Tag Archive | "Guy Charron"

Fête de la forêt de montagne


C’est une tradition… la deuxième journée de la fête de la forêt de montagne débute par l’assemblée générale de l’association des communes forestières de l’Isère.

Guy Charron, son président rappelant en préambule que l’association regroupe 144 adhérents, communes et communautés de communes. »C’est bien mais j’ai à coeur de susciter de nouvelles adhésions, d’autant plus que les défis qui nous attendent sont difficiles à relever, vue la conjoncture.. »

Et de poursuivre: mobilisons nous car de nombreux changements au sein des hautes instances affectent considérablement nos communes. La forêt/ filière bois ne doit pas être laissée pour compte! »

Et de lancer: » l’élu, qui a différents rôles doit comprendre toute l’importance de sa mission et l’impact fort que peuvent avoir ses actions et décisions pour l’ensemble de la filière bois/forêt. »

Guy charron s’est montré préoccupé  » quant à l’avenir avec ses divers bouleversements: la loi Notre, les réformes territoriales avec la montée en puissance des régions, des intercommunalités, la baisse des dotations de l’Etat, les incertitudes sur la convention Etat-ONF, FNCOFOR font qu’on se demande qu’ elles seront les compétences de chacun et la place donnée à la forêt.. »

Marie Noëlle Battistel, députée mais aussi secrétaire générale de l’association nationale des élus de montagne a tenu a apporter son soutien aux communes forestières  » qui ont très souvent une connotation montagne, avec des problématiques identiques. Oui il faut être vigilants car Bercy, en période de restrictions budgétaires fait des coupes sombres utiles, mais qui demandent parfois un arbitrage.. »

Fabien Mulyk, vice président du conseil départemental en charge de la filière bois/forêt:  » l’appui du département envers la filière bois existe depuis de nombreuses années. La majorité précédente a mis en place un plan de développement voté en 2014. On n’entend pas le détricoter car notre rôle n’est pas de défaire ce qui est efficace mais de l’améliorer. Pour l’instant j’écoute, je consulte.. et des décisions seront prises pour le bien de la forêt, de la filière bois et de leurs acteurs.. ».

Cette AG se poursuivant par le colloque ayant pour thème: produire et récolter durablement du bois en forêt de montagne.

il ne restait plus qu’a se rendre sur le site des montagnes de Lans pour découvrir une multitudes d’animations, toutes axées sur la forêt, les métiers du bois mais aussi des stands comme celui du Syndicat des Trufficulteurs de l’Isère, du groupement des sylviculteurs du Vercors 4 montagne qui a présenté un formidable travail réalisé par les élèves de l’école de St Nizier..

Voyons ceci en photos..


Gilbert PRECZ

Catégorie - filière bois, A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, forêtCommentaires fermés

La fête de l’inovation durable


La fête de la forêt de montagne doit son existence à la volonté de deux hommes, techniciens forestiers et passionnés par la forêt: Hugues Lavoye et Bernard Toutet. Nous étions en 1989. Ils se sont dit:  » Nous n’arrivons plus à vendre nos bois, faisons la fête. » Première édition organisée au Perrier et qui a connu un grand succès, tant auprès des membres de la filière bois que du grand public.

Depuis, la fête de la forêt de montagne est organisée les années impair sur chaque massif de notre département.

Pour cette 14 ème édition, elle aura lieu les 12-13 et 14 juin sur le Vercors, c’est une première, à Lans.

Guy charron, président de l’association des communes forestières, organisatrice de l’évènement rappelle:  » cette fête s’adresse aux professionnels de la filière bois, au grand public et aux enfants.

Le fil conducteur de cette fête est de montrer les spécificités de la forêt de montagne avec ses contraintes, particularités mais aussi son attrait.

On n’ est pas en plaine mais en altitude, avec une forêt souvent en pente, les conditions d’exploitations sont souvent difficiles, il faut déployer de l’intelligence pour exploiter. Il faut aussi motiver les propriétaires à exploiter leurs forêts, pour ce il faut que les cours du bois soient corrects afin que la rentabilité soit motivante.  »

Guy charron est clair :  » en montagne, plus qu’ailleurs, l’exploitation forestière est constituée d’une série de maillons. Si un maillon est défaillant c’est l’ensemble de la chaîne qui en pâti. »

Et de prendre l’exemple des bûcherons. il faut leur fournir du travail mais aussi pérenniser leur travail. Cela implique de leur proposer des contrats sur plusieurs années et à temps plein. en période d’hiver par exemple ils seront dameurs, perchman… Ce concept permet aux bûcherons de fournir du travail de qualité tout en respectant la forêt, de penser durabilité.. »

Guy Charron précise que cette fête sera la fête de l’innovation durable avec des démonstration de débardage par ballon captif.  » C’est une première en Sans titreFrance. C’est une innovation fondamentale qui a pour mission première d’exploiter la forêt de façon durable. « 

Il est à noter que cette démonstration est très attendue. De nombreux décideurs, partenaires, élus.. en provenance du sillon alpin mais aussi de Rhône-Alpes, Paca sont attendus nombreux sur le site.

La fête de la forêt de montagne accueillera les élèves dés écoles de Lans mais aussi de Méaudre, St Nizier.  » Il est important de sensibiliser les enfants sur la forêt, sa fragilité.. « 

Le grand public sera également nombreux tout au long des trois jours que dure la fête.  » Il faut le sensibiliser sur le fait que la forêt appartient à quelqu’un, qu’elle soit domaniale, communale, privée.. que l’on doit la respecter, la préserver car elle est fragile. Expliquer qu’elle est multifonctionnelle. Une desserte forestière l’été sera une piste de ski de fond l’hiver… »

A noter que pendant la fête de nombreuses animations sont prévues mais aussi l’assemblée générale de l’association des communes forestière, un colloque ..

La fête de la forêt de montagne demande une mobilisation générale et ne pourrait se faire sans les partenaires que sont l’ONF, le CRPF, la chambre d’agriculture de l’Isère, l’ONF, mais aussi le Département, la commune de Lans en Vercors, la Communauté de communes du massif du Vercors, Vercors tourisme,…

Gilbert Precz
fete-de-la-foret-de-montagne-2015


Catégorie Communauté de Communes du Massif du Vercors, forêtCommentaires fermés

Assemblée générale de l’association des communes forestières de l’Isère


L’assemblée générale de l’association des communes forestières de l’Isère s’est déroulée à St Pierre de Chartreuse.

Le président Guy Charron a présenté le rapport moral dont en voici les grandes lignes.

« L’Association des Communes Forestières de l’Isère fête ses 60 ans. 60 années d’actions de sensibilisation, de promotion et de valorisation et de défense du patrimoine forestier communal et je suis très fier de porter aujourd’hui, à la suite de mes prédécesseurs les valeurs de cette Association née en 1954 et qui est devenue un partenaire à part entière dans le monde forestier mais aussi auprès des différentes instances institutionnelles
comme l’Etat, la Région, le Département.

L’Association des Communes Forestières de l’Isère n’est pas une association isolée.

Elle appartient à un réseau dynamique, actif, volontaire et compétent, au sein duquel on retrouve la Fédération Nationale des Communes Forestières, 10 Unions Régionales (l’Uracofra en Rhône- Alpes), une cinquantaine d’Associations départementales représentant plus de 5000 collectivités.
En Isère, nous comptons plus de 140 adhérents (communes et communauté de communes), mais j’ai à coeur de susciter de nouvelles adhésions devant à la fois les nombreux défis et les nouvelles opportunités qui se dessinent pour les prochaines années.

Une loi d’avenir en faveur de la forêt nous est annoncée pour cet automne. Le gouvernement a lancé en début d’année un plan national d’action à la modernisation des entreprises de la transformation du bois, une nouvelle programmation des crédits européens FEADER pour 2014-2020, sans parler de la politique sur le massif alpin.

Cette nouvelle mandature doit susciter l’envie et l’intérêt de tous les élus vis-à-vis de la filière forêt-bois et c’est en ce sens que nous travaillerons par le biais de formations, de sensibilisation et de projets.

L’élu, à la fois décideur, aménageur du territoire et maître d’ouvrage, doit comprendre toute l’importance de son rôle et l’impact fort que peuvent avoir ses actions et décisions pour l’ensemble de cette filière.

Une filière dynamique et volontaire qui a besoin de soutien pour ; investir, se moderniser, améliorer son image, qualifier sa main d’oeuvre, favoriser les groupements de compétences ou d’équipements et maintenir l’emploi et la vitalité des territoires ruraux.

Aujourd’hui les enjeux forestiers sont multiples

- mobiliser plus de bois tout en respectant l’environnement et en préservant la biodiversité,
- sécuriser l’approvisionnement des chaufferies, hangars et scieries,
- valoriser la ressource bois en circuits courts, notamment dans la construction,
- structurer une filière bois énergie durable,
- atteindre un équilibre sylvo-cynégétique permettant à la fois la régénération naturelle de nos forêts et le maintien des populations de grands gibiers,
- répondre aux demandes sociales croissantes tout en respectant la vocation première de nos forêts qui est la production de bois,
- ouvrir le dialogue et trouver des solutions aux différents conflits d’usages notamment sur le partage de la voirie forestière et le ramassage abusif des champignons,
- tendre vers la valorisation des aménités forestières en développant, entre autre, la fonction puits de carbone de la forêt.

En effet, les territoires et plus particulièrement les territoires de projets forestiers comme les Chartes Forestières de Territoires, sont les lieux privilégiés où, à travers une animation spécifique, des partenariats, de la concertation et la mobilisation des forces vives du territoire, se
traitent les enjeux et problématiques de la filière forêt-bois.
Devant la réforme des collectivités locales, la montée en puissance des Régions et des Intercommunalités, des questions nouvelles devront se poser.

Quelles seront les compétences de chacun et quelle sera la place donnée à la forêt ?

Aujourd’hui, le Conseil d’administration de l’Association a été renouvelé et les nouveaux membres sont prêts à travailler ensemble et avec nos partenaires pour défendre et valoriser l’ensemble du patrimoine forestier communal et soutenir les initiatives des différents acteurs de la filière forêt bois.  »

Catégorie - filière bois, forêtCommentaires fermés

Lans en Vercors:  » garder notre identité »


Lans en Vercors, commune membre de la communauté de communes du Massif du Vercors a, lors des dernières élections municipales, choisi une nouvelle équipe. Michael Kraemer succédant à Jean Paul Gouttenoire comme maire.

Michael Kraemer, ingénieur, s’est installé à Lans en 2006. Après un temps d’adaptation, il se lance, en 2009 dans le débat concernant le projet photovoltaïque.  » J’étais totalement opposé car on pouvait utiliser le soleil autrement que de détruire la forêt » dit-il sans détours.. Très intéressé par la vie publique, il a assisté à tous les conseils municipaux, dans les rangs du public… jusqu’au jour ou Guy Charron, ancien maire, son voisin, lui propose de rejoindre une liste qui se constituait.  » J’ai accepté car la politique au sens de l’exercice du pouvoir ne m’intéresse pas. Par contre, en ce qui concerne le fonctionnement d’une collectivité : oui.. J’ai d’autant plus adhéré à cette liste par le fait qu’elle était constituée d’un panel de personnes bien représentatives de Lans. Des personnes motivées, sans aucune ambition politique.. » Une liste qui obtiendra la majorité…

maire lansMichael Kraemer n’était pas du tout candidat au poste de maire, : » l’équipe municipale fraîchement élue m’a fait confiance… Mes premières paroles étant:  » je souhaite que notre travail, nos décisions, soient menés de façon collégiale. »

Cela est d’autant plus judicieux que le maire a conservé son emploi sur Grenoble.  » Concilier vie municipale et vie professionnelle n’est pas facile. Le partage des tâches, des responsabilités.. était indispensable. « 

S’il devait définir son programme, le maire dirait:  » avoir des idées communes de bon sens pour une commune tournée vers l’intercommunalité.  »

Plus précisément il souhaite que Lans garde son identité, son caractère et que la commune évolue de façon harmonieuse:  » Lans est une commune rurale avec ses avantages, ses contraintes.. » L’une des préoccupations majeure reste le transport.  » nous sommes nombreux à descendre travailler en bas.. Cela pose de gros problèmes. Au niveau de la commune il est difficile de mettre en place des transports en commun car on a un habitat dispersé. Sinon le dossier transport doit être une priorité de l’intercommunalité. »

Justement, l’intercommunalité, comment il la voit?  » Elle doit être menée dans le cadre d’une mutualisation. Prenons un exemple précis. Il y a des salariés qui sont employés à temps partiel sur plusieurs collectivités. Ne serait-il pas plus simple de faire à ces employés un seul contrat de travail? La mise en place d’un PLUI va également dans ce sens. il en est de même pour la gestion des zones artisanales, commerciales, pour les offres touristiques… »

Michael Kraemer souhaite fortement  » avoir de bonnes relations avec le Parc Régional du Vercors. nous devons travailler ensemble afin de préserver le Vercors, son identité. Cela ne veut pas dire de se renfermer, bien au contraire. Sachons nous ouvrir de façon intelligente, durable..  »

Le maire de Lans est opposé au nouveau découpage cantonal tel qu’il est présenté..  » Nous devons défendre notre territoire, mais aussi notre chef lieu de canton: Villard de Lans. Il me parait inconcevable que l’on perde un certain nombres de services et donc notre autonomie sur notre territoire…et je ne suis pas le seul à le penser… »

Gilbert Precz
resizer

Catégorie Communauté de Communes du Massif du VercorsCommentaires fermés

Communes forestières de l’Isère: dense activité


L’Assemblée Générale des Communes forestières de l’Isère s’est déroulée le 4 octobre à Jarrie en présence, en particulier, de Marie-Noëlle Battistel député de l’Isère, de Charles Galvin et Gilles Strappazzon, Conseillers généraux.

AG_COFOR38_2010

Le président Guy Charron y a présenté le rapport d’activité assez dense de l’année écoulé et a abordé les questions d’actualité (loi de modernisation agricole…).

Pour l’association, l’année 2009 a été notamment marquée par l’organisation de la 11ème Fête de la Forêt de Montagne à Chichilianne, par l’organisation de plusieurs formations sur les modes de ventes des bois et le débardage par câble, par la réalisation d’une enquête auprès de l’ensemble des communes forestières du département, mais aussi par l’accompagnement à l’émergence d’une charte forestière de territoire dans le sud-Isère (Beaumont – Matheysine – Valbonnais – Oisans et Vizillois).

Suite à la partie statutaire, le directeur de l’agence Isère de l’ONF a dressé le bilan annuel des ventes de coupes de bois.

Ces ventes ont été marquées par une augmentation de la demande, et donc des prix du bois sur pied. Les grosses unités ont pu s’approvisionner, mais une inquiétude s’est faite jour pour la pérennité des petites unités de sciage réparties sur les territoires forestiers qui ont eu du mal à acquérir des lots lors de ces ventes.

Les contrats d’approvisionnement, dont les prix ont été revus à la hausse, doivent donc encore se développer pour sécuriser l’approvisionnement de tous les scieurs, mais aussi pour permettre une meilleure visibilité des chantiers aux Entrepreneurs de Travaux Forestiers (ETF), maillon fragilisé de la filière forêt-bois départementale.

Pour clôturer cette assemblée générale, la démarche « Bois des Alpes » de valorisation des bois locaux dans la construction, a été présentée aux élus par le Président de l’Association Bois des Alpes, Jean Bernard. Cette démarche se trouve actuellement dans une phase opérationnelle de validation du référentiel auprès des entreprises et des maîtres d’ouvrages (notamment un bâtiment communal de St Jean d’Arvey).

Catégorie - filière boisCommentaires fermés

Ressources forestières: atouts et limites des démarches territoriales


A l’initiative de l’ UNCOFOR , les Troisièmes rencontres nationales des chartes forestières de territoires se sont tenues à Chambéry les  23 et 24 novembre. Les participants à ces deux journées de travail et d’échanges  ont visité le PNR de Chartreuse à travers quelques éléments vitaux de la filière bois tels que  le Centre de séchage, les scieries, etc. Ils ont pris connaissance de la démarche AOC Bois de Chartreuse, actuellement en cours, ainsi que de la création par le CIBC d’un stock permanent de bois sec et raboté.

En Chartreuse, à l'occasion d'une visite de scierie avec le CIBC

En Chartreuse, à l'occasion d'une visite de scierie avec le CIBC

Nous vous donnons ici un aperçu des débats à travers l’Atelier 2, présidé par Guy Charron, président des Communes forestières de l’Isère et animé par Gilles Rey-Giraud, responsable de l’équipe Politiques territoriales d’ETD. Le thème en était : « Valoriser  les ressources forestières locales pour un développement durable des territoires ».

L’ objectif de cet atelier était d’une part d’échanger sur les expériences de territoires visant à valoriser économiquement les ressources forestières locales, d’autre part d’identifier les principaux freins à l’organisation et au développement de filières bois s’appuyant sur la ressource locale et esquisser des pistes pour les lever.

A la base du questionnement, un paradoxe: l’ utilisation du bois est en augmentation dans notre pays mais le bois est massivement importé.

D’où cette série d’interrogations de Guy Charron:

Bois construction:

- Peut-on mieux adapter l’offre de bois local aux demandes de l’aval et de quelle manière?

- Quelle stratégie de modernisation de la première transformation?

- Comment rendre plus lisible l’offre de bois local?

Bois énergie:

- Indépendance ou pas de la filière bois-énergie?

- Prescription du bois local dans les projets bois construction et bois énergie?

- Rôle de l’Etat et des différentes collectivités dans le développement d’une filière bois locale?

Atouts des démarches territoriales

-Existence d’une ressource forestière de qualité, abondante, même si elle est mésestimée et sous-valorisée

-Des marchés de proximité qui peuvent être plus exploités

-Un réseau de petites scieries sur des marchés de niches

-Des démarches professionnelles novatrices sur des territoires, qui se font jour grâce aux dispositifs existants (CFT, PDM, PAT, politiques départementales et régionales…)

Limites des démarches territoriales

Elles sont plus nombreuses qu’on le pense. Guy Charron en a proposé une liste qui n’est sans doute pas exhaustive :

- Un bois local produit au-dessus du prix du marché international (concurrence des bois importés)

- Une commande publique freinée par l’impossibilité de flécher le bois local

- Des prescripteurs qui, faute d’information ou de ressource locale, ont tendance à proposer des standards inexistants sur le territoire

- Archaïsme d’une partie de la seconde transformation (utilisation de bois vert massif )

- Un comportement encore souvent individualiste

- Des documents d’urbanisme qui ne prennent pas en compte la forêt et ne favorisent pas toujours l’usage du bois

- Insuffisance d’outils agréés pour le classement des bois, adaptés à la réalité locale (essences, taille, prix)

Propositions

Il y a donc du pain sur la planche pour parvenir à valoriser de façon cohérente et durable la ressource locale à l’échelle des territoires. Mais le mouvement est en marche. Des outils ont vu le jour, des initiatives ont été prises ça et là mais il reste à transformer l’essai. Guy Charron formule quelques recommandations :

- Donner et se donner les moyens de généraliser la production locale de bois séché, classé et transformé

- Intégrer dans les cahiers des charges de la commande publique la valeur ajoutée environnementale et sociale des bois locaux

- Développer au plan national des analyses permettant de démontrer cette valeur ajoutée, traduites en outils opérationnels

- Travailler en amont avec les prescripteurs pour l’intégration de critères favorisant l’utilisation du bois local

- Favoriser et soutenir les démarches territoriales expérimentales de mise en lien des acteurs et de rapprochement entre offre et demande (labellisation, certification,…)

- Mettre en réseau les différentes démarches à l’échelle des massifs d’une part, à l’échelle nationale d’autre part

- Prendre exemple sur les démarches agricoles qui fonctionnent

- Maintenir et augmenter les moyens humains permettant de constituer des « grappes » d’acteurs locaux

- Communiquer sur l’importance de consommer du bois local dans les territoires

Catégorie - filière boisCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

novembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+