Tag Archive | "Métropole"

COLLECTE DES DÉCHETS ALIMENTAIRES


Depuis la fin de l’année 2017, la Métropole expérimente la collecte des déchets
alimentaires dans des foyers et des restaurants de l’agglomération, un sujet qui
représente un enjeu majeur pour la Métropole dans sa politique de réduction des
déchets.

A mi-parcours, après 7 mois d’expérimentation, les résultats enregistrés
sont extrêmement encourageants, révélant une implication très importante de
la population. L’expérimentation sera donc poursuivie jusqu’à la fin 2018, avant
d’envisager la généralisation, sous différentes formes, à l’ensemble du territoire à
horizon 2021.

Au total, ce sont près de 3 500 foyers qui ont été sollicités pour participer à ces
opérations pilote : 2400 foyers dans le secteur urbain de la Capuche à Grenoble et
un peu plus de 1000 dans le quartier pavillonnaire de la Commanderie, à Echirolles.
Côté commerçants, ce sont une cinquantaine de restaurants et commerces de
bouche de l’hypercentre grenoblois qui ont choisi de tester ce nouveau mode
de collecte. Une expérience qui s’est accompagnée d’une opération-test de
ramassage des cartons.

Concrètement, tous les foyers des secteurs concernés ont été dotés de
documents d’information, de bioseaux et de sacs compostables pour
stocker ces déchets, et d’un nouveau bac, de couleur marron. A noter qu’1%
seulement des foyers sollicités ont refusé de prendre part à l’expérimentation,
ce qui dénote une sensibilisation très forte des habitants en faveur de cette
nouvelle pratique.
Le bac marron est ensuite collecté une fois par semaine (voire deux fois
pour certains commerces selon leurs besoins), les déchets alimentaires
ainsi récoltés étant alors acheminés dans un centre de compostage à
Murianette pour être transformés en compost. Ce dernier est ensuite utilisé
comme fertilisant naturel pour enrichir les surfaces agricoles de la vallée du
Grésivaudan.
Chaque expérimentation s’accompagne logiquement d’une réorganisation
des fréquences de collecte, le volume de déchets dans la poubelle d’ordures
ménagères (bac gris) devant mécaniquement diminuer.

PRÈS DE 110 TONNES DE DÉCHETS DÉJÀ
RÉCOLTÉES

Après 7 mois de pratique, les premiers résultats enregistrés se révèlent
extrêmement encourageants : en tout, c’est plus d’une centaine de tonnes
de déchets qui ont été récoltés, dont 65 pour les ménages et 44 pour les
commerçants.
Extrapolé sur une année entière, cela aboutit pour les ménages à environ
20 kilos par an et par habitant, soit le tiers du volume total de déchets
alimentaires produits en moyenne par un habitant de la Métropole. Un chiffre
qui correspond aussi à la valeur-cible que la Métropole avait fixée. Un très bon
résultat si l’on considère qu’il s’agit d’une première expérience menée sur
un panel de population assez réduit (moins de 2% de la population totale).

LA QUALITÉ AUSSI AU RENDEZ-VOUS
Autre point clé marquant le succès de l’opération : la qualité du tri effectuée.
« Nous constatons semaine après semaine un tri dans les déchets alimentaires
qui reste d’une excellente qualité, se réjouissent les services métropolitains en
charge de l’expérimentation. Pour ainsi dire, les habitants ne font quasiment
jamais d’erreur. » Un point-clé qui prouve une fois de plus l’extrême application
des Métropolitains et leur motivation à s’approprier cette nouvelle pratique de tri.
L’opération va se poursuivre dans les mêmes conditions jusqu’à la fin de l’année
2018, l’objectif pour la Métropole étant la généralisation progressive du tri des
déchets alimentaires à l’ensemble du territoire entre 2019 et 2021, en l’adossant
à deux projets industriels en cours : l’adaptation et l’agrandissement de la
plateforme métropolitaine de compostage de Murianette prévoyant d’intégrer
la création d’un centre de méthanisation.

Depuis décembre 2017, 65 tonnes de déchets organiques ont été récoltées, soit
une moyenne de 20kg par habitant et par an.

Catégorie A la une, La Métro, La MétroCommentaires fermés

Le Parc de Chartreuse accueille le 5ème séminaire national « forêt »


La Fédération des Parcs naturels régionaux de France organise tous les 2 ans, en lien avec l’ONF, un séminaire national consacré à la forêt.

En 2018, ce séminaire se déroulera en Chartreuse les 5 et 6 avril.  Le Parc de Chartreuse et l’agence Isère de l’ONF sont associés à  l’organisation du programme et des interventions. Pourcette édition, le thème sera « Les liens entre villes et forêts ».

Les transformations de la société ont largement fait évoluer les relations entre villes et campagnes. Les pratiques et usages reliés à la forêt se trouvent dès lors remis en question, en particulier sur la gestion de sa multifonctionnalité.

Il apparaît essentiel que se développent une meilleure compréhension et coopération entre les acteurs urbains et ruraux.
Le séminaire alternera des temps de travail en plénière et en ateliers avec des interventions de qualité et des visites de terrain, des partages d’expériences et des rencontres avec des acteurs locaux.

Séminaire « FORÊT – FILIERE BOIS » d e la Fédération des   Parcs naturels régionaux de Franceet de l’Office national des forêts5 et 6 avril 2018 – Parc naturel régional de Chartreuse« Les liens entre villes et forêts »
Invités privilégiés : Centre national de la propriété forestière, Fédération nationale des communes forestières

Ce séminaire s’inscrit dans le cadre du partenariat de la Fédération des Parcs naturels régionaux
de France avec l’Office national des forêts ; il est l’occasion de :
● bénéficier d’apport en informations, expériences, analyses d’experts, partenaires ;
● faire le point sur l’état d’avancement des travaux du réseau ;
● échanger sur les pratiques, les actions, les partenariats et les outils mis en oeuvre ;
● aller à la rencontre d’expériences ;
● identifier les priorités et les actions à mener pour le réseau avec ses partenaires.
_________________
L’évolution de notre société lisse de plus en plus les modes de vie, dans les villes et en milieux
ruraux, et l’organisation du territoire fait apparaître depuis quelques décennies de vastes
territoires périurbains. De plus, la structuration intercommunale réunit désormais davantage au
sein des agglomérations des espaces urbains et des territoires ruraux (processus de
métropolisation). Toutes ces transformations ont largement changé la donne en matière de
relations villes/campagnes.
Les pratiques et usages reliés à la forêt, l’un des espaces directement concernés par ces évolutions,
se trouvent dès lors fortement remis en question. En particulier sur la gestion de la
multifonctionnalité de la forêt : comment y cohabitent récréation et ressourcement de la
population, production de bois, lutte contre le changement climatique et maintien de la
biodiversité ?
Cette dynamique doit logiquement entraîner un degré élevé de compréhension et de coopération
entre les acteurs urbains et ruraux. Force est de constater que ce n’est pas toujours le cas, malgré
(ou à cause ?) des intérêts croisés qui se traduisent dans la relation « offres/demandes » entre
campagnes boisées et villes/agglomérations.
Pour progresser en ce sens, ne faut-il pas commencer par dépasser l’a priori existant dans les
représentations et perceptions que les acteurs, d’où qu’ils viennent, se font de la forêt ?
Des liens villes-forêts renforcés, sur la base d’une compréhension réciproque et d’une vision
territoriale partagée, ne permettraient-ils pas de conforter la gestion durable des forêts comme
les filières bois aux échelles locales/régionales tout en intégrant davantage chaque forêt dans son
territoire ?

Programme

Jeudi 5 avril 2018
9h15 : Accueil – Café
9h45 : Mot de bienvenue et d’introduction
- Dominique ESCARON, Président du Parc naturel régional de Chartreuse
- Hervé HOUIN, ONF, Directeur territorial Auvergne-Rhône-Alpes
10h : Plénière d’ouverture
Animation : Paul ARNOULD, Président du comité national d’orientation Forêt d’Exception
Intervention de cadrage par les grands témoins :
- Christine FARCY Chargée de cours à l’Université de Louvain-la neuve et Vice-Présidente du Comité scientifique de l’Office na tional des forêts
« Les enjeux liés aux représentations sociales de la forêt dans nos sociétés urbanisées »
- Daniel QUESNEYPhotographe et fondateur des observatoires photograph iques du paysage
« Destinées forestières ou le génie des lieux »
Table ronde en présence d’élus et d’acteurs socio-profe ssionnels :
. Communauté Communes Grésivaudan : Claudine Chassagne
. Grenoble métropole : Françoise Audinot
. Communauté agglomération Voironnais : Jean-Paul Bret (à confirmer)
. Communauté de communes Coeur de Savoie : Jean-François Duc
. La Bauche/COFOR – Roger Villien
. Saint Pierre de Chartreuse – Stéphane Gusméroli
. Comité interprofessionnel Bois Chartreuse : Jean-Claude Sarter
12h : Départ pour les visites avec déjeuner au restaurant du Col de Porte
13h30 : Découverte du Parc naturel régional de Chartreuse et de la Forêt d’Exception de Grande Chartreuse
Arrêt 1 : Rénovation du site de la Prairie du Col de Porte – Marteloscope (1h)
Illustration de la problématique de cohabitation des usages en Chartreuse : forêt, agriculture, ski, randonnée…)
Les participants seront répartis en 2 groupes de visites sur :
. 1- la rénovation du site de la Prairie du Col de Porte (présentation de plusieurs projets réalisés/en cours dans le cadre de la démarche « Forêt d’Exception Grande Chartreuse »)
. 2- le thème du marteloscope (outil de sensibilisation et de pédagogie des différents publics sur la gestion forestière)
Lieu de rendez vous : Col de Porte (côté station météo) – Sarcenas
Intervenants : ONF Isère/Parc de Chartreuse/ Métropole
Arrêt 2 : Visite vallon du monastère/musée de la Correrie (45 min)
Présentation du site emblématique et historique de la Grande Chartreuse et des enjeux en termes de gestion forestière et d’accueil du public
Lieu de rendez-vous : Musée de la Correrie – St Pierre de Chartreuse
Intervenants : ONF Isère/Parc de Chartreuse/ Musée de la Correrie
Arrêt 3 : Machine de taille collective
Visite d’une entreprise intervenant dans la construction bois sur le territoire
Lieu de rendez-vous : ZI Chartreuse-Guiers – Entre-Deux-Guiers
Intervenants : CIBC/Gérants de sociétés
Arrêt 4 : Visite et dégustation aux Caves de chartreuse à Voiron
Un séminaire en Chartreuse sur ce thème ne pouvait se faire sans une balade à Voiron dans les « bois » des caves de Chartreuse
Lieu de rendez-vous : cave de Chartreuse – 10 Boulevard Edgar Kofler – Voiron
Accueil : Julien Polat, maire de Voiron
20h : Retour au Centre « Les chalets St Hugues »
et soirée conviviale avec buffet à base de produits des Parcs

Vendredi 6 avril 2018

9h- 12h : Travail en ateliers organisés en simultané
Chaque atelier traitera les questions suivantes :
- Quels sont les besoins réciproques auxquels villes et forêts doivent (se) répondre ?
- Quelles sont les modalités du dialogue territorial établi entre villes et Forêts ?
- Quelles formes prennent les engagements entre villes et forêts ?
- De quelles catégories relèvent les actions concrétisées entre villes et forêts ?
Les ateliers s’appuieront sur la présentation d’expériences listées ci-dessous. D’autres actions pour certaines déjà identifiées pourront venir en complément.
ATELIER 1 : Lien villes-forêt : unis pour valoriser le bois dans la construction et l’énergie
Présentation d’expériences :
1- Le lien urbain rural passe aussi par la forêt : le cas du contrat de réciprocité forestier signé entre Montpellier Méditerranée Métropole et la Communauté de Communes Monts de Lacaune et Montagne du Haut Languedoc
Intervention : Léa FABRE, Communes forestières d’Occitanie
2- Réinventer les coopérations métropoles-territoires ruraux pour développer une économie du bois à forte valeur ajoutée et augmenter le degré de naturalité des forêts
Intervention : Rita JACOB, Parc des Vosges du Nord
3- La démarche de reconnaissance en AOC des Bois de Chartreuse, intégrer le bois local dans les marchés publics
Intervention : Jeanne Véronique DAVESNE, Comité Interprofessionnel des Bois de Chartreuse
4- Plan d’approvisionnement territorial du Parc des Boucles de la Seine Normande et de la Métropole Rouen Normandie, élaboré dans le cadre de l’AMI Dynamic Bois de l’ADEME et avec l’appui technique de la FNCoFor et de l’IGN
Intervention : Julien CHESNEL, Parc des Boucles de la Seine Normande

ATELIER 2 :  » Lien villes-forêt : sensibiliser les habitants à la forêt et les acteurs du bois aux attentes des populations « 
Présentation d’expériences :
1- L’éducation à la forêt en Chartreuse : la force d’un réseau pour appréhender les différentes facettes de la forêt
Intervention : Sylvène ALLARD, Parc de Chartreuse
2- Vie ma vie de Bûcheron – Marteloscope : des outils pour présenter la filière forêt-bois et dialogue entre professionnels et grand public
Intervention : Pierre PACCARD, Parc du massif des Bauges et Roland DUTEL, ONF Isère
3- Le belvédère du Chalais : découvrir la ville depuis la forêt
Intervention : Bruno BARRET, Communauté de Communes du Pays Voironnais
4- Des maisons de la forêt en coeur de métropole
Intervention : Christelle SIMON, Métropole de Rouen Normandie

ATELIER 3 :  » Lien villes-forêt : agir pour une cohabitation des usages »
1- Les enjeux de la gestion forestière en milieu urbain et péri-urbain (desserte, protection…) sur l’agglomération grenobloise
Intervention : Lilian VARGUAS ou Alexandre MIGNOTTE, Grenoble-Alpes Métropole et Mathieu RIVERO, CRPF Auvergne-Rhône-Alpes
2- Vercors en partage : un outil pour mieux partager les espaces naturels
Intervention : Yannis AMEZIANE, Département /Parc du Vercors
3- La multifonctionnalité de la forêt du Grand Bois de Saint Etienne et la protection de la ressource en eau potable
Intervention : Guillaume SABOT, ONF et Valérie CHASSIGNOL, ville de St Etienne
4- Création de comités forêt, espaces de concertation et d’échange en forêt périurbaine sur le Parc Scarpe Escaut
Intervention : Gérald DUHAYON, Parc Scarpe Escaut et un représentant de l’ONF

13h45- 15h15 : Séance plénière de clôture
- Restitution du travail en ateliers par les rapporteurs
- Echange avec les participants
- Réaction des « Grands témoins »
- Conclusion par les représentants de la Fédération des Parcs et de l’ONF
Animation : Eric BRUA, directeur référent « Forêt » de la Fédération des Parcs
15h15 : Fin du séminaire

Catégorie forêtCommentaires fermés

La Métro: lancement du C2D et de la CCSPL..


La Métropole relance ses deux instances consultatives :
Le Conseil de développement (C2D) et la Commission
consultative des services publics locaux (CCSPL)

Marie-José SALAT, vice-présidente déléguée à la Participation citoyenne, à
l’Éducation et à la Lutte contre les discriminations a accueilli, ce lundi 25 avril
2016 de 18h à 20h30 au siège de la Métropole, les nouveaux membres du Conseil
de développement Métropolitain (C2D) et de la Commission Consultative des
Services Publics Locaux (CCSPL). Au total, plus de 100 personnes se sont
mobilisées pour ce rendez-vous inaugural dont une majorité d’acteurs de la
société civile, habitants et élus métropolitains.

Panorama de la politique participative de la Métropole

Dans son discours introductif, Marie-José SALAT s’est félicité du lancement du C2D et de
la CCSPL, rappelant que cette étape importante est l’un des marqueurs d’une longue
démarche de co-construction de la politique participative de la Métropole. En effet, les
élus métropolitains ont adopté le 6 novembre 2015 trois délibérations relatives à ce
sujet indiquant le cap des nouvelles ambitions des élus.

Pour construire cette politique, la Métropole citoyenne dispose maintenant de plusieurs
outils :
• Les instances consultatives : le C2D et la CCSPL qui sont les interlocuteurs
privilégiés des élus dans l’élaboration du projet de territoire et dans
l’amélioration des services publics
• Les comités d’usagers de l’eau, de l’énergie, des déplacements et des déchets qui
apportent le regard et l’expertise des usagers sur la gestion des services publics
locaux
• Les panels citoyens qui rassemblent des habitants tirés au sort travaillant à
formuler un avis citoyen sur une politique publique
• Sans oublier les instances consultatives des communes qui pourront être
également mobilisées pour ancrer les politiques métropolitaines dans la
diversité de ses communes.

C2D et CCSPL, quoi de neuf ? Une composition élargie aux habitants,
de nouvelles missions

Pour la première fois depuis leur création respective (2001 et 2003), ces deux instances
bénéficient d’une composition élargie, telle qu’adoptée par les élus lors du dernier
Conseil Métropolitain du 1er avril.

Le C2D demeure un espace d’expression et de controverses sur les politiques
métropolitaines (aménagements, habitat, déplacements, environnement,…). Il est
aujourd’hui composé de 120 membres, répartis en 6 collèges dont deux nouveaux
collèges « Habitants » et « Jeunes ».
Ses travaux s’organiseront autour de ses trois nouvelles missions :
• Etre le porteur de paroles et d’expertise citoyenne
• Etre animateur du débat public
• Etre porteur de dialogue avec les territoires voisins et les instances
participatives des communes.

La CCSPL reste quant à elle l’interface entre les élus et les usagers. Son objectif est
l’amélioration des services publics métropolitains (assainissement, traitement des
déchets,…). Composée de 60 membres, elle compte 12 élus métropolitains, 20
représentants d’associations ainsi que – et c’est une nouveauté – 20 habitants-usagers e,
à terme, 8 représentants des comités d’usagers.

Les futurs travaux des instances

Les modalités de travail du Conseil de développement et de la CCSPL s’inscrivent dans le
cadre de saisines des élus ou d’auto-saisines relevant des propres initiatives des
membres.
Cette réunion de lancement fut l’occasion de présenter le programme de travail à venir
et les thématiques sur lesquelles les élus métropolitains souhaitent avoir le point de vue
de la société civile organisée.

3 saisines sont d’ores et déjà prévues au calendrier du C2D :
• Le programme Local de l’Habitat et la question de la mixité sociale et du « bien
vivre ensemble »
• Le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) dans l’objectif de contribuer à
la définition des futures grandes orientations d’aménagement de notre territoire
• Le débat portant sur l’intérêt métropolitain en matière de sport et de culture qui
permettra notamment de définir quelle pourrait être la plus-value de la Métropole dans
ces domaines.
La CCSPL travaillera dès mi-mai sur la question du mode de gestion du service extérieur
des pompes funèbres, et plus tard, sur les déchets et les régies de réseaux de chaleur.

Catégorie La Mondée, La MétroCommentaires fermés

Grenoble sera une métropole


Les députés ont adopté en seconde lecture le projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles. Ils ont confirmé la création en 2016 de la métropole du grand Paris, compétente en particulier pour les questions de logement. Elle coiffera Paris, le Val-de-Marne, la Seine-Saint-Denis et les Hauts-de-Seine.

La création de la métropole de Lyon en 2015 a été également confirmée. Cette nouvelle entité réunit la communauté urbaine de Lyon et une partie du département du Rhône, situé dans le périmètre urbain de Lyon.

ils ont aussi confirmé les dispositions ouvrant la voie à l’instauration d’une dizaine d’autres métropoles (Toulouse, Lille, Bordeaux, Nantes, Strasbourg, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier et Brest, s’ajoutant à celle de Nice déjà existante).

Ils ont en outre approuvé de nouveau le principe d’une élection au suffrage universel des membres des conseils de métropole à partir de 2020, selon des modalités à définir dans une loi ultérieure.

L’Assemblée a aussi voté la dépénalisation du stationnement, ce qui permettra aux maires de fixer le montant des PV.

Catégorie A la uneCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juin 2019
L Ma Me J V S D
« mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+