Tag Archive | "L’Albanais"

L’Albanais : un territoire industriel et périurbain, entre Annecy et Chambéry


L’Albanais est un petit territoire haut-savoyard situé entre le lac du Bourget et le lac d’Annecy.

Il abrite 40 000 habitants en 2010 ; ses deux principales communes sont Rumilly et Alby-sur-Chéran.

l'albanais

Le rythme de croissance démographique du territoire, ralenti depuis la fin des années 70, reste toutefois élevé sur la période récente (+ 1,8 % de 1999 à 2010 contre + 2,6 % entre 1975 et 1982).

L’Albanais présente deux caractéristiques principales. La première est son activité économique, historiquement tournée vers l’industrie.

Malgré la fermeture de l’usine Salomon à Rumilly en 2008 et une chute de l’emploi industriel d’un quart depuis 1999, l’industrie regroupe encore 28 % de l’emploi dans l’Albanais, contre 22 % dans la zone de comparaison, constituée de l’ensemble des territoires périurbains de la région.
Les implantations de Tefal, Céréal Partners France ou encore des laboratoires Galderma illustrent cette spécificité industrielle.

La deuxième caractéristique du territoire est l’influence grandissante des pôles d’Annecy et de Chambéry (ce dernier incluant la commune d’Aix-les-Bains), qui en fait une zone périurbaine.

La moitié de la population habite dans la couronne périurbaine d’Annecy, tandis que l’autre moitié est sous l’influence concurrente du pôle chambérien.
Une des conséquences du rayonnement de ces deux grands pôles est le développement limité des services et commerces concourant à l’animation urbaine.

Depuis 1999, une nouvelle dynamique opère : l’emploi dans le secteur tertiaire a augmenté de façon plus soutenue que dans la zone de référence (+ 45,5% contre +39 %).
La hausse est prononcée dans l’hébergement médico-social et l’action sociale, l’administration publique, le commerce et l’enseignement.

Ces évolutions font écho aux orientations des acteurs locaux recommandant l’adossement du développement industriel du territoire à une économie de services.

L’agriculture est principalement orientée vers l’élevage de bovins

En 1975, la spécificité du territoire était avant tout agricole : ce secteur regroupait 22 % des emplois, au lieu de 13 % dans la zone de référence. En 2010, cette spécificité perdure bien que le niveau d’emploi soit nettement plus faible (500 contre 1 700 en 1975). L’agriculture représente actuellement 3 % de l’emploi, contre 2 % dans la zone de référence.
L’environnement du territoire étant montagneux, les zones agricoles hétérogènes couvrent plus de la moitié des territoires agricoles. Les fourrages et superficies toujours en herbe sont prépondérants, représentant 85 % de la superficie agricole utilisée. 60 % des exploitations sont spécialisées dans l’élevage de bovins, dont 49 % dans le « bovin lait ».

Les exploitants adoptent plus souvent qu’ailleurs le statut d’exploitation en société (36 % contre environ 20 % dans la zone de référence).

Le tourisme est encore à l’écart de la dynamique des territoires voisins

L’activité touristique est encore peu développée dans le territoire. La densité touristique est inférieure à celle de la zone de référence (15 lits/km2 contre 22 lits/km2).

Le niveau d’activité dans le tourisme est donc loin d’approcher celui des territoires limitrophes, l’Espace Métropole Savoie (52 lits/km2), et surtout le Bassin Annécien (140 lits/km2).
Dans l’Albanais, le tourisme repose moins qu’ailleurs sur les résidences secondaires et l’hôtellerie, et davantage sur les campings.
La densité touristique est plus homogène dans la communauté de communes du Pays d’Alby-sur-Chéran et liée à l’axe de circulation Aix-les-Bains-Annecy. Au nord, le tourisme se limite au corridor de la départementale 910, où la commune de Vallières (45 lits/km2) accueille un camping important.

Catégorie Pays de SavoieCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+