Tag Archive | "Henri Gras"

Une forêt dans votre patrimoine !


Les artistes ont largement traité le thème de la forêt, mais de nos jours, ce poumon de notre planète, indispensable à notre vie, constitue une sérieuse source d’intérêt pour les investisseurs qui lui reconnaissent d’attrayantes qualités d’ordre financier et autres. Pour de multiples raisons le marché de la forêt privée est en constante évolution.

Par Roland Brosselard

Certes la France ne possède pas la plus grande forêt d’Europe, nous nous situons désormais au troisième rang, mais ce domaine des bois demeure significatif dans notre économie puisqu’il emploie 500 000 personnes et génère un chiffre d’affaires
de 30 milliards d’euros.

En fonction de ceux qui la possèdent, la forêt est domaniale (État), communale ou privée. Près de 4 millions de propriétaires privés détiennent les trois quarts des quelque 15 millions d’hectares que compte notre pays.

L’Isère intègre 92 000 propriétaires privés, mais 2 000 d’entre eux seulement possèdent 70 % de l’ensemble. Le morcellement
est grand puisque la superficie moyenne d’une propriété n’est que de 1,9 hectare mais à l’inverse, 2 500 forêts ont une superficie supérieure à 10 hectares.

La situation se décrit de manière presque identique en Savoie puisque les 58 000 privés détiennent 109 000 hectares soit 56 % du total, avec une superficie moyenne de 1,8 hectare et les propriétaires possédant plus de 10 hectares ne sont que 570.

Les raisons d’investir dans les bois se révèlent multiples et fort variées.

D’abord, elles peuvent émaner d’une sorte de tradition familiale tenant sans doute à notre ruralité héréditaire : nous sommes tous issus du monde paysan et il nous en reste quelques gènes.
N’omettons pas les aspects visibles, concrets, tangibles d’une telle possession ainsi que le plaisir évident que procure la nature.

L’aspect « civisme » n’est pas absent, car participer ainsi à la lutte contre la déforestation représente un outil au service du climat.Investir pour réduire les émissions de CO² constitue sur tous les plans une belle thématique et pourra à l’avenir, le principe en est acquis, représenter une valeur monétaire. gras3

La préservation de la biodiversité, ainsi que le soutien à la filière bois sont encore des éléments qui plaident en faveur de la forêt.
Même si d’aucuns estiment que le placement forestier n’occupe qu’une place confidentielle, donc marginale, dans les patrimoines, il est reconnu qu’en des temps incertains voire inquiétants comme ceux que nous traversons actuellement, la forêt constitue une matière de diversification très opportune.

Cet actif est donc particulièrement bienvenu à condition de respecter un pourcentage acceptable dans le patrimoine des investisseurs, compte tenu de sa faible liquidité !
En outre et en cas de retour d’une certaine inflation – sait-on jamais – comme tout bien immobilier, il pourrait apporter une réelle protection à ses propriétaires.
Autre élément, particulièrement significatif, qui incite à la possession de forêts : les avantages fiscaux qui lui sont attachés. Comme souvent, ils relèvent d’une certaine complexité, mais leur importance mérite que l’on s’y arrête. L’investissement direct, c’est à dire l’achat pur et simple de terrains boisés, bénéficie d’une exonération au titre de l’ISF de 75 % de la valeur d’achat du bien, ainsi que de 75 % des droits de succession ou de donation dès l’année d’acquisition.

Un plan dit « de gestion durable » est toutefois requis pour obtenir ces faveurs…

Les biens forestiers peuvent aussi être acquis via l’achat de parts de capital de sociétés forestières et dans ces cas, la somme souscrite permet une réduction d’ISF de 50 % de leur montant dans la limite d’un plafond de 45 000 euros par foyer, assortie d’une durée de détention de cinq ans au minimum.

Enfin, l’acquisition de parts à titre onéreux dans un groupement forestier procure une réduction d’impôt sur le revenu à hauteur de 18 % de leur prix d’acquisition, plafonnée à 11 400 euros pour un couple marié et assortie d’une durée de détention de huit ans.

Elle bénéficie en outre de la même exonération d’ISF et de droits de donation ou succession que l’investissement en direct, mais les 75 % de la valeur du bien retenue pour l’ISF ne sont exonérés qu’après deux ans de détention…

Malheureusement, il est fort à craindre que la voracité fiscale du moment ne vienne éroder quelques-unes de ces dispositions, à la fois agréables et utiles aux propriétaires forestiers…

Il est bien délicat d’approcher valablement les aspects rapport et rendement de ce type d’actif, car il dépend d’abord des différentes essences et des localisations (feuillus en plaine, épicéas et sapins en montagne), de la maturité très tardive des forêts qui demande une longue patience…

Les recettes proviennent des éclaircies, effectuées le plus souvent tous les huit ans.
Elles sont absolument nécessaires pour l’éclairage que cela procure et qui permet le grossissement et l’épanouissement des troncs. À titre indicatif, elles rapportent de l’ordre de 25 euros le m3 sur pied. Les coupes rases constituent la principale rentrée
mais il faut patienter 50 ans ou plus.
Son importance dépend de la qualité des bois, de leur calibrage et de leur positionnement, ce dernier déterminant la facilité d’exploitation et donc des coûts plus ou moins élevés.
gras2Ces coupes procurent des sommes variant de 42 à 68 euros le m3 sur pied. Évidemment le rapport net variera fortement, selon que l’exploitation et l’entretien seront effectués par l’exploitant en direct ou via des sociétés dûment rémunérées.

A ces éléments peuvent parfois s’ajouter quelques rentrées annexes comme les droits de chasse par exemple.
Ainsi, dans des conditions optima, le chiffre de 4 % de rendement net semble pouvoir être avancé, mais c’est probablement un maximum assez rarement atteint…
L’âge moyen des propriétaires de forêts est à l’évidence assez élevé, les jeunes intervenants sont assez rares dans ce milieu et cela génère des difficultés car arrivent sur le marché, des biens issus de successions plus subies que préparées. Pourtant, les syndicats professionnels de nos deux départements, comme d’autres sans doute, s’activent pour faire passer d’utiles messages ou recommandations sur ce point. Il est clair que les indivisions fortuites posent rapidement problème.
Côté acheteurs, se trouvent à la fois de grosses sociétés s’intéressant à des domaines de grande envergure (de 100 à 500 hectares) et des particuliers attirés par les bonus fiscaux.
En 2011, 112 700 hectares ont changé de mains et les prix ont augmenté de 10,80 % (+20 % en deux ans), le prix moyen de vente à l’hectare s’est élevé à 3 960 euros, il se situe à un niveau très inférieur dans nos zones de montagne, les propriétaires locaux sur ce secteur évoquent le montant de 2 500 euros !
Au titre de l’investissement en forêt« papier », il convient au minimum de s’intéresser à deux grands opérateurs : la Financière de Champlain et le groupe Pictet avec Pictet Timber qui procurent souvent des rendements intéressants tout en faisant bénéficier les propriétaires de tout ou partie des avantages fiscaux évoqués ci-dessus.

En conclusion positive et optimiste pour l’avenir, laissons la parole à Henri GRAS, président degras l’Union des groupements  forestiers de l’Isère (UGDFI) forte de 1 600 adhérents, interlocuteur reconnu au niveau des instances départementales et de tous les acteurs de la filière, qui nous dit que « le matériau bois, longtemps mis à l’écart, est en train d’être redécouvert ». Voilà qui devrait avoir d’heureuses conséquences pour nos forêts et pour leurs propriétaires…

Catégorie A la une, forêtCommentaires fermés

12 questions concernant l’avenir de la forêt


Le président de l’Union des groupement des forestiers de l’Isère, Henri Gras, pose 12 questions écrites concernant l’avenir de notre forêt aux principaux candidats de l’élection présidentielle.

1) Selon vous, quelles sont les trois fonctions principales de la Forêt ?

2) Pour l’une de ces trois fonctions (choix libre en vertu de l’importance que vous lui donnez) quels rôles peuvent jouer les Pouvoirs Publics (Etat-Collectivités Territoriales- Europe) pour reconnaître et conforter cette fonction ?

3) Vous avez sans doute quelque idée sur l’organisation actuelle de la forêt (Privée-Communale-Départementale-Domaniale) française. Cette organisation vous parait-elle : bonne, rationnelle, ou, au contraire pléthorique ou floue ? Merci d’argumenter votre réponse de façon synthétique en n’oubliant pas de donner votre avis sur les aspects fonciers.

4) Dans l’état actuel des choses, le revenu principal du propriétaire forestier (quel qu’il soit) repose sur la vente de bois. Selon vous, quel est en pourcentage le revenu annuel moyen net par rapport à l’investissement ? Il vous est possible d’étayer votre réponse si vous le voulez.

5) On a l’habitude courante de parler de filière bois ; (de l’amont à l’aval) ce     vocable vous parait-il représentatif de la réalité observée ? Pouvez-vous dire pourquoi de manière brève ?

6) Actuellement la forêt (privée  ou autre) demeure une compétence de l’Etat, c’est un fait. Cette compétence vous parait-elle bien remplie ? Précisez  S.V.P. les éléments observés vous permettant de donner cette réponse (celle-ci peut être différenciée selon les différents statuts des forêts), voire de faire le cas échéant quelques propositions d’amélioration et / ou de changement.

7) La fiscalité forestière (taxe foncière – imposition sur le revenu) vous paraît-elle bien adaptée à ce secteur économique ? Vous pouvez argumenter brièvement votre réponse  et faire, si vous le jugez nécessaire, une ou deux propositions pour « faire mieux «.

8) Vous aspirez à un mandat national par lequel vous serez amenés à prendre des décisions sur l’avenir énergétique du pays. Le bois source d’énergie, vous parait-il à même de remplir un rôle important en sa qualité de ressource renouvelable ? Dites pourquoi en étayant sommairement votre réponse.

9) Un des handicaps du bois énergie est actuellement la faible rémunération de la matière première fournie par le propriétaire forestier. Par rapport à une énergie d’origine fossile (moins vertueuse au plan écologique) quel effort du point de vue prix d’achat du bois (en pourcentage) vous semble raisonnable ou acceptable ? Une fois affirmé votre point de vue, seriez-vous prêt à le défendre dans la continuité ?

10) En terme d’emploi on dit  couramment que 300 m3 de bois exploité  génèrent trois emplois induits sur l’ensemble de la chaîne (ou filière). Ce rapport vous parait-il intéressant, voire performant ? Comparativement aux secteurs industriels, agricoles, touristiques ?  En quelques lignes, argumentez votre réponse en l’appuyant si vous le souhaitez  sur des montants d’investissements comparés.

11) On manque de bûcherons et de débardeurs  qualifiés. Les entrepreneurs de travaux forestiers (E.T.F.) sont dans la plupart des cas des travailleurs indépendants. Ce statut comporte avantages et inconvénients. Dans la mesure de votre connaissance du sujet, pouvez-vous formuler deux ou trois propositions capables de rendre cette profession plus attractive pour les jeunes ?

12)  A une brève exception près  (Monsieur René SOUCHON secrétaire d’Etat à la forêt) il n’y a jamais eu un ministère de la forêt, de l’économie et de l’écologie forestière. Pourtant la forêt privée  française  compte 3,5 millions de propriétaires dont 92 000 en Isère et génère  environ 400 000  emplois. L’importance de ce secteur d’activités vous parait-elle justifier la mise en place d’un tel portefeuille ministériel ? Précisez votre réponse : positive ou négative en l’illustrant par quelques arguments.

Si réponses sont apportées à ces questions, nous les mettrons bien sûr en ligne sur sillon38.com.


Catégorie UGDFI, forêtCommentaires fermés

Forêt en Valdaine: omniprésence de la certification PEFC


Chacun sait que le département de l’Isère est largement recouvert de forêts.. C’est le cas en Valdaine ou la forêt, en majorité feuillue représente environ 30% du territoire.

9500 propriétaires forestiers sont recensés possèdent se partagent plus de 9000 hectares. Des propriétaires qui peuvent bénéficier d’un groupement qui gère leurs intérêts: l’Association des Producteurs et Utilisateurs de Bois en Valdaine.

Celle ci vient de tenir son assemblée générale.

On constate que l’APUB en Valdaine compte 72 adhérents, deux de plus que l’année dernière mais que, hélas comme partout, l’adhésion à la démarche PEFC est à la traine. Sur plus de 800 hectares recensés, seulement 383 pour 23 propriétés ont la certification PEFC.

L’association va axer ses démarches sur le regroupement des propriétaires de plantations résineuses, la poursuite des actions envers les propriétaires, la promotion de la certification PEFC, la recherche de nouveaux adhérents,  » il est indispensable d’étoffer notre groupement et nous espérons que les jeunes propriétaires seront sensibles à notre démarche » précisera le Président Paul Piotin.

Comme tout groupement, l’AFUB en Valdaine bénéficie de l’aide d’un conseiller CRPF. Romain Provost a axé ses actions en direction de visites conseils aux propriétaires, la promotion de la certification PEFC, de la gestion de divers dossiers tels que les demandes de subventions…Bien entendu il continuera ses tâches en 2012 en organisant en particulier des réunions bien ciblées sur l’amélioration du taillis et débardage à cheval, la règlementation en forêt privée, la sécurité en forêt…

Alexandre Collomb, scieur à Panissage s’est lancé il y a peu dans l’activité scierie mobile. sillon38 avait fait un reportage chez ce jeune entrepreneur au début de son activité ( pour le lire cliquer sur Une scierie mobile au top en Isère)

Nous étions en 2010 et depuis  » ça marche bien ». Il a présenté son activité, ses particularités au cours de l’AG de l’Association des Producteurs et Utilisateurs de Bois en Valdaine. En un mot la scie se déplace chez les clients, qu’ils soient particuliers ou propriétaires. Chacun imagine les avantages que représente, pour beaucoup cette possibilité. Voir le site: http://www.scieriebois.com/

Henri Gras, président de l’Union départementale des groupements forestiers de l’Isère, à laquelle adhère l’AFUB en Valdaine, a rappelé  » la poursuite intensive de la communication envers la démarche PEFC. Le bois non PEFC sera rejeté systématiquement par la totalité des opérateurs. Une certification qui sera doublée de la traçabilité. » Il a évoqué le développement des ventes groupées, le combat que mène le groupement départemental pour  » dire non aux coupes rases et oui aux replantations. » Il a enfin abordé le travail qui est fait, et  » qui avance dans le bon sens » concernant le projet de regroupement entre l’UGDFI et le syndicat des forestiers de l’Isère.

Bruno de Quinsonnas président du SFP l’a martelé  » La certification PEFC est incontournable… Vous y viendrez obligatoirement alors pourquoi ne pas adhérer de suite, d’autant plus que les aides ( Conseil Général…) sont conditionnées à la démarche de gestion durable. »

Le syndicat des propriétaires forestiers agit tous azimuts pour défendre les propriétaires  » et le travail ne manque pas » et de citer un sujet d’actualité: la nouvelle ligne Lyon-Turin.  » Il faut qu’elle se fasse mais pas dans n’importe quelle condition et surtout pas en lésant les agriculteurs et les propriétaires forestiers. On va mener ensemble le combat… »

il s’est montré très enthousiaste au rapprochement entre les groupements et le syndicat,  » on y gagnera en lisibilité, efficacité…car on parlera d’une seule voix… »

Catégorie UGDFI, forêtCommentaires fermés

UGDFI: les chantiers à venir


Le président de l’Union des Groupements de Développement Forestier en Isère, Henri Gras et son bureau se préparent à une année 2012 bien chargée! L’activité ne manque pas.

A peine élus, les membres du bureau de l’UGDFI sont déjà à pied d’oeuvre.  » Cette année 2012 sera très importante pour la filière bois et l’activité de nos groupements « annonce d’emblée Henri Gras.

il faut dire que l’année 1011 s’est terminée sur les chapeaux de roues avec la fusion des groupements de Belledonne Nord et Sud.  » C’était indispensable et nous avons travaillé dans la bonne intelligence afin que les propriétaires forestiers soient unis dans un même groupement. Aujourd’hui le Groupement de Belledonne est composé de 350 adhérents. C’est de fait devenu une structure connue, représentative auprès de nos différents partenaires comme l’Espace Belledonne. Nul doute qu’à moyen terme d’autres groupements en Isère en feront de même. »

En 2012 nous allons poursuivre notre communication concernant la démarche PEFC. Celle ci étant complétée par la traçabilité. En un mot: un code barre, sera épinglé sur les bois. Grâce à cette pièce d’identité on pourra savoir d’ou vient le bois, jusqu’à sa parcelle d’origine.  »

Cette démarche devient peu à peu obligatoire. Les grosses entreprises de la filière ne souhaitent travailler que du bois PEFC possédant sa propre traçabilité. De trop nombreux propriétaires ne sont pas encore conscients de cela. On va leur expliquer sans répit les avantages de cette démarche ».

La mise en place de coupes-ventes groupées se fait petit à petit. C’est le cas en Belledonne, Trièves Chartreuse..  » Il faut que ce système se généralise sur l’ensemble du territoire, se développe… »

Une commission, dirigée par François Cottin et Fernand Michallat aura la lourde charge d’étudier le rapprochement entre nos groupements et le syndicat des propriétaires forestiers de l’Isère. Ils auront pour mission de rassembler les idées, en présenter une synthèse et faire des propositions ». Le président de l’UGDFI se dit favorable à un tel rapprochement » s’il est fait dans l’intelligence et qui reçoit l’approbation d’une grande majorité des adhérents. Cela nous permettrait de gagner en efficacité, d’avoir plus de cohésion dans nos actions, d’être plus mobilisateurs… »

La recherche de nouveaux adhérents est également une priorité des responsables de l’UGDFI.  » 1600 adhérents pour 92 000 propriétaires répartis sur l’ensemble de l’Isère, c’est trop peu. » Il faut savoir que rejoindre un groupement de forestiers offre de nombreux avantages, au niveau du soutien, conseils, de l’adhésion à PEFC…

Le président Gras est très satisfait des relations  » franches et constructives » entre l’UGDFI et le Conseil Général de l’Isère.  » Nous travaillons en parfaite osmose et nous approuvons le fait que le département conditionne ses aides, au niveau des pistes et routes forestières par exemple, à PEFC et à l’adhésion à un groupement. »

Par contre comment ne pas aborder le marché, en particulier celui lié au bois énergie… » Certains ont peut-être mis la charrue avant les boeufs en installant des chaudières à bois avant de se soucier de l’approvisionnement. Trop de bois vient des départements voisins voire de l’étranger. il faut structurer la filière et surtout que notre bois soit payé à son prix. Sinon c’est certain, il restera sur pieds…. »

A ce jour des doutes subsistent sur le salon européen du bois.  » A priori il aurait lieu mais nous n’y participerons pas. Lors de la dernière édition on s’est beaucoup investi pour un résultat médiocre, au final. Par contre nous réfléchissons à l’organisation d’un salon technique, basé sur les travaux forestiers, avec démonstrations… Il aurait lieu tous les deux ans… »On en reparlera.

Le président de l’UGDFI avait raison de dire en début d’entretien qu’en 2012 il y aura du boulot!


SYLVE38:

ECHANGE DE VISUEL

Le président de l’UGDFI tient à préciser qu’une inversion de visuel s’est produite à la une du dernier numéro du magazine Sylve 38. Il y aurait du avoir un visuel présentant les voeux de l’UGDFI et non ceux du groupement de Belledonne.

Henri Gras, président de l’ensemble des propriétaires forestiers du département, sans restriction aucune, leur renouvelle tous ses voeux pour 2012…



Catégorie UGDFICommentaires fermés

Présidence de l’UGDFI: Henri Gras renouvelé


Le dernier conseil d’administration de l’Union des Groupements pour le développement forestier en Isère s’est tenu à Colombe. Une réunion importante pour cette structure puisqu’elle avait pour mission essentielle d’élire son nouveau bureau.

Henri Gras brillamment réélu président de l'UGDFI.

Henri Gras brillamment réélu président de l'UGDFI.

On peut dire que le bureau précédent a fait du bon travail et que celui ci a été reconnu de façon unanime. En effet le président sortant, Henri Gras à été réélu à l’unanimité (6 voix) moins une abstention…

Première réaction du président Gras:  » je souhaite être le président de l’ensemble des propriétaires forestiers de notre département. »

Les vice-présidents Gérard ARNAUD-Patrick CHION- Florent NARDIN ont également étés reconduits à l’unanimité des voix. Le trésorier Jean Louis REBUFFET ,premier mandat,  et son adjoint Paul PLANCON  ont également été élus à l’unanimité.

Ceux ci seront épaulés par un quatrième vice président: Bertrand de Germiny, qui a été élu à l’unanimité des voix.

On retiendra que le bureau est élu pour 2 ans.

Seul écueil: le poste de secrétaire de l’union. Il n’a pu être désigné faute de candidat. Le président et le bureau ont lancé un appel appuyé auprès du membres du Conseil d’administration afin de combler ce vide.

Le nouveau bureau est dès à présent au travail. Il faut dire que l’activité de l’UGDFI ne manquera pas en 2012.

On en reparlera sur sillon38 tout au long de l’année.

Catégorie UGDFICommentaires fermés

Propriétaires forestiers: prenez le train en marche!


Vœux  pour  2012

Nouvelle Année, que ton cru, soit celui de la pleine réussite pour l’Amont  de la filière.

Que 2012 chers adhérents vous apporte, joie, bonheur et surtout la santé ainsi qu’à vos familles.

Devant une recrudescence des associations de toutes natures qui ne cherchent qu’une chose :

Profiter de matériau noble qui parait-il serait de l’or !! Notre bois.

Nous devons nous rassembler, nous fédérer autour de l’UGDFI et que les propriétaires encore  trop nombreux à penser que tout sera dans l’avenir  comme par le passé, se trompent.

Tout va très vite, certification (PEFC) et maintenant : traçabilité. ¨

Prenez le train en marche et tout ne sera pas perdu.

Nous serons là pour vous accueillir, vous  aider à gérer votre forêt.

Nos Groupements sont efficaces.

Les hommes qui les dirigent sont amplement à la hauteur de cette tâche .

Henri GRAS

Président de l’Union des Groupements pour le Développement Forestier en Isère.

Pour contacter le Groupement départemental:

UGDFI:

40 avenue Marcellin Berthelot

BP 2608-  38036 Grenoble cedex 2

Catégorie UGDFICommentaires fermés

Bienvenue au Groupement des Sylviculteurs de Belledonne


Ce 25 novembre 2011 restera à jamais gravé dans les mémoires de tous les acteurs de l’espace Belledonne.

En effet, à Theys s’est déroulée l’assemblée générale constitutive du Groupement des sylviculteurs de Belledonne. Ceci en présence de plusieurs personnalités dont Charles Galvin vice président du conseil général de l’Isère en charge de la forêt.

Justement au niveau de sa forêt, le massif de Belledonne était divisé en deux: le groupement des sylviculteurs de Belledonne nord et celui du sud. Deux entités qui fonctionnaient bien mais le coup de fouet donné depuis quelques temps, les perspectives à venir de la filière bois ne pouvaient que renforcer l’idée que les deux groupements devaient fusionner.  » Cela fait un an que nous travaillons sur ce dossier et nous sommes fiers qu’il aboutisse ce soir  » diront de concert les président Gras et Giraud.

Les statuts ont donc été adoptés en première partie de soirée avant que soit élu un nouveau bureau de 25 membres.

Celui ci a porté à la présidence du tout nouveau Groupement des Sylviculteurs de Belledonne ( GSB ) Henri Gras.


Henri Gras premier président de l'histoire du Groupement des Sylviculteurs de Belledonne

Henri Gras premier président de l'histoire du Groupement des Sylviculteurs de Belledonne.

Il sera secondé par trois vice-présidents: Roger Giraud, Louis Janot, Florent Nardin. Le trésorier titulaire sera Paul Plançon, son adjoint étant Jean Carvin. Il reste bien entendu au nouveau bureau à se structurer. Ce qui sera fait dans les jours prochains.

Henri Gras s’est dit heureux que cette fusion se fasse dans de telles conditions.  » Elle était devenue indispensable pour pérenniser l’avenir de la forêt de Belledonne. Nous allons poursuivre la voie qui a été tracée et renforcer certaines de nos actions: développer la démarche PEFC, par exemple.  » A noter que le nouveau groupement sera fort de 340 membres.

Charles Galvin a tenu à féliciter l’ensemble des propriétaires qui a oeuvré pour se regroupement.  » Aujourd’hui Belledonne a une entité forêt. Cela va grandement en faciliter les actions menées par différents partenaires dont le Conseil Général.  » Il a rappelé que  » le département met tout en oeuvre pour valoriser le bois local et il croit beaucoup au succès des démarches comme Bois des Alpes, Bois d’ici. » Il a également précisé que  » l’on doit se doter d’outils performants, modernes, voilà pourquoi il faut qu’une action soit menée auprès des scieries. »

Xavier Martin, directeur du CRPF Rhône-Alpes est également intervenu dans ce sens. Avec un peu de provocation, voulue: » dans quelques années les rois du pétrole seront les propriétaires forestiers. La demande de bois sera de plus en plus importante. Les prix seront forcement à la hausse. Vous les propriétaires, vous devez vous préparer à cette nouvelle donne, agir. Si ce n’est pas le cas, d’autres prendront la place et ce serait fort préjudiciable pour l’ensemble de notre filière locale, régionale. »

Parmi les actions à mener il y a certes la démarche PEFC mais on peut citer également la traçabilité, l’organisation de ventes de bois groupées, l’amélioration des dessertes forestières… On le voit, les pistes ne manquent pas.

Au niveau de l’action,  la Communauté de Commune du Grésivaudan s’est lancée dans un projet stratégique forestier du Grésivaudan. Le but premier de ce projet étant d’insuffler une dynamique collective pour le secteur de la forêt et du bois. Avec comme finalité de structurer cette filière avec tous les acteurs concernés de façon durable et innovante.

En regroupant leurs deux groupements les sylviculteurs de Belledonne se sont également inscrits dans la logique de développement durable de la forêt du massif.

Henri Gras présente les enjeux futur pour le tout nouveau Groupement des sylviculteurs de Belledonne. A ses côtés Charles Galvin.

Henri Gras présente les enjeux futur pour le tout nouveau Groupement des sylviculteurs de Belledonne. A ses côtés Charles Galvin.


A retenir: 6 janvier: assemblée générale de l’UGDFI.




Catégorie massif de BelledonneCommentaires fermés

Assemblée Générale extraordinaire et ordinaire du Groupement des Sylviculteurs de Belledonne


Le 25 novembre se tiendront les assemblées générales extraordinaire et ordinaire du Groupement des Sylviculteurs de Belledonne. Il s’agit d’un rendez vous important pour la filière sylvicole du massif de Belledonne. En effet les deux groupements de sylviculteurs, nord et sud ont fusionné. Il s’agira donc de voter les statuts du nouveau groupement des sylviculteurs de Belledonne mais aussi d’élire un nouveau bureau et donc du président de cette nouvelle entité.

25 Novembre 2011, l’Assemblée Générale

Extraordinaire et ordinaire du G.S.B

Se tiendra en la salle des  sports de  THEYS à 18 heures.

Déroulement :

Sous la présidence  du doyen d’âge MR Clément GUILLET.

Tous les membres des 2 C.A sont démissionnaires.

Ils peuvent se représenter en remettant cette demande  à l’ouverture de cette Assemblée

Vote des statuts avec effet le 1 Janvier 2012

Les personnes désireuses de participer comme membre du bureau

Seront élues par l’Assemblée

Vote de l’Assemblée.

______________________________________________________________

SUSPENSION de séance (environ 1 heure)

Pendant cette suspension les nouveaux membres éliront le président conformément aux statuts

_—————————————————————————————–

19  heures  Ouverture de l’Assemblée Générale ordinaire

Présentation par le doyen du nouveau Président

Rapport financier

Mot du nouveau Président

Parole aux intervenants ; ELUS, C R.P.F  , Syndicat

Avec Jean-Marc MORLET du Pôle National de Traçabilité

Questions diverses

Pot de l’amitié

Les présidents : Roger GIRAUD   Henri  GRAS

Catégorie massif de BelledonneCommentaires fermés

Coupes de bois intempestives: L’UGDFI alerte les propriétaires forestiers


L’ UNION des GROUPEMENTS POUR le DEVELOPPEMENT FORESTIER en ISERE ADRESSE UN MESSAGE D’ALERTE AUX PROPRIETAIRES FORESTIERS PRIVES DE L’ISERE ADHERENTS AUX GROUPEMENTS DE SYLVICULTEURS COMME AU NON ADHERENTS.

« Depuis ces dernières années, sur notre Département règne un climat malsain.

En effet, certaines entreprises faisant du démarchage pour acheter des bois sur pied, non seulement proposent aux propriétaires de faire des coupes rases, mais font preuve parfois d’une fâcheuse tendance à outrepasser les limites des parcelles concernées (délit d’outrepassé commis chez les voisins).

Ces méthodes sont illégales et peuvent être préjudiciables à l’équilibre forestier dans la mesure où elles font fi des recommandations relatives à une saine gestion forestière.

Nous demandons instamment à tous les propriétaires qui seraient sollicités par ces acheteurs, de bien vouloir en référer à leurs groupements respectifs; ces derniers étant capables de leur donner conseils et éclaircissements si nécessaires.

Pour ceux, qui auraient  constaté des coupes de bois faites à leur insu sur leurs parcelles, nous leur conseillons de s’adresser d’urgence

- Aux responsables du groupement le plus proche (pour une première information)

- Aux responsables du Syndicat des Forestiers Privés de l’ISERE (habilité pour assurer la défense juridique de leurs intérêts.)

Précisons que  ces pratiques ne sont que l’apanage d’une minorité dont la malfaisance est inversement proportionnelle au nombre infime qu’elle représente.

Le PRESIDENT de l’UGDFI

Henri GRAS »

UGD+FI

L’union des Groupements pour le développement forestier en Isère est l’instance qui apporte son aide, à tous niveaux, aux propriétaires forestiers de notre département. A ce jour, l’UGDFI compte plus de 1500 Adhérents. Pour contacter l’un des huit groupements locaux…

Association des Producteurs et Utilisateurs de Bois en Valdaine

Paul PIOTIN
Le Vernay
38690 OYEU

Tel : 04-76-55-65-36

F : 04-76-55-62-28

cloture-piotin@wanadoo.fr

Association Forêts Trièves Beaumont Matheysine

Patrick CHION

Le Mas
38650 St GUILLAUME

Tel: 04-76-34-16-89

Patrick.chion@aftbm.org

Association pour le développement des Bonnevaux-Chambarans

Paul ROSTAING
Les Guillauds –38440 Savas Mepin

Tel: 04-74-58-64-93

Groupement des sylviculteurs de Belledonne Nord

Henri GRAS
Les Près Communaux 38190 LES ADRETS

Tel: 04-76-71-17-96

Groupement des sylviculteurs de Belledonne Sud

Roger GIRAUD

38190 LA COMBE DE LANCEY

Tel: 04-76-71-54-50

Groupement des Sylviculteurs du Vercors 4 Montagnes

Daniel BONNET
6, grande rue – 38120 Le FONTANIL CORNILLON

Tel: 04-76-75-68-31

daniel.bonnet38@orange.fr

Groupement des Sylviculteurs de Chartreuse

Pierre Basso

Tel: 09 63 63 82 55

pierre.basso-de-marco@orange.fr

Association VALFOR

Bertrand de GERMINY – 46 rue de la Charité – 69002 LYON

Tel: Dom : 04-78-42-01-35
Camp:04-74-80-16-11

Pour contacter le Groupement départemental:

UGDFI:

40 avenue Marcellin Berthelot

BP 2608-  38036 Grenoble cedex 2

Catégorie - filière bois, forêtCommentaires fermés

AG de l’ Association Forêts Trièves-Beaumont-Matheysine


L’Association Forêts Trièves-Beaumont-Matheysine organise sa 29ème assemblée générale le samedi 7 mai à Monestier de Clermont.

Outre les différents rapports, de nombreux sujets seront abordés au cours de ce rendez vous important pour l’ensemble de la filière bois Sud Isère.

Parmi ceux ci on retiendra l’intervention de Dominique Chartier, directeur de la MFR de Vif. Celui ci exposera comment la MFR répond aux besoins de la filière bois en organisant des formations adaptées: bûcheronnage, élagage, débardage…ainsi que la mise en place d’un groupement d’employeurs.

Parmi les autres temps forts, on retiendra les résultats concernant la charte forestière de territoire du Trièves, le bien fondé de la démarche PEFC argumentée par le président de l’UGDFI, Henri Gras, le label Bois des Alpes par le président Jean Bernard. Une présentation du Plan d’approvisionnement territoire Alpes Sud Isère sera également proposée aux participants à cette assemblée générale présidée par Patrick Chion.

On écoutera également les interventions de Frédérique Puissat présidente de la communauté de communes de Monestier de Clermont et conseillère générale du canton de Monestier de Clermont ainsi que celle de Charles Galvin, vice président délégué du conseil général de l’Isère en charge de la forêt, de la filière bois et de l’économie rurale.

Assemblée générale de l’AFTBM

samedi 7 mai

Salle polyvalente

Monestier de Clermont.

Début des travaux: 9 heures.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2020
L Ma Me J V S D
« sept    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+