Tag Archive | "Nucci."

Assemblée générale de Coopenoix: anticiper


C’est à Chatte que s’est déroulée l’assemblée générale de Coopenoix. Le maire de la commune, André Roux, rappelant que Chatte est une des communes les plus productrices de noix de Grenoble et que cette production joue un rôle économique important qu’il faut maintenir.

coopBB

La campagne 201é a permis à la coopérative de traiter 6800 tonnes de noix. Le président Pierre Gallin Martel:  » on peut dire que l’année 2012 a été une bonne année, avec de très bons calibres et un pourcentage de +32mm supérieurs à la récolte 2011.  » Le directeur de la coopérative, c rajoutant: » l’année 2011 a été exceptionnelle, l’année 2012 est exceptionnelle avec un grand E… »

Chacun a souligné que la qualité est globalement au rendez vous, même si certains lots restent au dessous de la moyenne.

 » Nous devons poursuivre dans nos exigences de qualité  » a averti Pierre Gallin Martel. « Le marché est porteur, du fait de l’intérêt que portent les américains envers le marché chinois, délaissants de fait les marchés européens; mais si nous avons pu servir nos clients habituels, le niveau de récolte ne nous autorise pas un développement auprès d’une nouvelle clientèle » tempère Marc Giraud.

La vente par pays montre que c’est l’Italie (26%) l’Allemagne (22%) la France( 17%) et l’Espagne ( 14 %) qui sont les principaux clients de Coopenoix.

Le président de Coopenoix rappelle à qui veut l’entendre que   » l’Union européenne consomme aujourd’hui 180 000 tonnes de noix et n’en produit que 90 000 tonnes soit un déficit de 50%.

Il est tout à fait exceptionnel d’observer un tel décalage entre l’offre et la demande. Ce déficit de production pourrait devenir une faiblesse irrémédiable ouvrant les portes à des importations massives. Nous devons anticiper afin de garantir la pérennité ainsi que l’évolution de notre production de noix » prévient-il.

Pour ce il évoque des pistes concrètes, à commencer par le renouvellement du verger.  » En 2011 et afin de favoriser le renouvellement des plantations, Coopenoix a initié un dispositif  » jeunes agriculteurs » permettant d’obtenir des aides à la plantation. Ce dispositif sera généralisé à l’ensemble des adhérents  » . Il a incité également les nuciculteurs à renouveler si nécessaire le matériel afin d’améliorer toutes les étapes qui vont de la récolte au séchage, lavage… »

Coopenoix va aussi apporter un soutien technique plus fort aux producteurs avec comme o bjectif  » ambitieux » de permettre à chaque producteur de gagner quelques centaines de kilos à l’hectare, d’améliorer sa marge hectare donc son revenu… » Pour réaliser ce pari  » nous avons pris la décision de créer un poste de responsable technique ». Franck Michel, lui même producteur de noix à Cras s’est vu confié cette mission.

L’ensemble des élus et personnalités ont applaudi le dynamisme de la coopérative, Christian Nucci, vice président du Conseil Général en charge de l’agriculture a rappelé que l’on peut aussi améliorer la production via l’irrigation.  » Des projets sont dans les tuyaux.. Le Conseil Général, le conseil régional ont débloqué les fonds nécessaires… il y a plus qu’a! »

coopenoix


Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Lancement du IXème festival du film pastoralismes du monde et grands espaces


C’est à Grenoble, ce mercredi 12 octobre, qu’a officiellement été lancé le IXème festival international du film pastoralismes et grands espaces, avec le Maroc comme invité d’honneur le Maroc.

Alain Pilaud, adjoint au maire de Grenoble a rappelé le rôle que joue la capitale des Alpes au niveau de la coopération avec des pays comme le Sénégal et le Maroc.  » Des liens tissés grâce à la volonté des éleveurs. » Et de rajouter:  » c’est vrai qu’avec le Maroc oriental nous avons tissé, la ville de Grenoble, en relation étroite avec le Conseil Général des liens étroits. Ceux ci ne doivent que se poursuivre. »

Propos repris par Christian Nucci conseiller général mais « surtout oujdi, élève d’Oujda, professeur à Oujda et ayant toujours une partie de mon coeur à Oujda »

Il a rappelé, la voix pleine d’émotion que le Maroc Oriental longé par l’Algérie est une région trop méconnue, longtemps délaissée. « Marrakech, pourquoi pas, Meknès est certes une belle ville impériale mais Oujda, la capitale du Maroc Oriental mérite d’être connue. Les oujdis sont des hommes entêtés, tenaces, sérieux, pénibles mais ils ne manquent pas d’ingéniosité! .

Au Maroc Oriental, l’élevage et le pastoralisme sont deux activités essentielles, les nomades, éleveurs,agriculteurs et autres veulent vivre du fruit de leur travail, dans la dignité. En un mot, je suis bien entendu entièrement favorable à toute sorte de coopération mais cela doit se faire dans l’écoute, le respect. »

La région Rhône-Alpes est également partenaire du festival. Eliane Giraud, conseillère régionale et voisine puisque présidente du Parc Régional de Chartreuse: » il faut absolument préserver les espaces pastoraux. C’est une nécessité pour notre avenir. »

Jean Picchioni, président du festival s’est dit heureux d’ouvrir le IXème festival international du film pastoralismes et grands espaces et d’accueillir les délégations étrangères, toujours aussi nombreuses et les partenaires. Le festival est devenu un évènement attendu, je dirais même incontournable. » Et de conclure » on prépare déjà la prochaine édition, celle de 2012: on fêtera le dixième anniversaire de cette formidable aventure! »


fes1

Lors de l’ouverture du festival, au CRDP de Grenoble, les membres du jury étaient au premier rang. Cette année son président est le réalisateur Luc Gétreau.

fes 2

Le festival, IXème édition a été ouvert par, de gauche à droite: Alain Pilaud, adjoint au maire de Grenoble, Jean Picchioni, président du frstival, Christian Nucci, vice président du Conseil Général et Eliane Giraud, conseillère régionale.

fes4

Un film a été projeté lors du lancement du festival. Film marocain car le Maroc est l’invité d’honneur du festival. Festivaliers, personnalités et spectateurs ont découvert le Maroc Oriental et surtout la dure vie des nomades dans cette région ou le pastoralisme et les grands espaces sont rois…

Voici quelques clichés pris sur le vif.

fest 10

fest 12

fest 15

fest 16

fest 3

fest 17fest 18fest 20

sillon38 en direct du festival.

Pendant le festival, de ce jeudi 13 octobre jusqu’à la clôture du 15 octobre, sillon38 sera présent en permanence à Prapoutel et vous fera vivre le festival, son actualité, ses à côtés en direct.


Catégorie coopération internationale, festival du film des 7 LauxCommentaires fermés

AOC noix de Grenoble…


L’assemblée générale du Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble s’est déroulée avec beaucoup de sérénité. Cela n’empêche pas la vigilance sur certains dossiers….

La filière AOC noix de Grenoble représente aujourd’hui 1050 producteurs qui se répartissent 6753 hectares. 82% des superficies, 80%de producteurs en Isère, 17% de superficies et 19% des producteurs en Drôme, 38 hectares et 7 producteurs en Savoie.

Le bilan de campagne 2009 montre que 9232 tonnes sur une récolte de 13456 tonnes ont été commercialisées en AOC. Soit une progression de 15,3% par rapport à 2008. 69% ont été commercialisés à l’export et 97% en noix sèches. « C’est une bonne campagne » a précisé Yves Borel, président du CING.

A propos de l’export il a été souligné que l’Italie est un pays friand de la noix de Grenoble. Elle devance l’Allemagne et l’Espagne.

En ce qui concerne la prévision de récolte 2010, celle ci serait 20% inférieure à 2009, avec des disparités entre les zones. Cette baisse est à noter mais n’est pas catastrophique. Le tonnage prévu entrant dans la moyenne habituelle.

Yves Borel, a indiqué que la structure travaille sur plusieurs dossiers dont celui de la révision du cahier des charges. L’une des principales nouveauté concernant la Fernor qui entrerait dans l’AOC aux côtés des traditionnelles Mayette, Franquette et parisienne. L’AOC va également laisser place à L’AOP, Appellation d’Origine Protégée, qui est une norme européenne.

La noix de Grenoble sera également mise en avant à travers des campagnes publicitaires, de communications. Ceci en direction des consommateurs français qui n’ont pas la culture noix. Par contre les metteurs en marchés souhaitent que des actions du même style se mettent en place à l’étranger et « qu’il faudra se pencher très rapidement sur le marché chinois. »

Christian Nucci, vice président du conseil général de l’Isère, en charge de l’agriculture a insisté sur le fait que le plan de replantation doit se mettre en branle rapidement,  » le Conseil Général est prêt. » Il a également abordé les dossiers assurance, valorisation des variétés: » il faudra s’adapter au goût des consommateurs », irrigation, foncier et pratique des traitements.  » Tout le monde y gagnera si on se rapproche des pratiques de traitement proches du développement durable. Cela ne veut pas dire de faire et de consommer que du bio. Cela veut dire de pratiquer et de manger autrement. »

Un producteur rajoutant: « ce n’est pas parce qu’on épand, qu’on ne fait pas du bio qu’on pollue! »

Gérard Seigle Vatte président de la chambre d’agriculture de l’Isère a confirmé la bonne santé de la noix de Grenoble.  » Cela ne veut pas dire qu’il faut rester inactifs. Il faut planter des noyers, poursuivre le dossier irrigation. En Rhône alpes, une agriculture sans eau sera très vite condamnée. On doit préserver notre foncier et stopper le béton…. »

Bien entendu le problème lié à la mouche du brou a longuement fait débat. La mouche est là. Les décisions ont été prises mais il faut se mettre en évidence que malgré les traitements de forte puissance on arrivera pas à l’éradiquer. Il faudra donc la contenir….

En attendant Yves Borel a annoncé que la traditionnelle réunion qui a pour charge de faire une proposition de date de récolte est fixée au 20 septembre.

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Après les jardins familiaux…


Au XIXème siècle apparaissent en France les premiers jardins familiaux. Un concept qui permet aux habitants des villes de cultiver un bout de jardin. C’est sur ce même principe que le Syndicat Apicole Dauphinois vient de lancer les ruchers familiaux. Ils sont installés à Veurey et c’est une première en France.

En 2010 le Syndicat Apicole Dauphinois a initié plus de 130 personnes à l’apiculture. En grand nombre des passionnés qui habitent en ville ou qui habitent en appartement. La demande a été faite de trouver une solution pour ces apiculteurs en herbe de pouvoir accéder à leur passion.

Le SAD a pris ce problème à bras le corps et a trouver cette solution de ruchers familiaux. Une demande a été faite auprès de plusieurs communes proches de grandes villes. La première à répondre a été Veurey.

ruches 2

Inauguration officielle orchestrée par un apiculteur  avec Guy Jullien, maire de Veurey, Yannick Belle conseiller général du canton et Christian Nucci, vice président du Conseil général en charge de l’agriculture.

Le maire de cette commune, Guy Jullien a tout de suite adhéré au projet car depuis ma tendre enfance, je suis passionné par le monde des abeilles. » Il compte d’ailleurs aller plus loin: « Pourquoi ne pas imaginer un rucher gérer par les agents de la commune?

Le rucher familial mis en place à Veurey appartient à 6 apiculteurs, 4 de Veurey et 2 de Voreppe. A noter que parmi ceux ci il y a une apicultrice.

ruchesLe président du SAD, Frédéric Chasson, ne voit que des points positifs à l’installation des ruchers familiaux: « Ils vont permettre aux passionnés qui n’ont pas de terrain d’avoir leurs propres ruches, ils vont surtout permettre les rencontres. L’apiculteur est en général un solitaire. Là les contacts seront plus fréquents. Les apiculteurs chevronnés pouvant donner des conseils aux débutants… »

Christian Nucci, vice président du Conseil général en charge de l’agriculture a tenu à être présent à l’ouverture officielle de ce rucher. « Nous sommes conscients du rôle essentiel que joue l’abeille à plusieurs titres. Voila pourquoi nous avons lancé un observatoire de l’abeille. Des études, un état des lieux sont faits avec l’ensemble des acteurs concernés: apiculteurs, chasseurs, agriculteurs…Cela doit nous permettre de voir dans quelles directions on doit diriger nos efforts. »

Le vice président du Conseil général en charge de l’agriculture a félicité le SAD de cette initiative novatrice « qui va se propager sur l’ensemble du département et permettre à une multitude d’apiculteurs en herbe d’accéder à leur passion. »

Frédéric Chasson nous a enfin annoncé la prochaine sortie du guide juridique apicole:  « On a une forte demande au niveau juridique et nous avons souhaité y répondre favorablement ».  sillon38 vous informera de la date de sa sortie. il fait suite au guide fiscal qui est toujours disponible.

Contact:


Syndicat Apicole Dauphinois

Catégorie A la une, apicultureCommentaires fermés

Méaudre: une école maternelle flambant neuve


Méaudre a vécu un grand jour ce samedi 12 juin avec l’AG du groupement des sylviculteurs du Vercors 4 montagnes, l’inauguration de la desserte des Narces et enfin l’inauguration de l’école maternelle et de la chaufferie communale.

« Les élèves de l’école maternelle, environ 70 étaient à l’étroit. Il a donc fallu que l’on prenne nos responsabilités. On a su le faire » , précise Pierre Buisson,  maire de Méaudre. Les nouveaux bâtiments sont fonctionnels, ils comprennent trois classes et répondent bien entendu à toutes les normes en vigueur.  » Mais nous avons voulu aller plus loin en indiquant dans le cahier des charges que tout le bois utilisé, charpentes comprises devait provenir de notre forêt locale. Le pari a été tenu et nous en sommes fiers!.

Au niveau du chauffage, pas de surprise, le bâtiment sera chauffé par la chaufferie communale. Celle ci fonctionne à merveille et assure le chauffage de plusieurs structures: les bâtiments scolaires, la cure qui abrite un centre de loisirs, l’église, la salle des fêtes et des sports, la mairie et un immeuble de l’Opac.

Pierre Buisson: « Nous sommes gagnants à tous les niveaux mais surtout au niveau environnemental. Notre fierté première étant de gérer notre forêt communale en utilisant son bois pour nous chauffer…. »

Satisfaction appuyée par Marie-Noëlle Battistel, députée nouvellement élue afin de succéder à Didier Migaud et Christian Nucci, conseiller général en charge de l’aménagement du territoire. Ce dernier s’adressant aux institutrices de l’école: « Vous faites le plus beau métier du monde! »

meaudre

Ce petit enfant a souhaité remercier, à sa façon, les élus pour la construction de l’école!!

méaudre 3

Les salles de classe sont lumineuses, fonctionnelles.

chauf

La chaufferie bois très moderne.

Catégorie - filière bois, forêt du VercorsCommentaires fermés

L’APAP fête ses quarante ans


L ‘Association pour la Promotion des Agriculteurs du Parc régional du Vercors a vu le jour en 1970, il y a 40 ans. Que de chemin parcouru depuis!

Une journée conviviale vient d’ être organisée pour fêter dignement cet anniversaire. Journée, organisée à l’Escandille d’Autrans, orchestrée par le président de l’APAP en personne: Guy Durand.

Celui-ci a tenu à remercier l’ensemble des acteurs qui ont contribué à constituer cette association et à la faire évoluer pendant ces dernières quarante années.

« L’APAP a réussi à faire rencontrer les gens entre eux. Certains agriculteurs se côtoient grâce à notre association, nous avons pu également ouvrir le dialogue avec les élus. Le bilan de notre action est bien rempli car nous avons su aller de l’avant et aujourd’hui si notre montagne a une agriculture dynamique elle le doit en grande partie grâce à l’APAP. » Guy Durand a conclu:  « Cette journée doit être la fête de l’agriculture et rendez vous pour les 80 ans de l’ APAP. »

apap 1

Guy Durand, président de l’APAP avec à sa droite Eliane Giraud, conseillère régionale, Danielle Pic, présidente du Parc régional du Vercors et à sa gauche, Jean Faure, Christian Nucci et Pierre Buisson: « l’APAP veut être un acteur dynamique et innovant. »

Jean Faure ancien sénateur et maire d’Autrans se souvient très bien dans quelle circonstances est née l’APAP: « On a commencé à parler de la création d’une association regroupant tous les acteurs de l’agriculture en 1967 quand il a été décidé de créer les parcs naturels régionaux. Le Vercors se positionnant très vite comme candidat. Inutile de vous dire que les opposants étaient nombreux. Ils craignaient un afflux de touristes, que l’on dénature le plateau.

Positive attitude!

Au niveau de l’agriculture il y avait plus d’une cinquantaine de structures agricoles: syndicats, groupements de vulgarisation, coopératives….Les réunir a demandé beaucoup de travail, de tact car bon nombre d’agriculteurs y étaient opposés.. N’oublions pas que nous sortions du traumatisme JO de Grenoble avec le « boom » sur le foncier. Mais le résultat est là: en 1970 l’APAP a été constituée. Celle-ci ne s’est pas positionnée comme un syndicat de défense mais a été très vite une plateforme de discussions, d’idées… Elle a intégré les réalités environnementales, écologiques économiques, elle s’est associée aux usagers du Vercors, a réuni des personnes qui avaient des conceptions différentes concernant le développement du Vercors, a su créer une osmose avec l’activité touristique. Aujourd’hui l’APAP est un acteur incontournable de la vie du Vercors ».

apap 3

Jean Faure en ouverture de son propos: « Nous sommes à l’Escandille, qui lie son activité au tourisme, nous avons une vue sur l’agriculture, la forêt et le sport avec les tremplins de ski: la vie du Vercors résumé en une vue! »

Pierre Buisson, conseiller général du plateau du Vercors: « L’APAP est un exemple que beaucoup devraient suivre. Elle est un acteur fort au niveau de notre territoire. »

Danielle Pic, présidente du Parc naturel régional du Vercors:  « Avec l’APAP nous sommes conscrits et nous avons pendant quarante ans fait route commune. Ce ne fut pas un long fleuve tranquille mais les deux structures ont toujours voulu aller de l’avant, ont toujours eu une attitude positive, une ouverture d’esprit. Ceci aboutissant à des réalisations indispensables aujourd’hui: la marque Parc, l’accueil à la ferme en sont des exemples concrets. »

Eliane Giraud conseillère régionale: « A travers l’APAP, on remarque que les agriculteurs ont su s’organiser et mettre en valeur leurs atouts. Ils ont réussi à conserver une agriculture de montagne dynamique. On doit se servir de cette expérience, dans la perspective de la PAC 2013, concernant la défense de l’agriculture de montagne. »

Christian Nucci, vice président du Conseil général de l’Isère en charge de l’agriculture a rappelé que « la diversification est née en zone de montagne, la traçabilité, un élément indispensable pour fidéliser le consommateur a tout son sens pour les produits de montagne. Une agriculture de montagne qui a toute sa place en Isère, sur le plateau du Vercors et qu’il faut préserver, soutenir. »

Christian Nucci a enfin indiqué que le rôle de l’APAP n’est pas qu’agricole:  « Vous participez à l’aménagement du territoire, à la vie en milieu rural, vous êtes un exemple! »

Suite à cette partie officielle, un repas à base de produits locaux a ravi les dizaines de convives qui ont pu ensuite assister à une série de spectacles pour petits et grands.

Catégorie A la une, agriculture, parcsCommentaires fermés

170 participants à la 15ème journée installation


Cette journée consacrée à l’installation, organisée par les Jeunes Agriculteurs, le Point Accueil Installation de l’Isère et le Pôle Installation s ‘est déroulée dans les locaux du lycée agricole de La Côte St André.

Elle a réuni 170 jeunes intéressés par le thème du jour:  « Réussir sa démarche de création-reprise: la force des réseaux ».

Il étaient entourés de nombreux professionnels du monde agricole et ont eu le soutien d’hommes politiques tels que les conseillers généraux Jean-Pierre Barbier et Christian Nucci qui les ont encouragés à aller au bout de leurs projets, malgré la crise.

L’organisation de cette journée  a débuté par un spectacle théâtral. La compagnie Prise de scène présentant une pièce, pleine d’humour, de réalisme et de malice ayant pour titre « A la recherche du BIB » (Bonheur Intérieur Brut).

installation

Ensuite les participants à cette journée ont pu participer à des ateliers. 4 au total ayant pour fil conducteur:

• Bien s’intégrer au niveau local: La force des réseaux
• Booster son efficacité grâce à de bonnes conditions de travail
• Dynamiser la performance économique de mon exploitation : Savoir gérer ses investissements
• Faciliter l’accession au foncier agricole

Des sujets d’actualité qui ont fait toucher du doigt de façon très précise que l’installation est, certes un formidable défi mais qui exige de la méthode et du savoir-faire.

Pour Thierry Langouet, chef d’établissement du Lycée agricole de La Côte St André, « il est bien que cette journée se déroule à la Côte. Celle-ci est très importante car elle permet à nos jeunes de pouvoir discuter, d’échanger avec les différents acteurs de l’installation…. Des jeunes qu’il faut encourager dans leur démarche. Un constat est réel, en cas de crise, comme celle que nous subissons actuellement, les jeunes se tournent plus facilement vers les activités agricoles, vers un projet d’installation. Ils savent que ce sera dur, que le métier ne sera pas facile mais qu’ils auront un travail non délocalisable. En un mot l’agriculture peut être une solution d’insertion. »

Aurélien Clavel,  Président du Comité Départemental Installation très satisfait du déroulement de la journée: « Celle-ci permet aux jeunes de mieux appréhender le parcours de l’installation à travers les quatre ateliers mis en place. A voir la participation active des jeunes on peut dire que nous avons réussi notre pari.. »

Zones agricoles protégées

A la question, on parle d’installer des jeunes alors que le monde agricole est secoué par une crise profonde, il répond:

 » Oui il y a une crise profonde mais on ira obligatoirement vers des jours meilleurs. A nous de savoir diriger les candidats vers des projets originaux. Il est en effet vrai que l’installation telle qu’elle se faisait il y a plusieurs années n’est plus d’actualité. Aujourd’hui, il faut saisir les opportunités qui sont nombreuses: la vente directe en est un exemple, produire en fonction de la demande, savoir profiter des proches bassins de consommateurs…On doit aussi nous aider. Il est anormal que les bonnes terres partent à la construction, à la création de zones artisanales, commerciales, industrielles. Pourquoi construire à outrance et laisser des bâtiments anciens vides?

Il faut à tout prix protéger ce qui est notre premier outil de travail: la terre. Cela passe à mon sens par la mise en place de zones agricoles protégées. »

Un message clair mais sera t-il entendu?


Catégorie installationCommentaires fermés

René Blanchet repose dans « sa » terre


Une foule impressionnante a accompagné René Blanchet dans sa dernière demeure. Parmi celle-ci de nombreux élus dont le président du Conseil Général André Vallini mais également Christian Nucci, Charles Galvin, Robert Veyret, Eliane Giraud, de nombreux responsables agricoles, anciens collaborateurs, habitants de La Murette et amis de tous horizons.

Très jeune, il s’est passionné pour la terre, les animaux, il souhaitait devenir vétérinaire, les aléas de la vie feront de lui un « paysan ». Il à dû reprendre, très jeune, l’exploitation familiale au décès de son père. Très vite, il se mettra à la disposition des autres et prendra des responsabilités tous azimuts. Au sein du monde agricole, de la municipalité, des pompiers. Avec une particularité, celle d’être, en même temps maire et pompier.

Bien entendu, René Blanchet sera passionné de foot. Supporter de l’OM, il regardait les matchs de foot avec son petit fils, supporter de Bordeaux. « Le hasard de la vie fait que demain soir il y a une rencontre de championnat OM-Bordeaux, et je serai seul devant ma télé, pépé », pleurera ce dernier.

Sa fille Monique rappellera que son père « a su indiquer, malgré de longues absences, à ses enfants la route à suivre, « aidé en cela par son épouse, la très dévouée Marthe avec qui il a partagé 53 ans de sa vie. Et Monique de conclure:

« Une vie publique comme la tienne ne va pas sans claques. Tu en as prises quelques unes qui t’ont meurtries. Cela fait partie du jeu mais elles ont laissé des traces jusqu’à ce jeudi 10h20. »

Gérard Seigle-Vatte qui a succédé à René Blanchet à la présidence de la Chambre d’Agriculture de l’Isère a insisté sur le fait que « René a voué toute sa vie au service du monde agricole. De plus, tu étais un visionnaire en défendant l’agriculture familiale, en créant l’ADAYG. René, tu peux rejoindre Fréjus Michon et Albert Genin avec la fierté d’avoir accompli ton devoir. »

Michel Boursier au nom du GDS a rappelé que l’élevage « était la deuxième famille de René. Tu as mené de terribles combats sanitaires contre l’administration, les vétérinaires pour la défense des éleveurs. Ton succès: quand tu a pris en main le GDS, il n’y avait qu’une secrétaire. Quand tu l’as laissé il comptait une vingtaine de collaborateurs ».

A lire également le témoignage de son ami Robert Veyret intitulé: Robert Veyret: »René Blanchet a marqué notre département


Catégorie agricultureCommentaires fermés

L’avenir des cantons vu par Christian Nucci


Le conseiller général de l’Isère, abordant le découpage des cantons n’a pas hésité à lancer à la foule présente: » Les cantons,  c’est l’histoire d’une mort annoncée ».

A méditer!

Catégorie territoiresCommentaires fermés

Concours départemental de labour: au top!


Rappelez vous, ce vendredi midi, veille de la finale départementale de labour nous étions inquiets: on doutait que tout soit prêt ce samedi matin… Les jeunes du canton de Rives Voiron nous ont une fois de plus étonné et la journée s’est déroulée sans aucun souci.

Les 16 concurrents de la finale départementale ont pu en découdre sur un terrain propice à tracer le sillon….

On remerciera le maire de Beaucroissant d’avoir remarqué que  les sillons tracés par les concurrents étaient  aussi rectilignes que le tracé de sillon38.com!

Un maire satisfait d’accueillir sur sa commune un « nouvel évènement agricole quelques jours avant la traditionnelle foire d’automne » Celle ci aura lieu les 12-13-14 septembre.

En général, la finale départementale de labour sert de rentrée politique agricole.

Certaines mauvaises langues n’ont pas hésiter à remarquer le retard de certains responsables… » Ils seront à l’heure demain » lanceront les jeunes…

Jean Pierre Prud’homme, au nom de la FDSEA s’appliquera à parler de sécheresse: » on n’ en parle pas assez et pourtant elle est bien là et va causer des pertes insoupçonnées. » Il a également évoqué le revenu des agriculteurs: » On est au même niveau qu’en l’an 2000. Quel citoyen accepterait d’avoir aujourd’hui le même revenu qu’en l’an 2000″ a t-il martelé… Afin de permettre aux agriculteurs de sortir la tête de l’eau, il demandé qu’au niveau des charges, l’année à venir » soit une année blanche ».

Propos repris par René Jacquin, vice président de la chambre d’ agriculture de l’Isère. Celui ci abordant le problème du foncier: » des terres fertiles partent à l’urbanisation: ce n’est pas normal… » Bien entendu il a abordé le problème des prix et s’est réjouit des relations qui unissent la profession agricole et les conseil régional et général.

Balle au bond reprise par le vice président du conseil général de l’Isère en charge de l’agriculture: Christian Nucci. Il  a posé la question essentielle: » veut on que la France reste oui ou non un pays à vocation agricole. En fonction de la réponse, prenons les mesures nécessaires. »

Il a confirmé que l’URCVL est en pleine crise  » il faudra régler ce problème au plus vite » et a réaffirmé sa volonté de davantage resserrer les liens entre les producteurs et les consommateurs  » à travers les circuits courts. »

labour 1

En route pur la grande finale…

Les discours terminés, il ne restait plus qu’a féliciter les concurrents du concours départemental de labour, ils étaient 16 sur la ligne de départ.

Voici le classement des 5 premiers

- 1er: Romain MACAIRE de Morestel

-2ème Anthony Giraud de Belledonne

3ème: Blandine Salamand de La Tour du Pin

4ème: Nicolas Reymond Larvinaz de Belledonne

5ème: Nicolas Drevet Tullins.

labour 2

Après la grande finale, les materiels anciens ont fait une démonstration très remarquée.

…. Et à participer au repas dansant avec au menu la devenue célèbre nuciflette.

Catégorie agricultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2020
L Ma Me J V S D
« nov    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+