Tag Archive | "sillon alpin"

Auvergne-Rhône-Alpes: sa démographie


La région Auvergne - Rhône-Alpes abrite 7 757 600 habitants au 1er janvier 2013.

Elle bénéficie d’une croissance démographique soutenue qui ne marque aucun fléchissement sur la période récente. Entre 2008 et 2013, elle se positionne au 3e rang des régions françaises les plus dynamiques. La population a augmenté dans les couronnes des grands pôles urbains, plus que dans les autres territoires de la région.

Cette poursuite de la périurbanisation s’accompagne d’un renforcement de la croissance des grands pôles urbains. Cet essor démographique des espaces urbains est particulièrement marqué dans la Métropole de Lyon, l’Ain et la Haute-Savoie. En revanche, la situation se détériore dans les petites communes hors de l’influence urbaine. Dans les départements, le rythme de croissance de la population s’accélère dans le Rhône et la Loire.

L’Allier ne perd plus d’habitants. De 2008 à 2013, la Haute-Savoie est le département métropolitain qui bénéficie du plus fort taux de croissance de la population.

Au 1er janvier 2013, la région Auvergne - Rhône-Alpes abrite 7 757 600 habitants . Elle représente 12,2 % de la population de la France métropolitaine, contre 12,0 % en 2008 et 11,9 % en 1999. Deuxième région la plus peuplée après l’Île-de-France, elle a gagné 298 500 habitants entre 2008 et 2013, soit en moyenne 59 700 personnes par an. Depuis 2008, chaque année, le nombre de nouveaux habitants dans la région est ainsi équivalent à la population d’une ville de la taille de Chambéry.

Un dynamisme démographique soutenu qui ne fléchit pas

De 2008 à 2013, le rythme annuel de la croissance démographique, + 0,8 % par an, est supérieur à celui de la France métropolitaine (+ 0,5 %). Il place Auvergne - Rhône-Alpes ex-æquo avec les Pays de la Loire  au 3e rang des régions françaises où la population progresse le plus fortement  derrière les régions Languedoc-Roussillon – Midi-Pyrénées (1,0 %) et Corse (1,1 %). Sur la période récente, Auvergne - Rhône-Alpes se distingue aussi par la stabilité de son taux de croissance démographique.

Entre 2008 et 2013, le rythme annuel de progression de sa population est identique à celui constaté sur la période 1999-2008 alors qu’il diminue de 0,2 point en France métropolitaine. Dans le Nord-Pas-de-Calais - Picardie la situation s’améliore (+ 0,2 % contre + 0,1  %). Entre 2008 et 2013, dans toutes les autres régions, le taux de croissance démographique annuel est inférieur de 0,6 à 0,1 point à celui de la période 1999-2008.

Auvergne – Rhône-Alpes, 3e région la plus dynamique – Population en 2013 et taux de croissance annuel moyen entre 2008 et 2013 par région

Figure 1 - Auvergne - Rhône-Alpes, 3e région la plus dynamique - Population en 2013 et taux de croissance annuel moyen entre 2008 et 2013 par région

Des excédents naturel et migratoire

En Auvergne - Rhône-Alpes, l’augmentation de population repose sur les deux moteurs de la croissance démographique. Les naissances sont plus nombreuses que les décès et les arrivées dans la région sont supérieures aux départs.

L’accroissement naturel augmente la population régionale de 33 700 habitants, en moyenne par an entre 2008 et 2013 contre 30 500 habitants entre 1999 et 2008. Après l’Île-de-France et Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Auvergne - Rhône-Alpes est la troisième région où le solde naturel contribue le plus fortement à la croissance démographique. Il explique 56 % de la hausse globale de population contre 54 % les neuf années précédentes.

Entre 2008 et 2013, Auvergne - Rhône-Alpes gagne 26 000 habitants en moyenne chaque année grâce aux flux migratoires apparents, un nombre équivalent à celui constaté entre 1999 et 2008. Cette stabilité se démarque de la détérioration constatée dans toutes les autres régions métropolitaines à l’exception du Nord-Pas-de-Calais - Picardie.

Le taux de croissance de la population dû au solde migratoire situe Auvergne - Rhône-Alpes au sixième rang des régions métropolitaines, une place de mieux qu’entre 1999 et 2008.

Les couronnes périurbaines portent toujours la croissance

En Auvergne - Rhône-Alpes comme en France, la période récente se situe dans le prolongement des trois décennies précédentes marquées par l’extension de l’étalement urbain. Toutefois, dans la région, le rythme de croissance des couronnes périurbaines est supérieur à la moyenne nationale.

De 2008 à 2013, dans les couronnes périurbaines et communes multipolarisées des grands pôles urbains , la population croît plus fortement (+ 1,2 % par an) que dans les autres types de territoires. Les communes enregistrant les plus forts taux de croissance sont ainsi situées dans les couronnes des grands pôles urbains des vallées du Rhône et de la Saône, du sillon alpin et du bassin franco-genevois .

La hausse est particulièrement élevée autour des agglomérations d’Annemasse (+ 2,5 % par an), Annecy (+ 1,9 %), Bourg-en-Bresse (+ 1,7 %), Romans-sur-Isère (+ 1,5 %), Mâcon (+ 1,4 %) et Lyon (+ 1,3 %). La population progresse de 1,1 % dans la couronne périurbaine de Chambéry et 1,0 % dans celles de Clermont-Ferrand, Saint-Étienne, Valence, le Puy-en-Velay et Aurillac.

Cependant, si l’extension périurbaine se poursuit, elle se fait à un rythme moins soutenu qu’auparavant. Entre 1999 et 2008, la population des couronnes des grands pôles urbains de la région augmentait de 1,6 % chaque année, soit 0,4 point de plus que sur la période récente.

La dégradation des excédents migratoires explique ce ralentissement de croissance. Entre 2008 et 2013, le taux de croissance annuel de la population dû au solde migratoire n’est stable ou en progression par rapport à la période précédente que dans les couronnes d’Aurillac, Moulins, Montluçon, Vichy et Albertville.

Forte croissance démographique dans le sillon alpin, le Rhône et le bassin franco-genevois – Évolution annuelle moyenne de la population entre 2008 et 2013

Figure 2 - Forte croissance démographique dans le sillon alpin, le Rhône et le bassin franco-genevois - Évolution annuelle moyenne de la population entre 2008 et 2013

Source : Recensements de la population 2008 et 2013.

Lyon et les grands pôles urbains attirent plus que précédemment

Contrairement à la moyenne métropolitaine, en Auvergne - Rhône-Alpes, la période 2008-2013 est marquée par un renforcement du rythme de croissance des grands pôles urbains : + 0,7 % par an contre + 0,5 % durant les neuf années précédentes. Sur la période, ils accueillent annuellement 31 200 habitants, soit 11 000 de plus qu’entre 1999 et 2008.

Ainsi de 2008 à 2013, la croissance des grands pôles urbains contribue pour 52 % à celle de la région, contre 36 % entre 1999 et 2008. Cet essor est porté par la progression de l’excédent migratoire annuel des villes-centres (de + 0,4 % entre 2008 et 2013 contre + 0,2 % durant les neuf années précédentes) mais aussi de leur banlieue (de + 0,7 % à + 0,9 %).

Ainsi, la ville de Lyon connaît sur la période récente un net regain d’attractivité. De 2008 à 2013, elle gagne 1 050 habitants par an en moyenne par le jeu des migrations alors qu’elle en perdait près de 300 entre 1999 et 2008. Lyon avec un taux de croissance annuel de 1,1 % entre 2008 et 2013 est désormais la deuxième ville française de plus de 200 000 habitants par son dynamisme démographique, après Montpellier (+ 1,5 %).

Le renouveau attractif lyonnais se retrouve aussi dans la majorité des communes de sa banlieue. La Métropole de Lyon concentre 22 % de la hausse de population régionale avec un rythme annuel de croissance de 1,0 %, soit près de 13 000 personnes supplémentaires.

Parmi les autres pôles urbains régionaux de plus de 100 000 habitants, seul celui de Valence connaît une détérioration de son rythme de croissance : + 0,1 % sur la période 2008-2013 contre + 0,4 % annuellement entre 1999 et 2008, une évolution essentiellement expliquée par la nette diminution dans la ville-centre (– 0,9 %). À l’inverse, l’essor démographique s’est particulièrement accentué dans les pôles urbains d’Annemasse (+ 2,8 % contre + 1,8 %) comme dans celui d’Annecy (+ 1,3 % contre + 0,7 %), où la ville-centre enregistre une forte hausse (+ 0,8 %).

Entre 2008 et 2013, grâce à une moindre dégradation du bilan migratoire de la ville, la population de l’agglomération stéphanoise croît (+ 0,1 %) alors qu’elle diminuait (– 0,3 %) pendant la période précédente. Dans les pôles urbains de Chambéry (+ 1,0 % entre 2008 et 2013), Grenoble (+ 0,5 %) et Clermont-Ferrand (+ 0,4 %) le taux de croissance est supérieur de 0,2 point à celui enregistré au cours des neuf années précédentes.

Depuis 2008 parmi les grands pôles urbains de moins de 100 000 habitants, ceux de Moulins (+ 0,1 %), Roanne (+ 0,2 %) et Vichy (+ 0,4 %) retrouvent une hausse de population soutenue par une amélioration du solde migratoire de la ville-centre, solde qui reste encore négatif. À l’inverse, le bilan démographique des agglomérations de Vienne (+ 0,3 %), Pierrelatte (+ 0,1 %), Oyonnax (– 0,4 %), Montluçon (– 0,5 %) et Aurillac (– 1,1 %) s’est particulièrement dégradé.

Il en est de même pour celui d’Annonay et Sallanches qui subissent une baisse sensible de population (– 0,4 %) entre 2008 et 2013 alors que la population de ces agglomérations progressait respectivement de 0,1 % et 0,7 % annuellement entre 1999 et 2008.

Le déficit démographique s’accentue dans les zones rurales

L’évolution démographique des petites communes rurales se détériore. Sur la période 2008-2013, leur population diminue en moyenne de 0,1 % par an, alors qu’elle progressait de 0,2 % entre 1999 et 2008. Ainsi, sur la période récente, les communes isolées hors influence urbaine perdent 500 personnes chaque année alors qu’elles en en gagnaient 700 entre 1999 et 2008. En raison du fort vieillissement de la population, le déficit naturel s’aggrave.

Ces communes, dans leur ensemble, continuent néanmoins d’attirer de nouvelles populations mais moins qu’auparavant. Le bilan démographique s’est plus particulièrement dégradé dans les petites communes des montagnes du Cantal, de la Drôme, de l’Ardèche et de l’est de la Savoie.

Le dynamisme démographique des départements du Rhône, de la Loire s’améliore

Le Rhône et la Loire font partie des six départements de France métropolitaine où la croissance annuelle s’accélère. Le Rhône (y compris Métropole de Lyon) affiche sur la période récente un taux de croissance (+ 1,0 %) supérieur de 0,2 point à celui constaté entre 1999 et 2008. Dans la Loire, le rythme de hausse de la population (+ 0,4 %) progresse lui aussi de 0,2 point par rapport à la période 1999-2008 suite à une progression du même ordre du taux de croissance dû au solde migratoire.

Entre 2008 et 2013, dans la Loire, comme dans tous les autres départements de la région, le nombre d’arrivées dépasse désormais celui des départs. Le département de l’Allier bénéficie, lui aussi, d’une progression du solde migratoire. Celui-ci compense désormais le déficit naturel. Depuis 2008, l’Allier ne perd plus d’habitants.

À l’inverse des autres départements de la région, la Drôme (+ 0,7 %), la Savoie (+ 0,7 %), l’Ardèche (+ 0,6 %) et la Haute-Loire (+ 0,4 %) subissent une détérioration de leur excédent migratoire. Le taux de croissance annuel de leur population perd 0,3 à 0,4 point entre les périodes 1999-2008 et 2008-2013. Sur la période récente, l’Isère, deuxième département d’Auvergne - Rhône-Alpes, voit sa population augmenter plus faiblement : + 0,8 % par an contre + 0,9 % entre 1999 et 2008. Dans la Haute-Savoie (+ 1,4 %), l’Ain (+ 1,3 %), le Puy-de-Dôme (+ 0,4 %) et le Cantal (– 0,2 %), le taux d’évolution annuel de la population est resté stable entre les deux périodes.

La Haute-Savoie et l’Ain sont parmi les départements les plus dynamiques de France métropolitaine ; la Haute-Savoie se classe au premier rang à égalité avec l’Hérault, l’Ain au troisième. À l’inverse le Cantal, l’un des départements les moins peuplés de France métropolitaine, figure parmi les 14 départements qui perdent annuellement 0,1 % ou plus de leur population entre 2008 et 2013.

Les petites communes moins présentes dans la région

La taille moyenne des communes d’Auvergne - Rhône-Alpes est supérieure à celle des communes françaises de métropole : 1 855 habitants contre 1 744. En 2013, les communes de moins de 500 habitants représentent 43 % des communes de la région contre 54 % en France métropolitaine. C’est dans les massifs de la Drôme, le sud de l’Isère et la partie régionale du Massif central que se concentrent ces petites communes .

Alors que 6 % de la population d’Auvergne - Rhône-Alpes y habite, cette part est nettement plus élevée dans le Cantal (25 %), dans l’Allier (15 %), en Haute-Loire (15 %) et en Ardèche (13 %). Marquée par une forte périurbanisation, la région se distingue par une surreprésentation des communes de 500 à moins de 10 000 habitants. Elles représentent 54 % des communes de la région et 54 % de la population. Ces proportions sont de 43 % et 45 % en France métropolitaine. En Auvergne - Rhône-Alpes, 100 communes ont plus de 10 000 habitants.

Cinq ont franchi ce seuil entre 2008 et 2013 : Gex dans l’Ain, Eybens dans l’Isère, Craponne, Pierre-Bénite et Corbas dans le Rhône. Parmi ces communes, 88 sont dans un grand pôle urbain, neuf dans la couronne d’un grand pôle et trois animent une moyenne ou petite aire (Thiers, Tarare et Bellegarde-sur-Valserine).

Les petites communes concentrées dans les montagnes – Population municipale des communes en 2013

Figure 3 - Les petites communes concentrées dans les montagnes - Population municipale des communes en 2013

Source : Recensement de la population 2013.

Catégorie A la une, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Le Sillon alpin sud éléctrifié


Le Sillon alpin désigne un ruban de villes et de territoires, entre Genève, Annecy, Chambéry, Grenoble et Valence.
La partie Sud, entre Chambéry et Valence(via Montmélian et Grenoble), a fait l’objet d’importants travaux de modernisation afin d’améliorer la qualité des déplacements ferroviaires et de faire du train une alternative performante à la route, pour les usagers TER, TGV et pour le transport de marchandises. Près de 900 000 habitants sont concernés, totalisant un potentiel de 2,5 millions de déplacements / jour.

Depuis le 15 décembre 2013, la circulation ferroviaire a repris sur l’intégralité du Sillon alpin Sud, de Valence jusqu’à Chambéry en passant par Grenoble.
Depuis le 15 février, la mise sous tension de la ligne est désormais une réalité.
L’opération de modernisation du Sillon alpin Sud est le projet le plus important du volet ferroviaire des Contrats de Projets Etat Région (CPER) pour les périodes 2000-2006 et 2007-2013. Près de 540 M€ ont été investis, mobilisant de nombreux partenaires…
Etat (180M€), Région Rhône-Alpes (180 M€) et Réseau Ferré de France (93M€), mais aussi collectivités locales : Départements de l’Isère (33M€), de la Drôme(18M€), de la Savoie (4M€), Communautés d’agglomération de Grenoble Alpes Métropole (18M€), Chambéry Métropole (3M€), du Pays Voironnais (3M€), Communauté de communes du Pays du Grésivaudan (3M€), Syndicat mixte du Rovaltain (foncier)..

Les objectifs de la modernisation du Sillon alpin sud :
- améliorer la qualité des déplacements ferroviaires, aussi bien pour les voyageurs que pour le fret ;
- faire du train une alternative performante à la route, notamment pour les déplacements effectués en TER à l’échelle régionale et locale ;
- améliorer le maillage du réseau : modernisation ou création d’interconnexions avec les autres lignes (LGV Méditerranée, ligne des Alpes, Vallée du Rhône, ligne Lyon <> Grenoble), et électrification totale de l’axe pour favoriser son utilisation ;
- ouvrir un nouvel itinéraire fret électrifié pour la traversée des Alpes et les échanges avec l’Italie ;
- renforcer le lien entre les territoires du Sillon alpin et de l’Arc méditerranéen.

Les usagers du TER ont ainsi bénéficié depuis 2009 de la mise place progressive de trains modernes, d’une offre cadencée et de nombreuses gares rénovées..

LES AVANCEES POUR LES USAGERS

- Des TER cadencés et plus nombreux
- Un TER plus fiable et ponctuel
- Plus de confort pour les voyageurs
- le raccordement à la Ligne Grande Vitesse (LGV) Méditerranée
- Des gares modernisées et accessibles
La modernisation du sillon alpin sud a été officiellement inaugurée le samedi 22 février..

Catégorie environnement, transportCommentaires fermés

Projet de pôle métropolitain du Sillon Alpin:


En octobre dernier se réunissaient, à Chambéry les maires des grandes villes et Présidents des
principales agglomérations du Sillon Alpin, pour constituer dès janvier 2012, un pôle métropolitain.
Convaincu que cet événement majeur en terme d’organisation territoriale ne peut se faire sans le
soutien de la société civile, le Conseil de développement de Grenoble-Alpes Métropole, invite lors
d’une rencontre fixée au 19 janvier 2012, ses homologues afin d’envisager ensemble les meilleurs
moyens de mobiliser les forces vives du territoire sur ces questions.

LES AMBITIONS D’UN PROJET EN CONSTRUCTION

Le projet de pôle métropolitain du Sillon Alpin réunit 7 agglomérations signataires : Valence Agglo Sud
Rhône-Alpes, le Pays de Romans, le Pays Voironnais, Grenoble-Alpes Métropole, Chambéry Métropole,
Annecy et Annemasse Agglo.
Saisissant l’opportunité de la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales, qui
s’attache à dessiner les missions des pôles métropolitains (à savoir : mener des actions en matière
de développement économique, de promotion de l’innovation, de la recherche, de l’enseignement
supérieur et de la culture, d’aménagement de l’espace, de développement des infrastructures et
des services de transports), elles comptent évoluer vers une nouvelle forme de coopération et bâtir
ensemble « les fondements d’une communauté de destin réunissant plus d’un million d’habitants en
s’attachant à lui offrir un cadre de vie davantage habitable, vivable et donc davantage durable ».

POURQUOI CHOISIR L’ECHELLE DU SILLON ALPIN ?

Outre une histoire commune qui a déjà favorisée par le passé de nombreuses formes de complicités,
plusieurs éléments relient les territoires ici signataires : la montagne, bien sûr, mais aussi les
problématiques qui en découlent, comme le risque d’un étalement urbain ou encore la maîtrise de
l’eau.

FAIRE ENTENDRE LA VOIX DE LA SOCIETE CIVILE

La question de l’avenir des territoires mobilise les Conseils de développement du Sillon Alpin.
Pour débattre de la manière la plus optimale de participer aux débats, et à terme, être en capacité
de présenter leurs conclusions aux élus, les conseils de développement du bassin annécien, du Pays
Voironnais, de l’Espace Métropole Savoie, du Grésivaudan, du Valdac (Valence Drôme Ardèche Centre),
du Genevois Français, du Pays Drôme des Collines et de Grenoble-Alpes Métropole, se réunissent lors
d’une journée exceptionnelle de travail le 19 janvier 2012 à la Métro.
L’objectif de cette rencontre est de déterminer ensemble les finalités du pôle métropolitain et les
thématiques pertinentes à traiter dans une dimension collective.

Conseils de développement : Quésako ?

Les conseils de développement sont des assemblées consultatives formées au sein de chaque agglomération ou Pays pour être associées à l’élaboration du projet de territoire ou de la Charte de Pays ainsi qu’à leur mise en oeuvre et à leur évaluation.

De compositions très variées selon les territoires (associations, syndicats, personnalités qualifiées, citoyens volontaires), elles élaborent avis et propositions pour les élus communautaires sur l’ensemble des politiques publiques

Catégorie A la une, territoiresCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2016
L Ma Me J V S D
« jan    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
29  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+