Tag Archive | "Robert Duranton"

LE DEPARTEMENT SOUTIENT LE MONDE AGRICOLE FACE A LA RECRUDESCENCE DES ACTES DE MALVEILLANCE


Le Président du Departement Jean-Pierre Barbier, accompagné par le Sous-Préfet de Vienne, Jean-Yves Chiaro, le Vice-Président en charge de l’agriculture, Robert Duranton, la Conseillère départementale, Claire Debost, ainsi que par les Maires de Marcilloles, Dominique Primat, et de Penol, Bernard Veyret, et David Rivière représentant le Président de la Chambre d’agriculture de l’Isère, a visité cet après-midi l’exploitation de l’éleveur Yannick Bourdat.


dur

Face à la recrudescence des actes de malveillance contre des exploitations agricoles en Isère ces derniers mois, le Département a décidé d’agir, en lien avec tous les acteurs concernés.


Au cours de la visite de l’exploitation agricole de Yannick Bourdat située à Marcilloles, et la rencontre d’agriculteurs sur place, certains victimes d’actes de malveillance, le Président Jean-Pierre Barbier, accompagné par les élus et le Sous-Préfet, a rappelé les dispositifs mis en place pour soutenir les exploitants agricoles isérois en prévention et en dédommagement de ces actes répréhensibles, qui vont jusqu’à l’incendie criminel, et qui tendent à se multiplier.

Le 26 juin 2020, l’Assemblée départementale a voté un règlement d’intervention ouvrant droit à des aides du Département envers les agriculteurs dont les exploitations ont été l’objet d’actes malveillants.

Ce règlement permet aux exploitations touchées par des sinistres de ce type, d’obtenir une aide exceptionnelle de 15 000 € maximum, en complément des aides régionales, et dans la limite du plafond du régime des minimis agricoles.

Le 11 décembre 2020, l’Assemblée départementale a adopté une convention de partenariat avec l’Etat et la Chambre d’agriculture renforçant la sécurisation des exploitations agricoles. Concrètement, il s’agit de développer les échanges, de mieux sensibiliser les exploitants aux risques encourus tout en les associant à leur propre sécurité, de les alerter quant à l’émergence de nouveaux phénomènes et d’accentuer les actions de prévention.
Prochainement, lors de la session budgétaire du 1er et 2 avril, un règlement d’intervention, permettant au Département de subventionner les agriculteurs qui souhaitent équiper leur exploitation de systèmes de protection, dont la vidéo-protection, sera soumis au vote de l’Assemblée départementale.

« Les actes de malveillance à l’encontre des exploitants agricoles sont proprement insupportables. A l’heure où tout le monde est d’accord pour prôner les circuits courts et une alimentation, de saison et de qualité, certains osent s’attaquer à ceux qui permettent aux Isérois de remplir leurs assiettes en respectant ces objectifs.

Notre devoir est donc de soutenir ces exploitants, nos exploitants, pour éviter que ces actes répréhensibles restent impunis et puissent se multiplier », souligne le Président du Département Jean-Pierre Barbier.
« Cette crise sanitaire a montré combien l’indépendance alimentaire est importante, et combien elle avait finalement été mise de côté depuis de trop nombreuses années.

En Isère, le Département soutient l’agriculture.

Cela passe aussi par un soutien sans faille et une protection des exploitations face à des actes incompréhensibles de malveillance. Le Département est là pour ses agriculteurs, nous ne lâcherons rien », souligne le Vice-Président à l’agriculture, à l’irrigation, à la filière bois et au développement Robert Duranton.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

viticulture isèroise: nouvel élan


Le Président du Département Jean-Pierre Barbier, accompagné par le Vice président en charge de l’agriculture, Robert Duranton, a signé la Charte en faveur de la viticulture iséroise au Domaine viticole Giachino, à Chapareillan, aux côtés du Président du Syndicat des vins de l’Isère, Wilfrid Debroize, et du Président de la Chambre d’agriculture Jean-Claude Darlet.

vigne5

Objectif ? Soutenir une viticulture qui fleurit à nouveau en Isère.

Une viticulture qui renait
Souvent méconnu, le passé viticole de l’Isère remonte à l’époque romaine. Au 19e siècle, il connaît son
âge d’or, avec 33 000 hectares de vigne recensés dans les années 1850, essentiellement plantés en
cépages autochtones (24 cépages cultivés) dont certains existent encore aujourd’hui. Le phylloxéra à la
fin du 19e, puis la première guerre mondiale, entrainent une première vague d’abandon de la vigne.
L’industrialisation, les crises de surproduction, l’effondrement des prix, la concurrence des vins du midi
l’accélèrent ensuite.

vigne 1

le bâtiment du domaine viticole Giachino construit en bois de chartreuse

vigne2

Jean claude Darlet se rappelle que  » chaque agriculteur en Isère avait ses propres vigne pour faire son vin. »

Une production viticole demeure pourtant en Isère. L’installation de nouveaux vignerons, qui ont repris
des domaines familiaux ou ont permis la reconquête de vignobles disparus, a redynamisé la filière sur le
territoire, avec une soixantaine d’exploitations viticoles actuellement. En plus d’améliorer toujours plus la
qualité, ils valorisent le terroir et l’identité iséroise de leurs vins en travaillant notamment des cépages
locaux, et prennent en compte les problématiques environnementales.
Ainsi, ces dix dernières années, plus d’une vingtaine d’entreprises dont l’activité principale est la culture

de la vigne ont vu le jour, avec un âge moyen des viticulteurs à leur création de 36 ans. Avec un travail
spécifique et très qualitatif sur les cépages autochtones et alpins,une approche raisonnée de la
viticulture (la production AB prédomine), l’IGP Isère est portée par les nouvelles tendances sociétales
qui privilégient les circuits courts et l’impact environnemental chez le consommateur.

Même si la vente directe prédomine sur ce type d’exploitations, la grande diversité des cépages et des terroirs, alliée à
une nouvelle notoriété, permet de répondre aussi à des marchés de niches qui vont au-delà des frontières nationales.
En 2018, les vignes s’étendent sur 284 ha, dont 155 ha en AOP (Appellation d’Origine Protégée) et 85
en IGP (Indication Géographique Protégée). L’Isère compte l’IGP « Vins de l’Isère », l’IGP « Collines
rhodaniennes » et l’AOP « Vins de Savoie ».

Deux IGP en sus en Isère

vigne4

• IGP « Isère », créée en 2011, correspond aux vins initialement reconnus par l’appellation « Vin de
pays de l’Isère », qui comprend les secteurs géographiques des « Balmes Dauphinoises » (50 % de la
production) et des « Coteaux du Grésivaudan » (40 % de la production) et qui représente une production
totale d’environ 1 500 hl/an ;
• IGP « Collines rhodaniennes », autour du secteur de Seyssuel, vise une extension de l’AOP
« Côtes du Rhône ».

Une charte pour soutenir ce nouvel élan

Adoptée par l’Assemblée départementale le 21 février 2020, la « Charte en faveur de la viticulture
iséroise » vise à rassembler les acteurs de la viticulture iséroise autour d’objectifs partagés :
- de développement de la filière ;
- de promotion d’un produit local, de qualité contribuant à l’aménagement du territoire et à son
attractivité, notamment en lien avec les acteurs de la restauration et du tourisme.
Elle établit un plan d’actions bénéficiant du soutien du Département :
- avec une aide forfaitaire pour tout viticulteur isérois pour la plantation à hauteur de 6 000 €/ha,
plafonnée à 10 K€ par an ;
- avec une aide à l’acquisition de matériels de culture également plafonnée à 10 K€ par an ;
- avec une aide à l’équipement en outils de détection, de mesure et d’alarme associés à du matériel
de lutte contre la grêle, plafonnée à 30 K€ en individuel et 60 K€ en collectif ;
Le Département verse une aide de 3 000 €/an au syndicat pour mener les actions de développement de
la filière, accompagner les viticulteurs dans l’amélioration des pratiques, améliorer la visibilité des vins
de l’Isère, contribuer à leur notoriété, notamment via l’organisation d’un concours départemental.

Pour contribuer à la promotion des vins de l’Isère, le Département et Isère attractivité associent
également le syndicat dans les évènements permettant de promouvoir les vins.


vigne 12

« Les viticulteurs isérois sont les gardiens d’une partie de notre histoire, de notre patrimoine et de notre
identité, c’est pourquoi le Département a décidé de les soutenir de manière volontariste. Nous signons
aujourd’hui la charte en faveur de la viticulture iséroise et consacrerons à cette filière 110 000 € par an
du budget agricole. Les vins isérois méritent d’être connus et reconnus », affirme Jean-Pierre Barbier,
Président du Département qui a rajouté: les vins de l’Isère sont de qualité…

Catégorie A la une, viticultureCommentaires fermés

UNE CHARTE POUR PRÉSERVER, MAINTENIR ET VALORISER LES ÉTANGS


Le Président Jean-Pierre Barbier, accompagné par le Vice-président en charge de l’agriculture et de l’environnement, Robert Duranton, et par la Conseillère départementale du canton Claire Debost, a signé  la Charte des étangs à La Côte Saint-André, aux côtés de Patrice Clavel-Morot, Président du Syndicat de Défense et Promotion des Etangs du Dauphiné (SDPED).

Les étangs, un patrimoine isérois historique en péril
Les étangs en Isère sont présents, pour certains, depuis le Moyen Age et ont été créés à l’origine par les moines cisterciens pour l’élevage de carpes afin de nourrir les habitants, notamment dans le massif des Bonnevaux. Ces milieux humides servent de réserves d’eau, d’atténuateurs de crue, de filtration. Ils renferment également une biodiversité exceptionnelle, abritant parfois des espèces rares, voire menacées.

Ils font, qui plus est, partie du patrimoine paysager et culturel du Dauphiné.
Si le nombre d’étangs reste encore très important, ceux-ci pourraient tendre à disparaître. Ce sont en effet les pratiques de gestion traditionnelles fondées sur des vidanges périodiques et des assecs qui ont assuré au fil du temps le maintien de leurs fonctions. Or, l’absence de vidange et le défaut d’entretien conduit, à terme, à la dégradation des installations (vannes de manoeuvre, obturation du canal de vidange, développement de végétation sur la digue) susceptible de rendre la vidange impossible, voire de conduire à la rupture de digue.
L’évolution de la règlementation complexifie également la gestion des étangs, le poids et la technicité des procédures pouvant être un frein pour les propriétaires privés ou publics.
Le Département agit pour préserver et valoriser les étangs

Pour préserver ce patrimoine et enrayer la perte de biodiversité liée aux milieux humides, le Département a oeuvré, main dans la main avec le Syndicat de Défense et Promotion des Etangs du Dauphiné (SDPED), qui regroupe des propriétaires et des exploitants des étangs de l’Isère, pour créer une charte permettant de « préserver, maintenir et valoriser les étangs du Dauphiné ».

Adoptée par l’Assemblée départementale en janvier 2020 pour une durée de 5 ans, sa mise en oeuvre repose sur un soutien financier appuyé du Département, à savoir un budget annuel de 280 000 euros.
Conçue dans l’objectif de délivrer des outils très pratiques pour les propriétaires d’étangs, la Charte scelle un partenariat fort, au moyen duquel le Département prend en charge 80% du poste d’un technicien de l’ADAPRA (Association pour le Développement de l’Aquaculture et de la Pêche Professionnelle en Rhône Alpes) et mis à disposition du SDPED.
Ce technicien a été recruté en juillet dernier et interviendra directement auprès d’une trentaine de propriétaires par an, afin d’évaluer les besoins fonctionnels de chaque site, au regard de la nouvelle réglementation notamment. La réalisation de ce diagnostic permettra ainsi d’établir quels investissements réaliser (réalisation de vidange, préservation de l’environnement…), avec l’appui financier du Département.
A long terme, il s’agit d’inscrire la gestion des étangs dans une démarche de développement durable par la mise en oeuvre des pratiques traditionnelles assurant la production extensive de poissons d’eau douce et contribuant à la biodiversité de ces milieux humides.

Renouer avec la tradition, en structurant une filière de poissons ISHERE
En favorisant le rempoissonnement, la Charte encourage les propriétaires d’étangs à renouer avec la tradition aquacole dauphinoise. Le Département propose un accompagnement technique, afin de structurer la filière et de contribuer à son développement via la marque agro-alimentaire ISHERE.

Enfin, cette démarche de revitalisation se déclinera par des actions de sensibilisation et de valorisation touristique des étangs auprès des publics scolaires et du grand public pour mettre en valeur leurs dimensions environnementale, historique et culturelle, ainsi que leurs fonctions de loisirs.


« La Charte des étangs est primordiale pour assurer la pérennité d’étangs qui peuvent à long terme disparaître en Isère si rien n’est fait. Ces étangs font partie de notre patrimoine historique, culturel et paysager. C’est pourquoi cette charte, qui regroupe déjà 10 étangs pilotes, a vocation, grâce au travail de terrain de la SDPED, à unir toujours plus de propriétaires. Elle offre conseil, accompagnement et formation aux propriétaires.

Elle aide aux vidanges périodiques, aux travaux d’entretien, de rénovation, à la mise en conformité réglementaire. Elle vise aussi à faire émerger une filière iséroise de poissons d’eau douce et à développer la fonction sociale des étangs par une valorisation auprès des différents publics. Pour toutes ces raisons, je suis fier de la signer aujourd’hui », affirme Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

La filière noix de Grenoble à l’agonie …mais elle se relèvera


Ce samedi 15 juin a été apocalyptique dans la vallée du Gésivaudan..De Romans sur Isère à Tullins un orage de grêle d’ une rare violence accompagné de  rafales de vents atteignant parfois les 150 km/h a fait d’énormes dégâts.  L’agriculture a beaucoup souffert de cette météo hors norme, en particulier la noyeraie.

Selon une première estimation ce sont entre 15 000 et et 20 000 arbres sui sont couchés, impactés .. Certains nuciculteurs ont perdu la totalité de leur production en quelques minutes..

Suite à cette calamité la mobilisation est générale..

wauquiezCrédit photos © Guillaume Atger/Région Auvergne-Rhône-Alpes

Dès ce lundi matin Laurent Wauquiez Président de la région Auvergne Rhône-Alpes  s’est rendu sur le terrain afin de constater les dégâts et d’annoncer un déblocage de fonds  d’urgence à hauteur de 5 millions d’euros  pour aider les agriculteurs et éleveurs touchés dans la région.

Didier Guillaume ministre de l’agriculture a quant à lui visité l’exploitation de Christian Bofelli nuciculteur à  Montagne. De nombreux élus ont assisté à cette visite dont Jean Pierre Barbier Président du Conseil Départemental accompagné de Robert Duranton vice Président en charge de l’agriculture. Bien entendu l’ensemble des structures de la filière noix étaient représentées ainsi que de nombreux nuciculteurs.

Christian Bofelli a fait part de son désarroi avec plus de 1000 arbres mis à terre et d’autres qui ne produiront pas cette année  » et sans doute les années suivantes »..  » C’est d’autant plus préjudiciable que j’ai investi ces dernières années 250 000 euros pour moderniser mon exploitation.. »

Yves Borel président du Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble a été on ne peut plus clair  » la filière noix de Grenoble est à l’agonie.. Les pertes de récoltes vont être très importantes.. D’autres dont nos concurrents directs vont en profiter bien sûr.. Il faut aussi traiter l’urgence: redresser les arbres qui peuvent l’être, débarrasser les autres, supprimer les souches.. Un travail de titans.. »

Propos repris par Yves Renn  président de coopenoix qui a rajouté: » il est certain que c’est l’ensemble de la filière qui est impacté..nous espérons que les apports seront inférieurs que de 50% …sinon..!! Il y a bien sûr la coopérative à faire tourner avec du personnel, les investissements à amortir et penser à replanter en noix de Grenoble .. Bien entendu Coopenoix se mobilisera auprès des coopérateurs pour les aider à sortir de l’impasse.. »

Jean Claude Darlet, président de la chambre d’agriculture, très ému car nuciculteur lui même a bien entendu confirmé ces constats tout en s’adressant directement au ministre de l’agriculture: Il faut traiter le dossier de l’assurance en urgence. Trop d’agriculteurs ne sont pas assurés car les échéances sont trop lourdes. Et de faire un aveu:  » moi même je ne suis pas assuré car j’ai choisi de garder mon personnel plutôt que de d’assurer mon exploitation: Oui il faut rendre l »assurance obligatoire mais à des tarifs raisonnables.. »

Didier Guillaume a donné entièrement raison à Jean Claude Darlet promettant de réunir au plus vite les instances concernées pour sortir de cette impasse.

Il a confirmé que tout sera fait pour qu’aucun agriculteur victime de cette tempête « mette la clé sous la porte »  tout en saluant leur dignité et leur courage face à ce sinistre.

Le Département sera également aux côtés des agriculteurs sinistrés. Ceci dès qu’un bilan précis sera fait..

Jean Claude Darlet précisant enfin « qu’il ne faut pas oublier les éleveurs qui n’auront pas de fourrage cet hiver pour nourrir leur bétail, les maraichers qui ont tout perdu..les céréaliers qui auront des pertes de récoltes considérables.. »

Certes l’ambiance était morose mais nous avons entendu des  » on est à l’agonie mais on se relèvera.. » nous n’en doutons pas!

Gilbert PRECZ

Voici un diaporama de la visite de Didier Guillaume à Montagne..




Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Les productions iséroises à l’honneur


C’est une coutume, le département tient à honoré l’ensemble des participants au salon international de  l’agriculture..  Le Président du Département Jean-Pierre Barbier,  le Vice-Président du Département chargé de l’Agriculture Robert Duranton  et de nombreux conseillers départementaux ont accueilli à l’Hôtel du Département e Président de la Chambre d’Agriculture de l’Isère Jean-Claude Darlet et les lauréats isérois du Concours Général Agricole 2019.

1

Les productions iséroises à l’honneur

Lors du Salon International de l’Agriculture, les producteurs isérois ont su mettre en avant la qualité de leurs productions et de leur savoir-faire. A l’heure où les consommateurs sont de plus en plus demandeurs de produits locaux, cette reconnaissance vient conforter le chemin engagé par le Département et ses partenaires dans le développement de la marque Is(H)ere destinée à valoriser leur travail.

Avec plus de 500 produits labellisés, cette marque est plébiscitée dans toutes les opérations commerciales qu’elle propose, en marchés comme en grandes et moyennes surfaces.
Grâce aux avancées permises par la marque Is(H)ere mais surtout grâce au travail méritant des agriculteurs, éleveurs et producteurs du département, les produits isérois sont de plus en plus reconnus. Ainsi, lors de ce Concours Général Agricole 2019, ce sont 5 médailles d’or, 5 médailles d’argent et 2 médailles de bronze qui sont venus récompenser la qualité de leurs produits, sans oublier les multiples animaux d’élevages isérois très bien placés dans les différents concours.
« Le travail minutieux des producteurs isérois mène aujourd’hui à cette multitude de prix dont nous sommes ravis au Département. Pourtant le travail des agriculteurs et éleveurs est un travail difficile dont nous ne pouvons pas nous passer. En voyant un tel engagement, nous ne pouvons que continuer à soutenir et à encourager ces producteurs, comme nous le faisons avec la marque Is(H)ere. » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.


3

« Nous travaillons main dans la main avec la Chambre d’Agriculture Iséroise pour accompagner autant que nous le pouvons les producteurs. Voir cette reconnaissance de la part des filières nationales cela nous montre bien que nous avons raison de les soutenir. » ajoute Robert Duranton, Vice-Président du Département.

A noter également que plusieurs entreprises agro-alimentaires ont également participé au concours général agricole ou ont été présentes au salon..

voici les médailles obtenues au salon cette année

Spiritueux
SAS Bigallet à Val-de-Virieu
1 médaille d’or : crème de fruits cassis bio
1 médaille d’argent : génépi bio
Cherry Rocher à Bourgoin-Jallieu
1 médaille d’or : liqueur aux plantes Peppermint
2 médailles d’argent : Absinthe verte et Guignolet Royal
Bières

Une Petite Mousse à Echirolles
1 médaille d’or : bière ambrée « Ale Pas d’Chinock »
La Furieuse à Sassenage
1 médaille de bronze : bière ambrée « La Futée »
Huiles
GAEC de Riquetière à L’Albenc
1 médaille d’or : huile de noix
GAEC du Rocher à Saint-Geoirs
1 médaille d’argent : huile de noix
Miel
L’Arbre à Miel à Lancey
1 médaille de bronze : miel de Belledonne
Fromages
Fromagerie du Dauphiné à Têche
1 médaille d’or : Saint-Félicien marque Chartrousin
1 médaille d’argent : Saint-Marcellin IGP
Vins
Julien René à Chapareillan
1 médaille d’argent : AOP vin de Savoie-Apremont
Animaux
Bovins
Au Boeuf Charolais
1 médaille de bronze : viande de boeuf/Boeuf de Charolles AOP
GAEC des Rapilles Engins
Vache de race Abondance : 5ème place pour Garonne
et 2ème prix pour les pratiques écologiques prairies et parcours
GAEC des Prairies à Longechenal
Vache de race Montbéliarde : 4ème place pour Mésange
GAEC des Terreaux à St Georges d’Espéranche
Vache de race Montbéliarde : 6ème place pour Lessiveuse
EARL de Ternan à Gillonnay
Vache de race Montbéliarde : 6ème place pour Hirondelle
GAEC du Dauphiné à Janneyrias
Vache de race Montbéliarde 8ème place pour Horticulture
Ferme Verdel à St Didider de la Tour
Vache de race Prim’Holstein : 6ème place pour Prim’Holtein
GAEC Les Trois Sapins à Porte des Bonnevaux
Vache de race Prim’Holstein : 12ème place pour Prim’Holtein
Equins
Sylvain Piltant à Sassenage
Cheval du Vercors : 2ème rang/ Argent Cheval du Vercors de Barraquant

2

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Isère: de grandes avancées


Ce 12 avril 2019 s’est tenue la Séance Publique du Département de l’Isère. Lors de cette journée, outre les rapports sur les sujets tels que la réciprocité, l’aéroport de Grenoble Alpes Isère ou le Plan Ecoles, le Président du Département Jean-Pierre Barbier a évoqué les résultats d’une enquête portant sur la satisfaction vis-à-vis de l’action de la collectivité.

Parmi les rapports votés lors de cette séance, certains marquent de grandes avancées pour l’Isère et ses habitants.
Les élus ont notamment, voté un nouveau rapport sur la réciprocité. Mise en place en place en 2016, l’expérimentation de la réciprocité au RSA s’est révélée très bénéfique pour les allocataires : nouvelles relations sociales, regain de confiance en eux, mise à profit des compétences, meilleure insertion professionnelle, …
Aujourd’hui, 20% des allocataires sont engagés dans cette démarche et le nombre d’allocataires a diminué de 10%, bien au-delà des moyennes nationales et régionales. Saluée par les structures d’accueil, le dispositif a également été récompensé du prix de l’association Bleu Blanc Zèbre et par l’Université Grenoble Alpes.
Le Département a donc fait le choix de pérenniser un système qui a fait ses preuves et en reprécisé le cadre. Cette politique sur un tryptique simple : dignité, innovation, travail.
Autre point important de cette session, le Département a voté un rapport sur l’aéroport Grenoble Alpes Isère et sur la construction d’un nouveau bâtiment pour la prestigieuse Ecole Nationale de l’Aviation Civile. Face à la désuétude environnementale de l’ancien bâtiment, le Département agit avec Bièvre-Isère-Communauté et la Région afin de sauver l’implantation de l’école. Le Département sera donc pilote de la construction d’une nouvelle plateforme au Sud du site.
Cet investissement permettra à l’aéroport qui voit passer plus de 357000 passagers par an de continuer à attirer les jeunes pilotes.
Cet aéroport est l’un des leviers de l’économie et du tourisme isérois avec des retombées évaluées en moyenne à 150 millions d’euros par an.

Enfin, le Département a lancé son Plan Ecoles. L’éducation est un axe primordial de l’action départementale comme en témoigne le plan d’investissement de 221 M€ dans les collèges. Au-delà des collégiens, le Département veut offrir aux écoliers des structures adaptées. Ce plan écoles permettra de répondre à la demande importante de soutien des collectivités maitres d’ouvrage (communes et EPCI). Il s’appliquera de manière uniforme à l’échelle départementale et aura notamment pour but de faire émerger des projets en augmentant leur financement, de soutenir l’investissement et de répondre de manière équitable à un besoin important des collectivités.

Au niveau agriculture il a été précisé que le pôle agroalimentaire est sur de bons rails:  » on croit à sa réussite » dira le vice Président en charge de l’agriculture Robert Duranton qui rajoute: nous avons aussi lancé un plan sècheresse qui concerne l’ensemble des agriculteurs touchés.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Chambre d’agriculture de l’Isère: Jean claude Darlet, mandat renouvelé


Suite aux élections de janvier 2019, une session d’installation c’est déroulée sous la présidence de Lionel Beffre, préfet de l’Isère, en présence de Jean Pierre barbier et Robert Duranton, président et vice président en charge de l’agriculture.

Jean claude Darlet a été réélu président. Pour rappel il exerce le métier d’agriculteur depuis 1984 sur une exploitation agricole située dans le Sud Grésivaudan (22 ha en noyers AB et 40 ha de céréales).

Sont également élus:

1er vice président: Jérôme Crozat

2ème vice-président: André Coppard

3ème vice-président: Stéphane Tirard

4ème Vice -président: Pascal Denolly

Secrétaire: Jérémy Jallat

Secrétaires adjoints: Alexandre Escoffier, David Rivière, Jacqueline Rebuffet, Thierry Blanchet, Nadege Denis.



Catégorie agricultureCommentaires fermés

Le Vercors toujours en haut de l’affiche


verc2Le Vercors est toujours en fête au salon  international de l’ agriculture qui s’achève ce dimanche 3 mars..Situé au hall 1 , celui des animaux, l’espace Vercors connait en effet une animation toute particulière, en particulier grâce à ses deux  » vedettes »: la Villarde et le bleu du Vercors Sassenage.

Cette présence est indispensable pour permettre aux milliers de visiteurs de découvrir un territoire, un terroir, et à travers eux un Vercors très dynamique grâce à son agriculture, ses activités économiques, touristiques…

Lors de la journée  » Isère » qui s ‘est déroulée ce vendredi 1 mars sur l’espace de la région Auvergne Rhône-Alpes, plusieurs conseillers départementaux sont  » montés  » à Paris ..

Ils ne pouvaient que faire une halte qu stand du Vercors.. Autour de Robert Duranton, mmes Anne Gérin et Sandrine Martin Grand..verc1

Catégorie Communauté de Communes du Massif du Vercors, Département de l'Isère, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

LES AGRICULTEURS IMPACTES PAR LES CONSEQUENCES DE LA SECHERESSE : LE DEPARTEMENT EN SOUTIEN


Le 30 octobre dernier, la Préfecture de l’Isère a placé le département en situation d’Alerte Renforcée et d’Alerte Sécheresse jusqu’au 31 décembre prochain. Le monde agricole est une nouvelle fois fragilisé.

Face à cette situation, le Département de l’Isère fera tout son possible pour apporter un soutien financier permettant d’aider les exploitations les plus en difficulté.

Lors d’une rencontre avec l’ensemble des acteurs du monde agricole le 16 novembre dernier, Robert Duranton, Vice-Président du Département en charge de l’agriculture, de l’irrigation, de la filière bois et de l’environnement, a évoqué la possibilité d’une aide au transport de fourrage, organisée collectivement, pour les agriculteurs.

Cette dernière s’inscrira en lien avec la procédure de « calamités agricoles » gérée par l’Etat. Son montant et ses modalités seront spécifiés une fois que les besoins réels auront été identifiés.

« Le manque d’eau de ces derniers mois a des impacts forts pour nos agriculteurs qui, dans la perspective de l’hiver, manquent de fourrage. C’est un nouveau coup dur pour le monde agricole. Malgré un cadre réglementaire très contraint, le Département fera tout son possible pour les aider » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

« Nous maintenons les échanges avec les acteurs du monde agricole pour définir avec eux les besoins et apporter des solutions concrètes pour les soutenir » précise Robert Duranton, Vice-Président du Département.

Catégorie Département de l'Isère, agricultureCommentaires fermés

LA MARQUE IS(H)ERE A ST EGREVE


3

Ces vendredi 9 et samedi 10 novembre, la galerie marchande du Carrefour Saint-Egrève a accueilli une animation commerciale de la marque Is(h)ere.

A cette occasion Jean-Pierre Barbier, Président du Département, accompagné de robert Duranton, vice président en charge de l’agriculture ainsi que de Philippe Tiersen, Président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de l’Isère, et Françoise Audinos, vice-Président de Grenoble Alpes Métropole, est allé à la rencontre des producteurs présents.

Une animation autour des produits locaux

La marque Is(h)ere, lancée par le Pôle agroalimentaire isérois en juin 2018, rassemble plus de 40 producteurs de l’Isère reconnus pour leurs qualités. Cette animation a vocation à présenter et à faire déguster les nombreux produits que proposent les agriculteurs et artisans agréés par la marque. Fromages, charcuteries et autres produits de l’Isère étant cuisinés sous les yeux du public par deux grands chefs locaux : Cédric Bayle et Alexis Fonteneau
Pendant ces deux journées, les clients de la galerie ont pu déguster et acheter les produits des producteurs.

« Je suis ravi du succès de cette marque. En passant à cette animation dans une grande surface iséroise, on voit bien la qualité des produits que l’on crée en Isère. Et les Isérois s’en rendent compte. Ils sont ravis de pouvoir déguster et connaître des produits qui viennent de leur département ! » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.

12

Catégorie Département de l'Isère, agricultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

avril 2021
L Ma Me J V S D
« mar    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+