Tag Archive | "Sidi Boubker"

A la découverte du Maroc Oriental


La délégation isèroise a donc traversé du nord au sud la région du Maroc oriental. Une région méconnue et pourtant elle a de fameux atouts. Découvrons la.

La région de l’Oriental est l’une des plus grandes du Maroc. Elle s’étend sur 82820 km2 soit 11,6% du territoire national.

Sa préfecture est Oujda, ville en pleine restructuration, qui sera prochainement totalement désenclavée grâce à l’agrandissement de son aéroport international, à l’ouverture de l’autoroute Oujda-Fez. Elle est  constituée de six provinces: Berkane, Nador, Taourit, Figuig, Jerada et Driouech. Ses limites sont la Méditerranée au nord, l’Algérie à l’est et au sud. On passe donc de la mer au présaharien ce qui permet à la région de l’Oriental de bénéficier d’un climat méditerranéen avec influence du Sahara.

La région se caractérise également par une grande diversité écologique. On y trouve un écosystème marin et lagunaire, un périmètre irrigué, des montagnes, forêts, des zones de cultures, des plateaux et un système oasien et présaharien à l’extrême sud.

Pendant plusieurs années, le Maroc oriental a vécu grâce à son sous sol, mines de plomb de Sidi Boubker, de charbon de Jérada, de manganèse de Bouarfia…. et de son sol avec une activité agricole active.

maroc oriental

Sidi Boubker, cité minière est devenue une ville fantôme à la fermeture des mines.

Les mines ont fermé mais l’agriculture a poursuivi son expansion. Les principales productions sont les agrumes, l’olivier, vigne, amandiers, palmiers dattiers, maraîchage, céréales, luzerne, sucre… et bien sûr l’élevage.

oriental 6

La région de l’Oriental se caractérise en effet par l’importance de son cheptel. Près de 3 millions de têtes dont les 2/3 sont des ovins. La race la plus connue étant la Beni Guil.

La production agricole est reconnue pour sa qualité. Pour preuve, la clémentine de Berkane, la datte Aziza de Fuiguig et la race Beni Guil ayant obtenu le label IGP.

oriental 3

Au cours de notre visite, nous avons découvert la production de nèfles dans la vallée de Zegzel située en plein coeur des Monts Beni Snassen. Le néflier joue un rôle socio-économique important pour cette région. Il permet par exemple la création de près de 30 000 journées de travail annuellement au niveau des vergers et de la récolte. Nous étions en période de  pleine récolte et on a pu apprécier la qualité gustative de ce fruit trop méconnu.

oriental 2

Autre produit original, la fameuse truffe appelée truffe du désert ou de sables. Elle est communément appelée Terfez. Il s’agit de champignons mycorhiziens qui vivent en symbiose avec des plantes hôtes. Leur production est fortement liée aux précipitations de l’automne. On les trouve sur les hauts plateaux.

Le tourisme est très peu développée au Maroc oriental. Seule la côte méditerranéenne est en plein essor touristique avec la mise en place d’un plan de tourisme de masse à Saidia.

oriental 5

Les plans de la nouvelle station balnéaire de Saidia: 17000 lits supplémentaires sont prévus….

« Notre souhait pour notre région est le développement raisonné d’un tourisme rural dans lequel nous sommes impliqués. Un tourisme qui n’exclue personne », précise Abderrahmane Mejdoubi, éleveur de Aïn Beni mathar.

Certains Marocains nous informant qu’ils ne peuvent se rendre dans des villes comme Marrakech: « La vie y est trop chère!

En un mot les éleveurs de la région souhaitent mettre en place un système de vacances à la ferme du style gîtes de France. On en reparlera…

ORIENTAL 8

Cap de l’Eau, au nord de la région…

oriental 4

Les Béni Snassen au centre…

oriental 9

…Fuiguig au sud, trois clichés qui montrent la diversité et à travers elle les atouts du Maroc oriental.



Catégorie pastoralismes du monde, planète TerreCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juin 2019
L Ma Me J V S D
« mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+