Tag Archive | "Robert Duranton"

Vive la fête du Bleu!


Je persiste et je signe… ne pas organiser la fête du bleu cette année aurait été non pas une aberration mais une hérésie..Sans faire de dramaturgie, comment priver tous les acteurs du Vercors de leur vitrine, celle de la fête du bleu..

Ce week-end plus de 20 00 personnes se sont rendues à Méaudre pour aller à la rencontre des acteurs du Vercors mais aussi de tout ce que peut offrir ce dernier au niveau de l’artisanat de ses produits touristiques, agricoles..un évènement qui au fil des éditions est devenue une véritable tribune..

Lors des discours qui on clôturé la visite officielle, on retiendra les propos de Catherine Brette, présidente du Parc Naturel Régional du Vercors qui a souligné que  » c’est la fête des agriculteurs, des saveurs et des savoir faire du Vercors ».

Daniel Vignon, président du Syndicat du Vercors Sassenage a tenu a rappeler que cette manifestation montre tout le dynamisme de la filière laitière du Vercors..  » Un dynamisme porté par le Bleu du Vercors Sassenage qui permet aux producteurs de lait d’être correctement rémunérés. » Et d’annoncer: Le bleu du Vercors Sassenage c’est 300 tonnes via Vercors Lait et 50 tonnes issus des producteurs fermiers, chiffres en constante augmentation ».

François Rony, président de l’ Association de promotion des produits du Vercors, véritable cheville ouvrière de la fête:  » Merci aux agriculteurs, éleveurs, associations, bénévoles mais aussi élus qui accepté de relever le défi.. Ils se sont mobilisés pour que cette fête soit une réussite.. Pas évident en ayant le feu vert en mars! »

Patrick Rey Giraud, président de la station d’élevage, responsable du comice du plateau du Vercors s’est félicité  » que le comice a été associé à la fête du bleu, On a eu des échos très pessimistes quant à la tenue de la fête du bleu. La mobilisation a été totale et nous sommes heureux aujourd’hui du succès de cette manifestation ».

Chantal Carlioz, maire de Villard de Lans, vice présidente du conseil départemental a clamé haut et fort:  » vive la fête du Bleu! La mobilisation de tous autour de cette manifestation prouve qu’elle a de beaux jours, années devant elle.. Le thème choisi: saveurs et savoirs  permet de mettre en valeur notre territoire, notre terroir et l’ensemble des atouts du Vercors dont l’agriculture, le tourisme.. »

Robert Duranton vice président du Conseil Départemental en charge de l’agriculture s’est dit combien satisfait que la fête du bleu se déroule dans de bonnes conditions, malgré quelques soubresauts..  » On ne peut que féliciter les personnes, structures, associations qui ont tenu à ce qu’elle se déroule cette année..  » Il a confirmé que le département continuerai à soutenir son agriculture.  » il faut tout mettre en oeuvre pour que les agriculteurs puissent vivre de leur métier, favoriser les circuits courts.. A ce niveau là le Vercors, la coopérative Vercors Lait sont des exemples.. »

Hubert Arnaud, maire de la commune d’Autrans-Méaudre en Vercors et Pierre Buisson maire délégué de Méaudre ont de concert affirmé qu’ils ne voulaient pas céder à la fatalité. La fête du bleu ne pouvait pas disparaitre car c’est un évènement majeur sur le plateau, un formidable outil de promotion.  » Ils ont tenu à remercier chaleureusement les organismes comme la région, le Département mais aussi les associations comme l’APAP, les diverses associations sportives, culturelles… qui se sont mobilisées pour  cette fête se déroule dans les meilleurs conditions. Ils ont tenu à remercier vivement les bénévoles au nombre de 250/ 300..  » sans eux point de fête »..

Jean Claude Darlet, président de la chambre d’agriculture de l’Isère s’est montré satisfait de la réussite de cette fête qui  » met en avant le dynamisme, la jeunesse de l’agriculture du Vercors. » Mais il a lancé plusieurs alertes: » l’agriculture va mal, les producteurs de lait voient leur paye baisser. On m’a annoncer un prix de 200 euros les 1000 litres de lait alors qu’ils ont des coûts de production qui frôlent les 400 euros. Les producteurs de viande, les céréaliers sont aussi au plus mal. Et de lancer un véritable cri d’alarme;  » la gestion du loup est catastrophique! Les attaques se succèdent aux attaques. Notre région investi de façon inefficace 16 millions d’euros en opérations de protection..C’est inadmissible. Il faut qu’enfin les bonnes décisions soient prises, jusqu’à éradiquer le loup si c’est la meilleure solution. »

Gilles Chabert Conseiller Régional, s’est dit heureux de participer à un évènement comme la fête du bleu mais surtout à la présentation des animaux, plus de 150  » Ça fait plaisir de voir des vaches avec des cornes!.. Il a constaté que les éleveurs de montagne , celle du Vercors avait le moral, étaient dynamiques.. » Et de conclure, j’ai vu beaucoup de bouses sur le chemin de la fête, j’espère en voir plus sur les lieux de la fête 2017!

L’ensemble des intervenants, organisateurs s’est félicité du choix de Christophe Aribert comme parrain de la fête. Le chef étoilé natif du Vercors a parfaitement mis en avant les produits du plateau, ceci au stand cuisine et passion en Vercors aux côtés en particulier de Claude Ruel. Intronisé au sein de la confrérie du Bleu du Vercors Sassenage, il a promis de davantage être présent lors des futures fêtes..

La prochaine devant se dérouler dans la Drôme, Christian Morin, vice président du Conseil départemental de la Drôme se disant prêt à jouer le rôle d’ambassadeur pour qu’il en soit ainsi..

Gilbert PRECZ

La journée de dimanche en images..


La journée de dimanche en images..

Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

AG de Coopenoix et journée de la noix


L’assemblée Générale de Coopenoix est toujours un rendez vous incontournable de l’ensemble de la filière noix.

Cette année elle est devenue un passage obligé puisque les dirigeants de la coopérative ont profité de l’AG annuelle pour organiser une ‘ » journée noix » tout simplement. Celle ci se déroulant sur le site même de la coopérative à  Vinay.

Salle comble pour l’assemblée générale..Présidée par Yves Renn, avec à ses côtés Marc Giraud directeur, elle a permis de faire le point sur de nombreux volets.

2

La campagne 2015 a été bonne avec un tonnage de 6600 tonnes, soit + 21% par rapport à la campagne précédente.  » La grande satisfaction tient d’avantage dans la qualité des noix, des gros calibres,  une belle couleur de la coquille… Une qualité saluée par nos clients.. » précisera Yves Renn.

Qualité appréciée par exemple en Italie, principal client de Coopenoix à l’étranger mais qui subi une concurrence forte en provenance des Etats-Unis Chili.  » C’est la qualité qui nous permet de nous maintenir ».  A rajouter la concurrence française, celle du sud Ouest qui se fait de plus en plus forte.

Coopenoix tire cependant parti de ses atouts: précocité de mise en marché, relations de confiance avec ses clients, réactivité, outil industriel performant, et bien entendu qualité du produit.. » qui doit être irréprochable car elle est notre principale porte d’entrée, c’est même notre sésame sur les marchés ou la concurrence est très forte » martèle le président Renn.

Un président qui tire une sonnette d’alarme sur le renouvellement de la noyeraie. Il est trop juste et quand on sait qu’un arbre produit au bout de plusieurs années, il y a de quoi être inquiet.. Coopenoix poursuit donc une stratégie de développement avec une incitation aux plantations, une extension immobilière, une gestion saine… » qui font notre force a conclu le président Renn.

Jean Claude Darlet, président de la chambre d’Agriculture de l’Isère a tenu à alerter la salle et les élus sur les nouvelles mesures concernant les traitements..  » On quitte l’entendement, pour les cerisiers par exemple, on est passé d’1 traitement à 4 ou 5.. » Il a également alerté les nuciculteurs sur l’urgence d’avancer sur l’irrigation. Dans deux ans ce sera trop tard.. »

Robert Duranton, vice Président du Conseil départemental en chage de l’agriculture a salué l’excellent performance de la coopérative et a précisé que les subventions seraient maintenues avec une nouvelle donne la loi Notre.  » N’ayez crainte, la région est très sensible au dynamisme de son secteur agro-alimentaire et nous avons la certitude qu’elle mettra tous les moyens nécessaires pour lui apporter tout le soutien qu’il mérite.. »

Michèle Bonneton a salué également le dynamisme de Coopenoix, le « sérieux de son travail ».. Une filière noix qui ne connaît pas la crise, à l’inverse de l’élevage ».il faut qu’il y ai un axe fort qui lie les producteurs, les transformateurs et les metteurs en marché.. Nous sommes également sensibilisés sur le foncier. Il faut protéger nos terres agricoles.. »

Ce 1er juillet est donc un jour historique avec la première journée de la noix organisée par Coopenoix. Cet évènement a réuni une bonne quarantaine d’exposants proches de la filière noix. Nous y avons rencontré des concessionnaires ou fabricants de matériel agricole. Les Etablissements AMB Rousset présentant en avant première une tondeuse inter-rangs qui a séduit  en particulier Robert Duranton..Présents également des établissements bancaires dont le Crédit agricole sud Rhône-Alpes, des cabinets d’assurances, divers partenaires de Coopenoix, CING, SENURA..

cette journée a séduit les nuciculteurs lais aussi de nombreux agriculteurs de la région qui ont assuré le succès de cette initiative.

Gilbert PRECZ


Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Espaces naturels sensibles


C’est  à 1 000 mètres d’altitude, sur le site de la tourbière du Peuil, située sur la commune de Claix, que le Département a  lancé sa campagne de promotion estivale pour ses 17 Espaces naturels sensibles (ENS).

Ces sites sont remarquables par le patrimoine naturel, culturel et humain qu’ils représentent. Une nouvelle impulsion est donnée cette année afin de mieux les valoriser.

C’est ce qu’ont expliqué Robert Duranton, vice président du conseil Départemental en charge de l’agriculture et Fabien Mulyk en charge de la forêt., accompagnés pour la circonstance des 16 guides départementaux ENS.

Guides qui sont plus nombreux que les années précédentes, ils étaient 11 en 2015. Leurs missions essentielles étant de faire vivre ces lieux remarquables.

L’an dernier, 13 000 visiteurs se sont rendus sur ces espaces naturels répartis sur l’ensemble du département. Cet été, du 4 juin au 4 septembre, celles et ceux qui le souhaiteront vont pouvoir redécouvrir tous les week-ends et gratuitement, ce patrimoine naturel.

L’objectif recherché  par le Département est de permettre l’accès  à ces ENS, dans de bonnes conditions, et à tous les visiteurs, de l’écolier à la personne âgée, en passant par les personnes à mobilité réduite …

La présentation ce cette saison c’est donc faite à  la tourbière du Peuil..

Un espace qui a la particularité d’avoir en son sein une ferme dont les murs datent des années 1700… Abandonnée, elle a été repensée et va être totalement réhabilitée. A noter que le bois local, issu des forêts de Claix sera utilisé.. Le bâtiment abritera une activité agricole avec un berger et ses animaux mais aussi différentes salles d’accueil..

Située au pied des falaises du Vercors à 970 mètres d’altitude, la tourbière du Peuil est l’une des rares zones humides du massif..Cet espace de 60 hectares situé situé au pied de la falaise du Vercors doit son existence suite à un effondrement de la falaise , il y a plus de 10 000 ans.

Grâce au travail réalisé au niveau de la sauvegarde, de la préservation et de la restauration des zones humides, le site accueille pas moins de 200 espèces de fleurs différentes, et une faune variée.

Pour en savoir plus:

http://www.isere-tourisme.com/selection/espaces-naturels-sensibles



Catégorie A la une, Département de l'Isère, environnementCommentaires fermés

 » Assez de paroles, passons aux actes »


Le département de l’Isère a tenu à honorer les médaillés du dernier concours général agricole mais aussi l’ensemble des participants au salon international de l’agriculture.

Cela se passait à l’hôtel du département en présence de Jean Pierre Barbier, président du conseil Départemental, entouré de plusieurs conseillers départementaux,  dont Robert Duranton,  vice président en charge de l’agriculture, Chantal Carlioz du tourisme mais aussi de Jean Claude Darlet, président de la chambre d’agriculture de l’Isère.

2

Jean Pierre Barbier a été clair:  » Outre le plaisir que nous avons de partager ce moment convivial, je vous confirme que nous sommes conscients et partageons vos inquiétudes. Il faut arrêter les discours et il faut agir.. chacun reconnait le rôle que vous jouez, chacun reconnait que certaines filières sont en grande difficulté.; il faut qu’ensemble nous trouvions les solutions adaptées pour que vous viviez de votre métier.. L’avenir de notre agriculture passe par le fait que les agriculteurs aient un revenu décent.. »

Et le président du département préciser que le département a lancé des  » actions fortes » . ‘ Le projet de construire un pôle agro-alimentaire est une action phare qui devrait redynamiser notre agriculture, les entreprises agroalimentaires et apporter une valeur ajoutée. »

il a tenu à féliciter chaleureusement l’ensemble des agriculteurs qui ont participé au salon de l’agriculture.  » Les médailles récoltées montrent la qualité de nos produits.; des produits qu’il faut mettre en valeur.. Comment admettre que le St Marcellin qui a obtenu l’IGP fin 2013 voit sa consommation baisser..?

Jean Claude Darlet président de la chambre d’agriculture de l’Isère a tenu à dire  » merci aux participants au salon de Paris, ils ont investi en temps, en argent pour aller montrer le dynamisme, la richesse de notre agriculture. Etre présents à Paris c’est très important, il faudra même voir pour l’être encore plus lors des prochaines éditions. »

Et de rappeler  » que serait notre économie,  notre environnement, notre tourisme..sans agriculture voilà pourquoi je suis inquiet de se qui se trame dans les bureaux: la mise en zone vulnérables des 3/4 de notre département. si cette bombe à retardement éclate, c’est la mort de notre agriculture départemental…!

Pour rappel l’agriculture iséroise c’est 3500 exploitations professionnelles dont 1000 sont en circuits courts..

Gilbert PRECZ

1

Catégorie Département de l'Isère, agricultureCommentaires fermés

Assemblée générale de l’UGDFI


L’assemblée générale de l’Union des groupements de développement forestier en Isère est toujours un moment attendu par l’ensemble de la filière bois. Elle permet de prendre le pouls auprès des propriétaires forestiers, premiers et donc maillons essentiels de cette filière bois qui souffre..

1

Le rapport moral du président de l’UGDFI étant le moment fort, incontournable de cette réunion annuelle.

Celui ci a été présenté par Henri Gras, Président en exercice.

 » L’année 2015 est  » mitigée »..avec des craintes et des satisfactions. » Une année charnière avec l’élection du nouveau conseil Départemental:  » la majorité a changé lors des élections de mars et j’ai de suite eu le sentiment que nos nouveaux élus avaient une priorité, c’était de faire avancer la filière et en particulier l’amont.  » une preuve le budget validé par l’ancienne majorité a été maintenu dans sa globalité. »

« Les rencontres successives  démontrent que nous pouvons  compter sur le Conseil Départemental de l’Isère pour être à notre écoute à travers Robert Duranton et Fabien Mulyk, respectivement conseiller Départemental en charge grasde l’agriculture et de la forêt. »

Pour justifier ce soutien le président Gras a rappelé:  » En 2015, les Groupements ont fait mieux que se défendre devant les difficultés financières du CRPF qui peine à maintenir ses techniciens sur les territoires, malgré toute la bonne volonté de René SABATIER ingénieur. »

Et d’argumenter: » c’est très  dommageable, car le terrain occupé par un technicien a pour effet direct l’apport de nouveaux adhérents et le développement des ASLGF ou leurs créations et le renforcement et la sûreté des propriétaires forestiers privés vis-à-vis des groupements.

Il est vrai que les techniciens  appartiennent au CRPF et sont destinés à tous les propriétaires forestiers privés du Département. »

Et de lancer : « Comme tout le monde le sait, les années vaches maigres sont  de retour, et pour combien de temps encore !!!. »

Afin de prévenir de cette période, les dépenses ont été maitrisées  » en prévoyance du désastre monétaire.. »

Cela n’a pas empêché l’UGDFI d’apporter son soutien aux initiatives parmi lesquelles les créations d’ASLGF…

Des fonds et subventions en baisses, c’est certain  » mais  je ne veux pas être  pessimiste,  nous devons,  quoiqu’il arrive, continuer à avancer. Nos bois ne connaissent pas la crise ,ils continuent de pousser . Seul bémol leur prix d’achat. » Henri Gras demande fortement que «   la mécanisation de nos bois doit se faire rapidement ainsi que la traçabilité longtemps décriée. »

Henri Gras a lancé un appel: » Je tiens à réaffirmer, que ,nous demandons à tous les  propriétaires   forestiers privés de rejoindre les Groupements, de souscrire à PEFC et d’adhérer au syndicat, car l ’important pour l’UGDFI est que  la  filière bois progresse et que l’amont soit, et reste, le premier maillon de la chaîne.. »

Et de conclure:  » fermons les yeux, et fonçons, en avant, la forêt nous appelle. Ce n’est pas être guerrier, mais c’est avoir de la logique et du bon sens.. Mais trop peu d’échos sont donnés à la force de sa voix. »

Guénaëlle SCOLAN directrice de Créabois Isère:  » la période est compliquée, le marché de la construction, dans sa globalité a chuté de 27% entre 2012 et 2014, celui de la construction bois est dans le même créneau: -27%…l’année 2015 n’annonce pas de reprise, elle sera mauvaise..Les entreprises souffrent mais aussi tous les maillons de la filière: bucherons, transporteurs et surtout les scieries.. »

René Sabatier, au nom du CRPF:  » le CRPF Auvergne-Rhône-Alpes se met en place, d’ou un certain flou qui va rays’atténuer .. »

Albert Raymond, vice Président de  l’Union des forestiers privés de l’Isère:  » l’ASLGF est un outil formidable mais est très complexe à mettre en place. L’ASLGF doit être au service d’un projet bien construit. Il faut bien travailler les statuts et faire attention aux petites parcelles, elles posent plus de problèmes.. »

2

L’Assemblée Générale étant élective, plusieurs membres ont intégré le Conseil d’administration de l’UGDFI. Celui ci a réélu Henri Gras à la présidence..

Gilbert PRECZ





Catégorie - filière bois, UGDFI, forêtCommentaires fermés

Agriculture iséroise: le plan d’actions pour 2016


Robert Duranton, vice président du conseil Départemental en charge de l’agriculture a défini les actions qui seront à mener pour l’année 2016. Celles ci ont été dévoilées lors de la dernière séance publique du département de l’Isère de l’année 2015.

Robert Duranton a rappelé que  » face à la crise qui frappe durement les agriculteurs et en particulier les éleveurs, le Département, qui s’est montré solidaire et surtout réactif a apporté une aide d’urgence de 1 million d’euros. Celle ci a été en partie débloquée en 2015, le solde le sera en 2016. »

Et d’argumenter: » s’agissant d’une crise structurelle, le Département s’inscrit dans une démarche volontariste afin d’accompagner ce secteur dans la durée et aussi de structurer les filières agricoles. « .

Pour Robert Duranton l’agriculture est face à un défi:  » reconquérir de la valeur ajoutée. »

durA ce titre, »  le département va favoriser  l’organisation de circuits courts de proximité, maitrisés par les agriculteurs afin qu’ils puissent bénéficier de la valeur ajoutée et vivre décemment de leurs productions. »

Voici donc les orientations de la politique agricole 2016..

- structurer le pôle viandes locales, base du futur pôle agroalimentaire départemental, avec la réalisation de travaux complémentaires basés sur l’attractivité de l’abattoir du Fontanil et développer des prestations de transformation.

A noter que sur le dossier de modernisation de l’abattoir du Fontanil, La Métro sera également partie prenante.

- Développer des circuits de commercialisation de proximité, en particulier en  mieux structurant l’approvisionnement des restaurants des collèges.

- Soutenir la compétitivité des exploitations agricoles et des industriels agroalimentaires.

- Soutenir l’installation et l’accompagnent technique des jeunes agriculteurs pour maitriser les charges, la qualité des produits et valoriser leurs productions.

- Préserver les terres agricoles.

- Promouvoir les pratiques écologiquement responsables en mobilisant davantage de crédits environnementaux.

- Garantir la sécurité sanitaire et alimentaire à l’échelle des Alpes du nord, avec le laboratoire vétérinaire départemental.

Jean Pierre Barbier, Président du conseil Départemental appuyant fortement ces orientations:  » la profession agricole est en pleine crise, les filières lait et viande en particulier. Nous devons soutenir nos agriculteurs afin qu’ils vivent de leur métier. Pour cela il faut que les zones de production et les zones de consommation travaillent ensemble.

Oui nous avons la volonté de développer le pôle agroalimentaire départemental. Cela se fera en parfaite synergie avec la Métro.

Au niveau de l’abattoir du Fontanil, nous devons le revisiter de fond en comble. Il est hors de question de faire du replâtrage, du rustinage comme cela c’est fait pendant les dix dernières années et qui n’apporte rien à la profession agricole. « 

Jean Pierre Barbier l’a martelé: le pôle agroalimentaire départementale est , en lien avec la Métro, une des priorités des actions que nous allons mener en 2016. Nous n’avons pas de temps à perdre… »

Catégorie A la une, Département de l'Isère, La Métro, agricultureCommentaires fermés

Foire internationale de Grenoble


La foire internationale de Grenoble connaît un renouveau c’est certain… Malgré un temps estival, les visiteurs se pressent à Alpexpo pour partir à la découverte des plus de 500 stands proposés. A cela se rajoutent une multitude d’animations familiales.

Un stand connaît un franc succès, celui du syndicat des trufficulteurs de l’Isère. Un espace qui cette année accueille les confréries de l’Isère. Celles ci chaque jour présentent les produits dont elles sont les marraines.. On retiendra donc les confréries du bleu du Vercors Sassenage, de la noix de Grenoble, du Murçon, du St Marcellin…

La truffe de l’ Isère est très méconnue et grâce à la présence du Syndicat des trufficulteurs de l’Isère, celle ci se présente aux dizaines de milliers de visiteurs présents sur la foire.

Même les élus comme Robert Duranton, vice président du Conseil Départemental en charge de l’Isère ou encore Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne ont fait une halte au stand, en compagne des acteurs de la saga  » plus belle la vie.. »

Voici quelques images..


Catégorie foires et fêtes, questions d'actualitéCommentaires fermés

15ième édition du « Trophée bois »


C’est sous la houlette des conseillers départementaux  Julien Piolat, Robert Duranton et Fabien Mulyk respectivement vices- présidents chargés  du plan de relance et des grands projets, de l’agriculture et de la forêt que s’est déroulée la quinzième édition du  « Trophée bois ». Concours annuel qui a pour finalité concours annuel de sensibiliser et promouvoir la construction bois auprès des maitres d’ouvrages publics et privés ou encore des entreprises.

Cet évènement s’est déroulé dans les locaux de la toute nouvelle Maison de Territoire Voironnais Chartreuse installée à Voiron.

Julien Piolat, maire de Voiron a rappelé que  » ce bâtiment sera le fer de lance d’un quartier en cours de réaménagement » . Un édifice qui voit ses deux principaux matériaux de construction : le bois et la pierre issus exclusivement de notre département. »

L’immeuble fait 5 étages. Très éclairé, son volume est compact pour limiter les déperditions de chaleur. 33m² de panneaux photovoltaïques sont disposés sur la toiture.

La  Maison de Territoire Voironnais Chartreuse dispose d’une belle salle de réunion et c’est dans cette salle que s’est déroulée la cérémonie de remise des  » trophées bois 2015″.

Trois catégories pour ce concours qui a recueilli 23 projets, tous d’excellente facture.

Dans la catégorie  » Bâtiment tertiaire et / ou maîtrise d’ouvrage privée » deux projets sont ressortis et n’ont pu être départagés. Il s’agit des mairies de Saint-Honoré et de Saint Quentin Fallavier.

Dans la catégorie  » logements », la qualité des projets a été soulignée. La moitié d’entre eux relevait de projets de rénovation montrant l’importance de cet enjeu dans les années à venir et la capacité des professionnels à réaliser des projets de qualité.

Après de longues délibérations, c’est le hameau Fournella à Corrençon en Vercors qui est sorti du lot.

Dans la catégorie  » Bâtiment public, éducation et culture », il a fallu des heures et des heures de débat pour que le jury départage les projets candidats. Finalement le jury a du se résoudre une deuxième fois à choisir deux lauréats ex-eaquo pour cette catégorie: la médiathèque de la Côte Saint André et le collège de St Ismier.

Médiathèque

EXTENSION ET RÉHABILITATION DU COLLÈGE DU GRESIVAUDAN

Au niveau de la mention innovation, un projet est sorti du lot pour l’innovation technique mise en oeuvre. Il s’agit des classes modulaires du Lycée de Pontcharra.

Gilbert Precz







Catégorie - filière bois, A la uneCommentaires fermés

On a mis l’Isère dans notre assiette!


Cette 796ème foire de Beaucroissant a une saveur particulière pour moi.. C’est ma 35ème participation en tant qu’acteur..

Ma plus grosse émotion  en ce jour inaugural, a été bien entendu la remise de la médaille nationale  du mérite à Pierre Fouque. Ce dernier ayant donné une très grande partie de sa vie, comme conseiller municipal, puis comme maire à sa commune de Beaucroissant et à sa foire..Juste une précision, Pierre a été maire de Beaucroissant pendant 28 ans..

C’est André Vallini, ministre en charge de la réforme territoriale, qui a eu   » le plaisir » d’honorer l’ami Pierre.

35eme participation pour moi mais première pour Sebastien Ferand, directeur de Carrefour Voiron, groupe Provencia.

Sébastien tu as de la chance..ou pas.. Moi, il y a 35 ans,  comme bizutage j’ai eu droit à un spectacle de strip-tease….

Le stand commun Provencia/sillon38.com a connu, c’est devenu une habitude, une très forte animation. Il faut dire que les produits locaux: noix de Grenoble, divers fromages.. produits de la Mathéysine dont le fameux murçon, veau Drevon cuisiné à la Plancha.. ont  été très appréciés par les visiteurs qui ont aussi pu découvrir l’espace réservé au GF38.

Stephane Rosnoblet président du GF38, accompagné du manager général Max Marty ont pu accueillir de nombreux invités dont le préfet de l’Isère, Jean Pierre Barbier, président du Conseil Départemental, Robert Duranton et Fabien Mulyk vice-présidents du conseil départemental, mais aussi Jean Pierre Gaillard président du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes et Guillaume Meynard, en charge des partenariats au CASRA..

Stéphane Rosnoblet étant très honoré de saluer JJ Queyranne, président de région Rhône-Alpes et André Vallini ministre en charge de la réforme territoriale.

Le Président du GF38 étant accompagné au titre de Provencia de Jean Pierre Herviou, directeur commercial et Jolaine Audoux, directrice  de l’expansion du groupe.

Nous saluerons aussi l’ensemble de l’équipe de France bleu Isère qui a diffusé, dans des conditions parfois difficiles, ses émissions matinales en direct de la foire..

Oui on a mis  » l’Isère dans notre assiette » dans ce pôle d’excellence culinaire constitué des espaces du groupe Provencia/sillon38, de celui du Conseil Départemental et du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes… Ces moments de convivialités se poursuivant jusqu’à ce dimanche 13 septembre au soir..

Le déroulé de cette matinée vous est proposée en diaporama..

Gilbert PRECZ

Catégorie A la une, foire de BeaucroissantCommentaires fermés

Assemblée générale du CING


Alors que nous sommes à quelques jours de l’ouverture de la campagne  » Noix de Grenoble », l’actualité nucicole est marquée par l’assemblée générale du Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble qui s’est déroulée à Vinay et par celle de Coopenoix programmée pour ce lundi 7 septembre à St Appolinard.

Le CING regroupe 900 producteurs, 19 metteurs en marché. Le tonnage récolté en 2014 ne dépasse pas les 10 000 tonnes. 2014 est donc une petite année avec un tonnage très inférieur à ceux des trois années précédentes. Il faut même remonter à 2004 pour arriver à une telle récolte.

Pour exemple, il s’est récolté 9503 tonnes en 2014 contre 13000 tonnes en 2011-2012 et 2013.

A noter que plus de 82% des noix ont été commercialisées, c’est un record et que près de 47% de la récolte a été commercialisée à l’étranger. L’Italie et l’Allemagne étant les plus gros clients..

Le marché français se porte bien avec une demande en progression. La part des ventes au niveau national est de 43,3% en 2014. Elle était de 35% en 2011.

Le CING a dans ses missions l’organisation de la communication. Celle ci se voit avec la mise en place de 13 panneaux placés aux entrées de la zone d’appellation. Une campagne de communication s’est également faite en Italie,  un projet de mettre en place une synergie avec le St Marcellin et le bleu du Vercors Sassenage est à l’étude.

Et 2015 ?

L’année s’annonce très bonne tant en quantité ou le chiffre de 13 000 tonnes est annoncé qu’en qualité. Les clignotants sont au vert d’autant plus que l’état sanitaire est bon. Il faut cependant souligner que certaines zones non irriguées risquent d’avoir un rendement moindre dû à la période de sècheresse de ce début d’été.

On retiendra aussi que plus de 90% de la récolte devrait être éligible pour être commercialisée en Noix de Grenoble AOP.

Yves Borel, président du CING, avec à ses côtés Robert Duranton, vice président du conseil Départemental en charge de l'agriculture.

Yves Borel, président du CING, avec à ses côtés Robert Duranton, vice président du conseil Départemental en charge de l'agriculture.

Yves Borel, président du CING a confirmé avec sa fougue habituelle que  » les producteurs, les entreprises qui ne joueront pas le jeu seront sanctionnés.. Il a également donné un gros coup de point sur la table à propos de la noix fraîche récoltée et mise en marché avant la noix sèche. Il souhaite que l’on fixe une date de récolte afin de ne plus trouver sur les étals de la » noix verte ».



Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+