Tag Archive | "gruyère"

Le gruyère français conserve son nom et ses trous… il est IGP….


Indication géographique protégée - Gruyère français Le Gruyère français va pouvoir conserver son nom, à côté du Gruyère suisse, suite à l’octroi d’une Indication géographique protégée, mais il devra avoir des trous.

Contrairement au Gruyère suisse qui n’en a pas, le Gruyère français doit avoir des trous allant de la grosseur d’un pois à celle d’une cerise.

Pour éviter toute confusion entre les deux, la mention du pays d’origine du gruyère français devra en outre être indiquée dans le même champ visuel que la dénomination Gruyère. Les producteurs français ne pourront pas afficher le blason savoyard sur leurs emballages, afin de ne pas induire de confusion avec le drapeau suisse.

Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt se félicite de l’octroi d’une Indication Géographique Protégée (IGP) au « Gruyère » français.

Cette reconnaissance en IGP permet de préserver un patrimoine culturel et gastronomique. Elle consacre également l’excellence du savoir-faire des femmes et des hommes qui produisent ce fromage.

Points clés :
263 producteurs de lait gruyère français
9 fabricants
7 départements dont 4 majoritaires (la Savoie, le Doubs, la Haute-Savoie, la Haute-Saône)
2000 tonnes
Le gruyère est l’un des plus anciens fromages du paysage français. Fromage de garde, il est produit dès le XIII siècle dans les montagnes du Jura.

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés

Lait: s’installer en nord Grésivaudan


Offre d’association N°461 – exploitation laitière avec transformation
Nord Grésivaudan
Localisation : L’exploitation est située en zone de montagne, sur les contreforts de Belledonne, à une altitude de 550 m, dans un village du canton d’Allevard. Le secteur dispose de tous les services publics, commerces, établissements scolaires. A 10 km de Pontcharra, 30 km de Chambéry et 50 km de Grenoble.
Contexte : Le GAEC a été créé sur une ferme communale en 1993, d’abord à 2 puis 4 associés. Ils ont développé la transformation fromagère (tout le lait est transformé) et la vente directe (fromage, viande bovine, porc).

Afin de remplacer le couple sortant, le GAEC recherche de 1 à 3 associés.

Exploitation : Terres :
90 ha surfaces toujours en herbe + alpage (génisses). Siège à 550 m d’altitude, terres entre 400 et 1000 m (hors alpage). Terrains sur Association Foncière Pastorale.

Cheptel :
55 V.L. de race Abondance, génisses, veaux gras, porcs

Bâtiments : Ferme communale
- 1er bâtiment : (1 100 m²) 50 places VL et 15aine de veaux + séchoir en grange ; local de vente donnant sur salle de traite (2×4 en épis) ; fromagerie aux normes.
- 2ème bâtiment : (500 m²) pour génisses (35 places) + stockage
- 2 caves d’affinage (capacité supérieure à ce qui est produit : 250 000 L)

Matériel :
Matériel complet entretenu, en propriété. Equipements dans les bâtiments en propriété du GAEC (salle de traite, cornadis, chauffe-eau, matériel de fromagerie,…), sauf le pont roulant.

Valorisation :
230 000 L transformés
~20 T de fromage : lait en vente directe (4 500 L), fromages blanc (4-5 000 L), Tomme de Belledonne (80 000 L), raclette (15-20 000 L), Spécialité type gruyère : « le Montgaren » (95 000 L)
Viande bovine, veaux gras, porcs (atelier de découpe ~3,5 t /an)
Vente viande en caissettes,  18 cochons transformés, 8 à 10 veaux gras, 1 à 2 génisses, le reste : réforme et veaux de 8 jours

Commercialisation :
50 % en vente à la ferme : Accueil dans le local de vente (vitre donnant sur la salle de traite) ouvert tous les jours, 3 h par jour.
50 % en vente semi-directe : point de vente collectif, restaurants, GMS localement…

Logement : Possibilité de logement sur place (temporaire : 1 associé y a vécu 2 ans avec sa famille)

Reprise : Résultats économiques :
Produit 2006 : ~ 170 K€ (dont 14 000 € de subventions); EBE = ~ 34 000 €
Résultat de l’exercice 2006 : ~ 20 000 € après rémunération des associés (~ 40 000 €, les cotisations sociales sont payées par la société)

Capital social : 155 500 €, soit 38 875 € par associé.
Reprise des parts sociales.

Atouts de l’offre:
L’exploitation bénéficie d’une production de qualité issue du savoir-faire des associés. Cette qualité est reconnue par une clientèle locale nombreuse. Le potentiel de commercialisation (très forte demande de produits locaux) et les atouts de l’exploitation (bâtiments en location, potentiels de diversification) et de son environnement (attrait touristique) permettront aux candidats de réaliser pleinement leurs projets.

Une réflexion avec les associés présents devra conduire à une organisation du travail visant à respecter les objectifs de chacun, notamment en terme de qualité de vie.

Profil recherché:
Pour 1 des candidats : avoir de bonnes références en terme de transformation fromagère (envisager ~ 80 % de l’activité pour celui là),
Goût pour l’élevage et polyvalence conseillés,
Maturité et qualités liées aux possibilités d’évolution sur le GAEC et les potentiels : commercialisation – vente directe, accueil à la ferme, …

Contact : ADASEA de l »Isère
Nom : Isabelle AVOCAT
Tél : +004 76 20 67 39
E-mail : isabelle.avocat@adasea.net
Offre n°6966 Offre n°6966

Catégorie installationCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juin 2019
L Ma Me J V S D
« mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+