Tag Archive | "Roybon"

Journée Internationale des Forêts,17 mars dans les Chambaran


Sans titre

Tournage sur bois, menuiserie, chantier de débardage et parcours en forêt autour des essences forestières locales seront certaines des animations prévues au programme le 17 mars prochain.

Cette manifestation avait réuni l’an dernier près de 500 visiteurs répartis sur les différents sites du massif : Roybon, Marnans, Saint-Michel-sur-Savasse, Grand-Serre et Thodure.

Catégorie forêtCommentaires fermés

A LA DECOUVERTE DE LA FILIERE BOIS LOCALE


1En 2011, la Journée internationale des forêts a été proclamée le 21 mars de chaque année par l’ONU. Elle met à l’honneur la forêt, l’arbre et le bois afin de faire découvrir à tous les citoyens leurs multiples fonctions.

Associations, collectivités et entreprises sont invitées à organiser du 14 au 21 mars tout événement local en France et dans les DOM-TOM pour faire découvrir la forêt au grand public.

Dans le cadre de la 4e saison de la Journée internationale des forêts, un parcours à la découverte de la filière bois des Chambaran sera organisé à travers le territoire. Associant des entreprises locales et un propriétaire forestier, il aura lieu le samedi 18 mars de 14h à 18h.

Ce projet vise à faire découvrir les étapes de la transformation du bois, de l’arbre sur pied au produit fini, et les métiers associés.

Le territoire des Chambaran, situé à mi-chemin entre les agglomérations de Grenoble, Valence et Lyon, abrite une forêt bien souvent méconnue du grand public et un tissu d’entreprises variées qui transforment localement le bois. La Journée internationale des forêts est une occasion d’ouvrir les yeux sur cette richesse en termes de paysages et de savoir-faire.

Le grand public sera invité à se rendre :

– Dans des entreprises implantées sur le territoire et qui ouvriront leurs portes pour l’occasion : scieries, menuiserie, artisans d’art …

- En forêt, chez un propriétaire forestier privé qui expliquera comment il gère sa forêt.

Un lieu d’information situé à l’Office de Tourisme de Roybon permettra d’accueillir les participants sur leur parcours, où ils auront la possibilité de découvrir une exposition photographique sur les paysages forestiers des Chambaran, constituée à partir de clichés réalisés par des photographes amateurs locaux.

« La Journée internationale des forêts vise à sensibiliser tous les publics aux trois fonctions environnementales, économiques et sociales de la forêt, ainsi que sur le rôle de l’arbre », explique Thierry Lerévérend, directeur de Teragir qui poursuit, « c’est une opération qui est ouverte à tous, à la ville comme à la campagne ». Nouveauté de cette Journée internationale des forêts : un volet pédagogique spécifique a été mis en place pour accompagner les établissements scolaires dans la construction de parcours pédagogiques.

Découvrez le programme officiel sur www.journee-internationale-des-forets.fr

Catégorie - filière bois, forêtCommentaires fermés

Roybon: travaux du Center Parcs dans le respect des procédures


Communiqué de la Préfecture de l’Isère

Le projet de réalisation d’un Center Parcs sur la commune de Roybon (Isère) remonte à l’année 2007.

Depuis 7 ans, ce projet a fait l’objet de plusieurs procédures administratives, soit en lien direct avec le projet et portées par Pierre et Vacances (permis de construire, autorisation de défrichement, autorisation administrative au titre de la loi sur l’eau pour les aménagements du Center Parcs, dérogation à la destruction d’espèces protégées), soit nécessaires au projet mais portées par d’autres maîtres d’ouvrage (révision du PLU, Plan Local d’Urabnisme de la commune, alimentation en eau potable, assainissement).

Toutes ces procédures ont été conduites dans le respect des différents codes législatifs qui les encadrent et des délais réglementaires, et validées à la suite de multiples recours par les juridictions compétentes.

Le public a été très largement consulté sur ce projet puisque 5 enquêtes publiques ont été organisées depuis 2009, au cours desquelles il a donc pu largement s’exprimer.

I-Les procédures nécessaires au projet Center Parcs mais portées par d’autres maîtres d’ouvrage

- Révision simplifiée du Plan Local d’Urbanisme de la commune de Roybon avec un avis favorable du commissaire enquêteur approuvée définitivement le 23 septembre 2011 après un recours devant le tribunal administratif de Grenoble. La Cour Administrative d’Appel de Lyon a en effet validé par arrêt du 24 avril 2012 la révision simplifiée du PLU
Le dossier d’enquête publique présentait déjà l’ensemble du projet Center Parcs pour lequel les dernières autorisations ont été délivrées récemment.

- Arrêté valant Déclaration d’Utilité Publique et autorisation loi sur l’eau délivrée au SIEG(Syndicat Intercommunal des Eaux de la Galaure) le 7 août 2012 après enquête publique pour l’augmentation de capacité du forage du Poulet qui servira en partie au Center Parcs.
Une requête en annulation a été déposée au tribunal administratif le 16 octobre 2013.

- Arrêté de prescriptions spécifiques pour le dossier de déclaration loi sur l’eau du SIEG délivré le 15 décembre 2012 pour les canalisations d’eau potable et d’assainissement.
Une requête en annulation a été déposée au tribunal administratif le 30 août 2013.

Le jugement prononcé le 7 octobre 2014 a rejeté les requêtes contre ces deux arrêtés relatifs à l’eau potable et l’assainissement et valide donc les décisions préfectorales.

II- Les procédures en lien direct avec le projet Center Parcs portées par Pierre et Vacances

- le permis de construire délivré le 27 juillet 2010 a fait l’objet d’un recours au tribunal administratif. La procédure judiciaire est à ce jour achevée suite à l’arrêt du conseil d’Etat le 16 janvier 2013 validant définitivement le permis de construire.

- l’autorisation de défrichement délivrée le 12 juillet 2010, a également fait l’objet d’un recours au tribunal administratif, puis devant la cour administrative d’appel. Une validation définitive de l’autorisation est intervenue le 11 avril 2013 suite au rejet de la requête par le Conseil d’Etat.

- l’autorisation loi sur l’eau du 3 octobre 2014 a été délivrée après plus d’une année d’instruction du dossier. La commission d’enquête a remis son rapport fin juillet avec un avis défavorable. Elle a présenté ses conclusions, et les points nécessitant des compléments pour lever les réserves ont été identifiés.

Le pétitionnaire a ainsi amélioré son dossier avant la présentation du projet d’autorisation devant le CODERST (Conseil départemental de l’environnement des risques sanitaires et technologiques). Pierre et Vacances a notamment redimensionné à la hausse les bassins de gestion des eaux pluviales, précisé les zones humides impactées avec un total de 76ha et consolidé les engagements sur les mesures compensatoires à ces zones humides impactées en proposant la renaturation et l’amélioration de zones humides dégradées sur une surface de 152 ha.

Le projet a été ensuite soumis au CODERST (instance qui regroupe des représentants de l’Etat (6),de l’agence régionale de la santé, du Conseil Général de l’Isère (2), des maires (4) la profession agricole, l’industrie, les métiers, les associations agréées de protection de l’environnement, de la pêche, des consommateurs, des personnes qualifiées et des experts notamment l’hydrogéologue agrée du département de l’Isère) qui a alors émis le 25 septembre 2014 un avis favorable au dossier loi sur l’eau du projet Center Parcs (15 voix pour, 4 contre et 1 abstention).

C’est après cet avis favorable du CODERST que j’ai signé l’arrêté autorisant le projet au titre de la loi sur l’eau.

L’autorisation a fait l’objet de 3 recours formés par la FRAPNA et la Fédération de pêche de la Drôme dont un en référé suspension qui sera audiencé le 12 décembre 2014.

- l’autorisation de déroger à la protection des espèces protégées, dernière autorisation obtenue le 16 octobre 2014. Cette procédure ne prévoit pas d’enquête publique, mais une consultation du public ; celle-ci a été organisée par la DREAL (Direction Régionale de l’Evironnement, de l’Aménagement et du Logement) de la région Rhône-Alpes avec là encore une large expression. Les observations pertinentes ont été prises en compte dans l’autorisation délivrée, notamment une obligation de réaliser des écuroducs (passage à écureuils) sur la route départementale et la voie d’accès.

Les travaux engagés actuellement pour la réalisation du Center Parcs sont ainsi réalisés avec des autorisations délivrées dans le respect des procédures encadrées par les différents codes législatifs (urbanisme, environnement, santé publique,….).

C’est sur cette base juridique que Pierre et Vacances a engagé ses travaux.

3

Catégorie environnement, natureCommentaires fermés

Au charolais pas de surgelé!


En cette veille de foire, nous nous sommes attardés au restaurant du syndicat des éleveurs charolais. Toute l’équipe était mobilisée à la corvée de pluche de pommes de terre. Quelle ne fut pas notre surprise devant la taille de ces dernières. Dédé Sylvestre, une des chevilles ouvrières du restaurant: » il s’agit de ma production, elles sont très grosses et très bonnes, j’ai 78 ans et c’est la première fois que j’ai une telle récolte. Certaines dépassent le kilo!

Un rappel, Dédé habite à Roybon, au coeur des Chambarans. Chambarans ne veut il pas dire champs bons à rien!

En attendant il se confirme que le restaurant charolais ne servira pas de frites surgelées…et qu’elles accompagneront à merveille un steak charolais bien évidemment!

On vous laisse apprécier la corvée de pluches…dede2

dede


Catégorie foire de BeaucroissantCommentaires fermés

Lely environnement offre une seconde vie à vos déchets


lellyLely environnement est une société qui a connu des heures difficiles. Qui ne se rappelle pas de la décharge d’Izeaux, des manifestations à son entrée…  » Et pourtant toutes les normes de sécurité sont établies. La couche d’argile qui sépare le sol de la nappe phréatique est haute et imperméable. Je regrette vraiment le blocage.

On aurait pu faire quelque chose d’intelligent sur Izeaux, proposer par exemple le chauffage de plusieurs bâtiments communaux, gratuitement, faire un golf, une fois l’exploitation terminée… » indique déçu le directeur de Lely environnement Lionel Lacrampe.

Puisque l’on en est aux problèmes de zones de stockage des déchets, abordons le projet de Roybon.  » Des études géologiques ont été faites sur l’ensemble du département de l’Isère et le site de Roybon fait partie des sites qui correspondent le mieux à la mise en place d’une zone de stockage.

Là aussi la couche d’argile qui est en sous sol est très épaisse, compacte et étanche. Concrètement aucun élément ne peut la traverser. Le projet du Center Parc ne peut être un frein puisque le centre de loisirs serait situé à une vingtaine de kilomètres du centre de stockage de déchets. »

lélyDe toute façon, il faudra trouver une solution: » quand le centre de stockage de St Quentin sur Isère sera plein, il faudra bien trouver une solution. »

Lionel Lacrampe précise qu au niveau des déchets on ne peut pas tout incinérer ou composter.  » Il y a des matières qui aujourd’hui terminent obligatoirement leur vie en centre de stockage. C’est le cas par exemple des mélanges plastique et de mousse. » Et pour être encore plus concret, il cite les sièges de voiture.

Lely environnement arrive aujourd’hui à trier et isoler 14 matières qui vont du carton aux batteries en passant par les housses plastiques, câbles électriques, pare-chocs, pneus, bois de palette, jantes, ferrailles, PVC….

 » En fait, seulement 10% des déchets que l’on collecte sont enfouis . On fait des recherches pour diminuer ce pourcentage, on travaille en partenariat étroit avec les usines mais il faut être clairs: on arrivera pas au taux zéro. Les centres de stockage sont donc obligatoires.

L’activité de stockage et d’enfouissement représente 10% de l’activité de l’entreprise Lely environnement.  » Notre métier n’est pas d’enfouir mais de trouver les moyens de valoriser. »

Le bois de palette part en bois énergie, le carton en papèterie, les plastiques en granulés…

A propos du bois énergie, Lely environnement revalorise 63000 tonnes de bois.  » On fournit du combustible bois aux communes, la compagnie de chauffage, réseaux de chaleurs collectifs, particuliers..

Au niveau de l’agriculture,  » les agriculteurs ont pris conscience des problèmes environnementaux. Des produits comme les bidons, les bâches plastiques se recycles sans problèmes. Par contre ils doivent faire attention aux pesticides, engrais stockés… Autre souci lié au monde rural: on manque cruellement de stations d’épuration dans nos campagnes et quid des eaux usées… »

Cela n’empêche pas le directeur de Lely environnement d’être optimiste: » il y a une prise de conscience collective. On trouvera de nouvelles filières de valorisation des déchets, on va dans le bon sens… »

Pour en savoir plus sur la société Lely environnement: www.lely-environnement.com

Catégorie environnementCommentaires fermés

Venez écouter le brame du Cerf !


Les mardis 14, 21 et 28 septembre, la Fédération des Chasseurs de l’Isère et l’ACCA de Roybon organisent des soirées « brame du Cerf » sur le Plateau de Chambaran.

L’objectif de ces soirées consiste, à faire écouter le son rauque du plus gros mammifère forestier mais aussi, de faire partager les connaissances des chasseurs à un public néophyte et familial.

Cerf cf. brame Pendant la période du rut, de mi-septembre à mi-octobre, les cerfs poussent des cris que l’on appelle « brame ». En émettant ces cris, les cerfs indiquent leur présence aux femelles et délimitent ainsi leur territoire. Plus leur cris sont puissants, plus ils maintiennent à l’écart d’éventuels rivaux !
En principe, les cerfs brament à toutes ces soirées car les chasseurs ont su identifié leurs places de brame, parfois situées au plus profond de la forêt !
Sortie gratuite.
Inscription au 04 76 62 61 25.

Catégorie chasse, natureCommentaires fermés

Rando libre dans le bois des Avenières


Au lendemain de la Journée mondiale de l’environnement, une journée Forêt libre est organisée dimanche 6 juin à Roybon par l’association « Pour les Chambarans sans Center Parcs ». Les amoureux de la nature et, particulièrement ceux qui refusent que celle-ci soit sacrifiée sur l’autel de la promotion immobilière, sont invités à se promener en toute liberté dans le bois des Avenières, à cueillir les derniers muguets, écouter les oiseaux, repérer les coins à champignons ou châtaignes, partager le casse-croûte, faire ou écouter de la musique, discuter, échanger.

Le rendez-vous est fixé à 10h30 devant l’office de tourisme de Roybon ou, pour ceux qui connaissent, directement au bois, au milieu du chemin forestier, devant le mirador.

Rappelons à ceux qui l’auraient oublié que ce bois des Avenières doit abriter dans un avenir proche un village vacances Center Parcs de mille cottages.

Catégorie loisirs/détente, natureCommentaires fermés

Mille cottages et une love story


La signature officielle, ce 4 décembre, entre Gérard Brémond, président du groupe Pierre&Vacances et André Vallini, président du CG38, du protocole d’accord pour l’implantation d’un Center Parc à Roybon, constitue l’apothéose d’un feuilleton commencé il y a deux ans et demi, qui a mobilisé beaucoup d’énergie et fait couler beaucoup d’encre (lire nos articles). Un feuilleton qui a pris aujourd’hui des allures de love story, chacun évoquant avec émotion, les premiers pas réalisés sur le chemin menant au futur village vacances et à ses mille cottages.

CGI

Visages radieux des conseillers généraux réunis autour de Gérard Brémond, PDG de Pierre § Vacances, à l'occasion de la signature du protocole d'accord pour l'implantation d'un Center Parc dans le massif de Chambaran (photo Frédérick Pattou)

Gérard Brémond : « Nous avons un coup de foudre pour Roybon et la forêt de Chambaran Et nous avons eu très vite la volonté de faire aboutir le projet».

André Vallini se remémore la première rencontre avec le PDG de la holding Pierre §Vacances: « C’était dans un bistrot, près du Sénat, où je buvais une bière avec Christian Pichoud, un soir où se préparait une rencontre  de foot. Vous êtes arrivé à pied alors que je m’attendais à vous voir descendre d’une limousine, cigare aux lèvres ».

Marcel Bachasson, qui a hérité du titre de « maire le plus heureux du département » : « Moi, c’est sur un chemin de terre des Chambarans, sous une pluie fine, que je vous ai rencontré la première fois ».

Noël avant l’heure

M.Brémond, c’est une certitude, a fait des heureux. Pas seulement à Roybon mais tout autour. René Vette, conseiller général du canton de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs qui rappelait naguère dans l’hémicycle Aubert-Dubayet que Chambarans, au sens étymologique, « ce sont des champs bons à rien » a eu ce cri du cœur : « On se demandait depuis longtemps comment développer le tourisme vert à Roybon. Le miracle est là. Vous êtes notre Père Noël ! ».

C’est dire que M.Brémond quand il est reparti en direction de la capitale à bord du TGV de 17h10 a dû avoir la sensation d’avoir  une auréole au-dessus de la tête ou un chapeau de Père Noël.

Des points noirs dans cette belle aventure ? Un ou deux, pas plus. M.Brémond qui s’est dit « déterminé à respecter le calendrier » (début des travaux fin 2010, livraison courant 2013) a  évoqué avec un peu d’angoisse la création de la STEP, station d’épuration des eaux à laquelle sera relié le village vacances. Une entreprise qui prend du temps et de l’argent et à laquelle le Conseil général aura bien sûr à contribuer.

« Nous sommes déterminés à respecter le calendrier » a-t-il souligné, en guise d’avertissement sans frais. Jean-Michel Revol, maire de Saint-Marcellin et conseiller général, l’a rassuré sur ce point, lui indiquant que « les plis de la STEP avaient été ouverts et que les attributions de marchés auront lieu en janvier 2010 ».

Parmi les heureux gagnants recensés, les filières bois locales. Charles Galvin a souligné le travail positif réalisé avec l’interprofession dans ce sens. C’est l’entreprise Ossabois (Loire) qui doit engager un travail en réseau avec les producteurs locaux pour répondre à l’appel d’offres de Center Parcs. L’association des communes forestières a, pour sa part, réfléchit avec l’opérateur sur la structuration de la filière pour la fourniture en bois-énergie (une chaufferie bois couvrira 80% des besoins des équipements collectifs).

Les agriculteurs, pour leur part, espèrent pouvoir tirer leur épingle du jeu grâce à la mise en place de circuits courts pour approvisionner en produits frais les cuisines du village vacances.

Dans cette belle harmonie, manquent les Verts. C’est clair, ils ne font pas partie des heureux, partisans d’une autre forme de tourisme que ce concept, hollandais d’origine, qui attire les foules (1000 cottages= près de 5000 habitants) dans une campagne remodelée et résidentielle à souhait. Reste que ce concept  affiche un taux d’occupation de 90% et  va générer 700 emplois directs permanents  non délocalisables. Un argument massue qui enfonce le clou dans la période, plutôt noire,  que nous traversons.

Catégorie aménagement, tourismeCommentaires fermés

Center Parcs Roybon: la FRAPNA vigilante


A la suite du vote de l’Assemblée Départementale de vendredi dernier, Francis Meneu, le Président de la FRAPNA Isère a adressé un courrier à M. le Président Vallini pour lui faire part de l’état d’avancement de la réflexion engagée avec la société Pierre & Vacances et des propositions de sa Fédération pour les volets loi sur l’eau et mesures compensatoires qui exigent une attention particulière de tous les services concernés.

L’incidence des constructions sur l’économie d’une très vaste zone humide essentielle pour les bassins de l’Herbasse et de la Galaure nécessite des mesures de limitation  d’impact et de compensation à la hauteur des enjeux environnementaux en cause. Or la FRAPNA, constatant qu’il n’existe pas de protocole efficace sur la région Rhône-Alpes et l’Isère en la matière, propose d’appliquer une méthodologie innovante expérimentée en région PACA et qui pourrait garantir une définition et un contrôle de ces mesures de façon optimale.

Il en va de même de la mise en cause par le projet Center Parcs d’un important corridor écologique, à l’heure de la consécration législative de la trame verte et bleue dans la Loi Grenelle 1 du 5 août 2009.

Outre le respect de la Loi sur l’Eau et la prise en compte des corridors écologiques, la FRAPNA se montrera d’ailleurs vigilante à l’ensemble du volet environnemental du projet, en particulier sur les questions de la pollution lumineuse, du traitement des déchets, de la gestion raisonnée des énergies et de la ressource en eau.

Catégorie aménagement, écologieCommentaires fermés

Projet Center Parcs: feu vert de l’Isère


L’assemblée départementale a adopté ce matin, au terme d’un long débat, le protocole d’accord entre le Département de l’Isère et Pierre & Vacances SA, concernant la réalisation du projet  Center Parcs  à Roybon. Ce protocole, qui vient donc de prendre effet, est conclu pour une durée de 10 ans à compter de la mise en exploitation de la première tranche du village vacances Center Parcs. C’est Christian Pichoud, vice-président du CG38 chargé du Tourisme, qui était le rapporteur de ce dossier qui, au-delà de sa vocation touristique, touche à l’aménagement du territoire.

Précisons en préambule le détail du financement de ce projet dont l’investissement global annoncé est de 387 M€ :

-     la Région Rhône-Alpes, (délibération du 9 juillet dernier, contribue au projet à hauteur de 7M€ (promotion touristique, développement durable, énergies renouvelables, formation professionnelle)

-     le département de l’Isère mobilise :

>8M€ dédiés aux collectivités publiques pour la modernisation des réseaux d’eau et d’assainissement auxquels se raccordera le village vacances Center Parcs

>7M€ en aides aux investisseurs en résidence de tourisme en zone de revitalisation rurale (ZRR) pour un maximum de 1000 cottages

Si personne dans l’hémicycle ne déclare condamner a priori ce projet, qui va générer des emplois dans un canton durement touché par le chômage (on compte sur 600 emplois /an et jusqu’à 1000 en pointe pendant la durée du chantier, 700 emplois pour 468 ETP en phase d’exploitation), c’est autour du financement qu’a tourné en grande partie le débat de ce matin. Le deuxième volet du financement, perçu comme une aide à l’entreprise, une aide à des personnes (ceux qui vont investir dans l’acquisition des cottages mis en vente par l’opérateur) qui n’en ont pas besoin et bénéficient déjà d’avantages (défiscalisation) a alimenté  la discussion. Quelques interventions glanées au fil des échanges :

Sur les bancs des élus communistes (qui voteront contre le 2e volet de la délibération):

-      Claude Bertrand se dit OK pour voter l’aide de 8M€ aux collectivités publiques mais pas les 7M€ qui vont bénéficier à des investisseurs privés, des gros contribuables, qui auront droit à une défiscalisation. Il demande donc de dissocier le vote.

-      Daniel Rigaud souligne le fait que les emplois proposés seront des emplois précaires. Il s’insurge en outre contre l’attitude de l’entrepreneur, mettant le Département au pied du mur : « C’est ça ou je vais ailleurs ! Cela ne laisse pas de place à la discussion. Où est le débat ? »

Sur les bancs des Verts et apparentés :

-      Catherine Brette : « Nous avons dit oui, en juin 2008, à l’étude de faisabilité du projet. Mais aujourd’hui, on formule plusieurs critiques vis-à-vis d’un projet déjà fortement encouragé par l’Etat à travers la loi Demessine et Scellier. Ce projet n’a pas besoin de l’aide du CG38. Cette aide serait plus utile si elle était versée aux Gîtes de France. Le tourisme vert est l’avenir du département ».

-      Olivier Bertrand : « Personne n’est contre la création d’emplois, bien sûr. Mais on a le droit de se poser des questions sur le mode de développement touristique que l’on veut soutenir en Isère ».

Tous deux ont voté contre cette délibération dans sa totalité.

-      Serge Revel décide de s’abstenir sur le second volet de la délibération: «Je suis d’accord sur l’inutilité de l’aide du Conseil général à une entreprise telle que Pierre & Vacances ».

Sur les bancs de l’opposition départementale :

-      Marcel Bachasson : « Depuis ce 27 juin 2007 où nous sommes entrés en contact avec Pierre&Vacances, beaucoup de travail a été fait. Et on ne peut que s’en féliciter. C’est pour notre territoire un enjeu vital en termes d’emploi. C’est une forme de relance pour notre département, une opportunité pour des entreprises ainsi que pour les collectivités qui pourront mettre aux normes leur réseau d’assainissement  et d’eau potable. Cette opportunité, il fallait la saisir. Sinon, Pierre&Vacances allait s’installer ailleurs. Et peut-être pas très loin de chez nous ! »

-      René Vette : « Les Chambarans, c’étaient étymologiquement, des champs bons à rien ! Cela ne sera plus vrai demain ».

-      André Gilet : « Favoriser les entreprises locales, le code des marchés ne le permet pas ! Il faut passer par des appels d’offres»

-      Georges Colombier : « J’ai rencontré récemment des agriculteurs en difficulté de la vallée de la Galaure. Une agricultrice m’a confié qu’elle espérait beaucoup avoir un emploi à mi-temps au village vacances ».

Sur les bancs de la majorité départementale :

-      Erwann Binet : « Sans cette somme de 7M, Pierre & Vacances allait s’installer ailleurs. C’est l’engagement de principe rapide du CG38 sur ce point qui a permis de faire tenir le projet ».

-      Christian Nucci : « C’est un ballon d’oxygène dans un secteur très affecté par la crise. L’agriculture locale, entre autres, souffre. Le projet Center Parcs est une formidable opportunité pour mettre en place une filière de vente directe de produits frais, entre autres».

-      Charles Galvin : « Nous avons réussi à faire valoir la filière bois dans ce projet. Non seulement nous avons obtenu que les cottages soient construits en bois et en bois local, mais il se pourrait aussi que la chaudière à bois soit alimentée par une entreprise iséroise. Nous ne sommes pas encore sûrs du résultat ».

-      Christian Pichoud : « Ce seront des emplois annuels qui sont proposés, donc, en matière de sécurité, d’une qualité certaine. Comparés aux emplois saisonniers, notamment en montagne, on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’emplois précaires ».

-      André Vallini : « Nous prenons ce matin une décision historique. Et il est normal que l’on en débatte longuement. C’est, en tout cas, un dossier qui nous a demandé un gros investissement, un dossier compliqué, passionnant, qui nous a mis en face de  M.Bremond, un capitaine d’industrie, comme on disait naguère, avec qui nous avons négocié point par point. Nous étions en concurrence, il ne faut pas l’oublier. La Drôme des collines, la Saône-et-Loire étaient candidates. Ce projet était un beau plan de soutien à l’emploi. On nous l’envie dans toute la France ».

La mobilisation de moyens du CG38 a été prise en contrepartie d’une prise en compte forte du développement durable, traduite par des engagements sur plusieurs points : qualité d’isolation des hébergements, limitation des besoins en climatisation, utilisation d’ébergie renouvelable pour une chaufferie bois, récupération des eaux du centre aqualudique, mise en place d’un plan déplacement d’entreprise, tri et valorisation des déchets, recrutement local, vitrine touristique de l’Isère, interdiction des sports mécaniques thermiques.

Catégorie aménagement, tourismeCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2019
L Ma Me J V S D
« juin    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+