Tag Archive | "nature et humanisme"

Cimetières vivants…


Les cimetières français  sont souvent constitués par de grands murs entourant un espace très minéral. A l’exception des pots de fleurs toute la végétation naturelle est systématiquement éliminée à l’aide de désherbant chimique sous prétexte de respect des morts.

En même temps on constate une diminution  générale de  la fréquentation des cimetières.

L’association Nature et humanisme  suggère que l’on aménage des  « cimetières vivants » qui pourraient  offrir à nos morts un cadre moins stérile et inciter les citoyens à plus les visiter.

Dans un premier temps il faudrait y interdire les pesticides qui polluent l’environnement et contaminent les personnels communaux et les visiteurs. Il existe de nombreuses techniques alternatives peu couteuses et non polluantes pour désherber les allées.

Ensuite il n’est pas impossible de semer des prairies fleuries sur les tombes abandonnées, de végétaliser les murs, de planter quelques arbres et d’installer des nichoirs pour les oiseaux.

Un système de tri et de recyclage des déchets (anciens pots de fleurs, fleurs fanées etc.) pourrait être mis en place avec un compost disponible pour les visiteurs.

Dans ces conditions les cimetières pourraient être considérés comme des espaces verts consacrés au souvenir des morts comme cela se fait dans les pays tels que l’Angleterre ou les USA.

En Isère le service des espaces verts de la ville de Grenoble a déjà expérimenté, avec succès, l’usage de prairies fleuries sur les tombes abandonnées.

Aussi l’association Nature et humanisme sera à disposition de toutes les communes qui voudraient intégrer les principes de l’écologie dans la gestion des cimetières.

Contact : jf@noblet.me

Nature et humanisme

486 route de Voiron

38960 St Etienne de Crossey

04 76 55 39 80

Catégorie environnementCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+