Tag Archive | "Henri Gras"

Les propriétaires forestiers en assemblée générale


Le Groupement des sylviculteurs de Belledonne et l’Union des groupements de développement forestier de l’Isère vous invitent à leurs assemblées générales..

Henri Gras, président des deux structures souhaite que les propriétaires forestiers, responsables des structures de la filière bois, élus participent en nombre à ces deux temps fort.

A l’intention des adhérents des groupements il précise en appelant à leur mobilisation:

«  votre participation active démontrera votre attachement d’une part à votre Groupement et d’autre part à L’ UGDFI. Vous en êtes les acteurs. Vous êtes l’ AMONT de cette grande filière qui se termine à l’ AVAL . Soyez fier d’y appartenir..Venez à ces AG  avec des voisins,  et des amis de la forêt… »

AG UGDFI

AG CSB


Catégorie UGDFI, massif de BelledonneCommentaires fermés

Le numéro 80 de Sylve38 est paru…


Sylve 38 est le bulletin de liaison des Groupements pour le développement Forestier en Isère… le numéro 80 vient de paraître..

Ce numéro est constitué en particulier d’un dossier intitulé  » Sylvicultiver oui, mais bien vendre: mieux »…  On retrouvera également le point de vue d’Henri Gras, président de l’Union des Groupements pour le développement Forestier en Isère ainsi qu’un article consacré à un exemple de gestion de futaie résineuse…

Articles complétés par la découverte de l’association pour le développement forestier des Bonnevaux-Chambaran et par l’activité des groupements forestiers de Belledonne et Trièves-Beaumont-Matheysine..

.Nous n’oublierons pas la note d’humour de biassu… dessinateur de presse…

sylve sillon38
Un numéro bien complet auquel on associera le « forestier privé », journal des forestiers privés de Rhône-Alpes qui a axé son numéro sur la myco-sylviculture.. avec en particulier des articles qui concernent la truffe en Rhône-Alpes…

Pour vous abonner au  » forestier privé » et à Sylve38, adressez vous au président du groupement forestier de votre secteur..


Catégorie - filière bois, UGDFI, forêtCommentaires fermés

Fête de la forêt de montagne


La première journée de la fête de la forêt de montagne est toujours atypique… Elle réuni les professionnels et les … enfants!

Pour cette 13ème édition qui se déroule à Vaujany, la tradition a été respectée.

Vaujany station village est située dans le massif des Grandes rousses, à 1250 mètres d’altitude.

Très étendue (7154 hectares)  elle avait une activité essentiellement d’agriculture de montagne et d’élevage jusqu’à il y a une vingtaine d’années.

Elle a commencé à subir le phénomène de désertification par suite d’une rentabilité nettement insuffisante liée à l’agriculture de montagne.

Vaujany est entièrement entourée de forêts scindées par d’impressionnantes cascades.. Le choix d’organiser en son sein la fête de la forêt de montagne est, à notre sens très judicieux.

En effet « Vaujany possède près de 960 hectares de forêts communales, 785 hectares de forêts domaniales et de vraies questionnements autour de cette thématique se posent aujourd’hui; tels que le rajeunissement des forêts de protection ou encore les techniques d’exploitation et de récolte des bois en forêt de protection. » précise Yves Genevois maire de la commune.

Dès le matin donc, les enfants scolarisés à l’école d’Allemont ont participé à différents ateliers thématiques et pédagogiques sur la forêt et le bois.

L’objectif étant de les sensibiliser à la gestion de la forêt, de la faune, de la flore, des paysages et aux différentes utilisations du bois.

Divers ateliers, dont la construction de nichoirs étaient au programme.

Les professionnels du bois, élus concernés avaient eux, rendez vous à la salle des fêtes de la commune pour participer à différentes réunions de travail. La thématique essentielle étant: débardage par câble et de la forêt de protection.

Sur les hauteurs de Vaujany chacun a pu apprécier l’efficacité » en direct » du débardage par câble.. Ceci dans un cadre somptueux…

Nous avons surpris des propriétaires forestiers, dont Henri Gras, président de l’Union des groupements du développement forestier de l’Isère en train d’installer leurs stands sous le chapiteau qui accueillera les partenaires de cette fête.

On a également vu les agents de l’ONF, en plein travail, préparant le matériel pour le concours de bûcherons. … Et on a même rencontré des vaches..!

Voici quelques images de cette première journée.. Cliquer sur les photos pour les agrandir.



Catégorie A la une, forêtCommentaires fermés

Du SFP 38 à UFP 38…


L’assemblée générale du Syndicat des forestiers privés de l’Isère qui s’est déroulée ce samedi 15 juin 2013 à Pommiers la Placette restera à jamais comme historique.

C’était en effet une dernière pour cette structure fondée en 1956!

Dernière sous cette forme s’entend bien car l’assemblée générale extraordinaire qui a suivi a validé une nouvelle orientation pour le syndicat qui devient Union des forestiers privés de l’Isère.

de quinsonas lexique

Ce projet de rapprochement entre les structures de terrain est  » non seulement un souhait fort mais c’est surtout une nécessité pour donner une image plus rassemblée et donc des propriétaires forestiers » a indiqué le président du syndicat, Bruno de Quinsonas en lançant les débats.

Si une fusion avec les groupements de propriétaires forestiers n’a pu se faire, le syndicat a souhaité  » poursuivre sa politique d’ouverture, modifier ses statuts à l’image de plusieurs syndicats de notre région comme l’Ardèche, le Rhône, la Drôme…afin de changer sa raison sociale en Union des Forestiers Privés de l’Isère: UFP 38. »

Bruno de Quinsonas a précisé que  » cette modification va dans le sens de l’ouverture. Elle devrait inciter les Groupements, leurs adhérents qui le souhaitent à rejoindre cette union, tout en gardant leur autonomie. Il amplifieront même leurs missions sur le terrain. »

Henri Gras président de l »Union des Groupements des forestiers de l’Isère, s’est montré totalement ouvert à cette initiative  » qui va dans le bon sens « mais  » nous en discuterons au cours d’une réunion avec les présidents des groupements de notre département. Si le quitus est atteint, nous mettrons en route les démarches nécessaires… »

Rappelons que les missions  premières du syndicat et à présent de l’UFP 38 sont de:

- défendre et représenter

- écouter et conseiller

- informer et assurer

 » Cette union qui est en fait un syndicat professionnel agricole et forestier a pour objet la défense des intérêts économiques, moraux, sociaux agricoles et forestiers de ses membres à martelé le président de Quinsonat.  »

Cette union renforcera les actions de la fédération des syndicats de forestiers privés qui ne manquent pas de travail.

Luc Bouvarel a développé quelques champs d’actions:  négociations de la future PAC, lois cadre sur le logement, sur la transition énergétique, la biodiversité, loi d’avenir sur la forêt, le foncier, la chasse, l’assurance… » les dossiers ne manquent pas et nous avons besoin du soutien de la base donc de votre soutien… »

On retiendra également les propos  » rassurants de Mathilde Massias du Service Régional de la Forêt, du Bois et des Energies:  » oui les budgets sont en baisse, des travaux n’ont pu être réalisés, en particulier certaines routes forestières mais ceux ci ne sont pas enterrés mais repoussés; » Allusion faite à une route forestière sur le Sappey en Chartreuse.

Charles Galvin a soutenu Bruno de quinsonas dans sa démarche de mise en place de l'UFP38

Charles Galvin a soutenu Bruno de Quinsonas dans sa démarche de mise en place de l'UFP38

Charles Galvin vice président du conseil Général en charge de la forêt s’est montré très enthousiaste quant à la naissance de l’UFP38: » il est plus facile d’avancer uni qu’en ordre dispersé… »

Il a rappelé la « volonté du Conseil Général de soutenir les scieries et entreprises de 2ème transformation. « Une réflexion est menée avec les entreprises concernant l’innovation, la recherche, ceci afin qu’elles gagnent en compétitivité.

La forêt joue un rôle important au niveau économique, social, environnemental…chacun doit tout mettre en oeuvre pour l’aider à remplir ses missions. »

AG SFI SALLE


Catégorie forêtCommentaires fermés

AG de l’association des producteurs et utilisateurs de bois en Valdaine


C’est à St- Nicolas -de -Macherin que s’est déroulée l’assemblée générale de l’association des producteurs et utilisateurs de bois en Valdaine, l’APUB.

St- Nicolas- de- Macherin s’étend sur 10,6 km² et compte 923 habitants. Située à moins de 5 kilomètres de Voiron, la commune borde le parc naturel régional de la Chartreuse.

La forêt est omniprésente. Elle couvre 640 hectares soit environ 60% de la commune. Par comparaison, la moyenne du couvert forestier des communes du département est de 35%.
Une forêt  qui recouvre l’ensemble du relief de la commune. Près de 30 hectares de cette forêt sont propriété communale.
Le couvert forestier est composé essentiellement de conifères, surtout le Douglas, mais aussi de feuillus (chênes, frênes, hêtres, châtaigniers).

Ceci pour dire que le maire de St- Nicolas- de- Macherin, Roland Grambin a accueilli avec un plaisir non dissimulé l’assemblée générale de l’APUB Valdaine présidée par Paul Piotin.. Comme partout en Isère la forêt de la Valdaine souffre de son morcellement et de la dimension de son parcellaire. Cela rend sa gestion très difficile. C’est sans doute un frein pour la démarche PEFC. Seuls 22 des 72 adhérents à l’APUB Valdaine sont certifiés.

Romain Provost, technicien forestier et spécialiste en santé de la forêt a précisé que l’espace forestier en Valdaine est relativement en bonne santé mais doit être suivie car elle est menacée par de nombreux parasites. Une solution pour ne pas tout perdre… Au cas où: bien cultiver sa forêt en jouant sur la diversification des essences. Romains Provost concluant son exposé :  » cette diversification limitera les dégâts mais en définitive c’est la nature qui décide. »

Paul Piotin faisant cette remarque:  » ça prouve que l’on a besoin d’un technicien sur le terrain. »

Jean Charles Thiévenaz expert forestier a présenté les axes d’intervention de ces derniers tant dans la gestion de la forêt que de l’expertise, du conseil, de la formation.  » En Isère nous gérons 5 à 6000 hectares de forêt.    » Il a rappelé que « le bois énergie est une chance. Il offre des débouchés nouveaux et peut améliorer la gestion de la forêt. »

Un débat très intéressant a eu lieu entre les propriétaires forestiers. Nul ne conteste que la population de grand gibier augmente et par ricochet les dégâts augmentent également. Jean Louis Dufresne président de la fédération départementale des chasseurs de l’Isère en est conscient.  » Des plans de chasse sont élaborés et nous les respectons à près de 100%. Le souci vient qu’au niveau de la forêt on manque d’informations.

Les déclarations de dégâts de gibier ne nous parviennent pas et pourtant ils servent de base de discussion pour élaborer ces fameux plans de chasse. « 

Le président de la FDCI prône le dialogue.  » Nous l’avons instauré avec les agriculteurs, nous pouvons le créer avec les propriétaires forestiers, les trufficulteurs…. » Il a également indiqué que les chasseurs ont décidé d’offrir du gibier,  » des cervidés » pour commencer aux restaurants du coeur. Le sanglier devrait suivre… »

A propos de sanglier  » il m’empêche de dormir… On tourne à 5 dossiers de dégâts par jour! Le plan de chasse a augmenté de 2000 cette année. Il est passé à 6857 bêtes à tuer et ça ne suffit pas. Nous ne sommes pas les seuls à souffrir de sa prolifération,  La Belgique l’a déclaré nuisible… ».

Pour conclure sur ce dossier: vous constatez un dégât, faites une déclaration… Vous rendrez service à toute une filière.

Henri Gras, président de l’Union des Groupements pour le Développement Forestier en Isère a à nouveau alerté les propriétaires forestiers concernant l’obligation de la certification PEFC.,  » Sans cette certification, vous ne vendrez pas vos bois… et les entreprises de transformation se serviront en Allemagne, Autriche..  » Il est revenu sur la baisse des subventions  » qui sont dues à la crise. Cela va nous obliger à mieux cibler nos actions.  »

92400 propriétaires se partagent la forêt privée et les parcelles font 1,9 hectare de moyenne.  » Le morcellement des parcelles est une plaie. Ne l’aggravez pas! Comment? Tout simplement en faisant une donation de vos forêts, non pas à vos enfants mais à vos petits enfants… même s’ils sont mineurs.  »

Un conseil qui mérite réflexion.

Catégorie forêtCommentaires fermés

AG de l’AFTBM: des interventions très instructives


Patrick Chion, président de l'AFTBM dirige les débats avec à ses côtés Charles Galvin, vice président du Conseil Général et Henri Gras président de l'UGDFI

Patrick Chion, président de l'AFTBM dirige les débats avec à ses côtés Charles Galvin, vice président du Conseil Général et Henri Gras président de l'UGDFI

Parmi les différentes interventions qui se sont succédées lors de l’assemblée générale de l’Association Forêt Trièves-Beaumont-Matheysine nous avons retenu en particulier celle de Henri Gras, président de l’Union des Groupements de développement forestier en Isère.

Celui ci a rappelé  l’importance pour les propriétaires forestiers d’adhérer à des structures telles que les groupements forestiers, au syndicat des forestiers de l’Isère.  » Ceux ci sont complémentaires dans leurs actions et vous offrent des services qui vont bien au delà du coût de leur cotisation… »

Il a également motivé la salle  » à l’impérative démarche d’adhérer à la certification PEFC. Celle ci devient un passage obligé pour vendre ses bois. Ne pas souscrire à cette démarche est une grave erreur. » Il a également lancé un appel aux propriétaires  » qui ont des cheveux blancs  » afin qu’ils lèguent leurs forêts à leurs enfants, petits enfants,  » ceci de façon intelligente, à savoir sans diviser les parcelles… »

Propos confirmés par le président du syndicat forestier de l’Isère Bruno de Quinsonas.  » Vous souhaitez que votre forêt vive: regroupez vous, ne restez pas seuls » a t-il dit en substance. Il a rappelé les batailles gagnées par le syndicat national: « au niveau de la TVA par exemple ». Il a enfin lancé, sous forme de boutade un appel à l’adhésion à PEFC  » si vous ne voulez pas vendre vos bois: n’adhérez pas à PEFC!!! »

Il a été rappelé que les pays asiatiques, la Chine en particulier voient leurs surfaces certifiées PEFC en pleine expansion…

Charles Galvin, vice président du Conseil Général, en charge de la forêt a indiqué que « l’Isère est un département forestier avec 1/3 de sa superficie couverte de forêts… Le conseil général a donc logiquement inclus la forêt et la filière bois dans ses compétences.  »

Il a informé la salle que les restrictions budgétaires frappent le département,  » le budget du conseil général est en baisse globale de 15%. Cela ne doit pas nous empêcher d’être offensifs. Il s’agit de mieux travailler, de faire des choix. Voilà pourquoi j’ai décidé de réunir l’ensemble des acteurs de la filière afin de définir les priorités. Sur certaines actions, on doit trouver les moyens d’additionner les financements, qu’ils soient locaux mais aussi de la région, de l’Etat, de l’Europe… « 

Il a confirmé que le département va avoir une action forte en direction des scieries et des entreprises de 2ème transformation. « Oui nous devons maintenir sur l’ensemble de notre département des outils de transformation de qualité, modernes, qui puissent répondre aux attentes. Ils sont également sources d’emplois non délocalisables… »

Il a  rappelé le rôle des chartes forestières de territoire « qui sont un outil indispensable. Elles permettent de prendre en compte les intérêts aussi divergents que ceux des propriétaires, chasseurs, ramasseurs de champignons… « 

AFTBM

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Appel urgent aux 92.000 propriétaires forestiers privés de l’Isère


Le Président de l’Union Des Groupements pour le Développement Forestiers en Isère, Henri Gras, lance un appel urgent aux 92.000 propriétaires forestiers privés de l’Isère.

h.gras 25 11 2011

Les Années bonheur simple où l’on prenait le temps de vivre et de faire, paraissent terminées, tout au moins à l’échelle de notre vie.

Aujourd’hui, nous sommes poursuivis et souvent  rattrapés par le rythme stressant de la vie dite moderne.

On peut s’en réjouir ou le déplorer, mais c’est la réalité d’aujourd’hui à laquelle nous sommes confrontés, celle du toujours plus dans un grand nombre de domaines …

François de CLOSETS l’avait bien  pressenti et en avait fait un livre prémonitoire.

Les aspects fatigants de cette cadence accélèrent et se doublent de caractéristiques contradictoires, quant aux projets que les Pouvoirs Publics nous appellent à conduire.

Prenons deux exemples pour illustrer brièvement notre propos

Le bois énergie

Des réalisations et projets (parfois démesurés en taille) se multiplient à l’envie…. Et on transporte la matière première sur des centaines de kilomètres ….. L’impact  écologique vous en remercie !

Comment est impossible de faire preuve d’autant de non-sens ? Il suffirait pour remédier à une telle incohérence.

Qu’une étude d’approvisionnement en bois  de proximité soit exigée par une loi et conduite en même temps que l’étude du projet chaufferie. Pourquoi ne le fait-on pas ?

Autre point : en 2006 les Pouvoirs Publics font savoir qu’à partir de 2012 ils n’utiliseront que du bois P E F C pour la nouvelle construction.

L’éco certification  P E F C

Une campagne intensive est menée auprès des propriétaires pour l’adhésion à P E F C depuis 2006 .

Le passage par l’écocertification  est inévitable, d’autant plus qu’il s’agit dans son principe d’un excellent concept …

C’est ce que nous répétons avec force à nos  adhérents, comme  aux non encore adhérents et aux amis de la propriété forestière  privée.

Pourtant, là encore les éléments d’une politique forestière que nous souhaiterions intelligente et audacieuse ne s’imbriquent  pas les uns dans les autres.

Pour me faire bien comprendre : Un engagement pour un  propriétaire forestier certifié P E F C consiste à prélever régulièrement du bois dans ses  parcelles pour, entre autre, éviter le stockage excédentaire de la croissance naturelle.

Comment tenir cet engagement quand le seul accès quand il existe ! est une piste forestière chaotique et pentue à l’excès ?

Nous pourrions multiplier les exemples au risque de nous lasser.

L’utilisation optimum de nos bois d’œuvre  tarde aussi à être reconnue à sa juste hauteur par les bureaux d’études, les architectes, les concepteurs ainsi que les maîtres d’œuvre.

Les causes  importantes en sont la non-connaissance de sa résistance mécanique (mesurée précisément) et dans de trop nombreux cas une insuffisance de bois sec (manque d’unités de séchage).

Résultat :

Les architectes et les bureaux d’étude préfèrent préconiser les bois du Nord, d’Autriche, d’Allemagne ou de Russie.

Face à cette situation défaillante, nos groupements prennent l’initiative pour lancer comme maître d’ouvrage des études à but opérationnel pour mesurer de façon fiable cette résistance mécanique, le but visé étant de pouvoir négocier favorablement les prix de nos bois sur une base objective.

Ce que nous appelons la caractérisation, mécanique des bois serait de surcroît une étape essentielle sur le chemin de la traçabilité réclamée aujourd’hui par l’aval (notamment par les gros négociants et par les grandes surfaces fournisseuses).

Bien entendu, là encore  une politique cohérente reste à construire entre  les successifs et différents  maillons de la chaîne.

Notre travail consiste à faire au  mieux, ce que nous pouvons à notre niveau de propriétaires forestiers.

Pour que le mot  < filière > ne soit pas usurpé, il faut que les Pouvoirs Publics jouent le rôle indispensable de chef d’orchestre ou en créent un.

AUTRES SUJETS PREOCCUPANTS

Plus grave, le déficit de la balance commerciale  engendré par la filière bois serait de plus de 6 milliards d’euros, alors que nous sommes la quatrième forêt d’Europe.

Au global nous sommes incapables de prélever le volume d’accroissement naturel de la forêt nationale !! !

Nous importons du bois en particulier des résineux ! Ce simple constat témoigne, si besoin est, les carences préjudiciables de la dite filière en terme économique, écologique et d’emploi.

Ce qui freine, ce ne sont pas les P.F/P. mais la 1ière et 2 ième. transformations qui ne sont pas ou ne peuvent pas s’équiper. Les petites scieries au vu du coût ne peuvent y prétendre.

Les ventes groupées de 2012 à ST. BALDOPH bien que préparées avec un certain soin, ont été un véritable fiasco (pourtant tous les bois proposés étaient P E F C.)

En première lecture (le jour de la vente) : des résultats calamiteux.

Nous pensons pourtant qu’à défaut d’autres solutions pour le moment, ce type de vente est à continuer.

Ce tableau général largement insatisfaisant, nous conduit à estimer qu’en matière d’économie forestière (de l’amont à l’aval) nous sommes au bout d’un système.

Les méthodes au <papa > et les transactions de marchands de tapis ont vécu !

Notre conviction de ce point de vue est totale.

Deuxième sujet très important l’assurance de nos, de vos forêts.

2012 a été une année de fort coup de vent et le résultat ne sait pas fait attendre.

D’innombrables arbres déracinés, jetés à terre, sur les routes, chemins etc.  Provoquant  des dégâts matériels à des tiers, d’un montant important.

Vous pouvez, ou plutôt  « vous devez »  vous couvrir  afin de vous éviter  des débours plus qu’importants.

L’U G D F I a contracté une Police d’Assurance couvrant l’ensemble de ses risques pour une cotisation annuelle de 0,18 ct l’hectare.

Pour y souscrire, contacter les groupements de forestiers privés et vous aurez, une tranquillité d’esprit ainsi que la tranquillité pécuniaire.

Le Président du Syndicat des propriétaires forestiers privés déclarait samedi dernier en CHARTREUSE qu’un contrat au niveau national serait à l’étude.

En ce qui nous concerne, avant de changer d’assureur, nous étudierons les clauses, les franchises, les capitaux pour plaidoiries, franchises de futur contrat si celui-ci voit le jour.

AUTRE SUJET IMPORTANT

Se faire représenter et défendre.

Comme vous le savez, les groupements de Sylviculteurs forestiers privés sont soumis aux règles de la « Loi 1901 association », et à ce titre, nous ne pouvons ni nous représenter, ni nous défendre devant les Pouvoirs Publics, l’Etat, l’Europe.

Nous devons faire appel à un organisme du type loi 1884 (syndicat). Il agit pour nous comme un avocat et évidemment il ne vit pas d’amour ni d’eau fraîche, et pour le missionner, nous devons  lui verser  des cotisations.

Dans les temps actuels ou tout est polémique il est important d’avoir un syndicat, et là aussi vous pouvez y souscrire à partir des Groupements de Sylviculteurs.

Catégorie UGDFICommentaires fermés

Propriétaires forestiers: le rôle important de l’UGDFI


L’assemblée générale 2013 de l’union des groupements de développement forestier, présidée par Henri Gras fera date!  Il a en effet été demandé, par les élus, aux propriétaires forestiers de s’engager davantage dans les démarches qui vont être mises en place pour mieux développer les activités liées à la forêt et à la filière bois.

Henri Gras entouré de Gérard Arnaud vice président de l'UGDFI et François Brottes, député présente l'activité du groupement d&partemental

Henri Gras entouré de Gérard Arnaud vice président de l'UGDFI et François Brottes, député présente l'activité du groupement départemental

Dans un premier temps le président de l’UGDFI a indiqué que  » l’année 2012 a vu espoirs, illusions désillusions se succéder… On retiendra surtout les restructurations faites au niveau des techniciens du CRPPF… Nous en avons subi les conséquences qui sont allées jusqu’à la perte d’adhérents…La vente groupée de bois à St Badolph a été loin d’être satisfaisante, le projet un rapprochement entre les groupements et le syndicat des propriétaires forestiers n’a pas abouti… » A ce propos, le président Henri Gras pense que » l’on a sans doute voulu aller trop vite en besogne, il faut laisser le temps à la réflexion et réétudier un plan de rapprochement… « 

René Sabatier, ingénieur au CRPF a reconnu que les « changements de techniciens peuvent créer des craintes mais on doit reconnaître leurs mérites. » il a rappelé les différentes missions confiées au Centre Régional des propriétaires forestiers: former, informer, valoriser…Il a regretté que « sur l’Isère on n’arrive pas à mettre en place un cycle de formation FOGEFOR. Formation qui permet de mieux entretenir, gérer sa forêt…

UG 2

Au niveau des discussions, elles ont été nombreuses en 2012, en particulier avec le nouveau directeur de Coforêt Lionel Piet, celui de la communauté de communes du Grésivaudan Françis Gimbert,  » et celles conviviales et constructives que nous avons régulièrement avec le député François Brottes et le vice président du Conseil Général en charge de la forêt Charles Galvin. Ils sont à nos côtés, nous donnent de « bons tuyaux »Il a également été mis en avant une initiative originale: une rencontre organisée entre les trésoriers des différents groupements répartis sur le département. « Elle a permis de mieux se connaître et d’échanger des idées, des façons de travailler…

Jean Charles Thiévenaz a exposé quels sont les axes d’intervention des experts forestiers,  » notre rôle essentiel est de gérer la forêt et de mobiliser les ressources. »

Gérard Arnaud, vice président de l’UGDFI a informé les propriétaires forestiers que la prochaine coupe de bois aura lieu le 18 septembre à Rumilly. Il a rappelé à la salle que le succès de cette vente passe par une qualité irréprochable des bois présentés.  » Ils doivent être attractifs, homogènes.. »

Bertrand De Germiny a pour sa part abordé un problème récurrent: les dégâts de gibier.  » Ils sont de plus en plus importants en forêt. Sur certains secteurs, comme le Vercors ils sont insupportables… Cela vient essentiellement du fait qu’il y a de moins en moins de chasseurs, donc de plus en plus de gibier..  » Le problème est que les dégâts de gibier ne sont pas indemnisés.  » Par contre la fédération départementale des chasseurs nous apporte une aide au niveau de la protection de nos forêts… En cas de dégâts, il faut absolument contacter le président de l’ACCA locale, le président du Groupement forestier concerné..  »

Michel Cochet, président de Créabois a sensibilisé la salle sur la démarche PEFC.. Elle s’essouffle au niveau des adhésions à cette certification et pourtant elle devient indispensable pour vendre son bois d’autant plus que la demande en bois locale ne cesse de progresser…

Une présentation de l’Association syndicale libre de gestion forestière du Bas Dauphiné a été faite par Paul Rostaing. Sur le secteur une restructuration foncière a été menée a bien. 400 hectares ont été restructurés et l’on est passé au niveau des parcelles de 0,4 à 0,9 hectare donc plus faciles à exploiter, gérer. L’ASLGF permet de mutualiser cette gestion, cette exploitation.

Restait à entendre les propos des élus.

François Brottes député a de suite planté le décor: « pensez plus à vous unir qu’à vous désunir. Il y a trop de structures « bois » qui nuisent à la lisibilité de vos actions. Vous devez trouver les solutions adaptées pour mieux vous entendre… François Brottes a conseillé aux propriétaires forestiers d’aller au devant des futurs candidats aux élections municipales de 2014.  » Vaut mieux les rencontrer avant qu’après… » Il croit beaucoup à une gestion de la forêt qui fait la part belle à la régénération naturelle et a donné une idée aux propriétaires forestiers concernant la sensibilisation des jeunes vis à vis de la forêt.  » On parle beaucoup des nouveaux rythmes scolaires. Des idées nouvelles doivent émerger pour gérer le temps hors les cours classiques. On peut imaginer des ballades avec animations ende la forêt..  »

Une nouvelle loi forêt est en préparation, François Brottes pense prendre appui sur les groupements afin que ceux ci lui donnent des idées…ug3

Charles Galvin, vice président du Conseil Général en charge de la forêt a rappelé que le département a une politique volontariste vis à vis de sa forêt.  » Certes les budgets sont en baisse, reste à être imaginatifs afin de faire aussi bien, même mieux avec moins…Cela nous obligera à faire des choix utiles.  » Lui aussi demande que les structures de la filière se rapprochent afin de gagner en efficacité… Il a enfin rappelé que le Conseil Général a débloqué une somme de 300 000 euros afin de soutenir, de moderniser les scieries, les entreprises de seconde transformation de proximité.  » 300 000 euros, ça peut paraître peu mais ils seront complétés par des fonds en provenance de la région, de la Datar… »

L’ensemble des intervenants donnant rendez vous à tous les forestiers au salon du bois qui se tiendra à Alpexpo Grenoble du 11 au 14 avril 2013

Catégorie UGDFICommentaires fermés

Groupement des sylviculteurs de Belledonne: « se battre pour faire avancer la filière bois »


Dense, très dense assemblée générale du Groupement de Sylviculteurs de Belledonne. Il faut dire que pour l’occasion le Groupement fêtait ses Trente ans d’existence.

GSB 1

De nombreux élus et personnalités et adhérents au groupement ont tenu d’honorer de leur présence cette assemblée générale qui a permis de faire le tour de l’actualité de la filière bois de Belledonne mais bien au delà.

GSB 0

Une poignée de propriétaires forestiers ont compris au milieu des années 80 qu’il fallait se fédérer afin de gagner en efficacité, de mieux se faire entendre, d’être davantage représentatifs vis à vis des décideurs. En février 1983 et en février 1985 les groupements des sylviculteurs de Belledonne Nord et sud étaient officialisés.

Ceux ci ont peu a peu grandi, mis en place de nombreuses actions… sont devenus des structures référentes au sein de la filière bois…

GSB 21

Historique présenté par Jean Carvin et Maurice Cohard.

Mais il fallait évoluer et les présidents Gras pour le Nord et Giraud pour le sud ont eu l’intelligence de comprendre que la forêt de Belledonne ne faisait qu’une et qu’il ne fallait qu’un groupement pour mener à bien ses intérêts et ceux des adhérents aux groupements.

En février 2011, les deux groupements ont fusionné en un seul: le Groupement des Sylviculteurs de Belledonne, présidé par Henri Gras. Un groupement qui compte 331 adhérents à ce jour.

Afin de remercier les créateurs des groupements des sylviculteurs de Belledonne un diplôme d’honneur leur a été décerné au cours d’une petite cérémonie pleine d’émotion…Ceux ci ont pour noms: Rebuffet, Rochas, Roy, Roux, Jourdan, Millat, Zacharie, Guillet…

GSB 2

GSB 5

GSB 6

GSB 7

Henri Gras n’a pas fait langue de bois dans son rapport moral: «   L’année écoulée ne sera pas marquée d’une pierre blanche. Si tout pouvait le faire penser, nous avons dû déchanter. La demande pour favoriser les coupes groupées  engagée vers vous n’a pas été à la hauteur des espérances, la vente n’a pas été glorieuse. » Le président espère que sur ce dossier 2013 sera meilleure..

Il a rappelé qu’ « il est important et de l’intérêt  des propriétaires de voir les forêts gérées durablement et permettre ainsi la transmission du patrimoine aux générations suivantes, aux enfants, petits enfants… »

Le président du GSB a informé la salle l’intérêt d’accéder à la certification PEFC, « la dernière vente de bois, tous les bois étaient PEFC.

Je vous ai toujours rappelé que ça ne permettrait pas de vendre plus cher, mais la certitude de les vendre. Pour les derniers retardataires, il y a urgence…. »

Le groupement des sylviculteurs de Belledonne se situe sur le sud ISERE  et sa superficie boisée est proche de 70% de la surface totale de Belledonne. » Il est  important de souligner qu’il  génère  mille emplois directs non délocalisables et que la production de bois est renouvelable. Pourtant il semblerait que nous soyons marginalisé au profit des activités qui profitent de ces magnifiques ressources naturelles…. » se lamente Henri Gras.

Ce dernier se voulant rassurant: « l’Année 2013, certains la prédisent  mauvaise, nous devons  nous battre pour faire avancer  la filière bois et faire démentir ces prédictions… le GSB fera le maximum pour y parvenir… » Pour ce le groupement sait qu’il peut compter de plusieurs soutiens: le Conseil Général de l’Isère, le CRPF…

Reste un  projet qui n’a pu aboutir: le rapprochement avec le syndicat forestier de l’Isère. « D’autres voies sont à l’étude… »

Le GSB à travers son vice-président Gérard Arnaud a constaté que les ventes groupées, si elles se développent ne sont pas satisfaisantes..  » Nous sommes au bout d’un système et le nouveau n’a pas vu le jour. Et pourtant il y a une urgente nécessité de concilier les intérêts des vendeurs et des acheteurs…

GSB 9

Le morcellement des parcelles, la méconnaissance de la gestion de la forêt sont des freins au développement de l’activité forestière. Patrick Chion président du groupement Forêt Trièves-Beaumont-Matheysine a présenté le projet, en phase finale, d’une association syndicale libre de gestion forestière.

Ses missions premières: gérer les parcelles, mutualiser les travaux… valoriser la forêt et son bois .  » il faut savoir que plus de 50% de nos bois sont de très haute qualité et quand on pense qu’ils sont vendus sur un seul coup d’oeil… »

Plusieurs autres thèmes ont été abordés: les dégâts de gibier en forêt, l’intégration de la forêt au sein des communautés de communes, de l’espace Belledonne, la candidature du territoire de Belledonne en tant que Parc Naturel Régional…

Oui vraiment une très dense assemblée générale…que nous terminons par un petit clin d’oeil aux dévoués membres du Conseil d’administration…et à une oeuvre!

GSB 12

GSB 20

Articles en rapport avec cette assemblée générale. Cliquer sur le titre pour les lire:

St Martin d’Uriage, le rôle important de la forêt

La politique de l’Isère envers sa forêt et sa filère bois

Vaujany: fête de la forêt de montagne



Catégorie - filière bois, forêt, massif de BelledonneCommentaires fermés

Voeux de l’UGDFI


L’Union des Groupements pour le Développement Forestier en Isère, à travers son président Henri Gras et son conseil d’administration, vous présente ses meilleurs voeux pour 2013.

voeux ugdfi

L’UGDFI regroupe les associations de propriétaires forestiers de l’Isère:

Association des Producteurs et Utilisateurs de Bois en Valdaine

Association Forêts Trièves Beaumont Matheysine

Association pour le développement des Bonnevaux-Chambarans

Groupement des sylviculteurs de Belledonne

Groupement des Sylviculteurs du Vercors 4 Montagnes

Association VALFOR

Groupement des Sylviculteurs de Chartreuse


Contact:

Union des Groupements pour le Développement Forestier en Isère.

40 avenue Marcelin Berthelot

BP 2608

38036 GRENOBLE CEDEX 

Mail: ugdfi-38@orange.fr


Catégorie UGDFICommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2020
L Ma Me J V S D
« déc    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+