Tag Archive | "Gérard Seigle Vatte"

Décès de Gérard Seigle Vatte..


Gérard Seigle Vatte qui a beaucoup oeuvré au sein du monde agricole est décédé à l’âge de 68 ans.

Henri Gras ancien président de l’Union des Groupements pour le développement forestier de l’Isère a tenu à témoigner.

Nous avons appris avec tristesse le décès de Monsieur SEIGLE  VATTE ,ancien  Président de la Chambre d’ Agriculture de l’Isère

Les Propriétaires Forestiers  Privés de l’ ISERE lui doivent beaucoup.

Toujours présent,d’un dialogue ouvert avec la filière bois,
c’était une de ses priorités premières.
Comme ancien Président des Propriétaires forestiers privés de l’ Isère, je regrette cette disparition trop rapide .
A toute sa famille durement touchée,  je vous adresse nos condoléances
Henri GRAS

Catégorie - filière boisCommentaires fermés

FDSEA de l’Isère: Pascal Denolly président…


C’est une page qui se tourne au niveau des présidents des organismes agricoles isérois. Après le retrait du président de la Chambre d’Agriculture Gérard Seigle Vatte, c’est au tour du président de la FDSEA de se retirer…

Jean Robin Brosse, producteur de lait à Gillonay, a occupé plusieurs postes tant au sein du CDJA que de la FDSEA.

 » Je pense que nous avons terminé notre action en menant au succès la liste FDSEA/JA aux dernières élections de la Chambre d’Agriculture. Mais il n’y a pas que la Chambre d’Agriculture, il faut aussi un syndicalisme fort. Voilà pourquoi je pense que l’on doit passer la main et rajeunir notre syndicat avec de nouveaux responsables » a indiqué en substance à France bleu Isère Jean robin Brosse, quelques heures avant le congrès de la FDSEA qui se tenait à Bourgoin Jallieu.

Jean Robin Brosse ici à Beaucroissant.

Jean Robin Brosse ici à Beaucroissant.

Pascal Denolly nouveau président de la FDSEA de l'Isère.

Pascal Denolly nouveau président de la FDSEA de l'Isère.

Pascal Denolly qui est vice président de la Chambre d’Agriculture de l’Isère accède à la présidence de la FDSEA.

Jean Michel Bouchard, producteur de lait à Thodure occupant le poste de secrétaire général.

Pour écouter  la totalité de l’intervention de Jean Robin Brosse sur France Bleu Isère dans le cadre de l’émission « l’invité de la rédaction » cliquer ici:

http://www.francebleu.fr/infosinvite-de-la-redaction-

Catégorie agriculture, vie syndicaleCommentaires fermés

Foire de la St Martin: Stand Carrefour très animé!


C’était une première, Carrefour Voiron, groupe Provencia, a participé activement à la St Martin avec la tenue d’un stand en commun avec les gîtes de France Isère et L’association Terre d’ici.

La foire de la St martin à Voiron est un rendrez vous incontournable pour le monde agricole. L’espace réservé à l’agriculture étant très prisé, animé….

Cette année l’ensemble des visiteurs a remarqué la présence d’un nouveau stand tenu conjointement par le groupe Provencia, à travers  l’hyper Carrefour Voiron, les gîtes de France Isère, l’association des producteurs Terre d’ici et sillon38.com.

Stand qui peut paraître atypique et pourtant…

Le groupe Provencia qui regroupe 35 magasins a toujours mis en avant les produits régionaux, les produits locaux… C’est le cas de Carrefour Voiron, qui a sur ses étals des produits nouvellement référencés dont le Bleu du Vercors Sassenage, les vins de Savoie de chez Cartier ( chapareillan) les fromages du Gaec du Plantimay ( St Joseph de Rivière) les ravioles des grands Goulets… et bientôt d’autres produits dont ceux à base de noix de Grenoble…

Afin de montrer sa détermination à mettre en valeur les produits locaux et sa volonté de ficeler des partenariats  » costauds » avec les producteurs le groupe a organisé une opération promotionnelle à la foire de Beaucroissant. Afin de poursuivre dans cette démarche il a tenu un stand en commun avec l’association Terre d’ici. Celle ci regroupe les producteurs du pays voironnais.

Partageaient également le stand la fédération des gîtes de France Isère qui a également offert deux week-ends à travers un jeu organisé par France bleu Isère. sillon38, partenaire du groupe Provencia, des gîtes de France Isère, des jeunes agriculteurs et des agriculteurs du pays voironnais ne pouvait qu’être présent également…

Les milliers de visiteurs ont donc pu déguster les  trois AOC de l’Isère: Bleu du Vercors Sassenage, noix de Grenoble et vins de Savoie mais aussi le lait cru de Paladru, le veau des frères Drevon… mais aussi partager un moment dans une ambiance très conviviale.

Inutile de dire que le stand a connu durant les deux jours de foire une très forte animation, et les discussions allèrent bon train.

Alain Galliot directeur de Carrefour Voiron expliquant avec passion et sans relâche la politique que mène le groupe Provencia vis à vis des produits locaux. Thierry blanchet président de Terre d’ici expliquant pour sa part que des relations saines, constructives… doivent se mettre en place entre les producteurs et la grande distribution. Le leitmotiv étant  » on a un besoin réciproque des uns et des autres. »

Après deux jours de foire on peut dire que cette opération de communication et de rapprochement est couronnée de succès….et quelle doit se poursuivre, se pérenniser….

Au fil des heures, outre les élus de la commune de Voiron, regroupés autour du maire Roland Revil, et les élus de la communauté de commune du pays Voironnais, le stand a accueilli Michèle Bonneton, député, Robert Veyret conseiller général, Gérard Seigle Vatte président et René Jacquin vice président de la chambre d’agriculture de l’Isère, l’équipe de France bleu Isère avec à sa tête Pierre Monaton, animateur et responsable des partenariats, Alain Merlin directeur de la fédération départementale des maisons familiales rurales de l’Isère…. et une foule de clients de Carrefour, amis, agriculteurs….

Voici en quelques illustrations l’ambiance qui animait le stand.

prov 1prov 2prov 3prov 4prov 5prov 6prov 7prov 8prov 10prov 11prov 12prov 13prov10

Catégorie foires et fêtesCommentaires fermés

Non à l’ensauvagement des territoires


La Fédération Nationale Ovine communique:

Pour la première fois de mémoire d’hommes, un éleveur est contraint de redescendre ses
brebis prématurément des estives ariégeoises pour cause de prédation. Le troupeau avait
été attaqué six jours consécutifs, parfois à moins de 100 mètres de la cabane du berger.
Le responsable ? Un ours, déjà connu des éleveurs pour avoir attaqué des troupeaux.
Capturé, il avait été déplacé mais n’a pas tardé à recommencer …

La semaine dernière, le CNPN (Conseil National de la Protection de la Nature) refusait
d’autoriser le prélèvement de deux lynx dans le Jura. Spécialisés sur un troupeau ovin,
ces deux animaux ont fait chez un seul éleveur plus de 40 victimes depuis le début de
l’année.

Et pendant ce temps, les attaques de loups font toujours rage dans les Alpes, mais aussi
dans les Vosges et le Massif Central… La présence et la croissance de ces populations
de prédateurs ne sont plus maitrisées.

Partout, c’est l’animal sauvage qui est préféré à l’homme et à ses troupeaux domestiques.
Nos dirigeants politiques ont manifestement fait le choix de l’ensauvagement des
territoires au détriment de la présence humaine et l’activité économique des massifs.
Pourtant c’est bien l’homme et ses troupeaux qui permettent l’entretien des territoires
nécessaire aux activités du tourisme, et qui sont le dernier rempart contre la désertification
des zones rurales.

Au lendemain de la conférence environnementale, où le sujet n’a apparemment pas été
abordé, la FNO se demande quelle biodiversité les citoyens français veulent-ils sur leur
territoire. Si l’objectif de protection des grands carnivores est atteint, c’est l’élevage qui
aujourd’hui est en voie de disparition des massifs où ils sont présents…

Quelle viande mangerez- vous demain ? Combien coûteront vos forfaits de ski quand les
pistes seront entretenues à la débrousailleuse ? Qui remplira nos écoles de campagne ?

En Isère…

En Isère le loup poursuit ses ravages et les éleveurs crient à l’immobilisme de l’Etat.

 » Le loup n’est pas en voie de disparition, les éleveurs oui, s’insurge le président de la chambre d’agriculture  Gérard Seigle Vatte. En réponse, le préfet nouvellement nommé, Richard Samuel mais qui connaît bien le dossier affirme que le loup est protégé par la convention de Berne . Cela n’empêche pas de prendre des mesures dont les tirs de défense  » qui paraissent plus efficaces que les tirs de prélèvement. Selon lui le gouvernement travaille sur le dossier et devrait sans doute prôner la régulation du loup… »

Encore et toujours le loup!

Catégorie loupCommentaires fermés

Tournesol muté: oui au dialogue, non à la destruction


Une centaine de faucheurs volontaires ont manifesté à Marcy l’Etoile, au cours des « Rendez-vous avec l’agriculture du Rhône ». Ils ont également détruits plusieurs parcelles de tournesol muté, en particulier à Meyrieu les Etangs et à St Clair su Rhône.

Jean Robin Brosse, président de la FDSEA de l’Isère a de suite réagit en rappelant que « La mutagenèse est pratiquée depuis 70 ans. Elle n’a rien à voir avec les OGM comme on tente de le faire croire. Cette technique permet de mettre en place artificiellement un processus connu dans la nature afin de chercher des aptitudes meilleures au niveau par exemple de la résistance à un herbicide, rendement supérieur… »

Gérard Seigle Vatte, président de la Chambre régionale d’Agriculture et président de la chambre d’Agriculture de l’Isère s’est montré très virulent contre cette pratique qui nuit à la recherche.

A l’assemblée générale de Coopenoix, après avoir encouragé le dynamisme de la filière nucicole, à travers sa coopérative, il a exprimé son total désaccord avec de telles pratiques qui vont à l’encontre de notre avenir.  » C’est inadmissible de bloquer de cette manière la recherche. »

A travers un communiqué il prône le dialogue plutôt que la destruction des cultures.

Voici ce communiqué

OUI au dialogue,

NON à la destruction des cultures

Ce dimanche 2 septembre,  des militants « faucheurs volontaires » ont manifesté au RENDEZ- VOUS DE L’AGRICULTURE DU RHONE (parc de Lacroix-Laval, Marcy L’Etoile). Ils  ont aussi détruit ces derniers jours,  des parcelles de tournesol dans plusieurs départements de la région.

La Chambre régionale d’agriculture Rhône-Alpes tient, tout d’abord, à apporter son soutien aux agriculteurs victimes de la destruction de leur récolte.
« Nous sommes ouverts  à la confrontation des idées dans  le sens du développement de l’agriculture ! Mais,  je condamne  la destruction des récoltes et au-delà,   la remise en cause de la recherche et de l’expérimentation sur de nouvelles productions », explique Gérard Seigle-Vatte,  président de la Chambre régionale d’agriculture Rhône-Alpes.

Acteurs depuis toujours de la recherche-développement et du conseil aux agriculteurs, les Chambres d’agriculture sont légitimes pour évaluer les formidables évolutions de la production  et de la productivité de l’agriculture, notamment grâce aux avancées de la génétique.

En cette période où tous les secteurs de l’économie sont confrontés à la recherche d’une meilleure compétitivité pour répondre aux attentes des marchés et  à la concurrence, les Chambres d’agriculture demandent aux Pouvoirs Publics de  créer les conditions d’un respect de la recherche et de l’expérimentation pour l’avenir de notre agriculture régionale. »

Catégorie OGM, agricultureCommentaires fermés

Ambroisie: mobilisation sans précédent


Le développement de l’ambroisie inquiète. Christian Nucci au nom du conseil général de l’Isère et Gérard Seigle Vatte président de la chambre d’agriculture appellent à la mobilisation. Ceci à travers un communiqué.

Le développement de l’ambroisie pose des problèmes de santé publique, son pollen étant extrêmement allergisant. C’est pourquoi la destruction de l’ambroisie est obligatoire par arrêté préfectoral du 7 mars 2000.

Pour les départements de Rhône-Alpes, l’ambroisie a représenté en 2011 une dépense de 14,2 millions d’euros pour la seule caisse primaire d’assurance maladie.

Particuliers, collectivités locales, aménageurs, gestionnaires d’infrastructures, exploitants agricoles… : tous les citoyens doivent se sentir concernés par son éradication avant la floraison. Les jours qui viennent seront donc décisifs dans l’efficacité de la lutte.

Pour les agriculteurs, c’est le moment d’intervenir sur les intercultures. Le déchaumage mécanique est alors possible.

Le Département soutient les initiatives de la Chambre d’agriculture pour sensibiliser les exploitants de parcelles infestées. Les collectivités locales comptent sur la profession agricole pour contribuer à la lutte contre ce fléau aux côtés des pouvoirs publics.

A chacun d’agir !

Contacts :

Conseil général – Direction de l’aménagement des territoires – 04 76 00 33 21

Chambre d‘agriculture de l’Isère – 04 76 20 68 68

Documentation : www.ambroisie.info

Catégorie environnementCommentaires fermés

Isère, le PPRDF est en marche!


C’est une première en Rhône-Alpes et sans doute en France! Un protocole d’accord vient d’être signé entre la Chambre d’Agriculture de l’Isère et le Centre Régional de la Propriété Forestière Rhône-Alpes concernant la mise en oeuvre du Plan Pluriannuel Régional de Développement Forestier en Rhône-Alpes.

Ce partenariat permet de mettre en place une plate forme technique de développement forestier au service des propriétaires forestiers, les deux structures travaillant en parfaite coordination au développement des massifs forestiers de l’Isère.

Chambre d’Agriculture et CRPF vont donc unir leurs forces, moyens financiers et humains pour:

- la mise en ouvre d’actions de développement forestier

- organiser une complémentarité territoriale permettent la mise en oeuvre optimale des actions prévues dans le PPRDF – Isère

- mettre en oeuvre une organisation à l’échelon local et départemental, permettant de structurer cette complémentarité.

Afin de mener à bien cette opération, des moyens humains seront nécessaires. Ils seront de l’ordre de 2,5 ETP. 1 conseiller PPRDF géré par le CRPF et 1,5 ETP par la Chambre d’Agriculture de l’Isère tout en sachant que le 1/2 ETP entre dans le cadre d’un poste mutualisé entre la Chambre d’Agriculture de l’Isère et la Chambre d’Agriculture Savoie-Mont-Blanc.

A terme, les objectifs prévisionnels du PPRDF au niveau régional sont:

- mobilisation de 500 000 M3 supplémentaires de bois d’oeuvre principalement, surtout en zone de montagne par le soutien au débardage par câble et en forêt privée

- améliorer 4000 hectares de forêt par an

- certifier 600 000 hectares de surfaces forestières.

A retenir enfin que ce PPRDF est conclu du 30 mars au 31 décembre 2012 puis renouvelé chaque année durant 3 ans, ceci par tacite reconduction.

Le protocole a été signé par Gérard Seigle-Vatte président de la Chambre d'Agriculture de l'Isère et par Yvonne Coing-Belley, élue au CRPF en présence de nombreux témoins parmi lesquels: Bruno de Quinsonnas -Oudinot, président du Syndicat des propriétaires forstiers de l'Isère, Henri Gras, président de l'UGDFI, Xavier Martin et Philippe Guérin, respectivement directeurs du CRPF et de la Chambre d'agriculture de l'Isère

Le protocole a été signé par Gérard Seigle-Vatte président de la Chambre d'Agriculture de l'Isère et par Yvonne Coing-Belley, élue au CRPF en présence de nombreux témoins parmi lesquels: Bruno de Quinsonnas -Oudinot, président du Syndicat des propriétaires forestiers de l'Isère, Henri Gras, président de l'UGDFI, Xavier Martin et Philippe Guérin, respectivement directeurs du CRPF et de la Chambre d'agriculture de l'Isère....

Catégorie - filière boisCommentaires fermés

Renforcer l’agriculture rhônalpine, une priorité pour la Région


Mardi 28 février, Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes, a visité
l’Espace Rhône-Alpes du Salon International de l’Agriculture à Paris. Il a ensuite rencontré les
éleveurs et producteurs rhônalpins présents sur le salon, accompagné de Michel GREGOIRE,
Vice-président délégué à l’agriculture et au développement rural, Eliane GIRAUD, Conseillère
déléguée à l’administration générale et aux Parcs naturels régionaux, Gérard SEIGLE-VATTE,
Président de la Chambre régionale d’agriculture…

qeyranne salon

Par sa présence sur le Salon de l’agriculture, la Région marque son soutien à l’agriculture
rhônalpine et participe, en lien avec R3AP, à valoriser ses productions agricoles et agroalimentaires.

A cette occasion, Jean-Jack QUEYRANNE a rappelé que « la Région s’est fixée pour objectif
de maintenir voire de renforcer l’agriculture, qui avec ses entreprises de transformation,
constitue l’un des secteurs clés de l’économie rhônalpine. Au-delà, le secteur agricole est un
vecteur indispensable d’aménagement et de vitalité des territoires ruraux, qui couvrent les
deux tiers du territoire de Rhône-Alpes ».

Après avoir réorienté sa politique agricole autour de 4 objectifs (Contractualisation, Autonomie,
proximité et Eco-responsabilité – CAPE) en 2010, la Région vient de voter de nouvelles
mesures, qui vont dans le sens de ces orientations et qui visent à :

- maintenir la capacité d’abattage de proximité des animaux d’élevage en Rhône-Alpes,
- optimiser l’usage de l’eau en agriculture,
- rapprocher économie et territoire au sein des Plans Stratégiques Agricoles et de
Développement Rural (PSADER) et veiller à la préservation des terres agricoles.

Par le biais de sa nouvelle stratégie foncière, elle agit aussi pour maintenir le nombre
d’exploitations agricoles, passé sous la barre des 40 000 en 2011, et ce, en dépit d’une
dynamique de 1 000 installations annuelles.

Par ailleurs, solidaire des agriculteurs, le Conseil régional a débloqué 5 M€ d’aides régionales
pour soutenir 6 000 exploitations fragilisées par la sécheresse au printemps 2011. Au niveau
européen, la Région défend une PAC renouvelée, plus équitable, qui intègre les institutions
régionales dans sa gouvernance et préserve les terres agricoles et maintiennent les agriculteurs.

Au-delà de ces engagements, la Région Rhône-Alpes veille :

- au maintien de la grande diversité de production qui fait la richesse de Rhône Alpes ;
- au développement des circuits courts ;
-  à un plus grand respect de la saisonnalité ;
- à la qualité et à une meilleure traçabilité des produits.


vercors queyr

Jean Jack Queyranne a passé un long moment à l’espace Vercors. On le voit ici en compagnie de Pierre Buisson, conseiller Général de l’Isère et maire de Méaudre et de Guy Durand (président de l’APAP).

Catégorie agriculture, foires/salonsCommentaires fermés

CUMA Isère: cultivons ensemble notre territoire


Plus d’un agriculteur su deux adhère à une coopérative d’utilisation de matériel agricole ( CUMA). En Isère on recense 145 Cuma, 60% ont leur siège social en plaine, 30 % en zone de montagne et  en  zone défavorisée. 126 d’entre elles sont adhérentes à la fédération départementale des Cuma. Celle ci vient de tenir son assemblée générale à Tullins. Pour le président Didier Veyron: » la Cuma est un lieu de partage et d’échanges qui permet à chacun de s’exprimer et d’agir. Il faut donc conforter l’implication des Cuma à l’intérieur des territoires. Elle doivent devenir des partenaires incontournables des initiatives locales… »

Propos repris par le Président de la Chambre d’Agriculture de l’Isère peut avant que soit officialisé un partenariat entre les deux structures.

 » Les Cuma ont un rôle important à jouer au niveau du dynamisme agricole. Surtout en cette période difficile, de crise. L’argent public se fera de plus en plus rare, tant au niveau national qu’européen. Il faudra donc réduire les charges, les coûts de fonctionnement, assurer la viabilité de nos exploitations: la Cuma en est une solution. Adhérer à une Cuma c’est également rompre un certain isolement, participer à la vie sociale. »

Ce partenariat va permettre à la Fédération départementale de bénéficier de l’appui des conseillers territoriaux de la Chambre d’Agriculture: » ceux ci vous apporteront une aide efficace « 

cuma

Bien entendu le succès du salon  mécafourrages qui s’est déroulé en mai à Biol a été mis en avant. Plus de 2000 personnes se sont rendues sur les lieux. Toutes les démonstrations, animations, le forum ont connu un succès et une fréquentation sans précédent. « La réussite de l’organisation de cette manifestation démontre notre dynamisme, notre solidarité « à conclu le président Veyron.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Rencontre départementale des comités locaux à l’installation


L’Isère est le département précurseur au niveau de l’installation des agriculteurs. Pour preuve c’est en Isère qu’a vu le jour le premier comité local d’installation. Depuis cette démarche s’est développée et aujourd’hui on en compte 14 répartis sur l’ensemble du département.

Ces instances locales qui regroupent agriculteurs élus, propriétaires axent leurs démarches sur la concertation autour des transmissions d’exploitations agricoles. Cela concerne plusieurs volets comme le foncier mais également l’accompagnement des candidats à l’installation, veille sur les cédants, sensibilisation des propriétaires, renforcement des exploitations existantes….

Chaque CLI se gère de façon indépendante mais a l’appui de différentes structures dont bien entendu la Chambre d’agriculture. Les élus sont très à l’écoute des travaux menés par les CLI.

L’ensemble des acteurs concernés se sont retrouvés à St Ismier pour participer à la première rencontre départementale des comités locaux d’installation.

Ceux ci ont pu échanger sur leurs expériences, les points à améliorer, les réussites mais aussi participer à divers ateliers de travail concernant la communication, la sensibilisation des propriétaires fonciers, l’approche des cédants, l’accueil et l’accompagnement des porteurs de projets agricoles.

Une rencontre très instructive qui a mobilisé les élus. Pour preuve, outre François Brottes, président de la communauté de communes du Grésivaudan, Eliane Giraud, conseillère régionale et Christian Nucci, conseiller général, en charge de l’agriculture ont participé aux travaux.

Christian Nucci a reconnu l’utilité des CLI  » qu’il faut aider, consolider. L’Isère doit conserver une agriculture forte et cela passe par l’installation des jeunes. Les élus locaux doivent se mobiliser pour maintenir les terres agricoles car chacun sait que sans terres pas d’agriculture. »

Gérard Seigle Vatte, président des chambres d’agriculture régionale et de l’Isère a confirmé ces propos en rajoutant que de la réussite des installations des jeunes agriculteurs dépend de nombreux paramètres: environnementaux, économiques…

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+