Tag Archive | "ministre de l’agriculture"

Le ministre de l’Agriculture reçoit la FNAB


Après qu’il ait visité une ferme légumière bio dans la Manche le vendredi 8 Juillet, le nouveau ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Stéphane Travert a cette fois ci reçu la visite d’une délégation de la Fédération nationale de l’agriculture biologique ce lundi 10 Juillet. Trois sujets majeurs étaient à l’ordre du jour :

  • Les aides à l’agriculture bio
  • L’Europe
  • Les États Généraux de l’alimentation

Stéphanie Pageot, présidente de la FNAB a exprimé les nombreux problèmes liés aux aides, notamment les soucis de retard de paiement qui pénalisent grandement les agriculteurs et freinent leur développement, notamment dans cette période cruciale pour l’agriculture biologique.

Une modification du budget de la PAC a été proposée, avec un transfert de 3% de plus pour le bio. Au delà, il a également été question de prévoir un plan pour l’agriculture biologique au niveau européen. Enfin, le sujet des Etats Généraux de l’Alimentation a été l’occasion pour la Présidente de la FNAB de faire les premières propositions sur la transition agricole et alimentaire des territoires.

La FNAB assure sa contribution active aux États Généraux, rappelant que le bio est le fer de lance de la transition du monde agricole.

Paul Savary

Catégorie agriculture, bioCommentaires fermés

Stéphane Le Foll, Geneviève Fioraso, André Vallini, reconduits


Stéphane Le Foll a été reconduit comme  ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt dans le gouvernement  » Valls 2″…Il est également porte parole du gouvernement.

A noter que deux élus isérois participeront aussi à ce gouvernement en conservant leurs postes de secrétaire d’Etat:

- Geneviève Fioraso qui reste à l’enseignement supérieur et de la recherche

- André Vallini qui conduira la réforme territoriale


Catégorie agricultureCommentaires fermés

Le ministre de l’agriculture au congrès de la Coordination Rurale


Pour la première fois depuis sa création, la Coordination Rurale a reçu le ministre de l’agriculture, Bruno Le Maire, lors de son XVIIIème Congrès national organisé ce mercredi 7 décembre  au Palais des Congrès du Futuroscope de Poitiers.

Plus de 700 agriculteurs, venus de la France entière, se sont réunis dans l’amphithéâtre, impatients d’écouter le discours du ministre.
Si la Coordination Rurale se félicite de la venue du ministre, qui reconnaît ainsi le poids réel que représente la Coordination Rurale dans le paysage syndical agricole français, elle reste cependant sceptique face à un discours à sonorité électorale.
Bernard Lannes, son président, qui avait profité de cette occasion unique pour interpeller M. Le Maire sur des questions telles que la contractualisation, la TVA sociale ou la PAC 2013, n’a pas obtenu les réponses attendues.
Le ministre a rappelé que les agriculteurs étaient la clé de l’avenir de la France et a réaffirmé sa volonté de les défendre.
Sur les questions plus techniques, il a présenté des positions contraires à celles de la Coordination Rurale : signature prochaine du « Paquet lait » plutôt que défense du projet de l’Office du lait ou baisse d’ores et déjà effective du coût du travail plutôt que TVA sociale. Attendu sur la  question du pluralisme syndical, le ministre n’a pas souhaité aborder le sujet.
La Coordination Rurale est étonnée qu’en conclusion de son discours le ministre s’est cantonné à vouloir réconcilier les Français avec leurs agriculteurs. Avant d’être aimés, les agriculteurs demandent seulement de survivre.

Lors de cette rencontre, on a trouvé des congressistes très mobilisés et déjà prêts à aborder les prochaines élections aux Chambres d’Agriculture, début janvier 2013. Ils espèrent même rapporter la majorité des sièges…

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

« Le ministre de l’agriculture sous estime la crise bovine ».


Selon la confédération paysanne, le Ministre de l’agriculture peine à saisir l’ampleur du désastre économique et social qui s’installe dans les campagnes.

Elle le fait savoir à travers un communiqué.

« Alors que les éleveurs de « bovins viande » connaissent pour la 4ème année consécutive une baisse de leur revenu (inférieur à 10 000 euros/actif), le Ministre de l’agriculture peine à saisir l’ampleur du désastre économique et social qui s’installe dans les campagnes.

Fidèle à sa stratégie d’effet d’annonce (« 300 millions d’euros pour les éleveurs», «3 milliards d’euros d’aides PAC qui rentreront en avance dans les trésoreries des exploitations ») le Ministre oublie que les précédents plans de soutien ont dans la plupart des cas contribué à augmenter l’endettement des éleveurs et que les aides PAC sont tout simplement dues par les pouvoirs publics.

Leur versement anticipé permettra le plus souvent de rembourser des prêts à court terme contractés par les éleveurs auprès de leurs banques !

Certes, un plan d’urgence est nécessaire. Pour être efficace, il doit être ciblé et privilégier des prises en charge totales d’annuités et/ou de cotisations sociales aux différents systèmes de prêts de trésorerie ou de consolidation.

Quant à la question centrale, celle des prix rémunérateurs, il est parfaitement illusoire d’imaginer qu’elle puisse trouver une solution dans le cadre de l’interprofession. Non seulement celle-ci ne représente qu’une partie des éleveurs, mais elle ne dispose de surcroît, d’aucun outil réglementaire pour agir sur les prix !

L’observatoire du prix et des marges, aura beau être présidé par un économiste de renom, il n’a aucun pouvoir pour « [...] rétablir un juste équilibre dans la répartition de la valeur ajoutée de la filière au profit des producteurs ». Il s’est pour le moment heurté au refus des transformateurs et de la grande distribution à rendre plus transparente leur prise de marge.

Rien ne pourra se faire en faveur des prix à la production, sans une volonté politique forte d’intervenir par des outils législatifs pour rééquilibrer et réguler les rapports de force dans la filière. Cette volonté n’existe pas. Au contraire, au regard des différentes lois (LME et LMA) le désengagement de l’Etat de son rôle de régulateur de l’économie en particulier pour un secteur aussi sensible que celui de l’agriculture, est frappant. »

Catégorie filière viande, vie syndicaleCommentaires fermés

Bruno Le Maire recevra les organisations syndicales


Bruno Le Maire, ministre de l’agriculture  recevra les organisations syndicales représentatives ce lundi 2 novembre.

Rendez vous au Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, Salle Sully, à partir de 15 heures.

Bruno Le Maire, Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, recevra les organisations syndicales représentatives (FNSEA, Jeunes Agriculteurs, Coordination rurale, Confédération paysanne), dans le cadre de la mise en place du plan de soutien à l’agriculture, annoncé par le Président de la République à Poligny, le 27 octobre.

Lors de son allocution, le Président de la République a annoncé un milliard de prêts bancaires et 650 millions d’euros de soutien exceptionnel de l’Etat.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Fruits et légumes: un premier pas


Face à la crise qui secoue les producteurs de fruits et légumes, le ministre de l’agriculture a annoncé qu’une première aide d’un montant de 15 millions d’euros allait ête débloquée. Un premier pas pour la FNSEA, les JA et les producteurs de fruits et légumes.

Des milliers de producteurs de fruits et légumes connaissent depuis le début de la campagne 2009, une situation particulièrement préoccupante.

Alerté par le réseau de la FNSEA, Jeunes Agriculteurs, la FNPF et les Producteurs de Légumes de France sur l’état de crise de 13 fruits et légumes et conscient de la situation, Bruno Le Maire, Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, vient d’arrêter des mesures ciblées, pour aider les exploitants concernés à passer ce cap difficile.

Il s’agit d’apporter immédiatement une bouffée d’oxygène, d’un montant initial de 15 millions d’euros, au travers d’allégements de charges financières et de mesures sur les cotisations
sociales des agriculteurs et de leurs familles, auxquelles s’ajouteront des moyens de la MSA pour la mise en place d’échéanciers.
Par ailleurs, le Gouvernement entend apporter des solutions aux conséquences économiques indirectes liées à la crise financière internationale. Il répondra aux difficultés que rencontrent les exportateurs pour obtenir les garanties assurantielles nécessaires à l’exercice de leur activité.
Bruno Le Maire a compris la gravité de la crise vécue par le secteur des fruits et légumes. Même si cette première enveloppe financière est loin d’être suffisante pour faire face à la sévérité de la crise, la FNSEA, les JA, la FNPF et les Producteurs de Légumes de France, en prennent acte.
Nous tenons aussi à rappeler que ces mesures conjoncturelles ne sauraient exonérer le Gouvernement de trouver les moyens de restaurer au plus vite la compétitivité de la production française. Nous attendons dans les plus brefs délais, des solutions quant aux problèmes des distorsions de concurrences relatives aux moyens de production, notamment l’énergie et aux
conditions sociales.
La FNSEA, les JA, la FNPF et les Producteurs de Légumes de France attendent également de la filière et plus particulièrement de son interprofession et de la distribution, que tout soit mis en oeuvre pour garantir le bon fonctionnement des marchés et la juste rémunération du travail des producteurs de France.
Les producteurs français de fruits et de légumes doivent pouvoir vivre de leur métier !

par Gilbert l

Catégorie fruits-légumesCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

septembre 2019
L Ma Me J V S D
« août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+