Tag Archive | "JA"

NOUVEAU Plan Loup : une provocation supplémentaire !


Communiqué de la FNSEA, JA, APCA, FNO

Alors que l’élevage en plein air est plébiscité par les Français, que penser d’un Etat qui souhaite que le métier d’éleveur cesse d’exister dans nos montagnes et nos territoires ruraux ?

Les annonces faites par le Ministère de la transition écologique et solidaire et le Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt ce mardi 12 septembre lors de la réunion d’information et d’échange à Lyon sur le plan loup 2018/2023 montrent sans nul doute que les éleveurs et l’élevage ne sont pas la priorité du gouvernement. Ils sont au contraire sacrifiés au nom de la protection et l’expansion du loup en France !

Alors que le nombre d’animaux domestiques tués par les loups est désormais annuellement supérieur à 10.000 et le coût budgétaire supérieur à 26 millions d’€, comment un Etat responsable peut-il encore encourager l’augmentation du nombre de loups ?

Les seules nouvelles propositions du plan loup qui consistent à :

  • Conditionner l’indemnisation des dommages dus au loup à la mise en oeuvre des mesures de protection
  • Prioriser les tirs d’effarouchement et de défense simple, restreindre la délivrance des tirs de défense renforcée
  • Interdire les tirs de prélèvement avant la fin de l’été avec la volonté affichée de fortement les réduire voire les supprimer …

sont une énième provocation envers les éleveurs et un mépris de leur métier !

Nous, FNSEA, JA, APCA, FNO, refusons catégoriquement de discuter dans ces conditions. Nos propositions pour le plan loup 2018/2022 ont été balayées d’un revers de la main !
Nous ne pouvons tolérer cette manière de travailler alors que les éleveurs se trouvent dans une profonde détresse à cause de ce prédateur et quittent le métier sans être remplacés !
Ces propositions des ministères nous ont conduits à quitter la réunion après avoir fait une déclaration. Nous avons réitéré nos propositions pour que l’éleveur et l’élevage soient désormais au coeur du prochain Plan.

Si les deux ministères refusent de nous écouter et de nous respecter, les éleveurs de France sauront faire entendre leur voix, leur lassitude et leur désespoir de quelle que manière que ce soit ! Notre objectif reste le même : la paix pour les éleveurs et zéro attaque sur leurs troupeaux !

Catégorie loupCommentaires fermés

Jérémy Decerle nouveau président des JA


Le 2 juin dernier à Mâcon, Jérémy Decerle est devenu officiellement le 27ème président de Jeunes Agriculteurs.

1

Eleveur de bovins en Bourgogne, Jérémy Decerle souhaite que le renouvellement des générations en agriculture et la structuration des filières agricole restent une priorité.

Pour cet originaire de Saône-et-Loire, être élu dans le département organisateur du congrès où il a fait ses premières armes de syndicaliste est une fierté.

Ce congrès anniversaire qui a réuni plus de 800 responsables syndicaux Jeunes Agriculteurs pendant 3 jours, était aussi un congrès électif. Les 37 nouveaux membres du Conseil d’Administration ont désigné le Bureau Jeunes Agriculteurs et son président dans la nuit de mercredi à jeudi. Jérémy Decerle, alors vice-président, devient président de Jeunes Agriculteurs, succédant à Thomas Diemer.

Catégorie agriculture, vie syndicaleCommentaires fermés

Colère et crises agricoles : des actions ciblées


La FNSEA et les JA communiquent:

 » Partout en France, les manifestations se multiplient. Tout le monde en connaît les causes et les expressions. Le désespoir est là probant et béant.
La FNSEA et Jeunes Agriculteurs vont prendre à témoin dans leurs actions deux types d’acteurs : les parlementaires et les représentants des acheteurs qu’ils soient de la grande distribution ou des transformateurs.

Dans chaque département, à partir de lundi, la GMS et les transformateurs seront convoqués afin d’être confrontés non pas à des tableaux de chiffres, mais à la vraie vie des paysans. L’objectif est bien de montrer la vérité de nos productions !

Les agriculteurs ont le droit de vivre de la vente de leurs produits. La semaine suivante, ce sera au tour des parlementaires d’être convoqués, afin qu’au-delà des discours, les politiques français votent les lois en véritable conscience, et sans idéologie, sur le devenir de nos activités.
L’heure est grave. La FNSEA et JA, par ces deux actions, souhaitent qu’enfin la raison l’emporte. »

Catégorie agriculture, vie syndicaleCommentaires fermés

Stop aux contraintes, aux lourdeurs administratives..mais pas stop à la mobilisation


De mémoire, nous n’avions jamais vu, assisté à une manifestation avec des agriculteurs autant déterminés, mobilisés, mais aussi autant inquiets pour leur avenir..C’est d’autant plus inquiétant que le cortège était formé essentiellement de jeunes agriculteurs.

Les agriculteurs isérois sont mobilisée et ils ont, depuis plusieurs jours sillonné le département allant rendre  » visite  » à de nombreux centres de distribution, grandes surfaces, coopératives et entreprises laitières, centrales d’achat. Cela afin de défendre leur pouvoir d’achat à travers la réévaluation des prix payés aux producteurs.

Ce mercredi 5 août il en était autrement. Il s’agissait de dénoncer  » outre le fait que nous n’avons pas les prix que nos produits méritent et qui nous permettraient de vivre, mais le fait qu’on nous impose de plus en plus de contraintes, à tous les niveaux. On dit donc stop aux contraintes et on va le faire savoir de façon spectaculaire à l’Etat via une manifestation  » musclée devant la Direction Départementale des Territoires » nous dira un jeune agriculteur exaspéré.

Pour cette opération, les JA et la FDSEA ont obtenu deux renforts de poids: Xavier Beulin et Dominique Barrau, président et secrétaire Général de la FNSEA.

Avant que le cortège ne s’ébranle de Voreppe, le président de la FNSEA a annoncé que  » la France paysanne est mobilisée comme jamais « et a déjà fixé un rendez vous: le 7 septembre à Bruxelles, jour ou se déroulera un un Conseil européen exceptionnel des ministres de l’agriculture.  » vous vous mobilisez contre le cumul des normes.. mobilisation légitime.. Notre revendication: que les normes, contraintes doivent les mêmes pour tout le monde en Europe. »

Une bonne cinquantaine de tracteurs, autant de voitures.. ont ensuite pris la direction de Grenoble, via l’A 480 totalement bloqué.. jusqu’au Pont de Catane. Le cortège entrant en ville pour  accéder à sa destination finale: le siège de la direction départementale des Territoires.

La première action étant de murer les entrées de l’établissement avec comme slogan inscrit sur les moellons : vous voulez du béton, en voilà. Françoise soulier, présidente des JA 38 voyant un symbole: « il y a un mur entre l’administration et nous-mêmes. »

Marie-Claire Bozonnet directrice de la DDT accompagnée du Secrétaire Général de la préfecture Patrick Lapouze, a tenté de calmer les esprits, d’expliquer ..en vain. Ses propos étant interrompus par des:  » Si un contrôleur vient chez moi, il y aura un mort: ou lui ou moi…  » Je n’ai même pas les moyens d’acheter un jouet à ma fille, » « le nombre élevé et en croissance des suicides chez les agriculteurs ne vous interpelle pas…  »

Franchement ses explications sur les aides Pac, les dossiers installations, le loup n’ont pas convaincus.

Dominique Barrau précisant que la guerre menée sera longue avant de crier victoire.. » Mobilisons nous pour que le les prix payés aux producteurs leur permettent de vivre.. Pour que les 340 euros la tonne de lait soit une réalité.. »

Inutile de dire que les locaux de la DDT ont été une cible privilégiée.. pour épancher une certaine colère, détresse..

Gilbert PRECZ


Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Soutenez nos éleveurs, mangez de l’agneau français !


Bien que la situation économique des éleveurs ovins se soit améliorée ces dernières années, cette production est
fragile car encore convalescente. Face à la baisse des prix de l’agneau depuis plusieurs semaines et au contexte de
crise de l’élevage d’une manière générale, le conseil d’administration de la FNO a décidé de s’inscrire et d’inviter les
producteurs ovins à participer aux actions syndicales menées par la FNSEA et les JA pour la défense du prix.

Si la FNO revendique l’obtention d’un prix rémunérateur et garantissant de réelles perspectives de
croissance pour les éleveurs de moutons, elle invite également tous les consommateurs à manger de
l’agneau français.

Elle rappelle que l’agneau français, c’est :
• Pour le consommateur :
o une viande d’une traçabilité sanitaire irréprochable grâce à l’identification électronique de nos animaux,
o un grand nombre de signes officiels de qualité (près de 50% des éleveurs sont engagés dans des démarches
de qualité)
• Pour la collectivité :
o le maintien d’une présence humaine, d’une dynamique économique et d’emplois en zones rurales,
o une présence que seul l’élevage ovin peut assurer dans les endroits les plus reculés,
o l’entretien des paysages, le maintien des espaces naturels ouverts et donc une contribution à la lutte contre les
incendies, l’entretien des pistes de ski, …

Pour redynamiser la consommation de viande d’agneau, dans un contexte de baisse structurelle, et pour mettre en
avant la production française, les éleveurs ovins s’afficheront à travers toute la France grâce à des pancartes et des
autocollants qui seront installés dans les fermes et dans des zones stratégiques en cette période de congé estival.
Ils veilleront également à ce que les distributeurs jouent la carte de l’agneau français en le mettant en avant dans les
rayons des grandes surfaces. Depuis le début de l’année, ils ont à leur disposition les logos « Viande Ovine
Française » et « Viande d’Agneau Français » créés par Interbev Ovins.

Sans titre

Manger de l’agneau français, c’est préserver de nombreux emplois en France
et maintenir le dynamisme de nos campagnes !

Catégorie ovins, élevageCommentaires fermés

Agriculture en crise: agriculteurs en détresse…


Plus de 150 agriculteurs de l’Isère dont de nombreux jeunes ont répondu à l’appel conjoint de la FDSEA et des JA de mobilisation pour crier leur colère face à une conjoncture qui leur est totalement défavorable. La rencontre étant programmée devant la sous-préfecture de La tour du Pin.

Ils ont même lancé un cri d’alarme  » à cause d’un prix du lait qui ne cesse de baisser.. » Mais il n’y a pas que le lait, les cours des céréales sont inférieurs aux coûts de production, la filière fruitière souffre, les mises aux normes sont toujours de plus en plus drastiques..la filière viande ne se porte pas bien du tout.. »

2Cette mobilisation baptisée  » nuit de détresse » à juste titre si on retient qu’il a été annoncé que de nombreuses trésoreries sont au plus bas et que l’on risque de voir disparaître de nombreuses entreprises, exploitations dans les mois à venir.

Le président du conseil Départemental Jean Pierre Barbier a tenu à apporter son soutien aux agriculteurs..  » L’agriculture joue un rôle primordial dans notre département.. ». Le sous préfet de LA Tour du Pin a également entendu les messages…

Ensuite les agriculteurs en colère ont rendu visite à quelques grandes surfaces du département afin de faire comprendre à la grande distribution que la guerre des prix mise en place se fait sur le dos des agriculteurs.

1

L’été s’annonce chaud!

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Loup: échange sur la problématique de la prédation


A l’occasion de la Transhumance de Die, FNSEA, JA et FNO vous invitent à un échange sur la problématique de la prédation

Samedi 20 juin 2015 à 10h30 – Place du Mazel, 26150 DIE

Les populations de grands prédateurs se développent et conquièrent chaque année en France de nouveaux territoires.

Le loup est aujourd’hui le principal fléau de tous les systèmes d’élevage en plein air !

Si la problématique a longtemps été cantonnée aux ovins et à la montagne, c’est désormais un problème d’envergure croissante qui touche tous les territoires et tous types d’élevages de plein air (ovins, caprins, jeunes bovins et équins) et devient un frein au développement économique et à la pérennité des systèmes d’élevage dans les zones touchées.

Le bilan des attaques de loups, au 31 décembre 2014, s’élevait à 9 033 victimes constatées pour 2 515 attaques contre 6 810 victimes constatées et 2 082 attaques en 2013.

On assiste donc à une explosion  du nombre de victimes du loup.

Les attaques se multiplient dans les zones historiques et de nouveaux départements sont touchés. De plus, le loup change de comportement en s’approchant de plus en plus des bergeries et des habitations. En 2014, la présence de loups a été constatée dans 29 départements contre 19 en 2013. Plus de 1 050 éleveurs sont concernés par ce prédateur !

Depuis le début de l’année 2015, la tendance est loin de s’inverser. Les attaques continuent sans cesse et les éleveurs sont à bout !

Face à l’ampleur de ces attaques et à l’extension territoriale du loup, FNSEA, JA et FNO vous invitent à participer à un temps d’échange en présence d’élus et d’éleveurs pour rappeler à l’ensemble de nos concitoyens et surtout aux pouvoirs publics la profonde détresse des éleveurs touchés par ce fléau et donc l’obligation de mettre en place des mesures concrètes d’ici fin juin ! Le quota des 36 loups doit être atteint avant la fin du mois !

Sans réelle volonté politique, nous ne viendrons jamais à bout de ce prédateur !

Catégorie loupCommentaires fermés

Biodiversité : nous nous engageons !


Logo des chambres d'agriculture, agriculture et territoires, retour à l'accueil

Quatre organisations, FNSEA, JA, APCA et Coop de France, viennent d’ adhérer à la Stratégie Nationale pour la Biodiversité 2011-2020.

Par cette signature, il y a un engagement à partager les orientations de la stratégie, notamment les objectifs de préserver, restaurer, renforcer, valoriser la biodiversité. Par leur travail quotidien, les agriculteurs et leurs conseillers contribuent à la création et à la gestion de biodiversité. Ces services environnementaux méritent d’être reconnus et développés.

Dans le cadre de cette adhésion, la profession agricole et agroalimentaire déposera un programme d’actions volontaires pour la biodiversité d’ici un an.

Un recueil d’actions des partenaires agricoles et ruraux en faveur de la biodiversité a été publié mi-avril  2014.

A cette occasion, les 46 partenaires de ce recueil avaient présenté leurs actions de maintien et de restauration des écosystèmes, leurs outils de gestion ou de communication sur la biodiversité, leurs programmes de recherche. Cela met en valeur des initiatives individuelles et collectives qui représentent bien la sensibilité et l’efficacité de femmes et d’hommes avec une vraie volonté de développement durable.

Au moment où l’examen du projet de loi pour la biodiversité débute lundi 16 mars à l’Assemblée nationale, nous, FNSEA, JA, APCA et Coop de France, veulent approfondir les actions existantes et en proposer de nouvelles, pour mieux répondre à l’équilibre et au respect entre productions, nature, territoires et travail de tous.

Des agriculteurs proactifs !

Une campagne d’enquête et de sensibilisation a été lancée par la profession agricole en 2014 sur la biodiversité. Parmi les résultats de l’enquête (1000 réponses recueillies), on constate que :

  • Plus de 70% des agriculteurs cultivent plus de quatre productions sur leur exploitation
  • 31% entretiennent des espaces boisés
  • 21% mettent en place des ruches
  • 16% utilisent des auxiliaires de culture (ex. coccinelles) pour lutter contre les bioagresseurs

En savoir plus : lire la plaquette « La biodiversité, un enjeu pour l’agriculture »

Catégorie agricultureCommentaires fermés

De l’efficacité et vite..


La FNSEA, JA, l’APCA et la FNO ont rencontré Jean-François CARENCO, Préfet de la région Rhône Alpes, récemment missionné pour assurer la coordination du plan d’actions national loup 2013-2017 et devenir l’interlocuteur référent pour l’ensemble des Préfets de départements concernés par la présence de ce prédateur.

La nomination d’un préfet coordinateur qui partage le besoin urgent de renforcer l’efficacité du Plan Loup est une bonne chose. Nous lui demandons d’intervenir auprès de l’ensemble des préfets pour qu’ils mettent en oeuvre tous les moyens à leur disposition pour réguler les loups.

Toutefois, il reste encore du chemin à parcourir pour convaincre l’État de la nécessité d’autoriser les tirs dans tous les coeurs de Parcs et d’ouvrir les discussions sur le statut du loup dans la directive Habitat.
Nous proposons de simplifier les procédures qui entourent les autorisations administratives pour l’octroi de tirs de défense et de prélèvement, dans le cadre de battues de grands gibiers ou en dehors.
Nous demandons que puissent être effectués des prélèvements de meutes entières, y compris dans les coeurs de parcs nationaux, y compris pendant la période d’enneigement.

Après les propos du Premier Ministre au Congrès de l’association des élus de la montagne (ANEM) le 17 octobre 2014
« L’’expansion du loup et des prédateurs pose un problème majeur » et « la détresse des éleveurs qui en sont victimes doit être prise en compte » ;
Après la tribune de plus de 30 scientifiques dans Libération le 13 octobre 2014
« Un patrimoine majeur est en passe d’être sinistré par les loups » ;
La prise de conscience de l’urgence de la situation semble réelle.

Alors que le loup est désormais présent dans plus de 25 départements, des Pyrénées aux Alpes et du Massif Central jusqu’à la Meuse, et que les victimes des attaques du loup ont augmenté de 28% en 2014 par rapport à la même période de 2013, seuls 9 loups ont été prélevés jusqu’à présent sur le terrain au lieu des 36 qui pourraient l’être.

« L’’essentiel à court terme c’est d’améliorer l’efficacité ». Manuel Valls (Congrès de l’ANEM)
Nous souscrivons pleinement à ses propos mais nous n’attendrons cependant pas éternellement qu’ils deviennent réalité. La détresse des éleveurs exige des réponses efficaces et rapides.

Catégorie loup, ovinsCommentaires fermés

Nouvelle carte dite « Nitrates » : jusqu’où…


Communiqué de la FNSEA et JA:

 » Pas une semaine ne se passe sans qu’une décision, une idée, un jugement ne viennent mettre en cause la profession agricole. Faisons-nous tout, à ce point mal, pour être montrés du doigt en permanence ? Chaque matin des millions d’agriculteurs se lèvent pour nourrir en produits de qualité les Françaises et les Français.

Ils ne font rien d’autre.

La nature est notre outil de travail, la biodiversité notre capital, personne n’a intérêt à la dégrader. Tant d’efforts ont été réalisés dans les zones « nitrates » concernées, tant d’agriculteurs ont investi pour toujours faire mieux ; alors que dire de cette nouvelle carte de zonage qui sanctionne encore, plutôt que d’encourager.

Voici le plan d’action que la France a « vendu » aux autorités communautaires pour éviter le scénario catastrophe d’une sévère condamnation et de lourdes sanctions financières: plus de 3800 communes supplémentaires classées zones vulnérables avec toutes les contraintes que cela implique pour 63 000 exploitations. Cette extension massive repose de surcroît sur des critères de pollution des eaux marines et continentales, exigés par la Commission européenne, qui jusqu’à ce jour manquent singulièrement de fondements scientifiques !

Le dogmatisme environnemental, où qu’il s’exerce, n’est plus compris à force d’être extrémiste. Il est temps de penser autrement, de réouvrir un débat communautaire de fond sur la directive nitrate et d’intégrer les bonnes pratiques et les innovations dans les programmes d’action.

Avec ce zonage ce sont, de nouveau, les élevages et les petites exploitations qui en seront les premières victimes, car moins à même d’investir en réactivité immédiate. Cherchez l’erreur! Les décisions « environnementales » vont finir par faire un plan social de l’agriculture… sans le dire ! »

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2017
L Ma Me J V S D
« août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+