Tag Archive | "Patrick Chion"

ASLGF Alpes sud Isère: très bon démarrage…


L’ association libre de gestion alpes sud Isère, créée officiellement début septembre, a pour mission essentielle d’assurer la gestion de la forêt de ses adhérents  » de A à Z  » précise son président Patrick Chion.

Les propriétaires qui adhèrent à l’ ASLGF savent en effet que leurs parcelles seront suivies de façon durable. La coupe, le débardage, la vente  » au meilleur profit » seront assurés par l’ASLGF.

A noter par exemple que les coupes seront effectuées par des bûcherons locaux qui feront du travail de qualité.. et non pas des bûcherons qui viennent des pays de l’est ou d’ailleurs et qui sont peu soucieux de certaines règles.. ajoute Patrick Chion.

Pour mieux assurer le suivi de ce travail, un technicien va être embauché sous peu.

Les coupes de bois partiront essentiellement dans les scieries locales. Ce sera en très grande majorité du bois d’oeuvre.  » Plus de 50% du bois de notre territoire du sud Isère est du bois haute performance. A notre charge de le valoriser au mieux  » précise le président de l’ASLGF.

A ce jour, 28 propriétaires adhèrent à cette nouvelle méthode de gestion de la forêt. Ils proviennent des communes de st Guillaume, Gresse en Vercors, St Michel les Portes ou encore Saint Baudille et Pipet. Cela représente 200 hectares.

 » Notre défi est d’arriver à 1000 hectares dans un délai assez court. Ceci est parfaitement réalisable car nous savons que de nombreux propriétaires sont dans l’expectative.. Ils attendent de voir comment l’ASLGF s’organise avant d’adhérer. A l’heure actuelle, tout va bien et tout ira de mieux en mieux  » rassure Patrick Chion.

Pour en savoir plus

AFTBM


Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

AFTBM: des interventions « musclées »


L’ assemblée générale  annuelle de l’AFTBM (Association forestière Trièves-Beaumont-Matheysine) s’est déroulée sous la présidence de Patrick Chion à Monestier de Clermont.

Les thèmes abordés  et d’actualité parmi lesquels: constitution de l’ASLGF Alpes sud-Isère, contribution volontaire obligatoire ont suscité des échanges de qualité et très passionnés..

Les interventions ont également retenu toute l’attention de la salle. Il faut dire qu’elles étaient « musclées, offensives, sans langue de bois..

Henri Gras, président de l’Union des groupements de développement forestier de l’Isère a à nouveau insisté sur le renouvellement des générations..  » Il faut absolument que plus de propriétaires, plus de jeunes s’investissent au sein des groupements afin dé$’épauler les équipes en place..  » A propos de la création de l’ASLGF sud Isère:  » c’est une initiative qui va dans le bon sens. Elle va rendre de nombreux services aux petits propriétaires forestiers.. « 

Il a également remercié le conseil général de l’Isère pour son soutien « sans faille » en direction de la filière bois et regrette que  » la chambre d’agriculture n’apporte plus son aide au développement de nos activités ».

Et la fameuse CVO?  » Elle existe.. reste à être très attentifs à l’usage qui sera fait des fonds récoltés. Ils devraient logiquement servir à soutenir les différentes structures de la filière bois..La vigilance est de mise. »

Henri Gras a répété les propos tenus lors de la fête de la forêt de montagne:  » nous sommes dans une impasse à cause d’une multitude de structures qui gèrent notre filière. Il faut absolument des regroupements, des fusions. Le conseil général, par la volonté de Charles Galvin, va réunir les acteurs de la filière afin d’étudier ce problème. J’adhère totalement à ce projet… »

charles Galvin, pendant son intervention avec à ses côtés Patrick Chion et Henri Gras.

Charles Galvin, pendant son intervention avec à ses côtés Patrick Chion et Henri Gras.

Charles Galvin, vice président du conseil général de l’Isère en charge de la forêt a en effet annoncé qu’il allait réunir l’ensemble des acteurs de la filière bois afin de voir comment gagner en efficacité.. Il a rappelé que la filière bois de l’Isère  » c’est 10 000 emplois non délocalisables. »  L’ASLGF:  » c’est une bonne démarche qui va permettre aux petits propriétaires de mieux gérer leurs forêts. Il ne faut pas oublier que le mal de la France est la multitude de petites parcelles, leur morcellement.. »

 » Le conseil général de l’Isère est aux côtés de la filière bois départementale. Malgré un budget restreint nous disposons d’un budget de 755 000 euros dédiés à cette filière. Cela nous permet de mener de soutenir de multiples actions: chartes forestières, bois énergie..  » Charles Galvin a rappelé que les scieries, entreprises de secondes transformation sont également aidées  » afin qu’elles se modernisent, qu’elles gagnent en compétitivité. Notre volonté étant que ces entreprises soient réparties sur l’ensemble de notre département..  »

 » Le conseil général  favorise le bois dans  la construction, la rénovation de plusieurs collèges gymnases, bâtiments publics..Cela démontre la qualité de ce matériau mais prouve aussi que son prix est compétitif. Seul souci.. en finançant les constructions bois, on aidait les filières bois étrangères, le bois venant de l’étranger. Il faut à tout prix que le bois utilisé soit local. »

Et Charles Galvin montrant son inquiétude  » comment concevoir que l’on plante a l’heure actuelle 20 millions d ‘arbres contre 100 millions il y a quelques dizaines d’années. De plus les jeunes plants sont trop souvent martyrisés par le gibier. J ‘ai alerté le préfet, le syndicat des propriétaires forestiers, des réunions sont en cours de programmation pour voir comment protéger ces jeunes plants.. »

Charles Galvin a également indiqué que le bois a de multiples facettes d’utilisation » on fait même du papier étanche.. la matière première est le bois. Il faut donc favoriser la recherche et l’implantation des entreprises sur notre territoire. Cela passe par une meilleure utilisation des fonds. Voilà pourquoi une meilleure harmonisation, une complémentarité entre les aides de l’Etat, de la région et du département se met en place. »

Dernière information: Center Parc.  » Le dossier Center Parc à Roybon redémarre. Les enjeux pour la filière bois sont importants. La demande de bois va être colossale. Il faut absolument que le bois utilisé soit du bois local, que les entreprises de transformation soient locales. Pour ce il faut se mobiliser, s’unir.. afin de répondre à la demande. »

Charles Galvin est dans le vrai.., ce serait vraiment un comble que de passer à côté d’un tel marché…

Gilbert PRECZ

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Fête du Bleu: présence remarquée de la forêt


La fête du bleu, pour sa treizième édition a élu domicile à Gresse en Vercors. Gresse-en-Vercors, plus haut village du massif du Vercors, est situé à 1200 m d’altitude dans le Vercors-Trièves.

La commune de 380 habitants est dominée par le Grand-Veymont (point culminant du Vercors 2341 m).

La forêt est omniprésente sur ce territoire et celle ci a été également très remarquée lors de cette fête du bleu. L’Association Forêt Trièves-Beaumont-Matheysine avec à sa tête le président Patrick Chion a animé un stand  » qu’on ne pouvait louper ».

Outre la présentation de la forêt et filière bois des Alpes Sud Isère, les visiteurs ont pu s’informer de la future création d’une Association syndicale libre de gestion forestière..

Comme on le voit, ça bouge en sud Isère au niveau de la forêt…

Le président des groupements forestiers de l’Isère, Henri Gras, mais aussi Daniel Bonnet, président du groupement du Vercors, Paul Chamard -Bois, président du syndicat des trufficulteurs de l’Isère ont tenu à apporter leur soutien à l’AFTBM. Un groupement qui compte 185 adhérents, ce qui représente 2000 hectares…

Bien entendu élus et personnalités ont également tenu à visiter le stand, dont Pierre Buisson, conseiller général du canton de Villard de Lans… sans oublier la confrérie du Bleu du Vercors Sassenage… fête du Bleu oblige!

aftBL8AF BLE4AF BL10AFT BL6AFTB 10aftb 12AFTB9AF 1 BLAF BL2

Catégorie Forêt Alpes Sud Isère, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Association Forêt Trièves-Beaumont-Matheysine: des actions tous azimuts


Très dense assemblée générale de l’Association Forêt Trièves-Beaumont-Matheysine présidée par Patrick Chion. Cette association regroupe près de 200 adhérents et ils étaient nombreux à Mens pour cette importante rencontre pour l’activité forêt en sud Isère.

A la tribune on reconnaît Bertrand de Germiny, Patrick Chion, président de ltAFTBM; Charles Galvin vice président du Conseil Général, Henri Gras président de l'UGDFI et Jean Bernard président de Bois des Alpes

A la tribune on reconnaît Bertrand de Germiny président de Valfor, Patrick Chion président de l'AFTBM; Charles Galvin vice président du Conseil Général, Henri Gras président de l'UGDFI et Jean Bernard président de Bois des Alpes

Patrick Chion a rappelé que son groupement a beaucoup travaillé sur la traçabilité et la valorisation des bois locaux. 3 une étude a été lancée et s’est poursuivie par la mise en place d’un comité de pilotage qui a réuni les propriétaires forestiers mais aussi les élus, bûcherons, experts forestiers, scieurs, architectes…

Il faut retenir que la traçabilité  » n’est pas une fin en soi mais indique que le but visé est de vraiment qualifier les bois locaux pour leur trouver une plus-value dont les propriétaires forestiers ont bien besoin…La traçabilité a donc pour objectif d’engager un processus de valorisation du bois tant sur le plan technique que sur le plan économique. ».

Pour ce il a été décidé de mettre en place des échanges fréquents entre les différents partenaires.

On retiendra que cette réflexion a pu être menée grâce à un travail important fourni par Marine Macé-Nanteuil. Elle a réalisé un dossier complet sur la valorisation et la traçabilité des bois locaux.

Voir les articles mis en ligne sur sillon38:

Alpes sud Isère: une étude sur la filière bois

Forêt Alpes sud Isère: faire concorder l’offre et la demande

Patrick Chion a indiqué également que la triomatic mobile est installée sur la plateforme de St Michel les Portes et qu’une réflexion sur la création d’une Association syndicale libre de gestion forestière est lancée.

Bertrand de Germiny, président du groupement Valfor en a profité pour présenter le projet d’ASLGF en nord-Isère. Il a souligné que cette structure est  tout à fait complémentaire des  actions des groupements en place et permet aux propriétaires de voir leurs forêts gérées durablement.

Jean Bernard président de « Bois des Alpes » a présenté cette certification qui est en pleine expansion. Plusieurs projets ou Bois des Alpes a été sollicité prennent forme,  » plus d’une vingtaine en Rhône-Alpes et Paca »  et nous sommes heureux que la toute nouvelle maison du territoire construite ici à Mens aura des éléments certifiés « bois des Alpes ».

On retiendra enfin que l’AFTBM aura une très forte activité en 2013 et que nous seront heureux de sa présence à la fête de la forêt de montagne, les 21-22-23 juin à Vaujany; à la fête du Bleu les 10 et 11 août 2013 à Gresse-en-Vercors

Voir également notre article : AG de l’AFTBM: des interventions très instructives

AFTBM


Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

AG de l’AFTBM: des interventions très instructives


Patrick Chion, président de l'AFTBM dirige les débats avec à ses côtés Charles Galvin, vice président du Conseil Général et Henri Gras président de l'UGDFI

Patrick Chion, président de l'AFTBM dirige les débats avec à ses côtés Charles Galvin, vice président du Conseil Général et Henri Gras président de l'UGDFI

Parmi les différentes interventions qui se sont succédées lors de l’assemblée générale de l’Association Forêt Trièves-Beaumont-Matheysine nous avons retenu en particulier celle de Henri Gras, président de l’Union des Groupements de développement forestier en Isère.

Celui ci a rappelé  l’importance pour les propriétaires forestiers d’adhérer à des structures telles que les groupements forestiers, au syndicat des forestiers de l’Isère.  » Ceux ci sont complémentaires dans leurs actions et vous offrent des services qui vont bien au delà du coût de leur cotisation… »

Il a également motivé la salle  » à l’impérative démarche d’adhérer à la certification PEFC. Celle ci devient un passage obligé pour vendre ses bois. Ne pas souscrire à cette démarche est une grave erreur. » Il a également lancé un appel aux propriétaires  » qui ont des cheveux blancs  » afin qu’ils lèguent leurs forêts à leurs enfants, petits enfants,  » ceci de façon intelligente, à savoir sans diviser les parcelles… »

Propos confirmés par le président du syndicat forestier de l’Isère Bruno de Quinsonas.  » Vous souhaitez que votre forêt vive: regroupez vous, ne restez pas seuls » a t-il dit en substance. Il a rappelé les batailles gagnées par le syndicat national: « au niveau de la TVA par exemple ». Il a enfin lancé, sous forme de boutade un appel à l’adhésion à PEFC  » si vous ne voulez pas vendre vos bois: n’adhérez pas à PEFC!!! »

Il a été rappelé que les pays asiatiques, la Chine en particulier voient leurs surfaces certifiées PEFC en pleine expansion…

Charles Galvin, vice président du Conseil Général, en charge de la forêt a indiqué que « l’Isère est un département forestier avec 1/3 de sa superficie couverte de forêts… Le conseil général a donc logiquement inclus la forêt et la filière bois dans ses compétences.  »

Il a informé la salle que les restrictions budgétaires frappent le département,  » le budget du conseil général est en baisse globale de 15%. Cela ne doit pas nous empêcher d’être offensifs. Il s’agit de mieux travailler, de faire des choix. Voilà pourquoi j’ai décidé de réunir l’ensemble des acteurs de la filière afin de définir les priorités. Sur certaines actions, on doit trouver les moyens d’additionner les financements, qu’ils soient locaux mais aussi de la région, de l’Etat, de l’Europe… « 

Il a confirmé que le département va avoir une action forte en direction des scieries et des entreprises de 2ème transformation. « Oui nous devons maintenir sur l’ensemble de notre département des outils de transformation de qualité, modernes, qui puissent répondre aux attentes. Ils sont également sources d’emplois non délocalisables… »

Il a  rappelé le rôle des chartes forestières de territoire « qui sont un outil indispensable. Elles permettent de prendre en compte les intérêts aussi divergents que ceux des propriétaires, chasseurs, ramasseurs de champignons… « 

AFTBM

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Groupement des sylviculteurs de Belledonne: « se battre pour faire avancer la filière bois »


Dense, très dense assemblée générale du Groupement de Sylviculteurs de Belledonne. Il faut dire que pour l’occasion le Groupement fêtait ses Trente ans d’existence.

GSB 1

De nombreux élus et personnalités et adhérents au groupement ont tenu d’honorer de leur présence cette assemblée générale qui a permis de faire le tour de l’actualité de la filière bois de Belledonne mais bien au delà.

GSB 0

Une poignée de propriétaires forestiers ont compris au milieu des années 80 qu’il fallait se fédérer afin de gagner en efficacité, de mieux se faire entendre, d’être davantage représentatifs vis à vis des décideurs. En février 1983 et en février 1985 les groupements des sylviculteurs de Belledonne Nord et sud étaient officialisés.

Ceux ci ont peu a peu grandi, mis en place de nombreuses actions… sont devenus des structures référentes au sein de la filière bois…

GSB 21

Historique présenté par Jean Carvin et Maurice Cohard.

Mais il fallait évoluer et les présidents Gras pour le Nord et Giraud pour le sud ont eu l’intelligence de comprendre que la forêt de Belledonne ne faisait qu’une et qu’il ne fallait qu’un groupement pour mener à bien ses intérêts et ceux des adhérents aux groupements.

En février 2011, les deux groupements ont fusionné en un seul: le Groupement des Sylviculteurs de Belledonne, présidé par Henri Gras. Un groupement qui compte 331 adhérents à ce jour.

Afin de remercier les créateurs des groupements des sylviculteurs de Belledonne un diplôme d’honneur leur a été décerné au cours d’une petite cérémonie pleine d’émotion…Ceux ci ont pour noms: Rebuffet, Rochas, Roy, Roux, Jourdan, Millat, Zacharie, Guillet…

GSB 2

GSB 5

GSB 6

GSB 7

Henri Gras n’a pas fait langue de bois dans son rapport moral: «   L’année écoulée ne sera pas marquée d’une pierre blanche. Si tout pouvait le faire penser, nous avons dû déchanter. La demande pour favoriser les coupes groupées  engagée vers vous n’a pas été à la hauteur des espérances, la vente n’a pas été glorieuse. » Le président espère que sur ce dossier 2013 sera meilleure..

Il a rappelé qu’ « il est important et de l’intérêt  des propriétaires de voir les forêts gérées durablement et permettre ainsi la transmission du patrimoine aux générations suivantes, aux enfants, petits enfants… »

Le président du GSB a informé la salle l’intérêt d’accéder à la certification PEFC, « la dernière vente de bois, tous les bois étaient PEFC.

Je vous ai toujours rappelé que ça ne permettrait pas de vendre plus cher, mais la certitude de les vendre. Pour les derniers retardataires, il y a urgence…. »

Le groupement des sylviculteurs de Belledonne se situe sur le sud ISERE  et sa superficie boisée est proche de 70% de la surface totale de Belledonne. » Il est  important de souligner qu’il  génère  mille emplois directs non délocalisables et que la production de bois est renouvelable. Pourtant il semblerait que nous soyons marginalisé au profit des activités qui profitent de ces magnifiques ressources naturelles…. » se lamente Henri Gras.

Ce dernier se voulant rassurant: « l’Année 2013, certains la prédisent  mauvaise, nous devons  nous battre pour faire avancer  la filière bois et faire démentir ces prédictions… le GSB fera le maximum pour y parvenir… » Pour ce le groupement sait qu’il peut compter de plusieurs soutiens: le Conseil Général de l’Isère, le CRPF…

Reste un  projet qui n’a pu aboutir: le rapprochement avec le syndicat forestier de l’Isère. « D’autres voies sont à l’étude… »

Le GSB à travers son vice-président Gérard Arnaud a constaté que les ventes groupées, si elles se développent ne sont pas satisfaisantes..  » Nous sommes au bout d’un système et le nouveau n’a pas vu le jour. Et pourtant il y a une urgente nécessité de concilier les intérêts des vendeurs et des acheteurs…

GSB 9

Le morcellement des parcelles, la méconnaissance de la gestion de la forêt sont des freins au développement de l’activité forestière. Patrick Chion président du groupement Forêt Trièves-Beaumont-Matheysine a présenté le projet, en phase finale, d’une association syndicale libre de gestion forestière.

Ses missions premières: gérer les parcelles, mutualiser les travaux… valoriser la forêt et son bois .  » il faut savoir que plus de 50% de nos bois sont de très haute qualité et quand on pense qu’ils sont vendus sur un seul coup d’oeil… »

Plusieurs autres thèmes ont été abordés: les dégâts de gibier en forêt, l’intégration de la forêt au sein des communautés de communes, de l’espace Belledonne, la candidature du territoire de Belledonne en tant que Parc Naturel Régional…

Oui vraiment une très dense assemblée générale…que nous terminons par un petit clin d’oeil aux dévoués membres du Conseil d’administration…et à une oeuvre!

GSB 12

GSB 20

Articles en rapport avec cette assemblée générale. Cliquer sur le titre pour les lire:

St Martin d’Uriage, le rôle important de la forêt

La politique de l’Isère envers sa forêt et sa filère bois

Vaujany: fête de la forêt de montagne



Catégorie - filière bois, forêt, massif de BelledonneCommentaires fermés

Voeux de l’AFTBM


L’Association Forêts Trièves-Beaumont -Matheysine vous présente ses voeux pour 2013.

AFTBM

Contact:

ASSOCIATION FORÊTS TRIEVES-BEAUMONT-MATHEYSINE

Le village

38150 ST Michel Les Portes

TEL: 04 76 34 16 89

Port: 06 12 40 61 71

Patrick Chion, Président

Mail: patrick.chion@aftbm.org

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Trièves: importante rencontre sur la filière bois


Une importante rencontre qui a réuni une quarantaine de personnes s’est déroulée au pôle bois de St Michel Les Portes, répondant à l’invitation de Guy Charron, Président des communes forestières de l’Isère.

charron

Parmi les présents: André AUBANEL, vice-président du Parc Naturel régional du Vercors, Denis PELISSIER, représentant du Parc Naturel Régional du Vercors et du  CRPF, 3 représentants de ONF dont Rémi LECOMTE, chargé du secteur Trièves, Patrick CHION, président de l’AFTBM et Jean BERNARD (Bois des Alpes).

L’animation a été réalisée par Tristan MERRIEN, URACOFRA (Union Régionale des Communes Forestières  Rhône-Alpes).

Denis Pelissier a indiqué que les prix de vente actuellement pratiqués sur le marché local des bois sont de:

- 42 à 45 €  pour les feuillus dont le rendement est assez faible

- et de 25 à 30 € pour les résineux selon qu’il s’agisse de bois-énergie (bûches) ou bois énergie- plaquettes ou encore des sous-produits forestiers destinés à la fabrication de la pâte à papier.

« La marge du propriétaire est quasiment nulle (de 2 à 3 €) et que l’intérêt pour ce dernier consiste uniquement en l’amélioration de la gestion de ses  espaces forestiers.

Pour la fabrication d’emballage c’est essentiellement le pin et le mélèze qui sont demandés.

Lorsque le classement des bois se fait de façon visuelle, une grande partie des bois est déclassée alors que ces derniers  possèdent  d’excellentes qualités mécaniques, ce qui désavantage encore le propriétaire. »

chion 2

En conclusion, le marché du bois cette année subit un ralentissement mais toutes proportions gardées, ce dernier semble moins fort que dans d’autres secteurs tels que la construction  ou autres.

Bien qu’un certain nombre de structures aient été mises en place en forêt privée : coopératives, groupements de sylviculteurs, association de propriétaires, de la même façon qu’en forêt publique, de nombreuses zones peu accessibles rendent l’exploitation difficile, compte tenu du manque de dessertes.

Des études conduites sur les territoires montrent l’excellente qualité mécanique des bois (Vercors, Trièves, massif drômois).

En ce qui concerne la transformation, dans ces secteurs  on constate que les unités de transformation (scieries) sont localisées dans les vallées de ces massifs, ce qui oblige à prendre en considération le coût du transport (les bois en grumes sont facilement transportables alors qu’il faut un équipement spécial pour transporter d’autres types de  conditionnement (plaquettes ou autres).

André Aubanel a relaté son expérience pour le secteur drômois où historiquement les ventes de coupes de la commune ne trouvaient jamais acquéreurs, en raison  notamment du  classement visuel des bois qui semblait peu objectif. Or, d’après les études du CTB, un billon noueux peut quand même disposer de bonnes qualités mécaniques.

A propos des prélèvements effectués en forêt, pour le massif drômois, le prélèvement correspond à l’accroissement alors pour le Trièves,  ce dernier est supérieur à l’accroissement (sapinières âgées). Pour la  Drôme, de nouvelles opérations de desserte sont à réaliser (y compris par câbles).

« Il est nécessaire de se mobiliser pour  obtenir un prix raisonnable en rappelant que les propriétaires forestiers ne vendent pas de l’énergie fossile mais de l’énergie renouvelable ! » a t-il conclu…

Bernard PERRIN, de l’ONF  a rappelé que lors de la tempête de 1999 les bois communaux ont fait l’objet de vente « à la Tribune », ce qui a conduit à près de  40 % d’invendus. « Désormais l’Office des forêts souhaite participer aux ventes groupées (système gagnant-gagnant : l’objectif étant de rémunérer au mieux  les communes) »

De nouvelles méthodes de vente ont été mises en place (en application de la loi du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux). Il s’agit notamment des contrats d’approvisionnement ou le volume de bois façonné (le lot de bois vendu abattu est  mesuré par l’ONF).

Ces contrats conclus avec une quarantaine  d’entreprises de travaux forestiers( ETF) dans le cadre le la Région Rhône-Alpes ont une durée de 3 ans.

Cette pratique de vente de bois façonné est inutile pour les très belles coupes mais nécessaire pour les coupes dites « hétérogènes »

Rémi LECOMTE a rajouté que sous l’impulsion nationale, dans le secteur du Trièves, « c’est à peu près 30 à 40 % du volume d’environ 20 à 25 000 m3 qui a été commercialisé en bois façonné  ce qui, au final, a permis d’approvisionner le pôle bois de Saint Michel-les-portes. Environ 8 à 10 % de ce volume a été transformé en bois-énergie. »

L’avantage essentiel de cette pratique est  la maîtrise du calendrier avec les ETF  et l’inconvénient est celui du temps de stockage du bois sur la plate-forme et le pôle bois.

D’où la nécessité du tri en forêt, ce qui permettrait notamment pour le bois-énergie de maîtriser le coût du transport.

chion 4

Après la présentation suivie d’une démonstration de la triomatic mobile par le président de Bois des Alpes, Jean Bernard, Patrick Chion a insisté sur une évidence: les avantages de la traçabilité pour la valorisation des bois locaux, tant pour les scieurs (amélioration de 20 % de la gestion de la scierie) que pour les architectes qui, désormais, prendront en compte plus exactement la résistance nécessaire à l’édification des constructions et assumeront mieux leur responsabilité.

Au final, cela  devrait se traduire par une amélioration des prix de vente du bois au bénéfice des propriétaires forestiers.

Un accord de principe est actuellement réalisé avec 8 des 12 scieurs  du secteur pour la mise en place de ce projet, en lien avec le FBCA.

chion 3

Le pot de l’amitié offert par l’AFTBM a ensuite permis à chacun  de poursuivre la discussion avec les différents intervenants.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Les 30 ans de l’AFTBM fêtés dans une ambiance conviviale mais studieuse


L’assemblée générale de l’Association forêt Trièves-Beaumont-Matheysine est toujours un moment fort dans l’actualité de la filière bois départementale. Cette année encore ça a été le cas tout en sachant que l’AFTBM vit un moment particulier puisqu’elle fête ses 30 ans d’existence.

Patrick Chion, président de l'AFTBM:" notre réussite est le fruit d'un travail collectif, aux relations de confiance... mais notre tâche est loin d'être terminée.

Patrick Chion, président de l'AFTBM:" notre réussite est le fruit d'un travail collectif, aux relations de confiance... mais notre tâche est loin d'être terminée."

Patrick Chion son président actuel a rappelé que l’AFTBM a vu le jour le 5 mars 1982, sous l’impulsion d’Henri Oddos. Un groupement des propriétaires forestiers qui a été et qui reste en haut de l’affiche par ses initiatives et son nombre d’adhérents: près de 200 en 2012.

Le président actuel Patrick Chion: » Nous sommes conscients que rien n’aurait pu se faire sans un travail collectif, sans l’appui de l’Union des groupements des forestiers de l’Isère ( l’UGDFI) , le CRPF, les élus locaux, départementaux… « 

Il a rappelé, avec une certaine fierté, toute légitime, que la première charte forestière signée en Isère l’a été en Trièves. Et comment ne pas citer le pôle bois de St Michel les Portes, un formidable outil, novateur, qui mérite toute considération.

Avoir 30 ans, n’est pas une fin en soi…Bien au contraire. Le groupement veut aller de l’avant en favorisant les ventes groupées, en travaillant avec le groupement de Belledonne sur la qualité mécanique des bois. Avec l’appui d’une élève ingénieur, Marine Macé-Nanteuil, l’AFTBM a lancé une étude sur l’état des lieux de la forêt Alpes Sud Isère avec comme finalité comment faire concorder l’offre à la demande.

Marine Macé-Nanteuil tire les premières conclusions de son enquête: » la demande locale ne correspond pas à l’offre locale. Les clients potentiels s’approvisionnent ailleurs. C’est d’autant plus désolant que le bois local est d’excellente qualité. La traçabilité doit être un outil afin de développer le secteur local »

Dominique Chartier, directeur de la MFR de Vif a rappelé que cet établissement est à l’écoute de la filière bois.  » A nous de nous adapter pour former les jeunes aux métiers de la forêt, qui sont diverses. L’idée de créer un groupement d’employeurs est très bonne. Elle permettra de pérenniser l’emploi local. »

Jean Bernard président de « Bois des Alpes a rappeler que cette structure a pour finalité de valoriser le bois local, celui de l’arc alpin. Elle met à disposition une triomatic mobile. Cet outil puissant et performant, assemblé sur remorque, peut se déplacer auprès des différentes entreprises qui en expriment le besoin.

Bruno de Quinsonas, en tant que président PEFC Rhône-Alpes a rappelé l’obligation future d’adhérer à cette démarche:  » si vous n’êtes pas certifiés PEFC vous ne vendrez pas votre bois ». Egalement président du syndicat des forestiers de l’Isère il a précisé que le syndicat a pour mission de défendre les propriétaires.

 » Nous devons avoir plus de lisibilité, être plus efficaces, voilà pourquoi il est important que les groupements de propriétaires forestiers et le syndicat s’unissent. C’est déjà fait en Drôme, en Haute Savoie… Le chantier est en cours, nous avons bon espoir qu’il se concrétise dans les mois à venir. »

Il a alerté les propriétaires, nombreux dans la salle, sur le morcellement des parcelles:  » il faut arrêter la sur-division qui n’apporte rien de bon. Il faut au contraire regrouper les parcelles afin qu’elles  représentent une attractivité économique… »

Charles Galvin vice président du conseil Général en charge de la forêt a souligné le rôle important que joue la forêt en Isère.  » Un rôle qui pourrait être plus important si la filière était mieux organisée.

Il faut poursuivre la démarche groupements des employeurs, mettre en place un plan de modernisation des scieries locales, mobiliser l’ensemble des acteurs concernés sur la démarche PEFC, sur l’écoconditionnalité des aides, travailler avec la recherche, développer le bois énergie…  » Et de conclure de façon abrupte:  » il n’est pas normal que nous aidions à la construction d’ouvrages ou le bois est présent, un bois qui vient d’ailleurs!..alors qu’il devrait sortir de nos forêts…Il faut inverser cet état de fait. »

Il était temps de trinquer, de façon très conviviale, aux 30 ans de l’AFTBM…

Bruno de Quinsonas remet à Charles Galvin, propriétaire forestier le bulletin d'adhésion au syndicat des dorestiers de l'Isère, avec Patrick Chion comme témoin.

Bruno de Quinsonas remet à Charles Galvin, propriétaire forestier, le bulletin d'adhésion au syndicat des forestiers de l'Isère, avec Patrick Chion comme témoin. Ceci dans une ambiance très conviviale...

AFTBM

Maison Familiale Rurale – MFR Vif - 50, avenue de Rivalta – 38 450 Vif
Tel : 04 76 72 51 48Fax : 04 76 72 43 53 – e-mail :
mfr.vif@mfr.asso.f

http://www.mfr-vif.com/formation-maison-familiale-rurale.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Forêt Alpes sud Isère: faire concorder l’offre et la demande


La forêt du sud Isère est, à travers ses hommes, structures, très dynamique… elle le montre une fois de plus à travers l’Association forêt Trièves-marine macé-nanteuilBeaumont-Matheysine . Celle ci vient de faire appel à Marine Macé-Nanteuil afin que celle ci réalise un état des lieux de la filière bois en Sud Isère. La finalité étant de réussir à faire concorder l’offre et la demande, préparer la traçabilité qui va se mettre en place rapidement.

 » En un mot, il s’agit de faire évoluer notre filière. Celle ci a un avenir prometteur. Pour ce, nous devons parvenir à la restructurer et à mieux coordonner l’ensemble des maillons qui la composent  » argumente le président de l’AFTBM Patrick Chion.

Marine Macé-Nanteuil, parisienne d’origine est élève à l’école des arts et métiers. Elle prépare un diplôme d’ingénieur en spécialité bois.  » Pour moi, le bois est un matériau écologique et va nous permettre de relever les enjeux environnementaux et économiques, au niveau de l’énergie, qui nous serons imposés dans un proche avenir.

Elle a attaqué il y a quelques jours son stage en sud Isère.  » Je ne connais pas du tout cette région, ces particularités au niveau de la filière bois. C’est un plus car, de fait je n’ai pas d’à priori. Je vais donc effectuer un diagnostic local de la filière bois en allant à la rencontre de l’ensemble de ses acteurs. Les résultats de cette étude devant permettre de faire évoluer l’offre de nos scieries en fonction de la demande des charpentiers, de valoriser le bois en fonction de ses qualités réelles.

A l’heure actuelle, le territoire Alpes Sud Isère comporte 13 scieries qui utilisent du bois local.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2020
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+