Tag Archive | "Grenoble"

Fête de la Montagne sauvage


Associations de protection de la nature, clubs de montagne et commune de Chamrousse organisent une journée d’activités et de rencontres, le dimanche 1er juillet prochain, au Lac Achard et ses environs.
Une occasion de découvrir ou redécouvrir ce bel espace de liberté et de respiration, en famille, entre amis ou en solo !


Situé tout près de Grenoble, au sud de la chaine de Belledonne, sur la commune de Chamrousse, le Lac Achard offre un cadre de choix pour célébrer la beauté d’une montagne préservée et accessible. Cet écrin d’eau et de verdure est le lieu idéal pour apprendre à connaitre la montagne sauvage, des alpages jusqu’aux hautes altitudes, avec sa force et sa fragilité, ses règles et sa diversité.

> Téléchargez le programme au format pdf

Catégorie montagneCommentaires fermés

Evènements climatiques: comment la Métro est intervenue..


L’agglomération grenobloise a connu des événements climatiques extrêmes entre fin 2017 et début 2018 : coulées de boue, inondations sur la chaussée, éboulements, glissements de terrain, accumulation de débris (embâcles) aux piles de ponts… Plus d’une quinzaine de communes de la Métropole grenobloise ont connu des incidents de divers ordres, entraînant notamment le décès d’une habitante, à Claix.

Les services de la Métropole, toujours en lien étroit avec les communes
et les services de l’Etat, ont opéré de très nombreuses interventions
sur les cours d’eau et voiries de l’agglomération, pour restaurer ou
protéger des voies de circulation et ouvrages d’art notamment, afin
d’assurer la sécurité des habitants, à leur domicile ou lors de leurs
déplacements.

LE CONTEXTE METEO

• Les précipitations du mois de décembre 2017 ont été très abondantes (176
mm à Saint-Martin-d’Hères, la station locale de référence de Météo France),
soit plus de deux fois la normale. Elles se sont accompagnées de fortes
chutes de neige en altitude.
• La période du 26 décembre 2017 au 5 janvier a été une période encore plus
humide : il a été enregistré 120 mm de pluie en 10 jours, soit l’équivalent de 2
mois de précipitations dans notre agglomération !
• Deux épisodes de pluies particulièrement fortes ont touché la métropole
grenobloise : le 30 décembre (40 mm en 24 h), puis du 3 au 4 (à nouveau 40
mm en 24 h). Ces épisodes se sont à chaque fois accompagnés d’importants
redoux, avec un isotherme 0° à plus de 2000 m d’altitude.
• Ces fortes pluies, couplées à une fonte importante du manteau neigeux
ont provoqué un engorgement rapide des sols, saturés d’eau, et un
gonflement des cours d’eau. Vigicrue a placé l’Isère (Isère amont) en
vigilance jaune pour inondations pendant cet épisode tandis que le
département a été mis en vigilance orange pluies/inondations, avalanches
et vents violents.

LES COMMUNES TOUCHEES

• Sept ont été particulièrement touchées (Claix, Le Gua, Vif, Miribel-
Lanchâtre, Grenoble, Quaix-en-Chartreuse, Le Sappey-en-Chartreuse), avec
des débordements de cours d’eau, glissements de terrain, embâcles…).
• Sept autres ont connu des incidents de même type, mais à des degrés
moindres : Saint-Paul-de-Varces, Meylan, Vizille, Saint-Barthélémy-de-
Séchilienne, Eybens, La Tronche, Murianette).
• A noter que la « voie sur berges » (voie Corato) du centre de Grenoble
a dû être fermée à la circulation. Inondée rapidement, elle est actuellement
en cours de déblaiement et de nettoyage par les services de la métropole et
de la Ville de Grenoble, suite aux nombreux dépôts de boues et débris de
bois laissés lors de la décrue. Elle pourrait être rouverte à la circulation
mardi 16 janvier.

L’INTERVENTION DES SERVICES METROPOLITAINS

Les services de Grenoble-Alpes Métropole sont intervenus dans toute
l’agglomération, au titre des diverses compétences concernées : voirie,
ouvrage d’art, eau potable et assainissement. Plusieurs dizaines d’agents,
de la métropole ou de ses prestataires disposant de matériels et de savoirfaire
particulier, se sont relayés 24h/24h tout au long de ces épisodes
climatiques pour intervenir à divers titres sur et aux abords des voiries et
ouvrages d’art.
Ces interventions ont systématiquement eu lieu en lien étroit avec les
services communaux concernés et les services préfectoraux. La Métropole
remercie particulièrement ses agents de terrain et les employés de ces
sociétés, qui ont fait montre d’une énergie remarquable pour venir en aide à
leurs concitoyens. Tous se sont fait remarqués par leur implication et leur
volontarisme
• Types d’interventions assurées :
- Protection de ponts par enrochements
- Confortement de berges
- Nettoyage des embâcles sur les ponts et de débris sur les chaussées
- Mises en place de déviations
- Evacuation de roches suite à éboulement
- Aspiration de trop plein d’eau ou de boues
- Nettoyages de buses et fossés encombrés
Des opérations sont encore en cours sur des voies coupées ou soumises à
risque de glissement de terrain.

LA METROPOLE ET LA MISSION DE PROTECTION CONTRE LES INONDATIONS

Si la Métropole exerce désormais une mission obligatoire en matière de
Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations (GEMAPI),
celle-ci n’est que toute récente : cette prise de compétence date en effet…
du 1er janvier 2018.
Ne disposant pas jusqu’alors de responsabilité sur ce champ d’action, elle a
cependant fortement contribué au financement des chantiers de
renforcement de digues menés ces dernières années en amont et en aval de
l’agglomération par le Symbhi (Syndicat Mixte des Bassins Hydrauliques de
l’Isère).
Le territoire métropolitain possède en effet de nombreuses digues et
ouvrages de protection. Sont ainsi recensés pas moins de 134 kilomètres de
digues protégeant 149 000 personnes et 120 000 emplois.
Ces protections, qui datent pour certaines de plusieurs siècles (les premiers
travaux d’endiguement ont été menés par Lesdiguières) nécessitent
aujourd’hui d’être renforcées, a fortiori dans un contexte de dérèglement
climatique allant de pair avec une recrudescence d’évènements
météorologiques extrêmes.
L’enjeu prioritaire s’attachant à la prise de compétence GEMAPI sera de
renforcer la protection des personnes et des biens contre le risque
inondation. Dans ce cadre, la Métropole aura la responsabilité de l’entretien
et de la surveillance des ouvrages de protection contre les inondations,
ainsi que de la mise en oeuvre des programmes de réhabilitation et de
renforcement jugés nécessaires.
Dès à présent, des travaux sont en cours pour traiter les accumulations
d’embâcles au droit des ouvrages (ponts, peignes, …) et curer les plages de
dépôts de matériaux.

1234

Catégorie A la une, La MétroCommentaires fermés

Le Salon Bois Energie 2018, c’est à Grenoble du 15 au 18 mars


Le Salon Bois Energie est le seul salon en France entièrement dédié à la filière complète du bois-énergie.

Salon Bois Energie

15-18 MARS 2018

GRENOBLE, AlpExpo

Cet évènement précurseur qui accueille d’ores et déjà 20 pays pour le chauffage au bois se déroule en 2018 à Grenoble :
15 –16 mars : Industrie et Collectivités 15 –18 mars : Chauffage Domestique, Exploitation Forestière, Combustibles bois.
Ce rendez-vous incontournable de la filière entière bois-énergie en France est connu pour rendre le bois-énergie vivant.
Seront donc au rendez-vous de ces journées notamment,
- des poêles et cheminées en fonctionnement à l’intérieur,
- des démonstrations de machines de production de combustibles en extérieur,
- des exposants venant de toute l’Europe,
- des conférences, et le prix de l’innovation…
Un grand nombre d’innovations sont dévoilées à l’occasion du Salon Bois Energie, offrant un aperçu des tendances futures du bois-énergie… et le Concours de l’Innovation qui se tient au cours de ces journées identifie et récompense les plus prometteurs de ces produits et services.
L’édition 2018, c’est :
- plus de 400 exposants et sociétés représentées, provenant de 20 pays,
- une grande variété d’acteurs de la filière : équipement forestier, production et distribution de combustibles bois, industrie et collectivités locales, chauffage domestique…
- plus de 15 000 visiteurs attendus (professionnels et particuliers).
Inscription visiteur : à l’approche de l’événement, les visiteurs auront la possibilité de s’inscrire en ligne pour obtenir un badge électronique permettant l’entrée gratuite pour les 4 jours du salon.

Pour en savoir plus: www.boisenergie.com
Lieu: Alpexpo, Grenoble

Sans titre

Catégorie - filière boisCommentaires fermés

A480 et Rondeau : l’enquête publique est ouverte


Vous avez jusqu’au 28 décembre prochain pour vous informer et vous exprimer sur le projet d’aménagement de l’A480 et de l’échangeur du Rondeau.

L’aménagement de l’A480 et de l’échangeur du Rondeau – dont le début des travaux est prévu pour 2019 – doit permettre de fluidifier la circulation, fiabiliser et diminuer le temps de transport des usagers tout en assurant plus de sécurité et une meilleure intégration paysagère de ces infrastructures dans leur environnement urbain.

Le projet consultable en mairies et sur Internet

Après la signature du protocole d’intention le 10 novembre 2016 et la présentation officielle du projet le 28 juin dernier, une enquête publique est désormais en cours jusqu’à fin décembre pour informer les habitants sur le projet et recueillir leurs avis. Pendant les 39 jours que durera l’enquête, le projet sera consultable :

  • Sur support papier, en mairies de Saint-Martin-le-Vinoux, Saint-Égrève, Echirolles, Grenoble (siège de l’enquête), Seyssinet-Pariset, Sassenage, Seyssins et Fontaine aux jours et heures habituels d’ouverture de ces mairies. Vous pourrez faire valoir vos observations et propositions directement sur le registre d’enquête ;
  • En vous rendant sur le site internet de la préfecture de l’Isère depuis un poste informatique, en mairies de Saint-Égrève, de Sassenage, Fontaine, Grenoble et Échirolles.

Donnez votre avis par mail ou par voie postale

Le public pourra formuler ses observations par mail en écrivant à la commission d’enquête à l’adresse électronique suivante : enquetepubliquea480rondeau@orange.fr. Bien sûr, ces observations peuvent également être adressées par voie postale en mairie de Grenoble, siège de l’enquête. Toutes seront jointes au registre d’enquête de la mairie de Grenoble et seront consultables par le public dans les meilleurs délais sur le site internet de la préfecture.

Catégorie A la une, La MétroCommentaires fermés

Métropole: collecte de déchets alimentaires


A partir de novembre, plusieurs quartiers de La Métropole vont expérimenter la collecte des déchets alimentaires. Deux opérations  » test » seront menées pendant un an au quartier La Capuche à Grenoble et de la commanderie à Echirolles.

Une troisième expérimentation sera menée pendant trois mois renouvelables auprès des commerçants et restaurateurs de l’hyper centre grenoblois axée sur les quartons.

Cette expérimentation est axée en direction de trois publics bien distincts: les commerçants de l’hyper centre grenoblois ( 130) les habitants d’un quartier urbain ( Grenoble La Capuche: 2200 foyers) et un quartier pavillonnaire ( Echirolles La commanderie : 800 foyers).

Il faut savoir que les déchets alimentaires représentent 30% du poids de nos ordures ménagère. Dans l’agglomération grenobloise cela équivaut à 18 000 tonnes/an soit 60 kilos par habitant..

Cette matière inexploitée est pourtant une manne! Elle pourrait en effet recouvrir les besoins énergétiques de 700 logements..

Il s’agit donc de la récupérer et de la valoriser.

Chaque foyer concerné par la collecte des déchets alimentaires sera donc doté d’un bioseau,  de sacs compostables et d’un nouveau bac de couleur marron.Les bioseaux ajourés sont conçus pour être étanches et ne laisseront passer aucune mauvaise odeurs.. Ils seront stockés dans les bacs marrons qui seront collectés une fois par semaine par la Métropole.

Déchets alimentaires qui seront acheminés vers un centre de compostage, à Muriannette pour être transformés en compost pour cultures maraichères.

A terme, l’ambition de La Métropole, en lien avec les 49 communes est bien de généraliser dès que possible cette opération sur tout son territoire.

1Cette expérimentation a été présentée par Georges Ouadjaoudi vice Président de la Métro délégué à la collecte et la valorisation des déchets, accompagné d’Eric Piolle, maire de Grenoble et Daniel Bessiron adjoint au maire d’Echirolles en charge du développement durable, à l’environnement et à la transition énergétique.

Des réunions publiques vont être programmées afin d’informer et de former les habitants concernés.





Catégorie La Métro, déchetsCommentaires fermés

L’accompagnement des entreprises par la métropole


Ce mardi 30 Mai,  Christophe Ferrari, Président de Grenoble-Alpes Métropole s’est rendu à l’hôtel d’activité Cemoi pour une conférence sur l’accompagnement foncier-immobilier de la métropole envers de nombreuses entreprises.

En effet, l’hôtel d’activités Cemoi, ancienne usine historique du premier fabriquant de chocolat français, vient tout juste de finir d’être rénové. Acquis par la métropole en 1979 suite à la fermeture des usines, ce bâtiment regroupe aujourd’hui de nombreuses activités de pointes grenobloises. La métropole porte aujourd’hui des appels d’offre d’accueil d’entreprises au niveau européen.

La compétence immobilière d’entreprise étant du ressort de la métropole, Christophe Ferrari a tenu à souligner sa volonté d’appuyer la dynamique économique à travers cette compétence. Il souhaite inciter à la sanctuarisation des zones foncières économiques, l’exploitation de 14 hectares de zones en friche industrielle et l’accompagnement des startups dans des hybridations comme par exemple l’intégration à l’hôtel d’activités Cemoi, disposant de 11680 m² de locaux et accueillant aujourd’hui des entreprises comme Apple.

Pour permettre de mieux appréhender la dynamique collective de la métropole, Christophe Ferrari  a livré quelques chiffres.

Un étudiant sur 4 souhaite créer son entreprise, la métropole compte 32 000 chefs d’entreprise et 180 000 salariés. Parmi les entreprises du département, 61% ont été créées sur le territoire de la métropole, le nombre de création d’entreprises est en hausse de 7,2%, tandis que celui de défaillance est en baisse de 7%.

- Visite de 4 entreprises de l’hôtel d’activité Cemoi -

À la suite de cette conférence, le président de la métropole a visité 4 entreprises parmi les perles de l’hôtel d’activité Cemoi.

  • Talentéo : Cette startup créée il y a 5 ans a développé un blog centré sur l’emploi des personnes handicapées. Pour ce faire, elle organise de nombreux événements autour de cette thématique (Cook&Job, Sport2Job, etc)

  • Skaping : Une entreprise spécialisée dans la pose, l’entretien et le traitement d’images de caméras de très haute qualité, notamment en montagne.

  • Usharesoft : Une startup développant des services permettant de gérer des applications web et mobile. Leur succès leur a valu leur rachat par le géant japonais Fujitsu, Usharesoft est aujourd’hui leur ambassadeur en France.

  • BH technologies : profitants de l’occasion pour inaugurer leurs nouveaux locaux au sein de l’hôtel, ils sont à l’origine de la création de solutions d’optimisations de la gestion des déchets et de l’éclairage publique.

Pour toutes ces entreprises, l’attrait majeur de centrer leur activité sur la Métropole est notamment l’accès aux ingénieurs grenoblois.

Paul Savary

Catégorie La Métro, La Métro, economie/emploiCommentaires fermés

EN 2019, UN NOUVEAU COEUR DE MÉTROPOLE


EN JANVIER 2016, GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE, LA VILLE
DE GRENOBLE ET LE SMTC PRÉSENTAIENT LE PROJET
D’ENVERGURE POUR LE CENTRE-VILLE DE GRENOBLE, DANS
LE CADRE DE LA DÉMARCHE GÉNÉRALE COEURS DE VILLE,
COEURS DE MÉTROPOLE.

Coeurs de ville, Coeurs de Métropole
rassemble les communes de la
Métropole autour d’un projet de
requalification apaisée des centres
bourgs et centres-villes : meilleur
partage de l’espace public entre
modes de déplacements (marche
à pied, éco-mobilité, transports
en commun, voiture, etc.), mise
en valeur des patrimoines,
développement d’un cadre de vie
convivial, végétalisé et favorisant la
rencontre entre tous les publics. Ces
objectifs contribuent à renforcer la
vitalité commerciale et culturelle des
communes de la Métropole.

À Grenoble, troisième ville la plus
dense de France et coeur de chauffe
de la Métropole, la requalification du
centre-ville est un enjeu essentiel
pour les habitants et l’ensemble des
acteurs du territoire :
Le centre-ville de Grenoble était
jusqu’ici fragmenté en îlots, sans
cohérence d’ensemble et exposé
aux nuisances induites par la
surprésence automobile (pollution,
bruit, continuités urbaines hachées).
Dans la poursuite des premières
vagues d’embellissement et de
piétonnisation des années 1960
et 1970, Coeurs de ville Coeurs
de Métropole permet au centre ville
de Grenoble d’épouser enfin
son envergure métropolitaine, au
bénéfice de la qualité de vie de tous
les habitants.

Le projet Coeurs de ville, Coeurs de
Métropole / Grenoble a fait l’objet
de plusieurs mois de concertation
avec les habitants et les acteurs du
territoire au cours de l’année 2016.
Il a été approuvé par les 3 assemblées
délibérantes début 2017.

Des travaux importants sont à
mener sur des réseaux anciens des
boulevards Lyautey, Agutte-Sembat
et Rey. Ils s’accompagnent dès le 18
avril 2017 de la mise en place d’un
plan de circulation adapté.
Ce nouveau plan de circulation est
accompagné par de nouveaux services
pour faciliter les déplacements :
places disponibles dans les parkings
couverts en temps réel, info trafic,
offre tarifaire adaptée, etc.

Le nouveau plan de circulation
contient également la piétonnisation
de la Place Grenette, emblématique
de Grenoble, et des rues adjacentes :
il s’agit d’offrir aux habitants et aux
acteurs du territoire un nouveau
cheminement patrimonial et
commercial privilégié, dans un
espace apaisé.

Par ailleurs, dès l’été 2017, la
piétonnisation intégrera plusieurs
rues du secteur Millet, puis du
secteur Brocherie Chenoise et du
secteur Championnet, sur lequel la
concertation va se poursuivre.

12

Catégorie A la une, La MétroCommentaires fermés

Le rôle des administrateurs, des caisses locales..


Jean Pierre Gaillard, président de la caisse Régionale du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes ne se lasse pas de marteler que  » notre banque est bâtie sur des valeurs mutualistes qui permettent d’apporter le meilleur à nos clients, à nos sociétaires. Nous sommes proches d’eux et des préoccupations de notre région. C’est dans notre ADN , nous sommes liés à notre territoire..

Pour mieux appréhender ce territoire, ses besoins, ses attentes, le Crédit Agricole sud Rhône – Alpes peut compter sur près de 1000 administrateurs répartis au sein de caisses locales. Administrateurs qui sont en quelque sorte les porte – paroles des sociétaires et des clients.

La caisse locale de Grenoble qui était l’une des plus importante de France avec plus de 47 000 sociétaires a été scindée, voici un an en 4 caisses locales: Grenoble, Meylan-Belledonne, Echirolles et Université et Sassenage -Les deux Rives.

Pour Bruno Tondella président de la caisse locale de Sassenage-Les deux Rives  » cette scission était devenue indispensable car gérer une caisse comme celle qui existait, forte de 47 000  sociétaires était tout simplement impossible. De plus on ne pouvait pas remplir notre rôle, être proche, à l’écoute de clients, des sociétaires.. »

Et de poursuivre:  » Nous avons pour mission essentielle de participer à la vie de notre territoire, qu’elle soit économique, associative, culturelle, sociale..d’écouter, d’être à l’affut des implantations, projets..de faire remonter les infos à la caisse régionale. Nous jouons aussi un rôle essentiel lié à la solidarité. Un sociétaire en difficulté sait qu’il pourra compter sur nous à travers le mécénat, le micro-crédit.. « 

Ce travail est important et varié  » voilà pourquoi nous souhaitons avoir au sein de notre Conseil d’administration des administrateurs  » engagés ».  En un mot on privilégie la qualité à la quantité.. »

La caisse locale de Sassenage – Les deux Rives organise son Assemblée Générale le jeudi 9 février à 19 heures, salle Poly ‘Sons à Noyarey..Le fil rouge de cette rencontre sera: « Accompagnons nos territoires dans un monde en mutation ».

Gilbert Precz

Catégorie grand angleCommentaires fermés

TECHNICENTRE MÉTROVÉLO SASSENAGE


Lancé en 2004, à l’époque du développement médiatisé des premiers services de vélo en libre-service (Vélib à Paris, Vélov à Lyon), exploité depuis 2015 par la société Vélogik pour le compte de la Métropole, Métrovélo propose aux usagers un parc de vélo en constante augmentation.

Précisément, 7 000 vélos jaunes circulent aujourd’hui sur la Métropole grenobloise avec un objectif de 9 000 vélos pour 2020. Métrovélo demeure ainsi le premier service de location de vélo de province en nombre de vélos.

Métrovélo renforce régulièrement son offre de service en proposant des
tandems, des porteurs vélo, des cycles enfants, ainsi que des vélos pliables
et compacts.
La fréquentation du service ne cesse d’augmenter depuis sa création, comme
l’atteste le nombre de journées de location en agence.

Ce succès, accompagné d’une sympathie largement développée autour du
vélo jaune grenoblois, peut être considéré comme un des fers de lance de
l’augmentation très rapide de l’usage du cycle dans le Métropole Grenobloise.

Un technicentre Métrovélo pour plus d’efficacité encore

Ainsi, afin d’améliorer encore la qualité et l’efficacité du service rendu
par Métrovélo, les élus du Conseil métropolitain ont décidé de construire
un centre technique Métrovélo à Sassenage regroupant les deux sites
aujourd’hui essaimés à la gare de Grenoble et à Seyssinet-Pariset. Ce
centre permettra d’accueillir l’ensemble des équipes de Métrovélo, tout en
conservant les deux agences commerciales de la gare de Grenoble et du
Campus de Saint-Martin-d’Hères afin de garder la proximité de relation avec
les usagers.
Lancés en décembre 2016, les travaux s’achèveront en juillet prochain pour
une mise en service dès la rentrée 2017. Le centre technique sera composé
d’un atelier de 275 m2 dédié à la réparation et à l’entretien des cycles, de
locaux administratifs de 120 m2 et d’un espace de stockage de 830 m2, soit en
définitive un bâtiment de 1 400 m2 environ.

Un investissement exemplaire et économe

- Un retour sur investissement à court terme
Le montant global de l’opération représente 1 million d’euros financé pour
moitié par la Région Auvergne Rhône-Alpes et pour moitié par la Métropole. Un
coût à mettre en lien avec les 125 000 euros de frais de location et de charges
du site de Seyssinet qui accueille actuellement l’atelier central ainsi qu’un
espace de stockage de Métrovélo.

-  Une seconde vie pour un site désormais inexploité
Le Technicentre Métrovélo est construit sur une parcelle mise à disposition
par le SMTC moyennant une redevance annuelle d’un euro symbolique.
Le terrain concerné dispose notamment d’une grande halle qui servait
d’extension pour le remisage des bus et qui n’est plus exploitée avec la mise
en service de la ligne de tramway E et l’optimisation du réseau de bus. Le
technicentre Métrovélo est construit sous cette toiture existante.

- Un bâtiment écologique
Le réemploi de cette toiture permet de réduire les coûts de construction,
d’économiser la matière première de couverture et de doter le futur bâtiment
d’un éclairage naturel. Conception bioclimatique, bâtiment à ossature bois,
sobriété dans le dimensionnement de l’équipement, barrière brise-vent
végétale pour protéger les vélos dans la zone de stockage, ce bâtiment fait
figure d’exemple en terme de qualités environnementales.

S’inspirant de la circularité d’une roue de vélo, le bâtiment sera compact et
fonctionnel et réalisé avec un souci d’économie d’espace, minimisant ainsi les frais
de fonctionnement.

Un projet témoin d’un engagement fort de la collectivité
en faveur du vélo et des modes doux

Le Technicentre Métrovélo s’inscrit dans une politique cyclable ambitieuse
délibérée en 2014 par la Métropole. Cette politique, qui ambitionne notamment de
tripler la part du vélo d’ici 2020, s’intéresse à l’ensemble des dimensions de l’usage
du cycle. Le plan d’actions 2015-2020 se décline effectivement en quatre volets :
aménagements de voiries, stationnement des cycles, services vélos et incitation
aux changements de comportements.
Aussi, la collectivité consacre chaque année un budget annuel de près
de 6 millions d’euros en faveur de la politique cyclable.
Plusieurs projets préfigurent la réussite et l’efficacité de cette politique cyclable
sur le long terme.
Les premiers tronçons du réseau cyclable structurant métropolitain ont
notamment vu le jour en 2016 comme sur les rues Camille Desmoulins et Lanoyerie
à Grenoble. Une expérimentation a été lancée sur la signalisation de ce réseau
également.
La réalisation du projet Coeurs de Ville/Coeurs de Métropole Grenoble est aussi un
élément essentiel pour l’avenir de la pratique du vélo, tout comme la démarche
de Métropole apaisée dans laquelle 43 communes de la Métropole sont engagées
aujourd’hui.
Compétente désormais en matière de voirie et d’espaces publics, la collectivité
renforce également son action en faveur du développement des stationnements
cycles sur l’ensemble de la Métropole, en complément des consignes collectives
déployées sur les principaux pôles d’échanges et, dès 2018, sur la Presqu’ile
scientifique.
Enfin, les initiatives menées dans le cadre du Plan de Déplacements Urbains
horizon 2030 du SMTC, ainsi que le futur schéma de mobilité grand sud sont
autant de compléments apportés à une politique de déplacement encourageant
au maximum les déplacements non polluants.

1

Catégorie A la une, La Métro, La MétroCommentaires fermés

Baromètre 2016 de l’emploi en région Auvergne-Rhône-Alpes


Jobijoba,  présente le « Baromètre 2016 de l’emploi en région Auvergne – Rhône-Alpes » , une photographie fidèle de la situation de l’emploi salarié dans la région.

Ce baromètre a été réalisé à partir de l’analyse des offres d’emploi publiées sur Jobijoba.com entre le 1er janvier et le 1er décembre 2016. Il vise à présenter fidèlement la situation de l’emploi salarié dans la région : le nombre d’offres d’emploi, leur localisation, les secteurs qui offrent des opportunités et, au sein de ces secteurs, les métiers les plus recherchés.

LES PRINCIPALES CONCLUSIONS

- Sur les 630 286 offres proposées en 2016, 90,7 % étaient situées en Rhône-Alpes et 9,3 % en Auvergne.

- Les villes de la région offrant le plus d’emplois sont par ordre décroissant : Lyon (142 067 offres), Grenoble (35 151), Saint-Etienne (16 536), Clermont-Ferrand (16 051), Annecy (12 647), Valence (11 880), Chambéry (10 706), Villeurbanne (7 411) et Saint-Priest (6 600).

- Les 5 secteurs qui offrent le plus d’emplois sont 1) L’industrie, 2) Le commerce-vente, 3) Le BTP, 4) La santé, 5) Le transport-logistique.

- L’industrie recherche en priorité des techniciens de maintenance (salaire médian : 25 000 € bruts), des caristes (20 000 € bruts), des régleurs (22 500 € bruts) et des assembleurs-monteurs (21 600 € bruts).

Catégorie région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2018
L Ma Me J V S D
« sept    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+