Tag Archive | "salmonellose"

PLAN DE LUTTE CONTRE LES SALMONELLES DANS LES ÉLEVAGES AVICOLES DE LA DRÔME: TOUS MOBILISÉS…


Le bilan 2010 réalisé par la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) de la Drôme fait état de 14 foyers de salmonelles dans des élevages de poules pondeuses et 16 foyers dans des élevages de volailles de chair dont 3 en élevages de dindes.

Ces chiffres confirment le constat réalisé l’année dernière avec l’appui de l’Agence Nationale de SEcurité Sanitaire (ANSES) : le département de la Drôme est deux fois plus contaminé que les autres départements français dans le secteur des volailles de ponte et quatre fois plus pour les volailles de chairs (dépistées depuis 2009 pour les poulets et 2011 pour les dindes).

Il est donc urgent de poursuivre les mesures conduites depuis l’année dernière sur les différents axes du plan d’action départemental de lutte contre les salmonelles au niveau des bâtiments d’élevage, des dépôts de cadavres, des couvoirs, des usines d’aliments, etc.

Dans ce cadre deux réunions de secteur ont aussi été organisées à Chatuzange le Goubet et à Crest les 16 et 17 février pour mobiliser les éleveurs sur l’intérêt du respect des mesures de biosécurité afin éviter d’introduire des salmonelles dans leurs bâtiments. En effet, même si les dépôts de cadavres sont fermés, les salmonelles perdurent dans l’environnement et il convient d’éviter absolument leur introduction dans les élevages.
Ces deux séances d’informations, organisées en partenariat avec la filière avicole (FILAVI), ont
touché environ 60% des éleveurs drômois de poules pondeuses. Il leur a été rappelé les mesures de biosécurité édictées dans la charte sanitaire. Ces mesures permettent non seulement de lutter contre l’introduction de salmonelles mais aussi contre d’autres pathologies et notamment l’éventuel virus de l’Influenza aviaire.

Ces mesures peuvent se résumer en dix principes :
1. Délimiter l’élevage de l’extérieur et maintenir des abords propres
2. Utiliser systématiquement un sas sanitaire bien conçu et bien entretenu
3. Veiller à l’entretien du bâtiment facilité par des revêtements lisses
4. Nettoyer et désinfecter le matériel et notamment le matériel de prêt sur des aires bétonnées
5. Veiller à l’entretien des silos et à la désinfection des roues des camions d’aliments et d’oeufs
6. Prévenir l’introduction des nuisibles, désinsectiser et dératiser régulièrement
7. Veiller à l’élimination des fientes dans de bonnes conditions
8. Collecter des oeufs dans des conditions satisfaisantes (convoyeurs, conditionnement)
9. Stocker les cadavres dans des congélateurs et les faire enlever dans des bacs clos
10. Veiller à la formation de tous les intervenants sur le site.

Catégorie agriculture, prophylaxie, élevageCommentaires fermés

Poulet aux bactéries : l’aile ou la cuisse ?


orateurDans sa question écrite publiée dans le JO Sénat du 01/04/2010 , Mme Patricia Schillinger (Haut-Rhin-SOC) attire l’attention de M. le ministre de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche sur la contamination des poulets par des bactéries. Les résultats publiés par l’Agence européenne de sécurité sanitaire des aliments (EFSA) indiquent la prévalence des campylobacters pour les trois quarts des carcasses de poulets de chair produits en Europe et de 15 % pour les salmonelles.

En France, ces chiffres s’élèvent respectivement à près de 90 % de prévalence pour les campylobacters et 7 % pour les salmonelles. En moyenne, la campylobacter était présente dans le tube digestif de 71% des poulets à leur entrée (ce qui indique qu’ils étaient déjà infectés de leur vivant), et sur 5% de plus à la sortie des carcasses, «ce qui laisse supposer une contamination durant l’abattage», indique le rapport de l’EFSA. Ainsi, près de 76% des poulets arrivant dans les réfrigérateurs seraient contaminés par des bactéries.

Ces résultats montrent une trop forte intensification de la production de poulets de chair. Ils sont la conséquence de modes d’élevage et de consommation inadaptés, qui vont à l’encontre des principes d’une agriculture durable et d’une alimentation saine et de qualité.

Par ailleurs, ces bactéries provoquent deux maladies d’origine alimentaire: la campylobactériose et la salmonellose, deux intoxications alimentaires caractérisées notamment par de la fièvre et des diarrhées aiguës.

Par conséquent, elle lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles mesures il entend prendre pour lutter contre ces bactéries et préserver la santé de nos concitoyens.

Réponse du ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture publiée dans le JO Sénat du 27/05/2010

Le rapport de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) sur la prévalence des salmonelles et des campylobacters sur les carcasses de poulets fait la synthèse des données collectées et transmises par les États membres dans le cadre d’un plan de surveillance communautaire harmonisé conduit en 2008. Ces deux bactéries présentes dans les intestins des animaux et naturellement dans les écosystèmes, font l’objet d’une lutte particulièrement contraignante pour les éleveurs.

Le mode d’élevage fermier, non intensif, n’est pas protecteur vis-à-vis de ces types très communs de bactéries d’origine fécale. La France a mis en place dès 1991 un programme spécifique de lutte contre les salmonelles. Le règlement (CE) n° 2160/2003, qui vise à assainir progressivement l’ensemble des filières avicoles en Europe, complète l’arsenal législatif et réglementaire français.

Le taux de prévalence français des salmonelles en élevage est l’un des plus bas d’Europe. Il est le fruit du travail d’inspection par les services vétérinaires, à tous les stades de la chaîne alimentaire et de l’engagement des professionnels. S’agissant des campylobacters, la réglementation européenne ne prévoit pas pour l’instant de dispositif de maîtrise dans les espèces animales ni de critère microbiologique.

L’épidémiologie de cette bactérie, très différente de celle des salmonelles, n’a pas permis à ce jour de mettre en place des plans de lutte efficaces au stade de l’élevage et d’autant moins si les volailles sont élevées en plein air. La sensibilité particulière de la volaille est en effet due à la présence de ces germes fécaux sur les plumes, les pattes et à la présentation à la vente avec peau.

Les contaminations au cours de la phase d’éviscération lors de l’abattage ou chez le revendeur peuvent être responsables de souillures de la carcasse.

Dans tous les cas les salmonelles et les campylobacters sont détruits par une cuisson à coeur. Les contaminations croisées peuvent facilement être évitées par les bonnes pratiques d’hygiène usuelles relatives à la manipulation et à la conservation des produits alimentaires mises en oeuvre par le consommateur. L’amélioration de l’hygiène de l’abattage est également un facteur essentiel de réduction de la contamination des carcasses.

Il faut être conscient que le niveau zéro de contamination n’est pas envisageable, si ce n’est en utilisant des procédés de décontamination chimique des carcasses vers lesquels la France et l’Union européenne refusent de se tourner.

L’étude menée par la Commission avec l’AESA doit permettre de définir au niveau communautaire les mesures qui apparaîtront les plus pertinentes pour poursuivre la réduction de l’exposition du consommateur à ces bactéries.

Dans ce cadre la France s’attachera à défendre le modèle de sécurité sanitaire européen basé sur la prévention et la maîtrise des risques tout au long de la chaîne de production et de distribution des viandes de volailles.

Catégorie agro-alimentaire, consommationCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2020
L Ma Me J V S D
« fév    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+