Tag Archive | "Pierre Gallin-Martel"

Enfin le  » juste prix » pour les producteurs de noix


Une étude commanditée par la profession et réalisée par CER France a été réalisée sur  les coûts de production en nuciculture pour les années 2010-2012. Celui ci se situe dans une fourchette de 2 euros à 2 euros 20.

Pierre Gallin-Martel, nuciculteur, membre de la chambre d’agriculture, vice président du Comité Interprofessionnel de la noix de Grenoble précise:  » cette étude est tout à fait fiable. Beaucoup ont été surpris par le coût élevé de production. Les résultats de cette analyse démontrent aussi que le prix payé aux producteurs n’est pas un prix excessif. « 

Bien entendu à cela il faut rajouter le revenu du producteur.  » Personnellement je pense qu’un prix se situant autour des 3 euros le kilo me semble tout à fait raisonnable. C’est en effet un prix correct et rémunérateur. N’oublions pas que depuis 5 ans le prix des intrants et de la mécanisation ont vertigineusement augmentés. »

Pierre Gallin-Martel estime que  la saison 2014 est très correcte même si la récolte est inférieure à 20% par rapport à la campagne 2013. 2013 était une grosse année et 2014 a une production inférieure de 10% par rapport une année moyenne.

Les calibres sont corrects à équilibrés et la qualité est bonne surtout pour les noix récoltées avant la période pluvieuse qui a suivi le 18 octobre  » d’ou l’intérêt de s’équiper afin d’organiser une récolte rapide.

La commercialisation a été bonne du fait qu’il n’ avait pas de stock, que la parité euro/dollar est favorable, ceci associé un un déficit d’offre par rapport à la demande.

« Il n’y a aucune raison sérieuse pour que cette situation ne perdure pas, à condition que nous soyons vigilants sur la qualité. »

Ce déficit est un gros problème et risque hélas de s’accentuer du fait que la plantation d’arbres est insuffisante » même si on constate un redressement et que les prix rémunérateurs incitent à la reprise d’exploitations ou à l’installation. « …

… » On peut se poser la question de savoir pourquoi les organisations de producteurs n’aident pas les producteurs adhérents aux investissements de plantation dans le cadre de leurs programmes opérationnels. D’autant plus que les organisations de producteurs n’utilisent pas la totalité de leurs potentiels d’aides que l’Europe leur propose.. C’est un choix stratégique pour l’avenir… »

Le vice -président du CING constate également un manque de foncier:  » l’emprise est de plus en plus forte « .

Il est à noter que l’ Etat va arrêter dès le 31/12/2015 de financer le CTIFL et les stations de recherche  » qui ont un rôle important  » comme la Senura.

Pierre Gallin-Martel précise: » il y aura une contre partie puisque l’Etat propose ENFIN la mise en place une contribution volontaire obligatoire sur tous les produits ou surfaces plantées. Cela permettra de financer la recherche et l’expérimentation. »

Membre de la chambre d’Agriculture de l’Isère, il conclue » la chambre d’Agriculture joue un rôle important, elle oriente et insuffle la politique agricole départementale. En un mot la chambre a un rôle fédérateur et moteur au niveau du dynamisme des filières. »

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Alain cottalorda découvre la filière noix…


Alain Cottalorda, président du conseil général de l’Isère l’avait annoncé à l’assemblée générale de la coopérative Coopenoix:  » je n’ai aucun scrupule a avouer que je connais mal la filière noix de Grenoble mais je vais m’y intéresser de près. Très rapidement je me rendrais sur une exploitation nucicole afin de mieux appréhender l’ensemble des maillons de la chaîne de cette filière. La noix de Grenoble étant un produit phare de notre département à plusieurs niveaux ».

Alain Cottalorda s’est donc rendu à Tullins, visiter l’exploitation de Pierre Gallin Martel. Il a pu ainsi suivre à vitesse réelle comment les noix franchissent différentes étapes avant d’être livrées à la coopérative.

 » J’ai découvert une profession, une filière qui jouent un rôle important au niveau économique, environnemental, social. La noix de Grenoble est un vecteur important au niveau de la notoriété, du patrimoine de notre département. J’ai constaté aussi qu’au niveau de son exploitation, la noix demande beaucoup de travail et que la mécanisation a son importance. »

P1180870

Le président du conseil général de l’Isère croit beaucoup à l’avenir de l’agriculture sur notre département.  » Cela implique que l’on maîtrise bien le foncier, que l’on conserve un équilibre entre l’urbain et le rural,  que la politique de transmission, d’installation soient efficaces, que l’ont maintienne des outils de proximité comme les abattoirs par exemple…que les producteurs vivent correctement de leur métier.. « 

P1180865

Outre Alain Cottalorda, participaient à cette visite, Pascal Denolly président de la FDSEA de l’Isère, Jean-Pierre Renevier, nuciculteur, élu à la commune de Tullins, Eric Greyffe-Fonteymond, éleveur ovin à Tullins. Ce dernier alertant le président du conseil général de l’Isère sur le manque d’éleveurs ovins..  » C’est d’autant plus préjudiciable que la demande est de plus en plus forte mais nous ne pouvons fournir.. ».



Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix: Yves Renn succède à Pierre Gallin Martel


Lors du conseil d’administration du 18 septembre, le premier qui a suivi l’assemblée générale annuelle de Coopenoix, Yves Renn a été élu président de la coopérative. Il succède à Pierre Gallin Martel qui avait été élu à la présidence de Coopenoix en 2005.

Yves Renn est producteur de noix à Serre Nerpol.

Il sera secondé par deux vice-présidents: René Bayle et Gilles Brichet-Billet.

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Assemblée générale de Coopenoix


L’assemblée générale annuelle de Coopenoix s’est déroulée dans les locaux de la coopérative, à Vinay, sous la présidence de Pierre Gallin Martel.

Outre les adhérents, nombreux, plusieurs responsables professionnels agricoles, de nombreux élus, dont le président du conseil général de l’Isère, Alain Cottalorda, ont assisté aux débats.  » Je suis un élu du nord Isère, je connais très peu la filière noix, je suis donc venu pour apprendre, pour voir comment vous travaillez, a précisé le successeur d’André Vallini à la tête du département.

Pierre Gallin Martel a évoqué les résultats de la récolte 2013:  » en terme de volume, avec 8100 tonnes de noix récoltées, nous pouvons considérer que 2013 est une bonne année.. Mais il faut y mettre des bémols: les calibres sont sensiblement inférieurs à une année normale et la qualité des noix est très hétérogènes. »

PG

En cause, les aléas climatiques du printemps et du mois d’octobre qui ont retardé la végétation et provoqués d’importantes difficultés de récolte..

« il est indispensable que nous puissions faire face à une telle situation. Deux axes majeurs sont préconisés: des équipements bien dimensionnés et une organisation de chantier sur les exploitations et des moyens humains adaptés. »

A noter que 700 tonnes de noix bio ont été récoltées en 2013, soit 150 tonnes de plus qu’en 2012.. Cette évolution est cohérente avec l’évolution de la demande du marché..

Renouvellement des vergers

Pierre Gallin Martel a été clair:  » si les producteurs de Coopenoix ont atteint un niveau de plantation de 5% environ de la surface des vergers en 2013, c’est insuffisant! La filière souffre davantage de l’approvisionnement que de la commercialisation, que du conditionnement.. Il faut planter davantage afin d’assurer une progression des volumes.. un déficit de production ouvre une large porte à l’exportation.. La concurrence internationale est farouche.. »

Autre piste: la diversification variétale:  » c’est un atout..Certes les variétés AOP noix de Grenoble sont des valeurs sûres.. mais il faut les mixer à des variétés du type Fernor ou Chandler qui offrent une qualité régulière et une mise à fruits plus rapide.. « 

Coopenoix axe l’essentiel de ses actions dans le cadre d’une démarche qualité  » Depuis 6 ans nous obtenons régulièrement la certification IFS pour les noix en coque et depuis 4 ans pour les cerneaux.. Cela prouve le sérieux de notre mobilisation dans ce domaine.. »

Une production pérenne, de qualité.. cela passe obligatoirement par un soutien technique aux producteurs.. A ce niveau là Coopenoix va encore amplifier son action et son soutien aux producteurs au niveau des essais, informations techniques communiquées aux producteurs..

 » Notre objectif est clair: améliorer, grâce à notre soutien technique, le revenu de nos producteurs.. »

l’outil de production a été amélioré, un nouveau site internet: http://www.coopenoix.com/ a vu le jour, une collaboration étroite de Coopenoix avec la filière, au niveau de la communication, de la recherche… oui Coopenoix est partout présente…

La saison à venir

Pierre Gallin Martel a donné quelques précisions sur la campagne 2014.

 » Si la prévision de récolte se confirme, 2014 s’annonce nettement inférieure à 2013 avec des calibres plus élevés mais pas exceptionnels..

A noter tout de même que le contexte mondial demeure favorable à notre production, la consommation de fruits secs est toujours en hausse, la parité euro/dollar est favorable aux exportations, une production française moyenne en volume, une sécheresse qui touche le verger californien, devraient permettre à la filière noix française de pouvoir maintenir des prix par calibre proches de 2013.. » Certains espèrent même une hausse…

Suite à cette assemblée général très dense.. une visite de la coopérative était au programme..

pg 2pg3pg4pg5pg7pg8

Gilbert PRECZ












Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix: le sérieux… la qualité


L’assemblée générale de la coopérative Coopenoix s’est déroulée dans ses murs en présence de nombreux coopérateurs mais aussi élus et personnalités..

Plusieurs temps forts lors de ce rendez vous annuel orchestré par le président de Coopenoix, Pierre Gallin Martel.. Présentation du nouveau site internet: coopenoix.com, exposé sur la noix en Italie.. et discours des décideurs..

A la tribune, Pierre Gallin Martel président et Marc Giraud, directeur de Coopenoix entourés d'Alain Cottalorda, président du Conseil Général de l'Isère et Michèle Bonneton, députée.

A la tribune, Pierre Gallin Martel président et Marc Giraud, directeur de Coopenoix, entourés d'Alain Cottalorda, président du Conseil Général de l'Isère et Michèle Bonneton, députée.

Jean claude Darlet, président de la chambre d’agriculture de l’Isère, nuciculteur, adhérent à coopenoix..  » on a coutume de dire: quand la noix va, l’agriculture va bien.. certes la noix va bien mais il faut penser à préparer l’avenir..Nous devons poursuivre dans la démarche qualité.. cela passe par une remise en cause de l’ensemble des maillons de la filière.. « 

Christian Nucci, vice président du conseil Général, en charge de l’agriculture a souligné que le conseil général de l’Isère serait toujours aux côtés de la filière noix,  » une noix de Grenoble AOP fleuron de notre département..Une production qui doit sa réussite grâce à la qualité de ses hommes, du produit fourni.. il faut poursuivre dans cette démarche de qualité.. apporter des solutions si besoin comme la mise en place de réseaux d’irrigation, préserver le foncier, assurer la succession des exploitations et favoriser la plantation.. »

Alain cottalorda, président du conseil Général de l’Isère  » depuis quelques semaines » a précisé:  » je suis un élu du nord Isère, je connais mal la filière noix, pas comme Christian Nucci et surtout mon prédécesseur André Vallini à la tête du département. Ce dernier étant élu de Tullins et du Sud Grésivaudan donc en plein coeur de la noyeraie….

noix 2

noix 4

Je suis donc venu écouter, apprendre, voir comment vous travaillez…

Pour Alain Cottalorda, la noix de Grenoble  » fait partie de notre patrimoine à plusieurs niveaux, on a peut être oublié le volet touristique.. »

Il a enfin mis en avant les valeurs de la démarche coopérative:  » l’union fait la force »..

Pour Michèle Bonneton, députée, Coopenoix est un bel exemple d’une coopérative dynamique, bien gérée.. d’une coopérative qui réussi..

Elle a, elle également beaucoup insisté sur la qualité..  » la noix de Grenoble représente le label made in France à travers le monde..  »

Gilbert PRECZ

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix: un site internet moderne, convivial, interactif..


L’assemblée générale de Coopenoix organisée dans les locaux de la coopérative a permis de débattre de nombreux sujets, d’appréhender le marché de la noix en Italie mais aussi de découvrir le nouveau site internet de Coopenoix.

Pierre Gallin Martel, son président a confirmé quelques instants avant son lancement officiel:  » nous avions deux sites internet: coopenoix.com et pour les adhérents et institutionnels et alpnoix. com pour les consommateurs. Soyons honnêtes, ils ne nous donnaient pas satisfaction. Nous avons donc décidé leur refonte pour aboutir à un site plus convivial. »

Ce nouveau site: http://www.coopenoix.com/ découvert à l’AG est sans aucun doute beaucoup plus moderne dans son graphisme, son approche avec différentes rubriques.. Il collera mieux à l’actualité, à la vie de Coopenoix.

Ce site se veut spécialisé en noix, certes, mais s’adresse au grand public.

Les producteurs gardant un espace privé, accessible avec un code d’accès.

Chacun a retenu des rubriques comme  l’agenda, l’actualité, la météo, les petites annonces…

Il est bien entendu que le site de coopenoix se veut aussi interactif..

coopenoix.com et sillon38.com, voilà deux sites internet qui se complètent à merveille, concernant la valorisation, les actualités concernant la filière noix de Grenoble..

Pour information, la rubrique nuciculture de sillon38 compte à ce jour 145 articles…

Pour partir à la découverte de coopenoix.com cliquer sur sa   » une » ci dessous..

Coopenoix site


Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Noix: champignons, mouche du brou..


Nous avons fait le point avec Pierre Gallin Martel, président de Coopenoix, sur le dossier sanitaire de la noyeraie de notre région.

 » Suite à un printemps 2013 pluvieux la bactériose et les champignons se sont développés, causant sur certains secteurs des pertes évaluées à 50%. Les conséquences sont simples: les noix ont de grosses taches noires, tombent, le cerneau est de mauvaise qualité. Coopenoix a commandité des analyses et en 2014 des essais de produits sanitaires vont être réalisés.

Ceci en étroite collaboration avec La Dauphinoise, Val soleil et la SENURA.

Il faut savoir que ces essais seront très rigoureux, cadrés. Les produits sélectionnés pourront même être utilisés en production bio. On espère que ces essais donneront de bons résultats et pourront être homologués. »

Autre souci la fameuse mouche du brou.

Jusqu’en 2013, le traitement se faisait suite à un arrêté préfectoral, il était obligatoire sur l’ensemble des parcelles recensées..

Pour Pierre Gallin Martel, » cette pratique radicale, globale n’était pas la bonne.. La méthode a changé. Il n’y aura plus d’arrêté préfectoral, chaque producteur mettra lui même les pièges, effectuera les contrôles, traitera de façon raisonnée, responsable, ciblée la zone infestée.

C’est une bonne démarche, certes elle n’est pas neutre mais il faut préciser, qu’en accord total avec les apiculteurs, il a été décidé de traiter le soir.. c’est à dire après le coucher des abeilles. « 

Ceci pour dire qu’un nuciculteur qui traite le soir n’est pas une personne irresponsable qui essaie de traiter en cachette..

Nous en profitons pour demander à Pierre Gallin Martel si cet hiver doux aura des conséquences:  » C’est trop tôt pour le dire.. il n’a pas fait froid, donc pas de repos végétatif. il y a une quinzaine de jours d’avance..  On peut surtout craindre un gel printanier qui aurait de graves conséquences.. « 

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Noix de Grenoble: une prochaine campagne attendue avec sérenité


coopenoix logoLors de l’assemblée générale de Coopenoix, le Président Gallin Martel a donné son point de vue sur ce que devrait être la récolte 2013…

 » Le contexte mondial demeure favorable à notre production et la parité monétaire dollar/euro équilibrée devrait permettre à la filière noix française de pouvoir maintenir les prix par calibre proches de 2012. Le marché devrait être soutenu par le fait d’absence de stock, tant en noix coque qu’en cerneaux. »

Il précise que la récolte 2013 s’annonce bonne en volume.. On annonce plus 16% par rapport à l’année passée avec  » comme bémol des calibres inférieurs à ceux constatés en année normale. »

Certaines zones connaissent des problèmes sanitaires importants ou ont connu des incidents climatiques. Sont déjà recensées les communes de St Bonnet de Chavagne, Montagne, St Antoine l’Abbaye qui ont du subir de la grêle.

Comme toutes les productions, la noix subira un retard dans sa maturité et chacun espère un mois de septembre bien ensoleillé pour assoir une bonne qualité du fruit et un mois d’octobre tout aussi ensoleillé afin que la récolte se fasse dans d’excellentes conditions…

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Noix de Grenoble


La campagne 2012 s’élève à 13 482 tonnes de noix récoltées, dont 10 897 tonnes en AOP noix de Grenoble. Pour Pierre Gallin Martel président de Coopenoix:  » c’est une bonne année, avec une production correcte, équivalente à 2011, avec des calibres assez gros ce qui nous a permis de la valoriser au mieux. »

Par contre il faut mettre des bémols face à un enthousiasme débordant:  » nous avons noté tout d’abord une certaine hétérogénéité de la production. Si certains secteurs ont eu des rendements exceptionnels, en sud Grésivaudan par exemples, d’autres zones ont connu des baisses importantes.

Les raisons en sont simples: si on a connu une météo très favorable, en particulier au printemps quelques secteurs ont subi des problèmes sanitaires: nécrose, champignons. On peut citer Beaulieu, l’Albenc, Vinay, Izeron… »

Le problème vient du fait que les traitements dits radicaux n’existent pas.  » On ne peut traiter que de façon préventive avec tous les aléas que cela comporte. « 

A noter également que la qualité n’est pas au rendez vous: cerneaux maigres, marrons… La, ou les raisons:  » un manque de chaleur en juillet, de la pluie au moment de la récolte ». Le président de Coopenoix lance un appel aux producteurs:  » ils doivent faire des efforts, de tri en particulier, afin de livrer des noix de très haute qualité.

Trop de lots partent sans agréage, ce n’est pas normal. Chacun doit savoir que nos clients sont de plus en plus exigeants sur la qualité. »

coop 2Cela n’empêche pas que le marché est très actif.  » La commercialisation s’est bien passée pour plusieurs raisons: nous n’avions plus de stocks, la parité euro-dollar nous est favorable, les américains ont délaissé les marchés européens pour ceux de Chine…

Le souci étant que l’on est en déficit de production, on n’a donc pas pu fournir à nos clients les volumes demandés. Vous comprendrez que commercialement c’est frustrant! »

Des clients qui ont du se fournir ailleurs et qu’il sera difficile de faire revenir…

Une des particularité de la noix de Grenoble est qu’elle est vendue à grande majorité à l’export.  » On essaie de rééquilibrer avec la France. Pour ce, les campagnes de promotion, communications mises en place « vont dans le bon sens ».

Courant de l’été des totems de 3 mètres de haut, 13 en tout, seront disposés aux portes de la zone et une route de la noix de Grenoble est en projet. Elle devait voir le jour courant 2014.

Il souffle un vent favorable sur la nuciculture.  » C’est exact que l’on voit un regain d’intérêt pour cette production. Le renouvellement se fait bien et les nuciculteurs ont une moyenne d’âge inférieure à celle de la population agricole. »

Coopenoix a souhaité aider les jeunes agriculteurs qui s’installent. » La raison est simple: il faut attendre plusieurs années avant de tirer un revenu. Nous proposons donc des prêts à taux zéro pendant une durée de 7 ans.

De nombreux jeunes agriculteurs ont bénéficié de cette aide et se montrent très satisfaits de cette initiative. « 

Le problème reste le foncier.  » C’est un frein, c’est certain. On subit l’urbanisation mais aussi le comportement de certains propriétaires qui empêchent que les agriculteurs plantent des noyers.

En un mot ils ne veulent pas s’engager sur du long terme afin d’avoir la possibilité de vendre leurs terres… »

Pierre Gallin Martel est satisfait de voir le dynamisme de la recherche à travers la Sénura.  » Un outil indispensable qui mène des actions totalement complémentaires de celles mises en place par le Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble et la chambre d’Agriculture. »

Voyage en Californie

Une trentaine de producteurs partiront à la découverte de la filière noix de Californie.

Ce voyage est organisé du 22 juin au 2 juillet.

 » Ce sera pour nous l’occasion de rencontrer différents acteurs de la noix californienne avec un rendez vous important, à l’université de Davis. Nous allons écouter des universitaires spécialistes en problématiques sanitaires: bactériose, nécrose, mouche du brou… mais également des pépiniéristes spécialistes en recherche variétale, des exploitations qui pratiquent le cassage, l’énoisage…

Le but de ce voyage est de découvrir, de s’enrichir, d’échanger… et nous espérons qu’il  aura une suite… »

Récolte 2013

Dernier point abordé: la récolte 2013.

« Comme toutes les productions, on constate un retard de 3 à 4 semaines. 0n constate qu’à période égale, les calibres sont très inférieurs à la normale. Le retard sera  t-il rattrapé???

Une incertitude: que va nous réserver la météo dans les semaines à venir: on craint beaucoup les orages, le vent… »

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Noix de Grenoble


Pierre Gallin Martel, président de la coopérative Coopenoix fait le point sur la filière noix de Grenoble.

 » On peut dire que la campagne 2012 est bonne même si on constate une baisse légère de production: -3% par rapport à l’année 2011. » Par contre le calibre est là avec 55% de plus de 32 mm et à peine 3% de moins de 28mm.

Pierre Gallin Martel apporte un bémol:  » la qualité peut se classer entre moyenne et bonne… ». Au niveau commercialisation, aucun souci particulier pour écouler nos stocks, dans les mêmes proportions que les années précédentes: 80% de la production partira à l’exportation.

L’ensemble de la filière est donc satisfaite des résultats mais le président de Coopenoix souhaite rester vigilant par rapport à plusieurs problèmes.

coop 2Certaines zones de production ont des problèmes sanitaires aiguës à cause du développement de la bactériose -nécrose, un champignon qui cause beaucoup de dégâts. « Il existe des îlots d’infestation répartis sur l’ensemble de la zone de production, sur les communes de Beaulieu, l’Albenc, St Romans…On nous a signalé des pertes de récolte supérieures à 40%…  »

Le problème est « qu’il n’y a pas de solutions miracles malgré des essais, visites… On pense que la climatologie, la concentration du verger jouent un rôle dans le développement de la maladie mais… rien n’est moins sûr.

Des traitements sont possibles mais ils doivent être faits à bon escient, au bon moment suivant un protocole bien établi.

Les instituts comme l’Inra, la Senura travaillent sur ce dossier « depuis plusieurs décennies. Hélas, à cause du désengagement des pouvoirs publics, la recherche n’avance pas assez vite. De plus la noix représente peu pour les firmes phytosanitaires qui préfèrent axer leurs actions sur des productions plus rentables comme les céréales… »

Autre dossier abordé le foncier.  » L’emprise foncière est de plus en plus forte à cause essentiellement à cause de l’urbanisation. De plus le prix du foncier est de plus en plus élevé et certains propriétaires ne souhaitent pas que les exploitants plantent afin de ne pas s’engager sur du long terme, pensant faire une plus -value le moment voulu grâce à une transaction immobilière…

Coopenoix apporte une aide à la plantation mais il est difficile aujourd’hui pour un jeune de s’installer, de planter.

Le retour sur investissements est trop long. C’est à nous metteurs en marché de faire de la pédagogie, d’expliquer les perspectives favorables de commercialisation, de valorisation de la production…afin d’inciter les candidats à l’installation de franchir le pas. »

L’irrigation, » on en parle avec plus d’insistance depuis plusieurs années, les projets avancent des ASA se mettent en place… c’est une bonne chose pour sécuriser la production en cas de trop longues périodes de sècheresse. »

Il est bien entendu trop tôt pour parler de la prochaine campagne… On y reviendra!

COOPENOIX – 75, avenue de la Noix de Grenoble – B.P. 42 – 38470 Vinay – France
Tel. 33 (0)4 76 36 80 33 – Fax 33 0(4) 76 36 63 69 –
www.coopenoix.comwww.alpnoix.com

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+