Tag Archive | "jeunes agriculteurs"

Enfin, La cellule d’expertise sur la gestion de l’eau mise sur les rails !


Les organisations professionnelles agricoles, la FNSEA, Jeunes Agriculteurs, l’APCA, Coop de France
et Irrigants de France, saluent le lancement de la cellule d’expertise sur la gestion de la ressource
en eau.
Face aux évolutions climatiques avérées et à venir, la gestion de la ressource en eau est un enjeu
majeur pour l’agriculture française, dans de nombreux territoires. La création de nouvelles
ressources est une des solutions d’avenir. C’est pourquoi la FNSEA, Jeunes Agriculteurs, l’APCA, Coop
de France et Irrigants de France souhaitent que cette cellule d’expertise, interministérielle, examine
de façon pragmatique les blocages nationaux et locaux actuels affectant de nombreux porteurs de
projet. Ils s’impatientent car il y a eu trop de retards incompréhensibles.
Actuellement, les besoins de mobilisation en eau pour l’agriculture française sont de 150 millions m3
supplémentaires par an.
Cette instance devait, comme indiqué par les ministres Stéphane Travert et Nicolas Hulot, rendre ses
conclusions le 31 octobre. Nous n’avons cessé de dénoncer au plus haut niveau le retard de mise en
oeuvre concrète. Il s’agit cependant d’un premier pas qui réaffirme la volonté du gouvernement
d’avancer sur le sujet. Il est désormais urgent que cette cellule soit effective rapidement, avec un
plan d’action et un calendrier définis.
Nos organisations sont prêtes à s’y investir et à travailler en collaboration afin d’avancer de manière
efficace.

Catégorie eauCommentaires fermés

Paiement des aides PAC : l’Etat mobilisé


Stéphane LE FOLL a reçu ce matin une délégation de la FNSEA et de Jeunes Agriculteurs, afin de s’entretenir avec eux du paiement des aides PAC 2015 et des avances pour les aides 2016.

Il leur a indiqué : « Comme vous, je ne laisserai aucun agriculteur au bord de la route, je suis pleinement mobilisé et le resterai jusqu’au versement total de l’ensemble des aides ».

Le ministre, très attentif aux difficultés résiduelles dans le traitement des dossiers PAC, a tenu à rappeler qu’à ce jour 99,7 % des dossiers étaient d’ores et déjà payés pour les aides découplées et 89% pour l’Indemnité compensatrice de handicap naturel (ICHN) dues au titre de l’année 2015. Enfin il a également indiqué que 6,4 Mds d’avance sur les aides PAC 2016 (ATR) ont à ce jour été versés sur les comptes des agriculteurs. Ces montants payés sur le budget national ont pour objectif d’éviter que les agriculteurs n’aient à subir de difficultés de trésorerie dans l’attente du versement des aides européennes.

Conscient des inquiétudes exprimées sur les cas spécifiques évoqués par ses interlocuteurs, le Ministre a tenu à rassurer les agriculteurs. En effet, il a rappelé que ses services étaient entièrement mobilisés pour trouver des solutions pour les cas particuliers qui restent en suspens et qui nécessitent une analyse spécifique en raison de leur complexité. Il a indiqué que les agents des Directions départementales des territoires (DDT) et l’Agence de services et de paiement (ASP) procéderaient à un traitement individualisé de chaque cas problématique pour ces situations bien identifiées et très minoritaires.

Certaines de ces situations particulières appellent des réponses adaptées pour ne pas fragiliser davantage des exploitants qui peuvent se trouver en grande difficulté. Ainsi, les DDT délivreront aux agriculteurs des attestations leur permettant d’obtenir de leurs banques (ou de leurs fournisseurs) des reports d’échéance et, lorsque cela sera nécessaire, un Fonds d’Allègement des Charges pourra prendre en charge les intérêts des prêts bancaires de trésorerie, selon des modalités simplifiées.

Enfin, s’agissant des MAEC et des aides à la bio 2016, le Ministre a annoncé la mise en place d’une ATR pour ces aides avec l’objectif d’un versement en mars 2017.

Catégorie PACCommentaires fermés

Etiquetage de l’origine


Communiqué de la FNSEA, des Jeunes Agriculteurs et de Coop de France:

Ce n’est qu’une étape, mais une étape importante. La France a obtenu de la Commission européenne un accord de principe pour expérimenter l’obligation de l’étiquetage de l’origine des viandes et du lait dans les produits transformés.

La FNSEA et ses associations spécialisées, Jeunes Agriculteurs et Coop de France avaient lancé, avec l’UFC-Que Choisir, une pétition, soutenue également par Familles Rurales, pour demander la mise en place d’une indication obligatoire de la provenance des produits transformés. Il s’agit d’une information loyale et citoyenne que nous devons au consommateur. Aujourd’hui, 54% des produits ne mentionnent pas l’origine de la viande qu’ils contiennent, selon l’étude récente de l’UFC-Que Choisir.

Notre combat légitime et notre mobilisation finissent par payer.

Nous souhaitons désormais que l’expérimentation soit mise en place au plus vite par les pouvoirs publics français, afin de transformer l’essai et d’en démontrer les bénéfices. Il s’agit d’un match pour la transparence dans lequel les producteurs, les transformateurs et les consommateurs doivent jouer collectif

Catégorie agricultureCommentaires fermés

AgriDemain – L’agriculture française, une terre à découvrir


#AgriDemain est le premier mouvement réunissant les principales organisations professionnelles du secteur agricole.

Quelles sont les missions d’AgriDemain ?

  • Démystifier les clichés autour des activités agricoles
  • Reconnecter l’image que le grand public se fait de l’agriculture avec la réalité
  • Réaffirmer les atouts stratégiques du secteur agricole français
  • Promouvoir une agriculture nourricière, innovante et moderne
  • Rassembler tous ceux qui partagent une vision commune de l’agriculture vertueuse, performante et au cœur de l’Europe


Nous allons montrer la réalité de l’agriculture en France,

  • En racontant l’histoire de nos métiers
  • En créant et en animant une communauté de professionnels de l’agriculture qui portent nos valeurs et les font vivre dans les départements et régions
  • En allant chercher des ambassadeurs médiatiques partageant un intérêt et des valeurs communs à notre engagement
  • En démontrant que l’agriculture est un des secteurs qui a le plus évolué dans les 30 dernières années

Image de l’agriculture : regards croisés entre agriculteurs et grand public

Selon un sondage BVA, 54% du grand public estime bien connaître le métier d’agriculteur, tandis que 90% des agriculteurs pensent quant à eux que le grand public connaît mal leur profession.

52% des consommateurs reconnaissent par ailleurs mal connaître les modes de production (culture, élevage).

Les Partenaires #agridemain

Les Chambres d’agriculture, Axema, Coop de France, FARRE, Fédération du négoce agricole, FNSEA, GNIS, Jeunes Agriculteurs, UFS, UIPP, UNIFA

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Quand les jeunes agriculteurs s’invitent à Lyon!


Le dimanche 31 mai 2015, de 10h à 18h, les Jeunes Agriculteurs Rhône-Alpes, le Comité des Fêtes de Monplaisir et la Mairie du 8ème arrondissement proposent une nouvelle édition d’ « Un dimanche à la campagne », place Ambroise Courtois (Lyon 8ème).

Sans titre

Cet événement familial, pédagogique et festif a vocation à promouvoir les produits et les savoir-faire des producteurs, à faciliter les échanges entre producteurs et consommateurs et à renforcer l’information autour de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement.

De nombreux produits de qualité et de proximité seront proposés à la dégustation et à la vente. Plusieurs agriculteurs de Rhône-Alpes seront là pour vous accueillir et échanger avec vous !

Au programme :

  • ouverture en musique, avec la troupe Brind’zic
  • spectacle de Twirling Bâton
  • mini-ferme avec de nombreux animaux (vaches, chèvres, moutons, lapins…)
  • produits régionaux
  • repas du terroir
  • jeux
  • nombreuses animations…tous publics..


Catégorie agricultureCommentaires fermés

« Manger français » dans la restauration collective


Face à la crise traversée par le secteur agricole depuis plusieurs mois, la FNSEA et Jeunes Agriculteurs ont lancé  un plan d’actions sur le thème « manger français » destiné à promouvoir les produits français dans la restauration collective.

Ces actions récurrentes prévues à tous les échelons, du local au national, ont pour objectif de dresser un constat sur les réalités des produits servis dans la restauration collective, et d’inciter à davantage de patriotisme alimentaire.

Malgré un fort potentiel, les importations restent majoritaires dans la restauration collective (cantines scolaires, restaurants d’entreprises, hôpitaux, prisons…).

A titre d’exemple, 87 % de la volaille est importée, de même que près de 80 % de la viande rouge. « On peut faire beaucoup mieux », clame Thomas Diemer, président de Jeunes Agriculteurs, qui cite des leviers d’action comme un affichage plus clair sur l’origine des produits, ou encore une sensibilisation réelle des responsables locaux.

« Il y a un décalage entre le discours des décideurs politiques et ce que l’on constate sur le terrain », regrette lui aussi Xavier Beulin, président de la FNSEA.

Autour de la thématique, « deux plats sur trois d’origine française », les deux syndicats agricoles souhaitent initier une prise de conscience générale sur le « manger français » : actions coup de poing et pédagogie seront donc au cœur des démarches syndicales qui devront permettre, au terme de deux mois d’enquêtes, d’établir un bilan sur les pratiques d’approvisionnements dans les cantines.

Catégorie agriculture, consommation, vie syndicaleCommentaires fermés

Sodiaal soutient les jeunes agriculteurs


Dans le cadre de son plan stratégique Sodiaal 2020,la coopérative laitière Sodiaal Union a présenté un dispositif de soutien à ses jeunes agriculteurs à l’occasion des Journées Nationales des JA Sodiaal organisées dans le Nord.

« Les 24 et 25 juin, les Journées Nationales des Jeunes Agriculteurs Sodiaal ont réuni à Pecquencourt (Nord) plus de 160 jeunes producteurs laitiers venus de toutes les régions laitières couvertes par la coopérative, pour y travailler et y échanger entre eux et avec leurs responsables élus et opérationnels, comme chaque année depuis quatre ans.

Damien Lacombe, président de la Coopérative y a présenté en détail le nouveau dispositif ambitieux d’accompagnement à l’installation des jeunes agriculteurs baptisé SodiaalBox, qui sera mis en œuvre à compter du 1er janvier 2015.

Simple, utile et adapté aux réels besoins des jeunes agriculteurs qui ont travaillé à sa conception, ce dispositif a été baptisé SodiaalBox.

D’une valeur maximale de 10.000 euros par bénéficiaire, il donne accès à des actions de formation technique, d’amélioration de la qualité et de la sécurité, d’organisation du travail, ainsi qu’au financement du capital social. Environ 250 agriculteurs de moins de 40 ans devraient en bénéficier chaque année.

La SodiaalBox vient en complément d’une dotation volume de 300.000 litres uta déjà mise en œuvre par Sodiaal.

Damien Lacombe, président de Sodiaal Union, avait déclaré, lors de l’Assemblée générale du 18 juin convoquée à Paris : « Les jeunes agriculteurs sont au cœur de notre stratégie Sodiaal 2020 car notre avenir à tous repose sur leur avenir à eux.

C’est pourquoi nous avons voulu agir vite avant cette phase d’ouverture des marchés. Nous sommes convaincus que ce dispositif pérenne et systématique encouragera les jeunes à se lancer et à nous rejoindre. »

Damien Lacombe a réaffirmé fortement cette conviction et cette volonté devant les 160 jeunes agriculteurs réunis à Pecquencourt.

Sodiaal, 1ère coopérative laitière française, 3ème européenne et 5ème mondiale, considère en effet qu’elle se doit de prendre une part conséquente au renforcement d’un socle de jeunes agriculteurs français qui investissent, et s’investissent, dans une production laitière efficiente et qui répond aux attentes de qualité et de goût exprimées par les consommateurs.

C’est pourquoi la coopérative laitière Sodiaal Union travaille à conforter l’avenir de ses producteurs :

- par des débouchés bien valorisés, structurés autour d’activités complémentaires couvrant l’ensemble des métiers du lait. Ceci s’est traduit par les rapprochements des dernières années avec Entremont, puis Blâmont, 3A, Lacopab et dernièrement La Briarde Laitière ;

- par une organisation de gestion des volumes adaptée à l’ère post-quotas. Cette organisation, définie en concertation avec les producteurs, vient d’être validée par l’Assemblée générale du 18 juin. Elle permet à chaque producteur de maintenir sa production inchangée ou de produire davantage dans un contexte de forte croissance de la demande mondiale qui est une véritable opportunité ;

- par une organisation qui a placé les besoins spécifiques des jeunes agriculteurs au cœur de sa gouvernance, avec un Pôle Sociétaires, véritable antichambre du Conseil d’administration de Sodiaal, où les jeunes agriculteurs Sodiaal sont très bien représentés et où leurs problématiques font partie des sujets prioritaires ;

- par la création de services renouvelés à ses sociétaires, et notamment à la nouvelle génération d’éleveurs, plus formée et capable d’orienter ses choix économiques, pour asseoir la pérennité de la coopérative Sodiaal et de la filière laitière française.

Sodiaal se donne ainsi toutes les chances d’être demain un acteur laitier majeur, en croissance rentable et au professionnalisme reconnu, fidèle à ses valeurs coopératives au service de ses producteurs. C’est ainsi que chaque année, 250 jeunes producteurs choisissent de rejoindre les rangs de la coopérative Sodiaal. »

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Stop aux contraintes pour manger français demain!


Communiqué de la FNSEA et de Jeunes Agriculteurs
« La FNSEA et les Jeunes Agriculteurs viennent de lancer un mot d’ordre d’action syndicale sur l’ensemble du territoire français le mardi 24 juin pour alerter les décideurs et l’opinion publique sur les risques de l’empilement des contraintes réglementaires françaises pour le consommer français, l’agriculture de notre pays et tous les emplois qui y sont liés.

En effet, comment continuer aujourd’hui à assurer à nos concitoyens des produits français sans un minimum de pragmatisme pour ne pas nuire à la compétitivité de nos activités agricoles? Tout cet empilement de contraintes a un coût : un coût de production pour les exploitants agricoles, un coût quasiment impossible à répercuter vers l’aval des filières, un coût qui finit toujours par représenter un lourd tribu à payer pour l’emploi dans nos filières…

Un coût que nous ne connaissons malheureusement que trop bien dans le secteur porcin puisque le décrochage de notre production a fini par marquer l’actualité en 2013 par la fermeture d’un site d’abattage en Bretagne.

Un drame social, près de 900 licenciements!

Or dans ce contexte, quel intérêt de continuer à empiler des normes si c’est pour être obligé demain à s’approvisionner en dehors du pays quand on n’aura plus de cochons chez nous?

Des pays qui soit dit en passant sont loin de respecter nos normes!

Il est grand temps de recréer les conditions pour que les éleveurs de porcs français, et plus largement les agriculteurs français, puissent s’installer, se développer et travailler dans la sérénité. Ils sont compétents, ont intégré depuis longtemps les attentes sociétales dans leur activité quotidienne et connaissent leur métier.
Au lieu de toujours tout verrouiller, il serait temps de reconnaître les progrès réalisés et la qualité des produits dont le consommateur français peut aujourd’hui disposer!

C’est pourquoi à la FNP nous soutenons pleinement l’appel à mobilisation lancé par la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs. Nous appelons donc nos sections porcines à se joindre aux actions qui pourront être organisées le 24 juin par leurs fédérations régionales ou départementales. »

Catégorie agriculture, vie syndicaleCommentaires fermés

Congrès des Jeunes Agriculteurs


À l’occasion de son intervention devant le Congrès de Jeunes Agriculteurs, Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du gouvernement a tenu à féliciter Thomas DIEMER pour son élection à la tête de Jeunes Agriculteurs et à lui adresser tous ses vœux de réussite ainsi qu’au nouveau bureau.

Il a également remercié Francois THABUIS qui a su mener tout un réseau avec une action constructive, et salué la qualité du dialogue conduit pendant les deux années de sa présidence.

Le Ministre a rappelé le chemin parcouru depuis le congrès de Metz avec notamment la mise en place du « top-up » pour les jeunes sur le premier pilier avant de préciser les dispositions spécifiques aux jeunes dans la mise en place des aides couplées et conformément aux annonces faites à l’occasion du CSO du 27 mai dernier.

Stéphane LE FOLL a rappelé que dès le début des discussions relatives aux modalités d’attribution des aides couplées il avait souhaité qu’une aide spécifique soit destinée aux jeunes.

Le Ministre a en particulier indiqué que les jeunes agriculteurs pourraient bénéficier d’une surprime spécifique au titre de l’aide laitière pendant les trois premières années suivant leur installation (15€ en zone de montagne et 10€ hors zone de montagne) et qu’il en irait de même pour l’aide ovine majorée de 6€ par bête pour les jeunes. Concernant la prime au maintien de troupeau de vache allaitante les jeunes se verront offrir la possibilité de primer les génisses.

Stéphane LE FOLL a également annoncé qu’il renforcerait le financement des Points Accueil Installation, structure fondamentale pour permettre à toutes celles et ceux qui souhaitent s’installer de bénéficier d’un accompagnement coordonné et suivi dans le temps.

Enfin, le Ministre a confirmé qu’il souhaitait s’engager pleinement dans la préparation de l’événement Terres de Jim organisé par Jeunes Agriculteurs début septembre en Gironde.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Jeunes Agriculteurs débloque 800 dossiers d’installation


L’année 2014 est une année transitoire en termes de gestions financière et administrative des installations en agriculture.

Le dispositif d’accompagnement et les aides à l’installation restent les mêmes que sur le programme 2007-2013, mais les Conseils régionaux deviennent autorités de gestion sur les aides du deuxième pilier de la PAC (fonds du Feader).

Le Ministère promettait à Jeunes Agriculteurs qu’aucune période blanche n’aurait lieu sur les dossiers installation malgré cette transition. Or, depuis le 1er janvier 2014, aucun jeune ne peut s’installer à cause d’un vide juridique. Et on nous répondait que les jeunes n’étaient pas à un mois près pour s’installer !

Ce jeudi 13 février à 13h, une délégation de Jeunes Agriculteurs est donc allée « pique-niquer » devant le Ministère de l’agriculture pour se faire encore mieux entendre et surtout expliquer pourquoi, un mois c’est important :

- Les candidats à l’installation ont besoin de leur autorisation de financement pour commencer tout investissement sur l’exploitation et obtenir des crédits de leur banque

- Les jeunes doivent être considérés comme installés dès le départ du cédant qui est prévu à une date précise qu’il est difficile de repousser

- Les candidats à l’installation ont besoin d’acquérir leur cheptel ou foncier avant leur déclaration PAC à réaliser avant le 15 mai 2014.

Les candidats à l’installation ne pouvaient donc pas attendre le 15 mars pour faire valider leur installation.

Cette délégation a été reçue par Luc Maurer, conseiller du Ministre.

Sensibilisé à nos arguments, ce dernier a annoncé que :

- Du 18 février au 15 mars, tous les jeunes qui en feront la demande bénéficieront d’une dérogation pour être installés et pourront toucher une part des soutiens. C’est le Préfet qui validera cette décision.

- Si au 15 mars les éléments nécessaire à l’engagement de dossiers FEADER n’étaient pas en place, alors cette procédure dérogatoire s’appliquera à l’ensemble des dossiers installation déposés.

« C’est une bonne nouvelle, a déclaré Joël Clergue. Aujourd’hui, les personnes qui doivent s’installer rapidement peuvent le faire ». Même si cette annonce est satisfaite, Jeunes Agriculteurs reste vigilant pour que cette décision soit bien relayée et appliquée en département dès lundi.

Catégorie agriculture, installationCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2019
L Ma Me J V S D
« août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+