Tag Archive | "montagne"

La montagne est l’avenir de la France


Au cours du 30e Congrès de  l’Association nationale des élus de la montagne organisé ces 16 et 17 octobre à Chambéry, Laurent Wauquiez, député-maire du Puy-en-Velay, a été élu président de l’ANEM succédant ainsi à Frédérique Massat, députée de l’Ariège, arrivée au terme de son mandat.

Marie Noëlle Battistel, députée de l’Isère, est la nouvelle secrétaire générale

Laurent Wauquiez a rappelé au Premier ministre que «la montagne est vivante» et qu’«elle doit le rester».

A cet égard, le président de l’ANEM a demandé la convocation du Conseil national de la montagne pour préparer une nouvelle loi Montagne. Le Premier ministre a répondu positivement afin «de renouveler le cadre indispensable des territoires de montagne».

A propos de la réforme territoriale, il a souligné les deux principes qui guident son action: efficacité et proximité de l’action publique.

« Je veux faire confiance aux acteurs locaux qui connaissent leurs territoires», a-t-il indiqué, ajoutant «

Si la loi doit s’appliquer partout, il faut tenir compte des spécificités géographiques et économiques».

Le Premier ministre s’est également déclaré favorable à la valorisation de l’apport de la montagne dans la fourniture de l’eau à la nation. «

Aider les territoires de montagne, c’est encourager la réussite économique de notre pays», avant de développer les aides économiques du gouvernement aux agriculteurs de montagne et de conclure par un vibrant «La montagne est l’avenir de la France».

Trois autres ministres accompagnaient Manuel Valls à Chambéry.

Lors du débat sur la représentation de la montagne dans la nouvelle organisation territoriale, Marylise Lebanchu, ministre de la décentralisation et de la fonction publique, a estimé notamment que les intercommunalités sont censées donner davantage de ressources aux territoires.

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture a, lui aussi, voulu rassurer les élus en rappelant que,dans la loi d’Avenir, les objectifs de prélèvement des prédateurs sont plus élevés et les moyens en augmentation. A propos de la directive nitrates pour éviter les pollutions, le ministre a confirmé que les charges ne doivent pas être supportés par les éleveurs.

De son côté, Sylvia Pinel, ministre du Logement et de l’Égalité des territoires, est revenue sur les Assises de la ruralité lancées il y a un mois. « Il faut cesser d’opposer les territoires», a-t-elle lancé.

Les sept ateliers organisés dans différents territoires ruraux donneront la parole à des acteurs de terrain, élus ou représentants d’associations.

Enfin, au cours de ces deux jours, l’ANEM a rendu un émouvant hommage à ses 14 anciens présidents depuis 1984.

Catégorie A la une, montagneCommentaires fermés

Redonner vie à une culture « Montagne » chez les jeunes isérois


Avec plus de la moitié de son territoire en zone de montagne, le Département isérois offre un environnement géographique particulièrement propice à la découverte d’un patrimoine naturel, économique et historique d’une très grande richesse.

En cohérence avec les politiques d’accès des jeunes à la montagne portées tant au niveau régional qu’européen, le Conseil général de l’Isère expérimente en 2014 un projet « A la découverte de la montagne » à destination des collégiens.

13 collèges isérois ont été retenus dans le cadre de l’appel à projets « A la découverte de la montagne » lancé à titre expérimental ce début d’année 2014.

Dans le cadre de séjours de 2 jours comprenant 1 nuitée, près de 1 300 collégiens bénéficient d’une immersion en milieu montagnard, ponctuée de rencontres avec des professionnels locaux sur les sites partenaires conventionnés de La Bérarde, de L’Alpe-du-Grand-Serre et du Massif du Vercors (Autrans, Méaudre, Rencurel et Saint-Andéol).

Menés sur les périodes de juin, septembre et octobre 2014 les projets retenus valorisent la découverte d’un patrimoine montagnard riche et varié (faune, flore, géologie, économie, histoire, etc.) au travers d’activités comme la randonnée ou la course d’orientation animées par des accompagnateurs en montagne.

Des guides offrent aux collégiens une première approche de l’escalade ou de la via ferrata en milieu naturel. Ces projets s’inscrivent dans une démarche d’interdisciplinarité alliant les enseignements de collège en sciences de la vie et de la terre, mathématiques, histoire, géographie ou éducation physique et sportive.

Intégralement financés par le Conseil général de l’Isère pour un budget global de 100 000 € (transport, pension complète, encadrement des activités), des projets ont d’ores et déjà eu cours en juin dernier : des axes pédagogiques innovants menés par les professeurs, un enrichissement pour les élèves et une grande satisfaction de la part des professionnels partenaires qui saluent cette initiative.

Catégorie enseignement-formation, montagneCommentaires fermés

Pour que la montagne reste un plaisir l’hiver


A l’approche des vacances de Noël et de l’affluence dans les stations de ski et les secteurs de montagne, la préfecture de l’Isère rappelle quelques consignes de sécurité à respecter sur et en dehors des pistes.

En effet, les pratiquants d’activités de montagne doivent être particulièrement vigilants et faire preuve de prudence. Le risque zéro en montagne n’existe pas et les opérations de secours sont malheureusement fréquentes. Ainsi l’anticipation du risque, le respect des règles de sécurité et la prudence doivent être au cœur des préoccupations de chacun.

Quelques conseils avant de vous lancer sur les pistes :

  • Respectez les skieurs situés en aval : ne gênez pas, par vos trajectoires, les skieurs situés en dessous de vous. Ils ne vous voient pas toujours arriver. C’est à vous d’anticiper.
  • Maîtrisez votre vitesse et votre trajectoire : adaptez-les à vos capacités techniques et physiques, au trafic, à la visibilité, à la difficulté de la piste et à l’état de la neige.
  • Ne vous arrêtez pas n’importe où : évitez de stationner dans les passages étroits ou derrière les bosses et restez toujours visibles des skieurs situés au-dessus de vous.
  • Respectez la signalisation sur les pistes : pour votre sécurité, les pistes et les remontées mécaniques font l’objet d’un balisage et d’une signalisation spécifique. Respectez-les.
  • Respectez les règles de sécurité sur les téléskis et les télésièges.
  • Mettez un casque adapté et surtout, faites-le porter par vos enfants : son efficacité est prouvée en cas de chute ou de choc. Le casque est souvent proposé lors de la location de matériel de ski. N’hésitez pas à le demander.
  • Protégez-vous : mettez des lunettes protectrices et pensez à vous protéger à l’aide d’une crème solaire.
  • Vérifiez que vous êtes assurés : si ce n’est pas le cas, faites le nécessaire. Les secours sur les domaines skiables sont en général payants.

Quelques règles à ne pas oublier :

  • Informez-vous : consultez les prévisions météo, étudiez le plan des pistes et consultez les panneaux d’ouverture et de fermeture des pistes et des remontées mécaniques.
  • Échauffez-vous : sans échauffement, vous risqueriez de vous blesser et de gâcher votre séjour.
  • Faites entretenir votre matériel et régler vos fixations.

Quelques conseils pour les randonnées hivernales (en ski, raquettes..) :

Attention aux avalanches ! Seules les pistes ouvertes sont délimitées, sécurisées et contrôlées. En dehors de ces espaces, vous évoluez à vos risques et périls.

  • Informez-vous sur les risques d’avalanche : tenez compte du drapeau d’avalanche et des bulletins météorologiques affichés aux points de passage les plus fréquentés de la station.
  • Faites appel à des professionnels si vous voulez pratiquer le hors-piste : ne partez jamais seul, indiquez votre parcours et votre heure prévisionnelle de retour.
  • Établissez un itinéraire adapté à votre niveau technique et physique.
  • Équipez-vous d’un DVA (détecteur de victime d’avalanche) : cet appareil émetteur-récepteur doit être porté sous les vêtements. Il est indissociable de la pelle et de la sonde dans votre sac à dos. Il est essentiel de tester son DVA avant toute sortie et de s’entraîner régulièrement à son utilisation (des parcs d’entraînements existent dans certaines stations).
  • En cas d’accident, protégez la victime, alertez les secours (112) et portez assistance. Lorsque vous alertez les secours, donnez le plus de renseignements possibles sur la victime et sa localisation.
  • Sachez renoncer.

Pour rappel, si actuellement le secours en montagne est gratuit (en dehors des secours sur les domaines skiables), une opération de secours coûte en moyenne à l’État 8600 € (rapport de la Cour des Comptes – septembre 2012).

Catégorie montagneCommentaires fermés

31ème AG de la Fédération des Alpages de l’Isère


L’assemblée générale de la Fédération des Alpages de l’Isère s’est tenue à Villard de Lans. Les alpagistes sont venus nombreux assister à cette assemblée pour se tenir informés de l’actualité des alpages et du rapport d’activités de l’année 2011.

Le département compte aujourd’hui 9 plans pastoraux territoriaux (PPT): Beaumont, Belledonne,  Chartreuse,  Mathéysine, Oisans, Trièves, Valbonnais, Vercors 4 montagnes et les hauts plateaux du Vercors qui rassemblent plus de 350 alpagistes, partenaires publics et associatifs. Ils sont en charge d’examiner les différents projets d’aménagement et de développement des espaces pastoraux en Isère.

La FAI souhaite renouveler sa convention avec la région Rhône-Alpes jusqu’en 2013 avec des axes stratégiques liés au renforcement des PPT, à l’accompagnement économique des espaces montagnards mais également à l’emploi et la formation, pour ainsi favoriser un ancrage fort avec les acteurs locaux.

La fédération se félicite du bon fonctionnement des plans pastoraux territoriaux qui répondent aux objectifs de soutien de l’activité pastorale. Les revenus issus de l’agro-pastoralisme n’étant pas suffisants pour tous les alpagistes, la FAI souhaite développer d’autres activités socio-économiques comme la culture et le tourisme en continuant à accompagner la création d’activités pour soutenir l’économie montagnarde.

La FAI a constaté de nombreux dégâts importants dus aux sangliers et aux loups toujours plus nombreux dans les alpages. On recense en Isère, plus de 278 chiens de protection, les « Patous » pour lutter contre les pertes zootechniques et économiques. Cependant le rôle des Patous n’est pas toujours bien compris par tout le monde, il est en particulier considéré comme un frein au développement d’activités touristiques, piliers de l’économie montagnarde.
En ce qui concerne le rapport économique, la FAI a annoncé des résultats rassurants grâce notamment à la consolidation des accords trouvés en 2010 mais note cependant une nette baisse des subventions du conseil régional.

La FAI souhaite ainsi trouver le bon compromis entre le maintien du pastoralisme dans la montagne et l’émergence d’une nouvelle économie touristique pour que les alpages de l’Isère restent des lieux vivants.

Alex Duclaux


Contact :
Fédération des Alpages de l’Isère
La Grange
38190 LES ADRETS
Tel : 04 76 71 10 20
Fax : 04 76 71 10 29

federation@
alpages38.org

Catégorie agriculture, alpages, pastoralismeCommentaires fermés

La santé du troupeau en montagne


La santé du troupeau en montagne

Ce livre est le résultat d’un constat : les ouvrages de santé animale existant ne
traitent pas de toutes les espèces, ils ne sont pas adaptées aux situations pastorales
(isolement), ils traitent rarement des problématiques comme la prévention des risques
professionnels, les astuces de contention et les effets des pratiques de soin sur les
milieux naturels pastoraux, souvent de haute qualité environnementale.

Le berger-vacher d’alpage se doit d’assumer plusieurs missions :

– garantir la bonne santé du troupeau dont il a la garde tout en protégeant sa
propre santé,
– assurer le bien être animal,
– maintenir la production des troupeaux, souvent dans un objectifs de fabrication
de produits haut de gamme sous signe de qualité,
– maintenir en l’état des espaces naturels à forte valeur environnementale.
Ce livre est le résultat d’un constat : les ouvrages de santé animale existant traitent
rarement l’ensemble de ces problématiques.
La situation d’isolement est cependant une composante essentielle du métier aussi,
pour assumer correctement ces missions, le berger-vacher doit connaître les maladies
de façon à pouvoir utiliser les médicaments de façon raisonnée et adaptée. Bien
entendu il ne s’agit pas ici de substituer l’action du berger-vacher à celle du
vétérinaire, seul à même de poser un diagnostic précis. Par contre, l’objectif est de lui
donner des éléments qui lui permettent d’affiner son observation avant de contacter
le vétérinaire. Avec l’aide de ce dernier, le diagnostic sera établi et le traitement
pourra alors être réalisé dans les meilleures conditions possibles.

Les objectifs de ce document sont multiples :

– une relation au vétérinaire améliorée et plus efficace,
– une meilleure qualité des soins aux troupeaux,
– une utilisation plus opportune des médicaments,
– une contribution à l’amélioration des denrées alimentaires issues des
productions pastorales,
– une meilleure réactivité des bergers dans des contextes de surveillance
épidémiologiques,
– une diminution du nombre d’accidents du travail en alpage,
– une meilleure prévention des maladies professionnelles en situation de
travailleur isolé,
– la promotion de méthodes de soins les moins agressives pour l’environnement.

Public cible :

Bergers, vacher, chevrier, gardien de troupeau en montagne, éleveurs, responsables de groupements pastoraux, techniciens des services pastoraux, techniciens des espaces naturels protégés, formateurs, stagiaires, apprentis…

Biographie de l’auteur :

Yannick CROISIER, formateur au Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricoles (CFPPA) de La Côte Saint André (Isère) est vétérinaire. Il intervient dans la formation de vachers et bergers des Alpes du Nord. Il est également moniteur en manipulation-contention agréé par l’Institut de l’élevage et travaille à ce titre en lien avec la mutualité sociale agricole (MSA) dans le domaine de la prévention des accidents liés à la manipulation des animaux.

Se procurer l’ouvrage :
Livre : 25€
Fichier pdf téléchargeable : 13€ (http://www.edifree.fr/doc/8938 )
Edifree – Editions APARIS
175 bd Anatole France
Bat A, 1er étage
93200 Saint-Denis
Tél : 01-41-62-14-42

Catégorie alpages, bibliothèqueCommentaires fermés

Reprendre une exploitation laitière en zone de montagne: est-ce encore possible ?


Dans le cadre de la Quinzaine de l’Installation 2011, des journées d’information et de communication à destination des porteurs de projets et agriculteurs sont programmées sur le département de l’Isère.
Cette année une demi-journée est organisée sur le Sud Isère sur le thème de la transmission des exploitations laitières le :
Jeudi 10 novembre 2011 à Saint Honoré.

Reprendre une exploitation laitière en zone de montagne : Est-ce encore possible ?

Les exploitations laitières font partie du paysage agricole de montagne de l’Isère. Toutefois, les contraintes sont fortes (faible prix du lait, astreinte de la traite, relief) et le nombre d’élevages laitiers diminue aujourd’hui rapidement : des producteurs abandonnent le lait pour la viande, et lors d’une transmission d’exploitation, rare sont les repreneurs qui conservent les vaches laitières.

Pourtant le secteur Alpes Sud Isère attire des candidats à l’installation et ces derniers trouvent du potentiel dans les exploitations laitières (conversion en AB, transformation fromagère, création d’autres ateliers…).
Alors, faut-il inciter les exploitants proches de la retraite à transmettre leur exploitation en bovins lait ? Ou au contraire faut-il favoriser des reprises avec d’autres productions ?

Objectifs de la matinée

- S’interroger sur la transmission des exploitations laitières sur Alpes Sud Isère :
est-ce encore possible de reprendre une exploitation laitière ? Si oui sous quelles conditions ?
- Montrer que des solutions existent pour faciliter les transmissions.
- Faire se rencontrer des porteurs de projet et des cédants potentiels.

PROGRAMME
9h30
Accueil des participants / Café
10h
Introduction
Etat des lieux des exploitation laitières en Alpes Sud Isère
11h
Témoignages de cédants en cours de transmission et de jeunes installés
12h
Temps d’échanges entre participants autour d’un cas concret
13h00
Buffet froid offert

lait

Catégorie installation, lait/produits laitiers, montagneCommentaires fermés

Pour une montagne connectée aux enjeux du XXIème siècle


Exception montagne et intercommunalité, renforcement de la péréquation financière, urgence du
déploiement du très haut débit, préservation de l’école en montagne… seront parmi les grandes
questions traitées lors du 27ème Congrès de l’ANEM du 6 au 8 octobre à Bonneville (Haute-Savoie), en
présence de quatre ministres (voir prises de parole sur le site www.anem.org) :
- Philippe RICHERT, ministre chargé des Collectivités territoriales,
- Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des
Transports et du Logement,
- Bruno LE MAIRE, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de
l’Aménagement du territoire,
- Patrick OLLIER, ministre chargé des relations avec le Parlement et ancien président de l’ANEM.

Promoteurs d’une politique nationale et européenne de la montagne, les élus aborderont des thèmes majeurs
pour l’avenir de près d’un quart du territoire national et présenteront leurs propositions :
La réforme territoriale et la nouvelle carte intercommunale : comment la réussir en montagne ? Les élus de
l’ANEM, très attentifs au respect de l’exception montagne qui permet de déroger au seuil minimal de 5 000
habitants pour créer ou étendre une intercommunalité, veulent les moyens et le temps de la concertation pour
une intercommunalité de projet, voie obligée pour que nos collectivités adhérent à la réforme.

Renforcement de la péréquation verticale et horizontale : quelle solidarité financière entre les territoires, au
nom de la solidarité nationale ? Quelles garanties pour les collectivités les plus démunies ? Après la suppression de la taxe professionnelle et le gel de ses dotations pour 3 ans, l’État affiche son intention d’accentuer la péréquation verticale et de développer la péréquation horizontale.

L’urgence du déploiement du très haut débit en montagne : en matière d’aménagement numérique du territoire,
que faire pour éviter une nouvelle exclusion des zones rurales et de montagne de l’accès à un réseau structurant et d’avenir, comme cela a failli être le cas voici bientôt un siècle pour l’électrification ?

La spécificité de l’école en montagne enfin admise ? Depuis le début de l’année, des élus protestent contre les
fermetures de classes et les suppressions de postes d’enseignants. La création par le ministre de l’Éducation d’un groupe de travail sur les spécificités de l’école en montagne et sa reconnaissance récente par le juge administratif sont-ils les signes annonciateurs d’une prise en compte de l’exception montagne ?

Toutes ces questions cruciales doivent s’intégrer dans une approche globale pour relancer une politique
nationale de la montagne qui passe par une loi modernisation et d’actualisation de la loi de 1985, revendiquée
par Vincent DESCOEUR, député du Cantal, et Chantal ROBIN-RODRIGO, députée des Hautes-Pyrénées,
respectivement Président et Secrétaire générale de l’ANEM.

Inscriptions, informations pratiques et programme détaillé sur : www.anem.org

Catégorie montagneCommentaires fermés

Assises pour l’aménagement touristique durable en montagne


 Les 28 et 29 avril prochain, Chambéry accueillera au centre de congrès le Manège les premières assises sur l’aménagement et l’exploitation touristique durables en montagne. Une manifestation parrainée par la région Rhône-Alpes, engagée sur l’accessibilité des stations par des transports respectueux des montagnes, par le département de la Savoie, qui a fait de l’environnement une des ses priorités depuis plus de vingt-cinq ans, et par la ville de Chambéry, très attachée au développement durable entre les espaces urbains et les espaces naturels.

Pilotées par l’Institut de la montagne, ces premières assises devront, au-delà de l’état des lieux, dégager les enjeux de développement ainsi que les recommandations des acteurs socio-professionnels de la montagne aux élus sur les priorités d’action à court et moyen terme.

Une démarche constructive qui a séduit l’association savoyarde pour le développement des énergies renouvelables (ASDER), l’inter-forêt bois Savoie et les Domaines skiables de France qui définiront les contenus des conférences, tables-rondes, et ateliers organisés sur de nombreuses thématiques : ingénierie touristique au service des projets de territoire, chaîne du transport propre, prise en compte du changement climatique, partage des territoires et des ressources, forêts et pastoralisme, rénovation thermique du parc immobilier touristique, rénovation et réseau de chaleur bois, solaire thermique, emploi et saisonniers, etc.


Programme complet en cliquant sur ce lien :

www.alpipro.com/programme-assises-salon-de-la-montagne.html

 

Catégorie environnement, montagneCommentaires fermés

Comment imaginer nos montagnes sans agriculture


Au cours de la table ronde consacrée à l’agriculture, consacrée à l’agriculture, Charles Galvin chargé de la filière bois et de la montagne  au conseil général a tenu à intervenir pour indiquer tout le poids que représente l’agriculture de montagne.

 » L’agriculture de montagne joue un grand rôle, surtout en Isère mais elle est très fragile. On ne sait pas si elle pourra résister à la conjoncture, à la suppression des quotas…. et pourtant comment imaginer nos montagnes sans une activité agricole. En montagne, plus qu’ailleurs, cette dernière est indispensable au niveau de l’entretien de l’espace. Il nous faut soutenir sans relâche cette agriculture, favoriser son organisation, des initiatives comme la vente directe à la ferme, l’aider à se fédérer. Pourquoi ne pas imaginer un label » produits de montagne ».

En montagne l’agriculture n’est pas la seule à souffrir. Ce qui fait annoncer à Charles Galvin:  » nous tentons de réunir plusieurs acteurs de la montagne: les agriculteurs, artisans….afin de voir comment créer une dynamique, animations autour de ces activités, produits, spécifiques à la montagne. »

Un comité de pilotage a vu le jour pour faire avancer ce dossier.

Catégorie agriculture, montagneCommentaires fermés

Grenoble va accueillir le….


Le 7e congrès mondial du tourisme de neige et de montagne se déroulera à Grenoble, les 28 et 29 avril prochain. Ceci dans le cadre du Salon international de la montagne.

L’organisation Mondiale du Tourisme et la principauté d’Andorre, qui co-organisent cette importante rencontre pour le tourisme de montagne ont donc accepté l’invitation de la capitale des alpes. Ce sera la première fois qu’il se tiendra hors du principat d’Andorre. Il réunira bien entendu de nombreuses délégations étrangères qui viendront débattre sur le thème:

Urbanisme et architecture, développement durable

Véritable plate-forme d’échanges, d’information et surtout d’analyse économique, le Congrès Mondial du Tourisme de Neige et de Montagne réunit chaque édition plus de 150 experts mondiaux et près de 300 personnes venus d’une vingtaine de pays.
L’accueil de cet événement international, qui honore la France et les professionnels français de la montagne, vient conforter le positionnement stratégique de Grenoble sur la montagne, sur les enjeux économiques, environnementaux, sociétaux qui animent les territoires de montagne dans le monde entier.

Catégorie A la une, montagne, tourismeCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+