Tag Archive | "rousset"

Noix: savoir adapter son matériel à son mode d’exploitation


Robert Benistan est agriculteur à St Laurent en Royans, sur les contreforts du Vercors. Il a une exploitation constituée de vaches allaitantes et noix. « Au niveau des noix, j’ai 4,30 hectares de noyers situés sur des terrains en côteaux. Ici l’irrigation est impossible. Nous sommes trop éloignés des rivières. Cela dit on ne souffre pas trop de ce manque d’eau, sauf peut être en 2003. »

benistan

La noyeraie de Robert Benistan est située sur les côteaux qui dominent St Laurent en Royans

Bien entendu nous demandons comment se présente la récolte 20011.  » Les quantités sont correctes, la qualité est bonne de même que le calibre. Par contre on a été surpris par la quantité de noix abîmées suite à  la mouche du brou et à la bactériose. A propos de la mouche, j’ai traité deux fois mais les dégâts sont là. » Le nuciculteur  qui livre la totalité de sa production à Coopenoix ne peut pas nous donner un pourcentage de noix touchées.

Robert Benistan espère que « les prix se tiendront. Rendez vous compte, il y a 25-30 ans un sac de ciment était au prix d’1 kilo de noix. Aujourd’hui il faut 5 kilos de noix! »

Au niveau du matériel,  » nous sommes de petits producteurs et notre installation est tout à fait artisanale. Le ramassage se faisant à la main…. » Il cherchait donc une machine simple d’utilisation, qui passe partout, et pas excessive au niveau de son prix d’achat et de son coût de fonctionnement.  Son choix s’est tout naturellement dirigé sur l’entreprise AMB Rousset de Beaulieu.  » Les Rousset sont d’excellentes machines, elle font envie mais il faut être raisonnable, elles ne sont pas adaptées à mon exploitation. On m’a donc proposé une Cacquevel, la 1702.

benistan 3

On aurait dit qu’elle a été construite pour moi. Elle passe de partout, la pente ne lui fait pas peur, elle se manie très bien et assure un ramassage parfait. Pour vous donner un ordre d’idée, sur une parcelle, on travaillait 30 heures à 4 pour ramasser la récolte. Cette année, avec la Cacquevel j’ai mis 5 heures, seul.  Petit hic,  elle ramasse forcément des pierres, j’ai donc construit un bac à pierres sur mesure et le tour est joué. »

benistan 2

C’est sur ces mots que nous avons laissé Robert Benistan poursuivre sa récolte.

Nos partenaires

AMB ROUSSET

Coopenoix

coopenoix

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Journée des moulins: énergie du passé…ressources du futur


Dimanche 19, aura lieu la Journée Nationale des Moulins et du Patrimoine de Pays.

L’Association «  les Amis des Moulins de l’Isère » a élu domicile cette année au Moulin Pion-Vignon à Saint Siméon de Bressieux, siège de l’association départementale.

Tout au long de la journée, elle présentera ses diverses actions de sauvegarde du patrimoine molinologique ainsi qu’une très belle exposition de photos de moulins isérois, pour la plupart d’entre eux, adhérents  de l’Association.

Elle recueillera aussi les témoignages de tous ceux qui, par le passé, ont vu fonctionner, dans leurs villages, un moulin , qu’il soit à farine, à huile, un gruoir, mais aussi un martinet de forge, une scierie, une taillanderie … ces bribes de mémoire sont très importantes pour mener à terme son projet de réalisation d’un ouvrage, souvenirs de savoir-faire traditionnels et d’ingéniosité techniques et technologiques de ces installations d’un autre temps.

Le but des journées comme celle de dimanche 19, est de sensibiliser les élus et décideurs divers, mais aussi le grand public à la nécessité de sauvegarder les moulins, troisième patrimoine de France, aujourd’hui menacé.

moulin

Il sera aussi possible ce jour là, de visiter les installations du moulin Pion-Vignon, véritable moulin à eau, qui, depuis 5 générations produit toujours, dans la tradition familiale, de l’huile de noix.

L’entrée est gratuite pour la visite et pour l’exposition de photos.

Deux autres sites d’adhérents seront aussi ouverts au public ce jour là.

Tout près de St Siméon, à Izeaux, Michel Chirouge présentera son moulin à vent et à Pinsot, les Forges et Moulins présenteront pour la première année la scie hydraulique remise en état.

scierie

MOULIN PION-VIGNON
328 rue des narcisses
38870 SAINT SIMEON DE BRESSIEUX
tél. 04.74.20.13.44
email : moulinpionvignon@aol.com

Forges et Moulins de Pinsot
Rue Louise Barnier
38580 Pinsot

Tél. : 04 76 13 53 59
Fax. : 04 76 97 00 34
Email : forgesmoulins@gmail.com
Web : http://www.forgesmoulins.com

Partenaires

AMB Rousset

rousset

COOPENOIX
coop bon


Catégorie nuciculture, patrimoineCommentaires fermés

Commercialisation de la noix, il a fallu faire des choix!


Pierre Gallin Martel, ici avec le président su conseil général de l'Isère André Valinni lors de la fête de la noix à Vinay

Pierre Gallin Martel, ici avec le président su conseil général de l'Isère André Valinni lors de la fête de la noix à Vinay

Pierre Gallin Martel, président de la coopérative Coopenoix nous a confirmé une baisse des apports d’environ 30%.  » Par contre il faut retenir que la campagne 2010 est de très bonne qualité. »

La commercialisation s’est très bien passée  » car le marché était vide. Cela a une pour conséquence de voir les prix nettement se raffermir. On peut annoncer +60cts par calibre. »

Certes cette augmentation des prix est intéressante mais  » elle ne fera que maintenir le chiffre d’affaires des exploitations à cause des apports moindres. »

La commercialisation s’est donc bien passée grâce au manque de stocks mais également à la politique que mènent les USA.  » Ils se sont tournés vers le prometteur marché chinois ou ils vendent plus de 80 000 tonnes de noix. Cela nous permet de mieux conforter notre marché européen. Pour cette année on retiendra une stabilité des marchés tels que ceux des pays nordiques, Allemagne, Suisse, une augmentation pour l’Italie et une baisse sensible en Espagne, crise oblige. »

Pierr Gallin Martel regrette cependant une stagnation de la consommation:  » on a fait que compenser le manque d’apport de noix américaines sur nos étals. »

Au niveau du marché français le président de Coopenoix note une hausse de 18%,  » c’est bien pour une année de faibles volumes. »

Justement face à cette année difficile Coopenoix a du s’adapter, faire des choix.  » La gestion commerciale a été difficile surtout que les demandes sont en progression. Il y a des clients que nous n’avons pu fournir, partiellement ou en totalité. C’est d’autant plus dommageable que Coopenoix a une stratégie de développement, de prospection en direction de nouveaux clients. On ne peut hélas pas travailler sur du durable. »

La solution pour éviter ce manque des apports: « mettre en place une politique de plantation de noyeraies efficace et incitative. Il faut savoir que dans la noix le retour sur investissement est long. Un arbre met 12 ans avant d’offrir une production correcte. »

Nos partenaires: Coopenoix et AMB Rousset

AMB Rousset

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Noix de Grenoble:


2010 n’a pas été une très bonne année pour le marché de la noix en France. Comme les autres, la Noix de Grenoble a fait les frais des conditions climatiques capricieuses.

Résultat: une productivité et des ventes françaises en baisse. Un bilan qui aurait pu être très décevant sans les bons résultats des ventes export.

Des conditions climatiques défavorables

Si les chiffres ne sont pas encore définitifs, un premier bilan fin décembre faisait état d’un net recul de la production de Noix de Grenoble : – 20 % à – 30 % de volumes commercialisables par rapport à 2009.

En cause ?Les aléas des conditions climatiques. Alors que la floraison des noyers, étape essentielle dans la croissance des fruits, requiert des températures assez douces, le printemps 2010 a été froid, humide et très pluvieux en mai. Les plantations ont ensuite manqué de chaleur et de soleil en juin et juillet, ce qui a généré beaucoup de maladies.
Enfin, l’humidité et le vent qui ont régné en septembre ont favorisé les chutes précoces de noix.

Résultat ? Si les qualités gustatives de la Noix de Grenoble restent fidèles à leur réputation d’excellence, les fruits issus de la récolte 2010 sont moins nombreux qu’habituellement.


Pour Catherine Petiet, directrice du Comité Interprofessionnel de la Noix de Grenoble  « Le climat a vraiment joué contre nous en 2010. Les années où le climat est idéal sont rares mais les épisodes défavorables sont généralement compensés par des périodes plus clémentes. Cette année, nous avons souffert des conditions climatiques difficiles sur toute la durée de la production, de la floraison au printemps jusqu’à la récolte à l’automne… ».

La Noix de Grenoble, toujours plébiscitée

Les consommateurs sont néanmoins toujours au rendez-vous. Le petit fruit fraîcheur des Alpes s’est bien vendu jusqu’en décembre : 73 % des volumes ont déjà été écoulés ! Cet engouement, associé à la baisse de la production 2010, risquent de faire de la Noix de Grenoble une denrée rare dans les mois à venir. Il faudra patienter jusqu’à la prochaine récolte.
Mais le point réellement positif de cette saison 2010 reste l’export. Malgré la baisse de la production, en AOC noix de Grenoble c’est déjà l’équivalent de 95 % du volume de 2009 qui a été écoulé
avec une reprise sur le marché allemand et une progression de près de 30 % en Suisse !

Ils ont craqué pour la Noix de Grenoble !

Des écoles de communication ont contacté le CING afin d’obtenir l’autorisation d’étudier avec leurs élèves la campagne de communication 2010 de la Noix de Grenoble dans le cadre de leur programme scolaire.
Interpellées par le dispositif de communication en place et conquises par les propriétés de ce petit fruit plein d’énergie, des personnalités sportives pourraient nouer des partenariats avec la Noix de Grenoble pour les prochaines campagnes. À suivre…

Nos partenaires: Coopenoix et les Ets Rousset.

AMB Rousset

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Foire de la St Martin à Voiron


C’est Roland Revil maire de Voiron qui le dit lors de l’inauguration de la foire de la St Martin: » on a un beau temps de pluie typique de la foire. » Il faut dire qu’en ce jour inaugural de la foire, il a beaucoup plu sur le site…et ailleurs.

Cela n’a pas découragé les jeunes agriculteurs du pays voironnais, les jeunes producteurs de noix et n’a en rien altéré leur bonne humeur et leur entrain. Ils ont animé sans relâche l’espace agricole situé place St Bruno.

Roland Revil a, au cours de l’inauguration rappelé que l’agriculture en pays voironnais « est une activité économique à part entière. Il reste 1000 agriculteurs sur notre secteur et nous devons les conserver, d’autant plus que ceux ci sont très dynamiques. Pour ce nous devons garder des terres agricoles afin qu’ils puissent exploiter. C’est ce que nous faisons. »

Christine Joy, co-présidente de l’ADAYG, partenaire de l’organisation a souligné le rôle que joue le pays voironnais au niveau de l’agriculture péri-urbaine  » avec des agriculteurs qui produisent des produits locaux de qualité. »

st martin

Lors de l’inauguration de l’espace agricole, Roland Revil, maire de Voiron, Christine Joy présidente de l’Adayg, personnalités et élus découvrent le travail d’une casseuse des établissements Rousset.

Thierry Blanchet, agriculteur en pays voironnais, élu à la chambre d’agriculture et vice président de Leader a rappelé l’importance, en pays voironnais des circuits courts, de la vente directe. Il a demandé que « le projet de légumerie aboutisse. »

Durant toute la journée les visiteurs nombreux malgré le mauvais temps ont pu découvrir le dynamisme de cette agriculture voironnaise, se restaurer en dégustant une excellente Vercouline… et faire des achats.

AMB Rousset

Catégorie A la une, foires et fêtes, nucicultureCommentaires fermés

Noix ramassées en R25 et séchées par des coquilles…


Max Belle est nuciculteur à St Sauveur, aux portes de St Marcellin. Son exploitation, 45 hectares de SAU  est composée de 35 hectares de noyers et 10 hectares de céréales et rotation des terres.

Au niveau de la production noix, 2 hectares le sont en Lara, pour les noix fraîches, 1 en Fernor et le reste en AOC noix de Grenoble.

 » Cette année, on s’attendait à une récolte catastrophique. Finalement celle ci sera inférieure de 20% par rapport à l’année dernière. Quelques parcelles ont subi la nécrose apicale et j’ai eu un gros foyer de mouches du brou. La Sénura n’avait jamais vu autant de mouches prises dans un pièges: environ 500. On a traité trois fois, en temps voulu ce qui m’a permis de sauver ma production. Par contre on n’a aucune solution valable pour la nécrose. »

Max Belle est installé depuis 1973.  » Notre installation se transmet de père en fils… Nous sommes passés progressivement d’une production de polyculture, tabac à celle de la noix. J’ai connu le ramassage des noix à la main. On a acheté avec un voisin une ramasseuse. Ensuite, la production augmentant, en l’an 2000 on a acheté chacun la nôtre. J’ai pris la mienne chez Rousset, à Beaulieu: une R 2002. Elle correspondait tout à fait à mes souhaits. Elle aurait pu continuer à tourner mais cette année j’ai acheté la R25.

belle 2

La R25, « c’est le top! Elle a un débit de ramassage très élevé, à tel point qu’il a parfois fallu ralentir, le lavage ne suivait pas. Cela nous a permis de ne plus tourner systématiquement la nuit, de terminer la récolte en 15 jours au lieu de trois semaines…La qualité de cueillette est parfaite. La R25 est très maniable, très confortable… Franchement je ne regrette pas mon investissement! »

belle1

Autre innovation chez les Belle: le chauffage.

On a fait installer une chaudière automatisée à bois déchiqueté. Elle nous permet de passer tous le bois de taille. Celui ci est empilé en bout de parcelle et je le fais broyer. Je brûle du bois mais aussi des coquilles de noix qui ont un fort pouvoir calorifique. En cas de manque de bois ou coquilles, c’est le propane qui prendrai la relève. »

belle 3

belle 4

Max Belle ne voit que des avantages à ce système: » Les économies sont conséquentes, le bois de taille est bien utilisé, on participe à la protection de l’environnement, tout se fait automatiquement, il y a donc peu de contraintes. La qualité de séchage est maintenue.

Max Belle livre sa production à SICA-Noix.

Pour en savoir plus:

AMB

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Les casseuses de noix d’AMB Rousset: matériel performant


Gérard Eymond est donc nuciculteur à L’Albenc. Installé en exploitation individuelle, il a 37 hectares de noyers. Sa production, AOC noix de Grenoble, est livrée en totalité à la coopérative Coopénoix.

Les noix de petit calibre, tachées ou cassées sont traitées sur place. « On en retire le cerneau que l’on livre également à Coopénoix. Ils partent soit en cerneaux soit à la fabrication d’huile de noix. »

Auparavant, cette opération était réalisée au cours des traditionnelles mondées. Elles réunissaient parfois plus d’une vingtaine de personnes, voisins, amis, qui cassaient, dans une ambiance joviale les noix à l’aide d’un support rigide, une tuile par exemple, et d’un maillet de bois.

Cette méthode, même si elle a gardé tout son charme n’est plus adaptée au système de production moderne.

casseuse2

Gérard Eymond est très satisfait de son matériel: il m’apporte un gain de temps et une souplesse d’utilisation appréciables.

« Les établissements Rousset proposent de nos jours une gamme de casseuses et énoiseuses tout à fait adaptée à notre demande. Personnellement, j’ai fait l’acquisition d’un ensemble casseuse-énoiseuse à  trois cônes. Je l’ai choisi en fonction de mon activité et il me convient tout à fait. Il est très simple d’utilisation, une personne seule peut travailler avec. Autre avantage, on peut s’en servir quand on le souhaite, en périodes creuses par exemple. Le travail fourni est de qualité car le matériel proposé est au point, très performant. »

Bien entendu Gérard Eymond a, lors de l’achat de son matériel, pensé à la fiabilité.

 » Il est très fiable mais en cas de problème, on appelle à Beaulieu et on est dépanné au plus vite.  Ceci pour l’ensemble du matériel Rousset que l’on possède. Ce service est très appréciable mais surtout sécurisant ».

Pour en savoir plus sur le matériel proposé par les établissements Rousset ou contacter l’entreprise: cliquez sur l’illustration ce dessous.

Catégorie nucicultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

août 2019
L Ma Me J V S D
« juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+