Tag Archive | "Mountain Wilderness"

2 tonnes de déchets en moins !


Encadrés par Mountain Wilderness, Chartreuse Propre et Respect Planet, une vingtaine de bénévoles, collaborateurs de la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes, ont œuvré avec joie et motivation à une journée de dépollution de La Vence, une rivière située sur le territoire du Parc naturel régional de Chartreuse (Isère).
Au programme : nettoyer une section de 1 500 mètres de la rivière, souillée au fil du temps par diverses décharges sauvages et déchets charriés par le courant.

Au total, ce sont plus de 2 tonnes de déchets qui ont été retirés de la montagne : bravo aux bénévoles ! Cette opération a également pu être menée à bien grâce au soutien des mairies de Corenc et Quaix-en-Chartreuse, ainsi que de la Métropole de Grenoble.

Ce chantier de dépollution s’est inscrit dans le cadre de la Semaine de la Solidarité portée par la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes. Cette initiative encourage les collaborateurs de l’entreprise à s’investir bénévolement au profit d’associations du territoire.

En 2017, cette opération de mécénat de compétence au service de 15 projets solidaires (handicap, précarité, environnement, et intergénérationnel) a suscité l’engouement de plus de 170 participants !

Depuis 2014, Mountain Wilderness et la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes avancent ensemble dans un partenariat qui vise à porter une autre approche de la montagne : ouverte à tous, défendant la préservation du milieu naturel, l’équité sociale et l’amélioration de l’économie des territoires montagnards.

De nombreux aménagements à vocation essentiellement touristique, mais également industrielle, agricole, militaire… sont aujourd’hui abandonnés dans les montagnes françaises. Ces installations qui n’ont plus d’usage, marquent souvent le paysage comme de véritables cicatrices. Elles sont donc obsolètes et doivent disparaître.

Depuis 2001, Mountain Wilderness a engagé un travail organisé en trois temps : recensement – démontage – sensibilisation. L’association a aujourd’hui une véritable expertise dans le démontage de ces aménagements abandonnés. Peu coutumière en revanche des chantiers de nettoyage de déchets, pour cette opération dans le lit de La Vence, l’association s’est rapprochée de partenaires associatifs rodés à ce type d’actions. www.mountainwilderness.fr

Le collectif Chartreuse Propre, acteur territorial incontournable pour le nettoyage du massif

Né lors de l’organisation d’une journée de nettoyage en 2008 du coté du col de Porte, de St Pierre de Chartreuse et du Col de Vence, le collectif Chartreuse Propre souhaite poursuivre son action rassemblant toujours plus de personnes, d’associations et surtout en impliquant les collectivités en charge de la gestion des dépôts sauvages.

Le collectif, en la personne de Sylvain Nogues, habitant du hameau de Vence, a apporté toute son expertise et sa connaissance du terrain pour mener à bien cette opération. www.chartreusepropre.fr

Respect Planet, nettoyage de sites pollués en milieux extrêmes

Respect Planet est une initiative portée par Philippe Goitschel. Il organise régulièrement des opérations de nettoyage de sites pollués, en France mais aussi à l’étranger.

La motivation de Philippe est non seulement de s’engager dans des actions de nettoyage mais aussi de sensibilisation, de présenter les responsables, utilisateurs et amoureux de la nature impliqués dans le respect de la planète et la restauration des sites. Ces actions sont menées dans différents milieux, souvent extrêmes (montagne, spéléologie, milieu subaquatique). Ces opérations symboliques associent l’aventure humaine, la performance physique et le travail d’équipe.

Ainsi, fort de son expérience, Philippe nous a rejoints sur l’opération de dépollution de La Vence pour accompagner les bénévoles dans leur action. www.respect-planet.com

CLIQUEZ ET DÉCOUVREZ LES PHOTOS DU CHANTIER

Photos chantier VENCE

Catégorie A la une, La Métro, environnement, parcsCommentaires fermés

Vers une nouvelle loi montagne : dessinons la montagne du XXIe siècle !


Réaction de l’association Mountain Wilderness France concernant la  déclaration du Premier ministre Manuel Valls, ce vendredi 25 septembre à Chamonix, concernant le souhait du gouvernement de mettre en chantier une nouvelle loi Montagne.

 » C’est avec un vif intérêt que Mountain Wilderness a noté la déclaration du Premier ministre Manuel Valls, ce vendredi 25 septembre à Chamonix, concernant le souhait du gouvernement de mettre en chantier une nouvelle loi Montagne. Cette décision fait suite à la mission qu’il avait confié en début d’année aux députées Bernadette Laclais et Annie Genevard en vue de l’élaboration d’un « Acte II de la loi Montagne ».

Remettre à plat la loi de 1985, tout en en conservant les fondamentaux, nous semble l’occasion exceptionnelle de dessiner une montagne du XXIe siècle qui tienne compte des réalités des espaces montagnards d’aujourd’hui, et nottament :

  • la nécessité de préserver et de mettre en valeur comme ressources non délocalisables les patrimoines naturels et culturels, les paysages et les spécificités des différents massifs ;

  • la nécessité de préserver le foncier et une agriculture elle aussi riche de spécificités (ce que consacrent par exemple les nombreux AOC des territoires de montagne) ;

  • la nécessité d’intégrer à sa juste valeur le fait que dans le domaine du tourisme, les milliers de petits acteurs qui habitent dans toutes les vallées et qui les font vivre au jour le jour représentent un atout touristique d’avenir et déjà aujourd’hui aussi important en chiffre d’affaire, que les grosses stations !

Tout cela en mettant au coeur les enjeux mondiaux liés aux changements climatiques et la formidable richesse que représentent nos territoires pour renouer avec une harmonie Homme/Nature.
A la veille de la COP 21 à Paris, MW souhaite que ce soit dans cette perspective que la nouvelle loi soit élaborée.

D’ores et déjà, nous saluons la décision de transférer les dispositifs fiscaux concernant l’immobilier de loisir sur la réhabilitation plutôt que sur la construction de toujours plus d’immeubles neufs.

Notre association a su être moteur dans la réflexion sur « l’Acte II de la loi Montagne » ; elle le sera également pour porter la voix de « la montagne autrement » à l’occasion de l’élaboration de la nouvelle loi montagne.

La voie est libre pour construire tous ensemble une véritable « montagne à vivre » !

Catégorie montagneCommentaires fermés

6 tonnes de ferraille en moins dans les montagnes du Mercantour


C’est en Ubaye, sur la commune d’Uvernet-Fours que s’est déroulé le chantier Installations Obsolètes organisé par Mountain Wilderness et des agents du Parc national du Mercantour. Samedi 5 et dimanche 6 juillet, 30 bénévoles se sont retrouvés afin de procéder au démontage d’anciennes installations agricoles, principalement des câbles forestiers et à foin, inutilisées depuis plusieurs décennies et traînant, pour la plupart, à terre.

photo bénévoles Mountain Wilderness © Isabelle HenratA la force des bras et avec toute l’ingéniosité requise pour aboutir à ses fins, le groupe de bénévoles a dégagé 3 kilomètres de câbles et entreposé ce matériel en plusieurs points au bord de la route menant au col de la Cayolle.

Cette 18e opération de démontage avec et dans le Parc national du Mercantour a permis de retirer 6 tonnes de ferraille qui ont été récupérées et évacuées en déchetterie par les services de la Communauté de communes de la Vallée de l’Ubaye.

En 13 ans les différentes actions de démontage menées par Mountain Wilderness dans les montagnes françaises ont permis de prélever 352 tonnes d’aménagements abandonnés d’origine touristiques, militaires, industrielles forestières ou agricoles.

LES INSTALLATIONS OBSOLÈTES EN QUELQUES CHIFFRES
> 7e année de chantier avec et au sein du secteur Ubaye du Parc national du Mercantour :
172 tonnes enlevées en tout dont 52 tonnes en Ubaye (interventions également dans les secteurs Vésubie, Tinée et Roya)

> 28 chantiers menés depuis 2002 dans les montagnes françaises :
soit l’équivalent de dix années de travail
(sans pause !) rapporté à une personne pour accomplir cette tâche colossale

Catégorie environnement, parcsCommentaires fermés

Imaginons ensemble nos montagnes de demain !


Les montagnes nourrissent nos passions, mais elles sont aussi fragiles et néchappent pas aux tensions

d’aujourdhui et aux questions pour demain. En 2011, un « Appel pour nos montagnes »

a été lancé sur l’initiative de Mountain Wilderness, l’Ancef et la Cipra pour construire ensemble

une autre vision de la montagne.


Il a déjà recueilli plus de 7 000 soutiens !

Le rendez-vous festif et convivial des Rencontres du Cinéma de montagne nous donne l’occasion

de nous retrouver chaque année à Grenoble. En écho à l’Appel, la Coordination Montagne

avec ses membres Mountain Wilderness, la Fondation Petzl et l’Ancef souhaite quil devienne

aussi un moment privilégié pour réfléchir ensemble aux enjeux qui touchent à la montagne

et imaginer de nouvelles voies davenir.

Ainsi, la 1ère édition des Rencontres Citoyennes, en 2012, avait rassemblé 250 personnes

sur le thème de laménagement et de léquipement.

Cette 2e édition convie le public à prendre la parole et à débattre des rapports entre

« montagne et  société », avant le début des projections, les 19, 21 et 22 novembre 2013.

AU PROGRAMME DES DEBATS :

 » La montagne pour grandir ? * 19 novembre 17h-18h30 *
« Montagne initiatique » ou « montagne pédagogique » : quelle montagne pour les jeunes ?
 » La montagne pour se faire peur ? * 21 novembre 17h-18h30 *
Dépassement de soi, confrontation avec la nature, que cherchent les conquérants de linutile ?
 » La montagne pour vivre ? * 22 novembre 15h30-17h *
De nos jours, qui habite la montagne ? comment les territoires peuvent-ils (re)fabriquer du vivre-ensemble ?
 » La montagne qui monte ? * 22 novembre 17h-18h30 *
Des anonymes, toujours plus nombreux, innovent, expérimentent, engagent une autre façon de vivre ces territoires

exceptionnels. Leurs richesses ? de la créativité, de lénergie et beaucoup de passion !

****
Les autres Rencontres citoyennes de la montagne en 2013 :
> le 23 juin, Roc Trip des gorges du Tarn : un brunch-débat sur les relations entre équipeurs

de voie et naturalistes.
> le 5 décembre, en partenariat avec linstitut de Géographie alpine de Grenoble : une communication de Philippe Bourdeau,
géographe, sur les ateliers de créativité comme outil danimation territoriale.
> les 19 et 20 décembre, au Cermosem (Ardèche) : un séminaire universitaires/citoyens sur les nouveaux parcours de vie
de habitants des territoires montagnards.

Plus d’infos sur :
www.appelpournosmontagnes.org


Catégorie montagneCommentaires fermés

Nettoyons nos montagnes


Du 7 au 11 juillet 2012, le Parc national du Mercantour et Mountain Wilderness, association nationale de défense de la montagne, ont célébré dix ans de fructueuse collaboration sur les opérations « Installations Obsolètes ». A cette occasion, plus de six tonnes d’installations militaires et agricoles obsolètes ont été évacuées de différents sites : sur la commune de Jausiers (Alpes-de-Haute-Provence) au lac des Sagnes, Granges communes et Restefond et sur la commune de Belvédère (Alpes-Marittimes) à la Cime de Tuor.

Une centaine de bénévoles de l’association âgés de 3 photo bénévolesà 83 ans, des gardes du Parc et des éleveurs locaux se sont relayés durant le week-end sur les abords du lac et les pentes occupées par le troupeau du groupement pastoral pour extraire des lignes de barbelés, des déchets de casernement et ménagers agricoles.
Le travail s’est poursuivi le lundi dans le quartier d’août du vallon des Granges Communes. Ce deuxième chantier a permis de démonter et rassembler une importante quantité de déchets métalliques liés à l’activité d’une ancienne carrière militaire destinée à fournir la matière première pour la construction des nombreux ouvrages défensifs situés aux alentours.
Enfin, les 10 et 11 juillet un ultime chantier s’est concentré sur le nettoyage de barbelés et ferrailles ancrés à la cime de Tuor sur la crête faisant le lien entre Vésubie et Roya, dernier site qui restait encore à traiter dans ce secteur.

Une météo clémente a rendu ces chantiers efficaces et agréables. Les participants, des « anciens » et fidèles de ce type d’opération, rejoints par des nouveaux, ont particulièrement apprécié la beauté des sites. Ils ont fait preuve d’une énergie et d’une motivation sans faille !

Les chantiers de démontage co-organisés par Mountain Wilderness et le Parc national du Mercantour ont débuté en août 2002 dans le secteur de la Vésubie avec deux tonnes de déchets prélevées. Depuis, allant de Vésubie en Ubaye en passant par la Moyenne-Tinée, ce sont 153 tonnes au total, en métal principalement, qui ont été arrachées du sol, conditionnées et acheminées vers les différentes déchetteries. Ce travail entrepris sur 10 ans correspond à 2 700 journées de travail/homme.

Ce rendez-vous annuel est très prisé par les adhérents de Mountain Wilderness qui se retrouvent à cette occasion pour préserver ou réparer l’environnement montagnard et découvrir des sites magnifiques. Dans cette traditionnelle collaboration, le Parc retire une expertise certaine et « la possibilité de réaliser l’irréalisable » comme tenait à le dire Albin Liborio, chef de secteur de l’Ubaye du Parc national du Mercantour.

Catégorie environnementCommentaires fermés

La montagne en douceur: mode d’emploi


Avec ce portail  www.changerdapproche.org/qui constitue une première en Europe, Mountain Wilderness associé au site internet Camptocamp offre en accès grand public tous les bons plans d’écotourisme et de mobilité douce en montagne.
Les informations disponibles dans ce recueil de bonnes pratiques pourront être complétées et actualisées par les acteurs touristiques et par les utilisateurs eux mêmes. Vous êtes invités à utiliser cet outil gratuit pour faire connaître vos informations mobilité douce et écoutourisme.

Au programme : 7000 itinéraires (randonnée, ski, escalade, alpinisme) accessibles par les transports en commun (train, bus)…

C’est grâce à l’implication de tous que chaque visiteur pourra profiter de ce site afin d’organiser une sortie en montagne pour profiter de la beauté des paysages sans nuire à l’environnement et contribuer à l’économie locale.

Le portail « changerdapproche.org » est réalisé en partenariat avec la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM), la Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade (FFME), le Syndicat National des Guides de Montagne (SNGM) et le Syndicat National des Accompagnateurs en Montagne (SNAM). Il bénéficie également du soutien de l’Europe et de l’État ainsi que des régions Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Languedoc-Roussillon.

Catégorie montagne, écologieCommentaires fermés

La DTA Alpes du Nord à l’enquête publique


La Directive territoriale d’aménagement des Alpes du Nord est mise à l’enquête publique jusqu’au 21 mai. Cette DTA est le document d’urbanisme cadre qui permettra d’asseoir le développement durable des Alpes du Nord .
Si l’Enquête Publique aboutit positivement à son adoption, cette DTA sera un formidable outil de planification de l’aménagement, permettant un développement durable et maîtrisé du territoire, avec la préservation du patrimoine naturel, des espaces et paysages qui sont l’atout majeur de sa qualité de vie et son attractivité. Elle est le résultat d’une concertation exemplaire avec l’ensemble des acteurs concernés, et d’un travail remarquable des services de l’État.
En effet, comme le dit la page de présentation du site Internet que l’État consacre à ce projet : « Dans certains territoires caractérisés par une attractivité et une vulnérabilité particulière, la préservation du milieu naturel est la condition indispensable à toute perspective de développement à long terme. Tel est bien le cas des Alpes du Nord, dont le dynamisme démographique et économique s’inscrit dans un environnement d’exception, aujourd’hui menacé si collectivement nous n’agissons pas.
Sans cet équilibre difficile à atteindre, ce ne serait pas seulement la qualité exceptionnelle des sites qui se trouverait dégradée mais l’attractivité et la compétitivité de ces territoires. Pour faire face à de tels enjeux, définir les grandes orientations relevant du code de l’urbanisme et fixer les priorités sur la base d’un projet partagé, l’État dispose d’un instrument approprié : la Directive territoriale d’aménagement (DTA).
En exprimant une ambition de 20-25 ans et en définissant des principes pour la planification, la Directive territoriale d’aménagement des Alpes du Nord doit donner un cadre de cohérence au développement durable du territoire. »
Les associations CIPRA France, Fédération française des clubs alpins et de montagne, Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature, Mountain Wilderness France (1) déclarent partager tout à fait cet objectif et considèrent que le projet de DTA répond bien aux défis posés par ce constat partagé.
C’est également le cas de l’Autorité environnementale (AE), l’instance créée pour répondre aux législations européennes et nationales qui prévoient que les évaluations d’impacts environnementaux des grandes opérations sont soumises à l’avis, rendu public, d’une « autorité compétente en matière d’environnement. » En effet, concernant cette DTA, « L’AE recommande [...] de valider le niveau minimum d’exigences environnementales fixé par la DTA, qui lui parait pertinent. Une démarche volontaire de chacun des acteurs concernés, préconisée par certains d’entre eux, ne saurait garantir à elle seule la gestion durable du capital naturel montagnard.
Beaucoup, conscients de la convergence entre qualité environnementale et intérêt économique en matière de gestion des biens publics environnementaux, iront sans doute par eux-mêmes plus loin que les prescriptions de la DTA : ils n’en subiront donc aucune contrainte. Mais d’autres seraient par eux-mêmes moins attentifs à l’intérêt de leur préservation.
Les règles fixées par la DTA auront pour effet d’empêcher que les efforts des premiers soient ruinés par les actions des seconds. L’AE estime qu’il s’agit là d’une garantie essentielle. »
Les orientations prescriptives de la DTA encadrent en effet les documents d’urbanisme de rang inférieur qui doivent lui être compatibles : c’est un texte dit « opposable » ; s’il est adopté, il devra donc obligatoirement être appliqué.

« Cela peut sembler évident, soulignent les porte-parole des associations, mais ce projet est aujourd’hui la cible d’un certain nombre d’élus et du lobby de l’industrie du ski qui veulent en faire une DTADD (Directive territoriale d’aménagement et de développement durable), qui elle, n’aura vocation qu’à être une vague charte pleine de bonnes intentions mais n’engageant à rien ! »
Le projet de DTA est actuellement, et jusqu’au 21 mai 2010 inclus, mis à l’enquête publique.
Les associations sus-citées invitent le public à prendre connaissance des enjeux et des réponses que la DTA y
apporte (2), et à consigner ses observations dans les registres ouverts aux endroits suivants (jours et horaires d’ouverture habituels) :

Drôme : sous-préfecture de Die, mairie de La-Chapelle-en-Vercors ;
Isère : mairies de Grenoble, Crolles, Voiron, La-Mure, Bourg-d’Oisans, Monestier-de-Clermont, La-Côte-Saint-André, La-Tour-du-Pin ;
Savoie : mairies d’Aix-les-Bains, Chambéry, Albertville, Moutiers, Bourg-Saint-Maurice, Saint-Jeande-Maurienne, Modane ;
Haute-Savoie : mairies de Thonon-les-Bains, Morzine, Saint-Julien-en-Genevois, Annemasse, Thônes, Annecy, Bonneville, Sallanches.

Les associations mentionnées soutiennent ce projet de DTA et demandent le maintien de son caractère
opposable, conformément aux garanties données devant le Sénat le 16 septembre dernier par M. Benoist Apparu, secrétaire d’État chargé du Logement et de l’Urbanisme :
« Aujourd’hui, nous considérons que les DTA servent à quelque chose, notamment sur les territoires les plus stratégiques où se situent les plus gros enjeux, et, sur les huit territoires les plus importants, sept sont déjà couverts par une DTA. Je pense par exemple aux estuaires ou aux territoires des Alpes maritimes que nous évoquions.
Le huitième territoire est celui des Alpes du Nord. C’est le plus important des territoires sur lesquels nous avons la volonté d’exercer une protection nationale et c’est la raison pour laquelle l’État souhaite mener à son terme l’élaboration de la DTA afin que celle-ci reste opposable. Demain, cet outil sera simplifié. En effet, il y a d’autres territoires à enjeux importants mais pas nécessairement de la même importance que ces huit territoires ; nous transformons les DTA en DTADD non opposables sur ces autres territoires afin que nous disposions d’un document stratégique fixant un cadre pour leur développement.
…………………………………………………………………………….

(1) Contacts: CIPRA France : Alexandre Mignotte 04 76 42 87 06, Fédération française des clubs alpins et de montagne : Anne-Marie Reboulet 04 67 45 11 78, Jean-Pierre Buraud 04 92 21 01 61, FRAPNA : André Collas 04 79 96 02 21, Mountain Wilderness France : Hugues Thiébault 06 34 38 70 75, Vincent Neirinck 04 76 01 89 08

(2) Le projet est également consultable sur le site http://www.dta-alpesdunord.fr/; les observations peuvent être envoyées par écrit à Monsieur le Commissaire Enquêteur, Mairie de Crolles, Place de la Mairie, 38920 Crolles.

Catégorie aménagement, montagneCommentaires fermés

Nouvelle opération de nettoyage du Mercantour


Fort du succès des opérations conjointes avec Mountain Wilderness depuis 8 ans, le Parc national du Mercantour organise une 10 ème action de nettoyage, de très grande envergure, avec l’appui des communes de Valdeblore et Isola, des magasins Satoriz, la DIACT et les Régions PACA et Rhône-Alpes.

« C’est véritablement au dernier « gros point noir paysager » de tout le coeur du Parc national du Mercantour que l’on s’attaque en 2009. Ensuite, si la centaine de bénévoles y parviennent et que le temps est avec nous, le secteur de Haute Vésubie sera entièrement débarrassé des lignes barbelés », précise l’association.

Nettoyer la montagne de ses aménagements abandonnés (généralement d’origine militaire, héritages d’une histoire mouvementée dans le secteur frontalier avec l’Italie) est une opération à but non seulement
esthétique et sécuritaire mais aussi naturaliste : au-delà d’une virginité retrouvée, les cols et vallons sont ainsi rendus inoffensifs pour les randonneurs mais aussi pour l’abondante faune sauvage qui y séjourne.

Cette opération, qui entre parfaitement dans les missions d’un parc national, est le coeur de métier de l’association Mountain Wilderness, qui oeuvre depuis maintenant 9 années dans tous les milieux montagnards pour rendre leur naturalité aux sites. Demander et aider au démontage d’aménagements abandonnés est l’une des actions que mène l’association nationale de protection de la montagne, reconnue d’utilité publique.

Plus d’informations sur www.mountainwilderness.fr

Catégorie montagneCommentaires fermés

Préserver l’eau vive de nos montagnes


C’est l’objectif affiché par Mountain Wilderness à travers l’exposition « Joindre l’inutile au désagréable… Eau vive, la face cachée de la petite hydroélectricité » qui se tient en ce moment à la Maison de l’Environnement de Grenoble jusqu’au vendredi 26 septembre.
Les espaces naturels d’eau vive, ruisseaux, torrents, rivières, sont une composante forte, essentielle, du paysage montagnard. De tous temps, les cours d’eau ont contribué au développement économique et social des vallées : ils sont recherchés par les pratiquants et les visiteurs comme source d’aventure, de contemplation, de bonheur et d’équilibre… Ils sont aussi reconnus par la loi sur l’eau comme des réservoirs de biodiversité.

Mountain Wilderness souligne que, pourtant, les derniers espaces d’eau vive sont en danger. L’association  s’est saisie de la question de l’aménagement des cours d’eau de montagne et a fait ce constat accablant : il ne resterait que 10 à 15 pour cent de linéaire de rivière de montagne encore non aménagés. L’association dénonce, entre autres, l’aménagement hydroélectrique du Rizzanese, superbe torrent de la montagne corse.

affiche-mnei.jpg

A l’heure du Grenelle de l’environnement où l’on considère l’électricité comme une énergie propre, Mountain Wilderness, au-delà des débats sur le nucléaire, apporte son regard sur l’hydroéléctricité. Cette production est extrêmement minoritaire et quelques efforts pour réduire la consommation globale pourraient épargner de nombreux cours d’eau.

A travers cette exposition originale et décalée, Mountain Wilderness souligne quelques paradoxes de la société actuelle où l’alimentation électrique d’objets absolument nécessaires à notre confort moderne (chauffe-pied éléctrique, réfrigérateur avec télé intégrée, etc) se fait au prix de l’aménagement hydroélectrique de nos montagnes.

A découvrir, avec beaucoup d’humour, à la Maison de l’Environnement, du 2 au 26 septembre.
Entrée libre du lundi au vendredi, 9h-12h / 14h-18h

Maison de l’Environnement – 5 place Bir Hakeim – 38000 Grenoble
Renseignements : 04 76 54 31 62 / info@mnei.fr

Catégorie eauCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

août 2019
L Ma Me J V S D
« juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+