Tag Archive | "Lionel BEFFRE"

Chambre d’agriculture de l’Isère: Jean claude Darlet, mandat renouvelé


Suite aux élections de janvier 2019, une session d’installation c’est déroulée sous la présidence de Lionel Beffre, préfet de l’Isère, en présence de Jean Pierre barbier et Robert Duranton, président et vice président en charge de l’agriculture.

Jean claude Darlet a été réélu président. Pour rappel il exerce le métier d’agriculteur depuis 1984 sur une exploitation agricole située dans le Sud Grésivaudan (22 ha en noyers AB et 40 ha de céréales).

Sont également élus:

1er vice président: Jérôme Crozat

2ème vice-président: André Coppard

3ème vice-président: Stéphane Tirard

4ème Vice -président: Pascal Denolly

Secrétaire: Jérémy Jallat

Secrétaires adjoints: Alexandre Escoffier, David Rivière, Jacqueline Rebuffet, Thierry Blanchet, Nadege Denis.



Catégorie agricultureCommentaires fermés

Ligne Grenoble-Lyon : Les collectivités et l’Etat donnent le cap !


Ce 17 septembre 2018, Lionel Beffre, Préfet de l’Isère, et Martine Guibert, Vice-
Présidente du Conseil régional, déléguée aux transports, ont co-présidé, en
préfecture de l’Isère, le comité de pilotage de l’Etoile Ferroviaire Grenobloise.

La Région Auvergne Rhône-Alpes, le Département de l’Isère, Grenoble Alpes
Métropole, le Pays Voironnais, le Grésivaudan et l’État, en présence de
parlementaires de l’Isère, s’accordent sur une vision partagée pour l’avenir de la
ligne ferroviaire Lyon-Grenoble autour de 3 grands objectifs :
• Une meilleure régularité : des temps de parcours fiables,
• Une meilleure desserte : plus de trains et une capacité suffisante,
• Un temps de parcours amélioré.
Cette réunion se tenait dans un contexte national marqué par l’élaboration de la loi
d’orientation des mobilités qui sera prochainement examinée par l’Assemblée
Nationale et le Sénat.
Ce comité de pilotage a permis, après des échanges précis et constructifs, de
dégager un consensus sur les conclusions suivantes :
→ la modernisation de la ligne ferroviaire Lyon-Grenoble est identifiée par l’Etat,
les élus et SNCF Réseau comme un enjeu majeur pour le territoire tant du point
de vue de l’attractivité économique que des conditions de vie et de travail des
usagers ;
→ une étude d’exploitation, co-financée par l’Etat et les collectivités, sera lancée
prochainement, afin de disposer des choix techniques et du calendrier de
réalisation avant le 31 décembre 2019 ;
→ des travaux qui s’inscrivent dans le temps : en première phase, aménagement
de l’avant-gare de Grenoble et doublement des voies entre Grenoble et Moirans. Il
s’agit d’améliorer la robustesse et les capacités de la ligne. En deuxième phase,
travaux de modernisation de la voie pour une amélioration du temps de parcours
grâce aux « shunts » de Rives et du Grand-Lemps.
Les acteurs présents se sont engagés à l’unanimité à soutenir cette feuille de
route et à en appuyer l’inscription dans la programmation nationale actuellement
en cours d’élaboration.

Catégorie Département de l'Isère, aménagement, transportCommentaires fermés

LA MARQUE IS(H)ERE EST LANCEE !


Ce mercredi 27 juin les acteurs du pôle agroalimentaire isérois étaient réunis en Préfecture à Grenoble pour lancer la marque Is(h)ere. Cette marque, qui repose sur trois promesses de proximité, qualité et juste rémunération, entend redonner des couleurs à l’agriculture iséroise. La réponse durable des professionnels aux crises agricoles successives, avec le soutien des acteurs institutionnels.

Une journée de lancement réunissant tous les acteurs du monde agroalimentaire
Déclinaison de la marque d’attractivité territoriale Alpishere sur le volet agricole et agroalimentaire, la marque Is(h)ere a été lancée officiellement ce mercredi 27 juin en présence du Préfet de l’Isère, Lionel Beffre, du directeur de l’INAO sud-est, Emmanuel Estour, du Président du Département, Jean-Pierre Barbier, du Président de Grenoble Alpes Métropole, Christophe Ferrari, du Président de la Chambre d’agriculture, Jean-Claude Darlet, du Président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, Philippe Tiersen, et du Président du comité d’agrément de la marque, Pascal Denolly.
Etaient également représentés la Chambre de commerce et d’industrie de Grenoble (Patrick Mérigot, président de la commission commerce et secrétaire du bureau), la Chambre de commerce et d’industrie du Nord-Isère (Marc Lett, élu, et Christian Bolla, directeur ingénierie et développement) ainsi que Le Grésivaudan (Claudine Chassagne, vice-présidente) et la Communauté de communes du Pays voironnais (Christine Guttin, vice-présidente chargée du tourisme et de l’agriculture)

Suite à la présentation de la marque et de ses intentions, les producteurs ont pu faire découvrir leurs produits agréés aux invités réunissant le grand monde de l’agriculture, métiers de bouche, PME agroalimentaires et distribution en Isère.
Des fruits, charcuteries, yaourts, pains, poissons, légumes, fromages, miel, bières et bien d’autres produits agréés étaient ainsi proposés à la dégustation connaissant un vif succès.
Pour le Président du Département, « c’est une grande fierté, car c’est la première marque en France à garantir à la fois la provenance géographique et la juste rémunération des producteurs. »
Trois promesses pour redonner des couleurs à l’agriculture iséroise
La marque Is(h)ere vient répondre à la demande du consommateur qui veut plus de produits locaux et de qualité dans son assiette, tout en apportant des solutions de long terme aux agriculteurs isérois en recherche d’une meilleure rémunération.

La marque repose ainsi sur une triple promesse :
- PROXIMITE : les produits sont issus d’une ferme iséroise ou élaborés à partir de produits agricoles du territoire
- REMUNERATION : un engagement du distributeur ou du transformateur à proposer aux agriculteurs une juste rémunération fondée sur la prise en compte des coûts de production
- QUALITE : la valorisation des pratiques agricoles mises en oeuvre pour le bien-être animal et la protection de l’environnement.
C’est pourquoi, la marque sera accompagnée de l’accroche « Je soutiens l’agriculture de l’Isère » afin de souligner qu’acheter et consommer des produits « Is(h)ere » sont des actes qui contribuent au maintien d’une agriculture de qualité en Isère et au renforcement de l’économie locale.
Cette démarche exigeante est à ce jour unique en France, aucune collectivité n’étant allé aussi loin que l’Isère dans le règlement d’usage mis en place par la marque.
« Les agriculteurs ne veulent plus avoir à dépendre de subventions agricoles qui les maintiennent sous perfusion. Ce qu’ils veulent c’est vivre correctement de leur travail grâce à un juste paiement de leur production. Avec la marque Is(h)ere, cette promesse sera garantie par un règlement que tous auront à coeur de respecter », insiste Jean-Pierre Barbier.

La montée en puissance de la marque au fil des mois
A ce jour, près de 120 produits fournis par 20 producteurs sont agréés. Ils sont déjà mis à la vente sur plusieurs lieux de vente en Isère :
- Dans des supermarchés de l’Isère qui font la promotion des produits locaux
- Chez des artisans bouchers, charcutiers, traiteur, boulanger, brasseur
- Directement à la ferme
- Sur les marchés
Dans les mois à venir, la liste de produits agréés et lieux de vente va être amené à grandir. D’ici la fin de l’année 2018, une vingtaine de nouveaux producteurs et artisans devraient rejoindre la marque
Le pôle agroalimentaire, dont les deux CCI, la CMA, et la CDA font partie, réalise en effet un travail important auprès des agriculteurs, artisans et entreprises, pour agréer de nouveaux produits tout comme auprès de la Grande et Moyenne Surface pour mettre en valeur les produits par des animations dégustations et du matériel de communication en place dès cet automne dans les supermarchés isérois.
Pour être agréé, un produit doit ainsi être soumis au comité d’agrément constitué par un comité d’agriculteurs, artisans, commerçants, restaurants et associations de consommateurs, représentant la filière agricole et agro-alimentaire de l’Isère.
Un audit contrôlera la provenance et la juste rémunération pour chaque bénéficiaire de la marque afin de s’assurer du respect du règlement d’usage accepté par les producteurs et distributeurs.

L’utilisation de la marque et son attribution sont encadrées par une Charte des bonnes pratiques qui sera signée avec l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité), instance qui accompagne et valide la reconnaissance des signes officiels de qualité.
« Les premiers retours sont excellents : les agriculteurs veulent faire agréer leurs produits, la GMS est demandeuse et les consommateurs seront certainement au rendez-vous », explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département qui a poursuivi: cette démarche est unique car c’est la seule qui garantit tant la provenance géographique du produit que la juste rémunération des producteurs.

Christophe Ferrari président de la Métropole a précisé qu’il était tout à fait logique que la Métropole s’unisse à cette démarche.. L ‘agglo ne représente t-elle pas à elle seule un tiers des consommateurs de l’Isère..  » Agriculture est un pan entier de l’économie de la Métropole..une alimentation saine c’est la santé..et le bien manger c’est associer la convivialité, le partage, le plaisir.. »

Voici un déroulé de la journée organisée dans les jardins de la préfecture

Catégorie A la une, Département de l'Isère, agro-alimentaireCommentaires fermés

LE PETIT TRAIN DE LA MURE AVANCE ET ACCELERE EN VUE DE SA REPRISE A l’ETE 2020


Ce mardi 19 juin, était présentée à La Mure la Société du Train de La Mure (STLM) en présence de ses dirigeants venus signer l’avenant de transfert de la Délégation de Service Public. Cet évènement a été l’occasion de faire le point sur l’avancement du projet, les travaux ayant débuté et s’accélérant désormais. Cap vers la reprise du petit train à l’été 2020 !

Sans titre

Une équipe de professionnels engagés pour faire renaitre le petit train

Aujourd’hui à La Mure étaient présents tous les acteurs qui ont oeuvré pour la relance du petit train dans le but de réaffirmer leur soutien au projet et constater son bon avancement.
Le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, était accompagné des deux conseillers du canton, Frédérique Puissat et Fabien Mulyk, de la vice-présidente en charge du tourisme, Chantal Carlioz, ainsi que des élus locaux, Eric Bonnier et Nadine Bari, du Préfet de l’Isère, Lionel Beffre, et des représentants de la Région, Yannick Neuder et Marie-Claire Terrier, pour présenter officiellement l’équipe de la STLM. Se sont déplacés leur Président, Gérard Mayer, et Fabien Dreveton, directeur du projet, rodés sur ce type de réalisation.
Cette réunion des porteurs du projet a permis également de transférer formellement la délégation de service public (DSP) à la nouvelle société dédiée au projet du Train de La Mure (STLM).
Une équipe projets est d’ores et déjà installée localement en Matheysine et sera amenée à grandir dans les mois à venir.

« La présentation de la société et la réunion de tous les acteurs aujourd’hui est un signe : le petit train
avance bien ! Dans 2 ans maintenant, vous pourrez de nouveau embarquer dans les wagons. Nous
avons tous hâte de ce grand moment pour la Matheysine, le Trièves et l’Isère en général », appuie le
Président du Département, Jean-Pierre Barbier.

Les premiers travaux sont bien amorcés

Depuis l’annonce de reprise de l’activité en juin 2017, la Société du Train de La Mure a réalisé une
première année faite d’études et de procédures administratives en passe d’être franchies. Les premiers
travaux ont commencé ce printemps, avec le nettoyage des voies, des travaux sur les ouvrages d’art et
le matériel roulant avec la rénovation des voitures passagers. Plusieurs entreprises locales contribuent à
ces premiers travaux.
Les grands travaux battront leur plein dans une année 2019 qui comprendra notamment la
reconstruction de la gare de La Mure et le chantier du restaurant, sans oublier la remise en état de
l’intégralité de la ligne.
Le début de l’année 2020 sera une phase de finalisation et de rodage pour une mise en service au début
de l’été 2020.
« Conformément au planning des travaux, les premiers chantiers ont bien démarré. Tout avance comme
nous le souhaitons » explique Gérard Mayer, président de la STLM.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Gestion de la ressource en eau


Ce vendredi 24 novembre, s’est déroulée la dernière session de l’année 2017 pour la
Chambre d’agriculture de l’Isère, en présence de Lionel Beffre, Préfet de l’Isère, de
Bernard Pérazio, Vice-président du Département de l’Isère, en charge de la voirie,
les réseaux d’eau et d’assainissement, de l’électrification rurale et de Yannick
Prébay, Directeur de la Délégation Rhône-Alpes de l’Agence de l’Eau Rhône
Méditerranée Corse.

Un bilan positif de la gestion concertée de la ressource en eau par les
agriculteurs et leurs partenaires

Jean-Claude Darlet, Président de la Chambre d’agriculture, a salué
l’investissement, depuis 2000, de la profession agricole pour contribuer à
une gestion efficiente des volumes d’eau et accompagner les agriculteurs
dans une conduite de plus en plus précise de l’irrigation : « Aujourd’hui les
résultats sont mesurables avec une baisse de la consommation à l’ha
malgré des épisodes de sécheresse »
Il a remercié l’ensemble des partenaires impliqués dans cette gestion concertée de la
ressource en eau. Ces partenaires : la Chambre d’agriculture, l’État représenté par le
Préfet, le Département, l’Agence de l’eau et également l’ADI38 (Association
Départementale des Irrigants) ont signé un nouvel accord cadre 2017-2019
« Gestion quantitative concertée de la ressource en eau dans le département de
l’Isère », dans la continuité des travaux engagés depuis 2000.

Sans titre

signature de l’accord-cadre 2017-2019 « Gestion quantitative concertée de la ressource en eau dans le département de l’Isère »
De gauche à droite :
Lionel Beffre, Préfet de l’Isère
Jean-Claude Darlet, Président de la Chambre d’agriculture de l’Isère
Bernard Pérazio, Vice-président du Département de l’Isère, en charge de la voirie, les réseaux d’eau et d’assainissement, de l’électrification rurale
Yannick Prébay, Directeur de la Délégation Rhône-Alpes de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse
Franck Doucet, Président de l’ADI38 (Association des Irrigants de l’Isère)

La stratégie partagée par les signataires s’articule autour de :
● la gestion équilibrée des prélèvements agricoles dans le respect des milieux
naturels et transparence de l’usage agricole,
● l’approfondissement des connaissances sur les milieux en étiage,

● l’accompagnement des projets dans le respect de la démarche de gestion
globale,
● l’adaptation au changement climatique et économies d’eau.

Un schéma stratégique départemental de l’irrigation
La profession agricole a formalisé dans ce schéma ses projets en termes
d’outils structurants pour une gestion raisonnée de la ressource eau et un
développement de l’irrigation : substitution des prélèvements sur les zones
sensibles et création de nouvelles surfaces irriguées. Jean-Claude Darlet attend un
accompagnement fort de la part de l’Europe, de la Région, du Département, en
complément de l’Agence de l’Eau, pour assurer le financement des plans
d’investissement.
Un plan d’actions 2018 visant à renforcer le potentiel économique de la
ferme Isère.

Cette session de fin d’année fut l’occasion de présenter le plan d’action
2018, couplé à un budget prévisionnel équilibré, dans la continuité des travaux
engagées depuis plusieurs années. Son ambition :
● Favoriser la triple performance : économique, sociale, environnementale.
● Augmenter la valeur ajoutée (via des actions ciblées type pôle alimentaire,
développement de l’irrigation, amélioration des performances techniques)
● Favoriser le renouvellement des générations
● Préserver le foncier
● Préserver les ressources naturelles
● Accompagner la mutation de l’agriculture

Le Pôle Agroalimentaire et les Etats Généraux de l’Alimentation.
Jean-Claude Darlet a souligné les avancements de ce projet, mené en partenariat
avec le Département et les collectivités territoriales de l’agglomération grenobloise,
avec la finalisation du règlement d’usage de la marque territoriale Isère appliquée
aux produits agricoles et alimentaires. « La démarche de pôle agroalimentaire
s’inscrit pleinement dans la réflexion des Etats Généraux de l’alimentation »
a-t-il rappelé. Afin de couper court aux débats opposant les modèles agricoles, il a
décrit le travail mené depuis plus de vingt ans par la Chambre d’agriculture sur
l’accompagnement des agriculteurs dans l’évolution de leurs pratiques pour une
baisse de consommation des intrants, pour une protection des ressources (eau, sols,
biodiversité…) et qu’aujourd’hui il y a un engagement des agriculteurs isérois sur les
techniques alternatives.

Vote de la motion relative au désengagement de l’État vis à vis des aides au
maintien octroyées aux agriculteurs-rices en agriculture biologique,
proposée par la Confédération Paysanne

La session de la Chambre d’agriculture, après différents amendements apportés, a
adopté cette motion et demande une révision de la décision du Ministre de
l’Agriculture. Au vu de la croissance actuelle et future du marché des produits bio, les
membres présents s’accordent pour affirmer que les agriculteurs isérois et français
doivent être les principaux fournisseurs de ce marché et ainsi capter la valeur
ajoutée générée.

Catégorie agriculture, eauCommentaires fermés

La communauté d’agglomérations du pays Voironnais signe son contrat de ruralité


C’est à Paladru le jeudi 6 Juillet que se sont rassemblés les responsables des communes du pays Voironnais et du département pour officialiser la signature de ce contrat entre la communauté d’agglomération et l’État. Le contrat a une durée de 3 ans, c’est le 7ème du genre conclu en Isère.

Étaient présents pour l’événement Lionel Beffre, préfet de l’Isère, Thomas Michaud, sous-préfet de la Tour du Pin, Gérard Seigle-Vatte, maire des villages de Paladru, Julien Pollat, maire de Voiron et vice-président du département ainsi que le président de la communauté d’agglomération, Jean-Paul Bret.

Celui ci a décrit ce contrat comme « exemplaire » pour plusieurs raisons. D’abords, il a salué la souplesse de celui-ci, démontrant la confiance offerte au pays Voironnais et lui permettant ainsi de faire des retours et de mieux travailler sur ses priorités. Il a également appuyé l’association du département à ce contrat.

L’état alloue donc un financement à la communauté d’agglomération pour qu’elle puisse travailler sur 6 objectifs:

  • Accès aux services et aux soins
  • Revitalisation des bourgs centres
  • Attractivité du territoire
  • Mobilités
  • Transition écologique
  • Cohésion sociale

Pour cela, un plan d’action a été établie, et plusieurs mission seront menées dans les temps à venir. Le pays Voironnais compte par exemple réaliser des travaux à la Grande Dimière, aménager de nouveaux espaces autour du lac de Paladru, réhabiliter la maison des Vannes de Charavines ou encore réaménager le cœur des villages de Paladru et de Chirens. Beaucoup de travaux sont prévus, et d’autres à venir, ce qui souligne encore une fois la souplesse de ce contrat.

Paul Savary

Catégorie A la une, Département de l'IsèreCommentaires fermés

Phil Hogan en visite à la GAEC des verts sapins


Ce Jeudi 22 Juin, avant d’arriver au Global Food Forum, Phil Hogan, le commissaire européen en charge de l’agriculture s’est arrêté à la ferme de Paul Faure.

Il était accompagné de Michel Dantin, eurodéputé, Lionel Beffre, préfet de l’Isère, Chantal Carlioz, vice présidente du département, Jacques Adenot, président du parc régional du Vercors. Marie-Noëlle Battistel, député de l’Isère, Jean-Claude Darlet, président de la chambre d’agriculture de l’Isère, Christiane Lambert, présidente du FNSEA, Franck Girard président de la communauté de communes du massif du Vercors,  Hubert Arnaud, maire d’Autrans -Méaudre; Mickaël Kraemer maire de Lans en Vercors étaient également présents.

Paul Faure, également président de Vercors Lait lui a présenté son exploitation tout en lui expliquant le fonctionnement de la coopérative. Le commissaire a décrit la ferme comme « similaire à celle où il est né en Irlande ».

Suite à sa discussion avec Paul Faure, il a évoqué la crise laitière comme un point sur lequel il était primordial de tirer des leçons.

Il a aussi affirmé que l’expérience serait essentielle à la constitution des futures politiques agricoles communes.

Par ailleurs, il souhaite faire du renouvellement des générations agricoles une priorité. Au nom des agriculteurs en général, Paul Faure, lui, a demandé à ce que les formalités administratives des agriculteurs soient amoindries, afin que ceux-ci aient davantage de temps à consacrer à leur cœur de métier.

Il a aussi souhaité que le calendrier des aides soit mieux respecté pour limiter l’imprévisibilité du secteur.

Après cette discussion, Phil Hogan, le président de Vercors lait et les autres invités  sont allés déguster quelques mets régionaux lors d’un buffet.

Paul Savary

Catégorie Union européenne, agricultureCommentaires fermés

Agriculture : un renouvellement des générations qui se confirme


Ce jeudi 2 mars s’est déroulée la première session de l’année 2017 pour la Chambre
d’agriculture de l’Isère, en présence de Lionel Beffre, Préfet de l’Isère et de Robert
Duranton,  Conseiller Départemental , Vice-président en charge de l’agriculture.

cha1

Des comptes financiers 2016 équilibrés

Ce fut l’occasion pour Jean-Claude Darlet de présenter et faire valider à
l’unanimité les comptes financiers 2016. Depuis 2015, c’est le retour à un
équilibre budgétaire consolidé qui a été réalisé tout en maintenant les moyens
d’intervention sur le terrain auprès des agriculteurs et acteurs des territoires.
Bilan de l’installation : un renouvellement des générations qui se
confirme en Isère
L’agriculture continue à susciter des vocations et la Chambre d’agriculture a reçu,
à travers le Point Accueil Installation, 440 personnes en 2016 :
● 100 porteurs de projets ont réalisé et suivi un plan de professionnalisation
personnalisé,
● 140 ont participé à des formations,
● 50 se sont inscrits au Répertoire Départ Installation,
● 70 se sont vu accompagnés pour leur projet d’installation.
On constate une baisse des installations aidées depuis 2 ans (en conséquence de
la crise que traversent les grandes filières agricoles mais aussi du fait de l’âge
des porteurs de projet (supérieur à 40 ans)). On espère un changement de
tendance en 2017 avec le nouveau dispositif d’aide à l’installation plus attractif.

L’installation en Isère entre 2008 et 2011 :
● 170 installations en moyenne /an
● 40 % des nouveaux installés sont des femmes
● 50 % des moins de 40 ans demandent les aides à l’installation DJA (Dotation
Jeune Agriculteur) (sauf en 2015-2016 : 34%)

Un partenariat constructif avec le Département de l’Isère

Jean-Claude Darlet a remercié vivement le Département d’Isère pour son soutien
à travers un partenariat constructif sur les thématiques suivantes : installation /
transmission, accompagnement des publics fragiles, accompagnement des
filières alimentaires de proximité, développement de l’agro-écologie, protection
de la ressource en eau et développement de l’irrigation, plan d’action
départemental Ambroisie, préservation du foncier et la mise en place de PAEN1
locaux.

Stratégie d’évolution des sites

Le bureau de la Chambre d’agriculture a informé de son orientation : disposer
d’antennes de proximité pour être proche des agriculteurs et des acteurs des
territoires, ce qui implique de :
● conserver nos antennes de St Etienne de St Geoirs, La Tour du Pin et nos
bureaux décentralisés de Vienne et Chatte et La Mure,
● conserver à Grenoble quelques bureaux pour garder de la proximité pour
les territoires de montagne, la METRO, le Département, la Préfecture et la
DDT,
● positionner le siège à proximité de la gare de Moirans, dans un lieu qui
regroupe le maximum d’organisations professionnelles agricoles.

Retour du Salon de l’agriculture de Paris

P1110325

La Chambre d’agriculture, en partenariat avec le Département, a mis à l’honneur
l’agriculture iséroise pendant deux jours sur l’espace Auvergne Rhône-Alpes.
Jean-Claude Darlet a félicité les éleveurs qui ont obtenu des prix au concours
général agricole, en particulier : Claude Crozat (Gaec du Dauphiné) qui a obtenu 1 premier prix
avec Croix Rouss (catégorie Montbéliarde en 6ème lactation), Guillaume Noël
Barron (l’EARL du Ternan), un 2ème prix (catégorie montbéliarde en 3ème
lactation) et Daniel Genettaz (EARL Petite Forêt) , un 2ème prix (catégorie Tarine
en 2ème lactation).

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Signature des conventions PIA -Ville de Demain de l’Ecocité Grenoble-Alpes Métropole


Lionel BEFFRE, Préfet de l’Isère, Gil VAUQUELIN, Directeur régional Auvergne-Rhône-Alpes de la Caisse des Dépôts, Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole et l’ensemble des porteurs privés du territoire ont signé, lundi 9 octobre, la convention du Programme d’Investissement d’Avenir « Ville de Demain » Tranche 2 (2016 -2020) relative à l’EcoCité de Grenoble-Alpes Métropole.

Par cette nouvelle convention, le Programme d’investissements d’avenir a accordé au territoire
une enveloppe de 10 441 750€ pour soutenir les 10 actions suivantes:
➢ Démonstrateur ABC Grenoble: la construction d’un Démonstrateur ABC (Autonomous
Building for Citizens), un projet de logements collectifs particulièrement ambitieux en termes
de technologies et de changements d’usages porté par Bouygues Construction et Grenoble
Habitat
➢ Bâtiment à énergie positive de l’école de l’énergie : un projet de sur-instrumentation de
l’Ecole de l’Energie visant à en faire un bâtiment producteur d’énergie renouvelable et à
énergie positive, porté par Grenoble INP, l’Université Grenoble Alpes et le CNRS
➢ Hyway – production d’hydrogène : l’émergence d’un démonstrateur de l’usage de
l’hydrogène au service de la mobilité urbaine (couplage production d’électricité vertestockage-
distribution), porté par le Pôle Utilités Services
➢ Démarche énergie-santé-environnement : un programme d’ingénierie « Energie-Santé-
Environnement » intégrant les enjeux de la transition énergétique couplés avec les
questions d’usages, de bien-être et de santé en ville, porté par la SPL SAGES
➢ Atelier Flaubert, la fabrique de l’habitat participatif : un « Fab Lab » dédié à la
production de l’habitat de demain qui expérimentera les modes d’habiter et les modes
constructifs, porté par la SPL SAGES
➢ Réseau de chauffage basse pression innovant Flaubert Est :un réseau urbain de
chaleur nouvelle génération à haute performance, intégré à la ZAC Flaubert, porté par la
CCIAG
➢ Solutions combinées pour maintien à domicile : un appartement témoin scénarisé et
des outils de visites virtuelles destinés au maintien à domicile des personnes en perte
d’autonomie, porté par TASDA
➢ Plateforme Mur-Mur 2 – Rénovation haute performance / Monitoring des
consommations / Développement d’un bouquet de travaux « régulation active »:un
ensemble de dispositifs visant à promouvoir la rénovation énergétique exemplaire de
copropriétés anciennes, porté par Grenoble-Alpes Métropole dans le cadre de sa
campagne MurMur 2
➢ La Nouvelle Unité de production (NUP) : La construction d’un complexe énergétique
innovant de 30 MW thermique biomasse et de 5 MW électrique de cogénération sur la
Presqu’île, porté par Grenoble-Alpes Métropole
➢ Prospective et conception d’aménagement des « villages métropolitains : lancement
d’une démarche prospective sur l’aménagement durable exemplaire, performant et
innovant des villages métropolitains, portée par Grenoble-Alpes Métropole.

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

août 2019
L Ma Me J V S D
« juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+