Tag Archive | "noix"

Portes ouvertes aux établissements AMB Rousset


rousset

Les établissements AMB Rousset, installés à Beaulieu organisent leurs traditionnelles portes ouvertes annuelles les vendredi 9 et samedi 10 décembre.

Inutile de rappeler qu’AMB Rousset est LE spécialiste de matériel nucicole, mais c’est avant tout une Entreprise leader en machines agricoles. Elle  fabrique et vend des machines pour la récolte et le ramassage des fruits.

Début décembre sont organisées les journées portes ouvertes. Elles se dérouleront pour cette année les vendredi 9 et samedi 10 décembre.

C’est un rendez vous important pour les agriculteurs et en particulier les nuciculteurs. Ces portes ouvertes servent bien entendu à découvrir une gamme de matériel large, mais aussi de se rencontrer et d’échanger sur de multiples sujets liés à la… noix.

rousset 2

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

St Laurent en Royans: un incendie détruit la récolte de noix


Dans la nuit du 15 novembre vers 1h30, un violent incendie s’est déclaré dans un hangar de st Laurent en Royans,quartier des Gamets.

La diversité des combustibles sur place, bois et noix ont permis au feu de se propager rapidement, détruisant ainsi toute la récolte de noix entreposée, 6 tonnes, avant sa livraison à la coopérative.

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

La St Martin de Voiron


La foire de la St Martin qui s’est déroulée, comme ça en est la tradition les 10 et 11 novembre à Voiron a connu un très fort engouement. Il faut dire que durant ces deux jours, le soleil a été largement de la partie…

Plus de 450 exposants, la barre des 200 000 visiteurs allègrement franchie, oui on peut dire que la 655ème édition de la St Martin a connu un énorme succès.

L’espace agricole, accolé à l’Eglise St Bruno a démontré le dynamisme de l’agriculture dans le voironnais ainsi que celui des jeunes producteurs de noix de Grenoble.

On retiendra bien entendu le moment de l’inauguration de l’espace qui a vu la présence de nombreux élus accompagnés par Roland Revil maire de Voiron et André Vallini, président du conseil général de l’Isère et nouvellement élu sénateur. Tous, le traditionnel collier de noix autour du cou, ont apporté leur soutien à l’activité agricole dans le pays voironnais.

Une agriculture qui a de plus en plus a y trouver sa place, regrette Thierry Blanchet, agriculteur à La Murette et élu à la chambre d’Agriculture de l’Isère.  » Les meilleures terres sont convoitées et il faut les préserver. » Les élus ont répondu avoir entendu le message, en particulier le maire de Voiron. » Sur notre secteur, nous accompagnons tout projet agricole, en particulier au niveau de l’agriculture biologique, de la vente directe, nous espérons faire aboutir le projet de la construction d’une légumerie, nous achetons des terres agricoles pour y installer des jeunes… »

André Vallini a rappelé le soutien inconditionnel du département envers l’agriculture, « à travers de multiples actions », sans oublier la noix.

Lire notre article: Noix de Grenoble: bonne récolte mais…

Durant deux jours, les visiteurs ont pu découvrir les différentes facettes de l’agriculture en pays voironnais, à travers une mini ferme, des producteurs de noix, viande, escargots, laine, fruits et légumes et même lamas…

Chacun a pu se régaler d’un repas régional composé de Diots de Savoie, ravioles et Bleu du Vercors Sassenage. Ce dernier étant offert par le Syndicat du Bleu Vercors sassenage.

Pour l’anecdote, le restaurant des JA a tellement eu du succès, que dès le premier jour il a manqué du fromage. Grâce à la réactivité d’Alain Galliot, directeur de Carrefour Voiron, groupe Provencia, les jeunes n’ont pas été en rupture de stock au niveau du Bleu du Vercors Sassenage.

Rappelons que Carrefour Voiron, propose à ses clients une gamme large de fromages du Vercors, dont le bleu du Vercors Sassenage AOC.

Voici l’animation de l’espace agricole en quelques clichés.

st Martin 2

st martin 3

st martin 4

st Martin 5

st Martin 6

st Martin 7

st Martin 8

st Martin 9

st Martin egli

Catégorie A la une, foires/salonsCommentaires fermés

FERMAGE 2011-2012, POUR LES TERRES NUES : + 2,92%


Pour tous les fermages qui seront payés entre le 1er octobre 2011 et le 30 septembre 2012, le montant à payer devrait être augmenté de 2,92% par rapport au loyer de l’année précédente. Il suffit donc de prendre celui-ci et de le multiplier par 1,0292.

Pour ceux qui calculent leur fermage en quintal de blé fermage, cela conduit à un montant de 22,05 le quintal. Lorsque un nouveau loyer est fixé en se basant sur l’arrêté préfectoral de 1988, la valeur du point fermage est 1,67euros.

Le fermage des terres nues devra être compris entre 8,31€/ha pour les plus mauvaises terres du département et 172,45€/Ha pour les meilleures. Il faut rappeler que lorsqu’une nouvelle location est établie, l’idéal pour le propriétaire comme pour le fermier est d’établir un bail écrit. Le loyer devra être établi selon la grille fixée par l’arrêté préfectoral du 7 juillet 1988.

Pour les bâtiments normalement adaptés à la taille de l’exploitation, le loyer devra être compris entre 220,40 et 657,43 €.

Désaccord concernant la fixation du prix de la noix fermage.

Il n’y a pas de prix fixée pour la noix fermage pour l’instant car lors de la réunion de la Commission Consultative Départementale des Baux Ruraux, un désaccord est intervenu entre les représentants des fermiers et ceux du syndicat départementale de la propriété privée rurale. Un arbitrage est sollicité au près de la commission consultative nationale des baux ruraux. Tant qu’un arrêté préfectoral fixant un nouveau prix n’est pas publié, c’est celui de l’année passé, 2,01€/kg qui doit être appliqué avec le versement ultérieur, éventuellement d’un complément en fonction de ce qui sera fixé.

Pour tout renseignement complémentaire n’hésitez par à contacter le service juridique de la FDSEA38.

Bernard NAVET FDSEA38

UNE EVOLUTION DES FERMAGES DES TERRES NUES ISSUE D’UNE MOYENNE D’INDICES FIXES PAR L’ETAT .

La hausse du prix du fermage, en cette année difficile peut être mal acceptée par certains.

Depuis la loi du 27 juillet 2010 l’évolution des fermages des terres nues est établie par arrêté du ministre de l’agriculture. Pour fixer cette évolution, le ministère se base pour 60% sur la moyenne du revenu brut d’entreprise agricole à l’hectare constaté sur le plan national au cours des cinq dernières années et pour 40% sur le niveau général des prix de l’année précédente. Article R. 411-9-1 du Code Rural : « . Le  » revenu brut d’entreprise agricole ” .. est calculé annuellement sur la base des données du réseau d’information comptable agricole (RICA France).. , actualisées pour l’année n ― 1 et telles que présentées à la commission des comptes de l’agriculture de la nation.
« Ce revenu, constaté sur le plan national, est calculé par solde entre les recettes et les charges annuelles courantes, hors dotations aux amortissements, des exploitations agricoles et par hectare de surface agricole utilisée en rapportant le revenu moyen par exploitation à la surface moyenne des exploitations suivies dans le réseau d’information comptable agricole.
« Pour une année n, la variation du revenu brut d’entreprise agricole à l’hectare constaté sur le plan national est calculée en rapportant la moyenne du revenu brut constaté les années n ― 1 à n ― 5 à la moyenne du revenu brut des années n ― 2 à n ― 6.
« L’indice du revenu brut d’entreprise agricole est obtenu en appliquant cette variation à l’indice du revenu brut d’entreprise agricole arrêté l’année précédente, l’année 2009 constituant la base 100. »

Article R. 411-9-2 du code rural :. «Le  » niveau général des prix ” .. correspond à l’évolution annuelle du prix du produit intérieur brut (PIB) établie par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) dans le cadre des comptes de la nation.
L’indice du prix du PIB est obtenu en appliquant cette évolution à l’indice arrêté l’année précédente, l’année 2009 constituant la base 100. »

Article R. 411-9-3du Code Rural : « L’indice national des fermages de l’année correspond à la moyenne pondérée de l’indice du revenu brut d’entreprise agricole et de l’indice du prix du PIB, les pondérations respectives de ces indices étant de 60 % et de 40 %. »

Depuis que les parlementaires ont voté la loi du 27 juillet 2010, l’évolution des fermages est le résultat de calculs statistiques où la conjoncture et les aléas climatiques et économiques ont des effets atténués.

Bernard NAVET, FDSEA 38

T 04 76 20 68 12

bernard.navet@fdsea38.fr

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Noix: savoir adapter son matériel à son mode d’exploitation


Robert Benistan est agriculteur à St Laurent en Royans, sur les contreforts du Vercors. Il a une exploitation constituée de vaches allaitantes et noix. « Au niveau des noix, j’ai 4,30 hectares de noyers situés sur des terrains en côteaux. Ici l’irrigation est impossible. Nous sommes trop éloignés des rivières. Cela dit on ne souffre pas trop de ce manque d’eau, sauf peut être en 2003. »

benistan

La noyeraie de Robert Benistan est située sur les côteaux qui dominent St Laurent en Royans

Bien entendu nous demandons comment se présente la récolte 20011.  » Les quantités sont correctes, la qualité est bonne de même que le calibre. Par contre on a été surpris par la quantité de noix abîmées suite à  la mouche du brou et à la bactériose. A propos de la mouche, j’ai traité deux fois mais les dégâts sont là. » Le nuciculteur  qui livre la totalité de sa production à Coopenoix ne peut pas nous donner un pourcentage de noix touchées.

Robert Benistan espère que « les prix se tiendront. Rendez vous compte, il y a 25-30 ans un sac de ciment était au prix d’1 kilo de noix. Aujourd’hui il faut 5 kilos de noix! »

Au niveau du matériel,  » nous sommes de petits producteurs et notre installation est tout à fait artisanale. Le ramassage se faisant à la main…. » Il cherchait donc une machine simple d’utilisation, qui passe partout, et pas excessive au niveau de son prix d’achat et de son coût de fonctionnement.  Son choix s’est tout naturellement dirigé sur l’entreprise AMB Rousset de Beaulieu.  » Les Rousset sont d’excellentes machines, elle font envie mais il faut être raisonnable, elles ne sont pas adaptées à mon exploitation. On m’a donc proposé une Cacquevel, la 1702.

benistan 3

On aurait dit qu’elle a été construite pour moi. Elle passe de partout, la pente ne lui fait pas peur, elle se manie très bien et assure un ramassage parfait. Pour vous donner un ordre d’idée, sur une parcelle, on travaillait 30 heures à 4 pour ramasser la récolte. Cette année, avec la Cacquevel j’ai mis 5 heures, seul.  Petit hic,  elle ramasse forcément des pierres, j’ai donc construit un bac à pierres sur mesure et le tour est joué. »

benistan 2

C’est sur ces mots que nous avons laissé Robert Benistan poursuivre sa récolte.

Nos partenaires

AMB ROUSSET

Coopenoix

coopenoix

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

A qui les noix au bord de la route?


noix par terreQuestion:

je me promène et je trouve des fruits, des noix ou pommes par exemple sur le bord de la route. Puis je les ramasser?

Réponse:

Selon le bâtonnier Michel Arnoult, l’article 547 du Code civil indique que les fruits appartiennent au propriétaire de l’arbre. Quand ils tombent sur le terrain du propriétaire, il faut lui demander un droit d’accession pour les ramasser.

S’ils tombent sur le domaine public comme le bas-côté d’une route ou un fossé, ils sont la propriété collective des habitants de la commune .

Catégorie natureCommentaires fermés

AMB Rousset très présent


logoEn cette fin de semaine, il règne une effervescence totalement contrôlée car la mécanique est bien huilée aux Etablissements AMB Rousset à Beaulieu.

Nous sommes à quelques heures de l’ouverture de la foire de Beaucroissant, la veille très exactement.  » On va présenter une gamme élargie de matériel des marques AMB Rousset et Cacquevel. Bien entendu le matériel de ramassage de noix sera à l’honneur mais il y aura également des désileuses, empailleuses… » précise David Flasseur, directeur. La foire de Beaucroissant est également un lieu de rencontre. Nos clients, amis, connaissances viennent nous voir, discuter, prendre conseil et parfois passer commande… ou acheter. Ca a été le cas avec les fameuses ramasseuses boules de noix qui ont fait un « tabac ».

L’entreprise et ses salariés attendent maintenant la récolte de noix, qui va démarrer dans quelques jours, toujours avec grande sérénité…

rousset 1

rousset 3

rousset 4

rousset 5

rousset

Catégorie foire de Beaucroissant, nucicultureCommentaires fermés

Commercialisation de la noix, il a fallu faire des choix!


Pierre Gallin Martel, ici avec le président su conseil général de l'Isère André Valinni lors de la fête de la noix à Vinay

Pierre Gallin Martel, ici avec le président su conseil général de l'Isère André Valinni lors de la fête de la noix à Vinay

Pierre Gallin Martel, président de la coopérative Coopenoix nous a confirmé une baisse des apports d’environ 30%.  » Par contre il faut retenir que la campagne 2010 est de très bonne qualité. »

La commercialisation s’est très bien passée  » car le marché était vide. Cela a une pour conséquence de voir les prix nettement se raffermir. On peut annoncer +60cts par calibre. »

Certes cette augmentation des prix est intéressante mais  » elle ne fera que maintenir le chiffre d’affaires des exploitations à cause des apports moindres. »

La commercialisation s’est donc bien passée grâce au manque de stocks mais également à la politique que mènent les USA.  » Ils se sont tournés vers le prometteur marché chinois ou ils vendent plus de 80 000 tonnes de noix. Cela nous permet de mieux conforter notre marché européen. Pour cette année on retiendra une stabilité des marchés tels que ceux des pays nordiques, Allemagne, Suisse, une augmentation pour l’Italie et une baisse sensible en Espagne, crise oblige. »

Pierr Gallin Martel regrette cependant une stagnation de la consommation:  » on a fait que compenser le manque d’apport de noix américaines sur nos étals. »

Au niveau du marché français le président de Coopenoix note une hausse de 18%,  » c’est bien pour une année de faibles volumes. »

Justement face à cette année difficile Coopenoix a du s’adapter, faire des choix.  » La gestion commerciale a été difficile surtout que les demandes sont en progression. Il y a des clients que nous n’avons pu fournir, partiellement ou en totalité. C’est d’autant plus dommageable que Coopenoix a une stratégie de développement, de prospection en direction de nouveaux clients. On ne peut hélas pas travailler sur du durable. »

La solution pour éviter ce manque des apports: « mettre en place une politique de plantation de noyeraies efficace et incitative. Il faut savoir que dans la noix le retour sur investissement est long. Un arbre met 12 ans avant d’offrir une production correcte. »

Nos partenaires: Coopenoix et AMB Rousset

AMB Rousset

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Réunion sur la bactériose et la nécrose du noyer


Une importante réunion concernant la bactériose et la nécrose du noyer est organisée ce jeudi 24 bactériosefévrier à Chatte.

Il sera fait en particulier un point sur les principales avancées de l’expérimentation sur ce sujet.

Cette réunion d’information ou tous les nuciculteurs sont invités se déroulera à la maison de la noix de Chatte.

Début des travaux: 8h30.

PROGRAMME

8 h 30: Accueil des participants: Pierre Gallin-Martel, président de l’AOP Dynamic Noix

8h45: Constat des dégâts en 2010 et analyse du climat des 2 régions Sud-est et Sud-ouest. Jean-Pierre Prunet, Ctifl / Station de Creysse

9 h 00: Présentation des expérimentations
· Sensibilité variétale à la bactériose – nécrose. Jean-Loup Peroys, Station de Creysse
· Nutrition et conduite des arbres en lien avec la bactériose –nécrose. Stéphanie Ramain, SENuRA
· Point sur les matières organiques et sur la stratégie de lutte contre la bactériose-nécrose en Sud-Est. Ghislain Bouvet, Chambre d’agriculture Isère et Drôme
· Essais efficacité de cuivre et autres substances. Agnès Verhaeghe, Ctifl / SENuRA et Jean-Loup Peroys, Station de Creysse
· Bilan de 3 ans d’essai du cuivre – mancozèbe et du manganèse – zinc contre la bactériose-nécrose. Jean-Marc Luciano, Coopenoix

11 h 10 Point sur les avancées au niveau recherche
· Caractérisation de souches bactériennes
· Modèle de prédiction des risques

11 h 30 Echanges et Conclusion
Un apéritif-buffet clôturera la réunion.

Nos partenaires

AMB Rousset

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Luc Tirard Gatel: la St Martin, une formidable vitrine


Luc tirard Gatel est agriculteur à Charnècles,  » commune ou il ne sort plus un litre de lait » se lamente t-il. Producteur de fruits et de noix, il s’est associé à Denis et a décidé d’ouvrir ce printemps une activité cueillette à la ferme.  » On a fait une bonne saison mais je sais qu’il faudra plusieurs années avant de bien tourner. Il faut que l’on se fasse connaître. »

Rappelons que le principe de la cueillette à la ferme est simple: vous allez ramasser vos légumes comme dans votre jardin et vous payez, à un prix inférieur, comparé à tout commerce, ce que vous avez cueilli. »

Au printemps prochain on pourra à nouveau se rendre à la ferme du grand chemin pour ramasser ses légumes.

Notre site internet:www.fermedugrandchemin.fr est remis en permanence à jour. Les clients potentiel sauront les légumes qu’il pourront cueillir et leur prix. » Très pratique!

Luc a retenu la proposition de Christine Joy, présidente de l’Adayg: organiser un après midi cueillette pour les élus.  » Je suis prêt à relever le défi de mettre en place cette proposition. les élus relèveront ils celui de venir cueillir leurs légumes…! »

On verra ça au printemps prochain.

On Peut également y aller toute l’année pour acheter des produits transformés faits à partir des fruits de l’exploitation. A base de noix par exemple.

Luc Tirard Gatel est l’une des chevilles ouvrières de la foire agricole à la St Martin de Voiron.  » C’est pour nous, agriculteurs du voironnais, une très belle vitrine. De plus nous sommes en contact direct avec la population, nous pouvons lui expliquer notre boulot, notre dynamisme.C’est du travail, certes, mais c’est important que l’on soit présents sur ce genre de manifestation. « 

Luc a également tenu à remercié l’ensemble des partenaires:  » sans qui l’espace agricole n’existerait pas. Parmi ceux ci je n’oublierai pas de citer le Siver et sillon38.com. »

foire 106

Luc Tirard Gatel, sur son stand présente son exploitation, ses produits aux élus et personnalités lors de la visite inaugurale.

foire 101

Il s’est associé à Denis afin d’ouvrir au printemps dernier un système de cueillette à la ferme. On peut désormais cueillir ses légumes aux portes de Grenoble.

foire 104

« La foire de la St Martin est une vitrine. Nous pouvons présenter la gamme de nos produits. tous issus de notre exploitation. »

foire 100

Un petit clin d’oeil: une photo ou on voit Luc, plus jeune! entouré de sa famille, voisins et amis lors d’une traditionnelle mondée.

Catégorie Y grenoblois, agriculture, nucicultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+