Tag Archive | "Jean Picchioni"

Association pastoralisme du monde


Dans le cadre du festival international du film pastoralismes et grands espaces, qui se déroule à Prapoutel, est organisée l’assemblée générale de l’association pastoralisme du monde. Une association très internationale qui organise donc une AG tous les deux ans..

2

Ce vendredi 17 octobre se déroulait l’assemblée générale de l’association « Pastoralismes du monde », présidée par Jean Picchioni, pour la troisième fois consécutive durant le Festival du Film des Sept Laux, dont elle Pgère l’organisation.

Après le traditionnel rapport moral, suivi du vote, les membres de l’assemblée abordent le bilan provisoire de la 11ème édition du Festival du Film « Pastoralismes et Grands Espaces ». Ils observent une légère baisse de 30% de la fréquentation par rapport à la dernière édition. Cette baisse est en partie due au nombre moins important d’étudiants présent cette année. En effet, l’association ayant préféré inviter de plus petits groupes que pour l’édition précédente.

Bruno Caraguel, directeur de la Fédération des Alpages d’Isère, explique la mise en place de projections des films issus des autres éditions du festival dans les villages de la communauté de commune du Grésivaudan. Cette démarche à pour but de faire perdurer les films au delà du festival, l’idée étant également de permettre une valorisation du travail des réalisateurs et producteurs.

En troisième partie de cette assemblée, l’accent est mis sur les points forts et les faiblesses du festival.

Tout d’abord, il est important de retenir que la force du festival réside dans sa convivialité et sa proximité avec les festivaliers. D’une part, le partenariat avec la délégation invitée a été renforcé, et d’autre part, de nouveaux exposants, avec de nouvelles approches et un nouveau regard ont été confortés. La communication est quant à elle montrée du doigt. Faut-il rétablir une collaboration plus étroite avec la Communauté de Commune et les Offices de Tourisme? Cela permettrait une diffusion plus large et attirerai davantage de personnes.

Après quelques années difficiles, le Festival du Film « Pastoralismes et Grands Espaces » retrouve de l’élan, rendez-vous dans deux ans, avec, comme pays à l’honneur, le Tchad.

3

Céline Richard-Antoine Perrin


Catégorie coopération internationale, festival du film des 7 LauxCommentaires fermés

Espace Belledonne: mobilisation autour du projet Parc Naturel Régional


L’Assemblée Générale Extraordinaire et l’Assemblée Générale Ordinaire de l’Espace Belledonne ont eu lieu jeudi 21 avril 2011 aux Adrets.
Après l’accueil chaleureux du Maire des Adrets, Christian Hardouin, le Président, Jean Picchioni, remercie les participants et particulièrement Michel Bouvard, Député de la Savoie et Vice-président du Conseil Général de la Savoie et Charles Bich, Vice-président du Conseil Général de l’Isère. Il excuse le Député de l’Isère, François Brottes et Eliane Giraud, Vice-présidente de la Région et déléguée  aux Parcs Naturels Régionaux.
En introduction, le Président rappelle le contexte dans lequel s’inscrit la démarche de projet de territoire pour la chaîne de Belledonne depuis l’Assemblée Générale de l’association à Laval en 2009.
Jean Picchioni présente ensuite les conclusions de l’étude sur le patrimoine naturel de Belledonne rendues par la Région lors du dernier comité de pilotage le 5 avril. Les principaux points à retenir sont :
- l’existence d’un patrimoine naturel suffisamment riche et à fort potentiel pour pouvoir être comparé aux autres territoires voisins classés en PNR ;
- de réelles originalités qui permettent de caractériser ce territoire au sein du sillon alpin.
Forte de ces premiers résultats, l’association Espace Belledonne poursuit donc sa démarche de mobilisation et de sensibilisation des communes au projet de préfiguration d’un Parc Naturel Régional.
Les assemblées générales extraordinaire et ordinaire ont ainsi permis à l’Espace Belledonne d’étendre son périmètre d’intervention à l’échelle de la chaîne de Belledonne et accueillir, ce 21 avril 2011, cinq nouvelles communes souhaitant participer à ce projet :
- Allemont
- Le Moutaret
- Séchilienne
- Vaujany
- Vaulnaveys-le-Bas
- ainsi que l’association de découverte de l’environnement « Belledonne en Marche » pour le secteur privé.
En deuxième partie, et après la présentation des différents rapports (moral, d’activités et financiers) approuvés à l’unanimité, Messieurs Bouvard et Bich se sont exprimés sur la démarche engagée. Chacun a souligné l’intérêt d’une telle entreprise pour ce territoire, véritable trait d’union entre Isère et Savoie, qui reste pour partie en dehors des grands chantiers d’aménagement.

Ce projet recueillera l’appui des deux conseils généraux dans les prochaines étapes à venir car il représente le meilleur moyen de fédérer et renforcer les différentes initiatives locales existantes ou en émergence sur Belledonne.
L’assemblée générale se clôture avec le renouvellement du Conseil d’Administration élargi à 28 membres(19 sièges pour le secteur public et 9 sièges pour le secteur privé). Le Bureau élu se compose de 14 membres.

Jean Picchioni ne souhaitant pas renouveler son mandat de Président au sein de l’association, c’est Bernard Michon, Maire de Revel, qui lui succède. Ce dernier a tenu à rendre un grand hommage à Jean Picchioni qui a su impulser une vraie dynamique sur Belledonne à travers cet ambitieux chantier de Parc Naturel Régional qui commence.


L’assemblée s’est terminée autour d’un buffet convivial à base de produits locaux.

Catégorie massif de BelledonneCommentaires fermés

Belledonne réfléchit à son avenir


L’association Espace Belledonne a organisé une assemblée plénière ayant pour thème: Belledonne: projet de territoire, projet du territoire, quels enjeux, quel avenir, une volonté pour notre massif ?

Cette rencontre importante a réuni, à Allevard, bon nombre d’élus concernés par le devenir du massif avec à leur tête Jean Picchioni, président de l’Association espace Belledonne.

Ce dernier a introduit le débat de façon très directe: » il s’agit de se projeter dans l’avenir pour choisir le meilleur scénario possible de développement Belledonne, d’en assurer un avenir maîtrisé. Cela ne pourra se faire sans une adhésion largement partagée, collective. Compte tenu des moyens mis à notre disposition, l’espace Belledonne souhaite étudier la pertinence et la faisabilité de mettre en place, d’organiser l’ensemble de sa démarche autour de l’outil Parc Naturel Régional. »

Il s’en suivi un débat très intéressant ou chacun a pu s’exprimer librement. Christian Pichoud, conseiller général et président du Parc National des Ecrins, Yves Pillet, président pendant de longues années du Parc Naturel Régional du Vercors apportant leurs expériences, témoignages… sans détours.

belledonne 1
Le député François Brottes qui adhère totalement à cette démarche a rappelé que « Belledonne a des atouts à plusieurs niveaux: tourisme, neige, agriculture, forêt, industries, sports… mais il ne faut pas s’endormir. Il faut penser à préserver l’avenir de notre Belle Dame!

Pour cela il faut s’organiser et réfléchir à un projet de territoire qui pourrait être un Parc Naturel Régional. »

François Brottes a tout de même mis en garde la salle sur le fait  » de ne pas faire un copier coller de ce qui existe déjà ailleurs. Montrons nous imaginatifs, novateurs, visionnaires. »

Propos qui ont obtenu l’adhésion totale des participants à cette assemblée plénière.

Une assemblée riche d’enseignements, ou des pistes de réflexion ont été lancées. Jean Picchioni concluant le débats:  » Les Parcs sont de la compétences des régions. La notre  travaille sur une étude de notre patrimoine afin de savoir si nous pouvons être éligibles. C’est une première étape. Ensuite, la région mettra en place un syndicat de préfiguration qui étudiera le bien fondé de notre demande. »

Entre temps, il sera demandé aux communes du massif qui n’adhèrent pas à l’association de se prononcer. Elles sont 14. 33 le sont.

Et la poursuite de la réflexion en vue d’avancer sur l’élaboration d’un projet fédérateur…

A lire également les articles mis en ligne sur sillon38:

Un parc naturel régional pour Belledonne?

Belledonne, territoire remarquable: un nouvel élan

Catégorie A la une, massif de Belledonne, territoiresCommentaires fermés

Participez à la dixième édition du festival pastoralismes et grands espaces!


Le 9ème festival du film pastoralismes et grands espace vient à peine de s’achever avec le succès que l’on sait. Pour en prendre connaissance, au cas ou, nous vous proposons de lire la série d’articles mis en ligne sur sillon38.com, rubrique festival du film des 7 Laux

Les organisateurs du festival ont à peine eu le temps de savourer le succès de cette édition qu’ils préparent déjà la prochaine. Et quelle édition puisque ce sera la dixième. Le mot d’ordre vient du président Jean Picchioni:  » nous souhaitons qu’elle soit dignement fêtée! »

Si vous avez envie de partager ces moments, si vous avez connaissance d’un film ou d’initiatives ayant pour thème les bergers (du monde), les alpages, les estives, les parcours, les transhumances…, les éleveurs et bergers des quatre coins du monde, les troupeaux, les pratiques d’élevage extensif mobilisant des ressources naturelles renouvelables, etc…., n’hésitez pas à le faire savoir!

De même, pendant le festival, des ateliers et divers temps privilégiés seront organisés, permettant les échanges avec les habitants de Belledonne et du Grésivaudan, mais aussi dans l’objectif de faire se rencontrer, ceux qui, de près ou de loin, travaillent avec, ou pour les bergers et les éleveurs.

Si vous êtes pasteur, éleveur, pastoraliste, technicien d’élevage, vétérinaire en milieu rural, chercheur, enseignant, cinéaste ou tout simplement passionné par ces milieux et pratiques, vous êtes les bienvenus dans ces discussions, avec vos posters, exposés, questions…

Contact:

mail: festival7laux@alpages38.org

Courrier: Festival du Film Pastoralismes et Grands Espaces – La Grange – 38190 Les Adrets.

Catégorie coopération internationale, festival du film des 7 LauxCommentaires fermés

Festival du film pastoralismes et grands espaces: palmarès


C’est comme un symbole, il a neigé toute la journée sur les 7 Laux. Certes la neige n’a pas tenue au sol mais elle a permis à certaines délégations présentes au festival international du film pastoralismes et grands espaces de la découvrir.

Jean Picchioni président du festival et François Brottes, député rappelant, lors de la lecture du palmarès, que celle ci joue un grand rôle dans notre département, surtout au niveau touristique: »c’est 10000 emplois non délocalisables. »

Jean Picchioni a beaucoup aimé cette édition du festival.  » Le monde a été au rendez vous, les partenaires, les délégations également. Ils sont même de plus en plus nombreux. Les expositions et toute l’animation faite autour du festival ont connu un franc succès. Cela nous motive pour préparer le prochain festival qui aura lieu en 2012. Et ce sera la dixième édition… »

François Brottes: » J’ai beaucoup apprécié l’exposition réservée aux associations du Grésivaudan qui ont comme point commun la solidarité… Le Maroc est l’invité d’honneur du festival. Nous avons des accords privilégiés avec ce pays mais ceux ci ne sont pas suffisamment structurés. Il va falloir le faire…  » A propos du festival  » nul ne doit oublier que le pastoralisme est la sentinelle de la planète, en un mot, je suis persuadé que grâce au pastoralisme un autre monde est possible. »

palmares

PALMARES

Grand Prix du Festival :

« RACLETTE KIRGHIZ »

Produit par: Damien Molineaux. Réalisé par : Sandra Hebler

Prix « Coup de Cœur » du Jury :

« PASTRES DES SAMBUCANOS »

Produit par: Sandro Gastinelli et Marzia Pellegrino. Réalisé par: Sandro Gastinelli et Stefano Martini

Prix Louis Guimet :« PEAU D’AMES »

Produit par: Steven Artels et Benoit Aymon. Réalisé par: Raphaelle Aelling

Prix du Public :

« MONGOLIE, LE PAYS EMPORTE PAR LES VENTS »

Produit par: Norbert Balit. Réalisé par: Jérome Cecil Auffret

Catégorie coopération internationale, festival du film des 7 LauxCommentaires fermés

Jean Picchioni: »heureux d’accueillir les marocains »


Le Maroc est donc l’invité d’honneur du IXème festival international du film pastoralismes et grands espaces. Il succède à son voisin l’Algérie. Jean Picchioni, président du festival: » Cette année, nous accueillons le Maroc comme invité d’honneur.

Traditionnellement l’affiche est l’oeuvre d’un artiste du pays invité. C’est encore le cas pour ce festival.

affiche BON

Il s’agit d’une peinture originale de Abdel Abrahmi, créée pour cette occasion est c’est avec un immense plaisir que nous accueillons la délégation marocaine, forte de plus de 20 membres. Des marocains qui sont nos amis et qui sont très fidèles à notre festival. »

Catégorie coopération internationale, festival du film des 7 LauxCommentaires fermés

Un parc naturel régional pour Belledonne?


L’association  Espace Belledonne, créée en 1998, s’emploie depuis dix ans, à consolider, promouvoir, structurer ce territoire, promu depuis peu par la Région « territoire remarquable de montagne » (février 2009). L’idée directrice est que l’identité, la spécificité du massif de Belledonne, tant par son patrimoine naturel que culturel, mérite une reconnaissance institutionnelle qui doit s’inscrire dans une structure pertinente, comme un parc naturel régional, par exemple. Un parc qui serait comparable, en superficie,  à celui de Chartreuse, son vis-à-vis, et qui pourrait compter 27 communes en Isère et 27 en Savoie, de Vaulnaveys-le-Bas à Le Pontet.
Porteur du programme Leader+ qui arrive à son terme, l’association a œuvré dans le sens d’une cohérence de territoire. Avec l’adhésion en décembre 2008 de la Communauté de communes La Rochette-Val Gelon (Savoie), le territoire a gagné en force et en unité.

« Le travail a porté ses fruits et Belledonne, grâce aux acteurs locaux a retrouvé une certaine reconnaissance », souligne Jean Picchioni, qui préside Espace Belledonne depuis avril 2008. Mais il  faut aller plus loin : « Pour l’avenir de Belledonne, nous devons être plus volontaires et construire un projet de territoire partagé et durable ». Tel est son credo.

A l’issue  de son assemblée générale ordinaire, jeudi 18 juin à Laval, l’association Espace Belledonne,  avait programmé pour la première fois un débat autour de la question suivante : « L’avenir de l’Espace Belledonne : quels outils pour construire un projet de territoire partagé et durable ? »
La question de fond : celle du parc naturel régional, comme outil adapté ou pas pour assurer l’avenir de l’Espace Belledonne. Plusieurs élus avaient été conviés pour apporter leur éclairage sur ce questionnement et indiquer la meilleure marche à suivre.

Eliane Giraud, Conseillère régionale déléguée au Parcs naturels régionaux, et Présidente du parc naturel régional de Chartreuse, a d’entrée de jeu, cadré les choses à savoir lorsqu’un territoire manifeste l’ambition de devenir PNR: « Il faut d’abord savoir que la procédure de validation est devenue très complexe, longue et coûteuse. Pour les Baronnies, par exemple, ça fait sept ou huit ans que le dossier est ouvert. Ensuite, deux conditions sont essentielles :

1/ La mobilisation forte des habitants du territoire. Si tout le monde ne va pas dans le même sens, ce n’est même pas la peine de partir à la bataille.

2/Le patrimoine naturel doit être d’envergure nationale. Sur ce point, la Région est prête à financer une étude patrimoniale, avec l’ADIREN. »

Petit rappel : la France compte actuellement 46 PNR. Ils couvrent plus de 7 millions d’hectares, soit 13% du territoire. Le dernier en date – créé le 30 mai 2009- est celui des Pyrénées ariégeoises. A l’étude, près de dix PNR parmi lesquels les Baronnies Provençales, le Mont Ventoux, Les Boucles du Rhône.

François Brottes, Député et Président de la Communauté de communes du Grésivaudan, qui a beaucoup œuvré pour que Belledonne soit éligible au programme Leader, encourage la démarche d’Espace Belledonne : « Belledonne est un bijou dans un écrin. Et ce bijou-là, on a tout intérêt à le défendre sur son aspect patrimonial. Oui, cette démarche, il faut la soutenir. Elle est plaidable. Mais on ne réussira que s’il y a tout Belledonne. Une approche de massif est essentielle. Le portage va être long, mieux vaut tous ramer dans le même sens, donc ».

Jean Faure, sénateur de l’Isère, ancien maire d’Autrans, avait été invité à titre de grand témoin. Il a en effet participé de près à la naissance du PNR Vercors dans les années 70. « Je ne comprends pas pourquoi cette idée n’est pas venue plus tôt. Belledonne a tout pour y prétendre. Mais il va falloir y aller à l’arraché. Il faut la totalité des arguments pour convaincre et que pas un bout du massif ne manque ! Pour le PNR Vercors, je n’ai pas le souvenir de conflits d’intérêts marqués. Un Parc, c’est un terreau de dialogue, un outil pilote, qui permet d’expérimenter et d’innover ensemble. Le rôle des associations est important. Dans le Vercors, par exemple, l’APAP, qui aurait pu faire obstacle, a au contraire joué un rôle moteur. »

Le Vercors, comme Belledonne, compte sur son territoire quelques stations de sports d’hiver. Pourtant, le sénateur ne se souvient pas, là non plus, d’affrontements radicaux entre exploitants de domaines skiables et instances du Parc.
Jacques Guillot, maire de Chamrousse, s’est manifesté à ce moment précis pour rappeler que cette éventualité était pourtant dans l’ordre des choses possibles. En bref, il n’est pas contre, mais il n’est pas pour non plus.
« La commune de Chamrousse est plus que frileuse vis-à-vis de ce projet, explique Jacques Guillot. Car elle est déjà abondamment touchée par des mesures régaliennes sinon draconiennes : les ZNIEFF, la Commission des sites, la Commission de l’eau, Natura 2000, les ENS, la loi Paysage, etc. Bref, c’est à un empilage de couches de contraintes diverses que nous nous  heurtons en permanence. Une véritable overdose verte ! Et nous ne souhaitons pas une couche supplémentaire ».

Chamrousse, par la voix de son maire, a d’ores et déjà exprimé ses fortes réticences vis-à-vis du projet

Le propos était clair. Celui d’un premier magistrat assez peu réceptif au développement durable. C’est le moins qu’on puisse dire. La règle d’or énoncée quelques instants plus tôt par Eliane Giraud – une mobilisation sans faille- tombait par terre.
Il fut pourtant rappelé que l’action d’un Parc ne se situe dans la contrainte mais dans l’engagement volontaire de tous ses partenaires. La charte, qui est en quelque sorte leur constitution, est l’œuvre de ces partenaires et le fruit de leur concertation.
Les présents à cette AG –toutes les communes adhérentes étaient représentées- ont néanmoins convenu au vote à main levée, que « les prospectives devaient continuer pour structurer le territoire de Belledonne ». Quatre personnes se sont abstenues.
Cette première réunion autour d’un nouveau projet de territoire pour Belledonne aura permis de montrer, s’il en était besoin, que l’entreprise est de taille, que son financement n’est pas assuré, que l’unanimité n’est pas acquise, qu’il serait nécessaire d’ user de diplomatie pour avancer, fédérer et faire admettre le principe  qu’un Parc n’est pas un carcan mais un terrain d’entente.
Cette première réunion  aura également permis d’entendre bon nombre de paroles encourageantes pour ceux qui s’engagent dans cette entreprise.  « Si le territoire de Belledonne a une chance d’être éligible », a dit Jean Faure,  qui semble pour sa part en être convaincu, « il ne faut surtout pas la laisser passer ».
En deux mots, au travail ! Le portage d’un tel projet peut durer dix ans. Ce qui nécessite de la patience autant que de la volonté. L’inventaire scientifique du patrimoine naturel sera sans aucun doute un premier élément déterminant pour la poursuite de la démarche de territoire engagée par Espace Belledonne.

Qu’est-ce qu’un PNR ?

Les 46 Parcs naturels régionaux en France, ont 5 missions principales à remplir, avec comme enjeu principal, l’harmonie entre l’homme et la nature. Ces orientations sont développées dans leurs chartes pour une durée de 12 ans.

Les 5 missions du parc sont :
- Préserver et valoriser les patrimoines naturels et culturels,
- Favoriser le développement économique et la qualité du cadre de vie,
- Aménager le territoire,
- -nformer et sensibiliser habitants et visiteurs,
- Conduire des actions expérimentales ou innovantes

Un Parc naturel régional se doit d’être à l’écoute des projets. Il doit non pas se substituer aux initiatives locales, mais les favoriser, en être le moteur. Son savoir-faire se trouve dans son intelligence à stimuler, à mettre en relation des partenaires, à coordonner et à orchestrer des actions, à monter des projets et à rechercher des compromis acceptables, à être à l’initiative d’actions innovantes sur son territoire.
Les spécificités des Parcs naturels régionaux par rapport aux Parcs Nationaux ou aux Réserves Naturelles, se situent dans la complémentarité qu’ils impulsent entre la protection des espaces naturels et le développement des territoires économiques. Leur action se situe non pas dans la contrainte mais dans l’engagement volontaire de tous les partenaires

Catégorie territoiresCommentaire (1)

Belledonne, territoire remarquable: un nouvel élan


Comme Sillon38 l’avait précédemment annoncé -c’était à l’occasion du comice de Theys- la candidature de l’association Espace Belledonne, que préside Jean Picchioni, a été retenue par la Région dans le cadre de l’appel à projets « Territoires remarquables de montagne ».  Ce choix s’inscrit dans le cadre de la stratégie régionale Montagne (adoptée par l’assemblée le 30 novembre 2006) qui, à travers 13 orientations précises, vise à considérer celle-ci comme un ensemble structurant, à protéger et valoriser, dans le respect des équilibres naturels.

regionles-adrets-1.jpg

Aux côtés de Jean-Jack Queyranne, Eliane Giraud et François Brottes

Cette bonne nouvelle pour Belledonne  a été officialisée vendredi aux Adrets. Accueillis par Christian Hardouin, maire du village et Jean Picchioni à qui il a succédé à ce poste, Jean-Jack Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes, Eliane Giraud, vice-présidente à l’Agriculture et aux Parcs naturels régionaux, François Brottes, député de l’Isère, ont souligné l’importance de soutenir un véritable développement durable de la montagne. A noter que François Brottes qui présida naguère l’ANEM (Association nationale des élus de la montagne) a apporté sa connaissance aiguisée des enjeux montagnards à l’élaboration de la stratégie rhônalpine dans ce domaine.

regionles-adrets2.jpg

Aux Adrets, dans la salle Pelloux-Prayer: Eliane Giraud, Jean Picchioni, Jean-Jack Queyranne et Christian Hardouin. Etaient également présents:Hélène Blanchard, Vice-présidente du Conseil régional déléguée à l’environnement et à la prévention des risques, Jean-François Duc, président de la Communauté de communes La Rochette-Val Gelon, Roger Giraud, président des sylviculteurs de Belledonne, Yves Raffin, directeur de la fédération des alpages de l’Isère.

Comme l’a rappelé Jean-Jack Queyranne, le Conseil régional, en retenant cette candidature, s’est engagé à:

- apporter une aide aux projets innovants de développement adaptés aux zones de massif en difficulté

- favoriser le renforcement des transferts de savoir-faire depuis l’un des six PNR vers des territoires de massif ne bénéficiant pas du même environnement structurel.

Ainsi, le programme expérimental retenu pour Belledonne va pouvoir se mettre en oeuvre. Il porte sur deux volets principaux:

- l’émergence d’un tourisme durable en Belledonne, avec un soutien de 44 000€ pour 2008

- la valorisation de la ressource en bois, en partenariat avec le PNR Chartreuse. Le soutien de la Région est de 13 000€ pour l’association Espace Belledonne et 10 000€ pour le PNR Chartreuse pour 2008-2009.

Ce soutien va permettre la mise en oeuvre de plusieurs initiatives à l’échelle du territoire, parmi lesquelles l’élaboration d’ un contrat de stations durables, le développement d’un véritable tourisme d’alpages, la consolidation de la filière bois.

Catégorie territoiresCommentaire (1)


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+