, avec l’adoption d’une délibération en Assemblée plénière, a réaffirmé son opposition à l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste sur son territoire et son soutien aux autres collectivités locales qui s’y opposent également.
Face à ces réactions, le gouvernement a décidé de lancer une mission d’étude interministérielle dont le premier rapport intermédiaire a été publié mi-avril. Une proposition de loi interdisant l’utilisation de la technique de la fraction hydraulique a été votée à l’Assemblée Nationale le 10 mai, en cours d’examen au Sénat.
La Région Rhône-Alpes souhaite que l’Etat s’engage au plus vite à l’organisation d’un débat public national, dans le cadre, par exemple, de la Commission Nationale du Débat Public  (CNDP).

Pour initier la démarche, nécessaire et urgente, la Région Rhône-Alpes a décidé d’organiser dès ce mercredi 22 juin à l’Hôtel de Région à Confluence, un débat régional sur l’intérêt public sur les gaz de schiste.

Ce débat aura lieu le 22 juin prochain à l’Hôtel de région à Confluence de 14h30 à 19h en présence d’experts scientifiques et abordera les sujets suivants : géologie, technique minière, impacts environnementaux, énergie – climat, aménagement du territoire et impacts socio-économiques, contexte juridique et géopolitique.
Deux cents participants représentant les acteurs socio-économiques (industriels de la filière, agriculteurs, professionnels du tourisme …), l’Etat, les élu-e-s locaux, les associations et collectifs citoyens, mais aussi le grand public débattront des questions qui se posent autour de l’exploration et l’exploitation des gaz, huiles de schiste.

50 places sont mises à disposition sur inscription sur le site de la Région Rhône-Alpes www.gazdeschiste.rhonealpes.fr.

Apportez votre contribution au débat

Le sujet des gaz de schiste vous intéresse ? Vous avez un avis, une opinion, des informations à partager ? Envoyez votre contribution à cette adresse : confgazdeschiste@rhonealpes.fr . Celle-ci sera examinée et pourra servir à alimenter le débat. Merci de votre contribution !

Catégorie environnement, énergiesCommentaires fermés

Gaz de schiste: non à la fracturation hydraulique, oui à l’exploitation!


Les députés ont approuvé, en première lecture cet après-midi, par 287 voix contre 186 l’interdiction de la technique de la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles de schiste en France. Les groupes UMP et du Nouveau centre (NC) ont voté pour ce texte présenté par Christian Jacob, le président du groupe UMP. L’opposition, jugeant que ce texte ne ferme pas la porte à l’exploitation et à l’exploration de ces hydrocarbures par d’autres techniques, a voté contre cette proposition de loi que le Sénat examinera à son tour le 1er juin.

Pour lire la suite de ces informations: Gaz-de-schiste

Catégorie énergiesCommentaires fermés

Le gaz et l’huile de schiste


Le gaz de schiste

C’est un gaz « non conventionnel », c’est à dire un gaz qui se trouve piégé dans la roche et qui ne peut pas être exploité de la même manière que les gaz contenus dans des roches plus perméables. Son exploitation nécessite le plus souvent des forages horizontaux et une fracturation hydraulique de ces roches profondes. Le gaz remonte à la surface à travers un tube en acier puis rejoint un gazoduc.

L’huile de schiste

Il s’agit de pétrole contenu dans une roche que les géologues appellent « roche mère ». Cette roche mère était initialement un sédiment marin très riche en matière organique (comme par exemple le plancton). Avec l’enfouissement au cours des temps géologiques, la matière organique sous l’effet d’un accroissement de la température s’est transformée en pétrole qui imprègne la totalité du sédiment devenu une roche microporeuse et imperméable (c’est-à-dire dont les pores de taille microscopique ne communiquent pas entre eux).
Une partie du pétrole contenu dans la roche mère a été expulsée et a migré vers le haut jusqu’à rencontrer une roche magasin (appelée « poche » populairement) protégée par une barrière étanche pour former un gisement dit « conventionnel ». Une autre partie du pétrole, plus importante (appelé « huile de schiste » populairement), est restée piégée dans la roche mère pour former un gisement de pétrole dit « non conventionnel ».

Il y a une quinzaine d’années, on ignorait comment exploiter ce gaz contenu dans ces formations géologiques. Ce gaz est aujourd’hui extrait en grande quantité aux États-Unis où il représente 12 % de la production locale de gaz contre seulement 1 % en 2000. En Europe et notamment en France, l’évaluation de ce type de ressources démarre à peine. Selon certains experts, les réserves mondiales de gaz de schiste seraient 4 fois plus importantes que les ressources en gaz conventionnel.

Catégorie environnement, énergiesCommentaires fermés

Extraction de gaz de schiste: des risques pour l’eau


Une nouvelle étude publiée par l’Académie des Sciences des Etats Unis montre que les puits de gaz de schiste sont contaminés par le méthane des gaz de schiste !

Dans les aquifères situés au dessus des formations de schiste du Marcellus et de l’Utica et dans l’état de New York les auteurs de cette étude ont en évidence de manière systématique une contamination des eaux par le méthane associée à l’extraction du gaz de schiste.

Les scientifiques l’Université Duke, en Caroline du Nord, montrent dans cette étude que plus on est près d’un puits de gaz de schiste, plus les risques sont grands que la nappe phréatique soit contaminée par du gaz naturel.

Leur étude, intitulée « Methane contamination of drinking water accompanying gas-well drilling and hydraulic fracturing », est parue le 9 mai 2011 dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), une grande revue scientifique américaine. Les chercheurs ont analysé les teneurs en méthane (qui constitue plus de 80% du gaz naturel) dans 60 puits d’eau potable en Pennsylvanie et dans l’État de New York.

Ils ont trié leurs échantillons en fonction de la distance entre le lieu de prélèvement et le site d’extraction de gaz de schiste le plus proche. Résultats : Dans les puits situés à plus d’un kilomètre d’un d’extraction de gaz de schiste, la teneur moyenne en méthane dans l’eau était de 1,1 milligramme par litre (mg/l).

Dans les sites situés à moins d’un kilomètre d’un site d’extraction de gaz de schiste cette teneur moyenne grimpait à 19,2 mg/l (le maximum mesuré étant de 60 mg/l, teneur qui représente un risque d’explosion selon l’étude). « Nous avons trouvé une corrélation assez forte entre la proximité d’un puits de gaz et la concentration de méthane dans l’eau potable », a déclaré Robert B. Jackson, professeur de biologie à l’Université Duke, un des quatre auteurs de l’étude. Selon l’étude de l’Université Duke, le gaz retrouvé dans les échantillons d’eau potable avait bien les caractéristiques du gaz de schiste.

« Cette nouvelle étude américaine montre clairement que l’extraction des gaz de schiste constitue une menace grave pour l’environnement et particulièrement les ressources en eau. » déclare François Veillerette, porte parole de Générations Futures. «Forts de cette nouvelle preuve de la dangerosité de l’exploitation de cette ressource, les députés français doivent clairement et sans ambigüité interdire l’exploitation des gaz de schiste dans le pays !

Catégorie environnement, hydraulique, énergiesCommentaires fermés

Moratoire sur les gaz de schiste: il faut aller plus loin!


Jean Jack Queyranne, président de la région Rhône-alpes réagit suite au moratoire demandé par Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET en ce qui concerne l’exploitation des gaz de schiste.

« Je viens d’apprendre que la ministre de l’écologie Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET avait annoncé un moratoire sur l’exploration des gaz de schiste.
C’est une première décision qui va dans le bons sens et qui a été obtenue grâce à la très forte mobilisation des élus et des citoyens. Elle est conforme à la délibération que la Région Rhône- Alpes avait votée en octobre dernier. Mais il faut aller plus loin !
Cette mission annoncée par les ministres Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET et Eric BESSON ne doit pas seulement être une simple démarche administrative. Elle doit au contraire faire toute la lumière sur les risques encourus pour l’environnement si des autorisations d’exploitation devaient être accordées dans les prochains mois.
Je souhaite que cette mission se déroule dans la plus grande concertation avec les élus et les citoyens. On se souvient que les arrêtés du 1er mars 2010 ont été signés en catimini, sans aucune concertation.»

Catégorie environnementCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+