Tag Archive | "SNCF"

La Région exige de SNCF une amélioration de la qualité du service offert aux voyageurs du TER


Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes, et Eliane GIRAUD, Vice-présidente aux transports, déplacements et infrastructures, ont tenu ce jour une conférence de presse relative à la convention qui lie la Région à SNCF pour l’exploitation des TER.
Cette convention, signée en 2007, arrive à échéance au 31 décembre 2015. Les négociations,
ouvertes en début d’année, n’ont pas abouti. Le Conseil régional délibérera ce 16 octobre pour adopter un avenant de prolongation d’un an.

La prochaine convention pourra ainsi intégrer la loi NOTRe, qui confère aux Régions de nouvelles prérogatives, avec le transfert des transports départementaux (autocars et transports scolaires). De plus, la Région Auvergne voit sa convention arriver à échéance fin 2016.

Rhône-Alpes et Auvergne ne faisant qu’une au 1er janvier 2016, la négociation portera donc sur la nouvelle Région.
Le Conseil régional exige un meilleur service de la part de SNCF, à la hauteur de ses investissements en matière ferroviaire.

Il investit chaque année près de 100M€ sur les infrastructures, autant sur le matériel roulant. Il paie 437 M€ de redevance à SNCF pour faire circuler les trains.

Pour Jean-Jack QUEYRANNE : « Pour les 6 prochaines années, SNCF nous proposait, sans diminution de la redevance due par la Région, de réduire significativement le nombre de trains sur certaines lignes.

Ce n’est pas acceptable, alors même que l’Etat et la Région viennent de s’engager dans le CPER à investir près d’un milliard d’euros pour l’amélioration du réseau ferroviaire. »
L’avenant n’est pas un statu quo puisqu’il intègre trois améliorations majeures, en adéquation avec le cahier des charges remis par la Région à SNCF en janvier dernier :
- La mise en place d’une garantie voyageurs, avec un remboursement partiel et automatique
des usagers quotidiens en cas de retards répétés ;
- Un renforcement de l’information des voyageurs en cas de situation perturbée, prévue ou
non ;
- La mise en place de nouveaux indicateurs de qualité, correspondant au vécu des usagers .

« L’adoption de cet avenant nous permettra de continuer les négociations avec SNCF en portant une exigence forte d’amélioration de la ponctualité des TER et de l’information des usagers » a conclu Jean-Jack QUEYRANNE, soulignant que « sur les 8 premiers mois de l’année, la fréquentation des TER en Rhône-Alpes a augmenté de 2,9%.»

Catégorie aménagement, transportCommentaires fermés

Maintien des agents SNCF à Lus-la-Croix-Haute


L’annonce par SNCF et RFF du maintien des personnels affectés à la gare de Lus-la-Croix- Haute (Drôme), sur la ligne Grenoble – Veynes – Gap est une satisfaction pour les usagers et la Région Rhône-Alpes.

« La Région Rhône-Alpes est très attachée au maintien de l’activité dans une gare de proximité comme celle de Lus-la-Croix-Haute qui joue un rôle indispensable dans le bon fonctionnement de la liaison ferroviaire entre Grenoble et Gap » s’était exprimée Eliane GIRAUD, Vice-présidente de la Région Rhône-Alpes déléguée aux transports, déplacements et infrastructures, devant plus de 200 personnes lors du comité de ligne exceptionnel convoqué à sa demande le 2 avril dernier.

La Région Rhône-Alpes, comme la Région PACA, en tant qu’autorités organisatrices des transports mais aussi garantes des équilibres territoriaux, sont particulièrement attentives au service ferroviaire en zone de montagne. La desserte de ces zones est un enjeu majeur pour leurs habitants, en termes de développement économique, d’enseignement supérieur ou encore d’accès aux soins.

A Lus la Croix Haute, la présence d’agents SNCF est indispensable pour la qualité et la sécurité des circulations ferroviaires sur une ligne à voie unique où la gare joue le rôle de point de croisement.

« Le maintien des agents est un signal positif qui va dans le sens de l’action de la Région en faveur du développement du TER » explique Eliane GIRAUD. « Au-delà du maintien des effectifs à Lus-la-Croix-Haute en 2015, nous restons vigilants pour l’avenir. Les petites lignes, comme Grenoble – Gap et Valence – Gap, ne doivent pas être délaissées. C’est là une exigence forte de la Région Rhône-Alpes ».

Catégorie aménagement, environnement, transportCommentaires fermés

Grève reconduite à la SNCF…


La grève est reconduite à la SNCF.. Ce jeudi, il sera donc délicat de voyager en train.

Pour prendre connaissance des trains qui circulent:

Aller sur le site de la SNCF www.infolignes.com.

Pour l’état du trafic des TER  aller sur le site www.ter-sncf.

Catégorie transportCommentaires fermés

La SNCF vous donne la clé des champs


Les agriculteurs céréaliers s’associent à la SNCF pour une opération qui transforme les fenêtres de TGV en « écrans du savoir » agricole et rural. Jusqu’ au 12 mai 2013, la « SNCF vous donne la clé des champs » !

Passion céréales et SNCF vous donnent la clé des champs

La SNCF invite les jeunes voyageurs à découvrir la diversité des paysages agricoles et à reconnaître les éléments et les cultures qui composent la campagne française.

« À travers cette opération inédite, nous souhaitons révéler aux enfants le patrimoine culturel, naturel et alimentaire immense que composent les productions céréalières françaises » explique Jean‐François Gleizes, agriculteur et Président de Passion Céréales.

Grâce à un carnet d’observation illustré et avec l’aide de leurs parents, grands‐parents ou la complicité d’animateurs, les enfants apprendront à repérer dans les territoires traversés, les fermes, cultures et autres éléments de la biodiversité.

50 000 carnets seront offerts en gares parisiennes via le Pack Famille, un petit sac ludique contenant des jeux pour agrémenter le voyage. Ces carnets sont également distribués à bord des TGV Family circulant pendant les vacances de Pâques.

Certains voyageurs seront guidés à travers les paysages par des agriculteurs céréaliers qui embarqueront à bord de TGV évènements dans toute la France.

Enfin, un jeu concours accessible sur Internet et à bord, propose aux enfants de dessiner les paysages traversés. Un tirage au sort désignera les heureux gagnants .

Pour plus de renseignements:

Téléchargez le carnet d’observation illustré

Retrouvez le règlement du jeu-concours


Catégorie agriculture, céréalesCommentaires fermés

Coupure des circulations commerciales sur la ligne ferroviaire entre Gières et Montmélian jusqu’ au 2 septembre


Dans le cadre de la modernisation du Sillon alpin sud Chambéry‹›Grenoble‹›Valence
des coupure des circulations commerciales sur la ligne ferroviaire entre
Gières et Montmélian sont programmées du 2 juin au 2 septembre 2012 inclus.

Pendant trois mois, les travaux d’électrification de la voie ferrée entre Gières et Montmélian
vont se dérouler sous coupure totale de la ligne aux circulations commerciales.

1800 poteaux caténaires vont être implantés le long de la voie pendant cette période.

Un approvisionnement du chantier par héliportage

Pour acheminer ces matériaux, l’entreprise Cegelec, titulaire du marché, a choisi l’héliportage.
Une première sur un chantier de Réseau Ferré de France. Depuis le mois d’avril, 12 lieux de
stockage ont été approvisionnés. L’hélicoptère va permettre l’acheminement des poteaux sur
leur lieu d’implantation en 3 semaines seulement.

3 jours de travail sur chaque zone doivent être suffisants, permettant ainsi de limiter les
nuisances pour les riverains. L’hélicoptère ne survole que la voie ferrée et un dispositif de
sécurité spécifique est mis en place aux abords des passages à niveau afin de les fermer à la
circulation au moment du survol de l’engin.

Une fois acheminés, les poteaux sont mis en place dans les emplacements creusés au
préalable.
Ensuite, la caténaire sera déroulée sur l’ensemble du tracé.

Des mesures de sécurité exceptionnelles

Durant tout le déroulement de ces travaux, et jusqu’à l’achèvement complet des travaux sur
l’ensemble du Sillon alpin (décembre 2013), des mesures de surveillance spécifiques du
chantier sont mises en place. Il s’agit d’éviter toute intrusion et acte de malveillance pendant
cette période.
Au total, sur la section nord, 40 millions d’euros de travaux sont réalisés pendant cette période
estivale sur cette section et près de 250 personnes sont mobilisées.

Mise en place d’une substitution routière

A la demande du conseil régional Rhône Alpes, un service routier de substitution est mis en
place par SNCF, composé de près de 200 autocars par jour, desservant l’ensemble des gares
de la ligne, entre Chambéry et Grenoble, et répondant aux principales fonctionnalités du TER.

SNCF capitalise en 2012 sur la bonne expérience de l’été 2011 pour proposer aux voyageurs
de l’axe Chambéry / Grenoble la meilleure substitution routière possible.

Une desserte reconduite comme en 2011 avec des adaptations

Les mêmes principes de desserte qu’en 2011 sont remis en place. En effet, l’année dernière,
après une courte période de rodage et quelques adaptations, les voyageurs ont exprimé leur
satisfaction.
L’offre ferroviaire est maintenue entre Grenoble et Gières via Echirolles avec 39 allers retours
et entre Chambéry et Montmélian avec 36 allers-retours.

En ce qui concerne la desserte routière proprement dite, SNCF va faire circuler près de 200
autocars par jour.
Le principe de desserte routière différenciée par mission est maintenu afin de limiter les
pertes de temps :
• des autocars directs entre les 2 métropoles alpines de Grenoble et Chambéry,
• des autocars assurant la desserte de la totalité des gares de la ligne
• une articulation autocars / trains à Gières et Montmélian pour assurer des dessertes
péri-urbaines efficaces
• des correspondances intermodales améliorées en gare de Montmélian.
Quelques adaptations notables
• Des dessertes de pointe globalement renforcées à la 1/2h en heure de pointe et
jusqu’au 1/4h sur certaines relations
• 27 aller/retours Grenoble – Chambéry par jour
• Création de 6 allers-retours Gières – Pontcharra via Brignoud, avec desserte de toutes
les gares, principalement en période de pointe
• Création d’un arrêt facultatif le matin afin de desservir le pôle d’emploi de Crolles

Une Communication et Des services aux voyageurs renforcés

Au-delà de toutes les informations diffusées en gare et lors des rencontres organisées par les
équipes du TER, tous les médias d’information de SNCF ont été mobilisés.
Depuis le 4 mai 2012, l’ensemble des grilles horaires trains et autocars est à disposition
sur www.ter-sncf.com, des affiches sont mises en place dans l’ensemble des gares
concernées et les agents d’accueil et de vente sont à même d’informer sur cette nouvelle
substitution routière.
Un « mémo voyageur » spécifique pour la fermeture du sillon alpin est à disposition des
clients, il récapitule l’ensemble des informations et offres de service : services spécifiques,
horaires d’ouverture des gares, dispositif vélos, etc.

Afin de rester proche de ses voyageurs, SNCF maintiendra l’ensemble des gares ouvertes
pendant toute la durée de l’interruption pour travaux et des renforts seront mis en place pour
orienter, informer et assister les clients. Des régulateurs seront également positionnés à
Grenoble Sablons et Verdun, Chambéry, Goncelin et Montmélian.

Un dispositif vélo spécifique est mis en oeuvre. Un accord entre la Région Rhône Alpes, la
Métro (Grenoble) et Chambéry Métropole, permet l’usage de vélos pendant l’interruption de
ligne. Des services gratuits sont proposés aux abonnés TER de la ligne sur présentation d’un
justificatif et dans la limite des stocks et places disponibles : des consignes à vélo ainsi que
des locations gratuites de vélos.

Les interlocuteurs pour ces services sont à Chambéry, la
Vélostation (04 79 96 34 13) et Métrovélo à Grenoble (0820 22 38 38)

Catégorie La Métro, transportCommentaires fermés

Transports ferroviaires: double peine pour les ruraux


L’Association des Maires Ruraux de France demande la mise en place d’un processus de concertation réelle avec les élus et les associations d’usagers

L’opération nationale de la SNCF du 11 décembre dernier visant à modifier 85 % des horaires au prétexte d’un lancement de travaux ne doit pas masquer la question de la desserte des territoires ruraux qui se réduit à vue d’œil.

Au-delà du satisfecit autoproclamé par la SNCF et si « le pire a été évité », le processus menant à ce changement a fait fi d’une véritable concertation autour d’un enjeu simple : une politique d’aménagement du territoire pour organiser la mobilité des Français, où qu’ils habitent. Il est à ce titre remarquable de voir comment les Assises du Ferroviaire n’ont eu comme objectifs que de traiter du modèle économique de l’organisation de l’offre et non le souci d’une meilleure organisation au service du plus grand nombre.

Beaucoup d’usagers, d’associations et d’élus ont manifesté leur inquiétude voire leur désapprobation des solutions imposées avec des conséquences souvent difficiles à vivre au quotidien pour une part importante de la population, notamment en milieu rural. Le nouveau système a obligé de nombreux Français, entreprises, établissements scolaires et collectivités à bouleverser leur organisation.

Le cadencement, outil séduisant et « vendeur », ne saurait servir d’alibi à une stratégie mue par trois principes contestables pour une société assumant une mission de service public :

  • La suppression d’arrêts et de trains utiles pour les déplacements de proximité ; solution contraire à une démarche durable renforçant l’usage des transports en commun au lieu de la voiture individuelle ;
  • La suppression de dessertes et de gares, souvent rurales, avec en perspective leur fermeture;
  • L’obsession de la rentabilité, au détriment du service aux publics, traduite par la concentration des investissements sur la création de lignes LGV et la libération de créneaux de circulation pour les trains privés et supposés plus rentables.

L’année 2012 doit être utile pour inverser la logique.

train

A ce titre, les Maires Ruraux demandent à être entendus et à ce que s’ouvre une véritable concertation nationale et locale associant l’Etat, la SNCF, RFF, les AOT (Autorités Organisatrices de Transport) et les associations d’élus et d’usagers.

Ils demandent à ce que soient enfin appliquées les dispositions de la « Charte sur l’organisation de l’offre des services publics et au public en milieu rural » qui prévoient de « faire précéder toute réorganisation ou création d’une véritable concertation, animée par le préfet, avec les élus, les opérateurs de service public et les usagers, à un échelon territorial pertinent, départemental ou infra-départemental »

Plusieurs questions majeures devront être abordées :

  • Quid de l’organisation à l’issue des travaux ? Comment le « retour à la normale » se traduira dans l’offre ?
  • Celle d’un patrimoine ferroviaire croissant de lignes et de gares inutilisées et insuffisamment entretenues.
  • L’avenir de la scission entre la SNCF et RFF dont certains évoquent une remise en cause ; organisation qui n’a rien réglé en servant de prétexte pour invoquer la rentabilité avant l’efficacité.
  • Comment dessiner une alternative aux politiques de grandes infrastructures favorisant la seule desserte des métropoles françaises, laissant de côté l’amélioration de celles des territoires enclavés ? Les usagers de ce mode de transports en milieu rural ne sauraient être les perdants systématiques de ces choix stratégiques.

La SNCF vient d’annoncer un bénéfice record et son conseil d’administration a adopté le 22 décembre un budget 2012 prévoyant un chiffre d’affaires en hausse de 5,1 % pour le groupe. Dans ce contexte, l’augmentation des tarifs concomitante à la régression de l’offre n’est pas comprise par les usagers du train dans les territoires ruraux qui payent une fois encore une stratégie d’aménagement du territoire médiocre oubliant la nécessaire mobilité.



L’AMRF a demandé officiellement à être auditionnée par Nicole NOTAT, la Médiatrice nommée par RFF et la SNCF ; Elle invite tous les élus concernés à saisir la « mission de médiation » avant le 17 février 2012 afin de faire valoir la problématique spécifique aux territoires ruraux.

Catégorie La Métro, monde rural, transportCommentaires fermés

Trafic SNCF: des mesures prises en Rhône-Alpes


C’est par courrier, adressé au président de la région Rhône-Alpes, que la directrice régionale de la SNCF, Josianne Beaud a annoncé une série de mesures concernant le trafic.

« Monsieur le Président,
Par courrier du 6 janvier, vous m’avez interpellée sur les difficultés rencontrées par le TER. En particulier, vous donnez un certains nombre d’éléments chiffrés sur la ponctualité, le nombre de trains supprimés et les origines qui en seraient la cause.
Vous évoquez les lacunes sur l’information voyageurs et vous rappelez que nous nous étions engagés à vous fournir un point précis après un mois de fonctionnement de la mise en oeuvre du nouveau service 2011.
Globalement, je partage le fait que le mois de décembre 2010 a été difficile pour les usagers du TER et les voyageurs en général ; cependant, la grande majorité des cheminots s’est impliquée au maximum pour assurer la continuité du service, dans des conditions difficiles.
Les résultats qui, certes ne sont pas satisfaisants, doivent cependant tenir compte du contexte : le plan de transport n’a malheureusement été réalisé en situation nominale que seulement pendant 6 jours sur le mois de décembre 2010. L’effet conjugué des intempéries et des mouvements sociaux nous a contraints à des adaptations pendant 25 jours ; en concomitance avec un changement de service conséquent qui se traduit par une modification horaire de 40% des TER.
Ces difficultés se sont doublées de réponses tardives à nos demandes de sillons déposées auprès de RFF en avril 2010 et ont rendu délicate l’information de nos voyageurs suffisamment en amont des nouveaux horaires.

Malgré ces difficultés, la SNCF a mis sous observation étroite le système et nous sommes aujourd’hui en capacité de vous apporter des éléments précis sur tout ce qui été fait depuis le 15 décembre, notamment l’annexe 1 détaille au jour le jour les aléas et leur conséquence.
Il y a toujours une période de rodage dans un changement de service, et les imperfections détectées sont aujourd’hui corrigées dans la grande majorité. Il ne reste qu’une dizaine de cas (sur 180) en cours de traitement.
D’ailleurs, la fin des intempéries a marqué un retour à une production normale avec une régularité moyenne à ce jour supérieure à 91% et une réalisation de l’offre supérieure à 98,5%.
Pour autant, je souhaite rappeler les difficultés structurelles du TER Rhône Alpes sur lesquelles je vous ai alerté au printemps 2010 en vous proposant un plan de mise en qualité et de robustesse du TER qui n’a pu être retenu à ce jour par le CRRA.
En effet, nous sommes en présence d’une crise de croissance qui révèle l’inadéquation entre la capacité limitée des infrastructures et le nombre de circulations TER décidées dans les années précédentes qui comportent de surcroit 40% de circulations hors trame horaire. Ces circulations ont une conséquence très négative sur la régularité. Si jusqu’à 10% elles apportent de la souplesse, leur nombre important en Rhône-Alpes accentue la difficulté.
Par ailleurs, si le cadencement a sans conteste un effet positif dans ses principes, la volonté de le réaliser sans tenir compte des modifications à venir sur les années 2011-2012, notamment avec le cadencement généralisé pour 2012, bousculent les horaires de manière significative à deux reprises et conduit les voyageurs à une perception très négative d’un système qui bouge sans arrêt et nécessite des recalages difficiles vu le contexte de saturation.

Cette situation conduit à :
- d’une part, la saturation des secteurs clés du réseau : noeud lyonnais et étoile de Lyon, Lyon St André le gaz, étoile de Grenoble, notamment…A cela s’ajoute des voies uniques qui péjorent le cadencement ;
- d’autre part à l’incapacité d’absorber des aléas de toute nature (accidents de personnes, paquets suspects, intempéries, travaux sur l’infrastructure, difficultés de circulation ferroviaire, anomalies de fonctionnement matériel, dérangements des installations, vols de cuivre…) ;
- et aussi conduit à un délai trop long de retour à une situation normale, le nombre de trains s’accumulant très vite dans certains secteurs.
A contrario, il faut noter que la régularité est meilleure sur les lignes, comme Saint Etienne- Lyon, dont l’adéquation entre la capacité de l’infrastructure et le niveau de service est satisfaisante.
Pour répondre à la situation, je vous propose la mise en oeuvre immédiate d’une démarche « Qualité TER » qui a pour objectif de réaliser des progrès visibles et durables, sans toutefois promettre et assumer ce que la SNCF ne pourra réussir seule, et qui doit s’inscrire dans la durée.

Ce plan demande d’associer la Région, RFF et SNCF sur des sujets plus structurels qui nous paraissent incontournables. Il a pour vocation également de fédérer, dans sa mise en oeuvre, l’ensemble des cheminots de Rhône Alpes pour l’amélioration de la satisfaction clientèle.
La démarche « Qualité TER » est constitué d’actions dont les dix principales sont :
- une étude conjointe Région/RFF/SNCF pour définir la meilleure adéquation entre le niveau de desserte, la régularité attendue et les infrastructures, et qui devra proposer un plan d’investissements de robustesse sur l’infrastructure ferroviaire régionale. Cette première mesure s’inscrit dans le temps ;
- un suivi régulier des résultats lors de comités stratégiques tri partite, facilitant une meilleure coordination et coopération entre la Région, RFF et SNCF ;
- la mise en place de ressources spécifiques (responsable régional des opérations 24 heures sur 24, surveillants techniques de flotte, équipes d’assistance, présence d’une
permanence opérationnelle pour les autocars au centre des opérations TER) afin de garantir une meilleure réactivité opérationnelle, en cas d’aléas ;
- la définition de nouveaux processus en cas d’aléas plan de transport neige prédéfini, priorité aux trains à l’heure, complétant le service garanti prévu en cas de conflit social ;
- des adaptations techniques du matériel roulant, destinées à le protéger contre le froid et à la neige, afin de mieux garantir la réalisation de l’offre ;
- un dispositif managérial qui assure pour tous les agents TER, au moins 5 jours par an, un contact avec la clientèle ;
- une présence des dirigeants TER au centre opérationnel en heures de pointe, afin d’avoir une meilleure réactivité décisionnelle et une coordination des moyens dans un système opérationnel extrêmement fragile ;
- une animation permanente des agents pour un départ des trains à l’heure, une anticipation et un bouclage à H-1 des ressources conducteurs, contrôleurs et matériel roulant ;
- la poursuite de la sensibilisation des contrôleurs à l’information à bord des trains, leur équipement de Smartphone pour une bonne connaissance de la situation en temps réel ;
- la poursuite de la mise en place d’afficheurs légers dans les gares non équipées à ce jour ;
- la promotion et la valorisation des nouveaux services de l’information à distance.

Je vous propose aussi que l’étoile de Lyon, qui fait partie du programme national des 12 lignes sensibles, fasse l’objet d’un travail approfondi et partenarial ; ce travail se doublera, de la mise en place d’équipe d’assistance régionale, à l’instar de ce qui a été mis en place à Paris et donne satisfaction.
Enfin, le développement d’une meilleure relation de proximité avec la clientèle et les associations d’usagers est engagé par la SNCF. C’est le sens des rendez-vous TER sur les bassins de vie et des réunions avec les associations d’usagers que nous allons poursuivre.

Ils sont une opportunité d’échanges sur la qualité quotidienne du TER et les actions mises en place pour l’améliorer. Ils permettent, de faire avec les usagers les retours d’expériences,pour s’inscrire dans un esprit de progrès continu, qui alimentent les engagements qualité. Les prochains rendez-vous TER de la SNCF, après ceux de Saint Clair du Rhône et du Coteau, auront lieu, en février prochain, à Grenoble, Belleville et Culoz.

Une seconde réunion avec les associations d’usagers aura lieu le 18 février à Lyon Part Dieu.
Un baromètre qualité sera mis en place dans cet esprit ainsi qu’un responsable consommateur qui sera désigné pour le TER Rhône-Alpes.
Je vous propose d’échanger sur ces différentes propositions et de retenir ensuite, chacun dans son rôle, les mesures visant à traiter le TER auquel nous aspirons pour les années à venir…. »

Catégorie transportCommentaires fermés

Transports: la Région jugera la SNCF sur ses résultats


Bernadette LACLAIS, 1ère Vice-présidente déléguée aux transports, déplacements et infrastructures, prend acte des constats et des annonces effectués par Josiane BEAUD, directrice régionale de la SNCF.

En reconnaissant les nombreux dysfonctionnements récents et la saturation du réseau, la SNCF a signifié sa volonté de rompre avec cette situation dommageable pour les utilisateurs et d’améliorer la qualité du service public.
La Région reste vigilante à propos de l’amélioration concrète et rapide du service. Par le réinvestissement des 3M€ de pénalités dans le « Plan Qualité TER » élaboré par la SNCF et Réseau Ferré de France (RFF), la Région demande à la SNCF de passer à une obligation de résultats et non plus de moyens.
Par la rémunération au kilomètre, nouvel indicateur d’évaluation souhaité par la Région, une estimation plus précise du coût réel de la circulation des trains sera désormais possible. Ce nouveau dispositif, assorti d’un système de bonus/malus, permettra un meilleur contrôle des progrès réalisés.
La Région donne rendez-vous à la SNCF et à RFF dans les prochaines semaines, au plus tard au mois de mars, pour la présentation du « Plan Qualité TER ». Elle jugera désormais la SNCF sur ses résultats.

Catégorie transportCommentaires fermés

Dysfonctionnements à la SNCF


Trains partant en retard, arrivant en retard, annulés sans informations… Les conditions météo, le cadencement mis en place n’expliquent pas tout. C’est du moins le sentiment de Bernadette LACLAIS Première Vice-présidente du conseil régional, déléguée aux transports, déplacements et infrastructures. Elle fait part de son mécontentement et de celui des usagers, et demande des comptes à la Directrice régionale SNCF Rhône-Alpes. Ceci à travers un courrier dont en voici la teneur.

« Le nouveau service 2011 est maintenant en vigueur depuis un mois. Vous savez les conditions difficiles dans lesquelles il a été élaboré et les mécontentements engendrés auprès d’une partie des utilisateurs des TER, des associations de voyageurs et des élus locaux.
Dans ce contexte je fais le constat que les premières semaines d’exploitation ne correspondent pas à nos exigences contractuelles notamment sur la qualité du service :
- à l’échelle de Rhône-Alpes, la ponctualité journalière n’a pas dépassé 86% entre le 13 et le 31 décembre,
- au mois de décembre 2010, 20 lignes TER sur 30 ont même une ponctualité inférieure à 80%,
- le nombre de trains ayant subi un retard supérieur à une demi-heure a plus que doublé pour le mois de décembre 2010, par rapport à décembre 2009.
Des associations et de nombreux voyageurs m’ont fait part de leurs difficultés de déplacements dans leur vie quotidienne, suite à ce changement de service. Parmi ces témoignages je souhaite vous faire part de quelques exemples.

Les lignes empruntant la section Lyon-Ambérieu ont de nouveau connu d’importants dysfonctionnements avec des retards conséquents et des suppressions de trains ; les difficultés quotidiennes des trains intercités Lyon-Annecy et Lyon-Genève se sont accrues.

Ces évènements conduisent à l’expression d’une exaspération des voyageurs utilisant ces lignes.
Les lignes Lyon – Grenoble et Lyon – Chambéry ont continué en décembre 2010 et début janvier 2011 de subir des difficultés récurrentes, décourageant de nombreux utilisateurs. Des retards jusqu’à 1h45 ont été enregistrés le 30 décembre sur Lyon – Grenoble, hors épisode climatique.

L’association des usagers dauphinois du train (ADUT) a évalué à 30% la ponctualité à l’arrivée à Pont de Beauvoisin sur les 2 semaines suivant le changement de service du 13 décembre dernier.

Ces difficultés sont confirmées par des retours quotidiens des incidents d’exploitation issus des services. Les origines sont diverses et les aléas externes climatiques, infrastructures … ne sont pas seuls en cause.
Par ailleurs les témoignages soulignent également des lacunes en matière d’information des voyageurs. Un meilleur relais des raisons expliquant les dysfonctionnements et les retards engendrés permettrait aux voyageurs de se sentir mieux considérés et d’adapter leur organisation.
Cette situation ne peut perdurer davantage. Aussi, je vous demande de bien vouloir me faire un bilan exhaustif des dysfonctionnements rencontrés et leur origine et mettre en oeuvre, au plus tôt, les mesures adéquates pour rétablir une situation d’exploitation conforme aux exigences de la Région et aux attentes des voyageurs.
Nous sommes convenues dés décembre que nous ferions un point complet du premier mois de mise en oeuvre des nouveaux services à la mi-janvier… »

Nous vous tiendrons informés des suites de ce courrier.

Catégorie A la une, transportCommentaires fermés

Beaucroissant: des trains pendant toute la durée de la foire


Les services de la SNCF ont fait leur possible afin que les trains s’arrêtent à Beaucroissant pendant la durée de la foire. Cela n’a pas été chose facile à cause de la mise en place des trains pendulaires. Les agents de la SNCF ont réussi ce tour de force et il faut les en féliciter.

On pourra donc se rendre en train à  Beaucroissant pendant les quatre jours de la foire, du 11 au 14 septembre.

Le maire de la commune, s’est dit très satisfait de la décision de la SNCF.

Au niveau des horaires, cliquer sur: horaires trains Beaucroissant 2010

Catégorie foire de Beaucroissant, transportCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+