Tag Archive | "ovins"

En avril, les prix de production des produits agricoles augmentent..


En avril, les prix de production des produits agricoles augmentent (+0,8 % par rapport à mars) ; sur un an ils baissent de 4,0 %.

Le prix des céréales est quasi stable en avril (+0,2 %). L’offre de céréales demeure abondante et la crise politique ukrainienne n’affecte pas les exportations de ce pays.

Le prix des oléagineux diminue en avril (-2,2 %). La demande asiatique est désormais moins vigoureuse tandis que l’offre sud-américaine de soja est très abondante.

Le prix de l’ensemble des vins augmente de 13,4 % sur un an (et de 21,8 % pour les vins d’appellation), en lien avec de faibles récoltes depuis deux ans.

Le prix de la pomme de terre chute par rapport à l’année dernière (-36,0 %). Il s’agit d’un retour à la normale : l’avant-dernière récolte en 2012 avait été très faible en Europe du Nord-Ouest.

Le prix des fruits frais décroît en glissement annuel (–17,9 %), en particulier ceux de la pomme et de la poire dont les productions avaient augmenté en 2013. Le prix de la fraise baisse également : la chaleur et la lumière, plus présentes en ce début de saison que l’an dernier, ont permis d’accroître la production.

Le prix des légumes frais chute en glissement annuel (–21,4 %). Le chou-fleur s’écoule difficilement aussi bien vers le frais qu’en surgélation. Le prix de la tomate baisse aussi, sous l’effet de la concurrence étrangère et d’un temps plus maussade après Pâques, qui a légèrement détourné les consommateurs. En raison de températures clémentes la maturité des laitues et des poireaux s’est accélérée, saturant la demande.

En données corrigées des variations saisonnières, le prix des animaux augmente en avril (+3,8 %). Celui du porc bondit (+16,6 %) : malgré l’embargo russe, les exportations européennes sont portées par la crise sanitaire aux États-Unis (diarrhée épidémique porcine), qui limite la production et les exportations.

La hausse du prix des ovins reflète une offre limitée face au surcroît traditionnel de consommation à Pâques, qui se situe en plein milieu du mois cette année. Le prix du lait croît sensiblement sur un an (+14,0 %), du fait de la forte demande, notamment chinoise, à l’export en lait de consommation. Le prix des œufs baisse car la production française est abondante.

Le prix d’achat des moyens de production croît légèrement en avril.

Le prix des consommations intermédiaires se maintient globalement en avril (+0,1 %). Sur un an, les prix des aliments pour animaux et des engrais ont diminué d’environ 8 %. Le prix des investissements est stable en avril.

Sources : INSEE – SSP (ministère chargé de l’Agriculture

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Aide aux ovins et aide aux caprins pour la campagne 2014


Aide aux ovins et aide aux caprins pour la campagne 2014

Pour l’année 2014 le ratio de prolificité est de 0,7 agneaux nés sur l’exploitation par brebis et par an. Télédéclaration ouverte à partir du 06 janvier 2014

La télédéclaration sera ouverte à partir du 6 janvier 2014

Les demandes doivent être effectuées en ligne sur le site www.telepac.agriculture.gouv.fr

La télédéclaration sera ouverte à partir du 06 janvier 2014

Dépôt de la demande au plus tard le 31 janvier 2014

La télédéclaration du dossier doit être à l’état « SIGNE » le 31 janvier 2014.
La télédéclaration sera possible durant la période de dépôt tardif, du 1er février 2014 au 25 février avec 1% de pénalité par jour de retard. A partir du 26 février 2014 les demandes sont irrecevables, la télédéclaration sera impossible.

Les modifications d’effectifs après le dépôt du dossier sont autorisées sous certaines conditions.

Contact DDT
Christine BOENINGEN 04 56 59 45 06

Adresse DDT : 17 boulevard Joseph Vallier 38000 Grenoble (entrée par la place René. Frappat)

Catégorie ovins, élevageCommentaires fermés

De nouvelles solutions pour développer l’élevage ovin


La Fédération Nationale Ovine rappelle les dossiers prioritaires en ce qui concerne cette filière.

Après des années d’effondrement du nombre d’éleveurs, l’installation des jeunes est une
priorité absolue pour la filière ovine. Pour y remédier et lever un des principaux freins à
l’installation, la FNO a élaboré un dispositif innovant permettant de capter des capitaux
extérieurs pour apporter des fonds propres afin d’installer de jeunes éleveurs ovins. Ce
dispositif enfin prêt devrait être testé à l’automne sur des cas concrets d’installation.
Mais pour donner envie aux jeunes de s’installer, nous devons leur redonner des perspectives
et leur permettre de dégager un revenu de cette production. Bien d’autres défis restent
donc à relever afin de poursuivre la relance de la production ovine.

- Il nous faut obtenir la régulation des populations de grands carnivores (loups, ours, lynx)
afin que leurs attaques aux troupeaux cessent.

- Nous devons poursuivre les efforts de contractualisation amorcés afin d’avoir une vraie
répercussion de nos coûts de production dans le prix payé pour notre produit.

- Il est essentiel de continuer à moderniser nos élevages, tout en luttant contre l’excès de
contraintes administratives et la lourdeur de la conditionnalité.

- Nous avons besoin d’une PAC forte qui soutienne toutes les brebis et toutes les surfaces
qu’elles occupent.

- Les éleveurs doivent toucher des indemnisations à la hauteur des pertes subies par le
virus de Schmallenberg et nous demandons que soient examinées au niveau européen les
causes de l’émergence de cette maladie.
_________________________________________________________________________

Catégorie ovins, élevageCommentaires fermés

Campagne PAC 2012: télédéclaration des aides ovines et caprines


Les éleveurs d’ovins et de caprins peuvent télédéclarer leurs demandes d’aides sur le site telePAC (www.telepac.agriculture.gouv.fr) à compter du 7 janvier.

Ce service permet aux agriculteurs d’effectuer leurs demandes d’aides en ligne, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, pendant toute la période de dépôt, du 7 au 31 janvier 2012 inclus, y compris dans les départements d’Outre-mer pour la prime aux petits ruminants.

Les aides aux ovins et aux caprins ont été instaurées en 2010, dans le cadre de la mise en œuvre du bilan de santé de la PAC. L’objectif du dispositif, d’un montant de 135 millions d’euros, est de renforcer l’efficacité technique et économique des exploitations agricoles, tout en soutenant la structuration des filières concernées.

L’ensemble des éleveurs ovins et caprins sont invités à réaliser leurs demandes d’aides par le biais de la télédéclaration sur le site telePAC , dispositif d’administration électronique simple, rapide et sécurisé.

Lors de la campagne PAC 2011, les taux de télédéclaration ont été de 28,6% pour les aides ovines (+ 4,5 points par rapport à 2010) et de 45,7% pour les aides caprines (+ 5 points par rapport à 2010).

Plus généralement, la campagne 2011 de déclaration des aides de la PAC s’est conclue par un taux de télédéclaration de plus de 54 % pour les aides surfaces et de plus de 56 % pour la PMTVA.

Cette augmentation (+ 13 points pour les aides surfaces et + 32 points pour la PMTVA par rapport à 2010) témoigne de l’engagement de l’ensemble de la profession agricole et des services de l’Etat dans le développement des procédures administratives simplifiées, plus rapides et sécurisées.

Désormais ouvert toute l’année, le site telePAC permet également à chaque exploitant d’accéder en toute sécurité à ses informations personnelles et notamment aux comptes-rendus des paiements effectués pour l’ensemble de l’exploitation au titre de la campagne 2011.

Les DDT et les DAAF restent à la disposition des exploitants pour les aider à effectuer leurs demandes d’aides.

En 2012, trois rendez-vous pour télédéclarer vos demandes d’aides PAC

Depuis le 7 janvier  2012, les éleveurs peuvent télédéclarer leurs demandes d’aides aux ovins et aux caprins. Avec TelePAC les agriculteurs disposent d’un outil simple et sûr pour effectuer leurs demandes d’aides PAC.

Catégorie PAC, ovinsCommentaires fermés

JOURNEE TECHNICO-ECONOMIQUE LE 29 AVRIL Ovins bio


Avec 17 000 brebis en agriculture biologique, Rhône-Alpes est la deuxième région de production après Midi Pyrénées. La production d’agneaux biologiques est essentiellement concentrée en Drôme, Ardèche et Isère. La commercialisation se partage entre circuits courts (vente en caissettes) et circuits longs.

La journée permettra d’échanger sur le marché, les circuits de commercialisation, les résultats technico-économiques des élevages bio par rapport au conventionnel et l’engraissement des agneaux. Elle se clôturera par la visite d’un élevage en conversion de 300 brebis.

> Télécharger le programme et le bulletin d’inscription

Catégorie bio, enseignement-formation, ovinsCommentaires fermés

Cohabitation élevage pastoral-loup:


Lors de la visite de Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’écologie, sur le Vercors la fédération des acteurs ruraux lui a remis une note de synthèse sur la problématique de l’élevage en montagne lié à la présence du loup.

Voici la note remise à Mme la ministre de l’écologie.

L’association dite Fédération des Acteurs Ruraux (FAR) regroupe des associations régies par la loi de 1901, des syndicats, des collectivités locales, des institutions consulaires… ayant pour but le respect de la nature, la protection de la biodiversité, des traditions ancestrales de pastoralisme, ainsi que tout acteur du monde rural.

Elle a pour objet de:

  • participer au maintien de l’élevage et de son expression traditionnelle, du pastoralisme, pour le rôle qu’il joue dans la conservation de l’environnement et de la biodiversité.
  • participer à la gestion de la faune et de la flore.
  • veiller à l’entretien des paysages et à la préservation de la biodiversité dans le cadre du développement durable.
  • être un interlocuteur auprès des instances locales, départementales, régionales, nationales et européennes pour le développement de la vie pastorale et environnementale des territoires ruraux dans le cadre du développement durable.
  • communiquer sur nos idées et nos actions auprès des visiteurs de nos territoires.
  • aider si besoin tous nos adhérents, le cas échéant en utilisant les recours administratifs et juridiques
  • s’associer à toutes les actions qui peuvent aider à bien vivre dans nos pays

Problématique

Alors que beaucoup s’alarment de l’élevage industriel, l’élevage pastoral et un mode de production respectueux de l’environnement. Il participe à l’entretien des paysages et au maintient d’une biodiversité héritée de 3000 ans de présence ovine dans nos territoires. Il est un pilier dans le maintient du tissus socio-économique dans des villages où il est parfois la seule activité.

La présence des loups entraîne l’abandon des terrains les plus difficile, la fermeture des milieux par la broussaille et une utilisation intensive des surfaces plus faciles à protéger, allant même jusqu’au surpâturage. Cette  présence de prédateurs met en péril l’avenir de l’élevage dans les territoires colonisés.

La prédation a plusieurs visages. Le plus visible d’entre eux est bien sur les animaux tués lors des attaques. Mais il ne faut pas oublier le stress, la fatigue liée à la marche sur  des terrains difficiles et parfois dangereux, l’absence de repos, les amplitudes de travail que peuvent provoquer les longues périodes de veille dues au harcèlement des prédateurs. Cet ensemble entraîne des prises de risques importantes pour le berger.

Pour l’éleveur il faut ajouter le coût de la protection, certes subventionné à 80 %, mais il reste encore 20 % et les avances de trésorerie. Il faut encore prendre en compte toutes les modifications que l’agriculteur doit faire pour adapter son exploitation avec des contraintes souvent contraires à la logique économique, commerciale, agronomique, zootechnique, et même environnementale.

Vos préconisations

Vos services nous proposent des mesures dites « de protections » celle ci sont très peu efficaces, inadaptées à la grande variété des situations. Leurs règlements et leurs applications sont très technocratiques et les rendent quelques fois inutilisables.

patou

Les chiens de protections posent des problèmes de conflit avec les autres utilisateurs de l’espace (7 % des 1500 chiens présent dans les Alpes ont déjà mordu un humain et les poursuites judiciaires sont de plus en plus fréquentes) au stress lié au loup il faut ajouter celui lié au chien, au randonneur et à la justice avec des coûts d’avocat sans parler des amendes qui mettent à mal notre équilibre physique, mental et financier.

Les regroupements nocturnes provoquent érosions, surpâturages, pollutions, maladies sans pour autant garantir la sérénité du troupeau et réduisent le temps de pâturage du troupeau dans les périodes chaudes d’où une perte d’exploitation jamais chiffrée.

Le gardiennage renforcé est une hérésie économique pour tous les petits troupeaux et il ne peut pas être envisagé une présence 24 heures sur 24 d’autant plus que la prédation touche aujourd’hui des secteurs où les exploitations sont multi-espèces et conduites en parcs. Quel salarié accepterait de vivre et travailler comme au 19éme siècle, au temps ou Zola écrivait La terre et de Germinal ?

D’autres encore plus fantaisistes n’ont étés d’aucunes utilités (âne, lama, musique, lumière,…) pour l’anecdote de la solution « âne » trois se sont fait tués récemment. La preuve que la solution proposée est inadaptée.

Les protocoles de prélèvements

Alors que la prédation est récurrente le dispositif prévoit la possibilité pour les préfets de déclencher des protocoles de prélèvements. Ceux-ci sont long est difficile à mettre en place à tel point qu’ils font presque systématiquement l’objet d’un recours devant un TA. Le résultat est qu’encore une fois en 2010  aucun loup n’a été abattu  alors que 6 étaient prévu. Le protocole n’est pas sérieux. Pour être efficace, le tir doit être immédiat, au pire sous 48 heures.

Toutes les autres préconisations ne sont que fantaisies administratives sans aucun intérêt. Néanmoins le principe du prélèvement a déjà prouvé son efficacité : suite à un prélèvement en Valdaine (38) en 2005 il n’y a pas eu d’autre prédation sur ce secteur pendant 4 ans. En Belledonne (38) en 2006 les 2 prélèvements de début septembre ont permis de finir la saison sans autre attaque. En 2009 les 2 prélèvements du Petit-Bornand-les-Glières n’ont pas fait baisser significativement les attaques cette année là mais la suivante (moins 70% en 2010). En suisse un prélèvement en 2010 a apporté la même tranquillité.

Nos demandes :

Le droit à l’autodéfense qui est d’ailleurs prévu par l’article L 427.9  du code de l’environnement. Les éleveurs et bergers n’iront pas à la chasse au loup mais il est indispensable qu’ils puissent se défendre lors des attaques. Ainsi les loups seront progressivement éduqués à ne plus s’approcher des troupeaux domestiques car ils retrouveront la peur ancestrale de l’humain. C’est pour cela qu’il est urgent de mettre en place

La formation accélérée du permis de chasser proposée par le Président Sarkozy a Noyé-sur-Jabron.

Une refonte totale du protocole de prélèvement doit être réalisée afin que celui ci soit plus réactif, et poursuivit jusqu’à réalisation. Il faut aussi penser à le protéger contre l’abus judiciaire des associations environnementaliste.

Il est important que la responsabilité des éleveurs ayant appliqué la mesure chien de protection de vos services soit revue : car ils ne peuvent en aucun cas être tenus pour  responsable des morsures de ces chiens à l’encontre de randonneurs et d’autres tiers. Il serait peut être intéressant de se rapprocher des services compétents de la jeunesse et des sports pour que des formations appropriées soient dispensées autant à l’encadrement bénévole que professionnel.

L’élevage étant aussi une activité économique il faut compléter les indemnisations à  100% pour ne pas nuire à la santé des entreprises et à leurs pérennités.

Les éleveurs n’étant pas des banquiers il faut rembourser les frais en temps réel et au plus tard sous 48 heures.

La réflexion et la mise en place de nouvelles mesures ne peuvent être réfléchies que par des professionnels de l’élevage qui ont l’expérience de ce travail si particulier, en rapport avec la nature. La présence du loup en France est un fait et on ne peut plus se permettre une gestion à la « médiator » avec des experts liés aux lobbies.

Pour approfondir les solutions nous vous convions à revenir dans ce département avant l’été pour visiter une exploitation symbolique de la problématique et sur laquelle nous pourrons vous exposer en détail la complexité du sujet.

Catégorie A la une, loup, ovins, pastoralismeCommentaires fermés

Vaccin contre la FCO: prix exorbitant!


La  Fédération Nationale Ovine vient d’interpeler le Ministre de l’agriculture au sujet du prix exorbitant du vaccin contre la FCO.  » Si rien n’est fait, on va déboucher sur une non vaccination » prévient-elle à travers un communiqué.

« La FNO vient d’interpeler le Ministre de l’agriculture au sujet du prix exorbitant du vaccin contre la FCO. La production ovine, convalescente, ne peut accéder au vaccin au prix avancé sur le terrain ! Ces tarifs excessifs déboucheront sur une non-vaccination. Ce n’est pas le souhait de la FNO, car cela pourrait avoir des conséquences économiques catastrophiques pour notre production. La FNO a pris ses responsabilités dans ce dossier dés le départ, elle demande aujourd’hui au Ministre de l’agriculture la mise en place d’un plan adapté aux ovins pour cette vaccination. »

Catégorie ovinsCommentaires fermés

Beaucroissant: exposition ovine


La filière ovine organise pour la cinquième année une exposition de 100 animaux issus de 10 races sous un chapiteau implanté à côté de l’espace charolais, lors de la foire de Beaucroissant.

ovins

Communiquer, sur les différentes races ovines présentes sur le Département de l’Isère, la production et la valorisation de la viande, sont les objectifs de cette exposition.

Une animation se déroulera sur le ring de Charolais Sud Est ponctuellement les trois jours de la foire  lorsque qu’il  ne sera pas occupé par le concours de bovins

Le public pourra assister à des démonstrations de tonte de brebis et de travail de chien sur troupeau.

Une dégustation de produits issus de l’élevage ovin : viande, pâté, fromage… sera proposée aux visiteurs sous le chapiteau ovin.

Le stand ovin c’est:

300 m2 de chapiteau couvert, 100 animaux en présentation. 50 m2 de stands des syndicats ovins isérois, et d’autres partenaires de la filière. Dégustation de produits ovins : viande, pâté, fromage …etc .

Animation sur le ring de Charolais Sud Est:

Samedi 11 de 13h30 à 14h 30

Dimanche 12 de 14h à 17h

Mardi 14 de 14h à 17h

Présentation des races exposées  – manipulations – parage de pieds – démonstration de tonte -  Travail de chiens de troupeau

Tombola le mardi 14 septembre : 1er prix «  un agneau  »

Foire de Beaucroissant du 11 au 14 septembre.

Catégorie foire de BeaucroissantCommentaires fermés

Haute Provence: Nicolas Sarkozy à l’écoute de la filière ovine


Le président Nicolas Sarkozy va visiter, aujourd’hui, une ferme ovine située dans la proche région de Sisteron, à Noyers-sur-Jabron, très exactement.

Il est attendu à 11 h sur l’exploitation bio d’Arlette Martin. Il présidera ensuite une table ronde sur le développement de la filière ovine et de l’élevage de montagne  avec des représentants du monde agricole des Alpes-de-Haute-Provence.

Nul doute que de nombreux sujets d’actualité seront abordés. Parmi ceux ci on peut retenir la Pac  Pac 2013 et les conséquences de son application,  l’installation de jeunes agriculteurs et les prédateurs, le loup en particulier.

La fédération nationale ovine se dit satisfaite de cette visite.  » La FNO se félicite de la visite de M. le Président de la République et de M. le Ministre de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche dans une ferme ovine de Provence Alpes Côte d’Azur ce vendredi 27 août 2010.
Cette visite est ressentie comme une reconnaissance du travail effectué dans le cadre de
la reconquête ovine suite au rééquilibrage des aides en faveur de l’élevage ovin. En effet, un
travail important a été effectué depuis un an et demi dans les domaines du prix de l’agneau, de
la technicité des exploitations et de l’installation de nouvelles troupes ovines. »

Catégorie loup, ovinsCommentaires fermés

Pour télédéclarer ses ovins et caprins


Dans le cadre de la mise en œuvre du bilan de santé de la politique agricole commune (PAC), une aide aux ovins et aux caprins est instaurée en métropole à partir de la campagne 2010.

L’objectif du dispositif est de renforcer l’efficacité technique et économique des exploitations agricoles, tout en soutenant la structuration des filières concernées.

Depuis le 6 janvier, les éleveurs d’ovins et de caprins peuvent télédéclarer leurs demandes d’aides sur le site TelePAC (www.telepac.agriculture.gouv.fr). Ce service permet aux agriculteurs d’effectuer leurs demandes d’aides en ligne pendant toute la période de dépôt, soit jusqu’au 1er février 2010 inclus.

Avec ce service de télédéclaration, le ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche simplifie les démarches administratives des agriculteurs.
Mis en place en 2004 dans le cadre du développement de l’e-administration, ce téléservice sera à terme élargi à l’ensemble des dispositifs d’aides du ministère pour en faire le guichet électronique de déclaration et de consultation des dossiers déposés.

Catégorie PAC, ovinsCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+