Tag Archive | "loup"

Attaques de loups : constat d’impuissance…


Communiqué de la Coordination Rurale

Le groupe de travail « moyens de protection » s’est réuni ce mercredi à Lyon dans un contexte particulièrement tendu. Les attaques de loups se sont multipliées depuis le début de l’année et ont fait des ravages au sein des troupeaux. La semaine dernière, malgré la mise en place de mesures de protection importantes et coûteuses, un éleveur du Vercors a même failli perdre la vie lors de la huitième attaque sur son troupeau. La Coordination Rurale tire la sonnette d’alarme !

Une énième réunion, pour quels effets ?

Les éleveurs, épuisés par les gardes de nuit et la crainte de voir leur troupeau dévasté, sont à cran. Au vu de l’importance et des circonstances des attaques, qui s’étendent désormais aux bovins et ne se limitent plus à la nuit, il est évident que le loup contourne les moyens permis par la réglementation pour le contenir. L’administration montre une certaine écoute et propose de financer une expérimentation sur des moyens de protection adaptés au terrain à partir de 2015 : hélas, cela ne résoudra pas le problème de fond. Ni les moyens de protection, ni les tirs de défense, ni même les autorisations de prélèvements (un prélèvement effectif sur les 24, voire 36, possibles), jetées en pâture aux éleveurs pour faire croire à une prise en compte réelle de leur désarroi, ne se montrent efficaces face à une population de loup en très forte augmentation.

Quel avenir pour l’élevage ?

Aujourd’hui la question du maintien de l’élevage se pose réellement, non pas seulement dans les alpages, mais simplement « en extérieur ». Faut-il que les éleveurs se spécialisent en hors-sol, oublient les races rustiques et abandonnent leurs pratiques ancestrales du pâturage par les animaux, y compris en production bio ? Faut-il laisser en friches les parcs nationaux, en excluant les troupeaux comme le réclament les associations environnementales ?

L’incapacité des pouvoirs publics à prendre la mesure des enjeux, a déjà des conséquences lourdes sur les campagnes françaises, tout en creusant un puits sans fond dans le budget de l’Etat alors que les Français doivent se serrer la ceinture.

Le loup doit sortir de la convention de Berne !

Pour la CR, le loup n’est pas compatible avec l’élevage ! Il faut permettre aux éleveurs de défendre leurs troupeaux face à cette espèce qui n’est plus en voie de disparition, en sortant le loup de la convention de Berne et de la directive Habitat. Cette décision est nécessaire et urgente. Toutes les autres propositions ne sont qu’agitation et ne résoudront en rien les difficultés des éleveurs.

Catégorie loupCommentaires fermés

Loup: une motion signée lors des Etats Généraux


Les maires des communes de Saint Colomban des Villards, Saint Alban des Villards, Allemont, Vaujany, Saint Jean d’Arves, Saint Sorlin d’Arves ont organisé les Etats Généraux intitulés: le pastoralisme et les loups de l’arc alpin.

loup p
Ces Etats Généraux qui ont réuni plus de 200 personnes, élus, éleveurs, bergers, chasseurs, professionnels du tourisme.. se sont conclus par une motion, votée à l’unanimité.

loup ma

Motion du Col du Glandon

A l’invitation de 6 maires d’Isère et de Savoie, des vallées des Villards, des Arves et de l’Eau d’Olle, mobilisés autour des difficultés rencontrées par les élevages alpins et par conséquent par les économies montagnardes, en présence des acteurs du territoire, élus, éleveurs, professionnels du tourisme, chasseurs, rassemblés ce jour au Col du Glandon, affirment leur pleine solidarité face au problèmes posés par le loup à l’élevage et à l’économie montagnarde. Tous ensemble, ils :

Font le constat que :

  • L’élevage pastoral est nécessaire pour l’économie des territoires de montagne et ruraux,
  • Le maintien du pâturage est le gage de l’entretien des paysages et de la préservation de la biodiversité,
  • L’élevage pastoral répond aux nouvelles attentes des consommateurs en termes de proximité, qualité, lien au terroir, sécurité alimentaire et sanitaire.

Font le constat que :

  • Les pertes directes et indirectes sur les troupeaux sont lourdes dans toutes les zones de présence du loup et deviennent inacceptables,
  • Les moyens de protection sont de moins en moins efficaces face à des loups qui s’adaptent et ne craignent plus l’homme,
  • Les chiens de protection, imposés en raison de la présence des loups,  deviennent une contrainte majeure pour la fréquentation de la montagne et l’économie touristique, avec de forts conflits d’usage avec les autres activités.

Affirment la nécessité de faire connaître la réalité du problème du loup et de la souffrance des éleveurs ;

Demandent aux pouvoirs publics de représenter les éleveurs et de protéger leur activité et la qualité de leurs produits ;

Prennent note des nouvelles orientations affirmées par la Ministre de l’Ecologie facilitant les tirs de loups ;

Refusent que la responsabilité pénale des problèmes pouvant résulter des chiens de protection retombe sur les éleveurs

Interrogent les pouvoirs publics sur le coût croissant que représente l’expansion continue des populations de loups

Refusent l’abandon et l’ensauvagement de leurs territoires

Affirment leur choix pour des montagnes et des territoires ruraux vivants

Réclament d’urgence une régulation opérationnelle du loup avec des moyens adaptés et obligation de résultat, avec une réactivité réelle des pouvoirs publics prenant en compte les situations de détresse locale.

Ces décisions pourraient être prises au niveau local en mobilisant notamment les chasseurs, et appelées à se traduire en plan de chasse, et dont la charge ne repose pas sur les seuls éleveurs ;

Exigent un déclassement du loup de la Convention de Berne et de la Directive Habitat, de façon à sécuriser le cadre juridique facilitant la régulation des loups.

Marie Noëlle Battistel, déoutée de l'Isère, est " consciente ddu désarroi des éleveurs mais le problème sera difficile à régler"

Marie Noëlle Battistel, députée de l'Isère, est " consciente du désarroi des éleveurs mais le problème sera difficile à régler"

Catégorie loupCommentaires fermés

Etats généraux: le pastoralisme et les loups de l’arc alpin


A l’initiative des maires de Saint Colomban des Villards, Saint Alban des Villards, Allemont, Vaujany, Saint Jean d’Arves, Saint Sorlin d’Arves, sont organisés, le lundi 18 août, au col du Glandon, les Etats généraux: le pastoralisme et les loups de l’arc alpin.

Cette rencontre fait suite aux plaintes dés éleveurs face à la recrudescence du nombre d’attaques de loups sur les alpages de notre territoire. Les attaques qui s’enchaînent, le stress est permanent, éleveurs et bergers ne peuvent qu’être spectateurs d’un massacre écrit d’avance et quotidien.. argumentent les organisateurs de ces Etats généraux.

Cette tribune est destinée aux éleveurs, bergers, élus de montagne, organisations professionnelles agricoles, professionnels du tourisme.. ainsi qu’à l’ensemble des acteurs de la montagne et de nos territoires ruraux.

La trame de cette rencontre sera basée sur l’actualité, le plan loup, les mesures de protection…Ceci agrémenté de plusieurs témoignages..

Suite à ces Etats généraux, une motion sera rédigée et portée aux ministres concernés.

ETATS GENERAUX

« Pastoralisme et loups de l’arc alpin »

18 août 2014

14h30

Col du Glandon



Catégorie A la une, loupCommentaires fermés

Isère: abattage du loup suspendu


Le tribunal administratif de Grenoble a suspendu un arrêté de la préfecture de l’Isère qui avait autorisé l’abattage d’un loup dans le sud du département après plusieurs attaques de troupeaux.

L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages crie victoire à travers un communiqué.

« L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS), vient d’obtenir une nouvelle victoire contre un arrêté illégal de tir de loup en Isère. Face à la mauvaise foi et à l’acharnement de l’État, le juge a retenu la totalité des arguments de l’ASPAS !
À la demande de l’ASPAS, le Tribunal administratif de Grenoble vient de suspendre, le 1er août, l’arrêté préfectoral du 11 juillet 2014 pris par le Préfet de l’Isère, autorisant l’abattage d’un loup.
Cette décision de justice souligne notamment :

  • l’absence de mesures effectives de protection du troupeau,
  • l’incohérence du territoire retenu par le préfet : un seul loup a été identifié sur ce périmètre, des attaques ont été recensées sur seulement 5 des 12 communes retenues, et ce territoire comprend des zones où le prédateur n’est même pas encore installé !

De plus, le tir de prélèvement a été autorisé sans tir de défense préalable : la loi prévoit ce cas de figure uniquement si le tir de défense ne peut être mis en place pour des raisons techniques et pratiques ou en cas de dommages exceptionnels. Ici, aucune de ces conditions n’était remplie.

L’État continue de masquer son inaction face à une filière ovine en crise, en se servant du loup comme bouc émissaire. Touchée par la surproduction et mal adaptée à la concurrence internationale, cette filière ne subsiste aujourd’hui que grâce aux subventions. La destruction d’un loup ne calmera pas les éleveurs excédés par cette situation.

L’ASPAS condamne fermement la politique anti-loup relayée par le gouvernement et déplore que l’État autorise aussi systématiquement des tirs de loups. Les mesures de protection continuent d’être mal et peu employées en France, alors qu’elles montrent de très bons résultats dans d’autres pays. »

L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS), vient d’obtenir une nouvelle victoire contre un arrêté illégal de tir de loup en Isère. Face à la mauvaise foi et à l’acharnement de l’État, le juge a retenu la totalité des arguments de l’ASPAS !
À la demande de l’ASPAS, le Tribunal administratif de Grenoble vient de suspendre, le 1er août, l’arrêté préfectoral du 11 juillet 2014 pris par le Préfet de l’Isère, autorisant l’abattage d’un loup.
Cette décision de justice souligne notamment :

  • Canis-lupus-2l’absence de mesures effectives de protection du troupeau,
  • l’incohérence du territoire retenu par le préfet : un seul loup a été identifié sur ce périmètre, des attaques ont été recensées sur seulement 5 des 12 communes retenues, et ce territoire comprend des zones où le prédateur n’est même pas encore installé !

De plus, le tir de prélèvement a été autorisé sans tir de défense préalable : la loi prévoit ce cas de figure uniquement si le tir de défense ne peut être mis en place pour des raisons techniques et pratiques ou en cas de dommages exceptionnels. Ici, aucune de ces conditions n’était remplie.

L’État continue de masquer son inaction face à une filière ovine en crise, en se servant du loup comme bouc émissaire. Touchée par la surproduction et mal adaptée à la concurrence internationale, cette filière ne subsiste aujourd’hui que grâce aux subventions. La destruction d’un loup ne calmera pas les éleveurs excédés par cette situation.

L’ASPAS condamne fermement la politique anti-loup relayée par le gouvernement et déplore que l’État autorise aussi systématiquement des tirs de loups. Les mesures de protection continuent d’être mal et peu employées en France, alors qu’elles montrent de très bons résultats dans d’autres pays.

– See more at: http://www.aspas-nature.org/10009/victoire-du-loup-et-du-bon-sens-contre-les-arnaques-de-letat/#sthash.grJa3oLu.dpuf

L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS), – See more at: http://www.aspas-nature.org/10009/victoire-du-loup-et-du-bon-sens-contre-les-arnaques-de-letat/#sthash.grJa3oLu.dpuf
L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS) – See more at: http://www.aspas-nature.org/10009/victoire-du-loup-et-du-bon-sens-contre-les-arnaques-de-letat/#sthash.grJa3oLu.dpuf
L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS) – See more at: http://www.aspas-nature.org/10009/victoire-du-loup-et-du-bon-sens-contre-les-arnaques-de-letat/#sthash.grJa3oLu.dpuf

Catégorie loupCommentaires fermés

Informations sur le loup


A lire sur le bulletin loup du réseau N°31 plusieurs informations intéressantes parmi lesquelles:

- Nouveaux indices de présence du loup en Meuse

- Un loup de passage dans le massif du Caroux (34) ?

- Un loup tué dans le cadre d’un tir de défense en Savoie

-Une deuxième ZPP dans le Massif Central entre Lozère et Ardèche

-Loup et renard : une entente cordiale ?

Pour prendre connaissance du dossier cliquer ici:Télécharger

- Bilan 2013 des dommages aux troupeaux

- La progression géographique des loups en France : état des lieux début 2014

- Bilan du suivi hivernal 2013/2014

Catégorie loupCommentaires fermés

Défense des éleveurs : ça avance à pas de loup


Communiqué de la Coordination Rurale

 » La Coordination Rurale est en partie satisfaite des positions adoptées par les syndicats FNSEA, JA et FNO, associés à l’APCA, à l’occasion de la « Table ronde », organisée le 18 juillet à Manosque.

Elles reprennent pour partie celles adoptées par le collectif lors de la table ronde organisée par l’Association Eleveurs et Montagnes à Sisteron le 13 juin dernier, mais oublient hélas sur le fond de s’intéresser à certains sujets « qui fâchent » :

  • L’impossibilité pour l’élevage de cohabiter avec un prédateur, le loup, organisé en meute ayant perdu la peur de l’homme,
  • Les mesures de protection mais qui restent obligatoires pour pouvoir bénéficier des indemnisations et obligent les éleveurs à engager des dépenses inutiles et inefficaces.

Sur le fond, la CR regrette que cette réunion de Manosque ait été une conférence des syndicats organisateurs, plus qu’une table ronde où chacun s’exprime afin d’adopter une position commune.

En conséquence, l’absence de la FNSEA à la véritable table ronde organisée à Sisteron, qui a réuni tous les autres syndicats, mais également les éleveurs non syndiqués est plus que regrettable.

La présence du loup représente aujourd’hui un danger si grave pour l’élevage extensif que les clivages syndicaux et les effets de communication doivent s’effacer.
Si les syndicats veulent travailler efficacement à la défense des éleveurs, qu’ils rejoignent le collectif et défendent les positions communes (Une position commune des éleveurs face à la prédation ).

Catégorie loupCommentaires fermés

Agir à Paris et à Bruxelles pour sauver l’élevage des griffes du loup !


Communiqué de la FNSEA, Jeunes agriculteurs, Fédération Nationale Ovine, Chambres d’agriculture…

Sans titre

Catégorie loupCommentaires fermés

Le préfet de l’Isère autorise une opération de tir de prélèvement d’un loup


Par arrêté préfectoral Richard Samuel, Préfet de l’Isère a ordonné une opération de tir de prélèvement d’un loup pour la protection des troupeaux domestiques des communes de Lavaldens, Ornon, Oulles, Livet-et-Gavet, La Morte, Cholonge, Villard St Christophe, St Honoré, Nantes-en-Rattier, La Valette, Chantelouve et Oris-en-Rattier.

Ce tir de prélèvement est placé sous la direction du Chef de Service Départemental de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS).

Il pourra avoir lieu de jour comme de nuit, entre le 15 juillet et le 11 août 2014, dans la mesure où les troupeaux demeurent dans des conditions où ils sont exposés à la prédation du loup.

Cette mesure administrative de tir de prélèvement intervient après le constat, sur ce massif, de 7 attaques de loup en 2011, de 6 attaques en 2012, de 7 attaques en 2013 et d’une attaque dans la nuit du 2 au 3 juillet 2014 ayant entraîné le dérochement et la mort de 364 brebis et agneaux malgré la mise en place de mesures de protection des troupeaux.

La mise en œuvre de ce tir de prélèvement sera encadrée par les textes applicables et par le protocole loup adopté au niveau national.

Catégorie loupCommentaires fermés

Isère: Rencontre Préfet – éleveurs suite aux nouvelles attaques de loup…


Le Préfet de l’Isère a reçu ce matin une délégation d’une dizaine d’éleveurs de l’Oisans et de la Matheysine, accompagnés du président de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) et d’un représentant de la Fédération des alpages de l’Isère (FAI).

Cet entretien faisait suite au dérochement massif qui s’est produit dans la nuit de jeudi à vendredi dernier et qui a tué plus de 370 brebis de l’alpage de Plan Col entre Ornon et Lavaldens, et aux incidents de ces derniers jours.

Le Préfet , après échange avec la profession, a arrêté 5 mesures :

  1. 1)  une indemnisation rapide des éleveurs victimes des attaques de ces derniers jours ;
  2. 2)  dans un objectif de sécurité publique, la recherche de l’animal blessé par une automobile à St Nizier, et la mise en œuvre d’un dispositif adapté confié à l’ONCFS ;
  3. 3)  la mise en œuvre d’un tir de prélèvement sur le secteur qui est apparu le plus touché ;
  4. 4)  la prise immédiate d’un arrêté définissant les unités d’action « Loup » 2014 qui étend à 14 communes de Belledonne, de Matheysine et de l’Oisans les secteurs sur lesquels des tris de défense, de défense renforcée, voire de prélèvement pourront avoir lieu ;
  5. 5)  un travail entre la DDT, l’ONCFS, la FAI et la FDSEA pour délimiter les zones dans lesquelles pourra s’appliquer l’arrêté interministériel annoncé samedi par la ministre de l’Écologie à Vallouise et qui devrait permettre, à titre expérimental après sa signature mi-juillet, des opérations de tirs de prélèvement dans des conditions plus extensives que celles en vigueur actuellement.

Catégorie loupCommentaires fermés

Loup: mieux protéger les éleveurs


Ségolène Royal a rencontré vendredi 27 juin les Préfets les plus concernés par la présence du loup sur leurs territoires, en présence de Christophe Castaner, député des Alpes de Haute Provence et président du groupe national Loup.

Cette réunion a permis de partager l’état des lieux suivant :

- La population de loups s’élève aujourd’hui à environ 300 individus, contre 250 en 2013.

- On note donc une progression de l’espèce tant en termes d’effectifs que d’extension de sa zone d’habitat (Pyrénées, Nord est, Massif Central).

- Les dommages aux troupeaux restent trop importants : même si pour la première fois, ils n’ont pas augmenté entre 2012 et 2013, plus de 6 000 animaux d’élevage ont été victimes du loup en 2013. La détresse des éleveurs et de leurs familles doit être prise plus fortement en considération.

- Dans ce contexte, il est essentiel d’améliorer l’efficacité du plan Loup adopté en 2013, pour que dans les zones où les dégâts sont importants, des prélèvements de loups puissent être réalisés avec succès. Il est en effet à noter qu’en 2013, 8 prélèvements de loups seulement ont été effectués (4 loups ont par ailleurs été victimes de braconnage), alors que le quota permettait jusqu’ à 24 prélèvements.

Confirmant l’objectif d’améliorer la protection des troupeaux, la Ministre a signé :

- l’arrêté fixant à 24 le nombre de prélèvement autorisés de loups, qui pourra être porté à 36 si le seuil de 24 est atteint en cours d’année ;

- l’arrêté déterminant les départements dans lesquels des opérations de prélèvement de loups peuvent être autorisées par les Préfets.

Un arrêté déléguant aux Préfets l’expérimentation de mesures plus souples pour le prélèvement de loups sur les territoires les plus soumis aux attaques de loups sera également signé immédiatement après la phase réglementaire de consultation du public de 15 jours, soit au plus tard le 15 juillet. La possibilité d’autoriser des tirs d’effarouchement dans les parcs nationaux sera étudiée sans délai.

Catégorie loupCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+