Tag Archive | "Seigle-Vatte"

Herd Book charolais: rester numéro un


« C’est un honneur pour nous d’accueillir le congrès national du Herd Book charolais. » C’est par ces mots que le député de la circonscription de Crémieu a ouvert les débats. Il a également fait un clin d’oeil en direction de la foire de Beaucroissant et de son concours régional charolais.

Gérard Seigle Vatte président des chambres d’agriculture départementale et régionale a lui également évoqué la foire de Beaucroissant et son concours régional charolais: » celui ci fait référence aujourd’hui. Il est attendu par l’ensemble des éleveurs de notre région, il joue également le rôle de vitrine et démontre que notre trouteau charolais est de qualité. Nous espérons qu’un jour nous puissions nous entendre afin de monter un hall d’élevage, en dur, sur Beaucroissant. « 

charolais

Le concours régional qui se déroule à Beaucroissant est devenu un rendez vous incontournable pour les éleveurs charolais.

Le président Seigle-Vatte a enfin annoncé que la région allait s’engager davantage dans l’organisation du sommet de l’élevage et de conclure: » il faut absolument réorganiser l’élevage, les structures sont  trop nombreuses. Nous n’avons pas le choix. Je pense qu’il faut le faire dans l’intelligence que dans l’obligation. »

Le président du Herd book charolais, Michel Baudot a ouvert son rapport moral en indiquant que  » les mots action, ambition et communication sont devenus des mots clés qui constituent des pistes de travail. » Il s’est insurgé contre  » le vent médiatico économique qui souffle contre nous: journée sans viande, pollution de la planète…actions qui peuvent nous faire douter de l’utilité de faire de la sélection et même de l’élevage. »

Le président Baudot a rappelé les actions dans lesquelles le Herd Book est impliqué: le programme vêlages faciles, la génomie, les concours et stations, l’OS charolais France, le livre généalogique, les concours nationaux, salon de l’agriculture, relations internationales, pôle racial charolais….

Et de conclure: « Il faut se mobiliser car même s’il se passe toujours quelque chose au Herd Book charolais, on ne peut plus vivre sur nos acquits. La concurrence est là, de plus en plus forte. Elle n’est pas meilleure que nous mais mieux organisée. A nous de relever les défis qui se présenteront à nous. Soyons ambitieux et construisons la race charolaise de demain, celle qui sera toujours numéro UN! »

Catégorie élevageCommentaires fermés

Trois temps forts pour la journée annuelle de l’ADAYG


L’Assemblée Générale de l’ADAYG (Association pour le Développement de l’Agriculture dans l’Y Grenoblois) se déroulera  mercredi 2 juin  à partir de 15h30 à Voreppe.
Au programme, des visites de l’abattoir du Fontanil et d’une exploitation maraîchère, l’assemblée générale ordinaire et une conférence grand public sur le thème de l’aménagement du territoire et de la protection et de la mise en valeur du foncier agricole et forestier.

Programme détaillé:

15H30 : Accueil Mairie de Voreppe

16h00 : Visites au Fontanil et à Voreppe
Départ en bus: Les abattoirs du Fontanil
Cette visite sera l’occasion d’illustrer les enjeux et l’organisation de la filière viande de proximité. À cette occasion, la commune de Voreppe présentera son engagement pour une restauration collective de qualité mettant en valeur les produits de l’Y Grenoblois .
-Exploitation maraîchère d’Alain NASELLI
Cette visite sera l’occasion d’illustrer la situation du maraîchage de l’Y Grenoblois.

18h00 : Assemblée Générale ordinaire
Mairie de Voreppe

Accueil par Jean DUCHAMP, Maire de Voreppe
Ouverture par Roland REVIL, Coprésident de l’ADAYG
18h30 : L’activité 2009/2010
Présentation synthétique du rapport d’activités par Serge BONNEFOY, Directeur de l’ADAYG
Les principaux acquis et les questions à résoudre par Roland REVIL et Gérard SEIGLE-VATTE, Coprésidents de l’ADAYG
Débat et vote
19h10 : Rapport financier
Présentation du rapport par Charles BAZUS, trésorier de l’ADAYG, et par Paulette MERITTO, gestionnaire
Rapport du Commissaire aux Comptes
Débat et vote

19h30 : Assemblée Générale extraordinaire
• Ouverture par Roland REVIL, Coprésident de l’ADAYG
• Les objectifs de la modification statutaire par Roland REVIL et Gérard SEIGLE-VATTE, Coprésidents de l’ADAYG
• Présentation de la modification par Serge BONNEFOY, Directeur de l’ADAYG
• Débat et vote

19h45 : Apéritif

20h30 : Conférence « Genève – une autre histoire, un autre regard … et des préoccupations communes »

- Ouverture par les Coprésidents, Roland REVIL et Gérard SEIGLE-VATTE,  les grandes orientations agricoles et forestières de l’Y Grenoblois.
- Le Canton de Genève est une des principales références européennes en matière d’aménagement équilibré du territoire, de densification urbaine, de protection et de mise en valeur du foncier agricole et forestier, ainsi que de développement des circuits de proximité.
Aujourd’hui la métropole est franco-valdo-genevoise : son projet agricole et forestier d’agglomération se construit entre deux cultures.
Emmanuel ANSALDI de la Direction générale de l’agriculture du Canton de Genève et Sébastien BEUCHAT, Chef de projet «Paysage, Nature et Agriculture» du projet d’agglomération franco-valdo-genevois présenteront les acquis, les questionnements et les engagements futurs.
Débat avec la salle

22h30 : Buffet Terre d’ici

Catégorie La Métro, Y grenobloisCommentaires fermés

Voreppe et Champagnier adhèrent à la Charte restauration collective circuits courts



Les communes de Voreppe et de Champagnier s’engagent dans une démarche visant à assurer aux enfants fréquentant le restaurant scolaire une prestation alimentaire de qualité adaptée à leurs besoins, privilégiant les produits issus de circuits courts pour soutenir la production locale.

Cet engagement sera formalisé par la signature avec l’ADAYG de la charte pour une restauration collective circuits-courts le lundi 29 mars 2010 :
- en Mairie de Voreppe à 19h00, en présence de Roland Revil et Gérard Seigle- Vatte,  Coprésident de l’ADAYG, et de Jean Duchamp, Maire de Voreppe.
- en Mairie de Champagnier à 20h30, en présence de Laurent Vial, Président de la commission économie de l’ADAYG, et de Françoise Cloteau, Maire de Champagnier.

En effet, les communes sont les acteurs essentiels des politiques alimentaires locales, notamment grâce à leur restauration publique. Cette mission figure parmi les plus importantes car elle regroupe différents thèmes tels que l’accès pour tous à l’alimentation, la santé, l’éducation jusqu’à la prise en compte de l’agriculture de proximité.
Dans ce cadre, l’ADAYG a contribué à une organisation de la filière viande locale (s’appuyant sur sa démarche Terres d’ici) qui permet aujourd’hui de fournir les demandes en viande bovine de la restauration collective. Il se poursuit sur les autres produits et se traduit par un appui aux agriculteurs et aux communes qui s’engagent dans la démarche.

Les signataires s’engagent à mettre en oeuvre la démarche suivante :
1. Evaluer les besoins en matière de restauration collective
2. Identifier les évolutions à engager (cahiers des charges d’appel d’offre, évolution des
menus, introduction du critère « production en circuits courts » dans les achats…)
3. Traduire les éléments d’évolution dans un plan d’actions,
4. Présenter le plan d’actions à l’ensemble des agents concernés de la commune
5. Réaliser un bilan annuel
L’ADAYG quant à elle s’engage à aider les communes dans cette démarche par la diffusion d’informations, de conseils et par la réalisation d’une communication. D’autre part, elle facilitera l’accès aux produits des acheteurs de la restauration collective.

Plus de renseignements :
Karine Berthaud – responsable circuits courts
tél. : 04 76 20 67 24 – mail : karine.berthaud@adayg.org

Catégorie Y grenoblois, consommationCommentaires fermés

René Blanchet repose dans « sa » terre


Une foule impressionnante a accompagné René Blanchet dans sa dernière demeure. Parmi celle-ci de nombreux élus dont le président du Conseil Général André Vallini mais également Christian Nucci, Charles Galvin, Robert Veyret, Eliane Giraud, de nombreux responsables agricoles, anciens collaborateurs, habitants de La Murette et amis de tous horizons.

Très jeune, il s’est passionné pour la terre, les animaux, il souhaitait devenir vétérinaire, les aléas de la vie feront de lui un « paysan ». Il à dû reprendre, très jeune, l’exploitation familiale au décès de son père. Très vite, il se mettra à la disposition des autres et prendra des responsabilités tous azimuts. Au sein du monde agricole, de la municipalité, des pompiers. Avec une particularité, celle d’être, en même temps maire et pompier.

Bien entendu, René Blanchet sera passionné de foot. Supporter de l’OM, il regardait les matchs de foot avec son petit fils, supporter de Bordeaux. « Le hasard de la vie fait que demain soir il y a une rencontre de championnat OM-Bordeaux, et je serai seul devant ma télé, pépé », pleurera ce dernier.

Sa fille Monique rappellera que son père « a su indiquer, malgré de longues absences, à ses enfants la route à suivre, « aidé en cela par son épouse, la très dévouée Marthe avec qui il a partagé 53 ans de sa vie. Et Monique de conclure:

« Une vie publique comme la tienne ne va pas sans claques. Tu en as prises quelques unes qui t’ont meurtries. Cela fait partie du jeu mais elles ont laissé des traces jusqu’à ce jeudi 10h20. »

Gérard Seigle-Vatte qui a succédé à René Blanchet à la présidence de la Chambre d’Agriculture de l’Isère a insisté sur le fait que « René a voué toute sa vie au service du monde agricole. De plus, tu étais un visionnaire en défendant l’agriculture familiale, en créant l’ADAYG. René, tu peux rejoindre Fréjus Michon et Albert Genin avec la fierté d’avoir accompli ton devoir. »

Michel Boursier au nom du GDS a rappelé que l’élevage « était la deuxième famille de René. Tu as mené de terribles combats sanitaires contre l’administration, les vétérinaires pour la défense des éleveurs. Ton succès: quand tu a pris en main le GDS, il n’y avait qu’une secrétaire. Quand tu l’as laissé il comptait une vingtaine de collaborateurs ».

A lire également le témoignage de son ami Robert Veyret intitulé: Robert Veyret: »René Blanchet a marqué notre département


Catégorie agricultureCommentaires fermés

Bienvenue à la ferme: convivial apéro des régions


Le congrès national du réseau Bienvenue à la ferme s’est poursuivi ce mardi 6 octobre de façon très dense. Journée de travail et de visites suivie par un très convivial et apprécié apéro des régions.

apéro 2

En cours d’après midi plusieurs visites de fermes étaient programmées comme ici  sur l’exploitation de Josée Argoud-Puy.

Après une journée bien remplie faite de tables rondes et de visites d’exploitations, l’ensemble des congressistes ont pu se ressourcer autour d’un convivial apéro des régions.

apero 22

Chaque région de notre pays usant de la diversité des produits locaux pour nous présenter des mets variés mais surtout de qualité. A ce petit jeu on a pu déguster charcuteries, fromages…. accompagnés de sucreries et de vins bien de chez nous et « excellents » précisera Bernard Artigue, président national de Bienvenue à la ferme, originaire du Bordelais. » Jai appris que la région Rhône-Alpes est une terre d’eaux, mais n’oublions pas le vin, » dit-il avec un certain humour.

apero 2

Original, apéro à l’eau au bar à eau, à consommer sans modération…

apero 5

….mais le vin, à consommer avec modération, a connu lui aussi un franc succès!

Auparavant, Gérard Seigle Vatte, président régional des chambres d’Agriculture, a tenu à remercier « l’ensemble des collaborateurs qui ont travaillé depuis plusieurs mois pour que ce congrès soit une réussite. Un congrès est une réunion de travail mais il ne faut pas occulter la convivialité: c’est ce que nous avons voulu faire à travers cet apéro des régions. » apéro

Gérard Seigle-Vatte, président de la chambre régionale, a tenu à remercier les collaborateurs et bénévoles qui se sont investis pour que ce congrès soit une réussite.

Un apéro, une convivialité qui se sont poursuivis par le traditionnel repas de gala.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

L’ADAYG tient à sa légumerie


Dans son rapport d’activité, Serge Bonnefoy, directeur de l’ADAYG a souligné hier soir, à l’occasion de l’AG de l’association, le contexte budgétaire difficile de cet exercice, exprimant la crainte que le suivant se trouve confronté à la même situation. Il déplore « le manque de moyens pour la gestion des espaces naturels et agricoles ».

Une situation qui amène Roland Revil  à lancer un appel à la mobilisation des énergies et des bonnes volontés : « L’ADAYG, qui a de grands projets, compte sur ses partenaires pour les soutenir. »

Roland Revil présidait pour la première fois hier l’assemblée générale de l’ADAYG, à la Maison des agriculteurs, au côté de Gérard Seigle-Vatte, co-président, Serge Bonnefoy, directeur et Charles Bazus, trésorier

Parmi les projets de l’ADAYG : la légumerie , considérée comme un outil de transformation indispensable pour valoriser les légumes de l’Y grenoblois en restauration collective. « Nous souhaitons tous, à cette AG, a souligné Roland Revil, que cette légumerie voit le jour ».
Mais le dossier patine. Ce sont les cheveux que l’on coupe en quatre, pas les légumes. Au grand dam des co-présidents de l’ADAYG.
Alors que l’investissement était prévu pour le deuxième semestre 2009, le porteur du projet –un traiteur de Gillonay- n’a pas obtenu le feu vert de sa banque pour sa mise en oeuvre. Encore une preuve, s’il en fallait une, que les temps sont durs. Des temps  de vaches maigres qui ne sont  pas de nature à faire s’épanouir les projets de développement, durables ou non.
Gérard Seigle-Vatte a exprimé son impatience face à ces contretemps :
« Le dossier est techniquement prêt. Un dossier qui est dans la droite ligne du Grenelle de l’Environnement. Alors, ou les collectivités locales nous aident, ou on arrête de parler de développement durable. Il nous faut une décision avant la fin de l’année ».
Le côut de cette légumerie, avancé par Marijke Pols, responsable du Pôle Economie de  l’ADAYG, serait de 500 000€.
Beaucoup de candidats pour accueillir la plateforme (Voironnais, Le Fontanil, Grenoble, entre autres) mais rares sont ceux qui, selon l’ADAYG, se montrent prêts à participer financièrement à l’implantation.
Pour ce qui est de l’abattoir de Grenoble-Le Fontanil dont l’ADAYG est actionnaire de la société d’exploitation- l’ABAG- on sait que des travaux importants de modernisation sont en projet. Gérard Seigle-Vatte les a évoqués : « Nous avons un plan de financement de 1,4 M€ pour la modernisation de l’abattoir. Nous en sommes encore à la phase étude/conception. Les travaux pourraient débuter en octobre, notamment avec la réalisation d’un tunnel du froid ».
En ce qui concerne l’activité de l’abattoir, Gérard Seigle-Vatte affiche une certaine satisfaction : « Nous avons un tonnage en augmentation. Deux à trois cents tonnes de plus que prévu. C’est bon signe même si rien n’est gagné, malgré tout ».
L’ADAYG entend apporter son appui au développement d’une plateforme viande locale pour regrouper l’offre et améliorer la distribution des différents produits (boucheries, restauration collective, vente à la ferme, points de vente collectifs).
Autre projet en cours: Bois d’ici. En lançant cette marque dès  l’automne prochain, l’ADAYG entend faire la promotion du bois local (la ressource en feuillus est plus abondante qu’on l’imagine dans l’Y) et développer d’une part une production de plaquettes forestières à destination des chaufferies bois collectives, d’autre part la production de bois-bûche  à destination des particuliers (sillon38 abordera ce sujet dans un prochain article).

A noter qu’à l’issue de l’AG, une table ronde s’est tenue sur le thème « La Pac et ses relations aux politiques territoriales »,  avec la participation de Gilles Martin, Chef du Service Développement Rural  de la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt  (DRAAF) Rhône-Alpes, de Michel Villevieille, chef du Service Economie Agricole DDA Isère , de Bruno Genoulas, agriculteur grandes cultures à Crolles, Laurent Vial, éleveur laitier à Montferrat , Etienne Manzoni, arboriculteur « Terres d’ici » à Saint Maximin, Frédéric Delattre, chargé de mission agriculture et forêt du Pays Voironnais

Catégorie Y grenobloisCommentaires fermés

« Il faut revoir la Convention de Berne »


A l’occasion du concours d’élevage organisé ce week-end à Le Passage (lire notre article), le président de la Chambre d’Agriculture de l’Isère, Gérard Seigle-Vatte, a plaidé la cause des éleveurs ovins aux prises avec le loup, interpellant l’Etat sur ce dossier.

Le syndicat des éleveurs ovins, l’association « Le grand charnier » qui lutte pour la protection du pastoralisme et de la faune sauvage contre les grands prédateurs, sont présents sur le champ de foire de Le Passage. Ce qu’ils demandent: « La régulation du loup pour sauver le pastoralisme et protéger la faune sauvage qui assurent aussi la biodiversité dans l’espace montagnard ».

Gérard Seigle-Vatte, qui connaît bien le dossier en Isère (les attaques du prédateur dans le massif de Belledonne sont régulières depuis des années) a saisi l’occasion pour demander, en présence du sous-préfet de l’Isère, des mesures radicales pour limiter les dégâts du prédateur: »On ne peut plus rester dans ce système qui est en train de vider nos montagnes de l’élevage. Il faut revoir la Convention de Berne. (cette convention date du 12 décembre 1981 et vise à assurer la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe). Les scientifiques eux mêmes disent qu’il n’y a pas de menace de disparition du loup en Europe. L’Etat doit agir rapidement. On est à la veille d’un pépin. Près d’un millier de brebis ont péri en dérochant, dernièrement, en Savoie. Il faut arrêter cela ».

On sait que les éleveurs ovins ont dû s’équiper de moyens de protection pour tenter de parer les attaques du loup. L’acquisition de chiens Patou fait partie de cette démarche de prévention. Mais la montagne est aussi un espace de tourisme et la cohabitation est parfois délicate. Les éleveurs ovins apporteront leur soutien jeudi 6 septembre à Saint-Jean-de-Maurienne à un agriculteur à qui la justice reproche d’avoir laissé divaguer ses chiens Patou.

Catégorie loupCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

mars 2021
L Ma Me J V S D
« fév    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+