Tag Archive | "Marc Dufumier"

Nourrir la planète en 2050: sacrés enjeux..


Les rencontres économiques organisées par le Crédit agricole sud Rhône Alpes sur le thème de l’agroalimentaire a sensibilisé: plus d’un millier de participants!

Organisés à Alpexpo Grenoble les débats portaient essentiellement sur la question de savoir comment nourrir notre planète dans 10, 20, 30…..ans.

Pour ce, le Crédit agricole sud Rhône Alpes a invité Bruno Parmentier, conférencier, directeur général du groupe ESA (Ecole supérieure d’agriculture d’Angers) de 2002 à 2011 à donner sa vision sur notre avenir alimentaire…

Avec fougue, Bruno Parmentier va de suite planter le décor:  » à cette heure ci, 850 millions de personnes ont mal au ventre car elles ont faim.. Et le plus paradoxal est qu’en 1900, en 1950, en 2000 … c’était le même chiffre avec une population mondiale bien inférieure…

Cela prouve les progrès énormes en terme de rentabilité qu’a fait l’agriculture.. mais on doit se poser la question de savoir comment on va nourrir l’humanité au milieu du XXIème siècle. « 

Et le conférencier d’argumenter:  » Chaque jour dans le monde naissent 360 000 bébés, chaque jour dans le monde 160 000 personnes meurent… soit 200 000 personnes /jour de plus à nourrir. Cela représente une ville comme Grenoble tous les deux jours.. 75 millions de personnes de plus par an….Nous arriverons donc très vite à 10 milliard d’hommes sur notre terre…

Le drame est que peu se préoccupent de savoir ou l’on va trouver la matière première.. Il faut être clair:  nous allons vers un déficit de productions..

En céréales par exemple. Et dans les céréales j’englobe la viande car la viande est de la céréale sur pattes… » A cela se rajoute le fait que nombreux sont ceux qui sont  et seront de plus en plus pauvres pour consommer…et le gaspillage alimentaire qui est « hors normes ».

ren DUBruno Parmentier n’y va pas par quatre chemins quand il dit: en » Ce phénomène ne date pas d’aujourd’hui et pousse à l’extrême:  » en 1789, en France la faim a fait raccourcir des têtes, de nos jours elle a renversé des présidents dans les pays arabes.. »

Les agriculteurs ont donc fait des efforts considérables au niveau de la production. » En céréales on est passé de 25 à 80 quintaux, en lait de 2000 à 8000 litres produits par vache et par an.. mais soyons clairs, dans le système actuel, on ne pourra guère plus progresser..et pourtant il faudrait produire  et mieux avec moins.. moins de terre, moins de pesticides, insecticides..

Bruno Parmentier alerte encore la salle  » soyons clairs: nous importons du soja du Brésil, du maïs d’Argentine, pour nourrir nos poulets de Bretagne.. pour combien de temps encore? Quand les pays producteurs auront plus besoin de leurs matières premières ils les garderont.. »

Il est bien entendu opposé aux OGM et croit beaucoup à  » l’agriculture écologiquement intensive » . C’est une agriculture savante qui utilise le cycle du carbone, de l’azote, mais aussi des vers de terre,  coccinelles ou des scarabées pour neutraliser les nuisibles sans avoir à les détruire. Il prône une meilleure utilisation des sols, des terres, à travers un mélange de cultures, du soleil… « 

Et de lancer: « nous devrons changer nos habitudes.. consommer moins d’animaux à sang chaud et davantage d’animaux à sang froid: insectes, sauterelles..  » Et devant l’étonnement de la salle :  » vous mangez bien des escargots, des cuisses de grenouilles… »

La salle a largement applaudi l’intervention de Bruno Parmentier.. avant de participer activement au débat…
Crédit Agricole Sud Rhône Alpes
Jeunes Agriculteurs

ingénieur agronome, ce scientifique engagé et reconnu, auteur de 50 Idées reçues sur l’agriculture et l’alimentation,
En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/marc-dufumier-avec-le-bio-la-ferme-france-sera-plus-riche_1493111.html#lGMJk0OrIse5Ux8W.99
Marc Dufumier, ingénieur agronome, ce scientifique engagé et reconnu, auteur de 50 Idées reçues sur l’agriculture et l’alimentation,
En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/marc-dufumier-avec-le-bio-la-ferme-france-sera-plus-riche_1493111.html#lGMJk0OrIse5Ux8W.99
Marc Dufumier, ingénieur agronome, ce scientifique engagé et reconnu, auteur de 50 Idées reçues sur l’agriculture et l’alimentation,
En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/marc-dufumier-avec-le-bio-la-ferme-france-sera-plus-riche_1493111.html#lGMJk0OrIse5Ux8W.99

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Les produits forestiers, insectes compris, sont essentiels à la lutte contre la faim


Les  dernières rencontres économiques du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes ont mobilisé… Plus de 1000 personnes ont assisté à Alpexpo Grenoble aux débats ayant pour thème nourrir l’humanité dans les décennies à venir.

Pour mieux faire comprendre les enjeux de cette problématique Bruno Parmentier économiste, ancien directeur général de l’ESA (Ecole supérieure d’agriculture d’Angers) , a exposé les différents scénarii possibles.

Il a terminé son exposé en indiquant qu’en 2050, il faudra nourrir près de 10 milliards de terriens…

Il a bien entendu confirmé que les produits de qualité, que les systèmes de vente directe, du consommer local sont à privilégier mais il a également affirmé que  » nous mangerons plus de viande à sang froid qu’à sang chaud.« .Et de citer: » crevettes mais aussi criquets, fourmis, insectes divers… » Devant le recul quelque peu dégouté de la salle il a clamé avec beaucoup de verve: « vous mangez bien des escargots, des cuisses de grenouilles ».

Cela nous a fait penser à une étude de la FAO, organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, présentée en mai 2013.

En voici la teneur…

Les produits forestiers, insectes compris, essentiels à la lutte contre la faim

Une nouvelle étude de la FAO souligne le rôle des insectes dans l’alimentation humaine et animale

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano

Vente de chenilles séchées sur le marché de Kinshasha, République démocratique du Congo

Les forêts, les arbres sur les exploitations et l’agroforesterie sont essentiels à la lutte contre la faim et devraient être mieux intégrés aux politiques de sécurité alimentaire et d’utilisation des sols, a affirmé  le Directeur général de la FAO . José Graziano da Silva lors de la Conférence internationale sur les forêts au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

«Les forêts contribuent aux moyens d’existence de plus d’un milliard de personnes, y compris les plus démunis. Les forêts sont une source d’alimentation, d’énergie pour la cuisson des aliments, de fourrage pour les bêtes et de revenus pour acheter de la nourriture», a expliqué M. Graziano da Silva.

Le gibier et les insectes constituent souvent les principales sources de protéines en zone forestière, alors que les feuilles, les graines, les champignons, le miel et les fruits apportent les minéraux et les vitamines garant d’un régime nutritif.»

«Or, les forêts et les systèmes agroforestiers sont rarement considérés lors de l’élaboration des politiques de sécurité alimentaire et d’utilisation des terres.

Souvent, les personnes en zones rurales ne disposent pas de droits d’accès reconnus aux forêts et aux arbres, ce qui compromet leur sécurité alimentaire.

La contribution potentielle des forêts à la sécurité alimentaire et à la nutrition des ruraux devrait être davantage prise en compte», estime le Directeur général de la FAO.

Des insectes frits, sauvages ou d’élevage

Selon une nouvelle étude de la FAO présentée lors de la Conférence internationale sur les forêts pour la sécurité alimentaire et la nutrition, les insectes constituent une source majeure et facilement accessible d’aliments nutritifs et riches en protéines issus des forêts.

On estime qu’ils s’inscrivent dans les régimes alimentaires traditionnels d’au moins deux milliards de personnes. La récolte et l’élevage d’insectes peuvent créer des emplois et des sources de revenus, pour l’instant essentiellement au niveau des ménages mais potentiellement aussi à l’échelle industrielle.

Une diversité étonnante de créatures

Avec environ un million d’espèces connues, les insectes représentent plus de la moitié de tous les organismes vivant sur la planète classifiés jusqu’ici.

D’après les recherches de la FAO, menées en partenariat avec l’Université de Wageningen aux Pays-Bas, plus de 1 900 espèces d’insectes sont consommées par les hommes sur le globe.

À l’échelle mondiale, les principaux insectes consommés sont: les scolythes (31 %), les chenilles (18 %), les abeilles, les guêpes et les fourmis (14 %), les sauterelles et les criquets (13 %).

De nombreux insectes sont riches en protéines et en lipides mais aussi en calcium, en fer et en zinc.

Le bœuf contient en moyenne 6 mg de fer pour 100 g de poids sec, alors que ce chiffre varie entre 8 et 20 mg pour 100 g de poids sec chez la sauterelle, selon l’espèce et le type d’aliments que cette espèce elle-même consomme.

Premiers pas pour les plus délicats

«Nous ne disons pas que les gens doivent consommer des bestioles», souligne Eva Muller, Directrice de la Division de l’économie, des politiques et des produits forestiers à la FAO et coauteur de l’ouvrage Des insectes comestibles: perspectives d’avenir en matière de sécurité alimentaire humaine et animale.

«Nous disons que les insectes constituent simplement l’une des ressources que fournissent les forêts, et que leur potentiel est plutôt sous-exploité dans l’alimentation, surtout l’alimentation animale.

Cependant, à mesure que les habitats forestiers disparaissent, nous risquons de perdre des espèces avant d’avoir compris comment les utiliser pour réduire la faim».

Les insectes d’élevage offriraient une solution durable pour éviter toute surexploitation susceptible d’affecter des espèces plus prisées.

Certaines espèces, comme les vers de farine, sont déjà produites à une échelle commerciale puisqu’elles sont utilisées sur des marchés de niche comme l’alimentation des animaux domestiques, les zoos et la pêche de loisir.

Si la production était plus automatisée, cela rabaisserait les coûts à un niveau où le secteur profiterait d’une substitution de la farine de poisson par la farine d’insecte pour nourrir les élevages, par exemple. En conséquence, cela aurait pour avantage d’augmenter l’offre de poisson disponible pour la consommation humaine.

Les bestioles se développent avec moins



Parce que les insectes sont des animaux à sang froid, ils n’utilisent pas l’apport énergétique de l’alimentation pour maintenir leur température corporelle. En moyenne, les insectes consomment seulement 2 kg de nourriture pour produire 1 kilo de viande d’insecte.

Le bétail, à l’autre bout du spectre, nécessite 8 kg de nourriture pour produire 1 kg de viande.



En outre, les insectes produisent une faible part des émissions telles que le méthane, l’ammonium et autres gaz à effet de serre dégagés par le fumier qui favorisent le réchauffement et polluent l’environnement.

Les insectes peuvent même servir à réduire les déchets, en participant aux processus de compost qui réinjectent les nutriments dans le sol tout en diminuant les odeurs nauséabondes.

Le besoin de politiques d’exécution

Cependant, dans la plupart des pays très industrialisés, la législation interdit de nourrir les animaux avec des déchets et de la boue ou des eaux grasses, même si ces matières constituent l’alimentation habituelle des insectes.

Et il conviendrait d’approfondir les recherches, notamment concernant l’élevage d’insectes à partir de déchets.

Mais les scientifiques s’accordent généralement sur le fait que les insectes diffèrent tellement des mammifères sur le plan biologique qu’il est très improbable que leurs maladies se transmettent à l’homme.

Dans certains cas, la réglementation interdit également l’exploitation des insectes dans la consommation humaine, même si avec la multiplication des restaurants et boutiques de nouveaux aliments dans les pays développés, cette pratique semble largement tolérée.

Comme pour d’autres types d’aliments, l’hygiène est un aspect important à respecter dans les processus de production, de transformation et de préparation des aliments afin d’éviter le développement de bactéries et d’autres microorganismes susceptibles de nuire à la santé humaine.

Les normes de sécurité alimentaire peuvent être étendues de manière à inclure les insectes et les produits à base d’insectes.

Quant aux normes de contrôle qualité le long de la chaîne de production, elles joueront un rôle majeur pour susciter la confiance du consommateur envers les aliments contenant ou dérivés des insectes et destinés à la consommation humaine ou animale.

« Le secteur privé est prêt à investir dans l’élevage d’insectes. De grandes perspectives se dessinent devant nous», explique Paul Vantomme, l’un des auteurs de ce rapport.

«Mais aucune entreprise ne se risquera à investir dans ce secteur d’activités tant que les textes législatifs n’auront pas été clarifiés et empêcheront même l’essor de ce nouveau marché».

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Catégorie agriculture, agro-alimentaire, consommationCommentaires fermés

Assemblée Générale du Comité de Territoire Sud Grésivaudan


Jeudi 13 mars à 9 h 30, au Couvent des Carmes à Beauvoir en Royans, le Comité de Territoire
Sud Grésivaudan tiendra son assemblée générale.

Agriculteurs, élus et acteurs du territoire, sont invités à participer à cette rencontre qui sera
l’occasion de faire le point sur les nombreux temps forts qui ont marqué l’année écoulée,
d’échanger autour des projets pour 2014 mais aussi d’aborder différents sujets d’actualité.

Marc Dufumier interviendra dans la seconde partie de l’assemblée sur le sujet :
« Les pratiques alternatives : des solutions concrètes pour le territoire »
Un buffet de produits locaux clôturera cette matinée.

L’agriculture au coeur des enjeux de demain !

Nous avons la chance d’avoir un territoire qui possède des productions phares labellisées (dont l’IGP
St Marcellin nouvellement obtenue) et de nombreux producteurs qui sont sur des logiques de
circuits courts. L’agriculture est une constituante essentielle de l’économie locale avec ses
nombreuses entreprises situées en amont de la production et en aval (multiples unités de
transformation et de commercialisation). Mais l’agriculture est aujourd’hui en train de connaître
une réelle mutation et se trouve au carrefour de multiples enjeux : alimentaires,
environnementaux, énergétiques, …

Marc Dufumier, ingénieur agronome et enseignant-chercheur français, abordera les solutions
alternatives qui permettront à l’agriculture de faire face au contexte actuel (mondialisation,
réchauffement climatique, raréfaction des ressources….)


Le Comité de Territoire Sud Grésivaudan (CTSG) :
une association au service des agriculteurs et des
collectivités locales !

Créée en juin 2002, le CTSG est l’instance locale
représentative du milieu agricole et du monde rural.

Il fédère :
- les agriculteurs dans leur diversité,
- les élus locaux,et
- les structures socio-professionnelles (formation,
tourisme, forêt, environnement,…)

Ses actions :
- accompagner les projets du territoire,
- relayer les actions de la Chambre d’Agriculture,
- promouvoir les productions phares du territoire,
- communiquer sur l’agriculture auprès du grand public.

Contact :
Comité de Territoire Sud Grésivaudan – Maison de la Noix – 38160 CHATTE

Catégorie territoiresCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

février 2020
L Ma Me J V S D
« jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+