Tag Archive | "INAO"

Convention entre L’INAO et Parcs nationaux de France


L’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) et Parcs nationaux de France (PNF), établissement qui fédère les dix parcs nationaux français, deviennent partenaires pour accroître l’efficacité de leurs actions respectives en matière de développement et de préservation des territoires.

Le 25 novembre 2016, Jean Luc DAIRIEN, directeur de l’INAO et Michel SOMMIER, directeur de PNF ont signé ce jour une convention de partenariat entre leurs 2 organismes.

Ce partenariat concrétise leur intérêt partagé en matière de développement et de préservation des territoires. Il vise  à accroître la coordination de leurs actions respectives sur des territoires communs à un parc national et à des signes officiels d’identification de la qualité et de l’origine (SIQO) et à mobiliser leurs réseaux (délégations territoriales de l’INAO, organismes de défense et de gestion – ODG – des SIQO, parcs nationaux).

Il a pour objet de construire une collaboration active sur les territoires des parcs nationaux autour de 5 axes d’actions :

  • Assurer la coexistence des signes d’identification de la qualité et de l’origine et dEsprit parc national, la marque collective des parcs nationaux, sans confusion pour le consommateur,
  • Valoriser les engagements de chacun dans l’agro-écologie, en favorisant une agriculture diversifiée, résiliente, rémunératrice,  préservant la biodiversité et ancrée sur les territoires,
  • Mutualiser les informations pour protéger le foncier sous SIQO,
  • Echanger les données de chaque structure en s’informant mutuellement de l’état d’avancement de leurs démarches (déploiement de la marque Esprit parc national, modification ou création de SIQO…),
  • Informer les réseaux respectifs de l’existence de cette convention de partenariat et leur proposer des actions d’information ou de formation.

« Les parcs nationaux comme les SIQO participent à la reconnaissance et à la préservation d’éléments du patrimoine national, souligne Jean-Luc Dairien, directeur de l’INAO. Dans le même esprit que les parcs nationaux, les SIQO permettent d’identifier des territoires d’exception, ils offrent une combinaison d’espaces terrestres et maritimes remarquables et un mode de gouvernance et de gestion uniques qui leur permettent d’en préserver les richesses. »

« PNF s’est rapproché de l’INAO dans le cadre du développement de sa marque collective et commerciale Esprit Parc national  qui a été lancée en 2015 pour contribuer, de façon concrète, au développement durable des territoires des parcs nationaux. On a partagé avec l’INAO une approche convergente où les valeurs de la marque : authenticité, engagement, respect, partage, vitalité, sont complémentaires de la garantie d’origine des SIQO, indique Michel Sommier, directeur de PNF. Au-delà de ces valeurs communes, des synergies encore plus fortes pourront être développées entre nos deux organismes.»


Catégorie parcsCommentaires fermés

La dénomination Chignin-Bergeron a désormais une aire géographique délimitée


Créée en 1973, l’AOP Savoie Chignin-Bergeron n’avait pas de délimitation officielle. C’est maintenant chose faite par décision de l’INAO du 12/02/2015

La délimitation parcellaire de l’AOP Savoie dénomination Chignin-Bergeron s’étend sur 271 hectares sur trois communes, Chignin, Francin et Montmélian situées sur des éboulis calcaires du massif des Bauges, en Combe de Savoie. Chignin-Bergeron produit un vin blanc mono-cépage à base de Roussanne.


« Fils de l’élégante Roussanne, aux grains blanc doré, presque roux, le Chignin-Bergeron est le prince des vins de Savoie : vêtu d’une robe jaune pâle dans sa jeunesse, il se pare de reflets bouton d’or en vieillissant. Avec ses arômes de pêche, de mangue et surtout d’abricot, de violette ou de lilas, de miel et de fruits secs, ce vin subtil emplit la bouche, mais demeure aérien. » Evelyne Léard-Viboux et Laurent Madelon, Vins et Vignobles en Savoie Mont Blanc (LM EDITION 2014).


Cette démarche de reconnaissance d’une aire géographique délimitée a été initiée en 2001 par les producteurs du cru. Après plus de 12 ans  d’une large réflexion, le Syndicat Régional des Vins de Savoie a validé les travaux des experts désignés par l’INAO. Ce travail a été guidé par des valeurs basées sur l’adéquation du sol avec le cépage Roussanne, le climat et les usages locaux. La Roussanne, cépage blanc (autrefois appelé Bergeron en Savoie) représente 4 % de l’encépagement du vignoble de Savoie.

La notoriété de cette appellation s’est construite grâce à l’exigence des producteurs qui ont su travailler le cépage Roussanne dans le respect de leur terroir.

Michel Quénard, président du Syndicat Régional des Vins de Savoie : « Le terroir demeure l’élément principal de la qualité du vin. Avec un climat et une topographie propices à la maturité optimale de ce raisin, le sol par sa géologie confère l’identité au vin. Chignin-Bergeron méritait cette délimitation ». Le Syndicat Régional des Vins de Savoie souhaite engager maintenant cette appellation vers une appellation autonome pour une protection juridique forte à l’international.

Catégorie A la une, Pays de Savoie, viticultureCommentaires fermés

AOC bois de Chartreuse: le dossier avance..


Les bois de chartreuse pourraient obtenir une AOC..

C’est pour valoriser ses bois que le Comité Interprofessionnel du Bois de Chartreuse, soutenu par le Parc, a initié une démarche de reconnaissance en Appellation d’Origine Contrôlée pour le bois de Chartreuse.

L’objectif ?

Démontrer la typicité de la richesse naturelle, de la production et de la transformation des bois de Chartreuse. Une démarche innovante puisque l’AOC porte aujourd’hui principalement sur des produits agro-alimentaires !

L’INAO a validé en 2008 le lancement de cette procédure et soutient la démarche…puisqu’elle vient d’en accepter officiellement la demande.

Des experts vont à présent  travailler sur la délimitation exacte de l’appellation. Un calendrier prévisionnel défini par l’INAO, prévoit que cette étude concernant la délimitation du périmètre pourrait être achevée fin 2015.

Les bois de chartreuse AOC courant 2016…? C’est plus qu’une possibilité..

Catégorie A la une, Forêt de Chartreuse, forêtCommentaires fermés

Beurre de Bresse et Crème de Bresse : l’INAO donne son feu vert à l’AOC


Le Comité national des appellations d’origine laitières, agroalimentaires et forestières de l’INAO a approuvé, lors de sa séance du 26 janvier 2012, les projets de cahiers des charges « crème de Bresse »  et « beurre de Bresse » dans la perspective d’une reconnaissance en appellation d’origine contrôlée (AOC) de ces produits.
Les cahiers des charges seront soumis aux ministres compétents en vue de leur homologation par décret publié au Journal officiel de la République française.

La crème de Bresse présente un taux de matière grasse élevé qui est à l’origine de son onctuosité. Sa lente maturation biologique favorise son développement aromatique, qui lui confère un goût légèrement acidulé. La crème de Bresse peut se présenter sous la forme d’une texture semi-épaisse ou épaisse. Les deux types de crème se différencient principalement par leur niveau d’acidité. La crème de Bresse semi-épaisse présente l’intérêt de bien résister à la chaleur, tandis que la crème de Bresse épaisse est traditionnellement utilisée en nappage ou alors pour des cuissons courtes et à températures modérées.

Le beurre de Bresse est issu de crème de Bresse et fabriqué en baratte. Le beurre de Bresse se caractérise par une couleur légèrement jaune qui peut évoluer dans la saison avec notamment des beurres plus jaunes au printemps et à l’automne, ainsi que par une odeur marquée de notes florales ou légèrement sucrées. Le beurre de Bresse est fondant en bouche et son goût est notamment dominé par des notes de fruits secs (noisettes et noix).

La production de crème et beurre de Bresse concerne la même zone géographique et est répartie sur les départements de l’Ain, du Jura et de la Saône-et-Loire. Cette zone traditionnelle de fabrication de crème et de beurre se caractérise notamment par une diversité de sa flore et une culture du maïs, deux éléments concourant à l’alimentation des vaches laitières et caractérisant la crème et le beurre de Bresse. Ce système d’alimentation mixte assure en effet, de par la présence du maïs un lait riche en matière grasse et du fait de l’apport d’herbe dans la ration alimentaire un lait d’une coloration soutenue.

La crème et le beurre de Bresse sont tous les deux des produits très prisés des cuisiniers et pâtissiers. Depuis le 19ème siècle, ils sont des ingrédients de choix qui sont utilisés ou qui accompagnent notamment des plats de la gastronomie bressane et lyonnaise.

L’appellation d’origine contrôlée est un signe français désigne un produit dont toutes les étapes de fabrication (la production, la transformation et l’élaboration) sont réalisées selon un savoir-faire reconnu dans une même zone géographique, qui donne ses caractéristiques au produit.
Une fois le cahier des charges homologué, le dossier sera transmis à la Commission européenne pour son enregistrement en AOP.
Comme pour tout produit sous signe d’identification d’origine et de qualité, des contrôles réalisés par des organismes indépendants permettent de s’assurer du respect des conditions et de la zone de production au travers d’un plan de contrôle validé par l’INAO.

Données chiffrées 2010 :

-    532 tonnes de crème de Bresse dont 364 tonnes de crème de Bresse épaisse
-    434 tonnes de beurre de Bresse

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Le « charolais », nouveau venu sur le plateau de fromages AOC


Le "charolais": n°46 sur la liste des AOC

Le "charolais": n°46 sur la liste des AOC

L’INAO vient de l’annoncer : le « charolais » devient officiellement le 46e fromage à bénéficier d’une AOC en France. Ce statut date de février 2009. Mais le décret portant homologation de l’appellation a été publié au JO le 23 janvier 2010.

Les fromages «charolais» sont fabriqués à partir de lait de chèvre cru entier. Ils sont de forme cylindrique verticale légèrement bombée, à pâte de couleur crème, ferme et lisse. A l’issue d’un délai minimal d’affinage de 16 jours, son poids est compris entre 250 et 310 grammes pour un diamètre à mi-hauteur compris entre 60 et 70 mm et une hauteur comprise entre 70 et 85 mm. Sa croûte évolue du beige/ivoire à l’état jeune vers le bleutée en fleurissant. Des taches bleues, principalement de pénicillium, peuvent apparaître en cours d’affinage. Il contient au minimum 45 grammes de matière sèche pour 100 grammes de fromage.

Le « charolais » est produit au sein du bocage charolais. L’aire géographique de l’appellation s’étend sur 252 communes où sont effectués la production du lait, la fabrication et l’affinage des fromages et 3 communes prises en partie où seul l’affinage des fromages peut être réalisé.

Le « charolais » est l’héritage d’une tradition ancienne d’élevage de chèvres et de production de fromages, dans les fermes bovines du Charollais et du Brionnais. L’élevage caprin est apparu très tôt comme une activité complémentaire de l’élevage et de l’engraissement des bovins, mais c’est dans les années 1960 que la production de fromages en pur lait de chèvre s’est confortée.

Pendant longtemps limitée à la Bourgogne et au nord de la région Rhône-Alpes, la notoriété du « charolais », s’est largement développée depuis les années 1970 avec l’essor commercial du produit vers les grands marchés parisiens. Aujourd’hui encore, la production est restée essentiellement fermière, au sein d’élevages traditionnels de petite taille (1).

Comme pour tout produit sous signe d’indentification d’origine et de qualité, des contrôles réalisés par des organismes indépendants permettent de s’assurer du respect des conditions de production qui incluent la problématique de l’aire géographique.

…………………………………………………………….

(1) Données chiffrées :16 producteurs fermiers, 1 affineur et 1 atelier de transformation laitière, 59 tonnes produites en 2009, représentant 210 723 fromages et 1 171 000 litres de lait produit.724 exploitations caprines présentes dans l’aire géographique en 2008.

Catégorie terroirs/gastronomieCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+