Tag Archive | "Jean Pierre Barbier"

PARIS-NICE : arrivée à La Côte partiellement à huit clos


La « course au soleil » est jusqu’ici maintenue par la société organisatrice Amaury Sport Organisation (ASO). Son arrivée à La Côte Saint-André se déroulera ce jeudi 12 mars partiellement à « huis-clos ».

La course cycliste internationale Paris – Nice s’est élancée ce dimanche. Le contexte sanitaire lié à l’évolution du Coronavirus dans notre pays impose néanmoins une adaptation des organisations et des comportements.
Aussi, le Département et la commune de La Côte Saint-André, en lien avec ASO, informent que les 300 derniers mètres de l’arrivée dans la cité côtoise, comme dans l’ensemble des sites arrivées de l’épreuve, auront lieu partiellement à « huis-clos ». Ainsi, les 300 derniers mètres de l’arrivée, avenue Hector Berlioz, seront fermés au public.
Les spectateurs peuvent néanmoins suivre la course et encourager les cyclistes le long des routes et applaudir les sportifs durant les 46 kilomètres que la course parcourt en Isère.

« Nous ne pouvons pas faire fi du contexte sanitaire qui évolue jour après jour et les restrictions vis-à-vis du public sont prises à regret tant nous savons l’attente grande et l’enthousiasme important autour de cette course qui revient en Isère. Nous sommes en lien continue avec ASO. Nous avions imaginé que la fête soit un peu plus large que le seul cadre sportif. Ce ne sera pas le cas mais en responsabilité, nous devons nous limiter au cadre strictement sportif », indique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.
« Il faut s’adapter. C’est ce que la commune fait en lien avec l’ensemble des parties prenantes (associations…) qui oeuvrent depuis plusieurs semaines à la réussite de cet événement. Des animations étaient prévues sur la ligne d’arrivée. Elles n’auront pas lieu. Je ne doute pas que tout le monde comprend que nous sommes dans une situation très particulière qui impose d’être très pragmatique. Il en va de l’intérêt général », précise pour sa part Joël Gullon, Maire de La Côte Saint-André.

Catégorie Département de l'Isère, sportCommentaires fermés

LE RETOUR AUX 90 KM/H : LA VRAIE-FAUSSE PROMESSE DU GOUVERNEMENT


Le 16 mai dernier, le Premier Ministre Edouard Philippe avait promis aux Départements qu’ils pourraient revenir à une vitesse maximale autorisée de 90 km/h sur les routes secondaires bidirectionnelles sans séparateur central. Huit mois plus tard, la circulaire datée du 15 janvier est une vraie douche froide : les critères imposés sont si restrictifs qu’aucun tronçon de routes départementales ne pourrait repasser aux 90 km/h en Isère !

Des conditions de retour aux 90 km/h inapplicables
La circulaire du 15 janvier, qui pose les conditions d’application de la Loi d’orientation des mobilités (LOM), promulguée le 26 décembre dernier, pourrait être comparée à une liste à la Prévert. Concrètement, les sections de route qui pourraient repasser aux 90 km/h doivent remplir les conditions cumulatives suivantes : faire au moins 10 km de long, interdire le dépassement, ne pas contenir d’intersection, et en particulier de voie « tournez à gauche », ne pas être une voie supportant un trafic important de poids lourds, ne pas compter d’arrêt de transport en commun, ni de traversée de chemins de grande randonnée ou de véloroutes, ni d’accès riverains, ne pas être non plus une voie de circulation pour les engins agricoles.
Elle impose des conditions si restrictives au retour aux 90 km/h qu’elle le rend inapplicable. En Isère, il n’existe aucun tronçon de RD qui réponde à l’ensemble de ces critères.
« Si on ne parlait pas d’accidents et de vies humaines, on pourrait comparer la promesse du gouvernement de nous permettre de revenir aux 90 km/h à une farce ! », souligne le Président du Département Jean-Pierre Barbier.

« Les conditions de ce retour sont tellement restrictives, qu’elles frisent l’absurde. Sur les sections de route qu’on remettrait à 90 km/h, il ne pourrait pas y avoir de tracteurs. Si le tronçon a une intersection, il faut y substituer un giratoire ou déniveler le carrefour… Et cerise sur le gâteau, les usagers n’auraient plus le droit de doubler les véhicules plus lents !

Le changement constant de vitesse maximale autorisée, d’un département à l’autre, d’une route à l’autre, pourrait créer une dangereuse confusion pour le conducteur.

Les questions de sécurité routière et de lutte contre la mortalité sont au coeur des priorités départementales. Je regrette une nouvelle fois que le Gouvernement laisse entendre que les Présidents de Département sont libres de faire des choix alors que la réglementation ne nous laisse que le choix du dérogatoire qui engage la responsabilité du Département ! Devant le diktat du gouvernement et devant l’impossibilité technique de répondre à ses exigences, il ne nous est pas possible de revenir aux 90 km/h et je suis le premier à le déplorer. »

Chose promise, chose due ? Pas pour le Gouvernement.
Devant la levée de bouclier de nombreux Départements, parmi lesquels le Département de l’Isère, après la décision unilatérale du gouvernement en juillet 2018 d’abaisser la vitesse maximale autorisée des routes bidirectionnelles sans séparateur central à 80 km/h, le Premier ministre Edouard Philippe s’était engagé le 16 mai 2019 à permettre aux présidents des conseils départementaux d’y déroger. A quelques jours des élections européennes et en pleine crise des gilets jaunes, le Gouvernement avait ainsi lâché du lest suscitant beaucoup d’espoir, notamment du Président du Département de l’Isère Jean-Pierre Barbier.
Le Département tient à rappeler que la baisse de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h n’a, jusqu’ici, pas démontré de réelle efficacité pour diminuer les accidents de la route.

Ce sont les comportements dangereux qui sont à l’origine de la mortalité sur les routes (très grande vitesse, stupéfiants, portable, alcool), avec en 2019 le dramatique constat d’une augmentation significative du nombre de décès sur les routes.
Pour rappel, le Département dépense chaque année 100 millions d’euros pour la modernisation et la sécurisation des 4 680 km de routes départementales. La sécurité est au coeur de ses priorités.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

PARIS-NICE ARRIVE A LA COTE SAINT-ANDRE : UN EVENEMENT


Le Département et la Ville sont fiers d’accueillir l’arrivée de la 5ème étape de Paris-Nice, le 12 mars, à La Côte Saint-André, d’autant qu’un tel événement était attendu en Isère depuis un quart de siècle ! Cette année 2020, le département aura donc l’honneur de recevoir Paris-Nice, le Tour de France et le Criterium du Dauphiné.

Paris-Nice en Isère, un événement rare, une vitrine de promotion formidable
Depuis sa création en 1933 et après 78 éditions de la « Course au soleil », ce sera la deuxième fois seulement que l’Isère accueillera une arrivée d’étape du Paris-Nice. Un évènement festif que le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, et le Maire de La Côte Saint-André, Joël Gullon, sont fiers de recevoir le 12 mars dans la Bièvre.
Clin d’oeil, l’arrivée sera jugée sur l’avenue Hector Berlioz à La Côte Saint-André, patrie du célèbre compositeur de musique classique. Le sport sera alors intimement lié à la culture.
Jusqu’ici, la seule arrivée d’étape en Isère a eu lieu à la station de Vaujany, en 1994. C’était il y a plus de 25 ans. Le Suisse Pascal Richard avait alors remporté cette étape avant de devenir, deux ans plus tard, champion olympique.
Paris-Nice est la première grande course à étapes du calendrier cycliste international de l’année, une course souvent préparatoire pour le Tour de France. Les meilleurs cyclistes mondiaux seront donc le 12 mars à La Côte Saint-André (voir encadré ci-dessous) ! De quoi faire vibrer l’Isère qui porte le cyclisme dans son ADN.
Paris-Nice assure une belle vitrine de promotion du territoire, grâce à la forte médiatisation de cette course de renom avec, en 2019, pour référence :
o Près d’1,8 million de téléspectateurs chaque jour
o Une diffusion dans 190 pays
o L’accréditation de 90 médias

2020, une très grande année vélo grâce au Département
Une arrivée d’étape de Paris-Nice à La Côte Saint-André, trois jours du Tour de France en Isère, dont une étape 100 % iséroise, le Criterium du Dauphiné : autant dire que 2020 sera une très grande année vélo ! Ce programme en Isère, particulièrement dense et riche, n’est en rien le fruit du hasard. Il est le fruit d’un travail approfondi entre le Département et ASO depuis un peu plus de 2 ans.
Le Président Jean-Pierre Barbier a travaillé en étroite confiance avec Christian Prudhomme, le Directeur du Tour de France, pour que le territoire puisse être à l’honneur lors de ces courses et montrer ainsi tous ses atouts.


« Paris-Nice va permettre au département de démontrer sa capacité à accueillir de grands événements sportifs, et de confirmer son dynamisme sportif et culturel. J’invite d’ores et déjà les amateurs de vélo et de sport, tous les habitants de la Bièvre et de l’Isère, à venir participer à cette fête populaire à La Côte Saint-André le 12 mars », souligne Jean-Pierre Barbier, le Président du Département de l’Isère.

De son côté, Joël Gullon, Maire de La Côte Saint-André, indique : « Je suis particulièrement heureux que La Côte Saint-André, aux côtés du Département, ait été choisie pour cette arrivée d’étape de Paris-Nice 2020. Le 12 mars, nous avons décidé de mettre à profit cette manifestation sportive pour permettre aux habitants du territoire et à tous les passionnés de vélo, de vivre un sprint final engagé dans cette longue ligne droite qu’est l’Avenue Hector Berlioz. Avec des animations gratuites et ouvertes à tous dès le début d’après-midi, chacun pourra vivre un moment inoubliable à La Côte Saint-André ».

Catégorie Département de l'Isère, sportCommentaires fermés

ENAC A SAINT-ETIENNE-DE-SAINT-GEOIRS


Les locaux de l’Ecole nationale d’aviation civile (ENAC) à l’aéroport Grenoble Alpes Isère vont faire peau neuve.

Conformément à la décision du Département d’investir dans le centre isérois pour éviter sa fermeture, le jury de concours présidé par le Président de l’Isère, Jean-Pierre Barbier, a sélectionné le projet architectural dessiné par l’agence Moon Safari pour reloger l’école dans des bâtiments modernes au sud de l’aéroport.

Le maintien de L’ENAC en Isère, grâce à l’initiative du Département

Le 7 janvier 2020, un jury de concours présidé par le Président du Département de l’Isère, Jean-Pierre Barbier, a sélectionné à l’unanimité, et parmi 4 projets présentés sous anonymat, le projet lauréat dessiné par l’agence Moon Safari pour construire le nouveau pôle technique en bord de piste du centre isérois de l’Ecole Nationale de l’Aviation Civile (ENAC) à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, sur le site de l’aéroport Grenoble Alpes Isère.
Ce pôle technique de l’ENAC était menacé de fermeture, en raison de la vétusté de ses infrastructures, et de ses problèmes d’isolation, qui induisaient des coûts de fonctionnement très élevés. Grâce à une décision courageuse du Département de soutenir la construction de nouveaux bâtiments pour accueillir l’ENAC, ratifiée le 22 mai 2018, la Ministre des Transports, Elisabeth Borne, avait décidé de ne pas fermer ce site.
Le projet lauréat, qui répond parfaitement aux besoins de l’ENAC tant sur le plan fonctionnel que sur le plan de la maîtrise des coûts de fonctionnement, compte des espaces de formation, de préparation aux vols, de travail pour les élèves avec deux simulateurs de vol, de réunion et d’administration, un hangar pour abriter 14 avions, une unité de maintenance pour les entretenir, ainsi qu’un parking et des taxiways pour rejoindre les pistes. Ces bâtiments modernes s’insèreront parfaitement dans le paysage aéroportuaire.
.
Ce nouveau pôle de formation en bord de piste sera implanté au sud de l’aéroport afin de reconnecter l’ENAC à la vie de la commune de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs et au reste des activités aéroportuaires de la plateforme. Cette implantation a été rendue possible grâce à la cession à titre gracieux d’un terrain d’une valeur de 500 000€ par Bièvre Isère Communauté.
Le coût de cette construction, dont les travaux devraient débuter au premier semestre 2021, est estimé à 9 M€ (5M€ versé par le Département, 2 M€ par l’Etat, 2 M€ par la Région). L’ENAC sera locataire de ce nouveau pôle, et devra verser un loyer annuel au Département.

Sans titre

Une école prestigieuse importante pour l’aéroport

L’ENAC, sous la tutelle de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), forme des pilotes de ligne pour les compagnies aériennes françaises et étrangères. Avec 9 implantations en France et de nombreux partenariats avec des écoles étrangères sur les 5 continents, l’ENAC est la première université du transport aérien en Europe et il convient de consolider son rayonnement international en la dotant d’infrastructures modernes. L’ENAC a remporté récemment l’appel d’offres lancé par Air France pour la formation de ses Cadets d’Air France, formation qu’elle assure en collaboration avec Flight Safety International aux USA et BAA training en Lituanie.
Le centre isérois, qui compte 20 agents, contribue largement à la formation des 150 élèves-pilotes de toutes nationalités accueillis chaque année par l’ENAC. Ils réalisent 45 % des mouvements aériens de l’aéroport Grenoble Alpes Isère. Son activité est donc décisive pour le maintien du contrôle aérien à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs et donc de l’activité commerciale de la plateforme.

« Nous sommes ravis de voir avancer le projet d’un nouveau pôle isérois pour l’ENAC, avec des bâtiments modernes. Il s’agit non seulement de préparer l’avenir de cette école et des jeunes pilotes qu’elle forme, mais de maintenir le dynamisme de l’aéroport Grenoble Alpes Isère », souligne le Président du Département, Jean-Pierre Barbier.
« Avec ce nouveau centre de formation, parfaitement adapté au fonctionnement particulier d’une école de pilotage qui accueille des élèves de toutes nationalités, notre implantation sur la plateforme de Grenoble Alpes Isère à proximité des services offerts par les collectivités va être pérennisée. Cela nous permettra d’être plus attractif pour répondre à la demande croissante de formation de pilotes au niveau international », indique le Directeur général de l’ENAC, Olivier Chansou.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Isère: BUDGET 2020 DU DEPARTEMENT : UN BUDGET EN ACTION


Ces 19 et 20 décembre, Jean-Pierre Barbier, Président du Département, présentera le 5ème budget de la mandature actuelle (2015-2021). Ce budget 2020 va permettre de concrétiser de nombreux engagements pris en faveur des Iséroises et des Isérois par la majorité départementale. Parmi ces engagements figure celui de ne pas augmenter les impôts tout en maintenant un niveau historique d’investissement au service de l’aménagement des territoires isérois.
Au total, c’est un budget de près d’1,6 milliard d’euros qui sera débattu pendant deux jours en séance publique, laquelle s’achèvera vendredi par le vote.
« Nous pouvons être fiers de notre collectivité territoriale qui maintient et développe ses actions de proximité, conforte et assume au mieux ses compétences obligatoires, et va même au-delà pour soutenir des secteurs en difficulté, tel l’agriculture. Le Département demeure la collectivité du quotidien et de la proximité, mais également celle qui participe à la cohésion des territoires et qui donne à l’Isère cette cohérence et cette solidarité qui font sa force », affirme Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

Parmi les grandes orientations:

POURSUITE D’UNE POLITIQUE D’INVESTISSEMENT VOLONTAIRE ET DYNAMIQUE,
SANS HAUSSE D’IMPOTS……..………………………………………………………………………………..
ACCOMPAGNEMENT DES PUBLICS FRAGILES ET SOUTIEN AU RETOUR A L’EMPLOI……………………………………………………………………………………………………………
PRIORITE A LA SECURITE DES ISEROIS …………………………………………………………………….
ACCROITRE L’ATTRACTIVITE DE NOTRE DEPARTEMENT………………………….……………….……
PRIORITE A L’ENVIRONNEMENT ET AU DEVELOPPEMENT DES FILIERES AGRICOLES
LOCALES

On retiendra en particulier

11 M€ pour le développement du tourisme
L’attrait des territoires isérois passe également par la mise en avant de ses atouts touristiques et l’accueil de manifestations sportives d’envergure mondiale. Durant trois jours, les 13, 14 et 15 juillet 2020, le Tour de France sera isérois, permettant d’afficher la beauté de nos paysages sur les chaines du monde entier et de faire rayonner notre territoire.

Cette course qui sera même 100 % iséroise lors de la fête nationale permettra également d’amplifier l’essor du cyclotourisme et la pratique du vélo à assistance électrique, que le Département soutient. 2020 sera également l’année de la remise sur rails du Petit train de La Mure, et la remise en exploitation de la halte fluviale de Vienne, grâce au soutien du Département.

Le Département l’a annoncé en novembre dernier : Isère Attractivité verra le jour le 1er janvier 2020. Cette agence va amplifier l’action d’Isère Tourisme, toujours dans une logique partenariale avec les acteurs du territoire réunis sous une bannière commune : la marque Alpes Is(H)ere.

PRIORITE A L’ENVIRONNEMENT ET AU DEVELOPPEMENT DES FILIERES AGRICOLES LOCALES

Le Département sait tout l’enjeu que représente la protection de l’environnement aujourd’hui. Et il en fait l’une des priorités de son action. Pour cela, la prise en compte de cet enjeu est omniprésente dans toutes les politiques publiques développées.
Ainsi la Stratégie Air-Climat-Energie, adoptée par le Département en novembre 2018, confirme l’objectif de réduire de 4% les émissions de gaz à effet de serre de la collectivité d’ici à fin 2020.
Pour y parvenir, le Département a fixé un certain nombre de mesures qui touchent à toutes les actions qu’il mène : lutte contre le gaspillage alimentaire, construction des Maisons du Département à Vienne, Barraux et Bourg d’Oisans sur un référentiel énergétique performant, utilisation de l’énergie solaire sur le bâtiment des Archives départementales…
En matière d’offre de transport, le Département s’engage également fortement, avec le développement des mobilités alternatives (parkings de covoiturage), modernisation de la flotte de cars Transisère avec des véhicules moins polluants… La politique de la collectivité en la matière se veut incitative : le Département souhaite encourager les usagers à adopter des comportements vertueux. C’est dans cet objectif qu’a été créée la plateforme Libravoo.

Enfin, le Département soutient les filières agricoles iséroises afin d’encourager et de développer la consommation de produits sains et les filières courtes. Il a aidé depuis 2015 près de 2 300 exploitations à hauteur de 10M€.

En 2020, le Département investira 4,2 M€ dans le secteur agricole tant pour sa consolidation que sa transition.

Il poursuivra les 3 chantiers majeurs que sont :
- le pôle agro-alimentaire isérois,
- la modernisation des outils collectifs, à l’instar de l’abattoir du Fontanil,
- le développement de la marque agricole Is(H)ere et son utilisation dans la restauration collective du Département (administrations et collèges)

Pour prendre connaissance de l’ensemble du budget 2020:

DP Budget 2020 191217_

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

LE DEPARTEMENT LANCE L’AGENCE DE L’ATTRACTIVITE


Ce jeudi 24 octobre, le Président du Département Jean-Pierre Barbier et la Vice-Présidente en charge du tourisme Chantal Carlioz ont présenté ce qui deviendra bientôt l’Agence Isère Attractivité.

Une union des acteurs du territoire

L’agence de l’attractivité verra le jour le 1er janvier 2020 et elle sera dotée par le Département d’un budget annexe dédié.
Si les statuts de cette future agence ne sont pas encore votés, ses objectifs sont clairement établis : faire évoluer Isère Tourisme en une agence disposant de tous les outils pour contribuer au rayonnement de l’Isère tout en fédérant les acteurs du territoire.
Ainsi, l’agence vise à fédérer sous la bannière Alpes Is(H)ere, créée par le Département en 2017, en articulation avec le label agricole Is(H)ere, créé également par le Département en 2018, mais également l’ensemble des marques des territoires qui composent le Département.

L’objectif n’est pas de remplacer le travail effectué par tous ces labels et ces marques mais bien de les faire travailler ensemble pour assurer une meilleure efficacité et de meilleurs résultats qui démultiplieront des retombées économiques pour l’ensemble des territoires.
Le travail effectué par cette agence se fondera sur les 5 piliers de l’attractivité en Isère :
- Le tourisme
- La culture
- Le sport
- L’innovation
- La gastronomie
L’enjeu ici est d’activer de manière efficiente tous les leviers qui attireront les particuliers comme les professionnels dans nos territoires, que ce soit pour des courts, moyens ou longs séjours, voire des installations définitives.

Un premier défi : le Tour de France

La venue du Tour de France sera le premier grand challenge de cette agence.
Avec la venue de centaines de journalistes, les millions de téléspectateurs, les retransmissions internationales, … le Tour de France représente une incroyable opportunité de faire briller nos territoires et, outre les retombées directes au moment du passage du Tour, d’assurer des retombées sur le long terme.
A cette occasion, l’agence Isère Attractivité aura pour mission d’organiser le travail de tous les acteurs, ensemble, pour raconter une histoire collective du territoire isérois et donner envie aux millions de personnes qui suivront cet évènement de venir ou de revenir profiter de tout ce que peut offrir l’Isère.
« Cette agence constituera un véritable atout pour l’ensemble du territoire. Nous en avons posé les jalons depuis 2015 en remettant l’Isère en mouvement. Elle aura pour mission de fédérer et de valoriser, auprès des habitants comme de nos visiteurs, tout ce que l’Isère fait de mieux. » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

« Le Tour de France est une formidable occasion de faire rayonner le Département. C’est bien dans le cadre de cet évènement populaire et international que l’agence aura l’une de ses plus grandes opportunités de remplir sa mission : donner envie de venir en Isère. La venue du Tour du France le 14 juillet sera une fête nationale et un tremplin pour l’agence Isère Attractivité. » ajoute Chantal Carlioz, Vice-Présidente chargée du Tourisme et Présidente d’Isère Tourisme.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Congrès des maires: une large place faite aux…maires!


Le 63ème congrès de maires s’est déroulé à l ‘Alpe d’Huez.. Lieu prédestiné car l’un des thèmes majeur était le tourisme. C’est une certitude, l’Isère a des atouts touristiques indéniables » précisera  Chantal Carlioz maire de Villard de Lans et vice présidente du Conseil Départemental en charge du tourisme.

Autre thème majeur: le rôle du maire.

le Président du Département, Jean Pierre Barbier, a tenu à rappeler le rôle essentiel que tiennent les maires dans la Démocratie Française. Les maires, premiers garants de la devise nationale « Liberté, Egalité, Fraternité », ont la difficile charge de transmettre ce flambeau.
Beaucoup assument cette charge dans l’unique but de « rendre service ». Dans un contexte qui n’a cessé d’évoluer voire de se complexifier, la charge de maire effraie de plus en plus et il en résulte qu’un maire sur deux a annoncé ne pas se représenter lors de la prochaine échéance électorale. Cette crise des vocations menace les territoires ruraux, une menace à laquelle la fusion des communes ne sera pas la solution miracle.
Sans titreIl est nécessaire d’encourager la vocation de maire parmi les jeunes afin de continuer à transmettre le flambeau de l’engagement public et citoyen.

Le Département aux côtés des maires pour relever les défis

Afin d’encourager ces vocations, le Président du Département a redit son soutien aux maires et les différentes déclinaisons de ce soutien qu’offre le Département.
C’est d’abord le dialogue qui est au coeur de la réussite collective, un dialogue entre le Département et les collectivités rétabli grâce à différentes instances.
Ainsi le Département a relancé le dialogue avec les maires via les conférences territoriales, présidée par Frédérique Puissat, mais également via les réunions cantonales tenues régulièrement par le Président sur l’ensemble de l’Isère. Ce dialogue s’établit aussi avec les Présidents d’EPCI grâce aux conférences organisées elles aussi régulièrement.
Ce dialogue a permis d’organiser intelligemment la répartition des compétences, à l’instar de la compétence GEMAPI, confiée aux EPCI avec l’accompagnement du Département, ou de la compétence mobilité, sur laquelle un sondage auprès des maires et des isérois a été réalisé par le Département. Le Département qui a longtemps assumé cette compétence entend bien rester un acteur de cette transformation aux côtés notamment de la Région.
La confiance est elle aussi un élément essentiel dans le travail du Département avec les collectivités. Cette confiance s’est exprimé à travers le plan de relance qui a permis aux communes d’initier des projets importants.
La confiance permettra aux communes d’agir ensemble, de concert avec le Département, pour relever les défis de l’époque actuels.
Le défi environnemental d’abord, dans lequel le Département encourage les communes à agir, notamment en prenant part à la Stratégie Air Climat Energie qu’il a initié.
Le défi numérique ensuite, auquel le Département répond en déployant le réseau Isère THD sur 92% du territoire isérois, une première en France.
Le défi du service public de proximité enfin. Ce lien nécessaire entre collectivité et habitants, le Département l’assure grâce au maillage des 13 maisons du Départements et aux services locaux spécialisés à portée des plus fragiles. Dans ce même but, le Président du Département tient chaque mois dans un territoire différent une permanence ouverte à tous.
Pour finir, le Président du Département a rappelé la volonté de l’exécutif départemental de donner toujours plus de lisibilité et donc d’efficacité aux différents dispositifs d’aide du Département aux communes et aux intercommunalités. Ces dispositifs permettent aux différentes collectivités d’engager une dynamique partenariale propice au développement des territoires.
« Je veux dire merci aux maires. Merci pour leur engagement, pour le courage d’assumer cette fonction essentielle à la tenue de notre Démocratie et de notre République. Le Département est un allié des communes, il sera toujours à leurs côtés pour les accompagner dans leurs missions » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

800ème foire de Beaucroissant


On attendait Didier Guillaume ministre de l’agriculture le jour inaugural de la 800ème foire de Beaucroissant..L’agenda du ministère de l’agriculture le confirmait..

On l’attendait et il n’est pas venu au grand dam de l’ensemble des agriculteurs qui avaient de nombreuses questions à lui poser..

Qu’à cela ne tienne.. Laurent Wauquiez Président de Région et Jean Pierre Barbier son homologue du ddépartement étaient bien présents dès 7  heures sur le foirail..

Ils ont passé de longues heures au coeur de l’espace agricole allant à la rencontre des agriculteurs et surtout des éleveurs. Ils ont esquissé aucune question, revendication . On a bien entendu parlé de secheresse, marché local, cours de la viande, CETA, abattoir de Grenoble, marque Alp’Ishere, charte de bon voisinage…sans oublier calamités, loup, méthanisation..

Les deux présidents ont tenu également, mais séparemment à faire une halte au stand de Provencia.

ils ont tous les deux abordé les problèmes liés à l’élevage du veau et la concurrence étrangère, les normes plus drastiques chez nous qu’ailleurs.. avec les frères Drevon, mais également des habitudes de consommation qui changent  » pas toujours dans le bon sens » de la façon dont la grande distribution s’adapte..etc..

A été également abordé l’opération qu’a lancé le groupe Provencia en direction du bio. Provencia acteur régional de la distribution a décidé, conscient de la difficulté et des coûts qu’exige une conversion en bio pour les producteurs d’en accompagner une vingtaine durant toute la durée de leur projet, à savoir jusqu’à l ‘obtention du label bio. Une opération très appréciée des deux présidents..

Ceci avant de retrouver la totalité du cortège officiel pour les traditionnels discours d’inauguration.

Voici la Beaucroissant, 800ème du nom en quelques images..

Catégorie A la une, Département de l'Isère, foire de BeaucroissantCommentaires fermés

UNE RENTREE SOUS LE SIGNE DE L’ENVIRONNEMENT


A l’occasion de la rentrée des classes dans les collèges du Département, le Président du Département Jean-Pierre Barbier s’est rendu dans 4 établissements en compagnie de la Vice-Présidente chargée des collèges Cathy Simon.

Ils sont notamment revenus sur les actions en faveur de l’environnement mises en place dans les collèges par le Département et ont présenté une nouvelle initiative départementale suivant cet objectif.

Stop au plastique !

Parmi les thématiques abordées lors de cette journée, celle de la restauration était au coeur des préoccupations. Le Président du Département est notamment revenu sur l’intérêt des cuisines mutualisées et le bilan de la lutte contre le gaspillage. En effet, dans les cantines du Département, un tiers des produits est d’origine locale et 22% sont bio. La lutte contre le gaspillage, a quant à elle, permis de diminuer de moitié la masse du gaspillage alimentaire depuis 2015.
Annonce importante à l’occasion de cette rentrée : celle de la suppression du plastique dans l’ensemble des cantines gérées par le Département de l’Isère.

D’ici un an, le plastique aura totalement disparu des selfs, remplacé par une vaisselle durable et des matériaux écoresponsables, permettant une importante diminution de l’impact environnemental des cuisines.

Une première mesure forte applicable immédiatement à cette rentrée de septembre 2019 consiste à ne plus utiliser de vaisselle plastique jetable (utilisée notamment pour la présentation individuelle de certains hors d’oeuvre, fromages et desserts).
S’en suivront courant 2020 la suppression de l’usage des contenants et de la vaisselle en plastique réutilisables dans tous les collèges ainsi que la suppression de l’usage des barquettes en plastique utilisées par les CMC (cuisines centrales mutualisées) pour la cuisson de certains aliments.
En faisant ce choix, le Département précède de 5 ans la loi du 30 octobre 2018 qui prévoit l’interdiction du plastique d’ici à 2025.
Des mesures ont déjà été prises dans certains collèges, dès cette rentrée, à l’instar du collège Buclos, à Meylan, où le Président, la Vice-Présidente et les journalistes ont pu déjeuner dans une cantine débarrassée de toute vaisselle plastique jetable ou réutilisable.

La restauration scolaire en quelques chiffres

- 8 cuisines mutualisées (dont 2 certifiées Ecocert niveau 2)
- 37 500 repas servis chaque jour
- 32% de produits locaux
- 22% de produits bio
- 38,2 M€ de budget par an
- 50% de gaspillage alimentaire en moins depuis 2015

L’environnement au coeur de la rentrée

Lors de cette journée, le Président a également présenté les autres actions menées par le Département dans les collèges visant la protection de l’environnement.
Dans le cadre du Plan Pluriannuel de Réhabilitation des Collèges, initié en 2015 par le Département et représentant un budget de 221 millions d’euros, la collectivité souhaite notamment porter l’investissement sur la rénovation thermique des bâtiments dont elle a la responsabilité. Cette mesure permettra d’éviter un gaspillage énergétique conséquent et nuisible à l’environnement.

Associé à la gratuité des transports scolaires qui encourage le recours à des déplacements plus propres, les collèges voient ainsi leur empreinte environnementale fortement diminuée.
Ont aussi été présentés les projets pédagogiques des établissements sur ces questions environnementales. Le collège Les Pierres Plantes, à Montalieu-Vercieu, a ainsi pu mettre à l’honneur la participation des collégiens aux COP 23 et 24.

Les collèges en Isère, c’est aussi…

- Près de 65 000 collégiens
- 96 collèges publics et 22 collèges privés, tous soutenus par la collectivité
- 60 M€ pour le transport scolaire (gratuit depuis 2015)
- 4,7 M€ dédiés au développement numérique des collèges
- 673 actions éducatives
- Plus de 900 agents
- Près de 30 000 Pack’loisirs commandés, destinés à encourager les activités culturelles et sportives

« Le Département prend toutes ses responsabilités s’agissant de l’environnement dans nos collèges. C’est pourquoi nous agissons partout où nous le pouvons : sur l’isolation des bâtiments, les transports, les menus, et maintenant sur le matériel de cuisine, afin de réduire l’empreinte environnementale des établissements.
L’environnement mérite des actions concrètes, pragmatiques, et non de l’idéologie.» explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.
« Dans les collèges notre action sur l’environnement est à la fois directe et indirecte : directe via les mesures que nous prenons et indirectes via les moyens que nous offrons aux jeunes et aux équipes pédagogiques de s’ouvrir au monde et d’être sensibilisés à ces problématiques » ajoute Cathy Simon, Vice-Présidente du Département chargée des collèges.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

LA MURE : LES TRAVAUX VONT BON TRAIN !


Ce samedi 13 juillet, le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, était à La Mure afin de présenter l’avancée des travaux du Petit Train.

Un grand rendez-vous auquel se sont rendus les habitants nombreux, mais aussi plusieurs personnalités parmi lesquelles Eric Bonnier, maire de La Mure, Joël Pontier, Président de la Communauté de Communes de la Matheysine, Yannick Neuder, Vice-Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et Lionel Beffre, Préfet de l’Isère, Marie noëlle Battistel députée.

Fabien Mulyk et Frédérique Puissat, conseillers départementaux du canton à l’origine du projet, étaient également présents.

trainDes travaux dans les temps
Suite à un effondrement survenu en 2010, le Petit Train de La Mure ne roulait plus depuis 7 ans. La volonté de le voir redémarrer un jour n’était pas non plus au rendez-vous. En 2017, le Département, convaincu de son intérêt touristique, a relancé le projet. Les travaux de remise en service du Petit Train ont débuté en 2018 comme prévu.
Depuis décembre, les travaux de dépose de la voie ferrée ont démarré sur les derniers 1,6 kilomètres de la ligne ainsi que la rénovation des ouvrages d’art qui la bordent.
Au mois d’avril dernier, ce sont les travaux du restaurant, de la gare et de l’atelier de maintenance qui ont commencé.
A ce jour, les travaux avancent dans les temps annoncés.
Ce projet représente un budget total de 26 M€ financé par le Département à hauteur de 15,7 M€ et par son délégataire de service public, EDEIS, à hauteur de 6,6 M€. Participent également au financement la Communauté de Communes de Matheysine (2 M€), la Région (2 M€) et l’Etat (160 000 €).
Jusqu’à maintenant, les travaux du Petit Train ce sont…
- 620m² de terrassement
- 4000m² de nettoyage des ouvrages d’art
-  170 mètres de garde-corps réparés
-  30% d’avancement sur les ouvrages d’art
-  1000 mètres de réseaux en tranchée pour le restaurant
- 15 km de voie ferrée

Objectif 2020 !
Comme annoncé lors de cette journée, l’avancée des travaux permet de maintenir le cap de juillet 2020 pour la réouverture du Petit Train de La Mure.
Cette réouverture, attendue par les habitants de La Mure, et plus largement de la Matheysine et de l’Isère, permettra de faire revivre cette ligne ferroviaire qui représente à la fois, un héritage du passé minier de ce territoire et un formidable attrait touristique pour le département.
A terme, l’objectif est que le train accueille environ 120 000 visiteurs par an, autant de personnes qui participeront à l’économie locale lors de la période d’ouverture (entre avril et octobre).
Ils suivront un itinéraire précis partant de la nouvelle gare de La Mure, passant par une halte au Musée Mine Image, et terminant au débarcadère de Monteynard. A l’arrivée, ils pourront découvrir le restaurant, le belvédère et une promenade panoramique.

Un nouveau logo pour le Train
En 2019, Le Petit Train de La Mure se dote d’un logo qui lui sera propre ! Ce logo reprend la couleur historique du Petit Train qui est également celle de La Mure et de la Matheysine.
On y voit en fond l’Obiou et l’Aiguille, 2 sommets emblématiques du plateau matheysin.
trin 2« C’est une fierté pour le Département de relancer ce train emblématique de notre territoire. Les isérois y sont attachés et il attirera de nombreux voyageurs désireux d’en connaitre l’histoire et de découvrir ces paysages magnifiques. Ce projet illustre bien notre volonté non seulement d’entretenir le patrimoine isérois, mais aussi de le développer et de le faire rayonner, pour faire grandir notre attractivité. Nous nous étions engagés à remettre en service le petit train. Nous avons tenu notre promesse. » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

« Je suis heureux de constater l’avancée de ce projet que nous avons voulu initier avec Frédérique Puissat afin de rendre aux matheysins ce train qui leur est si cher. C’est notre devoir en tant qu’élus de porter la voix de ceux que nous représentons ; le Train de La Mure est une belle incarnation de ce rôle » ajoute Fabien Mulyk, Conseiller Départemental du canton de Matheysine-Trièves.

Catégorie Département de l'Isère, tourisme, évasionCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2020
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+