Tag Archive | "Jean Claude Darlet"

La confrérie de la Noix de Grenoble fête ses 20 ans !


Samedi 10 Juin, de nombreuses confréries de l’Ambassade régionale des confréries des produits du terroir, du goût et de la gastronomie Auvergne Rhône-Alpes étaient présentes au grand séchoir de Vinay pour fêter l’anniversaire de l’une des leurs, la confrérie de la Noix de Grenoble.

Cette confrérie née il y a tout juste 20 ans en 1997 pour défendre et promouvoir la Noix de Grenoble est aujourd’hui menée par son grand maître, Bruno de Montal, en poste depuis 2004.

À l’origine, l’intérêt pour l’exploitation des noyers tenait juste à l’huile de noix, mais la découverte des qualités de son fruit a rapidement poussé les agriculteurs à les cultiver. C’est ainsi qu’apparaît en 1891 le premier syndicat de nuciculteurs. Plus tard, pour contrer les noix affluant sur les marchés depuis les USA, une coopérative se créera en 1929. Enfin, la noix obtiendra l’AOC en 1938, le premier fruit à l’obtenir, puis l’AOP en 1996.

Au cours de cette journée festive ont eu lieu toutes sortes d’animations, commençant par un conte raconté par un acteur nous faisant découvrir bon nombre de faits insolites sur ce produit à travers le monde, suivi d’une conférence racontant l’histoire de la noix et de la confrérie, puis de l’intronisation de 4 nouveaux chevaliers au sein de la confrérie, en présence de la député Michelle Bonneton et du président de la chambre d’agriculture Jean-Claude Darlet qui sont ensuite intervenus pour saluer ce produit phare de notre canton (plus de détails ici).

Parmi les nombreuses confréries présentes, il y avait les confréries de la quenelle sauce Natua, de la châtaigne d’Ardèche, du Saint Péray, des compagnons du Burgey, de la pomme du Pilat, du murçon Matheysin, du Saint Marcellin, de l’Andouille de Charlieu et de l’Olive de Nyons qui n’est pas membre de l’ambassade mais qui avait parrainé la confrérie de la Noix à sa création.

La matinée s’est agréablement terminée sur un buffet conclu par un gâteau d’anniversaire.

Paul Savary

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Hommage à la confrérie de la noix de Grenoble


C’est entouré de nombreuses confréries de notre région que la confrérie de la noix de Grenoble a fêté ses 20 ans.. journée anniversaire organisée tout naturellement au grand séchoir à Vinay.

Bruno De Montal Grand maître a rappelé que la confrérie a été créée pour défendre et promouvoir la noix de Grenoble. Ni follklore, ni mondanité, la confrérie défend la noix de Grenoble avec méthode et conviction en allant à la rencontre des consommateurs. nous sommes présents tout au long de l’année sur différentes manifestations  culinaires comme le salon de l’agriculture à Paris, la foire de Beaucroissant, la foire internationale de Grenoble, la fête de la noix de Vinay mais aussi sur diverses manifestations culturelles, sportives, patrimoniales… »

La confrérie organise aussi des chapitres d’intronisation au cours desquels elle intronise des personnes qui prouvent leur intérêt pour l’agriculture en général et la noix de Grenoble en particulier..

DAR

Cet engagement a été apprécié par Jean claude Darlet, Président de la chambre d’Agriculture de l’Isère.  » la confrérie de la noix de Grenoble fait partie intégrante de la filière à travers les actions de promotion qu’elle mène. Elle met en avant un fruit majestueux, de qualité. Il faut se rappeler que ce fruit de qualité, qui est reconnu comme un alicament booste une économie à travers les activités qu’il fourni aux agriculteurs mais aussi aux artisans, entreprises agroalimentaires. « 

Et de rajouter:  » soyons très attentifs à l’avenir. On ne renouvelle pas assez nos noyeraies, on ne plante pas assez, c’est regrettable.Il faut également être attentifs au changement climatique, aux maladies qui se développent et à ce niveau là la station de recherche, la Sénura fait du  » bon boulot »..

Jean claude Darlet lance un appel:  » nous sommes en zone de production de noix de Grenoble AOP et de St Marcellin IGP.. Cessons de les opposer, et que nuciculteurs producteurs de lait ne s’opposent pas également. Il est dur d’entendre que les nuciculteurs travaillent peu et gagnent de l’argent et que les éleveurs travaillent beaucoup et ne gagnent rien..Il faut se serrer les coudes et faire en sorte que tous les agriculteurs tirent un revenu de leur travail.. »

bomme

Michèle Bonneton, députée pour quelques jours encore et toujours présente lors de rencontres avec la noix comme fil conducteur a  remercié l’ensemble de la filière, dont la confrérie qui travaille pour dynamiser la noix de Grenoble.

 » Nous avons la plus grande et la plus belle noyeraie de France,  voire d’Europe sachons la protéger. «   elle a lancé l’idée de la classer. »  Et de rajouter:  » avec le St Marcellin, le Bleu du Vercors Sassenage le rayonnement de notre territoire. »

Elle a insisté sur les bienfaits de la noix  » dont  le cerneau ressemble au cerveau..Cela signifie que consommer des noix influe bénéfiquement sur notre santé, le système nerveux, le cholestérol en particulier. »

Elle a conclu en précisant que les agriculteurs peuvent et doivent être fiers de leur métier.. »

Jean Claude Darlet et Michèle Bonneton ont enfin rendu un hommage aux membres de la confrérie de la noix mais aussi à l’ensemble des confréries présentes qui font un travail énorme « de façon bénévole » pour promouvoir les produits de qualité à l’heure ou chacun parle de mal bouffe..

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Agriculture : un renouvellement des générations qui se confirme


Ce jeudi 2 mars s’est déroulée la première session de l’année 2017 pour la Chambre
d’agriculture de l’Isère, en présence de Lionel Beffre, Préfet de l’Isère et de Robert
Duranton,  Conseiller Départemental , Vice-président en charge de l’agriculture.

cha1

Des comptes financiers 2016 équilibrés

Ce fut l’occasion pour Jean-Claude Darlet de présenter et faire valider à
l’unanimité les comptes financiers 2016. Depuis 2015, c’est le retour à un
équilibre budgétaire consolidé qui a été réalisé tout en maintenant les moyens
d’intervention sur le terrain auprès des agriculteurs et acteurs des territoires.
Bilan de l’installation : un renouvellement des générations qui se
confirme en Isère
L’agriculture continue à susciter des vocations et la Chambre d’agriculture a reçu,
à travers le Point Accueil Installation, 440 personnes en 2016 :
● 100 porteurs de projets ont réalisé et suivi un plan de professionnalisation
personnalisé,
● 140 ont participé à des formations,
● 50 se sont inscrits au Répertoire Départ Installation,
● 70 se sont vu accompagnés pour leur projet d’installation.
On constate une baisse des installations aidées depuis 2 ans (en conséquence de
la crise que traversent les grandes filières agricoles mais aussi du fait de l’âge
des porteurs de projet (supérieur à 40 ans)). On espère un changement de
tendance en 2017 avec le nouveau dispositif d’aide à l’installation plus attractif.

L’installation en Isère entre 2008 et 2011 :
● 170 installations en moyenne /an
● 40 % des nouveaux installés sont des femmes
● 50 % des moins de 40 ans demandent les aides à l’installation DJA (Dotation
Jeune Agriculteur) (sauf en 2015-2016 : 34%)

Un partenariat constructif avec le Département de l’Isère

Jean-Claude Darlet a remercié vivement le Département d’Isère pour son soutien
à travers un partenariat constructif sur les thématiques suivantes : installation /
transmission, accompagnement des publics fragiles, accompagnement des
filières alimentaires de proximité, développement de l’agro-écologie, protection
de la ressource en eau et développement de l’irrigation, plan d’action
départemental Ambroisie, préservation du foncier et la mise en place de PAEN1
locaux.

Stratégie d’évolution des sites

Le bureau de la Chambre d’agriculture a informé de son orientation : disposer
d’antennes de proximité pour être proche des agriculteurs et des acteurs des
territoires, ce qui implique de :
● conserver nos antennes de St Etienne de St Geoirs, La Tour du Pin et nos
bureaux décentralisés de Vienne et Chatte et La Mure,
● conserver à Grenoble quelques bureaux pour garder de la proximité pour
les territoires de montagne, la METRO, le Département, la Préfecture et la
DDT,
● positionner le siège à proximité de la gare de Moirans, dans un lieu qui
regroupe le maximum d’organisations professionnelles agricoles.

Retour du Salon de l’agriculture de Paris

P1110325

La Chambre d’agriculture, en partenariat avec le Département, a mis à l’honneur
l’agriculture iséroise pendant deux jours sur l’espace Auvergne Rhône-Alpes.
Jean-Claude Darlet a félicité les éleveurs qui ont obtenu des prix au concours
général agricole, en particulier : Claude Crozat (Gaec du Dauphiné) qui a obtenu 1 premier prix
avec Croix Rouss (catégorie Montbéliarde en 6ème lactation), Guillaume Noël
Barron (l’EARL du Ternan), un 2ème prix (catégorie montbéliarde en 3ème
lactation) et Daniel Genettaz (EARL Petite Forêt) , un 2ème prix (catégorie Tarine
en 2ème lactation).

Catégorie agricultureCommentaires fermés

L’année 2016 se conclut dans la morosité pour l’agriculture iséroise et ses filières


Vendredi 25 novembre, à l’occasion de la dernière session de l’année
de la Chambre d’agriculture, Jean-Claude Darlet, Président, a fait le
constat d’une situation morose pour les filières agricoles du
département (hors fruits) :
• le prix très bas du lait payé aux producteurs,
• le marché de la viande peu tonique,
• le rendements des céréales en baisse et des cours au plus bas,
• la fragilité des trésoreries des exploitations.

La Chambre d’agriculture de l’Isère poursuit, avec ses partenaires
et le soutien du Département, sa mobilisation pour accompagner les
agriculteurs isérois dans cette situation difficile avec :
• 150 rendez-vous DUO ayant déjà eu lieu en 2016 avec les éleveurs,
• sa participation au Sillon Dauphinois, dispositif d’accompagnement
des agriculteurs en situation fragile,
• son implication dans le projet de Pôle agroalimentaire et l’entrée en
cette fin d’année de la phase opérationnelle. « Nous attendons des
résultats concrets permettant des retours économiques dans les
exploitations iséroises et cela, quelles que soient les filières » a
rappelé Jean-Claude Darlet.

Accueil de Gilbert Guignand, Président de la Chambre Régionale
Auvergne Rhône-Alpes et Alain Coquemer, son directeur.

Ils ont présenté les enjeux de cette nouvelle Chambre régionale (issue de la
fusion des chambres d’Auvergne et de Rhône-Alpes au 1er janvier 2016) et
son articulation avec le niveau départemental pour répondre aux besoins
des agriculteurs en proximité.
Jean-Claude Darlet a souligné l’esprit de cette nouvelle organisation :
« notre travail en réseau doit nous permettre de développer des synergies
sur nos modes d’organisation et de fonctionnement, pour un meilleur
service pour les agriculteurs de notre région ».
Il a complété par un rappel de l’existence d’une autre échelle
d’intervention : l’interdépartemental qui a fait ses preuves. « Nous avons
déjà structuré des équipes interdépartementales sur l’élevage, la forêt et
certaines productions végétales. L’efficacité de cette mutualisation nous
invite à l’amplifier ».
Vote à l’unanimité du budget primitif 2017 présenté à l’équilibre.
Il s’articule autour des axes suivants :
• Poursuivre une politique installation ambitieuse,
• Accompagner l’évolution des filières et le développement de la valeur
ajoutée,
• Renforcement de l’accompagnement technico-économique des
entreprises,
• Accompagner les collectivités dans leur schéma d’aménagement
foncier,
• Renforcement des moyens sur la protection de l’eau et l’agroécologie
• Adaptation du dispositif territorial au renforcement des intercommunalités.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Vinay: fête de la noix


La 13ème fête de la noix a ouvert ces portes ce samedi matin à Vinay… Pour beaucoup Vinay étant tout simplement la capitale de la noix de Grenoble.

C’est un rendez vous important pour la filière noix mais aussi pour les produits du terroir, surtout lors de cette édition ou les couleurs  BBB ont été mises à l’honneur. On s’explique, il s’agit du bleu, blanc blond.. Bleu comme le Vercors Sassenage, blanc comme le St Marcellin et blond comme la noix de Grenoble.

Les consommateurs, très nombreux ont donc pu découvrir les produits fleurons de notre département, mais aussi ceux de notre région et même d’Italie. En effet la commune de Vinay étant jumelée avec la commune italienne de San Possidonio, cette dernière est venue en force  et les visiteurs peuvent découvrir les produits de son terroir ami et voisin..

Le samedi matin est consacré essentiellement à l’inauguration de la fête.. Celle ci c’est déroulée avec Laura Bonnefoy, maire de Vinay comme guide.  Parmi les présents de nombreux élus dont Jean Pierre Barbier, président du conseil Départemental accompagné de Robert Duranton et de Patrick Courtaud.. Yannick Neuder, conseiller Régional,  Michèle Bonneton députée, Jacques Adenot, président du Parc Naturel du Vercors mais aussi Jean Claude Darlet, président de la chambre d’Agriculture de l’Isère, Yves Borel président du CING, Yves Renn président de Coopenoix… et de Lionel Beffre préfet de l’Isère, les représentants du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes…

Le cortège inaugural étant ouvert par les confréries de la noix de Grenoble et du St Marcellin..

La confrérie de la Noix de Grenoble intronisant en son sein cinq personnes méritantes qui ont promis  » par  leurs paroles, leurs écrits et leurs actes d’aider, dans toute la mesure de leurs moyens, à la maintenance et à la promotion de la culture de la Noix de Grenoble…..

L’après midi a été consacré à une épreuve très importante, de niveau mondial: le championnat du monde des casseurs de noix…Et ce dimanche, place en particulier aux concours très attendus des pâtisseries et vins de noix..




Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Foire de Grenoble


La foire de Grenoble a démarré sur les chapeaux de roue.. Normal, les milliers de visiteurs sont accueillis par une roue qui les porte à plus de 40 mètres de hauteur..

La  foire a ouvert ses portes ce vendredi 3 novembre et les fermera le lundi 14..

Bien entendu la journée inaugurale est très importante et cette année, le préfet a tenu à y participer accompagné de plusieurs élus locaux, départementaux et personnalités dont l’humoriste Titoff mais aussi Jean claude Darlet, président de la chambre d’agriculture de l’Isère.

Il faut dire que la direction d’Alpexpo souhaite, depuis plusieurs années mettre en avant nos produits du terroir. Pour ce, elle a confié à sillon 38 l’organisation et l’animation d’un espace consacré aux produits fleurons de notre département. Un espace qui durant toute la durée de la foire mettra en avant nos AOP Bleu du Vercors Sassenage et noix de Grenoble, l’IGP St Marcellin mais aussi le murçon matheysin, accompagnés de leurs confréries respectives mais aussi  la truffe de l’Isère, le safran du Drac..

Télé Grenoble présente durant les trois premiers jours de la foire relayant à merveille l’information..

Catégorie A la une, foireCommentaires fermés

LES FRERES DREVON AMELIORENT LES CONDITIONS DE TRAVAIL DE LEURS ELEVEURS


Ce vendredi 7 octobre, Les Frères Drevon , ou plutôt la famille, ont réuni l’ensemble de leurs éleveurs lors d’une journée d’échanges et de rencontres proposant des solutions pour améliorer les conditions de travail et augmenter les rendements de ces derniers.

Un temps fort qui a accueilli plus de 200 personnes, largement salué par les 130 éleveurs, la Chambre d’Agriculture en la personne de Jean claude Darlet, président, Robert Duranton, vice président du Conseil Départemental de l’Isère en charge de l’agriculture ont tenu à assister à cette rencontre.

Retour sur cette journée

Pour les Frères Drevon, l’élevage de demain doit apporter encore plus de souplesse aux éleveurs, de confort aux animaux et de qualité à la viande
D’entrée, Anthony Drevon a souligné l’importance de maintenir les efforts de chacun pour proposer une viande de grande qualité, obtenue avec des veaux jeunes (140 jours), élevés sur paille et nourris au lait et aux céréales naturelles. Des conditions d’élevage respectueuses du bien-être animal – fer de lance de l’entreprise Drevon depuis 40 ans – qui permettent aujourd’hui d’offrir aux consommateurs une viande tendre, rosée et savoureuse. Les mots-clés de l’entreprise familiale Drevon : la qualité et le goût, dans le souci constant, à la source, du bien-être animal.
Précurseurs dans leurs méthodes d’élevage, ils visent toujours plus loin, souhaitant plus que jamais renforcer leurs liens avec leurs 130 éleveurs. Ceci en améliorant leurs conditions de travail et leurs rendements, tout en maintenant des conditions d’élevage optimales pour les animaux et en répondant aux attentes de la grande distribution,du groupe Provencia en particulier, sans laquelle l’aventure ne serait plus.

Raccourcir les durées d’élevages ; automatiser des gestes répétitifs et gourmands en temps pour en donner plus aux éleveurs à accorder aux veaux ; réduire la consommation excessive d’énergie nécessaire à l’alimentation des veaux ; tels étaient les thèmes approfondis par les différents intervenants.

Interbev et Interveau Rhône-Alpes : L’Association Interprofessionnelle du Bétail et des Viandes de la région Rhône-Alpes s’attache à défendre, valoriser et promouvoir les intérêts communs de l’élevage et des activités industrielles, artisanales et commerciales de la filière bovine, ovine et équine. L’intervenant a rappelé son accompagnement auprès des éleveurs, autour des pôles : élevage, amélioration des cuirs, actions de promotion, opérations Made In Viande 2016 et 2017.

Le groupe Provencia : c’est le groupe qui a fait les Drevon..! Il distribue en exclusivité, dans ses magasins le veau des Frères Drevon.

Provencia a toujours misé sur ce fournisseur de choix, particulièrement valorisé dans ses rayons Boucherie grâce à une signalétique attractive, diverses animations…Le Groupe distribue le veau des Frères Drevon dans ses 37 magasins Carrefour et Carrefour Market en Rhône-Alpes. Un partenaire de longue date, qui a toujours apporté un soutien indéfectible aux Frères Drevon.

Il a été précisé que le groupe Provencia joue depuis sa création le jeu des produits régionaux et locaux. Sa présence en Isère, à travers ses 5 magasins mais aussi grâce aux diverses actions qu’il mène: présence à la foire de Beaucroissant, mise en place de l’opération  » boeuf de l’Isère » en partenariat avec les éleveurs, l’abattoir de Grenoble, le conseil Départemental démontre qu’il est devenu un partenaire incontournable du monde agricole de notre département.

Welfarm (Protection mondiale des animaux de ferme) : La démarche de l’entreprise Drevon est soutenue et encouragée depuis plusieurs années par WELFARM, association reconnue d’utilité publique qui oeuvre depuis 1994 pour une meilleure prise en compte du bien-être des animaux à toutes les étapes de leur vie.

Welfarm a rappelé que les Frères Drevon étaient dès 1983 rentrés en résistance aux méthodes d’élevage de l’époque, opposant aux boxes individuels et caillebotis leurs enclos aérés sur paille, offrant aux animaux de bien meilleures conditions de vie. Un vrai combat mené par Drevon, qui a réussi à obtenir de vrais résultats techniques avec ses veaux sur paille, malgré les réticences de l’élevage à l’époque.

« Drevon a développé l’élevage de veau sur paille non pas pour le marketing mais par instinct et sentiment que c’était la meilleure façon de faire pour les animaux. Il n’y a pas d’élevage respectueux du bien-être animal sans éleveurs engagés, distributeurs convaincus et consommateurs acteurs ».
Pour ces aménagements, Drevon a rappelé son engagement d’offrir à ses éleveurs une prime de 3€/veau pour les aider à investir. L’intégrateur est soucieux de pérenniser des valeurs qui lui collent à la peau, en innovant et accompagnant au maximum ses éleveurs répartis en Rhône-Alpes.

Le Veau des Frères Drevon : bien né et bien élevé
Les veaux sont nés en France, élevés et abattus en Rhône-Alpes. Elevés sur paille, en groupe, dans des étables spacieuses rigoureusement entretenues, bien éclairées, ventilées et isolées, ils sont nourris avec une alimentation sans OGM et non rationnée, tètent à leur gré du lait d’origine française, associé à un apport de céréales naturelles. Pour limiter le stress, les veaux sont transportés sur de courtes distances dans des camions spécialement aménagés et équipés, conduits par des chauffeurs expérimentés.


Catégorie agro-alimentaire, élevageCommentaires fermés

 » Assez de paroles, passons aux actes »


Le département de l’Isère a tenu à honorer les médaillés du dernier concours général agricole mais aussi l’ensemble des participants au salon international de l’agriculture.

Cela se passait à l’hôtel du département en présence de Jean Pierre Barbier, président du conseil Départemental, entouré de plusieurs conseillers départementaux,  dont Robert Duranton,  vice président en charge de l’agriculture, Chantal Carlioz du tourisme mais aussi de Jean Claude Darlet, président de la chambre d’agriculture de l’Isère.

2

Jean Pierre Barbier a été clair:  » Outre le plaisir que nous avons de partager ce moment convivial, je vous confirme que nous sommes conscients et partageons vos inquiétudes. Il faut arrêter les discours et il faut agir.. chacun reconnait le rôle que vous jouez, chacun reconnait que certaines filières sont en grande difficulté.; il faut qu’ensemble nous trouvions les solutions adaptées pour que vous viviez de votre métier.. L’avenir de notre agriculture passe par le fait que les agriculteurs aient un revenu décent.. »

Et le président du département préciser que le département a lancé des  » actions fortes » . ‘ Le projet de construire un pôle agro-alimentaire est une action phare qui devrait redynamiser notre agriculture, les entreprises agroalimentaires et apporter une valeur ajoutée. »

il a tenu à féliciter chaleureusement l’ensemble des agriculteurs qui ont participé au salon de l’agriculture.  » Les médailles récoltées montrent la qualité de nos produits.; des produits qu’il faut mettre en valeur.. Comment admettre que le St Marcellin qui a obtenu l’IGP fin 2013 voit sa consommation baisser..?

Jean Claude Darlet président de la chambre d’agriculture de l’Isère a tenu à dire  » merci aux participants au salon de Paris, ils ont investi en temps, en argent pour aller montrer le dynamisme, la richesse de notre agriculture. Etre présents à Paris c’est très important, il faudra même voir pour l’être encore plus lors des prochaines éditions. »

Et de rappeler  » que serait notre économie,  notre environnement, notre tourisme..sans agriculture voilà pourquoi je suis inquiet de se qui se trame dans les bureaux: la mise en zone vulnérables des 3/4 de notre département. si cette bombe à retardement éclate, c’est la mort de notre agriculture départemental…!

Pour rappel l’agriculture iséroise c’est 3500 exploitations professionnelles dont 1000 sont en circuits courts..

Gilbert PRECZ

1

Catégorie Département de l'Isère, agricultureCommentaires fermés

L’Isère se présente à Paris..


La chambre d’agriculture et le département de l’Isère se sont associés pour présenter les produits fleurons de notre département mais aussi ses atouts touristiques. Pendant deux jours, l’Isère a en effet pris place sur l’espace de la région Auvergne Rhône-Alpes.

De nombreux élus, responsables des organisations professionnelles agricoles, personnalités ont tenu à participer à cette action de promotion, de communication basée sur le département de l’Isère.

Jean Claude Darlet, Président de la chambre d’agriculture a tenu à remercier publiquement  » les éleveurs qui malgré l’ambiance morose, la crise qui les frappe ont fait un effort colossal, ont investi pour présenter des bêtes à Paris. »

Pascal Denolly, président de la FDSEA a rajouté  » oui l’agriculture est au plus mal, oui nos agriculteurs sont au bord de la rupture mais ils sont fiers de présenter leurs produits qui sont tous d’excellente qualité.. » Sur le ton de l’humour il a fait un parallèle entre  le loup qui tue chaque année des milliers de brebis…et le domaine du loup, celui des vignes qui fourni un excellent vin très apprécié.

Fabien Mulyk, vice Président du Conseil Départemental a rappelé que le Département ne peut se passer de son agriculture, qu’elle a un rôle économique, environnemental, social qu’il faut conserver..elle a aussi un rôle essentiel: celui de nous nourrir..il ne faut pas l’oublier.. »

Chantal Carlioz, vice présidente en charge du tourisme rajoutant  » qu’agriculture et tourisme sont très liés et sont sources d’emplois..Des partenariats plus forts doivent se mettre en place afin d’encore mieux valoriser notre département , son territoire, son terroir.. »

Il ne restait plus qu’à déguster les produits présentés parmi lesquels le St Marcellin, Bleu du Vercors Sassenage, beurre truffé de l’Isère..vins des Balmes dauphinoises, ceci dans une ambiance conviviale..

Gilbert PRECZ


Catégorie A la une, Département de l'IsèreCommentaires fermés

« La grande distribution peut être un bon allié de l’Agriculture »


Serge Papin, président directeur général du groupement coopératif Système U, se confiait au micro de Thomas Sotto ce lundi à 7h45.

Retrouvez cette interview en cliquant ici

http://www.europe1.fr/emissions/l-interview-verite/serge-papin-la-grande-distribution-peut-etre-un-allie-de-lagriculture-2668795

Alors que les agriculteurs manifestent encore lundi matin pour dénoncer la crise qui touche leur secteur, pour Serge Papin, le PDG de Système U, la grande distribution peut être un de leurs alliés dans ce combat sur les prix.

« Des prix responsables ». Les ministres de l’Agriculture et de l’Economie ont la grande distribution dans le collimateur. Ils appellent d’ailleurs les grandes surfaces à « cesser leur course aux pris bas qui asphyxient les éleveurs et les agriculteurs français ». Une situation que dénoncent également les agriculteurs, encore mobilisés lundi matin, après des mois de manifestation. Cette responsabilité, Serge Papin, le PDG de Système U, qui était invité de la matinale d’Europe 1 lundi l’assume, et il milite donc maintenant pour « des prix responsables ».

Un accord tripartite. , »On est dans une crise agricole sans précédent. Et je milite depuis longtemps pour qu’on apporte de la régulation. On en est actuellement à devoir prendre des mesures de sauvegarde et puis ensuite, il faudra bien qu’il y ait une régulation européenne car aujourd’hui tous les pays se combattent ».

Serge Papin a donc avancé quelques pistes pour résoudre la crise du secteur agricole, « je crois qu’il faut revoir les lois qui régissent les rapports entre les industries et les commerces pour qu’elles soient plus protectrices du secteur agricole. Il faut absolument un accord tripartite. C’est-à-dire qu’au moment de la signature des contrats pour les trois matières premières : lait, bœuf et porc, il y ait un accord à trois et non à deux. Il faut que les agriculteurs, la grande distribution et les transformateurs soient impliqués », a-t-il expliqué.

Création d’un fonds. Les négociations avec les agriculteurs, la grande distribution et le ministère se poursuivent jusqu’à la fin du mois pour tenter de trouver une solution. Et Serge Papin s’est voulu confiant quant à la création d’un fonds de soutien.

« A l’initiative de la FNSEA (le principal syndicat agricole, ndlr), nous discutons actuellement avec les agriculteurs sur la mise en place d’un fonds et je pense qu’il va y avoir des annonces positives. Ce fonds serait pour la filière porcine et il serait de dix centimes d’euros par kilo de porc vendu. dix centimes directement versés aux agriculteurs pour un fonds total de 100 millions d’euros », a-t-il affirmé.

La loi du plus fort. Serge Papin a également insisté sur la nécessité de réguler les marchés agricoles même si cela passe par des achats de produits français. C’est d’ailleurs la politique de Système U. « Viandes de France, Lait de France, tout cela est en route chez nous », a expliqué le PDG de la grande enseigne de distribution avant d’ajouter, « mais l’autorité européenne nous regarde, il faut donc faire attention. Mais nous, Système U, on achète que Français !

Maintenant, je ne suis pas dirigeant de Herta ou de Fleury Michon. En tant que grande distribution, on peut influencer les choses mais les grands groupes regardent les prix et peuvent acheter hors des frontières ».

Made in France. Pour Serge Papin, pas de doute donc, « la grande distribution peut être un bon allié de l’Agriculture française ». Et c’est finalement le rôle de tous les consommateurs que de soutenir nos agriculteurs. « Le Made in France peut coûter un peu plus cher. Pour le porc français, par exemple, c’est deux ou trois centimes de plus pour une tranche de jambon.

La priorité est de proposer des produits français de qualité supérieure aux autres produits et c’est le cas aujourd’hui. Tous ensemble nous avons donc intérêt à favoriser nos produits français ! « , a-t-il affirmé.

Faire pression sur l’Etat

Dans le même temps, Pascal Denolly, président de la FDSEA de l’Isère intervenait en direct sur France bleu Isère. Présent sur le site de la plate-forme Carrefour à Saint-Vulbas, entre l’Isère et l’Ain, il a indiqué que la mobilisation est forte..  » il faut que les négociations se fassent non plus entre les transformateurs et lea grande distribution mais entre eux ET avec nous les agriculteurs.

Jean Claude Darlet est également intervenu en direct sur France bleu Isère, le Président de la chambre d’agriculture de l’Isère précisant: on veut faire pression sur cet Etat qui ne bouge pas »

Pour écouter l’interview de Jean claude Darlet, cliquer ici:

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/veut-faire-pression-sur-l-etat-jean-claude-darlet-president-de-la-chambre-d-agriculture-de-l-isere-

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2020
L Ma Me J V S D
« sept    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+