Tag Archive | "Pierre Gallin-Martel"

Culture du noyer: un film de 1935


Une originalité, pour ne pas dire plus,lors de la fête de la noix au stand Coopenoix. La diffusion d’un film en noir de Grenoble et blanc datant de…. 1935.

Ce film intitulé  » la culture des noyers est présenté par le ministère de l’agriculture. Dans le générique on peut lire:

Avec la collaboration technique de M de Montal , Président des syndicats de producteurs de noix de Grenoble…

Ce film est conservé par l’Ina.

Voici la notice explicative qui l’accompagne:

Culture des noyers

– 01/01/1935 – 12min35s

Documentaire muet sur la plantation des noyers. Des croquis explicatifs alternent avec des séquences filmées. Après la préparation du sol, fumure, labour et hersage, les noix sont mises à tremper pendant 48 heures. Elles sont alors placées la pointe en haut à 10 centimètres de profondeur. Les plants sont ensuite déplantés et replantés dans une pépinière. On pratique la greffe en couronne sur les noyers. A l’automne, le sol est défoncé et fumé soit avec du fumier de ferme soit avec des engrais chimiques. Le bois de noyer est aussi utilisé dans la menuiserie et la carrosserie tandis que l’écorce est employée dans la fabrication d’une teinture noire (brou de noix) qui sert à colorer les bois clairs. Quant aux noix de Grenoble ou du Périgord, elles sont consommées comme fruits.

Pour le visionner cliquer sur la photo:

1935


Merci à Pierre Gallin Martel, nuciculteur à Tullins et président de Coopenoix de nous avoir informé de l’existence de ce film qui va raviver tant de souvenirs…. à beaucoup!

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix: une activité débordante!


Le président de Coopenoix a présenté un rapport d’activité complet lors de l’assemblée générale de la Coopérative. Ensuite il a évoqué quelques aspects de la stratégie menée par l’entreprise.

En préambule Pierre Gallin Martel a tenu à préciser que « les résultats de la récolte 2011 sont bons, mais une fois encore, ils mettent en évidence un déficit « chronique » et structurel entre l’offre et la demande. L’Union européenne consomme aujourd’hui 180 000 tonnes de noix et n’en produit que 90 000.

coopenoisxDans un marché difficile pour la plupart des filières, il est tout à fait exceptionnel d’observer un tel décalage entre l’offre et la demande et de telles perspectives d’évolution.

Reste que ce déficit de production de la filière noix, s’il représente un atout au niveau de la  politique de prix, pourrait, à plus long terme, devenir une faiblesse en ouvrant la porte à des importations.

C’est précisément sur ce thème, que notre coopérative opère une veille stratégique permanente sur le marché mondial de la noix.

Ce travail d’observation met en évidence la concurrence sérieuse qui pourrait intervenir dans les années à venir.

Face à ce constat, notre coopérative, en collaboration avec la filière noix, doit réfléchir à la mise en œuvre d’une stratégie efficace pour rester concurrentielle, garantir la pérennité mais également l’évolution de notre production de noix.
Cette stratégie, passe en premier lieu par le renouvellement de nos vergers.

Les producteurs de Coopenoix ont atteint un niveau de plantation d’environ 5 % de la surface des vergers en 2011. Ce niveau reste insuffisant et l’ensemble des structures concernées doivent davantage se mobiliser… C’est ce que fait Coopenoix

Notre coopérative  a en effet initié un dispositif  « jeunes agriculteurs » qui prévoit une aide pour les nouvelles plantations sous forme de prêt sur 10 ans à taux 0.

Nous devons prendre conscience que si notre région ne plante pas, d’autres régions françaises ou d’autre pays dans le monde ont entrepris des campagnes de plantations. A terme, nous risquons de perdre notre place sur les marchés. »

Le président de Coopenoix a abordé le dossier de la diversification variétale.

« Au delà des variétés AOP Noix de Grenoble qui constituent toujours une valeur sûre auprès de nos clients et valeur d’avenir les producteurs doivent diversifier leurs plantations en mêlant variétés traditionnelles et variétés nouvelles, plus productives et plus rapidement.

Cette diversification est une garantie d’une part en terme de rentabilité et devrait d’autre part limiter les impacts dus aux aléas climatiques ou aux accidents sanitaires.

L’accroissement de notre niveau de production est un des aspects sur lesquels le Conseil d’administration de Coopenoix doit veiller pour garantir la pérennité de l’entreprise.

Au delà de cette mesure d’anticipation, Coopenoix déploie depuis plusieurs années déjà une politique globale de consolidation de nos atouts concurrentiels en mettant en œuvre une stratégie globale d’entreprise.

Le premier volet de cette stratégie porte sur notre démarche qualité.

Nos efforts dans ce sens ont porté puisque depuis 5 ans, nous obtenons chaque année la certification IFS pour les noix en coque et pour les cerneaux depuis 2010.

Cette certification est un véritable sésame pour développer nos marchés en Europe, elle s’inscrit, de plus, dans une démarche de développement durable.

De même, une vingtaine de nos producteurs s’est engagée dans une démarche GlobalGap qui répond aux critères de référencement des principaux acheteurs européens de fruits et légumes.

Elle garantit des pratiques culturales qui réduisent les impacts sur l’environnement et permet une approche responsable de la santé et de la sécurité des agriculteurs.

Dans la même lignée environnementale, 53 producteurs sont aujourd’hui certifiés bio avec une production de  480 tonnes en 2011.

Le deuxième volet de cette stratégie concurrentielle a trait à la pérennisation de la production grâce à une politique de soutien technique  des producteurs qui sera renforcée.

Pierre Gallin Martel a ensuite abordé la stratégie mise en place pour la Lara

« face à la montée en puissance de la production de la variété Lara et au regard d’un marché stagnant de la noix fraiche, le Conseil d’administration de Coopenoix a décidé une stratégie en 2 axes pour cette variété :

Le premier axe prévoit de conforter et renforcer les volumes de noix Lara fraiche commercialisés :

- d’une part en équipant la station d’une chaîne de lavage-écalage performante afin de proposer un produit de qualité,

- d’autre part en ayant une politique commerciale offensive pour prospecter de nouveaux clients

Le deuxième axe de cette stratégie fait écho au fait que parallèlement, un nouveau marché de noix de bonne qualité s’ouvre.

Il est donc important que nos producteurs bénéficient de cette opportunité.

En conséquence, le Conseil d’administration de Coopenoix demande aux producteurs concernés de sécher 60 % de leur production, et a donné au groupe technique la mission de les aider à maîtriser le séchage de leurs noix en éditant une fiche technique « séchage Lara » La bonne conduite technique des vergers doit permettre d’améliorer les rendements à l’hectare de façon significative à condition que les prescriptions soient bien respectées.

Le troisième volet de la  stratégie d’entreprise de Coopenoix porte sur la qualité et l’efficience de l’outil de production. Depuis 2008, de nombreux investissements et des travaux d’extension ont été réalisés afin d’améliorer l’efficacité de la station. Ceux ci se poursuivent.

Coopenoix a ainsi acquis la logique industrielle visée au début de ce plan de restructuration il y a trois ans et qui lui donne aujourd’hui les moyens d’être compétitive.En 2012, nous avons fait l’acquisition de l’installation de cassage-énoisage de Jean-Paul Cotte qui cesse son activité.

Cet investissement s’inscrit dans une logique d’amélioration de notre réactivité et de notre politique de maîtrise des coûts de transformation.

Quatrième volet: l’action commerciale

Nos marchés restent concentrés sur l’Europe, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne et les pays scandinaves et nous poursuivons une politique offensive sur ces pays ainsi que sur la France sans délaisser le reste du monde. Nous avons également fait preuve d’innovation concernant le packaging.

En 2011, nous avons renforcé l’impact commercial de ces créations qui s’avèrent répondre aux attentes des consommateurs. Il convient également de noter que les marques de distributeurs continuent à progresser.

Coopenoix gère aujourd’hui plus de 40 références dont 8 marques de distributeurs qui représentent 33 % des volumes vendus. 90 % des volumes vendus en vrac le sont sous la marque Coopenoix.

Ce constat nous amène à penser que les marques distributeurs sont désormais incontournables.

Certes elles grignotent une part de marché qui pourrait revenir à notre marque mais elles présentent l’intérêt d’être stables et pérennes.

Ajoutons à ce chapitre que pour la troisième année consécutive, l’accord commercial avec ValSoleil nous a permis de confirmer la pertinence de cette stratégie.

Cette synergie commerciale est en effet stratégique, elle permet de disposer de volumes plus importants afin de répondre à la demande significative de gros clients.

La forte complémentarité des zones de collecte des 2 coopératives favorise la régularité de l’offre globale. Au terme de ces 3 années, les 2 coopératives ont tiré un bilan positif et ont décidé de poursuivre leur collaboration fructueuse.

coopenoixCoopenoix travaille au niveau de sa communication, avec deux sites internet, une communication interne, le soutien d’un plan de communication national initié par le CING

Pour les prochaines années, le CING a pour projet de poursuivre la communication sur la noix de Grenoble en suivant deux axes :

- en prenant en compte la communication individuelle mise en œuvre par chaque entreprise, en France ou à l’étranger ;

- de manière collective, à travers, d’une part une signalétique accrue de la zone AOP,  et d’une campagne de communication dans un pays étranger d’autre part.

De son côté, l’AOP Dynamic Noix poursuit son travail afin de déterminer les priorités des deux stations d’expérimentation, la SENURA et la station de Creysse.

L’association des producteurs de noix finance également la recherche variétale à travers le suivi du verger de Bordeaux.

A l’échéance de cinq ans, et grâce à ces recherches, de nouvelles variétés auront été sélectionnées, plus performantes en termes de rapidité de mise à fruits, de calibres, et plus résistantes aux maladies.

Tout converge donc vers la diversification variétales qui pourrait bien représenter l’avenir de notre métier sans que nous ayons à renier les variétés traditionnelles. »

Les nuciculteurs présents à la salle des fêtes de Tullins ont beaucoup apprécié la teneur de ce repport et attendent avec beaucoup de sérénité la prochaine campagne…

coope 2

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix: résultats d’essais « fertilisation foliaire »


Le groupe technique de Coopenoix  organise sa demi-journée du rendu des résultats d’essais, conduits depuis 2009, sur le thème de la fertilisation foliaire à la salle des fêtes de Beaulieu le jeudi 26 janvier de 8h30 à 12h30.

Au programme :

8h30: Accueil

– Introduction de la matinée par Pierre GALLIN MARTEL, Stéphane MASSET et Jean-Pierre RENEVIER

- Présentation technique du bilan des essais et de leurs calculs économiques par Jean-Marc LUCIANO suivie d’un temps de questions-réponses.

- Intervention sur la nutrition du noyer d’Alain KLEIBER, Ingénieur conseil en nutrition et physiologie végétale, suivie d’un temps de questions-réponses

- Présentation par les firmes GOËMAR, AGRONUTRITION et ROULLIER, des produits utilisés pour les essais.

La fin de la rencontre se fera autour d’un buffet vers 12h30.

PS : Merci de bien vouloir rendre votre réponse auprès de Jean-Marc au 06-73-39-26-84.

Inbox

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix:


Le président de Coopenoix Pierre Gallin Martel associé au directeur Marc Giraud et l’ensemble du présentent leurs voeux de bonheur à l’ensemble des membres de la filière noix de Grenoble. Une noix de Grenoble qui a eu une campagne 2011 intéressante.

 » Pour Coopenoix, la dernière saison est globalement bonne avec une collecte supérieure de 30% par rapport à l’année précédente. on arrive donc a 6600 tonnes de collecte, une hausse de 50% en plus de 32 mm. De plus la qualité est au rendez vous malgré quelques craintes liées aux aléas climatiques. Le mois de juillet très humide favorisant la prolifération d’un champignon qui a abîmé un pourcentage plus ou moins important de noix selon les secteurs.

Des noix fragilisées par le fait que le printemps particulièrement sec et chaud a permis d’éviter toute protection. Malgré tout, et grâce au travail important réalisé par les producteurs, au niveau du tri on  dire que les apports ont été de très bonne qualité » précisent de concert le président Gallin Martel et son directeur.

Reste bien entendu la vente.

 » Nous n’avions plus de stock, chez nous mais également sur l’ensemble de l’Europe. Ici le ramassage a débuté avec une semaine d’avance par rapport aux années précédentes. Cette précocité a été bénéfique. A cela se rajoute le retrait important des apports  de noix américaines. Les américains se tournant vers le colossal marché chinois, cela a dégagé des volumes pour l’Europe, la parité euro-dollar. Tous ces facteurs font que les transactions sont facilitées et nous n’aurons une fois de plus plus de stock à l’aube de la nouvelle campagne, en effet tout est d’ores et déjà vendu ou retenu!.  »

Autre bonne nouvelle pour les producteurs: » les prix payés aux producteurs seront identiques à ceux de la campagne précédente, voire même avec une légère hausse. « . Nous nous rappelons ce que nous disaient les jeunes producteurs à la foire de la St Martin de Voiron en novembre: « si les prix se maintenaient, nous serions heureux! »

Face à cette situation du marché, il manque et manquera du volume, c’est une certitude. c’est d’autant plus regrettable que les producteurs fournissent de la marchandise de qualité et que les entreprises de négoce sont au « top » au niveau de la commercialisation. Alors que faire?

il faut absolument conserver les surfaces existantes et même tenter de les faire évoluer.

Pierre Gallin Martel président de Coopenoix " il faut encourager l'installation des jeunes en nuciculture"

Pierre Gallin Martel président de Coopenoix  » il faut encourager l’installation des jeunes en nuciculture »

Pour le président de Coopenoix: » se lancer dans la nuciculture comporte peu de risques par rapport à d’autres productions. Cependant quelques freins existent comme le retour sur investissements qui est long: un noyer met plusieurs années avant de produire, le foncier est de plus en plus rare… Cela ne doit pas nous empêcher de baisser les bras, bien au contraire.

Coopenoix a décidé d’accompagner les jeunes qui s’installent en leur offrant une aide aux plantations. Celle ci venant en complément des différents autres soutiens. »

Rappelons nous que consommer des noix est bon pour la santé…

coopenoix

nos partenaires

: AMB Rousset.

amb


Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix: poursuivre la politique de qualité


coopenoix 3L’assemblée générale de Coopenoix est très attendue par l’ensemble de la filière noix de Grenoble. Elle permet en effet de faire le point sur l’ensemble des dossiers qui la concerne.

Le président de Coopenoix, Pierre Gallin Martel a de suite planté le décor: » avec une baisse de 30% par rapport à la récolte précédente, 2010 est une année moyenne…  » Coopenoix a collecté, en 2010, 5518 tonnes tous produits contre 7964 tonnes la campagne précédente. Par contre la demande a été supérieure à l’offre, il a même fallu faire des arbitrages. Cela a permis une augmentation des prix sur tous les calibres. Une revalorisation dont a bénéficié l’ensemble des producteurs mais  » il faut poursuivre la politique de qualité engagée tant sur les exploitations agricoles que chez les metteurs en marché. »

Pierre Gallin Martel a été très clair: » on vit une situation paradoxale, de nombreuses productions sont en crise et la noix n’arrive pas à fournir…. » Il a alerté la salle, comble pour la circonstance de la fragilité de la filière, à cause en particulier d’un taux de renouvellement du verger nettement insuffisant pour assurer la progression des volumes.  » Il est de 3% alors qu’il devrait être au minimum de 5%. » Le président de Coopenoix a rappelé qu’il a proposé à l’ensemble de la filière noix la mise en place d’un plan incitatif  de rénovation et de plantation du verger isérois. Un plan a été soumis et accepté par le conseil général de l’Isère. Reste à le mettre en place. Au niveau du renouvellement des hommes Coopenoix a élaboré un plan d’aide aux jeunes qui s’installent.

nucci

Christian Nucci, avec à ses côtés Marc Giraud directeur de la coopérative et Pierre Gallin Martel, président,  » la noix de Grenoble est le fleuron de notre agriculture, sachons la protéger. »

Christian Nucci, vice président du conseil général en charge de l’agriculture, très proche des nuciculteurs a rappelé les chantiers à mener  » outre l’irrigation, il est certain que le renouvellement du verger est un dossier important qu’il faut mener à terme mais cela doit se faire en bonne intelligence, en concertation, et avec des partenaires, comme la région par exemple! ».

Cela n’empêche, Coopenoix poursuivra inlassablement son travail au niveau des objectifs fixés. La démarche qualité à travers la certification IFS, Globalgap, nouvelle procédure d’agréage, la certification bio… Coopenoix souhaite également conforter l’activité du groupe technique, poursuivre ses actions commerciales, de communication, l’amélioration de l’outil de production… sans oublier son investissement auprès des différentes structures de la filière noix.

coopenox2

En fin d’assemblée générale, coopérateurs et invités comme Jean Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes,( à gauche sur la photo) ont assisté à un exposé dont le thème était « qualité et valorisation », deux paramètres indissociables pour réussir. Ensuite ils ont visité les locaux de Coopenoix, vus les investissements faits afin de mieux rationaliser les coûts, améliorer la qualité de production et la réactivité…

Pour en savoir plus sur Coopenoix, un seul clic sur la flèche…

Nos partenaires

AMB

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Les défenseurs de la noix de Grenoble honorés


C’est dans le cadre prestigieux des Caves de la Chartreuse, que les acteurs de la noix de Grenoble ont été conviés, mardi 7 juin, par le Grand Maître de la Confrérie de la Noix de Grenoble, Bruno de Montal, et Philippe Boyer, directeur des relations publiques des Caves.

En effet, la Confrérie ouvrait ici son 41ième chapitre et avait décidé de récompenser cinq acteurs isérois pour leur engagement et leur savoir-faire reconnu en faveur de la Noix.

Furent donc, tour à tour, intronisés par des parrains, membres de la Confrérie, et devinrent donc eux aussi, par cette reconnaissance, Chevaliers de la Noix de Grenoble, Brigitte Verney, nucicultrice émérite de Moirans, Marc Giraud, directeur de Coopénoix qui occupe une place importante dans la production et la commercialisation de la noix, Philippe Guérin, directeur de la Chambre d’Agriculture de l’Isère, qui, en d’autres temps avait occupé le poste de technicien-noix dans la vallée du Grésivaudan et qui continue, dans ses nouvelles fonctions à promouvoir le fleuron de l’agriculture dauphinoise.

Pierre Gallin-Martel, président de Coopénoix eut ensuite l’immense plaisir de parrainer Vincent Fortunato, président de l’association « des tables gourmandes », grand chef de notre région qui officie dans son « Auberge de Malatras » à Tullins, et qui, au quotidien, dans ses cuisines, sait mettre à l’honneur la noix sous toutes ses formes, avec une imagination sans limite.

vachon

Enfin, Serge Papagalli, avec son talent et sa verve habituelle, dans un sketch improvisé, présenta avec beaucoup d’humour,  Didier Vachon, Directeur de France Bleu Isère.

Bruno de Montal en sacrant chacun de ces nouveaux Chevaliers leur demanda, en chœur, de promettre  «  par leurs paroles, leurs écrits et leurs actes d’aider, dans toute la mesure de leurs moyens, à la maintenance et à la promotion de la culture de la Noix de Grenoble, nourriture et lumière, symbole d’abondance et de sagesse, de paix et de vie ».

Cette cérémonie était agrémentée entre chaque intronisation, par des chants du chœur d’hommes de Chatte, l’ensemble Entresol, ce qui a donné une ambiance festive à cette manifestation solennelle.

Les Caves de Chartreuse ont invité, public présent, chevaliers et choristes, à chausser les lunettes en 3D pour visionner sur place, un magnifique documentaire sur l’histoire de la célèbre Liqueur des Pères Chartreux. Le tout se clôturant dans les Caves autour d’une dégustation et  d’un buffet bien garni, où longtemps encore les chants du chœur d’Entresol, ont résonné.

Une bien belle soirée en l’honneur de deux productions de prestige et de renommée mondiale de notre belle province du Dauphiné !

Les partenaires

Coopénoix

coop bon

AMB Rousset

amb r





Catégorie nucicultureCommentaires fermés

La noix de Grenoble en vedette au marché des AOC de Bourg en Bresse


Durant deux jour était organisé, à Bourg en Bresse le premier marché des AOC de Rhône Alpes. La noix de Grenoble était bien présente et a participé au succès de ce rendez vous de la gastronomie régionale.

Au stand des confréries, on ne pouvait pas manquer celle de la noix

Au stand des confréries, on ne pouvait pas manquer celle de la noix

Plusieurs milliers de personnes ont arpenté les allées de ce marché très original puisqu’il regroupait la quasi totalité des AOC-AOP de la région Rhône-Alpes.

Bien entendu la noix de Grenoble qui a obtenu l’AOC en 1938 ne pouvait manquer ce rendez vous.

L'espace réservé à la noix de Grenoble a été l' une des attractions de ce marché des AOC

L'espace réservé à la noix de Grenoble a été l'une des attractions de ce marché des AOC

Stéphane Ferlin producteur de noix à Polienas a accepté d’animer l’espace réservé à la noix de Grenoble.  » Je suis très satisfait d’avoir participé à cette manifestation. Nous avons vu beaucoup de monde et même du beau monde. De nombreux chefs de renommée, des patrons d’épiceries fines. Beaucoup de contacts ont été établis. Franchement nous avons bien communiqué sur la noix de Grenoble et je prends déjà rendez vous pour l’année prochaine… »

La confrérie de la noix de Grenoble avec en particulier Bruno de Montal, Pierre Gallin Martel, ici avec Stéphane Ferlin et sa fille ont largement participé à la promotion de la noix de Grenoble

La confrérie de la noix de Grenoble avec en particulier Bruno de Montal, Pierre Gallin Martel, ici avec Stéphane Ferlin et sa fille ont largement participé à la promotion de la noix de Grenoble

Les organisateurs ont habillé ce marché par de nombreuses animations. Parmi celles ci on retiendra la présence de plusieurs confréries dont celle de … la noix de Grenoble. Avec à leur tête le grand maître Bruno de Montal, les membres de la confrérie ont animé le stand de la noix de Grenoble mais ont également arpenté les allées afin de la faire découvrir, déguster …. C’est avec grand plaisir que nous avons retrouvé Pierre Gallin Martel, président de Coopenoix. C’est dire si la mobilisation a été forte!

Nos partenaires: Coopenoix et les Ets AMB Rousset

AMB Rousset


Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Commercialisation de la noix, il a fallu faire des choix!


Pierre Gallin Martel, ici avec le président su conseil général de l'Isère André Valinni lors de la fête de la noix à Vinay

Pierre Gallin Martel, ici avec le président su conseil général de l'Isère André Valinni lors de la fête de la noix à Vinay

Pierre Gallin Martel, président de la coopérative Coopenoix nous a confirmé une baisse des apports d’environ 30%.  » Par contre il faut retenir que la campagne 2010 est de très bonne qualité. »

La commercialisation s’est très bien passée  » car le marché était vide. Cela a une pour conséquence de voir les prix nettement se raffermir. On peut annoncer +60cts par calibre. »

Certes cette augmentation des prix est intéressante mais  » elle ne fera que maintenir le chiffre d’affaires des exploitations à cause des apports moindres. »

La commercialisation s’est donc bien passée grâce au manque de stocks mais également à la politique que mènent les USA.  » Ils se sont tournés vers le prometteur marché chinois ou ils vendent plus de 80 000 tonnes de noix. Cela nous permet de mieux conforter notre marché européen. Pour cette année on retiendra une stabilité des marchés tels que ceux des pays nordiques, Allemagne, Suisse, une augmentation pour l’Italie et une baisse sensible en Espagne, crise oblige. »

Pierr Gallin Martel regrette cependant une stagnation de la consommation:  » on a fait que compenser le manque d’apport de noix américaines sur nos étals. »

Au niveau du marché français le président de Coopenoix note une hausse de 18%,  » c’est bien pour une année de faibles volumes. »

Justement face à cette année difficile Coopenoix a du s’adapter, faire des choix.  » La gestion commerciale a été difficile surtout que les demandes sont en progression. Il y a des clients que nous n’avons pu fournir, partiellement ou en totalité. C’est d’autant plus dommageable que Coopenoix a une stratégie de développement, de prospection en direction de nouveaux clients. On ne peut hélas pas travailler sur du durable. »

La solution pour éviter ce manque des apports: « mettre en place une politique de plantation de noyeraies efficace et incitative. Il faut savoir que dans la noix le retour sur investissement est long. Un arbre met 12 ans avant d’offrir une production correcte. »

Nos partenaires: Coopenoix et AMB Rousset

AMB Rousset

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Pierre Gallin Martel, président de Coopénoix:


Nous sommes en pleine récolte de noix. Rencontre avec Pierre Gallin Martel, nuciculteur à Tullins et président de la coopérative Coopénoix.

Pierre Gallin Martel exploite 30 hectares de noyers. 3 le sont en Lara, 1,8 en Fernor et le reste en AOC noix de Grenoble.

 » Pour cette campagne 2010, on aura une perte de récolte estimée entre 20 et 30% par rapport à l’année dernière. Les calibres seront également inférieurs. Cela est du à la météo. Par exemple il a fait frais en mai-juin qui est la période de fécondation. On note également une recrudescence sur certains secteurs de fléaux tels que la nécrose et la bactériose. Cela est la résultante des pluies du printemps. »

PGM

A propos de ceux ci: » ils peuvent anéantir entre 50 et 80% de la production. Le souci étant qu’il n’y a pas de solutions fiables et durables pour en venir à bout. Il faudrait que l’on trouve les moyens pour les éradiquer. Des traitements efficaces qui ne sont  pas obligatoirement chimiques. »

Et la fameuse mouche du brou?  » On en a longuement parlé lors de l’assemblée générale du CING:  les traitements sont forts et nocifs. Il faudrait passer de la lutte obligatoire à la lutte raisonnée. « 

La coopérative Coopénoix vit l’effervescence depuis quelques semaines. La deuxième tranche des travaux est terminée.

On regrette le manque de volumes pour cette campagne. C’est d’autant plus désolant que les marchés sont là. Cela va nous obliger à faire des arbitrages car nous ne pourrons pas satisfaire la totalité de nos clients. »

C’est d’autant plus rageant que le président de Coopénoix relève que  » la production sera de très bonne qualité, avec des cerneaux bien remplis, excellentes au goût. »

PGM3

On est en déficit de production en noix de Grenoble: la ou les solutions passent par le développement des vergers.  » Il faut planter de nouvelles surfaces de noyers. Il reste encore des disponibilités foncières. Il faut également rénover les vieux vergers. Nous avons l’accord politique pour le faire, à travers le conseil général par exemple. »

Et l’installation des jeunes: » elle entre dans cette politique tout en sachant que la filière noix, même si elle est porteuse, souffre de l’attente à la production. Un noyer met environ 12 ans avant de produire. Le retour à l’investissement est très long, surtout pour les jeunes. C’est un sacré frein. »

Pour en revenir à la campagne 2010 on a abordé de fait la question du prix. « Vus la qualité fournie et la baisse des volumes on peut raisonnablement annoncer que les prix payés aux producteurs seront en hausse de 20 à 30 cts  par rapport à l’année dernière.
Cela devrait compenser, au niveau des nuciculteurs la baisse des volumes. »

Dernièrement s’est déroulée l’assemblée générale de Coopénoix. Nous vous invitons à télécharger le rapport d’activité de la coopérative en cliquant sur:

Coopenoix: Assemblée Générale

coopenoix

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Le préfet visite Coopénoix


Le préfet de l’Isère a tenu à répondre favorablement à l’invitation du président de Coopénoix, Pierre Gallin-Martel. Il a donc visité l’entreprise située à Vinay accompagné de Christian Nucci,(voir photo) vice président du Conseil général, en charge de l’agriculture, d’Eliane Giraud, coopenoix 2son homologue à la région et de plusieurs élus locaux.

« Coopénoix une vieille dame en pleine bourre » avions nous titré notre article consacré à ses 80 ans. Elle l’est encore et ses « patrons » veulent même en faire plus!

La coopérative compte plus de 450 producteurs adhérents. Cette année elle va traiter 7000 tonnes de noix. « Une bonne année comparée aux 2000 tonnes de l’année de sècheresse 2003  » précise Pierre Gallin-Martel. Sur ses apports, 6000 tonnes sont ont les qualités requises pour l’AOC, 200 tonnes partent en noix fraîches, surtout de la Lara, 300 tonnes en cerneaux.

noix 5

Le président Pierre Gallin Martel, à droite et Marc Giraud, directeur, présentent la coopérative à leurs invités

Le président Pierre Gallin Martel, à droite et Marc Giraud, directeur, présentent la coopérative à leurs invités

Cette année Coopénoix aura un apport de 7000 tonnes de noix. Près de 80% partiront à l’exportation.

Coopénoix est une entreprise saine qui doit se battre sous tous les fronts au niveau de la commercialisation.

Voir notre article concernant ce volet.

Chacun a admis que la filière noix se porte bien même si des bémols sont à apporter. « De gros efforts restent à faire au niveau de l’installation des jeunes et du système arrachage-replantage. Ce rapport est à peine équilibré. On pourrait faire mieux surtout quand on sait que l’Europe consomme 200 000 tonnes de noix par an et n’en produit que 80000. Il faut redynamiser la plantation à travers un plan ambitieux » propose le président Gallin-Martel.

Au niveau de l’ambition, Coopénoix n’en manque pas et son avenir est tout tracé. « Nous voulons aller de l’avant et nous avons établi une feuille de route à quatre axes pour les années à venir:

1- pérenniser et conforter les approvisionnements

2- moderniser la station

3- optimiser la commercialisation et la valorisation des noix

4- Poursuive la démarche qualité

coopenoix 1

Coopénoix est déjà munie d’outils très performants, ils seront encore améliorés.

« Ce plan de travail a été mis en place en 2008 et les premiers résultats sont très encourageants »,  ont précisé de concert le président Gallin-Martel et le directeur, Marc Giraud. Le préfet et les visiteurs du jour ont apprécié et souhaité longue vie à  » la vieille dame ».

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2020
L Ma Me J V S D
« août    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+