Tag Archive | "Henri Gras"

Fête de la forêt et du Bois, le Grand Serre


La 8ème fête de la forêt et du bois s’est déroulée au Grand Serre sous un soleil radieux, même chaud.. Durant les deux jours différentes animations ont passionné le nombreux public. On a remarqué également de nombreux exposants touchant le monde du bois mais aussi ceux de l’agriculture, de la ruralité..

Le CHAMPIONNAT DE FRANCE DE COUPE DE BOIS SPORTIVE et le TROPHÉE DES GRUMIERS  ont bien entendu connu une forte influence.

Plusieurs conférences réservées aux professionnels mais aussi au grand public se sont déroulées durant les deux jours. Il a beaucoup été question de l’avenir de la filière bois.. Parmi les interventions nous avons retenu celle d’Henri Gras, président de l’Union des groupements de développement forestier  de l’Isère.

Il a présenté à l’auditoire la forêt privée..

La Superficie de la forêt française est de 16 millions d’hectares pour 3.500.000 propriétaires forestiers privés.
En Rhône-Alpes : 1,54 million d’hectares pour 450.000 propriétaires forestiers privés.
Cela représente 10.000 entreprises et 60.000 emplois directs.
En Isère : 178.000 hectares de forêts privées : 70% des surfaces boisées : 92.400 propriétaires forestiers privés.
Dans la Drôme : 241.000 d’ha de forêt privée 70 % des surfaces boisées : le nombre de propriétaires est hallucinant près d’un million !!

Les essences forestières se répartissent de la sorte:

- chêne : 22%
-  châtaignier : 17 %
- hêtre : 8 %
-  autres feuillus : 19 %
-  épicéa commun : 16 %
-  sapin pectiné : 8 %
-  autres résineux : 10%

Il a présenté l’UGDFI, son rôle

- L’Union Des Groupements pour le Développement Forestiers en Isère, l’UGDFI, est constituée par 8 Groupements pour un total de 1.600 adhérents.
1) Il soutien d’une manière importante (financière) les ASLGF en cours de constitutions ou existantes, dont l’objectif est de mobiliser la ressource.
2) Il sera porteur des CETEF départementaux,  ceci à fin de permettre à certains propriétaires privés de progresser dans l’innovation et de travailler avec la recherche.
3) Il va proposer, grâce au travail de ses groupements, un plan départemental de desserte forestière, un travail de contact avec les structures (CRPF — Chambre d’ Agriculture)..

Il a rappelé que l’UGDFI travaille en étroite concertation avec les les élus départementaux et Régionaux qui reconnaissent le travail des Groupements, ainsi que l’apport très positifs qu’ils peuvent apporter dans le cadre d’une nouvelle politique à la recherche d’une plus grande efficacité financière. »
«   l’UGDFI par la voix de son président à une préoccupation première c’est d’avoir une représentativité incontestable  » a t-il rajouté.

Aux partenaires que sont la région, les départements de la Drôme et de l’Isère, il faut rajouter les chambres d’Agriculture et bien entendu le CRPF. Henri Gras rappelant tout de même:  » Le CRPF a pour mission première de mettre en place des techniciens au service de tous les propriétaires forestiers privés. Ces derniers bénéficient donc de leurs conseils.
Aujourd’hui les restrictions budgétaires sont bien présentes avec pour conséquence un manque de techniciens. Ceci est dommageable pour les propriétaires forestiers privés qui ont l’impression d’être abandonnés. »

Le président de l’UGDFI a bien entendu paré d’avenir:

 » La gestion à la Papa est révolue ! »

Au cours de ces dernières décennies les bois ont été plus ou moins Jardinés. Il est vrai que beaucoup se chauffaient au bois (il y en a encore un certain nombre).
Puis les mariages, l’éloignement sur l’hexagone, les successions avec un nombre incalculable d’indivisions font que le morcèlement perdure !!
Des nouveaux propriétaires reçoivent des bois, mais les donateurs gardent l’usufruit !!! Sur deux têtes !!!

Il y a ceux qui ont pensé à la donner, cette forêt, aux enfants : parfait, mais en conservant l’usufruit sur deux têtes : quelle erreur !!!
Conséquence : les enfants ne se sont jamais senti propriétaires et la forêt ne les a pas vus.
Il y a ceux qui malheureusement peu nombreux (je ne cesse pour ma part d’enfoncer le clou à chaque fois que je le peux) ont fait donation à un ou plusieurs petits enfants (je rappelle que l’on peut donner à des mineurs, le notaire vous donnera la marche à suivre.

Il y a ceux qui ont pensé à la donner, cette forêt, aux enfants : parfait, mais en conservant l’usufruit sur deux têtes : quelle erreur !!!
Conséquence : les enfants ne se sont jamais senti propriétaires et la forêt ne les a pas vus.
Il y a ceux qui malheureusement peu nombreux (je ne cesse pour ma part d’enfoncer le clou à chaque fois que je le peux) ont fait donation à un ou plusieurs petits enfants (je rappelle que l’on peut donner à des mineurs, le notaire vous donnera la marche à suivre.

La forêt, la filière bois a un gros souci:  » le prix de vente est dérisoire. Par exemple: 120 euros dans les années 70 pour de l’épicéa payé aujourd’hui à peine 45 euro. C’est bien insuffisant pour replanter et entretenir pendant de longues années »

Henri Gras également abordé les thèmes comme les dessertes forestières:  » C’est  un des moyens de valorisation. Elles permettent un accès aux propriétaires forestiers, aux bûcherons et aux divers engins d’exploitation. » l’Assurance, la démarche PEFC:  » c’est faire de ses forêts de la gestion sylvicole durable en bon père de famille et permettre ainsi de pouvoir vendre ses bois. »…

Catégorie - filière bois, UGDFICommentaires fermés

Assemblée Générale de l’AFTBM


L’Assemblée générale de l’ Association Forêts Trièves-Beaumont-Matheysine s’est déroulée à St Martin de Clelles.

Patrick Chion, au premier plan avec à ses côtés Henri Gras, président de l'UGDFI

Patrick Chion, au premier plan avec à ses côtés Henri Gras, président de l'UGDFI

Patrick Chion, président de l’AFTBM a d’emblée souligné:

 » parmi les axes forts qui ont marqué l’année 2015 on retiendra

- le soutien apporté par l’A.F.T.B.M. a permis la création de l’A.S.L.G.F. Alpes Sud-Isère..

Après la mise en place de l’A.S.L.G.F Alpes Sud-Isère en 2014, celle-ci poursuit son développement sous le signe de la réussite puisque aujourd’hui elle compte 83 adhérents et 700 hectares de superficie, soit une place de 2ème au classement des A.S.L.G.F. en Rhône-Alpes,

- si la production de plaquettes bois a été reprise par l’entreprise Pélissard, nous pouvons regretter la fermeture de l’unité de séchage des bois à         Saint Michel les Portes,

- les coupes rases en forêts dans le Trièves ne sont plus notre préoccupation, des règlementations existent, ainsi que des alternatives. Je rappelle qu’il appartient à chaque propriétaire de vérifier avant toute coupe de bois si celle-ci est libre de réalisation en Alpes Sud-Isère, ou soumise à démarche préalable. »
A retenir: pour plus de renseignements contacter Rémy MALLEIN au 06 75 32 19 11

L’A.F.T.B.M. Alpes Sud-Isère, depuis 1982, a pour mission de regrouper et de représenter les propriétaires forestiers adhérents de soutenir les actions de développement et de valorisation des bois conduites par l’A.F.T.B.M.

On peut citer:

Traçabilité et valorisation des bois locaux,

Achats de plants feuillus ou résineux,

Achats de protections de dégâts de gibiers ,

Aider les propriétaires en accompagnant un plan de reboisement proposé par la Charte forestière de territoire du Trièves et avec la Communauté de communes du Trièves

Patrick Chion a rappelé: une proposition de convention a été présentée le 30 mai 2016 au Conseil d’administration de l’A.F.T.B.M pour validation le 18 juin 2016 lors de la présente assemblée générale.

Nous souhaitons redonner une impulsion avec ce fond de reboisement confié à l’A.F.T.B.M. Je rappelle que sur notre territoire il y  11 ans, nous plantions chaque année 6.000 plants et depuis 2005, il ne se plante plus rien sur notre territoire…

A découvrir aussi les diaporamas qui résument l’intervention de  Marie Chenevier, animatrice Charte forestière du Trièves

présentation reboisement AG AFTBM

CR_colloque_AFTBM

Une collation très conviviale a conclu cette 34ème assemblée générale.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Piqure de rappel!


A l’assemblée générale de L’association Forêt Trièves Beaumont Matheysine, Henri Gras président de l’’Union des Groupements de développement forestier de l’Isère a fait une intervention remarquée.. Il s’agit d’une piqure de rappel a t-il annoncé en préambule.

Henri Gras avec à ses côtés Patrick Chion, président de l'AFTBM

Henri Gras avec à ses côtés Patrick Chion, président de l'AFTBM

Les groupements ont été crées vers 1983 à l’initiative du CRPF.
Aujourd’hui il y a 1600 adhérents répartis sur 8 groupements :
VALFOR (Nord ISERE) -  Apub-VALDAINE – BONNEVAUX CHAMBARAN-
VERCORS GS4M -BELLEDONNE—TRIEVES – TRUFFICULTEURS – CHARTREUSE
Ces Groupements se sont fédérés en une UNION des Groupements pour le développement Forestier en ISERE loi 1901 ( UGDFI ) il y a plus de 20 ans
Les groupements sont administrés par un Conseil d’administration. ils gèrent leurs impératifs sylvicoles.

L’ UGDFI est la représentante de tous les propriétaires forestiers privés du Département.
Elle est composée de tous les présidents et des membres des Conseils d’administration de chaque groupement.

Notre journal Sylve38, qui paraît 4 fois par ans est suspendu, ceci afin de nous permettre de faire une nouvelle mouture qui devrait être plus attractive. Il sera édité en octobre..
Depuis ce début d’année 2016, on note un regain d’activité et une participation très importante à vos assemblées Générales.
Les ASLGF vont bien (même si le manque de techniciens est flagrant.)
Votre Groupement, l’AFTBM, à l’initiative de votre Président progresse, avec 700 ha, grâce aussi à son conseil d’administration.. »

Henri Gras est satisfait de noter que « Les relations avec nos nouveaux élus départementaux se passent bien, dans un esprit constructif »

Et de poursuivre « Notre assureur AVIVA nous conserve son soutient avec une cotisation de 0,18 centimes l’Ha.
Travaillons avec encore plus d’ardeur dans nos forêts, restons unis, soudés, bien regroupés ce sera notre force.
La dispersion ne peut être efficace. Laissons de côté les divergences d’appréciations qui parfois se font jour. Notre seul et unique préoccupation c’est l’avenir de l’amont, donc de notre patrimoine.

Il n’y a pas de petits propriétaires forestiers ni de gros ou très gros propriétaires forestiers privés, mais un ensemble inséparable.
Ce qui, vous le comprendrez représente la forêt Française dans toute sa diversité.


Nous travaillons avec des partenaires (associations) qui sont de plus en plus nombreux et je comprends que vous vous perdiez un peu, voire beaucoup avec tous ces sigles.. moi-même qui les emploie, j’ai parfois de la difficulté.
Exemple : FRANSYLVA rassemble aujourd’hui, tous les Présidents départementaux des syndicats de propriétaires forestiers privés adhérents par l’intermédiaire des groupements ou adhérents directs des syndicats (pour nous l’Isère UFP38 )
Nous devons avoir un syndicat fort pour qu’il nous représente ,pour nous défendre auprès des Collectivités territoriales etc. »

Henri Gras a enfin rappelé qu’il fallait penser gestion durable de la forêt en adhérant à la démarche PEFC. »

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Henri Gras à l’honneur..


C’est Pierre Ribeaud, député qui l’a rappelé:  » la légion d’honneur, créée par Napoléon est la plus la plus haute distinction française. Elle  récompense les citoyens les plus méritants dans tous les domaines d’activité.. Pour être distingué il faut avoir servi la nation et être irréprochable..A la vue de votre P1080895parcours tant militaire que civil, Mr Gras vous méritez amplement cette haute distinction.. »

Pierre Ribeaud qui a succédé à François Brottes, a apprécié d’avoir rencontré Henri Gras pour parlé forêt  » j’ai trouvé en vous un homme passionné, déterminé à faire avancer la filière bois

Eliane Giraud, sénatrice, Membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées :  » votre parcours militaire est tout simplement exemplaire.. C’est grâce à des hommes de votre trempe, qui avez et qui servez la nation, sans relâche, que la France est grande, indépendante, respectée.. » Eliane Giraud rappellera aussi que Henri Gras s’est beaucoup investi  » et continue à le faire  » au sein de la filière bois pour que celle ci prospère. »

Fabien Mukyk, conseiller départemental, vice président en charge de la forêt:  » cela fait un an que j’ai en charge la forêt au  niveau départemental. Je côtoie donc depuis fréquemment Henri Gras. Un homme passionné par la forêt, son évolution, le développement de la filière bois. « 

Charles Galvin, son parrain a lui aussi évoqué l’investissement d’Henri Gras au sein de la filière bois.  » Vous l’avez découverte à travers le groupement des sylviculteurs de Belledonne. Vous avez très rapidement compris les rouages de la filière et intégré l’Union des groupements de développement forestier de l’Isère. L’UGDFI qui représente l’amont de la filière, les propriétaires qui sont le premier maillon de la chaîne, donc un maillon indispensable pour une filière qui joue un rôle important en Isère, tant au niveau environnemental qu’économique..  » Et de compléter: Avec abnégation vous avez su mobiliser les propriétaires, les faire évoluer, les aider à monter les ASLGF qui sont un outil indispensable pour bien gérer sa forêt..

Henri Gras c’est la forêt certes mais aussi et surtout une longue carrière effectuée dans l’armée.

C’est  Martine BUCHOT présidente de la Caisse  Nationale des Rertaités Militaires qui s’en chargera:  » A 20 ans Henri Gras part au service militaire.
A peine arrivé à CONSTANTINE, après les classes son envie de gravir tous les échelons de la hiérarchie militaire, vont en s’accélérant.
A 23 ans chef de poste, il est promu maréchal des logis chef.
Ses résultats sont probants. Il est appelé par le Général Cdt la zone Algéroise en mai 1961 à prendre le commandement du groupe de renseignements d’exploitations.
C’est alors que les succès obtenus avec ses hommes, lui font recevoir la valeur militaire avec étoile de bronze et citation à l’ordre du régiment portant mention : entraînant par son exemple au cours de nombreux accrochages avec les rebelles ..
Il passe avec succès les brevets techniques du 1 et second degré d’artillerie.
Admis dans le cadre des sous officiers de carrière en 1963 il est promu au grade d’adjudant le 1 octobre 1966.

Une nouvelle ouverture pour encore progresser: ce sont les brevets d’armes spéciales réussis.Il est  promu adjudant chef le 1 janvier 1970.
Le 31 décembre 1973 il est décoré de la médaille militaire puis de la croix du combattant en 1978.
Il quitte le service actif le 1 juillet 1976, et continue les périodes de réserves . En Octobre 1983, Henri Gras est promu major. Il continue les périodes de réserve Jusqu’en 1989.
Rattrapé par la première guerre du golf, il est rappelé en service actif. Définitivement démobilisé en 1993.

Henri Gras a donc passé 39 ans au service de la France, 39 années bien chargées, passées parfois dans des conditions périlleuses, en Algérie principalement.

Sa carrière militaire, son dévouement auprès de la vie associative, son attachement à la forêt… Oui la légion d’honneur que lui a remise Charles Galvin au nom du Président de la République est largement méritée..

Avant d’inviter les élus, personnalités, très nombreux, ses amis,à un pot convivial,  Henri Gras entouré de sa famille a eu ces quelques mots, très simples, introduits par une citation de JOUBERT, moraliste:<Au lieu de me plaindre que la rose a des épines, je me félicite de ce « que l’épine est surmontée de roses et que le buisson porte des fleurs  >.
 » Cette pensée est à l’image de ma vie et bien souvent  le rosier n’a pas eu beaucoup de belles rose..
Mes débuts ont été remplis d’épines poussées sur des événements tragiques. En effet né 4 ans avant la seconde guerre, j’ai connu l’exode avec ma mère – mon père lui était prisonnier- les privations, mes grands parents n’avaient eux non plus pas grand-chose.
Mon grand père m’aida à poursuivre mes études jusqu’au bac . Il a suppléé mon père.

Puis à 20 ans je pars au service militaire..et vous connaissez la suite… »

On retiendra qu’Henri Gras a réussi le tour de force de réunir les trois derniers conseillers généraux en charge de la forêt. Tout d’abord Gérard Arnaud qui a initié la politique départementale de la forêt, Charles Galvin lui a succédé et depuis mars 2016, c’est Fabien Mulyk qui a en assure la charge comme vice Président du Conseil Départemental.

Gilbert PRECZ


Catégorie - filière bois, UGDFI, forêtCommentaires fermés

Assemblée générale de l’UGDFI


L’assemblée générale de l’Union des groupements de développement forestier en Isère est toujours un moment attendu par l’ensemble de la filière bois. Elle permet de prendre le pouls auprès des propriétaires forestiers, premiers et donc maillons essentiels de cette filière bois qui souffre..

1

Le rapport moral du président de l’UGDFI étant le moment fort, incontournable de cette réunion annuelle.

Celui ci a été présenté par Henri Gras, Président en exercice.

 » L’année 2015 est  » mitigée »..avec des craintes et des satisfactions. » Une année charnière avec l’élection du nouveau conseil Départemental:  » la majorité a changé lors des élections de mars et j’ai de suite eu le sentiment que nos nouveaux élus avaient une priorité, c’était de faire avancer la filière et en particulier l’amont.  » une preuve le budget validé par l’ancienne majorité a été maintenu dans sa globalité. »

« Les rencontres successives  démontrent que nous pouvons  compter sur le Conseil Départemental de l’Isère pour être à notre écoute à travers Robert Duranton et Fabien Mulyk, respectivement conseiller Départemental en charge grasde l’agriculture et de la forêt. »

Pour justifier ce soutien le président Gras a rappelé:  » En 2015, les Groupements ont fait mieux que se défendre devant les difficultés financières du CRPF qui peine à maintenir ses techniciens sur les territoires, malgré toute la bonne volonté de René SABATIER ingénieur. »

Et d’argumenter: » c’est très  dommageable, car le terrain occupé par un technicien a pour effet direct l’apport de nouveaux adhérents et le développement des ASLGF ou leurs créations et le renforcement et la sûreté des propriétaires forestiers privés vis-à-vis des groupements.

Il est vrai que les techniciens  appartiennent au CRPF et sont destinés à tous les propriétaires forestiers privés du Département. »

Et de lancer : « Comme tout le monde le sait, les années vaches maigres sont  de retour, et pour combien de temps encore !!!. »

Afin de prévenir de cette période, les dépenses ont été maitrisées  » en prévoyance du désastre monétaire.. »

Cela n’a pas empêché l’UGDFI d’apporter son soutien aux initiatives parmi lesquelles les créations d’ASLGF…

Des fonds et subventions en baisses, c’est certain  » mais  je ne veux pas être  pessimiste,  nous devons,  quoiqu’il arrive, continuer à avancer. Nos bois ne connaissent pas la crise ,ils continuent de pousser . Seul bémol leur prix d’achat. » Henri Gras demande fortement que «   la mécanisation de nos bois doit se faire rapidement ainsi que la traçabilité longtemps décriée. »

Henri Gras a lancé un appel: » Je tiens à réaffirmer, que ,nous demandons à tous les  propriétaires   forestiers privés de rejoindre les Groupements, de souscrire à PEFC et d’adhérer au syndicat, car l ’important pour l’UGDFI est que  la  filière bois progresse et que l’amont soit, et reste, le premier maillon de la chaîne.. »

Et de conclure:  » fermons les yeux, et fonçons, en avant, la forêt nous appelle. Ce n’est pas être guerrier, mais c’est avoir de la logique et du bon sens.. Mais trop peu d’échos sont donnés à la force de sa voix. »

Guénaëlle SCOLAN directrice de Créabois Isère:  » la période est compliquée, le marché de la construction, dans sa globalité a chuté de 27% entre 2012 et 2014, celui de la construction bois est dans le même créneau: -27%…l’année 2015 n’annonce pas de reprise, elle sera mauvaise..Les entreprises souffrent mais aussi tous les maillons de la filière: bucherons, transporteurs et surtout les scieries.. »

René Sabatier, au nom du CRPF:  » le CRPF Auvergne-Rhône-Alpes se met en place, d’ou un certain flou qui va rays’atténuer .. »

Albert Raymond, vice Président de  l’Union des forestiers privés de l’Isère:  » l’ASLGF est un outil formidable mais est très complexe à mettre en place. L’ASLGF doit être au service d’un projet bien construit. Il faut bien travailler les statuts et faire attention aux petites parcelles, elles posent plus de problèmes.. »

2

L’Assemblée Générale étant élective, plusieurs membres ont intégré le Conseil d’administration de l’UGDFI. Celui ci a réélu Henri Gras à la présidence..

Gilbert PRECZ





Catégorie - filière bois, UGDFI, forêtCommentaires fermés

ASLGF Alpes sud Isère : une progression qui s’affirme de jour en jour !


L’assemblée générale de l’Association libre de gestion forestière, l’ASLGF Alpes sud Isère s’est déroulée à St Martin de Clelles en présence de nombreux adhérents, personnalités de la filière bois et élus.

Patrick Chion, président de l’ASLGF a noté:  » la progression de plus en plus marquée de l’Association Syndicale au niveau du département,  celle ci  a été fondée en Octobre 2013 et regroupe à ce jour 82 propriétaires pour une surface de 646 ha englobant non seulement le Trièves mais à terme le Beaumont et la Matheysine et certaines communes de la METRO du Sud-Grenoblois.

Patrick Chion présente l'excellente progression de l'ASLGF Alpes sud Isère. Il est entouré d'Henri Gras, président de l'UGDFI et Fabien Mulyck vide Président du Conseil Départemental en charge de la forêt

Patrick Chion présente l'excellente progression de l'ASLGF Alpes sud Isère. Il est entouré d'Henri Gras, président de l'UGDFI et Fabien Mulyck vide Président du Conseil Départemental en charge de la forêt

Ce résultat, cette forte progression et ce dynamisme sont tout simplement remarquables mais ce n’est pas une fin en soi puisque  » l’objectif est d’atteindre 1000 ha voire 1500 ha, ce qui permettra le cas échéant le regroupement de la plupart des opérations forestières et notamment la  vente du bois par lots auprès des acheteurs et scieurs locaux. »

Rémi Mallein, technicien a précisé pour sa part que que le montage du PSG collectif est  déjà commencé sur 248 parcelles de 262 ha et sera poursuivi en 2016 sur une surface de 337 ha. Une première tranche devrait être soumise au CRPF pour agrément dans le courant de l’été.

Autre activité supervisée par ses soins : les coupes d’amélioration réalisées en 2015, l’une sur la commune du Gua pour environ 500 m3 regroupant 4 propriétaires  et  l’autre sur Monestier-de -Clermont pour un volume de 120 m3. Sur ce point le technicien précise que la concentration des chantiers est un des objectifs majeurs de l’Association car cela aboutit automatiquement à une commercialisation optimisée des bois.

Pour 2016 sont prévues 12 coupes d’amélioration dans des parcelles de  résineux et feuillus pour un total de 1700 m3.

Il faut rappeler que le bois en sud Isère est composée à 80% de bois d’oeuvre..

Mathieu Rivéro  technicien forestier représentant le CRPF sur le secteur du Trièves a précisé à l’assistance  le champ d’intervention du CRPF, à savoir la gouvernance du secteur forestier privé via les PSG et la formation des sylviculteurs. Le technicien rappelle au passage que tout PSG est obligatoire à partir de 25 ha avec soumission pour avis au CRPF.

Henri Gras, président de l’Union des groupements de développement forestier de l’Isère a tenu a bien cadrer les choses au niveau de l’assurance: «   toute parcelle forestière doit être assurée. Actuellement, l’assureur, via la cotisation à l’AFTBM, est AVIVA (responsabilité civile, défense recours….). De ce fait, les déclarations de sinistre doivent être transmises directement à l’AFTBM et non directement à l’assureur. »

Sans titre3

Eric BERNARD, Président du volet Filière Forêt Bois du PSADER Alpes Sud Isère a indiqué que les objectifs actuels de l’Association corroborent positivement ceux de la Charte Forestière du Trièves.

Fabien Mulyck, vice Président du Conseil Départemental en charge de la forêt a rappelé la volonté du Département de soutenir, de développer l’activité de la filière bois de l’Isère,  » celle de l’ASLGF Alpes sud Isère entre bien dans ces objectifs.. Je suis très satisfait de  constater la montée en puissance de l’Association, je suis  tout à fait favorable à son extension, notamment  aux secteurs de la Matheysine et du Beaumont. » a t-il conclu.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

ASLGF Alpes sud Isère


Sur le chemin de la réussite, nombreux étaient les propriétaires forestiers présents  à St Martin de Clelles pour  » fêter » les 500 hectares de l’ASLGF Alpes sud Isère.

Notons entre autres, la présence d’ Eliane PAQUET, Maire de St Guillaume qui a pris la parole pour encourager cette nouvelle A.S.L.G.F Alpes Sud-Isère. Cette dernière a réussi de  regrouper rapidement 72 propriétaires forestiers pour une superficie de 500 ha dont St Guillaume  est  la première commune  par sa superficie.

CG

Henri GRAS, Président de l’Union des Groupements de Développement Forestier de l’Isère a félicité les membres de l’ASLGF Alpes sud Isère et souhaite que le Groupement de Belledonne puisse suivre le même chemin. Louis REBUFFET Président de ce groupement était également présent.

On notera aussi la présence de  Charles GALVIN qui a apporté son soutien à la création de l’A.S.L.G.F. Alpes Sud-Isère en tant que Vice Président du Conseil Général de l’Isère, tout comme La Région qui  apporte un soutien fort pour le lancement du P.S.G. et sa réalisation.  Celle-ci devrait, pour ces 500 à 650 premiers hectares, être réalisée courant juillet par le technicien  Rémy MALLEIN et présentée début septembre par  Olivier CHANDIOUX, tous deux chargés de le mettre en œuvre et de l’appliquer.

1

Etaient également présents pour cette sympathique et conviviale manifestation: René SABATIER, Ingénieur, et Mathieu RIVEIRO, technicien du C.R.P.F, Kevin HARANG, technicien en charge de la charte forestière de la Matheysine, du Valbonnais, Corps et l’Oisans

De nombreux propriétaires souhaitant adhérer à cette gestion, qui permet un accès privilégié et bonifié aux aides, étaient également présents.

Pour les autres propriétaires forestiers de notre région il est encore temps de s’inscrire. Profitez de la première vague qui bénéficiera des aides maximales !

Des résultats dès la première année : 1.100 m3 de bois d’œuvre exploités ou en cours d’exploitation. Pour le bois palettes et bois papeterie 15 ha environ sont en cours d’exploitation. Les bois énergie, éclaircie, bois de chauffage et plantations de sapins et épicéas seront au programme pour l’année 2016 : plusieurs propriétaires sont sur les rangs. Des visites de terrains seront organisées pour permettre de suivre la qualité du travail de nos bûcherons locaux qui ont été remerciés pour leur engagement.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

La forêt privée de l’Isère se présente..


L’Isère est un grand département forestier, la forêt couvre 1/3 de son territoire. Une forêt et une filière bois qui ont un rôle important tant au niveau environnemental qu’économique.

Le conseil Général, devenu conseil départemental soutien cette filière qui est aussi génératrice d’emploi et qui a un avenir avec en particulier le bois énergie.

Fabien Mulyk, conseiller départemental, vice président délégué en charge de la forêt a tenu à organiser un diner-débat avec les présidents des groupements des propriétaires forestiers  » afin de faire connaissance. Cette rencontre, initiée par Henri Gras, président de l’Union des groupements pour le développement forestier en Isère, l’UGDFI a été très positive.

Sans titre

« Chaque président de  groupement, sept au total répartis sur l’ensemble du département, plus le syndicat des trufficulteurs de l’Isère a pu présenter la forêt de son territoire, ses particularités, ses atouts et inconvénients et présenter ses projets en cours et à venir, en particulier au niveau des créations d’Asa ou d’Aslgf. Le débat était très intéressant et seuls les thèmes concernant la forêt privée ont été abordés. Fabien Mulyk qui s’est dit satisfait de pouvoir mettre un nom sur chaque visage,  a posé de nombreuses questions et a souligné les rôles importants que jouent les groupements sur le terrain.Il a confirmé que le conseil départemental continuera à soutenir et à aider au mieux les groupements à travers les actions que mènera l’UGDFI. » a retenu le Président Gras.

L’UGDFI continuera donc à aider les groupements  » sans s’immiscer dans leur organisation « . « Elle les accompagnera dans leurs projets de créations de diverses structures comme les Aslgf ou autre. Notre objectif étant également celui de resserrer les liens entre les groupements mais aussi de partir à la recherche de nouveaux adhérents.  » a conclu son président.

Gilbert Precz

Catégorie - filière bois, Forêt Alpes Sud Isère, Forêt de Chartreuse, UGDFI, forêt, forêt du Vercors, massif de BelledonneCommentaires fermés

Assemblée générale du Groupement des Sylviculteurs de Belledonne


L’ assemblée générale du Groupement des sylviculteurs de Belledonne avait une saveur toute particulière..


gras 2

Organisée à Froges, la salle était comble pour la dernière d’Henri Gras. Ce dernier a en effet décidé de laisser la présidence de ce groupement dynamique.. Il restera tout de même très actif au sein de la filière forêt/bois puisque tout en restant membre du Groupement des sylviculteurs et élu au conseil d’administration, il conserve la présidence de l’Union des Groupements de Développement forestier de l’Isère.

Henri Gras a été élu président du Groupement des sylviculteurs de Belledonne nord en 2006 ..puis président du Groupement des sylviculteurs de Belledonne suite à la fusion des groupements du sud et du nord du massif.

gras 1

A noter la présence de François Brottes, député pour cette assemblée générale très dense..

Henri Gras a donc présenté son rapport moral..en précisant que  » cette AG revêtira un caractère particulier.. » Et de poursuivre:  » Comme vous le remarquez tous les jours, de nouvelles directives  gouvernementales nous demandent de sortir encore et encore  plus  de bois !

De faire de la gestion durable avec des calendriers  étalés dans le temps pour permettre de connaître ce que la forêt fournira dans 10 /20 voire 40 ans. Mais une chose n’est pas donnée le prix du bois. Nous le coupons qu’une fois.  » Et de se poser la question: « planter  aujourd’hui ! Oui mais quoi ! »

gras 3

Autre sujet abordé:  » 2015 va être une  année  d’attente et d’incertitudes car les changements politiques vont bouleverser  les habitudes et il faudra s’adapter aux nouvelles équipes. Pour celles qui changeront…La réforme des Régions modifiera  considérablement le tissu et les  structures actuelles. En effet  sur Rhône Alpes aujourd’hui 8 départements, demain avec l’Avergne ce sera 12 départements. Un seul CRPF, lequel des deux va rester ! Les techniciens, vont-ils   changer, rester !  Etc. etc. »

Et de rajouter.. »Le réchauffement climatique est en marche et personne, je dis bien personne ne nous dit quoi planter. »

Il a enfin terminé son rapport en remerciant les personnes et structures avec qui il a travaillé durant sa présidence…

Gérard Arnaud, vice président a pour sa part annoncé l’étude de la création d’une future Association libre de gestion forestière tout en indiquant:  » il faut bien étudier le dossier, on ne peut pas faire n’importe quoi..Monter une ASLGF, y adhérer demande exigence et sérieux.. » il a ensuite rappelé que la forêt joue un rôle environnemental, social, économique sur l’espace Belledonne.. il faudrait que certains décideurs ne l’oublient pas..  » Référence faite à l’espace Belledonne et au projet de futur Parc régional naturel de Belledonne..

dauphin

Il lui a été répondu par les voix de Paul Dauphin et Roger Giraud que  » le parc ne se fera pas contre les agriculteurs, les sylviculteurs mais AVEC. Il y a une charte à écrire, vous y serez associés.. »

François Brottes, député a tenu à féliciter les propriétaires forestiers pour leurs engagements « sur un espace difficile, celui de la montagne ». Et de poursuivre: » les groupements tels que les vôtres ont toute leur place au sein de la filière..Sachez vous unir car plus que jamais, dans le contexte actuel, l’union fera la force. « 

Il a rappelé que  » le morcellement est une véritable plaie qui empêche le développement de l’activité forestière, à l’heure ou la demande de bois se fait de plus en plus importante, ou la construction bois a le vent en poupe ».

brottes

 » Oui il faut maintenir les scieurs sur l’ensemble du territoire, oui il faut valoriser le prix du bois, oui il faut développer cette filière respectueuse de l’environnement.. surtout dans notre région et encore plus dans la future région Rhône-Alpes Auvergne qui sera une région de montagne mais aussi très forestière.. avec une puissance forestière très importante.. »

Il ne restait plus qu’à partager le verre de l’amitié..

buffet

Gilbert PRECZ



Catégorie massif de BelledonneCommentaires fermés

Assemblée générale du Syndicat des trufficulteurs de l’Isère


L’assemblée générale du Syndicat des trufficulteurs de l’Isère c’est tenue ce dimanche 8 mars à La Mure.. La Mure au coeur de l’actualité avec les commémorations liées au bicentenaire du passage de Napoléon dans cette ville de Mathéysine.

sa

Assemblée générale qui s’est déroulée en présence de Charles Galvin, vice président du conseil général en charge de la forêt et  » régional de l’étape » ainsi que d’Henri Gras, président de l’Union des groupement de développement forestier de l’Isère.

Serge Varambon, président du Syndicat des trufficulteurs de l’Isère a tenu à rappeler que  » le syndicat est en fait une association, loi 1901, qui regroupe des trufficulteurs mais aussi des passionnées de la truffe, des cuisiniers.. une association qui s’est donnée pour mission de promouvoir la truffe de l’Isère, d’aider à son développement.. »

En partenariat avec le conseil général de l’Isère et le CRPF, le syndicat des trufficulteurs de l’Isère participe à une campagne de re ou plantation d’arbres truffiers,  » ceci dans un but environnemental, mais aussi économique. La culture de la truffe pouvant apporter un complément de revenu tant aux agriculteurs qu’aux propriétaires forestiers. »

Le syndicat fort de ses 120 adhérents, en augmentation de 20 unités par rapport à l’année précédente peut-il rester isolé..?  » Dans ce monde en pleine mutation cela nous paraît irréaliste.. voilà pourquoi, avec le soutien du conseil général nous avons étudié un rapprochement avec l’Union des groupements forestiers de l’Isère. Union qui est constituée de six groupement répartis sur l’ensemble du territoire et qui regroupent plus de 12oo adhérents. »

va

Serge Varambon a bien précisé qu’il ne s’agit nullement d’une annexion « mais bien de s’unir à un groupement  tout en gardant notre autonomie d’actions.. Par contre nous ne serons pas des faire-valoir au sein de l’UGDFI puisque nous aurons des postes importants, comme une vice-présidence, et que nous participerons à toutes les actions, décisions qui seront prises au sein de l’UGDFI.. »

Henri Gras, président de l’UGDFI a présenté le groupement, ses actions, et a confirmé que  » demain plus qu’aujourd’hui l’union fera la force.. » Il a rappelé que »  tant le conseil d’administration que l’Assemblée générale de l’UGDFI ont voté à une très large, pour ne pas dire à l’unanimité l’adhésion du STI au sein de l’UGDFI ».

Un vote a été organisé en direction des adhérents du STI et là aussi une large majorité s’est prononcée pour ce rapprochement.

Serge Varambon a tenu à remercier l’ensemble des membres du conseil d’administration du STI, des adhérents qui se sont mobilisés tout au long de l’année afin de promouvoir la truffe de l’Isère ..

Dense activité

En 2014, la truffe de l’Isère a été présente en Isère mais aussi dans le Rhône, à Paris, en Amérique.. On l’a vue aux côtés de la noix de Grenoble, du bleu du Vercors Sassenage, du Murçon, du St Marcellin.. Elle a été à l’honneur à Villard de Lans, St Antoine l’Abbaye, à Crémieu, à la foire de Grenoble, à Voiron.. et ailleurs encore..

Elle a également été présente à l’EHPAD de Rives, ou durant tout un après midi les pensionnaires de cet établissement ont pu découvrir la truffe de l’Isère, mais aussi la déguster à travers du beurre truffé..  » A voir les yeux pétillant de bonheur on en avait la chair de poule  » dira Serge Varambon.

Charles Galvin a rappelé que la région Rhône-Alpes, l’Isère et le sud du département étaient des régions  » à truffe » et  » qu’il était tout à fait logique que le département aide son développement ».

Gilbert PRECZ

Catégorie trufficultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

février 2017
L Ma Me J V S D
« jan    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+